ALPRAZOLAM Gnr 0,5 mg, comprimé sécable

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

06-09-2013

Ingrédients actifs:
alprazolam
Disponible depuis:
SANDOZ
Code ATC:
N05B A12
DCI (Dénomination commune internationale):
alprazolam
Dosage:
0,50 mg
forme pharmaceutique:
comprimé
Composition:
composition pour un comprimé > alprazolam : 0,50 mg
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
Dérivés des benzodiazépines
Descriptif du produit:
273 378-7 ou 34009 273 378 7 1 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 10 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;273 379-3 ou 34009 273 379 3 2 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 20 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;273 380-1 ou 34009 273 380 1 4 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 30 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;584 829-0 ou 34009 584 829 0 8 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 40 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;584 830-9 ou 34009 584 830 9 7 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 50 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;584 831-5 ou 34009 584 831 5 8 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 60 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;584 832-1 ou 34009 584 832 1 9 - plaquette(s) PVC-Aluminium de 100 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;
Statut de autorisation:
Abrogée
Numéro d'autorisation:
66713787
Date de l'autorisation:
2013-08-02

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 06/09/2013

Dénomination du médicament

ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu’un d’autre, même en cas de symptômes

identiques, cela pourrait lui être nocif.

Si l’un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice,

parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. Qu'est-ce que ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

3. Comment prendre ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

6. Informations supplémentaires.

1. QU’EST-CE QUE ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique

ALPRAZOLAM GNR appartient à une classe de médicaments appelés « benzodiazépines ». Les benzodiazépines affectent

l'activité chimique du cerveau pour favoriser le sommeil et réduire l’appréhension et l'inquiétude.

Indications thérapeutiques

ALPRAZOLAM GNR est utilisé pour traiter l'anxiété sévère, invalidante, ou qui provoque un grande détresse chez le patient.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé

sécable ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Si votre médecin vous a informé(e) d'une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

Contre-indications

Ne prenez jamais ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable dans les cas suivants :

si vous êtes allergique (hypersensible) à l'alprazolam ou à l'un des autres composants d'ALPRAZOLAM GNR, ou si vous

avez déjà fait une réaction allergique à une autre benzodiazépine,

si vous souffrez de myasthénie grave (faiblesse musculaire sévère),

si vous avez une affection pulmonaire grave, par exemple une bronchite ou un emphysème,

si vous faites de « l'apnée du sommeil », avec de brèves interruptions de la respiration pendant le sommeil,

si vous avez une maladie grave du foie.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable

Si vous remarquez que l'effet des comprimés s'atténue après quelques semaines d'utilisation.

Si vous êtes troublé par des symptômes indiquant une dépendance physique et psychologique à l'alprazolam.

Une dépendance psychologique se remarque par le fait de ne plus vouloir arrêter de prendre le médicament. La

dépendance physique se caractérise par la survenue de symptômes de sevrage en cas d'interruption brutale du

traitement avec ce médicament (voir la rubrique « Si vous arrêtez de prendre ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé

sécable »).

Le risque de dépendance augmente avec la dose et la durée du traitement. Par conséquent, la durée de traitement doit

être la plus courte possible.

Si vous avez déjà été dépendant à l'alcool et/ou à des drogues, le danger de dépendance à l'alprazolam est plus élevé.

Si vous éprouvez des pertes de mémoire.

Celles-ci se produisent quelques heures après la prise du comprimé. Voir la rubrique 4 « Quels sont les effets

indésirables éventuels ? ».

Si vous présentez des réactions paradoxales, telles que :

anxiété,

irritabilité,

crises de fureur,

cauchemars,

insomnies accrues,

perceptions de choses qui n'existent pas (hallucinations),

troubles mentaux sévères avec altération du contrôle du comportement et des actions (psychose),

comportement inapproprié et autres troubles du comportement.

Ces réactions paradoxales se produisent plus fréquemment chez les enfants et les patients âgés. Si des symptômes de

ce type surviennent, prévenez votre médecin, car il se peut qu'il soit nécessaire d'interrompre le traitement.

Si vous souffrez d'une oppression thoracique chronique, vous devez savoir qu'ALPRAZOLAM GNR est susceptible

d'aggraver ce trouble.

Si vous consommez de manière concomitante de l'alcool ou des tranquillisants, car l'effet sédatif d’ALPRAZOLAM GNR

peut être renforcé.

Si vous souffrez de dépression grave. ALPRAZOLAM GNR peut parfois provoquer une humeur excessivement enjouée

(mania) ou une augmentation des tendances suicidaires.

Si vous souffrez de psychose - une maladie mentale grave qui perturbe votre comportement, vos actions et votre maîtrise de

soi, alors ALPRAZOLAM GNR ne convient pas pour vous.

Si vous présentez ou risquez de présenter une certaine forme d'augmentation brutale de la tension à l'intérieur des globes

oculaires (glaucome à angle fermé).

L’utilisation de ce médicament est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en

lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Si vous êtes ou avez déjà été dans l'un des cas mentionnés ci-dessus, veuillez en parler à votre médecin.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments :

Si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, parlez-en

à votre médecin ou à votre pharmacien.

Médicaments qui renforcent l'effet sédatif d'ALPRAZOLAM GNR :

somnifères et tranquillisants,

médicaments utilisés pour le traitement des troubles mentaux graves (antipsychotiques),

médicaments utilisés pour traiter la dépression grave,

certains antalgiques puissants, comme la morphine, dérivé opioïde.

