PMS-SUMATRIPTAN Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Sumatriptan (Succinate de sumatriptan)
Disponible depuis:
PHARMASCIENCE INC
Code ATC:
N02CC01
DCI (Dénomination commune internationale):
SUMATRIPTAN
Dosage:
50MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Sumatriptan (Succinate de sumatriptan) 50MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
6/30
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
SELECTIVE SEROTONIN AGONISTS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0123238002; AHFS: 28:32.28
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02256436
Date de l'autorisation:
2005-08-24

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

pms-SUMATRIPTAN

Comprimés de sumatriptan, USP

25 mg, 50 mg et 100 mg de sumatriptan (sous forme de succinate de sumatriptan)

Agoniste des récepteurs 5-HT

1

Antimigraineux

PHARMASCIENCE INC.

Date de révision :

6111 Avenue Royalmount, bureau 100

8 décembre 2014

Montréal, Québec

H4P 2T4

www.pharmascience.com

Numéro de contrôle de la présentation : 175703

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 1

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 2 de 41

Table des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ .................. 3

RENSEIGNEMENTS

SOMMAIRES

PRODUIT ............................................................. 3

INDICATIONS

UTILISATION

CLINIQUE ............................................................................. 3

CONTRE-INDICATIONS ............................................................................................................... 4

MISES

GARDE

PRÉCAUTIONS ....................................................................................... 5

EFFETS

INDÉSIRABLES ............................................................................................................. 12

INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES ................................................................................... 15

POSOLOGIE

ADMINISTRATION ......................................................................................... 16

SURDOSAGE ................................................................................................................................ 17

MODE

D’ACTION

PHARMACOLOGIE

CLINIQUE ........................................................... 18

ENTREPOSAGE

STABILITÉ ................................................................................................. 20

FORMES

POSOLOGIQUES,

COMPOSITION

CONDITIONNEMENT .............................. 20

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ............................................................ 21

RENSEIGNEMENTS

PHARMACEUTIQUES ............................................................................ 21

ESSAIS

CLINIQUES ..................................................................................................................... 22

PHARMACOLOGIE

DÉTAILLÉE ............................................................................................... 24

TOXICOLOGIE ............................................................................................................................. 28

RÉFÉRENCES ............................................................................................................................... 35

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ...................................... 38

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 2

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 3 de 41

Pr

pms-SUMATRIPTAN

Comprimés de sumatriptan, USP

25 mg, 50 mg et 100 mg de sumatriptan (sous forme de succinate de sumatriptan)

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie

d’administration

Présentation et

concentration

Tous les ingrédients non médicinaux

Orale

Comprimés à

25 mg, à 50 mg et à

100 mg

25 mg et 50 mg : Cellulose microcristalline,

dioxyde de silice colloïdal, dioxyde de titanium,

glycolate d'amidon sodique, lactose monohydraté,

polyalcool de vinyle, polyéthylèneglycol, stéarate

de magnésium et talc. 100 mg : Cellulose

microcristalline, dioxyde de silice colloïdal,

dioxyde de titanium, glycolate d'amidon sodique,

huile de coco fractionnée, hypromellose, lactose

monohydraté, maltodextrine, oxyde de fer rouge,

polydextrose, stéarate de magnésium et talc.

INDICATIONS ET UTILISATION CLINIQUE

Adultes

pms-SUMATRIPTAN (succinate de sumatriptan) est indiqué pour le traitement des crises de

migraine avec ou sans aura.

pms-SUMATRIPTAN

n’est

destiné

traitement

prophylactique

migraine

traitement

migraine

hémiplégique,

basilaire

ophtalmoplégiques

(voir

CONTRE-

INDICATIONS). L’innocuité et l’efficacité du médicament n’ont pas été établies pour la céphalée

vasculaire de Horton, qui survient chez des sujets plus âgés, surtout de sexe masculin.

Pédiatrie (< 18 ans)

L'innocuité et l'efficacité du succinate de sumatriptan chez les enfants n'ont pas été établies. Leur

utilisation n'est donc pas recommandée chez des personnes de ce groupe d'âge (voir MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 3

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 4 de 41

Gériatrie (> 65 ans)

Les données concernant l'administration de succinate de sumatriptan chez les personnes âgées de

plus de 65 ans sont peu nombreuses. Par conséquent, l'emploi de pms-SUMATRIPTAN n'est pas

recommandé

chez

personnes

groupe

d'âge

(voir

MISES

GARDE

PRÉCAUTIONS).

CONTRE-INDICATIONS

pms-SUMATRIPTAN

est

contre-indiqué

chez

les

patients

ayant

des

antécédents,

des

symptômes ou des signes de cardiopathie ischémique, de syndromes vasculaires cérébraux ou

périphériques, de valvulopathie ou d’arythmie cardiaque (en particulier les tachycardies). De

plus, les patients atteints d’autres affections cardiovasculaires sous-jacentes importantes (p.

ex.

maladie

artérioscléreuse,

cardiopathie

congénitale)

ne

doivent

pas

recevoir

pms-

SUMATRIPTAN.

Les

syndromes

de

cardiopathie

ischémique

comprennent,

sans

y

être

limités, l’angine de poitrine de n’importe quel type (p. ex., angor d’effort stable et formes

angiospastiques d’angine telles que l’angor de Prinzmetal), toutes les formes d’infarctus du

myocarde et l’ischémie myocardique asymptomatique. Les syndromes vasculaires cérébraux

comprennent, sans y être limités, les accidents vasculaires cérébraux de n’importe quel type

ainsi que les ischémies cérébrales transitoires (ICT). Les affections vasculaires périphériques

comprennent, sans y être limitées, l’angor intestinal et le syndrome de Raynaud (voir MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Étant donné que pms-SUMATRIPTAN peut entraîner des hausses de la tension artérielle, ces

médicaments sont contre-indiqués chez les patients qui souffrent d’hypertension sévère ou

non maîtrisée.

L’administration concomitante

avec un inhibiteur de la monoamine-oxydase (IMAO), ou

l’administration dans les deux semaines suivant l’arrêt d’un traitement par les IMAO, est

contre-indiquée

(voir

MODE

D’ACTION

ET

PHARMACOLOGIE

CLINIQUE

et

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Les

médicaments

renfermant

de

l’ergot

ont

causé

une

prolongation

des

réactions

angiospastiques.

Étant

donné

que

pms-SUMATRIPTAN

peut

également

causer

un

angiospasme

coronarien

et

que

ces

effets

peuvent

être

additifs,

l’usage

de

pms-

SUMATRIPTAN dans les 24 heures précédant ou suivant la prise d’un autre agoniste des

récepteurs 5-HT

1

ou de médicaments renfermant de l’ergotamine ou ses dérivés (p. ex.

dihydroergotamine ou méthysergide, p. ex.) est contre-indiqué.

pms-SUMATRIPTAN

ne

doit

pas

être

administré

aux

patients

présentant

une

atteinte

hépatique sévère (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières, et

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

pms-SUMATRIPTAN

est

contre-indiqué

chez

les

patients

souffrant

de

migraine

hémiplégique, basilaire ou ophtalmoplégique.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 4

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 5 de 41

pms-SUMATRIPTAN est contre-indiqué chez les patients ayant une hypersensibilité au

sumatriptan ou à l’un des composants des préparations ou du contenant. Pour obtenir une

liste

complète,

veuillez

consulter

la

section

PRÉSENTATION,

COMPOSITION

ET

CONDITIONNEMENT de la monographie de produit.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités

pms-SUMATRIPTAN ne doit être prescrit que si le diagnostic de migraine est établi avec

certitude.

Céphalée vasculaire de Horton :

Il n’y a pas suffisamment de données sur l’efficacité et

l’innocuité du succinate de sumatriptan dans le traitement de la céphalée vasculaire de Horton, qui

survient chez des sujets plus âgés, surtout de sexe masculin. Étant donné que la céphalée vasculaire

Horton

suppose

l’administration

répétée

médicament

longue

période,

renseignements posologiques ne sont pas applicables dans ces cas.

Troubles psychomoteurs : Les patients doivent être prévenus du risque de somnolence que

comporte le traitement à l’aide de pms-SUMATRIPTAN. On doit également leur conseiller d’éviter

les tâches qui exigent de l’habileté (p. ex. conduite d’un véhicule ou opération de machinerie) s’ils

sont somnolents.

Céphalée par surconsommation de médicaments : La surconsommation de médicaments contre

les céphalées aiguës a été associée à l’exacerbation des céphalées (céphalée par surconsommation

de médicaments, CSM) chez des patients sensibles. L’arrêt du traitement pourrait être nécessaire.

Cardiovasculaire

Risque d’ischémie ou d’infarctus du myocarde et d’autres effets indésirables sur le cœur :

Le succinate de sumatriptan

a été associé à une sensation passagère de douleur, de pression,

de lourdeur ou de serrement à la poitrine et/ou au cou pouvant évoquer l’angine de poitrine.

Dans de rares cas, les symptômes ont été reconnus comme une conséquence probable d’un

angiospasme coronarien ou d’une ischémie myocardique. Par ailleurs, dans de rares cas, de

graves épisodes coronariens ou d’arythmie sont survenus après l’utilisation de succinate de

sumatriptan. pms-SUMATRIPTAN

ne doit pas être administré à des patients qui souffrent

d’une coronaropathie ischémique ou angiospastique connue (voir CONTRE-INDICATIONS).

Il est fortement recommandé que pms-SUMATRIPTAN

ne soit pas administré à des patients

qui pourraient être atteints d’une coronaropathie jusqu’ici non diagnostiquée, étant donné la

présence de facteurs de risque (p. ex. hypertension, hypercholestérolémie, tabagisme, obésité,

diabète, antécédents familiaux importants de coronaropathie, femme chirurgicalement ou

physiologiquement ménopausée, homme âgé de plus de 40 ans), à moins qu’une évaluation

cardiovasculaire

ne

fournisse

une

preuve

clinique

satisfaisante

que

le

sujet

est

raisonnablement exempt de coronaropathie et de myocardiopathie ischémique ou d’autres

troubles

cardiovasculaires

sous-jacents

importants.

La

sensibilité

des

techniques

cardiodiagnostiques pour le cœur permettant de déceler la maladie cardiovasculaire ou la

prédisposition

à

un

angiospasme

coronarien

est

inconnue.

Si,

lors

de

l’évaluation

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 5

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 6 de 41

cardiovasculaire,

les

antécédents

médicaux

du

patient

ou

les

résultats

des

examens

électrocardiographiques permettent d’évoquer un angiospasme coronarien ou une ischémie

du

myocarde,

on

ne

doit

pas

administrer

pms-SUMATRIPTAN

(voir

CONTRE-

INDICATIONS).

Chez les patients présentant des facteurs de risque de coronaropathie et dont l’évaluation

cardiovasculaire

est

satisfaisante,

la

première

dose

de

pms-SUMATRIPTAN

doit

être

administrée au cabinet du médecin ou dans un établissement doté d’un personnel médical et

d’un équipement similaires à ceux qu’on trouve chez un médecin. Étant donné que l’ischémie

cardiaque peut survenir en l’absence de symptômes cliniques, on doit songer à demander des

électrocardiogrammes chez les patients prédisposés, immédiatement après l’administration de

la première dose de pms-SUMATRIPTAN. Par ailleurs, l’absence d’effets cardiovasculaires

dus au médicament lorsque la première dose est prise n’écarte pas la possibilité que de tels

effets surviennent lors des administrations subséquentes.

Les

patients

qui

prennent

du

succinate

de

sumatriptan

de

façon

intermittente

depuis

longtemps et qui présentent ou viennent à présenter des facteurs de risque de coronaropathie,

tels que décrits plus haut, doivent faire l’objet d’évaluations périodiques de la fonction

cardiovasculaire tout au long du traitement.

Si des symptômes évoquant l’angine de poitrine se manifestent après utilisation de pms-

SUMATRIPTAN, l’évaluation par ECG doit être entreprise pour rechercher toute altération

de type ischémique.

La démarche systématique décrite précédemment est conçue pour réduire la possibilité que les

patients

atteints

de

maladies

cardiovasculaires

non

diagnostiquées

soient

exposés

par

inadvertance à pms-SUMATRIPTAN

Des patients ont éprouvé une gêne au niveau de la poitrine, du cou, de la gorge et de la

mâchoire

(y

compris

douleur,

pression,

lourdeur,

serrement

et

dyspnée)

par

suite

de

l’administration de succinate de sumatriptan. Comme les agonistes des récepteurs 5-HT

1

peuvent entraîner un angiospasme coronarien, les patients qui ressentent des signes ou des

symptômes évoquant une angine de poitrine après administration de pms-SUMATRIPTAN

doivent être évalués avant de recevoir des doses supplémentaires : on recherchera des signes

de coronaropathie ou une prédisposition à l’angor de Prinzmetal. Ils doivent également faire

l’objet d’une surveillance par

ECG si des

symptômes similaires

réapparaissent lors de

l’administration subséquente. De même, les patients qui éprouvent d’autres symptômes ou

signes évoquant une diminution du débit artériel, notamment le syndrome d’angor intestinal

ou le syndrome de Raynaud, après administration de pms-SUMATRIPTAN

doivent faire

l’objet

d’une

évaluation

visant

à

déceler

l’athérosclérose

ou

une

prédisposition

à

l’angiospasme (voir CONTRE-INDICATIONS, MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS et

EFFETS INDÉSIRABLES, Effets indésirables du médicament observés au cours des essais

cliniques).

Troubles cardiaques et décès associés à l’usage d’agonistes des récepteurs 5-HT

1

:

pms-SUMATRIPTAN peut causer un angiospasme coronarien. Des troubles cardiaques graves, y

compris l’infarctus aigu du myocarde, des perturbations du rythme cardiaque pouvant mettre la vie

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 6

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 7 de 41

patient

danger

décès,

été

signalés

quelques

heures

après

l’administration

d’agonistes des récepteurs 5-HT

. Compte tenu de la fréquence d’utilisation des agonistes des

récepteurs 5-HT

chez les migraineux, ces effets sont extrêmement peu fréquents. Étant donné que

certains d’entre eux sont survenus en l’absence d’antécédents de cardiopathie chez des sujets ne

présentant pas de coronaropathie et que les effets se sont produits peu après la prise de succinate de

sumatriptan, on a conclu que certains de ces effets sont attribuables au médicament. Cependant,

dans de nombreux cas où la présence d’une coronaropathie sous-jacente a été confirmée, le lien est

incertain.

