EUTHYROX Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Lévothyroxine sodique
Disponible depuis:
EMD SERONO, A DIVISION OF EMD INC., CANADA
Code ATC:
H03AA01
DCI (Dénomination commune internationale):
LEVOTHYROXINE SODIUM
Dosage:
137MCG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Lévothyroxine sodique 137MCG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
1000
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
THYROID AGENTS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0107794013
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02264412
Date de l'autorisation:
2008-11-10

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 1 de 57

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

INCLUANT LES RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT POUR LE PATIENT

EUTHYROX®

Lévothyroxine sodique

Comprimés, 25, 50, 75, 88, 100, 112, 125, 137, 150, 175, 200 et 300 mcg

Hormone thyroïdienne

Code ATC : H03AA01

EMD Serono, une division d’EMD Inc., Canada

2695 North Sheridan Way, bureau 200

Mississauga (Ontario) L5K 2N6

Date d’approbation initiale :

MAI 19, 2005

Date de révision :

OCTOBRE 26, 2021

Numéro de contrôle de la présentation : 248518

EUTHYROX est une marque déposée de Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne,

ou de ses filiales.

EMD Serono est une filiale de Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne.

www.emdserono.ca/ca-fr

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 2 de 57

RÉCENTES MODIFICATIONS IMPORTANTES DE L’ÉTIQUETTE

1 Indications

2021-09

4 Posologie et administration, 4.1 Considérations posologiques, 4.2 Dose

recommandée et modification posologique

2021-09

7 Mises en garde et précautions

2021-09

TABLE DES MATIÈRES

Les sections ou sous-sections qui ne sont pas pertinentes au moment de l’autorisation ne sont pas

énumérées.

RÉCENTES MODIFICATIONS IMPORTANTES DE L’ÉTIQUETTE .............................................................. 2

TABLE DES MATIÈRES ....................................................................................................................... 2

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ ................................................ 4

1

INDICATIONS ....................................................................................................................... 4

Enfants ................................................................................................................................. 4

Personnes âgées .................................................................................................................. 4

2

CONTRE-INDICATIONS .......................................................................................................... 4

3

ENCADRÉ « MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS IMPORTANTES » .......................................... 5

4

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION ......................................................................................... 5

Considérations posologiques ............................................................................................... 5

Dose recommandée et modification posologique ............................................................... 6

Administration ...................................................................................................................10

Dose oubliée ......................................................................................................................11

5

SURDOSAGE ...................................................................................................................... 11

6

FORMES POSOLOGIQUES, CONCENTRATIONS, COMPOSITION ET EMBALLAGE ..................... 12

Caractéristiques physiques ...........................................................................................................12

7

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS .................................................................................... 13

Populations particulières ...................................................................................................17

7.1.1

Femmes enceintes .......................................................................................................17

7.1.2

Allaitement ..................................................................................................................18

7.1.3

Enfants .........................................................................................................................18

7.1.4

Personnes âgées ..........................................................................................................19

8

EFFETS INDÉSIRABLES ......................................................................................................... 20

Aperçu des effets indésirables ...........................................................................................20

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 3 de 57

Effets indésirables observés dans les essais cliniques .......................................................20

9

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ................................................................................... 21

Aperçu des interactions médicamenteuses .......................................................................21

Interactions médicament-comportement .........................................................................21

Interactions médicament-médicament .............................................................................21

Interactions médicament-aliment .....................................................................................32

Interactions médicament-plante médicinale .....................................................................32

Interactions médicament-tests de laboratoire ..................................................................32

10

PHARMACOLOGIE CLINIQUE ............................................................................................... 32

10.1

Mode d’action .............................................................................................................32

10.2

Pharmacodynamie .......................................................................................................33

10.3

Pharmacocinétique ......................................................................................................33

11

ENTREPOSAGE, STABILITÉ ET TRAITEMENT ......................................................................... 34

PARTIE II : INFORMATION SCIENTIFIQUE ......................................................................................... 35

13

INFORMATION PHARMACEUTIQUE .................................................................................... 35

14

ESSAIS CLINIQUES .............................................................................................................. 36

14.2

Résultats de l’étude .....................................................................................................36

14.3

Études de biodisponibilité comparatives ....................................................................37

15

MICROBIOLOGIE ................................................................................................................ 47

16

TOXICOLOGIE NON CLINIQUE ............................................................................................. 47

RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT POUR LE PATIENT ............................................................ 48

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 4 de 57

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

1

INDICATIONS

EUTHYROX (comprimés de lévothyroxine sodique, USP) est indiqué pour :

Hypothyroïdie

EUTHYROX est indiqué en tant qu’hormonothérapie substitutive ou supplétive de l’hypothyroïdie

congénitale ou acquise, quelle qu’en soit la cause, sauf en cas d’hypothyroïdie transitoire durant la

phase de rétablissement d’une thyroïdite subaiguë. Les indications particulières incluent

l’hypothyroïdie primaire (thyroïdienne), secondaire (hypophysaire) et tertiaire (hypothalamique).