Ces antalgiques peuvent également renforcer l'euphorie et le risque de dépendance :

médicaments utilisés pour traiter l'épilepsie,

médicaments utilisés dans l'anesthésie,

certains médicaments utilisés pour traiter les allergies, appelés antihistaminiques sédatifs.

Médicaments qui renforcent l'effet d'Alprazolam GNR par blocage de la dégradation de l'alprazolam dans le foie :

néfazodone, fluvoxamine, fluoxétine, sertraline, médicaments utilisés pour traiter la dépression sévère,

la cimétidine, un médicament utilisé pour traiter les troubles gastriques,

certains médicaments utilisés pour traiter le SIDA (appelés inhibiteurs de la protéase du VIH, par exemple le saquinavir et

l'indinavir),

le dextropropoxyphène, un médicament utilisé pour traiter la douleur,

la pilule contraceptive orale,

le diltiazem, un médicament utilisé pour traiter l'hypertension et certains problèmes cardiaques,

les antibiotiques de la famille des macrolides, comme l'érythromycine, qui sont utilisés dans le traitement des infections,

certains médicaments utilisés pour traiter les infections fongiques, comme le kétoconazole et l'itraconazole.

Médicaments qui réduisent l'effet d'ALPRAZOLAM GNR par accélération de la dégradation de l'alprazolam dans le foie :

la carbamazépine ou la phénytoïne, qui sont des médicaments utilisés pour traiter l'épilepsie et d'autres affections,

le millepertuis, qui est un médicament de phytothérapie utilisé pour traiter la dépression,

la rifampicine, utilisée pour traiter la tuberculose.

Médicaments dont les effets sont renforcés par l'ALPRAZOLAM GNR :

la digoxine, un médicament utilisé pour traiter l'insuffisance cardiaque et les troubles du rythme cardiaque,

le risque d'intoxication à la digoxine est particulièrement accru chez les patients âgés, et lorsque les doses

d'ALPRAZOLAM GNR excèdent 1 mg par jour.

les médicaments myorelaxants, comme le pancuronium et l'atracurium,

l'effet myorelaxant peut être accru, notamment au début du traitement par ALPRAZOLAM GNR,

l'imipramine et la désipramine, des médicaments utilisés pour traiter la dépression sévère,

la clozapine, un médicament utilisé pour traiter un trouble mental sévère (la psychose).

Le risque d'arrêt respiratoire et/ou cardiaque peut être accru.

Interactions avec les aliments et les boissons

Aliments et boissons

Il convient d'éviter de boire de l'alcool pendant le traitement par Alprazolam GNR, car cela peut renforcer l'effet sédatif.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Grossesse

On ne dispose pas d'expérience suffisante sur l’utilisation de l'alprazolam chez la femme enceinte. Si vous êtes enceinte ou

envisagez de l'être, ne prenez pas ALPRAZOLAM GNR, sauf si votre médecin estime que c'est nécessaire. Les

observations chez les humains ont indiqué que l'alprazolam risquait d'être nuisible pour l'enfant à naître. Si vous êtes

enceinte ou envisagez de l’être, consultez votre médecin sur la possibilité d'arrêter le traitement. Si vous prenez

ALPRAZOLAM GNR jusqu'à l'accouchement, prévenez votre médecin, car il se peut que votre enfant présente des

symptômes de sevrage à la naissance.

Allaitement

Il existe un risque d'effet sur le nourrisson. Vous ne devez donc pas allaiter pendant le traitement par ALPRAZOLAM GNR.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

ALPRAZOLAM GNR peut provoquer des effets indésirables tels que :

somnolence,

perte de mémoire,

relaxation musculaire,

baisse de la concentration.

Votre capacité de réaction peut donc être affectée, en particulier si vous n'avez pas suffisamment dormi. Ces effets peuvent

être renforcés si vous buvez de l'alcool. Évitez de conduire ou d'utiliser des machines pendant le traitement par

ALPRAZOLAM GNR.

Liste des excipients à effet notoire

Informations importantes concernant certains composants d’ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable:

ALPRAZOLAM GNR contient du lactose.

3. COMMENT PRENDRE ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

Instructions pour un bon usage

Prenez toujours ALPRAZOLAM GNR conformément aux indications de votre médecin. En cas de doute, consultez votre

médecin ou votre pharmacien.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Adultes

Dose initiale : 0,25 à 0,5 mg trois fois par jour.

Si l'effet est insuffisant, votre médecin pourra augmenter la posologie jusqu'à un maximum de 3 mg par jour (= 24 heures),

réparties en plusieurs administrations

Patients âgés, affaiblis, et patients présentant une altération de la fonction rénale ou un léger dysfonctionnement du foie

Dose initiale : 0,25 mg deux à trois fois par jour (24 heures).

Si l'effet est insuffisant, votre médecin pourra augmenter la posologie jusqu'à un maximum de 0,75 mg par jour (= 24 heures),

réparties sur plusieurs administrations.

ALPRAZOLAM GNR est prévu pour un usage oral. Les comprimés doivent être pris à la même heure chaque jour, avec un

verre d'eau. Le comprimé peut être pris indépendamment des heures de repas.

Les patients présentant une réduction sévère de la fonction rénale ne doivent pas prendre ALPRAZOLAM GNR (voir

rubrique 2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg,

comprimé sécable ?).

Enfants âgés de moins de 18 ans

Les patients de cette tranche d'âge ne doivent pas prendre AlPRAZOLAM GNR, car la sécurité d'emploi et l'efficacité n'ont

pas été déterminées.

Si vous sentez que l’effet d’ALPRAZOLAM GNR est trop fort ou trop faible, demandez conseil à votre médecin ou à votre

pharmacien.