Expérience précommercialisation avec succinate de sumatriptan

Parmi 6348 migraineux participants à des essais cliniques précommercialisation, contrôlés ou non,

sur les comprimés de succinate de sumatriptan, deux sujets ont éprouvé, peu de temps après avoir

reçu le médicament, des effets indésirables cliniques pouvant traduire un angiospasme coronarien.

Aucun de ces effets n’a eu de conséquences graves sur le plan clinique.

Parmi plus de 1900 migraineux participant aux essais cliniques contrôlés précommercialisation sur

succinate de sumatriptan par voie sous-cutanée, huit patients ont ressenti, pendant ou peu après la

prise de succinate de sumatriptan, des effets cliniques pouvant traduire un angiospasme coronarien.

Six d’entre eux présentaient des modifications de l’ECG correspondant à une ischémie transitoire

mais qui n’étaient accompagnées d’aucun signe ou symptôme clinique. Des observations évoquant

une coronaropathie ou la présence de facteurs de risque de coronaropathie ont été notées chez 4 de

ces 8 patients avant leur admission à l’étude.

Parmi les quelques 4000 migraineux participant aux essais précommercialisation, contrôlés ou non,

sur le vaporisateur nasal de sumatriptan, un patient a souffert d’un infarctus sous-endocardique

asymptomatique possiblement consécutif à un angiospasme coronarien.

Expérience postcommercialisation avec succinate de sumatriptan

Des effets cardiovasculaires graves, dont certains ont entraîné la mort, ont été signalés suivant

l’emploi de succinate de sumatriptan en comprimés. Cependant, en raison du caractère non contrôlé

des données de pharmacovigilance, il est impossible de déterminer avec certitude la proportion des

cas signalés qui sont réellement attribuables au succinate de sumatriptan de même que l’élément en

cause dans chacun des cas. Pour des raisons cliniques, plus le temps qui s’écoule entre la prise de

succinate de sumatriptan et la survenue de l’effet est long, moins l’existence d’un lien causal est

probable. En conséquence, on s’est plus particulièrement intéressé aux effets se produisant dans

l’heure suivant la prise de succinate de sumatriptan.

Les effets cardiaques qui ont été observés dans l’heure suivant la prise de succinate de sumatriptan

comprennent

l’angiospasme

coronarien,

l’ischémie

transitoire,

l’infarctus

myocarde,

tachycardie et la fibrillation ventriculaires, l’arrêt cardiaque et le décès.

Certains de ces effets sont survenus en l’absence d’observations évoquant une coronaropathie et

semblent être le résultat d’un angiospasme coronarien. Cependant, selon les rapports des États-Unis

relatifs

effets

cardiaques

graves

survenus

dans

l’heure

suivant

prise

succinate

sumatriptan, presque tous les patients présentaient des facteurs de risque de coronaropathie et la

présence d’une importante coronaropathie sous-jacente a été établie dans la plupart des cas (voir

CONTRE-INDICATIONS).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 7

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 8 de 41

Troubles vasculaires cérébraux et décès lors de l’usage d’agonistes des récepteurs 5-HT

1

:

hémorragies

cérébrales,

hémorragies

sous-arachnoïdiennes,

accidents

vasculaires

cérébraux et d’autres troubles vasculaires cérébraux ont été signalés chez des patients traités à l’aide

de succinate de sumatriptan par voie orale, et certains d’entre eux ont entraîné le décès. Le lien entre

ces manifestations et succinate de sumatriptan est incertain. Dans un certain nombre de cas, il

semble

possible

qu’il

s’agisse

troubles

vasculaires

cérébraux

primitifs,

succinate

sumatriptan

ayant

été

administré

fait

l’on

croyait

symptômes

étaient

conséquence de la migraine alors qu’ils ne l’étaient pas. Avant de traiter des migraines avec pms-

SUMATRIPTAN chez des patients qui n’ont jamais reçu de diagnostic de migraine et chez les

migraineux qui présentent des symptômes atypiques, on doit faire preuve de prudence et prendre

soin d’exclure les autres troubles neurologiques potentiellement graves. Si le patient ne répond pas à

la première dose, il serait bon de revoir le diagnostic avant d’administrer une autre dose du

médicament. Il convient également de noter que les patients migraineux peuvent présenter un risque

accru de certains événements vasculaires cérébraux (p. ex. accident vasculaire cérébral, hémorragie

ou ischémie cérébrale transitoire).

Études spéciales sur la pharmacologie cardiovasculaire :

Chez des sujets (n = 10) accusant une coronaropathie non confirmée et soumis à une angiographie,

l’administration d’un agoniste des récepteurs 5-HT

à raison d’une dose de 1,5 mg par voie sous-

cutanée a produit une hausse de 8 % de la pression artérielle aortique, une hausse de 18 % de la

pression artérielle pulmonaire et une hausse de 8 % de la résistance vasculaire systémique. De plus,

quatre patients ont ressenti une douleur légère ou un serrement léger dans la poitrine. Des hausses

cliniquement significatives de la tension artérielle ont été notées chez trois sujets (dont deux

souffraient

également

douleur

malaise

thoracique).

examen

diagnostique

angiographie a révélé que neuf sujets présentaient des artères coronaires normales et qu’un autre

sujet était atteint d’une coronaropathie non significative.

Dans une étude supplémentaire utilisant le même médicament, des patients migraineux (n = 35)

exempts de maladie cardiovasculaire ont été soumis à des évaluations de la perfusion myocardique

à l’aide d’une tomographie par émission de positons alors qu’ils recevaient une dose de 1,5 mg par

voie sous-cutanée en l’absence de migraine. Une réserve vasodilatatrice coronarienne moindre

(~10 %), une résistance coronarienne accrue (~20 %) et un débit myocardique hyperémique réduit

(~10 %) ont été notés. La pertinence de ces observations pour l’utilisation de cet agoniste des

récepteurs 5-HT

aux doses orales recommandées est inconnue.

Aucune étude semblable portant sur le succinate de sumatriptan n’a été effectuée. Cependant, étant

donné les propriétés pharmacodynamiques communes des agonistes des récepteurs 5-HT

, la

possibilité d’effets cardiovasculaires semblables à ceux qui sont décrits ci-dessus doit être envisagée

pour tout agent appartenant à cette classe pharmacologique.

Autres manifestations reliées à l’angiospasme :

agonistes

récepteurs

5-HT

peuvent

causer

réactions

angiospastiques

autres

l’angiospasme coronarien. Une vaste expérience de postcommercialisation révèle que le succinate

de sumatriptan est associé, dans de rares cas, à une ischémie vasculaire périphérique et à une

ischémie colique avec douleur abdominale et diarrhée sanglante et que, dans des cas isolés, les

patients ne présentaient aucun antécédent ni ne prenaient de médicaments de façon concomitante.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 8

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 9 de 41

Hausses de la tension artérielle :

Une hausse importante de la tension artérielle, y compris une crise hypertensive, a été signalée en

rares

occasions

chez

patients

ayant

antécédents

d’hypertension.

pms-

SUMATRIPTAN est contre-indiqué chez les patients souffrant d’hypertension sévère ou non

maîtrisée (voir CONTRE-INDICATIONS). Pour ce qui est des patients dont l’hypertension est

maîtrisée, on doit administrer pms-SUMATRIPRAN avec prudence, car on a observé des hausses

passagères

tension

artérielle

résistance

vasculaire

périphérique

dans

faible

proportion de cas.

Immunitaire

Dans de rares cas, des réactions d’hypersensibilité (anaphylaxie ou réactions anaphylactoïdes)

peuvent se produire chez les patients recevant des agonistes des récepteurs 5-HT

notamment pms-

SUMATRIPTAN. Ces réactions peuvent menacer le pronostic vital ou être fatales. En général, les

réactions d’hypersensibilité aux médicaments risquent plus de se produire chez les personnes ayant

des antécédents de sensibilité à des allergènes multiples (voir CONTRE-INDICATIONS). Compte

tenu de la possibilité de réactions d’hypersensibilité croisée, pms-SUMATRIPTAN ne doit pas être

administré à des patients qui ont des antécédents d’hypersensibilité à des agonistes des récepteurs 5-

chimiquement apparentés. On a signalé des cas de réaction allergique après administration de

pms-SUMATRIPTAN chez des patients ayant une hypersensibilité connue aux sulfamides. Ces

réactions allaient d’une hypersensibilité cutanée à l’anaphylaxie.

Neurologique

On doit prendre soin d’exclure la présence d’autres affections neurologiques potentiellement graves

avant de traiter la céphalée chez des patients qui n’ont pas été diagnostiqués précédemment comme

migraineux ou qui ressentent une céphalée qui leur semble inhabituelle. Dans de rares cas, il a été

signalé que des patients avaient reçu un agoniste des récepteurs 5-HT

pour traiter des céphalées

sévères qui, par la suite, se sont révélées consécutives à une lésion neurologique en évolution. Dans

le cas de patients récemment diagnostiqués ou de patients présentant des symptômes atypiques, le

diagnostic de migraine doit être reconsidéré si aucune réponse n’est obtenue après la première dose

de pms-SUMATRIPTAN.

Convulsions : La prudence est de rigueur lorsque pms-SUMATRIPTAN est administré à des

patients qui ont des antécédents de convulsions ou qui présentent d’autres facteurs de risque, tels

lésions

cervicales

structure,

abaissent

seuil

convulsif.

rapports

pharmacovigilance font aussi état de rares cas de convulsions consécutives à l’administration de

succinate de sumatriptan chez des patients

qui ne présentaient pas de facteurs de risque et

d’antécédents de convulsions (voir EFFETS INDÉSIRABLES, Effets indésirables du médicament

signalés après la commercialisation du produit, Troubles du système nerveux).

Inhibiteurs

sélectifs

du

recaptage

de

la

sérotonine

/

inhibiteurs

du

recaptage

de

la

sérotonine/norépinéphrine

et

syndrome

sérotoninergique :

syndrome

sérotoninergique

menaçant

pronostic

vital

été

signalés

lors

l’utilisation

combinée

d’inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) ou d’inhibiteurs du recaptage de la

sérotonine/norépinéphrine

(IRSN)

triptans.

traitement

concomitant

pms-

SUMATRIPTAN et un ISRS (comme la fluoxétine, la paroxétine, la sertraline) ou un IRSN

(comme la venlafaxine) est cliniquement justifié, une surveillance étroite du patient est indiquée,

particulièrement lors de la mise en route du traitement et d’une augmentation de la dose. Les

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 9

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 10 de 41

symptômes du syndrome sérotoninergique peuvent comprendre des modifications de l’état mental

(p. ex. agitation, hallucinations, coma), une instabilité du système autonome (p. ex. tachycardie,

tension artérielle instable, hyperthermie), des aberrations neuromusculaires (p. ex. hyperréflexie,

incoordination) et/ou des symptômes gastro-intestinaux (p. ex. nausées, vomissements, diarrhée)

(voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine

/ inhibiteurs du recaptage de la sérotonine/norépinéphrine).

Ophtalmologique

Liaison aux tissus contenant de la mélanine : Chez des rats ayant reçu une seule dose de

sumatriptan

radiomarqué

voie

sous-cutanée

(0,5 mg/kg)

orale

(2 mg/kg),

demi-vie

d’élimination de la substance radiomarquée dans l’œil a été de 15 et de 23 jours respectivement, ce

qui porte à croire que le sumatriptan et/ou ses métabolites se lient à la mélanine de l’œil. Comme il

pourrait y avoir une accumulation de sumatriptan dans les tissus riches en mélanine avec le temps, il

se peut que le sumatriptan entraîne une toxicité dans ces tissus après utilisation prolongée.

Cependant, aucun effet sur la rétine attribuable au traitement par le sumatriptan n’a été noté dans les

études sur la toxicité par voie orale ou sous-cutanée. Bien qu’aucune surveillance systématique de la

fonction visuelle n’ait été effectuée dans les essais cliniques, et en l’absence de recommandations

spéciales concernant la surveillance ophtalmologique, les médecins qui prescrivent ce médicament

doivent être informés de la possibilité d’effets ophtalmologiques à longue échéance.

Populations particulières

Femmes enceintes : Les études de reproduction menées chez le rat n’ont révélé aucun effet négatif

sur la fertilité ou le développement postnatal ni effet tératogène attribuable au succinate de

sumatriptan. Des études de reproduction effectuées chez des lapines recevant du sumatriptan par

voie orale ont montré des variations plus fréquentes de la morphologie des vaisseaux sanguins

cervico-thoraciques chez le fœtus. Ces effets sont survenus uniquement à la plus forte dose d'essai,

laquelle a affecté le gain pondéral chez les mères et a fait passer les concentrations sanguines du

médicament à plus de 50 fois celles qui ont été enregistrées chez les humains après l'administration

de doses thérapeutiques. L'association directe de ces effets au traitement par sumatriptan est

considérée comme peu probable, mais ne peut être exclue.

Les données postcommercialisation provenant de multiples registres des grossesses font état de

l’issue de la grossesse chez quelque 1 100 femmes ayant pris du sumatriptan. À l’heure actuelle, on

ne dispose pas de données suffisantes pour tirer des conclusions. Par conséquent, l’emploi de pms-

SUMATRIPTAN n’est pas recommandé chez la femme enceinte. Ces médicaments ne doivent être

utilisés que si les bienfaits escomptés pour la mère l’emportent sur les risques auxquels le fœtus est

exposé.

Lors d'une étude sur la fertilité menée chez le rat, l'administration de doses orales de succinate de

sumatriptan entraînant des taux plasmatiques environ 150 fois supérieurs à ceux observés chez

l'humain après administration sous-cutanée d’une dose de 6 mg et environ 200 fois supérieurs à

ceux observés chez l'humain après une dose orale de 100 mg a réduit le pourcentage de succès de

l'insémination. Cet effet ne s'est pas produit au cours d'une étude sur l'administration sous-cutanée,

alors que les taux plasmatiques maximaux ont atteint approximativement 100 fois ceux qui ont été

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 10

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 11 de 41

observés chez l'humain après administration par voie sous-cutanée et approximativement 150 fois

ceux observés chez l'humain après administration par voie orale.