Suppression de la thyrotropine hypophysaire (thyréostimuline, TSH)

EUTHYROX est indiqué en tant que traitement d’appoint à une chirurgie et à un traitement par iode

radioactif pour traiter un carcinome papillaire ou folliculaire de la thyroïde bien différencié et

dépendant de la thyréostimuline

1.1

Enfants

Enfants (< 18 ans) : D’après les données examinées par Santé Canada, l’innocuité et l’efficacité

d’EUTHYROX® dans la population pédiatrique ont été démontrées. Par conséquent, Santé Canada a

autorisé une indication d’utilisation dans la population pédiatrique. L’utilisation chez les enfants est

associée à des différences en matière d’innocuité ou d’efficacité, et il faut donc faire preuve de

prudence dans la détermination de la posologie (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, 4.2 Dose

recommandée et modification posologique – Posologie chez l’enfant et 7 MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire, Enfants).

1.2

Personnes âgées

Personnes âgées (≥ 65 ans) : L’utilisation d’EUTHYROX est approuvée chez les personnes âgées. Les

données tirées des essais cliniques et de l’expérience laissent entendre que l’utilisation du produit au

sein de la population gériatrique entraîne des différences en matière d’innocuité ou d’efficacité, et il

faut donc faire preuve de prudence dans la détermination de la posologie (voir 4 POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION, 4.2 Dose recommandée et modification posologique et 7 MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, 7.1 Populations particulières, 7.1.4 Personnes âgées).

2

CONTRE-INDICATIONS

EUTHYROX est contre-indiqué chez :

Les patients qui présentent une hypersensibilité au produit, à un ingrédient de la formulation ou à

un composant du contenant. Pour obtenir la liste complète des ingrédients, veuillez consulter la

section 6 FORMES POSOLOGIQUES, CONCENTRATIONS, COMPOSITION ET EMBALLAGE.

Les patients présentant une insuffisance surrénalienne non compensée, car les hormones

thyroïdiennes peuvent précipiter une crise surrénalienne aiguë par augmentation de la clairance

métabolique des glucocorticoïdes (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Syndrome

polyglandulaire autoimmun).

Les patients atteints d’insuffisance hypophysaire non traitée.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 5 de 57

Les patients présentant une thyrotoxicose subclinique non traitée (faible taux sérique de TSH

combiné à des taux normaux de L-triiodothyronine/liothyronine [T3] et de L-

thyroxine/lévothyroxine [T4]) ou une thyrotoxicose manifeste, quelle qu’en soit la cause.

Les femmes enceintes qui reçoivent des médicaments pour traiter l’hyperthyroïdie, comme le

méthimazole et le propylthiouracile. Le traitement d’association par EUTHYROX et un agent

antithyroïdien pour l’hyperthyroïdie n’est pas indiqué pendant la grossesse (voir 7 MISES EN GARDE

ET PRÉCAUTIONS, 7.1 Populations particulières, 7.1.1 Femmes enceintes).

Les patients ayant fait un infarctus aigu du myocarde ou présentant une myocardite aiguë ou une

pancardite aiguë. Le traitement par EUTHYROX ne doit pas être instauré chez ces patients.

3

ENCADRÉ « MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS IMPORTANTES »

Mises en garde et précautions importantes

Les hormones thyroïdiennes, y compris EUTHYROX, ne devraient pas être administrées seules ou

en association avec d’autres agents thérapeutiques pour traiter l’obésité ou pour favoriser une

perte pondérale. Chez les patients euthyroïdiens, les doses respectant les besoins hormonaux

quotidiens sont inefficaces pour faciliter la perte de poids. De fortes doses peuvent causer des

manifestations toxiques graves ou potentiellement mortelles, surtout si elles sont administrées

avec des amines sympathomimétiques comme celles qui sont employées pour leurs effets

anorexigènes.