Durée du traitement

Le traitement par ALPRAZOLAM GNR doit être aussi bref que possible. Cela signifie que vous ne recevrez normalement

pas ALPRAZOLAM GNR sur une durée supérieure 8 à 12 semaines, y compris la période de réduction graduelle. Dans

certains cas, votre médecin peut décider de prolonger la durée du traitement. Le traitement par ALPRAZOLAM GNR ne doit

pas être étendu au-delà de 12 semaines sans que votre médecin n'examine votre état de santé. En effet, les

benzodiazépines peuvent provoquer l'apparition d'une dépendance physique ou psychique à ce type de produits.

Le risque de dépendance augmente avec la dose et la durée du traitement, mais il est également plus élevé chez les

patients ayant des antécédents d'alcoolisme ou de toxicomanie. Si ce point vous préoccupe, parlez-en à votre médecin.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus d’ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable que vous n’auriez dû :

Contactez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien. Les symptômes de surdosage incluent :

somnolence,

confusion,

léthargie.

En cas de surdosage important, les symptômes peuvent être des problèmes de coordination, tels que :

démarche ivre,

réduction du tonus musculaire,

baisse de la pression artérielle,

arrêt respiratoire,

dans de rares cas, coma,

fatal dans de très rares cas.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez de prendre ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable :

Si vous avez oublié de prendre une dose, vous pouvez encore la prendre, sauf s'il est presque l'heure de prendre la dose

suivante. Dans ce cas, prenez la dose suivante normalement.

Ne prenez pas de dose double d'ALPRAZOLAM GNR pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Risque de syndrome de sevrage

Si vous arrêtez de prendre ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable:

Si vous arrêtez brutalement de prendre ALPRAZOLAM GNR, des symptômes de sevrage peuvent se produire

immédiatement ou quelques jours après, comme des changements d'humeur, des insomnies ou une nervosité. Ce risque

sera accru si vous réduisez la dose trop rapidement ou si vous arrêtez le traitement brutalement.

L'interruption brutale de ce médicament n'est donc pas recommandée. Votre médecin réduira la posologie progressivement.

Cela doit s'effectuer en réduisant la dose tous les trois jours d'un maximum de 0,5 mg. Il peut, dans certains cas, être

nécessaire de réduire la dose plus lentement.

Si vous avez toute autre question sur l’utilisation de ce produit, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable est susceptible d'avoir des effets

indésirables, bien que tout le monde n’y soit pas sujet.

Les symptômes suivants se produisent en particulier en début de traitement et disparaissent habituellement par la suite :

Fréquent affecte 1 à 10 personnes sur 100 :

somnolence.

Peu fréquent affecte 1 à 10 personnes sur 1 000 :

vertiges,

troubles visuels tels que vision trouble ou vision double.

Fréquence indéterminée, la fréquence ne peut être estimée à partie des données disponibles :

impression d'être sans vie,

réduction de la vigilance,

confusion,

fatigue,

maux de tête,

faiblesse musculaire,

problèmes de coordination, telle que sensation d'ivresse.

Autres effets indésirables

Peu fréquent affecte 1 à 10 personnes sur 1 000 :

troubles gastro-intestinaux, tels que constipation, diarrhée, nausées et vomissements,

réactions cutanées.

Rare affecte 1 à 10 personnes sur 10 000 :

perte de la mémoire d'événements qui se sont produits quelques heures après la prise des comprimés.

Cet effet peut s'accompagner d'un comportement inapproprié, en particulier à doses élevées, voir aussi la rubrique «

Faites attention avec ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable »,

réactions psychiatriques et « paradoxales » telles que :

nervosité,

excitation,

agitation,

irritabilité,

agressivité,

perturbations des pensées (délires) au cours desquelles le patient adhère de manière rigide à une idée,

éclats de fureur,

cauchemars,

perceptions d'objets qui n'existent pas,

trouble mental sévère avec altération du contrôle sur son propre comportement et ses actions (psychose)

un comportement inapproprié et d'autres troubles du comportement peuvent survenir, notamment chez les enfants et les

sujets âgés.

Très rare affecte moins de 1 personne sur 10 000 :

augmentation de la tension intraoculaire.

Fréquence indéterminée, la fréquence ne peut être estimée à partie des données disponibles :

perte d'appétit (anorexie)

stimulation de l'appétit et prise de poids

difficultés pour avaler

baisse de la pression artérielle

baisse de la libido

bouche sèche, augmentation de la salivation, nez pris et accélération du rythme cardiaque

problèmes de concentration

problèmes de tonus musculaire

difficultés d'élocution

troubles menstruels

incapacité à retenir l'urine et/ou les fèces

incapacité à uriner en raison de troubles de la vidange de la vessie

troubles de la fonction hépatique et jaunisse

concentration anormalement élevée d'une hormone spécifique (la prolactine) dans le sang, qui régule principalement la

production de lait

dépression

Une dépression préexistante non diagnostiquée peut devenir apparente pendant l'utilisation d'Alprazolam GNR.

Dépendance (voir la rubrique « Faites attention avec ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable »).

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent

graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Ceci s’applique aussi

à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice.

Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration Agence nationale

de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site

internet: www.ansm.sante.fr. En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la

sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser Alprazolam GNR après la date de péremption mentionnée sur la plaquette et sur la boîte après la mention

EXP. La date de péremption renvoie au dernier jour du mois.

Conditions de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

A conserver dans l’emballage d’origine à l’abri de la lumière.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout-à-l’égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien

ce qu’il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l’environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable ?