Femmes qui allaitent : Le sumatriptan passe dans le lait maternel chez l’humain. Il faut donc être

prudent quand on prescrit de pms-SUMATRIPTAN à une femme qui allaite. L’exposition du

nourrisson peut être réduite au minimum si la mère évite d’allaiter pendant 24 heures après le

traitement.

Pédiatrie (< 18 ans) : L'innocuité et l'efficacité du succinate de sumatriptan chez les enfants n'ont

pas été établies. Leur utilisation n'est donc pas recommandée chez des personnes de ce groupe

d'âge.

Gériatrie (> 65 ans) : Les données concernant l'administration de succinate de sumatriptan chez les

personnes âgées de plus de 65 ans sont peu nombreuses. Par conséquent, l’emploi du pms-

SUMATRIPTAN n'est pas recommandé chez les personnes de ce groupe d'âge.

Patients présentant une atteinte hépatique : Les effets d’une atteinte hépatique sur l’efficacité et

l’innocuité

succinate

sumatriptan

n’ont

été

évalués.

Cependant,

profil

pharmacocinétique du sumatriptan chez les patients présentant une atteinte hépatique modérée

(catégorie B de Child-Pugh)

révèle que les concentrations plasmatiques de succinate de sumatriptan

après l’administration orale d’une dose de 50 mg sont beaucoup plus élevées chez ces derniers que

chez les sujets sains (tableau 1). En conséquence, l’administration d’une dose de 25 mg peut être

considérer chez les patients présentant une atteinte hépatique légère ou modérée (voir POSOLOGIE

ET ADMINISTRATION).

Tableau 1 : Paramètres pharmacocinétiques après l’administration par voie orale d’une dose

de 50 mg de succinate de sumatriptan à des volontaires sains et à des patients présentant une

atteinte hépatique modérée

Paramètre

Rapport moyen

(patients présentant une atteinte

hépatique/sujets sains)

n = 8

IC à 90 %

Valeur de p

181 %

176 %

130 à 252 %

129 à 240 %

0,009*

0,007*

* Significatif sur le plan statistique

Il n’y a pas de différence statistique entre les volontaires sains et les patients présentant une atteinte

hépatique modérée (catégorie B de Child-Pugh)

quant aux paramètres pharmacocinétiques mesurés

après l’administration de 6 mg de sumatriptan par voie sous-cutanée. Toutes les formes galéniques

du sumatriptan sont contre-indiquées chez les patients présentant une atteinte hépatique sévère (voir

CONTRE-INDICATIONS et POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Déterminée à partir d’une épreuve respiratoire à l’aminopyrine (> 0,2 à 0,4 unité)

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 11

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 12 de 41

Patients présentant une atteinte rénale : Les effets d’une atteinte rénale sur l’efficacité et

l’innocuité de succinate de sumatriptan n’ont pas été évalués. Par conséquent, l’utilisation de pms-

SUMATRIPTAN chez des patients accusant cette affection n’est pas recommandée.

Surveillance et épreuves de laboratoire

Aucune épreuve de laboratoire spéciale n’est recommandée pour la surveillance des patients avant

ou après un traitement à l’aide de succinate de sumatriptan.

EFFETS INDÉSIRABLES

Des troubles cardiaques graves, dont certains qui ont entraîné la mort, sont survenus après un

traitement par les agonistes des récepteurs 5-HT

1

. Il s’agit de cas extrêmement rares qui ont

été

le

plus

souvent

constatés

chez

des

patients

présentant

des

facteurs

de

risque

de

coronaropathie.

Les

rapports

incluaient

un

angiospasme

coronarien,

une

ischémie

myocardique transitoire, un infarctus du myocarde, une tachycardie ventriculaire et une

fibrillation

ventriculaire

(voir

CONTRE-INDICATIONS

et

MISES

EN

GARDE

ET

PRÉCAUTIONS).

Effets indésirables du médicament observés au cours des essais cliniques

Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, les taux des

effets indésirables qui sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et

ne doivent pas être comparés aux taux observés dans le cadre des essais cliniques portant

sur un autre médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d’un médicament

qui sont tirés d’essais cliniques s’avèrent utiles pour la détermination des effets indésirables

liés aux médicaments et pour l’estimation des taux.

Expérience dans les essais cliniques contrôlés avec le succinate de sumatriptan

Effets indésirables typiques des agonistes des récepteurs 5-HT

1

: Comme cela se produit avec

d’autres agonistes des récepteurs 5-HT

, le succinate de sumatriptan a été associé à des sensations

de lourdeur, de pression, de serrement ou de douleur pouvant être intenses et qui sont susceptibles

d’affecter n’importe quelle partie du corps, notamment la poitrine, la gorge, le cou, la mâchoire et

les membres supérieurs.

Innocuité immédiate : Au cours d’essais contrôlés par placebo portant sur le traitement de la

migraine, 3095 patients ont reçu au moins une dose de succinate de sumatriptan. Les effets

indésirables survenus à une fréquence d’au moins 1 % lors de ces essais, indépendamment de la

dose du succinate de sumatriptan administrée, et qui étaient plus fréquents que dans le groupe

placebo sont énumérés ci-après (tableau 2).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 12

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 13 de 41

Tableau 2 :

Effets indésirables survenus à la suite du traitement et qui ont été signalés par

au moins 1 % des migraineux lors d’essais cliniques contrôlés par placebo – voie orale

Placebo

Succinate de

sumatriptan

25 mg

Succinate de

sumatriptan

50 mg

Succinate de

sumatriptan

100 mg**

Nombre de patients

2021

Nombre de migraines traitées

1187

1889

14750

Symptômes possiblement d’origine cardiaque

sensations dans la poitrine*

0,6%

2,3%

2,6%

3,2%

sensations au niveau du cou, de la gorge

ou de la mâchoire*

1,4%

2,3%

3,5%

5,2%

sensations dans les membres supérieurs*

1,2%

1,4%

2,5%

3,6%

palpitations

0,6%

0,3%

1,0%

1,1%

Neurologiques

sensations au niveau du visage ou de la

tête*

1,3%

2,3%

2,5%

4,7%

étourdissements

2,5%

3,1%

3,3%

6,2%

céphalées

3,3%

4,0%

2,2%

3,3%

vertige

0,6%

1,1%

1,1%

1,0%

somnolence

1,6%

1,1%

1,2%

2,1%

tremblement

0,4%

0,9%

0,4%

1,1%

Gastro-intestinaux

nausées

5,8%

2,8%

4,4%

11,0%

hyposalivation

1,2%

1,4%

1,1%

1,2%

vomissements

2,9%

4,3%

1,1%

4,4%

gêne ou douleur gastro-intestinale

1,4%

1,1%

0,8%

2,0%

gêne ou douleur abdominale

0,3%

0,4%

1,2%

diarrhée

0,9%

0,3%

0,6%

1,1%

Locomoteurs

douleur musculosquelettique

0,7%

2,3%

0,4%

1,4%

myalgie

0,3%

0,9%

0,1%

1,0%

atrophie, faiblesse et fatigue musculaires

0,6%

0,4%

1,4%

Oto-rhino-laryngologiques

infections

0,6%

0,6%

1,1%

1,4%

signes et symptômes nasaux

0,7%

1,4%

0,8%

1,0%

symptômes touchant la gorge et les

amygdales

0,6%

0,4%

2,3%

Respiratoires

infection virale

0,3%

1,1%

0,1%

1,0%

Non spécifiques

sensations dans les membres*

0,4%

1,1%

0,4%

1,5%

sensations* (région corporelle non

précisée)

4,5%

5,7%

8,0%

9,0%

malaise/fatigue

5,1%

3,7%

2,6%

9,5%

sudation

0,4%

0,6%

0,6%

1,6%

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 13

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 14 de 41

* Par sensation on entend tout effet indésirable décrit comme une douleur ou une gêne, une pression, une lourdeur, une constriction,

un serrement, une sensation de chaleur/brûlure ou de froid, une paresthésie, une hypo-esthésie, un engourdissement, des bouffées

vasomotrices et des sensations étranges.

** Y compris les patients recevant jusqu’à 3 doses de 100 mg

NR = Non rapporté

En général, le succinate de sumatriptan est bien toléré. La plupart des effets indésirables ont été

passagers et sont disparus spontanément moins de 2 heures après administration orale.

Autres effets observés lors d’essais cliniques

Des anomalies mineures des épreuves de la fonction hépatique ont occasionnellement été observées

pendant le traitement par le sumatriptan. Il n’existe aucune donnée indiquant que des anomalies

cliniquement significatives sont survenues plus fréquemment sous sumatriptan que sous placebo.

La dyspnée a été fréquemment observée après un traitement par le sumatriptan.

Effets indésirables du médicament signalés après la commercialisation du produit

La section suivante présente les effets indésirables potentiellement importants qui sont survenus

dans la pratique clinique et qui ont été signalés spontanément à divers systèmes de surveillance. Les

effets indésirables ont fait l’objet de rapports à la suite de l’emploi du sumatriptan à la maison et

dans d’autres contextes. Ces effets ne comprennent pas ceux qui figurent déjà dans la section

EFFETS

INDÉSIRABLES

ci-dessus.

Puisque

rapports

rendus

font

état

d’effets

signalés

spontanément à la suite de l’utilisation du médicament après sa commercialisation à l’échelle

mondiale, il est impossible d’établir avec précision la fréquence de ces effets indésirables ou le rôle

causal du sumatriptan.

Troubles cardiaques : Bradycardie, tachycardie, palpitations, arythmies cardiaques, modifications

ECG ischémiques transitoires, angiospasme coronarien, angine de poitrine, infarctus du myocarde

(voir CONTRE-INDICATIONS et MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Troubles ophtalmologiques : Les patients traités à l’aide de succinate de sumatriptan présentent en

de rares cas des troubles visuels tels que papillotements et diplopie. De plus, une diminution de

l’acuité visuelle a été observée. Très rarement, une perte passagère ou permanente de la vue est

survenue.

fait

état

d’occlusion

vasculaire

rétinienne,

thrombose

veineuse

oculaire,

d’angiospasme

l’œil

neuropathie

optique

ischémique.

troubles

visuels

peuvent

également se manifester au cours de la migraine elle-même.

Troubles gastro-intestinaux : Ischémie colique (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

Cardiovasculaire, Autres manifestations reliées à l’angiospasme).

Troubles du système immunitaire : Réactions d’hypersensibilité allant de l’hypersensibilité

cutanée à l’anaphylaxie (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Immunitaire).

Troubles du système nerveux : Convulsions, bien que certaines soient survenues chez des patients

qui présentaient des antécédents de convulsions ou des maladies concomitantes les prédisposant aux

convulsions; on fait également état de convulsions chez des patients ne présentant aucun facteur

prédisposant apparent (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Neurologique).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 14

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 15 de 41

On a signalé de très rares cas de dystonie et de troubles extrapyramidaux apparentés, tels que

mouvements choréo-athétosiques, acathisie, parkinsonisme et akinésie à la suite du traitement par

succinate de sumatriptan par voie orale et sous-cutanée. Les patients ayant des antécédents de

dystonie d’origine médicamenteuse et ceux qui prennent des médicaments connus pour être associés

à des troubles du mouvement, comme les ISRS, peuvent être davantage exposés.

Nystagmus, scotome.

Troubles

vasculaires

:

Hypotension

artérielle,

phénomène

Raynaud,

ischémie

vasculaire

périphérique

(voir

CONTRE-INDICATIONS

MISES

GARDE

PRÉCAUTIONS,

Cardiovasculaire, Autres manifestations reliées à l’angiospasme et Hausses de la tension artérielle et

Autres manifestations reliées à l’angiospasme).

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Interactions médicament-médicament

D'après des études de pharmacocinétique portant sur des doses uniques, rien n'indique que le

médicament interagisse avec le propranolol, la flunarizine, le pizotifène ou l'alcool. Aucune étude

portant sur des doses multiples n'a été effectuée.

Médicaments renfermant de l’ergot : On a signalé que des médicaments renfermant de l’ergot

provoquaient des réactions angiospastiques prolongées. Étant donné qu’il existe une théorie selon

laquelle ces effets sont additifs, les médicaments renfermant de l’ergot ou de type ergot (comme la

dihydroergotamine

méthysergide)

sont

contre-indiqués

dans

heures

suivant

l’administration de pms-SUMATRIPTAN (voir CONTRE-INDICATIONS).

Inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO) : Dans des études menées chez un nombre

restreint

patients,

IMAO

diminué

clairance

sumatriptan,

augmente

significativement

l’exposition

générale

médicament.

conséquence,

l’administration

concomitante

pms-SUMATRIPTAN

avec

IMAO

contre-indiquée

(voir

CONTRE-

INDICATIONS et MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Inhibiteurs

sélectifs

du

recaptage

de

la

sérotonine/inhibiteurs

du

recaptage

de

la

sérotonine/norépinéphrine : Des cas de syndrome sérotoninergique menaçant le pronostic vital ont

été signalés lors de l’utilisation conjointe d’un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine

(ISRS) ou d’un inhibiteur du recaptage de la sérotonine/norépinéphrine (IRSN) et d’un triptan (voir

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Autres agonistes des récepteurs 5-HT

1

: L’administration de succinate de sumatriptan avec

d’autres agonistes des récepteurs 5-HT

n’a pas été étudiée chez des patients migraineux. Comme,

théoriquement, l’administration conjointe de différents agonistes des récepteurs 5-HT

comportent

un risque accru d’angiospasme coronarien, l’usage de ces médicaments à intervalles de moins de 24

heures est contre-indiqué.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 15

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 16 de 41

Effets du médicament sur les épreuves de laboratoire

À notre connaissance, le succinate de sumatriptan n’interfère pas avec les épreuves de laboratoire

couramment utilisées en pratique clinique.

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

Considérations posologiques

Adultes :

pms-SUMATRIPTAN (succinate de sumatriptan)

est indiqué pour le traitement des crises de

migraine avec ou sans aura. pms-SUMATRIPTAN ne doit pas être utilisé comme traitement

prophylactique. L’innocuité d’un traitement destiné à soulager en moyenne plus de quatre

céphalées aux 30 jours n’a pas été établie. On ne doit pas dépasser la dose recommandée de

pms-SUMATRIPTAN.