La substance active est : l’alprazolam

Un comprimé contient 0,5 mg d’alprazolam.

Les autres composants sont :

Docusate sodique, benzoate de sodium, amidon de pomme de terre prégélatinisé, cellulose microcristalline (E460), lactose

monohydraté, stéarate de magnésium (E572), silice colloïdale anhydre (E551), laque aluminique d’érythrosine (E127).

Forme pharmaceutique et contenu

Qu’est-ce que ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable et contenu de l’emballage extérieur ?

Comprimé rose, oblong, avec une barre de cassure, gravé « APZM 0,5 ».

Le comprimé peut être divisé en doses égales.

Boîte de 10, 20, 30, 40, 50, 60 ou 100 comprimés sous plaquettes.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire

SANDOZ

49 avenue Georges Pompidou

92593 LEVALLOIS-PERRET CEDEX

Exploitant

SANDOZ

49 avenue Georges Pompidou

92593 LEVALLOIS-PERRET CEDEX

Fabricant

DRAGENOPHARM APOTHEKER PUSCHL GMBH

GOLLSTR 1

84529 TITTMONING

ALLEMAGNE

SALUTAS PHARMA GMBH

OTTO-VON-GUERICKE-ALLEE 1

39179 BARLEBEN

ALLEMAGNE

SALUTAS PHARMA GMBH

DIESELSTRASSE 5

70839 GERLINGEN

ALLEMAGNE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants :

Conformément à la réglementation en vigueur.

Date d’approbation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’Ansm (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Sans objet.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 06/09/2013

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

ALPRAZOLAM GNR 0,5 mg, comprimé sécable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Un comprimé contient 0,5 mg d’alprazolam.

Excipient : un comprimé contient 92,22 mg de lactose (sous forme monohydratée)

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Comprimé sécable.

Comprimé rose, oblong, avec une barre de cassure, gravé « APZM 0,5 ».

Le comprimé peut être divisé en doses égales.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

Traitement symptomatique de l’anxiété.

L’alprazolam ne sera utilisé que si les troubles sont sévères ou invalidants, ou s’ils provoquent une souffrance excessive

chez le patient.

4.2. Posologie et mode d'administration

La durée de traitement doit être aussi brève que possible. L'état du patient sera réévalué à intervalles réguliers, afin de

déterminer la nécessité de poursuivre le traitement, notamment si le patient ne présente plus de symptômes. La durée totale

du traitement n'excèdera pas 8 à 12 semaines, en incluant la période de réduction posologique progressive. La prolongation

du traitement peut être nécessaire dans certaines circonstances, mais elle ne saurait être décidée sans une réévaluation de

l’état du patient.

La posologie optimale d’alprazolam sera déterminée individuellement en fonction de la sévérité des symptômes et de la

réponse du patient.

De manière générale, les symptômes d’anxiété pathologique peuvent être traités efficacement chez la plupart des patients

avec une dose comprise entre 0,5 mg par jour et 3 mg par jour, dose maximum à ne pas dépasser, répartie en plusieurs

prises. Les patients n’ayant jamais pris de médicaments psychotropes au préalable, ainsi que les patients alcooliques

chroniques, requièrent des doses moins élevées que ceux qui ont déjà été traités par des tranquillisants, des

antidépresseurs ou des hypnotiques. Afin d’éviter toute ataxie et toute sédation excessive, il est recommandé d’utiliser la

dose efficace la plus faible.

Adultes

Posologie initiale* : 0,25 mg à 0,5 mg, trois fois par jour

Posologie* : 0,5 mg à 3 mg par jour au maximum, fractionnés en plusieurs prises

Patients âgés ou affaiblis, et patients présentant des troubles de la fonction rénale ou une altération de la fonction hépatique

Posologie initiale* : 0,25 mg deux ou trois fois par jour

Posologie* : 0,5 mg à 0,75 mg par jour, fractionnés en plusieurs prises. Réduire progressivement la posologie si nécessaire,

et si la pathologie le permet.

* Si des effets indésirables surviennent, la posologie sera réduite.

Patients âgés de moins de 18 ans

La sécurité d’emploi et l’efficacité n’ayant pas été déterminées, l’alprazolam ne sera pas administré à cette population de

patients.

Arrêt du traitement

La posologie sera réduite progressivement. Il est recommandé de réduire la dose quotidienne d’alprazolam à un rythme

n’excédant pas 0,5 mg tous les trois jours. Chez certains patients, il peut en effet être nécessaire de réduire la dose de

manière encore plus progressive.

4.3. Contre-indications

Myasthénie grave.

Hypersensibilité au principe actif, aux benzodiazépines ou à l’un des excipients.

Insuffisance respiratoire sévère.

Syndrome d’apnée du sommeil.

Insuffisance hépatique sévère.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Tolérance

L’effet hypnotique peut diminuer suite à une administration répétée sur une période de plusieurs semaines.

Dépendance

L’usage chronique de benzodiazépines peut donner lieu à l’apparition d’une dépendance physique ou psychologique. Le

risque de dépendance augmente avec la posologie et la durée du traitement. Le risque est également accru chez les

patients présentant des antécédents d’alcoolisme. En cas de dépendance physique, l’arrêt du traitement s’accompagne d’un

phénomène de sevrage. Il peut se manifester par des céphalées et des douleurs musculaires, une anxiété sévère et une

tension, des troubles du sommeil, de la nervosité, une confusion et une irritabilité. Dans les cas sévères, on observe les

symptômes suivants : dépersonnalisation, déréalisation, hyperacousie, perte de la sensation et sensations de picotement

dans les membres, hyperréactivité à la lumière, au son et au toucher, hallucinations et crises d’épilepsie. Les symptômes de

sevrage peuvent se manifester plusieurs jours après la fin du traitement.