Il a été démontré que le sumatriptan soulage non seulement la migraine, mais également les

symptômes associés à la migraine (nausées, vomissements, phonophobie, photophobie). L’efficacité

du sumatriptan est indépendante du moment auquel ce médicament est administré au cours d’une

crise migraineuse. Des études cliniques à long terme (12 à 24 mois) portant sur les doses maximales

recommandées de sumatriptan n’ont révélé aucun signe de tachyphylaxie ou de céphalée d’origine

médicamenteuse (céphalée rebond).

Gériatrie : La pharmacocinétique du médicament chez les personnes âgées en bonne santé est

semblable à celle qui a été observée chez des volontaires plus jeunes (< 65 ans).

Pédiatrie (< 18 ans) : L’innocuité et l’efficacité du succinate de sumatriptan en pédiatrie n’ont pas

été établies, et leur utilisation chez ce groupe de patients n’est donc pas recommandée (voir MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières).

Les effets significatifs commencent 30 minutes après la prise du médicament.

Posologie recommandée et modification posologique

La dose minimale efficace chez l’adulte est d’un comprimé pms-SUMATRIPTAN à 25 mg. La dose

maximale recommandée en une seule prise est de 100 mg. La dose optimale est d’un comprimé à

50 mg. Cependant, selon les besoins du patient et sa réponse au traitement, une dose de 100 mg peut

s’avérer nécessaire. On ne doit pas dépasser la dose recommandée.

D'après des études cliniques, environ 50 % à 75 % des patients obtiennent un soulagement de leur

céphalée dans les deux heures de l'administration par voie orale de 100 mg, alors que d’autres (15 à

25 % des patients) mettent 4 heures pour obtenir un soulagement. Des études comparatives ont

montré des taux d’efficacité similaires pour les comprimés de 50 mg et ceux de 100 mg. Il y a des

preuves selon lesquelles la dose de 50 mg ou de 100 mg serait plus efficace que celle de 25 mg.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 16

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 17 de 41

Si la migraineuse reprend, ou si le patient n’a obtenu qu’un soulagement partiel après la première

dose, on peut répéter celle-ci après 2 heures. Ne pas dépasser la dose maximale de 200 mg en 24

heures.

Si la première dose ne soulage pas la migraine, le patient ne doit pas prendre d’autres comprimés

pms-SUMATRIPTAN pour traiter la même crise parce que ceux-ci n’apporteront probablement pas

d’avantage clinique. pms-SUMATRIPTAN peut être employé pour traiter les crises de migraine

subséquentes.

Populations particulières

Adultes présentant une atteinte hépatique légère ou modérée

concentrations

plasmatiques

sumatriptan

jusqu’à

deux

fois

plus

élevés

chez

volontaires sains ont été observés chez des patient présentant une atteinte hépatique légère ou

modéré. En conséquence, l’administration d’une dose de 25 mg (un seul comprimé) peut être

considéré chez ces patients (catégorie A et B de Child Pugh) (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Populations particulières, Patients présentant une atteinte hépatique).

Adultes présentant une atteinte hépatique sévère

Toutes les formes galéniques du sumatriptan sont contre-indiquées chez les patients présentant une

atteinte hépatique sévère (voir CONTRE-INDICATIONS). pms-SUMATRIPTAN est contre-

indiqué

chez

les

patients

présentant

une

atteinte

hépatique

sévère

(voir

CONTRE-

INDICATIONS).

Administration

Le comprimé doit être avalé entier avec de l'eau. Il ne doit pas être écrasé ni mâché ni fractionné.

SURDOSAGE

Il y a eu quelques cas de surdosage avec le succinate de sumatriptan. Des doses allant jusqu’à

400 mg par voie orale n’ont pas été associées à d’autres effets indésirables que ceux qui ont déjà été

mentionnés.

Dans les cas de surdosage par le sumatriptan, on doit surveiller le patient et administrer, au besoin,

un traitement d’appoint standard. Il n'existe aucune donnée toxicocinétique.

L'effet d'une hémodialyse ou d’une dialyse péritonéale sur la concentration sérique du sumatriptan

n'est pas connu.

Pour la prise en charge d’un surdosage médicamenteux présumé,

contactez immédiatement le centre antipoison de votre région

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 17

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 18 de 41

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

Les préparations de succinate de sumatriptan se sont avérées efficaces pour le soulagement des

migraines. Le sumatriptan est un agoniste d’un sous-type de récepteur à 5-hydroxytryptamine

) vasculaire (sous-type provenant de la classe des récepteurs 5-HT

); il n’a qu’une faible

affinité pour les récepteurs 5-HT

et son action (déterminée par des essais standard de fixation de

radioligands) ou son activité pharmacologique est négligeable sur les sous-types de récepteurs 5-

, 5-HT

, 5-HT

, 5-HT

ou 5-HT

ou les récepteurs alpha

-, alpha

- ou bêta-adrénergiques, les

récepteurs à dopamine D

ou D

, les récepteurs muscariniques et les récepteurs à benzodiazépines.

L’action thérapeutique du succinate de sumatriptan dans les cas de migraine est en général attribuée

leur

activité

agoniste

récepteurs

5-HT

/5-HT

Deux

théories

sont

présentement

proposées pour expliquer l’efficacité des agonistes des récepteurs 5-HT

dans le traitement de la

migraine. Selon la première théorie, l’activation des récepteurs 5-HT

situés sur les vaisseaux

sanguins

intracrâniens

notamment

dans

anastomoses

artério-veineuses,

provoque

vasoconstriction, ce qui correspondrait au soulagement de la migraine. Selon la deuxième théorie,

l’activation

récepteurs

5-HT

situés

fibres

périvasculaires

système

trigéminal

freinerait

libération

neuropeptides

pro-inflammatoires.

théories

s’excluent

mutuellement.

Les données expérimentales provenant d’études chez l’animal indiquent que le sumatriptan active

également les récepteurs 5-HT

situés sur les terminaisons périphériques du trijumeau qui innervent

les vaisseaux sanguins intracrâniens, ce qui inhibe la libération de neuropeptides. On pense que

cette inhibition de la libération de neuropeptides peut contribuer à l’action antimigraineuse du

sumatriptan chez l’humain.

Effets cardiovasculaires

Des études in vitro sur des préparations isolées d'artères coronaires de l'épicarde humain portent à

croire que l'effet prédominant de la 5-HT (à savoir la vasoconstriction) est dû à l'activation des

récepteurs 5-HT

. Cependant, les récepteurs 5-HT

participent également dans une certaine mesure

effet.

augmentations

transitoires

pressions

systolique

diastolique

(jusqu'à

20 mm Hg)

manifestent

rapidement

quelques

minutes)

sont

survenues

après

administration par voie IV à des volontaires sains de doses allant jusqu'à 64 μg/kg (3,2 mg pour un

sujet de 50 kg). Ces changements n'étaient pas reliés à la dose et les paramètres sont redevenus

normaux dans les 10 à 15 minutes. Toutefois, après administration de 200 mg de sumatriptan par

voie orale ou de 40 mg par voie intranasale, les augmentations moyennes de la pression sanguine de

pointe

été

plus

faibles

plus

lentes

manifester

qu'après

administration

voie

intraveineuse ou sous-cutanée.

Pharmacodynamie

Un soulagement significatif commence à se faire sentir environ 10 à 15 minutes après l’injection

sous-cutanée, 15 minutes après l’administration intranasale et 30 minutes après l’administration

orale.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 18

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 19 de 41

Pharmacocinétique

Les paramètres pharmacocinétiques observés après l’administration de sumatriptan par voie orale

sont présentés au Tableau 3.

Des variations ont été observées d’un sujet à l’autre et chez le même sujet dans la plupart des

paramètres pharmacocinétiques évalués.

Tableau 3: Résumé des paramètres pharmacocinétiques

Paramètre

Administration orale

Biodisponibilité

(ng/mL)

100 mg: 50 - 60 ng/mL

25 mg: 18 ng/mL

100 mg: 0,5 - 5 h*

2 h (1,9-2,2 h)

Liaison aux protéines

14-21%

Volume de distribution

170 L

Clairance plasmatique totale

1160 mL/min

Clairance plasmatique

rénale

260 mL/min

* Les valeurs de C

ont été atteintes dans une proportion de 70 % à 80

% dans les 30 à 45 minutes suivant l’administration.

Absorption/métabolisme : Le sumatriptan, administré par voie orale est rapidement absorbé. La

faible biodisponibilité par voie orale s'explique principalement par le métabolisme du médicament

(hépatique et présystémique) et en partie par son absorption incomplète. Ni la crise migraineuse ni

la prise d'aliments ne modifient de façon significative l'absorption du sumatriptan par voie orale.

Selon des études effectuées in vitro sur des microsomes humains, il semble que le sumatriptan est

métabolisé par la monoamine-oxydase, surtout par l’isoenzyme A. Dans des études menées chez un

nombre restreint de patients, les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO) ont diminué la

clairance du sumatriptan, ce qui augmente significativement l’exposition générale au médicament.

Excrétion : La clairance extra-rénale du sumatriptan représente environ 80 % de sa clairance totale.

Le principal métabolite, un analogue de l’acide indolacétique du sumatriptan, est surtout éliminé par

les reins, sous forme d'acide libre (35 %) et de glucuronoconjugué (11 %). Cet analogue n'agit ni sur

les récepteurs 5-HT

ni sur les récepteurs 5-HT

. Aucun métabolite secondaire n'a été identifié.

Populations particulières et états pathologiques

Gériatrie : La pharmacocinétique du médicament chez les personnes âgées en bonne santé est

semblable à celle qui a été observée chez des volontaires plus jeunes (< 65 ans).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 19

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 20 de 41

ENTREPOSAGE ET STABILITÉ

Les comprimés pms-SUMATRIPTAN doivent être conservés entre 15 °C et 30 °C.

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

Éventail des présentations

Les comprimés pms-SUMATRIPTAN de 25 mg sont blancs à blancs cassés, ronds et enrobés,

portant l’inscription d’un logo « P » sur un côté et d’un « S25 » sur l’autre. Disponible en flacon de

30 comprimés et en plaquettes alvéolées de 6 comprimés (1 x 6 comprimés) dans une boîte.

Les comprimés pms-SUMATRIPTAN de 50 mg sont blancs à blancs cassés, triangulaires et

enrobés, portant l’inscription logo « S50 » sur un côté et rien sur l’autre. Disponible en flacon de 30

comprimés et en plaquettes alvéolées de 6 comprimés (1 x 6 comprimés) dans une boîte.

Les comprimés pms-SUMATRIPTAN de 100 mg sont roses, triangulaires et enrobés, portant

l’inscription logo « S100 » sur un côté et rien sur l’autre. Disponible en flacon de 30 comprimés et

en plaquettes alvéolées de 6 comprimés (1 x 6 comprimés) dans une boîte.

Chaque

comprimé

contient

25 mg,

50 mg,

100 mg

sumatriptan

(base)

sous

forme

succinate.

Composition

Les comprimés pms-SUMATRIPTAN contiennent 25 mg, 50 mg ou 100 mg de sumatriptan (base)

sous forme de succinate.

Les comprimés de pms-SUMATRIPTAN 25 mg and 50 mg contiennent aussi (ordre alphabétique) :

cellulose microcristalline, dioxyde de silice colloïdal, dioxyde de titanium, glycolate d'amidon

sodique, lactose monohydraté, polyalcool de vinyle, polyéthylèneglycol, stéarate de magnésium, et

talc.

Les comprimés de pms-SUMATRIPTAN 100 mg contiennent aussi (ordre alphabétique) : cellulose

microcristalline, dioxyde de silice colloïdal, dioxyde de titanium, glycolate d'amidon sodique, huile

coco

fractionnée,

hypromellose,

lactose

monohydraté,

maltodextrine,

oxyde

rouge,

polydextrose, stéarate de magnésium et talc.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 20

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 21 de 41

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Nom propre :

succinate de sumatriptan (USAN, BAN et DCI)

Nom chimique :

3-[2-(diméthylamino) éthyl]-N-méthyl-indole-5-méthane sulfamide,

succinate (1:1)

Formule moléculaire et masse moléculaire: C

SC

413,5 g/mol

Formule développée :

Propriétés physicochimiques : Le succinate de sumatriptan est une poudre blanche à blanc cassé,

ayant un point de fusion : entre 164,6 °C et 165,5 °C.

Solubilité : Dans l'eau (4 °C) = 54 mg/mL

Dans l'eau (20 °C) = 101 mg/mL

Dans une solution saline (0,9 % p/v, 4 °C) = 62 mg/mL

Dans une solution saline (0,9 % p/v, 20 °C) =109 mg/mL

pH et pKa : Le pH d'une solution aqueuse de succinate de

sumatriptan à 1 % p/v est d'environ 4,9.

pKa1 (acide succinique) = 4,21, 5,67

pKa2 (amine tertiaire) = 9,63

pKa3 (groupe sulfamide) > 12

Coefficient de partage (entre n-octanol et eau) : log P = 1,07 pour un

pH de 10,7

COOH

COOH

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 21

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 22 de 41

ESSAIS CLINIQUES

Études comparatives de biodisponibilité

Une étude comparative de biodisponibilité, croisée à deux bras, à dose unique, dans un état de jeûne

a été menée en utilisant les comprimées pms-SUMATRIPTAN à 100 mg contre les comprimés

IMITREX

à 100 mg de GlaxoSmithKline. L’étude était menée chez 24 sujets sains sous à jeun. Il

n’y en avait pas de retrait. Les données de biodisponibilité ont été mesurées et les résultats sont

résumés dans le tableau suivant :

Tableau 4

TABLEAU SOMMAIRE POUR LES DONNÉES COMPARATIVES DE BIODISPONIBILIÉ

POUR ÉTUDE À DOSE UNIQUE

Succinate de sumatriptan

(1 x 100 mg)

De données mesurées

Aucune correction apportée aux puissances

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV%)

PARAMÈTRE

TEST*

RÉFÉRENCE

% RAPPORT DE

LA MOYENNE

GÉOMÉTRIQUE

INTERVALL

E DE

CONFIANCE

(ng.h/mL)

194,98

200,55 (24,01)

188,28

194,40 (26,88)

103,56

97,84 - 109,61

(ng.h/mL)

207,30

212,38 (22,63)

199,93

205,37 (25,45)

103,69

97,82 - 109,91

(ng/mL)

43,47

46,21 (34,11)

42,06

43,68 (28,09)

103,37

92,81 - 115,12

2,29 (86,71)

2,23 (59,44)

----

2,42 (20,03)

2,32 (16,81)

----

* Comprimé de pms-SUMATRIPTAN à 100 mg, Pharmascience Inc.

Comprimé d’IMITREX

à 100 mg, GlaxoSmithKline Inc. et acheté au Canada.

Expression de la moyenne arithmétique (CV%) seulement.

Expression de la moyenne arithmétique (CV%) seulement.

Migraine

L’efficacité du succinate de sumatriptan en comprimés dans le traitement de la migraine a été

établie dans quatre études multicentriques, à répartition aléatoire et contrôlées par placebo. Les

patients inscrits à ces études et traités étaient majoritairement de sexe féminin (84 %), de race

blanche (98 %) et étaient âgés en moyenne de 40 ans (tranche d’âge : de 18 à 65 ans). Les patients

devaient prendre un médicament lorsqu’ils souffraient d’une céphalée modérée ou sévère. Dans

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 22

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 23 de 41

l’étude 2, jusqu’à trois doses étaient autorisées pour traiter une seule et même crise dans un délai de

24 heures : ceux qui ne répondaient pas à la première dose pouvaient prendre une deuxième dose

deux heures plus tard, et toute récurrence de la migraine pouvait être traitée avec une troisième

dose. Les études 1, 3 et 4 étaient conçues pour permettre le traitement de trois crises au maximum.

Le soulagement de la céphalée deux heures après la prise des comprimés était significativement

supérieur, sur le plan statistique, dans tous les groupes traités par le sumatriptan comparativement

au placebo (voir le tableau 5).

Tableau 5: Pourcentage de patients obtenant un soulagement de la céphalée (0/1)

1

deux

heures après la prise de comprimés pour le traitement de la migraine

Étude

Placebo (%)

25 mg (%)

50 mg (%)

100 mg (%)

Étude 1

(n = 212)

(n = 313)

Étude 2

(n = 84)

(n = 149)

Étude 3

(n = 154)

(n = 331)

Étude 4

(n = 98)

47**

(n = 303)

(n = 302)

(n = 298)

Le soulagement de la céphalée est défini comme le passage d’une céphalée de degré 3 ou 2 (sévère ou modérée) au

degré 1 ou 0 (légère ou absente).

- = non évalué

p<0,001 vs. placebo

p=0,001 vs. placebo

Dans l’étude 4, les patients recevant la dose de 50 mg (p = 0,002) ou la dose de 100 mg (p=0,003)

étaient significativement plus nombreux à obtenir un soulagement de la céphalée 2 heures après la

prise des comprimés que les patients ayant pris la dose de 25 mg.

Chez les patients souffrant au départ de nausées, de photophobie et/ou de phonophobie associées à

la migraine, la fréquence de ces symptômes a diminué à la suite de l’administration des comprimés

de succinate de sumatriptan comparativement au placebo.

Migraine cataméniale

Deux études multicentriques, à répartition aléatoire et contrôlées par placebo ont permis d’évaluer

le traitement par les comprimés de succinate de sumatriptan à 50 mg et à 100 mg administrés

pendant la phase d’intensité légère d’une crise migraineuse associée à la période menstruelle. Au

total, 816 patientes âgées en moyenne de 37 ans (tranche d’âge : 18 à 65 ans), souffrant de

migraines

depuis

moins

présentant

régulièrement

depuis

mois

migraines

menstruelles ont été admises à l’étude et traitées. La migraine menstruelle a été définie comme toute

migraine débutant au jour -2 et se poursuivant jusqu’au jour +4, le jour 1 correspondant au premier

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 23

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 24 de 41

jour des règles. Les patientes devaient traiter une seule crise migraineuse légère, modérée ou sévère

dans l’heure suivant l’apparition d’une douleur légère.

Dans le cadre du traitement de la migraine cataméniale, le pourcentage de patientes chez qui la

douleur a disparu 2 heures après la prise des comprimés était significativement supérieur, sur le plan

statistique, dans les groupes sous le succinate de sumatriptan à 50 mg et à 100 mg comparativement

au groupe placebo (voir le tableau 6).

Tableau 6: Pourcentage de patientes ayant obtenu un soulagement complet de la céphalée

1

2

heures après la prise de comprimés pour le traitement de la migraine cataméniale

Étude

Placebo (%)

50 mg (%)

100 mg (%)

Étude 1

22 (n=132)

51* (n=138)

58* (n=133)

Étude 2

29 (n=118)

51* (n=116)

61* (n=115)

Le soulagement complet de la céphalée est défini comme le passage d’une céphalée de degré 1 (douleur légère) à une

céphalée de degré 0 (absence de douleur).

p<0,001 vs. placebo

regard

symptômes

associés

migraines,

résultats

révèlent

qu’un

nombre

significativement

moindre

patientes

souffert

nausées,

photophobie

et/ou

phonophobie dans le groupe sous le succinate de sumatriptan comparativement au groupe placebo.

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

Pharmacodynamie animale

L'action du sumatriptan a été étudiée in vitro sur un grand nombre de préparations isolées, toutes

reconnues pour renfermer différents sous-types de récepteurs 5-HT.

Sur des préparations isolées de veine saphène de Beagle qui contiennent des récepteurs 5-HT

, le

sumatriptan avait une CE

- de 302 nM, alors que la 5-HT avait une CE

de 44 nM.

Sur des préparations isolées de veine saphène de chat, le sumatriptan (à des concentrations pouvant

atteindre 10 μM) n’avait aucune activité sur les récepteurs 5-HT

, ce qui porte à croire que le

sumatriptan est un agoniste très spécifique; il n'agirait donc que sur certains récepteurs 5-HT

. La

différence d'action du sumatriptan sur les récepteurs de ces deux préparations isolées (veines

saphènes de Beagle et de chat) montre que les récepteurs 5-HT

sont hétérogènes.

sumatriptan

pratiquement

aucune

activité

récepteurs

5-HT

dont

l'activation

commande la contraction de l'aorte de lapin isolée (concentration atteignant 50 μM) ni sur les

récepteurs

5-HT

dont

l'activation

commande

dépolarisation

nerf

vague

isolé

(concentration atteignant 100 μM).

Concentration molaire nécessaire pour obtenir la moitié de la réponse maximale

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 24

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 25 de 41

La sélectivité du sumatriptan a de plus été confirmée par des études sur des préparations isolées de

veine saphène de chien et de tronc basilaire de chien et de primate. Dans ces essais, l'action du

sumatriptan n'a pas été modifiée par la présence d'antagonistes sélectifs des récepteurs 5-HT

et 5-

, soit respectivement la kétansérine et le MDL72222. Des études de fixation de radioligands ont

fourni d'autres preuves de la haute spécificité du sumatriptan. Le sumatriptan a présenté une forte

affinité pour certains sous-types de récepteurs 5-HT

, notamment le sous type 5-HT

, mais il n'a

aucune affinité importante pour d'autres récepteurs à neurotransmetteurs, comme les récepteurs 5-

5-HT

5-HT

5-HT

alpha

alpha

bêta

récepteurs

dopamine

benzodiazépines ou les récepteurs muscariniques. Sur une préparation isolée de tronc basilaire

humain, la méthiothépine a antagonisé de manière spécifique et comparable les effets contractiles

de la sérotonine et du sumatriptan, ce qui porte à croire que ces deux produits font contracter cette

artère en agissant sur le même type de récepteur. Ce récepteur semble être identique au récepteur 5-

dont l'activation est responsable de la contraction de la veine saphène de chien en préparation

isolée et de la contraction des vaisseaux cérébraux du chien ou du primate.

Le sumatriptan diminue sélectivement, chez le rat et le cobaye, l'extravasation des protéines

plasmatiques dans la dure-mère que provoque la stimulation du trijumeau.

Bien

l'inhibition

libération

neurotransmetteurs

terminaisons

nerveuses

trijumeau soit mise en jeu, l'effet prédominant du sumatriptan demeurerait la vasoconstriction

directe des vaisseaux sanguins dure-mériens, phénomène qui pourrait inhiber l'extravasation. En

fait, une telle vasoconstriction durant une crise migraineuse pourrait également accroître le seuil

d'activation

nerfs

afférents

périvasculaires

diminuant

pression

vaisseaux

intracrâniens œdématiés, qui sont sensibles à la douleur.

Chez l'homme et les autres espèces animales étudiées, le principal métabolite du sumatriptan, le

GR49336, n'a aucune activité pharmacologique sur les récepteurs 5-HT

ni sur les autres sous types

de récepteurs à 5-HT vasculaires.

Chez le Beagle anesthésié, le sumatriptan (1-1 000 μg/kg, IV) a provoqué in vivo une diminution

spécifique de longue durée, liée à la dose, du débit sanguin dans les carotides, tout en ne modifiant

que peu ou pas la tension artérielle. La dose IV de sumatriptan capable de provoquer la moitié de la

vasoconstriction maximale a été de 39 ± 8 μg/kg. La vasoconstriction maximale a été atteinte avec

des doses IV comprises entre 300 et 1 000 μg/kg.

Chez le Beagle anesthésié, la vasoconstriction des carotides provoquée par le sumatriptan est

réalisée par l'activation des récepteurs 5-HT

puisqu'elle est contrée par la méthiothépine, un

antagoniste sélectif de ces récepteurs.

Chez le chat anesthésié, le sumatriptan (30-1 000 μg/kg, IV) a provoqué une diminution, liée à la

dose, de la proportion du débit cardiaque traversant les anastomoses artério-veineuses.

À des doses atteignant 1 000 μg/kg, IV, le sumatriptan a eu peu d'effet sur la résistance vasculaire

dans bien d'autres lits vasculaires. Par contre, l'administration d'ergotamine (30 μg/kg) a causé des

augmentations importantes de la vasoconstriction dans la plupart des lits vasculaires examinés.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 25

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 26 de 41

Le sumatriptan n'a pas modifié chez le chat anesthésié l'activité vagale efférente ni par action

centrale ni par interférence avec la neurotransmission cholinergique des terminaisons nerveuses du

vague dans le myocarde.

Il n'a eu aucun effet antinociceptif chez les rongeurs et, par conséquent, il est peu probable que son

efficacité dans le soulagement des migraines s'explique par une action analgésique généralisée.

Chez le singe éveillé, à des doses cumulatives atteignant 1 000 μg/kg, il n'y a eu aucun effet

significatif sur la tension artérielle, la fréquence cardiaque, l’ÉCG ni la fréquence respiratoire,

explicable par l'administration IV de sumatriptan par voie IV.

Le sumatriptan à des doses atteignant 1 mg/kg a eu, chez le Beagle, peu ou pas d'effet sur la

pression artérielle pulmonaire et sur la pression œsophagienne. Il a également eu peu ou pas d'effet

sur la résistance périphérique totale et n'a causé qu'une légère augmentation du débit cardiaque et du

débit systolique.

Chez le rat, le sumatriptan (1 et 10 mg/kg, i.p.) a provoqué une augmentation, liée à la dose, de la

vitesse de vidange gastrique, effet dont l'amplitude était comparable à celle obtenue avec le

métoclopramide, à des doses de 5-20 mg/kg, i.p.

Pharmacocinétique animale

L'absorption de médicament radiomarqué après une seule prise orale de sumatriptan a été à la fois

rapide

importante

chez

souris,

rat,

lapin

chien.

biodisponibilité

après

administration par voie orale de 37 % chez le rat (5 mg/kg), de 23 % chez le lapin (5 mg/kg) et de

58 % chez le chien (1 mg/kg) indique que le métabolisme de premier passage chez ces espèces varie

de modéré à important. Chez le chien, cette conclusion est étayée par la présence d'une faible

clairance métabolique comparativement au débit sanguin hépatique. Après administration IV, le

composé original est rapidement éliminé du plasma chez la souris, le rat et le lapin (t

= 1,2 heure)

mais

moins

rapidement

chez

chien

heures).

sécrétion

tubulaire

active

sumatriptan est observée dans les reins, chez le rat et le lapin, mais non chez le chien où

l'élimination se fait surtout par voie métabolique.

Chez la souris, le rat, le lapin et le chien, la pharmacocinétique du sumatriptan pris en doses

répétées est généralement compatible avec les données obtenues pour des doses uniques. Les taux

plasmatiques

atteints

chez

espèces

révèlent

concentrations

sumatriptan

sont

proportionnelles à la dose orale jusqu'à une valeur de 160 mg/kg chez la souris, de 200 mg/kg chez

le rat (dose sous-cutanée atteignant 25 mg/kg), de 400 mg/kg chez le lapin et de 100 mg/kg chez le

chien (doses sous-cutanées atteignant 24 mg/kg).

Chez le rat ou le chien, la concentration plasmatique maximale de sumatriptan après administration

intranasale a été atteinte après environ 30 minutes; chez le singe, elle a été atteinte après 15 minutes.

On a observé un deuxième pic plasmatique chez certains animaux après 90 à 120 minutes, ce qui

semble indiquer qu’une partie de la dose avalée a été absorbée.

Chez le chien, la concentration plasmatique maximale de sumatriptan atteinte après administration

par voie orale ou sous-cutanée a été respectivement 35 et 75 fois plus élevée que celle atteinte chez

l'homme après administration de doses thérapeutiques standard.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 26

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 27 de 41

Rien n'indique qu'il y ait accumulation ou inhibition/induction d'enzymes chez les espèces étudiées.

Le médicament radiomarqué était largement distribué dans tout l'organisme après administration par

voie orale ou intraveineuse de sumatriptan radiomarqué. Le passage dans le système nerveux central

était faible.

Le médicament radiomarqué était éliminé rapidement de tous les tissus sauf des yeux où il se

fixerait à la mélanine dans le tractus uvéal.

Chez toutes les espèces étudiées, la fixation du sumatriptan aux protéines plasmatiques, pour des

concentrations allant de 10 à 1 000 ng/mL, était faible, soit 21 % ou moins. Le

C-GR43175 était

fixé aux hématies de façon réversible.

Des études sur le passage transplacentaire menées chez le rat et le lapin ont montré que les fœtus

avaient été exposés à de faibles taux de sumatriptan et de substances connexes. Le sumatriptan et les

substances connexes ont passé dans le lait chez la rate et y a atteint des concentrations supérieures à

celles observées dans le plasma maternel.