Anxiété et tension liées au rebond

Lors de l’interruption du traitement par l’alprazolam, un syndrome transitoire peut se produire, au cours duquel les

symptômes ayant dicté l’instauration d’un traitement par une benzodiazépine (ou une benzodiazépine apparentée)

ressurgissent avec une sévérité accrue. Ce syndrome peut s’accompagner de sautes d’humeur, d’insomnies et de nervosité.

Le risque de phénomène de sevrage/de rebond étant plus élevé suite à une réduction posologique rapide ou à l'arrêt brutal

du traitement, il est recommandé de réduire la dose progressivement (retrait graduel).

Durée du traitement

La durée du traitement doit être aussi brève que possible (voir rubrique 4.2), en fonction de l'indication, mais dans les cas

d’anxiété et de tension, elle n’excèdera pas 8 à 12 semaines, y compris la période de retrait graduel. La prolongation du

traitement n’est envisageable qu’à l’issue d’une réévaluation de l’état du patient.

Il peut être important d’informer le patient dès le début du traitement que la durée en sera limitée, et d’expliquer clairement

comment la posologie sera progressivement réduite.

Il est essentiel de préparer le patient à la survenue de symptômes de rebond, afin d’éviter autant que possible toute gêne

liée à ces symptômes à la fin du traitement. Dans le cas des benzodiazépines ayant une demi-vie courte, certains éléments

indiquent l’existence de symptômes de sevrage dans l’intervalle entre deux administrations, notamment en cas de posologie

élevée. Si l’on utilise des benzodiazépines à demi-vie longue, il est important de mentionner que la prudence impose de ne

pas passer à des benzodiazépines à demi-vie courte, en raison de la survenue possible d’un syndrome de sevrage.

Amnésie

Comme les autres benzodiazépines, l’alprazolam est susceptible de provoquer une amnésie antérograde. Celle-ci survient

en général plusieurs heures après la prise du médicament (voir aussi rubrique 4.8).

Réactions psychiatriques et paradoxales

En cas de survenue de symptômes tels que nervosité, agitation, irritabilité, crises de fureur, cauchemars, insomnies

exacerbées, hallucinations, psychoses, comportement inapproprié, délire oniroïde et autres troubles du comportement,

l’utilisation du médicament devra être interrompue. Les réactions paradoxales sont plus fréquentes chez l’enfant et le patient

âgé.

Populations particulières

La sécurité d’emploi et l’efficacité n’ayant pas été démontrées chez les patients âgés de moins de 18 ans, l’alprazolam ne

sera pas administré dans cette population de patients.

Les patients âgés seront de préférence traités avec une dose plus faible que la posologie habituelle (voir rubrique 4.2).

L’alprazolam sera utilisé avec précaution chez ces patients, car il existe un risque de chute lié aux effets myorelaxants des

benzodiazépines.

Chez les patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique, une dose plus faible sera administrée, en raison de

l’éventualité d’une dépression respiratoire.

Les benzodiazépines pouvant favoriser la survenue d’une encéphalopathie, elles sont contre-indiquées chez les patients

atteints de troubles hépatiques sévères.

Les benzodiazépines ne sont pas efficaces dans le traitement primaire des psychoses.

Dans de rares cas, des épisodes maniaques ont été rapportés chez des patients atteints de dépression latente.

Les benzodiazépines ne sont pas efficaces dans le traitement primaire de la dépression sévère, et ne doivent pas être

utilisées seules dans le traitement de l’anxiété associée à la dépression sévère, car les patients atteints de ces troubles

peuvent développer un risque suicidaire. En cas d’administration du médicament à des patients sévèrement déprimés et

suicidaires, il est impératif de prendre les précautions qui s’imposent et de prescrire les doses appropriées.

En raison de la survenue possible d’effets indésirables anticholinergiques, les benzodiazépines doivent être utilisées avec

une grande prudence chez les patients atteints de glaucome à angle fermé en phase aiguë ou chez les patients y étant

prédisposés.

Les benzodiazépines seront également employées avec la plus grande précaution chez les patients ayant des antécédents

d’alcoolisme ou de toxicomanie.

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au

galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies

héréditaires rares).

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Interactions pharmacodynamiques

Médicaments psychotropes

La prudence est de rigueur en cas d’utilisation concomitante avec d’autres médicaments psychotropes. Une dépression

exacerbée du système nerveux central peut se produire en cas d'utilisation concomitante de ce médicament avec d'autres

produits psychotropes, tels que les antipsychotiques (neuroleptiques), les hypnotiques, les sédatifs, les antidépresseurs, les

antalgiques narcotiques, les anti-épileptiques, les anesthésiants et les antihistaminiques sédatifs. Cependant, en cas de

prise des comprimés en association avec des antalgiques narcotiques, une potentialisation de l’euphorie peut survenir,

pouvant donner lieu à une dépendance psychologique accrue.

Alcool

L’association avec l’alcool potentialise l’effet sédatif de l’alprazolam, compromettant la capacité du patient à conduire et à

utiliser des machines. Toute prise d’alcool devra être évitée pendant le traitement par l’alprazolam.

Clozapine

Il existe un risque accru d’arrêt respiratoire et/ou cardiaque en cas d'association avec la clozapine.