Après administration par voie orale à des lapins et à des chiens, par voie IV à des chiens et par voie

intranasale à des rats et à des chiens, le principal métabolite formé a été le GR49336, un dérivé de

l’acide indolacétique.

Ce métabolite est également détecté de façon importante dans l’urine après administration par voie

orale, IV et intranasale chez le rat et après administration par voie IV chez le lapin. Il semble donc

que la désamination oxydative est la principale voie métabolique chez toutes les espèces animales

étudiées.

Chez

souris,

lapin,

mais

chez

chien,

chaîne

latérale

méthylaminosulfonylméthyle du sumatriptan est métabolisée, et le dérivé N-déméthylé obtenu se

retrouve dans l’urine.

Chez la souris, le lapin et le chien après administration par voie orale ou IV et chez le rat après

administration IV seulement, l'excrétion se fait surtout par les reins.

Après administration par voie orale à des rats, le produit et ses substances connexes sont surtout

éliminés dans les selles.

Pharmacodynamie clinique

L'administration par voie s.-c. de 6 mg de sumatriptan, deux fois par jour, pendant 5 jours, à des

sujets sains a provoqué une légère augmentation des pressions systolique et diastolique moyennes

(6-8 mm Hg) et une légère diminution de la fréquence cardiaque (1-7 bpm).

effets

vasopresseurs

sont

également

manifestés

après

l'administration

voie

orale

atteignant une intensité maximale moyenne légèrement plus faible et plus lente à apparaître,

qu'après l'administration par voie parentérale. Une dose orale unique de 200 mg de sumatriptan a

causé une augmentation significative des pressions systolique et diastolique (de 16 mm Hg et de

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 27

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 28 de 41

5 mm Hg, respectivement); cependant, l'administration répétée de la dose (200 mg, trois fois par

jour pendant 7 autres jours) n'a pas fait apparaître d'autres effets vasopresseurs.

Chez les hypertendus souffrant de migraine commune ou classique, de légères augmentations

transitoires des pressions systolique et diastolique (augmentation maximale moyenne : 6/6 mm Hg)

sont apparues peu de temps après l'administration s.-c. de doses de 6 mg, puis elles sont disparues

en moins de 60 minutes. Une augmentation, liée à la dose, de la pression systolique (14 mm Hg) a

été observée chez les sujets âgés ayant pris 200 mg de sumatriptan par voie orale.

Le sumatriptan n'a eu aucun effet sur la fonction cardiaque des migraineux qui en avaient reçu

64 μg/kg par perfusion IV Des épreuves d'effort effectuées après chaque perfusion ont montré que

le sumatriptan n'a pas eu d'effet sur la fraction d'éjection du ventricule gauche ni au repos ni après

l'effort, et aucune différence n'a été notée entre le placebo et le sumatriptan.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Des doses orales uniques de sumatriptan atteignant 2 000 mg/kg chez le rat et 1 200 mg/kg chez la

souris ont été bien tolérées.

Des chiens ont aussi survécu à de fortes doses de sumatriptan (500 mg/kg) administrées par voie

orale.

Chez le rat, une dose de 2 mg/kg administrée par voie sous-cutanée a été mortelle. Chez le chien,

des doses de 20 ou de 100 mg/kg administrées par voie sous-cutanée n'ont pas été mortelles. Les

réactions au traitement ont été semblables, indépendamment des espèces animales et des voies

d'administration utilisées. Exception faite des dommages au site d'injection, aucun changement

macroscopique ni microscopique n'a été observé dans les tissus (voir le tableau 7).

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 28

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 29 de 41

Tableau 7: Résultats d'études de toxicité aiguë (DL

50

) chez la souris, le rat et le chien

Espèce/souche

Voie

DL

50

Approx.

(mg/kg)

DNLM

(mg/kg)

DLM

(mg/kg)

Souris: CRH

Souris: CRH

ORALE

INTRAVEINEUX

1 500

>

<

1 200

>

1 200

Rat: RH

Rat: SD

ORALE

ORALE

>

2 000

>

2 000

2 000

2 000

>

2 000

>

2 000

Rat: RH

INTRAVEINEUX

>

>

Rat: SD

SOUS-CUTANÉE

1 200

1 400

1 000

Chien: Beagle

ORALE

>

>

>

Chien: Beagle

SOUS-CUTANÉE

>

>

DNLM - dose non létale maximale

- dose létale minimale

- Mâle

- Femelle

Études à long terme

Des études de toxicité subaiguë ont été menées sur des périodes allant jusqu'à 6 semaines chez des

rats

sumatriptan

été

administré

voie

orale

(gavage)

doses

atteignant

500 mg/kg/jour ou par voie sous-cutanée à des doses atteignant 81 mg/kg/jour.

Les signes cliniques observés après administration par voie orale ont été généralement mineurs et

transitoires; ils sont survenus surtout à des doses de 500 mg/kg/jour. Ces signes comprenaient :

érythème post-traitement, mydriase, ataxie, salivation, manque d'entrain, changements posturaux et

yeux larmoyants.

Les réactions chez les rats recevant par voie sous-cutanée des doses de sumatriptan atteignant

81 mg/kg/jour étaient semblables. Une irritation au site d'injection était accompagnée de : réaction

inflammatoire marquée, nécrose locale, hémorragie, infiltration, formation de tissus granuleux,

dégénérescence musculaire locale puis réparation. Ces réactions étaient liées à la dose.

Chez le chien ayant reçu par voie orale du sumatriptan (1-100 mg/kg/jour) pendant une période

pouvant atteindre six semaines, les signes cliniques observés comprenaient : agitation de la tête,

grattement, salivation, tremblements, agitation, émission de sons, mydriase et vasodilatation. Ces

effets étaient liés à la dose. Une tachycardie qui durait plusieurs heures, souvent suivie d'une

bradycardie, s'est manifestée. Aucun changement dans l’ÉCG n'a été noté.

L'administration

sous-cutanée

sumatriptan

(1-16 mg/kg/jour)

pendant

période

pouvant

atteindre 6 semaines a provoqué chez le chien, aux sites d'injection, des réactions semblables à

celles observées chez le rat.

Des études de toxicité chronique ont été menées chez le rat pendant 24 semaines et 72 semaines, et

chez le chien pendant 26 semaines et 60 semaines.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 29

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 30 de 41

Dans les études qui ont duré 24 et 72 semaines et qui ont été menées chez des rats recevant par voie

orale des doses de sumatriptan de 5, 50 ou 500 mg/kg/jour, les signes cliniques ont été semblables à

ceux observés dans des études antérieures de toxicité par voie orale menées chez le rat; ces signes

étaient légers et transitoires.

Le gain de poids a été plus rapide chez les animaux des deux sexes ayant reçu 50 ou 500 mg/kg/jour

que chez les témoins. Ce phénomène a été expliqué par une plus grande consommation de

nourriture.

faibles

diminutions

taux

cholestérol

été

souvent

observées

doses

500 mg/kg/jour. De même, des augmentations, liées à la dose, du poids spécifique de l'urine ont été

observées tout au long des 72 semaines de l'étude dans le groupe qui recevait 500 mg/kg/jour. Ces

augmentations

n'avaient

aucune

signification

toxicologique.

L'interruption

traitement

s'accompagnait généralement d'une récupération.

Aucun changement tissulaire macroscopique ni microscopique associé au traitement n'a été observé

dans les deux études en question.

Une étude à long terme portant sur la toxicité du produit administré à doses répétées par voie sous-

cutanée a été menée pendant 24 semaines chez des rats RH; les doses de sumatriptan étaient de 1, 8

et 64 mg/kg/jour.

Il y a eu, à l'occasion, apparition passagère de masses au site d'injection chez les animaux qui

avaient reçu la plus forte dose de sumatriptan. Des lésions au site d’injection s’observaient

également chez les animaux en période de récupération. Les rats de ce groupe ont présenté des

signes de neutrophilie et de lymphocytose.

Chez les animaux ayant reçu la forte dose, les réactions aux sites d'injection étaient semblables à

celles observées au cours des études de toxicité précédentes.

Les études qui ont duré 26 et 60 semaines et qui portaient sur des doses orales de 2, 10 et

50 mg/kg/jour ont été menées chez des chiens Beagle.

Une augmentation modérée de la fréquence cardiaque a été observée avec la dose intermédiaire

(10 mg/kg/jour) (étude de 60 semaines) et avec la forte dose (50 mg/kg/jour) (études de 26 et de 60

semaines). L'augmentation durait jusqu'à 7 heures après la prise du médicament, et une diminution

de la

fréquence cardiaque liée

à la dose s'observait 24 heures après la prise de 10 ou de

50 mg/kg/jour. Il n'y avait cependant aucun changement dans le rythme. Dans les deux études, les

animaux des deux sexes ayant reçu 50 mg/kg/jour ont présenté une légère baisse du gain pondéral.

Dans l'étude de 60 semaines, des changements transitoires liés à la dose sont survenus à la surface

de la cornée. Cependant, ces changements n'étaient pas associés au traitement, comme l'ont montré

les examens microscopiques.

L'analyse du poids des organes a montré qu'il y avait une augmentation significative du poids du

cœur chez les femelles de tous les groupes de l'étude de 26 semaines. Par contre, dans l'étude de 60

semaines, le traitement n'a eu aucun effet sur le poids des organes.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 30

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 31 de 41

Une étude à long terme portant sur la toxicité du produit administré à doses répétées par voie sous-

cutanée a été menée pendant 24 semaines chez des Beagles; les doses de sumatriptan étaient de 1,

de 3,5 et de 12 mg/kg/jour. Les réactions aux sites d'injection comprenaient : œdème, hémorragies

marquées, inflammation modérée/chronique et faible artérite. Certains changements mineurs aux

sites d'injection ont aussi été notés après 5 semaines de récupération.

Des changements transitoires du film lacrymal pré-cornéen liés

à la

dose ont été observés.

Cependant la cornée et les tissus avoisinants ne présentaient aucune atteinte microscopique.

Dans le groupe ayant reçu la forte dose (12 mg/kg/jour), l'analyse hématologique a montré une

légère diminution de certains paramètres relatifs aux globules rouges. Aucun changement dans les

réticulocytes n'a été observé. Bien qu'à cette dose le nombre total de leucocytes n'ait pas changé, le

nombre de lymphocytes était généralement plus faible et celui des neutrophiles légèrement plus

élevé.

seul

changement

observé

durant

période

récupération

été

diminution

statistiquement significative du taux d'hémoglobine chez les mâles.

Carcinogenèse

Le pouvoir cancérigène du sumatriptan a été évalué dans une étude de 78 semaines menée chez des

souris ayant reçu des doses orales de 10, 60 ou 160 mg (base)/kg/jour. Deux groupes de 102 souris

chacun n'ont reçu que le véhicule.

Des tumeurs ont été découvertes chez plus de la moitié des mâles et chez moins de la moitié des

femelles, tous les groupes traités étant confondus. L'augmentation de la fréquence des tumeurs

hémolymphoréticulaires

mortelles

chez

mâles

ayant

reçu

60 mg/kg/jour

été

statistiquement significative que comparée

à celle du groupe témoin. Étant donné que cette

augmentation n'est pas liée à la dose, elle a été considérée comme n'ayant aucune signification

toxicologique. Rien n'indiquait que l'administration de sumatriptan, quelle que fût la dose, modifiait

l'incidence d'une tumeur spécifique ou de lésions non néoplasiques.

Une étude de 104 semaines a été menée chez des rats Sprague-Dawley; ils ont reçu par voie orale

des doses de 10, 60 ou 360 mg (base)/kg/jour. Deux groupes témoins de 100 animaux chacun n'ont

reçu que le véhicule.

L'augmentation de la fréquence des tumeurs non fatales de la médullosurrénale (phéochromocytome

bénin ou malin) chez les mâles ayant reçu 10 ou 60 mg/kg/jour et chez les mâles ayant reçu

360 mg/kg/jour était significative. Comparée à celle du

groupe témoin, l'augmentation de la

fréquence des tumeurs bénignes des cellules interstitielles du testicule (cellules de Leydig) était

significative. Les tumeurs de la médullosurrénale étaient aussi significativement plus fréquentes

chez les femelles ayant reçu 60 ou 360 mg/kg/jour. La comparaison de ces résultats avec les valeurs

de référence concernant les deux types de tumeurs chez cette espèce ne montrait pas de différence,

traitement

long

terme

sumatriptan

n'induisait,

chez

l'espèce

étudiée,

aucune

augmentation de la fréquence de tumeurs, qui soit imputable au médicament.

Mutagenèse

Dans des études menées in vitro avec des mutants de Salmonella typhimurium, Escherichia coli ou

Saccharomyces cerevisiae, avec ou sans activation par un système enzymatique de foie de rat

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 31

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 32 de 41

capable de métaboliser les médicaments, le sumatriptan n'a présenté aucun pouvoir mutagène,

décelable ou reproductible, supérieur à celui observé chez les témoins. De plus, aucun effet

clastogène statistiquement significatif n'a été observé ni in vitro dans des cultures de lymphocytes

périphériques humains à la dose maximale de 1 000 μg/mL, en présence d'un système enzymatique

de foie de rat capable de métaboliser les médicaments, ni in vivo dans le test de formation des

micronoyaux chez le rat, à la dose maximale de 1 000 mg/kg.

À la plus forte concentration (5 000 μg/mL) testée in vitro sur des cellules de mammifères V-79, le

sumatriptan s'est uniquement révélé faiblement cytotoxique.

Reproduction et tératologie

Dans des études d'organogenèse menées chez le rat, des doses orales atteignant 500 mg/kg/jour

n'ont eu aucun effet indésirable sur les paramètres fœtaux évalués, mais une dose orale de

1 000 mg/kg/jour s’est révélée toxique tant pour la mère que pour l'embryon.

Deux études d'organogenèse ont été effectuées chez le lapin, à l'aide de doses orales de 5, 25 et

100 mg/kg/jour dans une étude, et de 5, 15 et 50 mg/kg/jour dans l'autre étude. Le sumatriptan a été

administré des jours 8 à 20 de la grossesse.

Au cours de la première étude, aucun effet indésirable n'est survenu aux deux doses les plus faibles.