Myorelaxants

En cas d’utilisation de l’alprazolam pendant un traitement par un myorelaxant, il faut s’attendre à un effet relaxant accru

(risque de chutes), notamment en début de traitement par alprazolam.

Interactions pharmacocinétiques

L’alprazolam étant métabolisé par le biais de certaines enzymes hépatiques (notamment le complexe CYP3A4), son action

est potentialisée par les médicaments qui inhibent ces enzymes. L’alprazolam sera par conséquent utilisé avec précaution

chez les patients qui prennent ces médicaments, et une réduction posologique peut être nécessaire en cas d’utilisation

concomitante.

Inhibiteurs du CYP3A4

Antifongiques : l’utilisation concomitante d’itraconazole, de kétoconazole et d’autres antifongiques azolés (puissants

inhibiteurs du CYP3A4) n’est pas recommandée.

En particulier, la prudence est de rigueur en cas d’utilisation concomitante avec des inhibiteurs du CYP3A4, tels que les

inhibiteurs de la protéase du VIH, la fluoxétine, le dextropropoxyphène, les contraceptifs oraux, la sertraline, le diltiazem ou

les antibiotiques de la famille des macrolides, tels que l’érythromycine et la troléandomycine

L’itraconazole, puissant inhibiteur du CYP3A4, augmente l’AUC et prolonge la demi-vie d’élimination de l’alprazolam. Dans

une étude au cours de laquelle des volontaires sains ont reçu de l’itraconazole à 200 mg/jour et 0,8 mg d’alprazolam, l’AUC

de ce dernier a été multipliée par 2 à 3, et la demi-vie d’élimination a été prolongée d'environ 40 heures. Des altérations ont

également été observées au niveau de la fonction psychomotrice, affectée par l’alprazolam. L’itraconazole est susceptible

de renforcer les effets antidépresseurs centraux de l’alprazolam, et l’arrêt de l’itraconazole peut atténuer l’efficacité

thérapeutique de l’alprazolam.

Néfazodone, fluvoxamine et cimétidine : la prudence s’impose lors de l’utilisation concomitante de ces médicaments

(inhibiteurs du CYP3A4) avec l’alprazolam, et une réduction de la posologie de l’alprazolam doit être envisagée.

La néfazodone inhibe l'oxydation de l’alprazolam, médiée par le CYP3A4, ce qui provoque un doublement de la

concentration plasmatique de ce médicament, et un risque d’effets renforcés sur le SNC. En cas d’association, il est donc

recommandé de réduire de moitié la posologie d’alprazolam.

Le traitement par la fluvoxamine prolonge la demi-vie de l’alprazolam de 20 à 34 heures, et double la concentration

plasmatique d’alprazolam. En cas d'association de ces deux médicaments, il est recommandé de n'administrer que la moitié

de la dose d'alprazolam.

La cimétidine réduit la clairance de l’alprazolam, ce qui peut éventuellement en potentialiser l’effet. L’importance de cette

interaction au plan clinique n’a pas encore été déterminée.

Inducteurs du CYP3A4

L’effet de l’alprazolam peut être réduit chez les patients prenant des inducteurs du CYP3A4, tels que la rifampicine, la

phénytoïne, la carbamazépine ou le millepertuis. Les concentrations plasmatiques de l’alprazolam en phase d’élimination

dépendent de leur métabolisme par certaines enzymes hépatiques (en particulier le complexe CYP3A4), et elles sont

réduites par les médicaments qui induisent ces enzymes. En cas d’interruption brutale d’un traitement par le millepertuis ou

d’autres inducteurs du CYP3A4, des symptômes de surdosage à l’alprazolam peuvent survenir.

Effet de l’alprazolam sur la pharmacocinétique d’autres médicaments

Digoxine

Une augmentation des concentrations plasmatiques de digoxine a été rapportée en cas d'administration concomitante avec

1 mg d’alprazolam par jour, en particulier chez les sujets âgés. Par conséquent, les patients recevant concomitamment de

l’alprazolam et de la digoxine doivent faire l’objet d’une surveillance étroite afin de déceler tout signe de toxicité à la

digoxine.

Imipramine et désipramine

Des données indiquent que l’administration concomitante d’alprazolam (à des doses allant jusqu'à 4 mg/jour) avec de

l’imipramine et de la désipramine a provoqué une augmentation respective de 31 % et 20 % des concentrations

plasmatiques à l’équilibre de ces substances. On ignore encore si ces modifications revêtent une importance clinique.

Warfarine

L’existence d’un effet sur les temps de prothrombine et sur les concentrations plasmatiques de warfarine n’a pas pu être

déterminée.

Aucune interaction avec le propranolol et le disulfiram n’a été établie.

4.6. Grossesse et allaitement

En l’absence de données suffisantes sur l’utilisation des benzodiazépines pendant la grossesse chez l’être humain, la

possibilité d’effets nocifs ne peut être évaluée. Les observations réalisées chez des sujets humains indiquent que cette

substance peut engendrer un risque pour les grossesses (pour le fœtus et la naissance). En conséquence, l’utilisation durant

la grossesse n’est autorisée qu’en cas d’absolue nécessité. Les médecins qui prescrivent l'alprazolam aux femmes en âge

de procréer doivent informer les patientes de la nécessité de les consulter à propos d‘une éventuelle interruption du

traitement si elles pensent être enceintes ou envisage de le devenir.

Sur la base de son action pharmacologique, on peut s’attendre à ce que cette substance ait un effet sur le nouveau-né

(hypothermie, hypotonie et dépression respiratoire modérée). En conséquence, l’utilisation au moment de la naissance n’est

permise qu’en présence d’une indication critique.

De plus, les enfants et les mères ayant utilisé des benzodiazépines régulièrement en fin de grossesse peuvent présenter

des symptômes de sevrage durant la période postnatale.

L’alprazolam passe dans le lait maternel. En conséquence, les femmes devront être averties qu’elles ne doivent pas allaiter

durant l’utilisation d’alprazolam.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’alprazolam a une influence majeure sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Les personnes dont

la profession implique la capacité de réaliser des observations attentives et continues, une vigilance permettant de prendre

les bonnes décisions et un contrôle complet de l’usage de ses membres, doivent être averties que leurs facultés seront

altérées par la sédation, l’amnésie, la capacité de concentration réduite et la faiblesse musculaire. Si le patient ne dort pas

suffisamment, la perte de vigilance est accrue.

Il convient d’avertir les patients de ce risque et de leur recommander d’éviter de conduire et d’utiliser des machines durant le

traitement. Ces effets sont potentialisés par l’alcool (voir la rubrique 4.5).

4.8. Effets indésirables

Les réactions indésirables ont été ordonnées par catégories selon la convention suivante : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent

(≥1/100 à < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1 000 à ≤ 1/100) ; rare (≥ 1/10 000 à ≤ 1/1 000) ; très rare (≤1/10 000) ; fréquence

indéterminée (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Les symptômes marqués d’un astérisque (*) surviennent particulièrement en début de traitement ou à doses élevées, et

disparaissent par la suite.

Affections endocriniennes

Fréquence indéterminée : hyperprolactinémie.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquence indéterminée : anorexie, stimulation de l’appétit.

Affections psychiatriques

Rare : réactions psychiatriques et paradoxales.

Fréquence indéterminée : troubles de la concentration, confusion*, dépression, dépendance (voir paragraphes ci-dessous).

Affections du système nerveux

Fréquent : somnolence* (se produit en début de traitement chez 30 % des patients, mais décroît en général au bout de

quelques jours ou après une réduction posologique).

Peu fréquent : vertiges*.

Rare : amnésie (voir paragraphes ci-dessous à la fin de cette rubrique).

Fréquence indéterminée : engourdissement du toucher*, vigilance réduite*, céphalées*, dystonie, troubles de l’élocution.

Affections oculaires

Peu fréquent : perturbations visuelles* (telles que diplopie ou vision trouble).

Très rare : pression intraoculaire accrue.

Affections cardiaques

Fréquence indéterminée : tachycardie.

Affections vasculaires

Fréquence indéterminée : hypotension.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquence indéterminée : congestion nasale

Affections gastro-intestinales

Peu fréquent : constipation, diarrhées, nausées, vomissements.

Rare : sécheresse de la bouche.

Fréquence indéterminée : augmentation de la salivation, dysphagie.

Affections hépatobiliaires

Fréquence indéterminée : troubles de la fonction hépatique, jaunisse.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : réactions cutanées.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquence indéterminée : faiblesse musculaire*, ataxie*.

Affections du rein et des voies urinaires

Fréquence indéterminée : rétention urinaire, incontinence.

Affections des organes de reproduction et du sein

Fréquence indéterminée : troubles de la menstruation, baisse de la libido.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fréquence indéterminée : fatigue*, prise de poids.

Amnésie

Une amnésie antérograde peut survenir, même aux doses thérapeutiques, et le risque augmente à doses élevées.

L’amnésie peut s’accompagner d’un comportement inapproprié (voir aussi la rubrique 4.4).

Dépression

Une dépression auparavant latente peut se manifester, chez les sujets sensibles, durant l’utilisation d'une benzodiazépine.

Réactions psychiatriques et « paradoxales »

Réactions telles que tels que nervosité, agitation, irritabilité, agressivité, délires, crises de fureur, cauchemars, hallucinations,

psychoses, comportement inapproprié, et autres troubles du comportement. Les réactions paradoxales de ce type sont plus

fréquentes chez l’enfant et le patient âgé. En cas de survenue de réactions paradoxales, le traitement doit être interrompu.

Dépendance

L’utilisation de cette substance (même à doses thérapeutiques) peut donner lieu à l’apparition d’une dépendance physique.

La suspension du traitement peut par conséquent provoquer des symptômes de retrait et de rebond (voir également la

rubrique 4.4). Des cas de dépendance psychologique peuvent également se manifester. Des cas d’usage abusif ont été

rapportés.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une

surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable

suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

(Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage

Informations générales sur la toxicité

Comme pour les autres benzodiazépines, le surdosage ne représente en général pas une menace vitale, sauf en cas

d’association avec d’autres dépresseurs du SNC (notamment l’alcool). Lors de la prise en charge d’un surdosage

médicamenteux, il convient de garder à l’esprit que le patient peut avoir absorbé plusieurs produits. Le traitement devra être

ajusté en conséquence.

Symptômes

Un surdosage prend en général la forme d’une dépression du système nerveux central, allant de la somnolence au coma.

Dans les cas de surdosage léger, ces symptômes consistent en une somnolence, une confusion et une léthargie. Dans les

cas plus sévères, on observe une ataxie, une hypotonie, une dépression respiratoire, dans de rares cas un coma, et dans de

très rares cas, le décès.

Traitement

Si l’on intervient peu après l’ingestion, il est recommandé de provoquer le vomissement si le patient est conscient, ou, s’il est

inconscient, d’effectuer un lavage gastrique en protégeant les voies respiratoires par intubation. Si la vidange de l’estomac

ne donne pas d’amélioration de l’état du patient, du charbon activé sera administré, et si nécessaire, laissé dans l’estomac,

en association avec un laxatif. Si l’on sait que la quantité absorbée est importante, cette opération peut encore être efficace

après un long délai ; la diurèse forcée et l’hémodialyse sont sans effet.