À la dose la plus élevée (100 mg/kg), on a observé une réduction sévère du gain pondéral chez la

mère, signalant une toxicité maternelle à cette dose. Par rapport à un groupe témoin non traité, on a

observé une augmentation non significative du taux de mortalité intra-utérine postimplantation

(8,3 % dans le groupe témoin à 21,2 % dans le groupe recevant la dose élevée; intervalle de 1,7 à

15,2 % dans le groupe témoin). De plus, on a observé une augmentation de la fréquence de

variations légères dans la position de certains vaisseaux sanguins naissant de l’arc aortique. Dans le

groupe témoin non traité, la fréquence de telles variations chez les fœtus était de 5,5 % (3 portées

sur 10 étaient atteintes), comparativement à 23,1 % chez les fœtus du groupe ayant reçu la dose

maternelle toxique de 100 mg/kg (4 portées sur 5 étaient atteintes). Ce type de modification est

observé

fréquemment

chez

témoins

traités

(fréquence

17,5 %

chez

témoins

historiques, soit 44 portées atteintes sur 91) et ne compromet ni la santé ni la survie.

Dans la seconde étude de doses orales, les résultats ont été semblables. Aucun effet indésirable n'est

apparu aux deux doses les plus faibles. À la dose la plus élevée (50 mg/kg), une réduction sévère du

gain pondéral chez la mère a été observée. Divers effets attribués à la toxicité maternelle ont été

observés également chez les fœtus. Il y a eu une légère réduction du poids fœtal moyen (37,7 g chez

les témoins; 35,3 g pour la dose de 50 mg/kg), de légères augmentations dans la fréquence des

variantes squelettiques courantes (fréquence de 8,8 % pour les témoins, et de 20,8 % pour la dose de

50 mg/kg; la moyenne de référence est de 6,2 %, avec un intervalle de 1,3 % à 13,3 %), ainsi qu'une

augmentation de la fréquence des modifications d'emplacement de certains vaisseaux de l’arc

aortique (fréquence de 12,8 % chez les témoins, soit 3 portées atteintes sur 20, et de 25 % pour la

dose de 50 mg/kg, soit 10 portées atteintes sur 14).

Les études sur le transfert placentaire chez des lapines gravides ont montré que de petites quantités

de sumatriptan peuvent traverser la barrière placentaire. La quantité décelée était de 71,2 ng de

sumatriptan

gramme

fœtus

après

l’administration

d’une

dose

orale

5 mg/kg.

concentrations sanguines du médicament à cette dose étaient de 172 à 269 ng/mL. À la dose

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 32

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 33 de 41

maternelle toxique chez le lapin (50 mg/kg), les concentrations atteintes dans le sang étaient de

3 180 à 6 750 ng/mL.

Dans des études d'organogenèse où des doses IV atteignant 12,5 mg/kg/jour ont été administrées à

des rats, des côtes soudées ont été observées à 2,5 mg/kg/jour; une queue rudimentaire et une

dilatation des bassinets rénaux l'ont été à 12,5 mg/kg/jour. Le traitement n'a eu d'effet indésirable ni

sur les mères ni sur les fœtus, et les malformations observées n'ont pas été reliées au traitement étant

donné qu'elles surviennent spontanément dans le groupe témoin de la souche de rats choisie.

Des lapins ont également reçu des doses IV atteignant 8,0 mg/kg/jour, qui n'ont causé aucun effet

tératogène. Cependant, au cours de la première étude, on a observé une tendance vers une

augmentation liée

à la dose de la mortalité

prénatale, statistiquement significative, qui était

apparemment due à la toxicité maternelle. Au cours de la seconde étude, aucune toxicité maternelle

ni augmentation de la mortalité prénatale n'ont été observées à la suite de l'administration par voie

IV de doses atteignant 2,0 mg/kg/jour.

Des études de fertilité ont été menées chez le rat. Des doses atteignant 500 mg/kg/jour par voie

orale et 60 mg/kg/jour par voie sous-cutanée n'ont causé aucun effet indésirable sur la performance

reproductrice des parents traités ni sur la croissance ou le développement des deux générations

successives non traitées.

Des études péri- et postnatales ont été menées chez le rat. Des doses atteignant 1 000 mg/kg/jour par

voie orale et 81 mg/kg/jour par voie sous-cutanée n'ont occasionné aucun effet indésirable sur le

plan

toxicologique

aurait

influencer

développement

péri-

postnatal

petits.

Cependant, l'administration par voie orale de 1 000 mg/kg/jour pendant les périodes de gestation ou

d'allaitement a provoqué une diminution du poids corporel des mères et des fœtus.

Une évaluation globale des effets du sumatriptan sur la reproduction montre que ce médicament

n'est pas tératogène chez le rat. De plus, on n'a observé aucun effet indésirable sur la fertilité ni sur

le développement postnatal. Lors d'études sur la reproduction chez le lapin, en administrant le

médicament par voie orale, on a constaté une fréquence accrue de variations de la configuration des

vaisseaux sanguins cervico-thoraciques chez le fœtus. Les constatations n'ont toutefois été faites

qu'à des doses toxiques pour la mère, doses entraînant des taux sanguins plus de 50 fois supérieurs à

ceux observés après administration de doses thérapeutiques chez l'humain. Une association directe

avec le traitement par le sumatriptan est peu probable, mais ne saurait être exclue. On ignore

l'importance de cette constatation pour l'être humain.

Tolérance locale

Chez

lapin,

l'administration

voie

s.-c.

i.m.de

1 mL

d'une

solution

sumatriptan

(50 mg/mL) n'a causé aucun signe apparent d'irritation; elle n'a causé qu'une légère nécrose dans les

couches les plus profondes des muscles sous-épidermiques. Tandis que les lésions sous-cutanées ont

guéri rapidement et sans complications, les lésions intramusculaires ont été modérément lentes à

guérir.

plus

faible

concentration

(2,5 mg/mL),

aucun

signe

d'irritation

sous-cutanée

intramusculaire n'a été observé.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 33

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 34 de 41

Dans des études de toxicité du produit administré par inhalation (chien, singe), on n’a observé

aucune irritation des voies nasales ou des tissus des voies respiratoires après l’administration

intranasale du sumatriptan.

Irritation de la peau et des yeux

Le sumatriptan cause peu ou pas d'irritation chez le cobaye lorsqu'il est appliqué sur la peau et

aucune irritation chez le lapin lorsqu'il est appliqué dans l'œil.

Le sumatriptan n'a pas un pouvoir de sensibiliser la peau qui soit décelable chez le cobaye soumis à

une période d'induction de 12 jours (0,05 mL d'une solution à 10 % appliquée sur la peau) avant la

provocation avec du sumatriptan.

Susceptibilité à la dépendance

La susceptibilité à la physicodépendance au sumatriptan a été évaluée chez le singe Cynomolgus à

qui on a administré une dose orale de 5 mg/kg, soit la plus faible dose tolérable qui cause des effets

légers ou modérés sur le SNC.

Les changements comportementaux notés après le retrait du sumatriptan étaient peu nombreux,

sporadiques, non soutenus et n'étaient pas observables chez tous les animaux. Il semble que le

sumatriptan ne possède pas la capacité de créer une physicodépendance, contrairement à des

composés comme les opiacés ou les benzodiazépines.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 34

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 35 de 41

RÉFÉRENCES

1. Blau JN. Migraine: A vasomotor instability of the meningeal circulation. Lancet1978;

2(8100):1136-1139.

2. Blier P, Bergeron R. The safety of concomitant use of sumatriptan and antidepressant treatments.

J Clin Psychopharmacol 1995; 15(2):106-109.

3. Bradley PB, Engel G, Feniuk W, Fozard JR, Humphrey PP, Middlemiss DN et al. Proposals for

the classification and nomenclature of functional receptors for5-hydroxytryptamine.

Neuropharmacology 1986;25(6):563-576.

4. Brown EG, Endersby CA, Smith RN, Talbot JCC. The safety and tolerability of sumatriptan: an

overview. European Neurology 1991;31(5):339-344.

5. Buzzi MG, Moskowitz MA. The anti-migraine drug sumatriptan (GR43175) selectively blocks

neurogenic plasma extravasation from blood vessels in dura mater. British Journal of

Pharmacology 1990;99:202-206.

6.Cutler N, Mushet GR, Davis R, Clements B, Whitcher L. Oral sumatriptan for the acute treatment

of migraine: evaluation of three dosage strengths. Neurology 1995; 45(8 Suppl 7):S5-S9.

7.Dawson A. The Efficacy of Sumatriptan in the Acute Treatment of the Nonheadache Symptoms

of the Migraine Attack. European Journal of Clin Res 1995; 7:87-101.

8.Dixon CM, Park GR, Tarbit MH. Characterization of the enzyme responsible for the metabolism

of sumatriptan in human liver. Biochem Pharmacol 1994; 47(7):1253-1257.

9. Doenicke A, Melchart D, Blayliss EM. Effective improvement of symptoms in patients with

acute migraine by GR43175 administered in dispersible tablets. Cephalgia 1989; 9 suppl. 9:89-

10. Friberg L, Olesen J, Iversen HK, Sperling B. Migraine pain associated with middle cerebral

artery dilatation: reversal by sumatriptan. Lancet 1991;338(8758):13-17.

11. Friedman AP, Merritt HH. Treatment of headache. JAMA 1957; 163(13):1111-1117.

12. Goldstein M, Chen TC. The epidemiology of disabling headache. Adv Neurol 1982;33:377-

390.

13. Headache Classification Committee of the International Headache Society. Classification and

diagnostic criteria for headache disorders, cranial neuralgias and facial pain. Cephalalgia 1988;8

suppl 7:1-96.

14. Heyck H. Pathogenesis of migraine. Research and clinical studies in headache - an international

review. 1969; 2:1-28.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 35

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 36 de 41

15. Humphrey PP, Feniuk W, Perren MJ, Connor HE, Oxford AW, Coates LH et al. GR43175, a

selective agonist for the 5-HT

- like receptor in dog isolate saphenous vein. Br J Pharmacol

1988;94(4):1123-1132.

16. Humphrey PP, Feniuk W, Perren MJ, Connor HE, Oxford AW. The pharmacology of the novel

5-HT1-like- receptor agonist, GR43175. Cephalalgia 1989;9(supp 9):23-33.

17. Kimball RW, Friedman HP, Vallejo E. Effect of serotonin in migraine patients. Neurology

(New York) 1960;10:107-11.

18.Leung M, Ong M. Lack of an interaction between sumatriptan and selective serotonin reuptake

inhibitors. Headache 1995; 35(8):488-489.

19. Linet MS, Stewart WF. Migraine headache: epidemiologic perspectives. Epidemiol Rev.

1984;6:107-139.

20.Mathew NT, Tietjen GE, Lucker C. Serotonin syndrome complicating migraine

pharmacotherapy. Cephalalgia 1996; 16(5):323-327.

21. McCarthy BG, Peroutka SJ. Comparative neuropharmacology of dihydroergotamine and

sumatriptan (GR43175). Headache 1989;29(7):420-422.

22. Moskowitz MA and Buzzi MG. The superior pericarotid cavernous sinus pleuxs and cluster

headaches. In: Sandler M and Collins GM eds. Migraine: a spectrum of ideas. Oxford

University Press 1990:119-127.

23. Moskowitz MA, Buzzi MG. Neuroeffector functions of sensory fibres: implications for

headache mechanisms and drug actions. Journal of Neurology 1991, 238:S18-S22.

24. Nielsen TH, Tfelt-Hansen P. Lack of effect of GR43175 on peripheral arteries in man.

Cephalalgia 1989;9(suppl 9):93-95.

25. Olesen J. The pathophysiology of migraine. Handbook of clinical neurology. 1986; 48(4):59-83.

26. Olsen, TS, Olesen J. Regional cerebral blood flow in migraine and cluster headache. Basic

mechanisms of headache. 1988:377-391.

27.Sargent J, Kirchner JR, Davis R, Kirkhart B. Oral sumatriptan is effective and well tolerated for

the acute treatment of migraine: results of a multicenter study. Neurology 1995; 45(8 Suppl

7):S10-S14.

28. Sutherland JM, Eadie MJ. Cluster headache. Research and clinical studies in headache. 1970;

3:92-125.

29. The Multinational Oral Sumatriptan and Cafergot Comparative Study Group. A randomized,

double-blind comparison of sumatriptan and Cafergot in the acute treatment of migraine.

European Neurology 1991;31(5):314-322.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 36

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 37 de 41

30. The Oral Sumatriptan Dose Defining Study Group. Sumatriptan - and oral dose- defining study.

European Neurology 1991;31(5):300-305.

31. The Oral Sumatriptan International Multiple-dose Study Group. Evaluation of a multiple-dose

regimen of oral sumatriptan for the acute treatment of migraine. European Neurology

1991;31(5):306-313.

32. Visser WH, de Vriend RH, Jaspers MW, Ferrari MD. Sumatriptan in clinical practice: A 2-year

review of 453 migraine patients. Neurology 1996;47(1):46-51.

33. Monographie de produit : IMITREX

(succinate de sumatriptan), GlaxoSmithKline inc. Date

de révision : 24 juillet 2014, numéro de contrôle : 174758.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 37

IMPORTANT: VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 38 de 41

PARTIE III: RENSEIGNEMENTS POUR LE

CONSOMMATEUR

Pr

pms-SUMATRIPTAN

Comprimés de succinate de sumatriptan, USP

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la

« monographie de produit » publiée à la suite de l’approbation de

pms-SUMATRIPTAN pour la vente au Canada, et s’adresse tout

particulièrement aux consommateurs. Veuillez lire attentivement

dépliant

avant

commencer

prendre

pms-

SUMATRIPTAN. Le présent dépliant n’est qu’un résumé et ne

donne donc pas tous les renseignements pertinents au sujet de

pms-SUMATRIPTAN. Ne jetez pas ce dépliant avant d’avoir

fini

prendre

votre

médicament.

Vous

pourriez

vouloir

consulter

nouveau.