Le flumazénil peut être utile comme antidote.

Pour les sujets dans le coma, le traitement est largement symptomatique. Des mesures doivent être prises pour éviter

d’éventuelles complications, comme une asphyxie due au fait que les patients avalent leur langue ou inspirent le contenu de

l’estomac dans les poumons. L’administration intraveineuse de liquides peut être utile pour prévenir la déshydratation.

Le maintien des fonctions vitales, en particulier de la respiration, est essentiel, notamment en cas d’association avec

d’autres sédatifs.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : Dérivés des benzodiazépines, code ATC : N05B A12

L’alprazolam, comme les autres benzodiazépines, a une forte affinité avec le site de liaison des benzodiazépines dans le

cerveau. Il facilite l’action de l’acide

-aminobutyrique, neurotransmetteur inhibiteur par lequel s’effectue l’inhibition à la fois

pré- et post-synaptique dans le système nerveux central (SNC).

L’alprazolam est un médicament anxiolytique. Comme les autres benzodiazépines, outre ses propriétés anxiolytiques, il

possède également des propriétés sédatives, hypnotiques, myorelaxantes et anticonvulsives.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’alprazolam est rapidement absorbé suite à l’administration orale. Après administration orale, la biodisponibilité est de 80 %

ou plus. Le pic plasmatique est atteint une à deux heures après administration orale.

Distribution

Après administration unique, les concentrations plasmatiques sont directement proportionnelles à la dose administrée. Les

pics de concentration plasmatique observés suite à une dose allant de 0,5 mg à 3 mg sont respectivement de 8 à 37 ng/ml.

Après administrations répétées de 1,5 mg à 10 mg/jour, la concentration moyenne à l’équilibre était de 18,3 à 100 ng/ml.

In vitro, 70 % de la dose d’alprazolam est liée aux protéines sériques.

Biotransformation

Les principaux métabolites de l’alprazolam présents dans l’urine sont l’alpha-hydroxy-alprazolam et un dérivé de la

benzophénone. Les principaux métabolites présents dans le plasma sont l’alpha-hydroxy-alprazolam et le 4-hydroxy-

alprazolam. L’alprazolam est principalement métabolisé par le CYP3A4.

Le dérivé de la benzophénone est pratiquement inactif. L’activité biologique de l’alpha-hydroxy-alprazolam est comparable à

celle de l’alprazolam, tandis que le 4-hydroxy-alprazolam est environ 10 fois moins actif. Les concentrations plasmatiques de

ces métabolites sont faibles. Leur demi-vie semble être du même ordre de grandeur que celle de l'alprazolam. Les

métabolites n’apportent donc qu’une contribution limitée à l’activité biologique de l’alprazolam.

Élimination

La demi-vie moyenne est comprise entre 12 et 15 heures. L’alprazolam et ses métabolites sont principalement éliminés dans

l’urine.

Sujets âgés

Chez les hommes âgés, la demi-vie d’élimination peut être prolongée (environ 16 h).

Altération de la fonction hépatique

La demi-vie d’élimination moyenne est augmentée en cas d’altération de la fonction hépatique (environ 19 h).

5.3. Données de sécurité préclinique

Chez des rats ayant reçu de l’alprazolam pendant 24 mois, une tendance à l’augmentation dose-dépendante du nombre de

cataractes et de la vascularisation cornéenne a été mise en évidence, respectivement chez les femelles et chez les mâles.

Lors d’une étude de toxicité à doses répétées (12 mois) à doses élevées par voie orale, des convulsions ont été observées

chez le chien, dont certaines ont été fatales. La pertinence de cette observation chez l’homme n’est pas clairement établie.

Les études de carcinogénicité menées chez le rat et la souris n’ont pas mis en évidence de potentiel carcinogène.

L’alprazolam administré à des rats et des lapins à doses élevées a provoqué une recrudescence des malformations

congénitales et des cas de mort fœtale.

L’exposition prénatale des souris et des rats aux benzodiazépines, y compris l’alprazolam, a été associée à des

changements du comportement de la progéniture. La pertinence éventuelle de ces changements chez l’être humain n’est

pas clairement comprise

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Docusate sodique, benzoate de sodium (E211), amidon prégélatinisé (amidon de pomme de terre), cellulose

microcristalline, lactose monohydraté, stéarate de magnésium, silice colloïdale anhydre, laque aluminique d’érythrosine

(E127).

6.2. Incompatibilités

Sans objet.

6.3. Durée de conservation

2 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

A conserver dans l’emballage d’origine à l’abri de la lumière.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

10, 20, 30, 40, 50, 60, 100 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

SANDOZ

49 avenue Georges Pompidou

92593 LEVALLOIS-PERRET CEDEX

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

273 378-7 ou 34009 273 378 7 1 : 10 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

273 379-3 ou 34009 273 379 3 2 : 20 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

273 380-1 ou 34009 273 380 1 4 : 30 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

584 829-0 ou 34009 584 829 0 8 : 40 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

584 830-9 ou 34009 584 830 9 7 : 50 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

584 831-5 ou 34009 584 831 5 8 : 60 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

584 832-1 ou 34009 584 832 1 9 : 100 comprimés sous plaquettes (PVC/Aluminium).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I.

Durée de prescription limitée à 12 semaines.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information