Pour

toute

question

sujet

médicament,

communiquez

avec

votre

médecin

votre

pharmacien.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

votre

médicament

pms-SUMATRIPTAN

(succinate

sumatriptan).

peut

être

obtenu

ordonnance. La décision d’utiliser pms-SUMATRIPTAN doit

être prise par vous et par votre médecin, compte tenu de vos

préférences et de votre état de santé. Si vous présentez des

facteurs de risque de maladie du cœur (p. ex. hypertension, taux

élevé de cholestérol, obésité, diabète, tabagisme, antécédents

familiaux importants de maladie du cœur, ou si vous êtes une

femme ménopausée ou un homme de plus de 40 ans), vous devez

le dire à votre médecin, qui évaluera votre état cardiovasculaire

pour déterminer si pms-SUMATRIPTAN en comprimés vous

convient.

Les raisons d’utiliser ce médicament :

pms-SUMATRIPTAN sert à soulager les maux de tête et autres

symptômes

associés

crise

migraineuse.

pms-

SUMATRIPTAN ne doit pas être utilisé de façon continue

pour prévenir ou pour espacer les crises. N’utilisez pms-

SUMATRIPTAN en comprimés que pour traiter une crise

migraineuse en cours.

Les effets de ce médicament :

Les migraines seraient causées par une dilatation (gonflement)

des vaisseaux sanguins dans la tête. pms-SUMATRIPTAN, en

rétrécissant ces vaisseaux, soulage les symptômes de la migraine.

Les

circonstances

il

est

déconseillé

d’utiliser

ce

médicament :

N’utilisez pas pms-SUMATRIPTAN si:

vous êtes allergique au sumatriptan ou à l’un des ingrédients

entrant

dans

composition

produit

(voir

ingrédients non médicinaux sont : »);

vous avez des antécédents de maladie cardiaque ou vous

présentez

signes

symptômes

d’une

maladie

cardiaque;

vous souffrez d’hypertension (haute pression);

vous prenez, ou vous avez pris récemment (dans les 2

semaines),

inhibiteur

monoamine-oxydase

(IMAO);

vous prenez, ou vous avez pris récemment (dans les 24

heures), un médicament contenant de l’ergotamine ou ses

dérivés ou un autre triptan pour traiter une migraine;

vous souffrez d’une maladie du foie, quelle que soit sa

gravité.

pms-SUMATRIPTAN

doit

être

utilisé

pour

traiter

d’autres types de maux de tête qui sont différents des crises de

migraine.

L’ingrédient médicinal est :

Le succinate de sumatriptan.

Les ingrédients non médicinaux sont :

25 mg et 50 mg : Cellulose microcristalline, dioxyde de silice

colloïdal, dioxyde de titanium, glycolate d'amidon sodique,

lactose monohydraté, polyalcool de vinyle,

polyéthylèneglycol, stéarate de magnésium, sucrose et talc.

100 mg : Cellulose microcristalline, dioxyde de silice

colloïdal, dioxyde de titanium, glycolate d'amidon sodique,

huile de coco fractionnée, hypromellose, lactose monohydraté,

maltodextrine, oxyde de fer rouge, polydextrose, stéarate de

magnésium et talc.

Formes posologiques :

Comprimés : 25 mg, 50 mg et 100 mg

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Consultez

votre

médecin

votre

pharmacien

AVANT

d’utiliser pms-SUMATRIPTAN si:

vous

êtes

enceinte

pensez

l’être;

vous

essayez

devenir

enceinte;

vous

utilisez

méthode

contraception inadéquate; ou vous allaitez.

vous avez des douleurs à la poitrine, une maladie du

cœur, des essoufflements ou des battements de cœur

irréguliers; vous avez déjà eu une crise cardiaque ou

vous souffrez d’angine de poitrine.

vous présentez des facteurs de risque de maladie du

cœur (p. ex. hypertension, taux élevé de cholestérol,

obésité,

diabète,

tabagisme,

antécédents

familiaux

importants de maladie du cœur, femme ménopausée,

homme de plus de 40 ans).

vous

avez

déjà

été

obligé

cesser

prendre

médicament ou tout autre médicament en raison d’une

allergie ou d’autres problèmes ou vous êtes allergique aux

médicaments contenant un sulfamide.

vous prenez des médicaments, y compris des médicaments

contre la migraine comme un autre triptan, un agoniste des

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 38

IMPORTANT: VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 39 de 41

récepteurs 5-HT

ou un produit contenant de l’ergotamine,

de la dihydroergotamine ou du méthysergide.

vous avez déjà eu de la difficulté à bouger un côté de votre

corps lorsque vous avez un mal de tête.

vous avez déjà été atteint d’un accident vasculaire cérébral,

d’ischémie

cérébrale

transitoire

syndrome

Raynaud.

vous avez moins de 18 ans.

vous avez plus de 65 ans.

vous prenez un médicament contre la dépression (p. ex.,

lithium,

inhibiteur

monoamine-oxydase,

inhibiteur

sélectif du recaptage de la sérotonine [ISRS] ou inhibiteur

du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline [IRSN]).

vous avez déjà eu, ou vous avez présentement, une maladie

du foie ou des reins.

vous avez eu par le passé ou il vous arrive encore d’avoir

des crises d’épilepsie ou des convulsions.

tête

différent

crises

migraine

habituelles.

pms-SUMATRIPTAN ne doit pas être utilisé de façon continue

pour

prévenir

pour

espacer

crises.

N’utilisez

pms-

SUMATRIPTAN

pour

traiter

crise

migraineuse

cours.

Si vous prenez trop souvent pms-SUMATRIPTAN, cela pourrait

aggraver vos maux de tête. Si c’est le cas, votre médecin pourrait

vous demander d’arrêter de prendre pms-SUMATRIPTAN.

Emploi de pms-SUMATRIPTAN durant la grossesse :

Ne prenez pas pms-SUMATRIPTAN si vous êtes enceinte, si

vous croyez l’être ou si vous tentez de le devenir, ou encore si

vous

n’utilisez

méthode

contraceptive

appropriée,

moins d’en avoir discuté avec votre médecin.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Ne prenez pas pms-SUMATRIPTAN si vous prenez, ou si vous

avez pris récemment (au cours des deux dernières semaines), un

inhibiteur

monoamine-oxydase

(IMAO)

(dans

dernières 24 heures) un médicament contre la migraine contenant

l’ergotamine

dérivé

l’ergot

dihydroergotamine ou méthysergide) ou d’autres triptans dans

les dernières 24 heures.

Avant

commencer

prendre

pms-SUMATRIPTAN, vous

devez

informer

votre

médecin

vous

prenez,

avez

pris

récemment, d’autres médicaments (sur ordonnance ou en vente

libre, y compris les produits naturels ou les remèdes à base de

plantes

médicinales),

surtout

antidépresseurs

comme

inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) ou

certains agents tricycliques.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE

MÉDICAMENT

L’étiquette du flacon ou le dépliant inclus devrait indiquer

combien de fois vous devez prendre votre médicament, ainsi

que la dose. Si tel n’est pas le cas ou si vous n’êtes pas sûr,

demandez à votre médecin ou à votre pharmacien. Ne dépassez

JAMAIS la dose prescrite et ne prenez pas votre médicament

plus souvent que prescrit.

Dose habituelle :

Adultes : Prenez le médicament en suivant les directives de

votre médecin. Si le premier comprimé ne soulage pas votre

mal de tête, ne prenez pas une autre dose de sumatriptan pour

traiter la même crise. Vous pouvez cependant prendre des

analgésiques autres que des préparations à base d'ergotamine

pour

soulager

douleur.

pms-SUMATRIPTAN

peut

être

utilisé

pour

traiter

crises

subséquentes.

pms-

SUMATRIPTAN peut être pris à n’importe quel moment au

cours de la migraine.

Si les symptômes réapparaissent et que cela fait au moins 2

heures que vous avez pris la première dose, vous pouvez

prendre un deuxième comprimé.

Ne prenez pas plus de 200 mg par période de 24 heures.

pms-SUMATRIPTAN

peut être pris avec ou sans nourriture.

Le comprimé doit être avalé entier avec de l'eau. Il ne doit pas

être écrasé, mâché ni fractionné.

Surdose :

En cas de surdose, communiquez immédiatement avec

un professionnel de la santé, le service des urgences

d’un hôpital ou le centre antipoison de la région, même

si vous ne présentez pas de symptômes.

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI CONCERNE LES

EFFETS SECONDAIRES

Comme

tous

médicaments,

pms-SUMATRIPTAN

peut

entraîner des effets secondaires. Mais vous pourriez ne pas en

éprouver du tout. Chez la plupart des personnes, les effets

secondaires

sont

plus

souvent

mineurs

temporaires.

Cependant, certains peuvent être graves. Si vous présentez les

effets

secondaires

suivants

d’autres,

consultez

votre

médecin.

effets

secondaires

plus

courants

succinate

sumatriptan sont les suivants :

douleur, pression ou serrement dans une partie du corps, y

compris la poitrine et la gorge ;

sensation de lourdeur ;

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 39

IMPORTANT: VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 40 de 41

sensations inhabituelles comme des engourdissements, des

picotements ou une sensation de chaleur, de brûlure ou de

froid ;

bouffées de chaleur (rougeur passagère du visage) ;

nausées ou vomissements ;

étourdissements ;

somnolence ;

fatigue ;

faiblesse.

L’emploi

pms-SUMATRIPTAN

pourrait

provoquer

somnolence. Ne conduisez pas de véhicule et n’utilisez pas de

machine à moins d’être certain que vous n’êtes pas somnolent.

Parmi les autres effets secondaires, citons :

battements

cœur

anormalement

lents

rapides,

sensation de battements du cœur irréguliers ou puissants ;

troubles

visuels,

habituellement

temporaires

(scotome,

nystagmus, papillotements, diplopie) ;

dystonie (tremblements ou mouvement incontrôlés) ;

perte de la couleur normale des doigts et des orteils.

Si ces effets se manifestent, prévenez votre médecin la prochaine

fois que vous le consulterez. Très rarement, certaines personnes

ont signalé les effets secondaires plus graves suivants. Pour

obtenir plus de renseignements sur ce qu’il faut faire si ces effets

surviennent, veuillez consulter le tableau figurant à la fin de cette

section.

Douleur ou serrement dans la poitrine ou dans la gorge

Perte de vision

Essoufflement;

respiration

sifflante;

serrement

dans

poitrine; enflure des paupières, du visage ou des lèvres;

éruption cutanée; boursouflures

Convulsions

Douleurs abdominales soudaines ou intenses

Coloration violacée persistante des mains ou des pieds.

Si vous ne vous sentez pas bien d’une façon ou d’une autre ou

que vous ressentez des symptômes que vous ne comprenez pas

ou qui vous inquiètent, contactez votre médecin immédiatement.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

PROCÉDURES À SUIVRE

Symptômes / effet

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de prendre

le médicament et

faites appel à un

service d’urgence

médicale

immédiate ment

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous les

cas

Fréquent

Sensations

inhabituelles

comme

engourdissements

, des picotements

ou une sensation

de chaleur ou de

froid;

douleur,

lourdeur

pression

dans

n’importe

quelle

partie du corps, y

compris

poitrine

gorge

Très rare

Symptômes d’une

crise

cardiaque

[douleur

poitrine,

transpiration,

essoufflement]

Très rare

Battements

cœur

anormalement

lents

rapides,

sensation

battements

cœur

irréguliers

ou puissants

Très rare

Réactions

allergiques

[essoufflement,

respiration

sifflante

soudaine,

serrement

poitrine,

enflure

des paupières, du

visage

lèvres,

éruption

cutanée

avec

boursouflure

urticaire]

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 40

IMPORTANT: VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

pms-SUMATRIPTAN Monographie de produit Page 41 de 41

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

PROCÉDURES À SUIVRE

Symptômes / effet

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de prendre

le médicament et

faites appel à un

service d’urgence

médicale

immédiate ment

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous les

cas

Très rare

Convulsions

[perte

conscience

s’accompagnant

tremblements

incontrôlables

(«crise»)]

Très rare

Douleur

abdominale basse

et/ou

saignement

rectal sévère

Très rare

Phénomène

Raynaud

[coloration

violacée

persistante

mains

pieds]

Très

rare

Perte de vision

Cette liste d’effets secondaires n’est pas exhaustive. Si pms-

SUMATRIPTAN cause un effet inattendu, veuillez communiquer

avec votre médecin ou votre pharmacien.

COMMENT CONSERVER LE

MÉDICAMENT

Conservez votre médicament dans un endroit sûr, hors de la

portée des enfants, car ce médicament peut leur être nuisible.

Gardez les comprimés dans un endroit sec et frais (de 15 °C à 30

°C).

Si la date limite d’utilisation de votre médicament est passée

(elle est indiquée sur l’emballage), jetez-le selon les directives

fournies.

votre

médecin

décide

d’interrompre

votre

traitement,

conservez aucun médicament, sauf s’il vous dit le contraire.

Jetez votre médicament selon les directives fournies.

Rappel :

NE JAMAIS OUBLIER : Ce médicament vous est destiné.

Seul un médecin peut vous le prescrire. N’en donnez jamais à

quelqu’un d’autre même si ses symptômes ressemblent aux

vôtres, car ce médicament peut lui être nuisible.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

On peut obtenir ce document et la monographie complète du

produit,

rédigée

pour

professionnels

santé

communiquant avec Pharmascience inc., au 1-888-550-6060.

Ce dépliant a été rédigé par

Pharmascience inc.

Montréal, Québec

H4P 2T4

www.pharmascience.com

Dernière révision: 8 décembre 2014

SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES

Vous

pouvez

contribuer

l’amélioration

l’utilisation

sécuritaire des produits de

santé pour les Canadiens en

signalant tout effet secondaire grave ou imprévu à Santé

Canada. Votre déclaration peut nous permettre d’identifier

nouveaux

effets

secondaires

changer

renseignements liés à l'innocuité des produits.

3 façons de signaler :

Faire une déclaration en ligne au MedEffet;

Téléphoner au numéro sans frais 1-866-234-2345; ou

Envoyer

formulaire

déclaration

effets

secondaires du consommateur par télécopieur ou par la

poste :

- Numéro de télécopieur sans frais 1-866-678-6789

- Adresse postale : Programme Canada Vigilance

Santé Canada

Indice de l’adresse : 0701E

Ottawa (Ontario)

K1A 0K9

Des étiquettes d’adresse prépayées et le formulaire

sont disponibles au MedEffet.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si

vous avez besoin de renseignements sur le traitement des

effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne

donne pas de conseils médicaux.

Pristine Product Monograph - Second Language

Pg. 41

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information