4

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

4.1

Considérations posologiques

La posologie et la fréquence d’administration d’EUTHYROX® sont déterminées en fonction de

l’indication et doivent être adaptées en tenant compte de la réponse clinique et des paramètres de

laboratoire du patient, lesquels doivent faire l’objet d’une évaluation périodique (voir 7 MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire, Généralités).

Les produits de lévothyroxine sodique provenant de fabricants différents ne doivent pas être utilisés de

manière interchangeable, à moins que le patient se soumette à de nouveaux tests de laboratoire et que

la posologie soit ajustée au moment du changement de produit, au besoin.

Hypothyroïdie :

L’objectif du traitement de l’hypothyroïdie primaire est d’atteindre et de maintenir un état

d’euthyroïdie clinique et biochimique, avec pour conséquence la disparition des signes et des

symptômes de l’hypothyroïdie. La dose initiale d’EUTHYROX®, la fréquence de l’ajustement de la dose

et la pleine dose de remplacement optimale doivent être adaptées à chaque patient. La dose

d’EUTHYROX permettant d’atteindre les objectifs de traitement dépend de toutes sortes de facteurs,

dont l’âge du patient, son poids corporel, sa condition cardiaque, ses autres problèmes de santé, y

compris une grossesse, les autres médicaments qu’il prend et la nature de la maladie à soigner (voir

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Généralités).

Enfants

Hypothyroïdie congénitale ou acquise :

En général, le traitement par la lévothyroxine sodique doit être instauré aussi tôt que possible à la dose

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 6 de 57

de remplacement optimale. Les retards dans l’établissement d’un diagnostic et l’instauration du

traitement peuvent avoir des effets néfastes sur la croissance et le développement intellectuel ou

physique de l’enfant. Les doses insuffisantes ou excessives doivent être évitées (voir 7 MISES EN GARDE

ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire, 7.1.3 Enfants).

Pour les cas particuliers, voir les tableaux 1a et 1b.

4.2

Dose recommandée et modification posologique

Hypothyroïdie

La posologie recommandée d’EUTHYROX® est résumée dans les tableaux 1a et 1b, et des précisions

supplémentaires sont fournies ci-dessous.

Enfants

La dose d’EUTHYROX recommandée en fonction du poids corporel diminue au fur et à mesure que

l’enfant vieillit (voir Tableaux 1a et 1b). Toutefois, chez les enfants atteints d’hypothyroïdie chronique

ou grave ou d’une insuffisance cardiaque préexistante, EUTHYROX doit être instauré progressivement,

en commençant par la dose recommandée de 25 mcg/jour, puis en procédant à des augmentations par

paliers de 25 mcg toutes les 2 à 4 semaines jusqu’à ce que l’effet désiré soit obtenu.

Une hyperactivité chez un enfant plus âgé peut être réduite si la dose de départ est le quart de la dose

de remplacement optimale recommandée et si la dose est ensuite augmentée sur une base

hebdomadaire d’une quantité équivalente à un quart de la dose de remplacement recommandée

jusqu’à ce que la pleine dose de remplacement recommandée soit atteinte.

Nouveau-nés

La dose de départ recommandée d’EUTHYROX chez les nouveau-nés est de 10 à 15 mcg/kg/jour. Une

dose initiale plus faible (p. ex., 25 mcg/jour) doit être envisagée chez les nourrissons qui risquent de

présenter une insuffisance cardiaque, et cette dose doit être augmentée sur 4 à 6 semaines en tenant

compte de la réponse clinique au traitement et des résultats de laboratoire. Chez les nourrissons dont

les taux sériques de T

sont très faibles (< 5 mcg/dL) ou indétectables, la dose initiale recommandée

d’EUTHYROX est de 50 mcg/jour.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 7 de 57

Tableau 1a : POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

PROBLÈME(S) DE

SANTÉ

GROUPE DE

PATIENTS

DOSE INITIALE

PALIERS DES

DOSES

INTERVALLE DE

SUIVI ET

PALIERS DES DOSES

OBJECTIF

THÉRAPEUTIQUE

Hypothyroïdie

congénitale

Nouveau-né

De 10 à

15 mcg/kg/jour

12,5 mcg/jo

2 semaines

(jusqu’à ce que les

taux de TSH

redeviennent

normaux)

De 4 à 6 semaines

par la suite

Taux de T

libre

dans la moitié

supérieure de la

plage des valeurs

normales

Hypothyroïdie

congénitale

ou acquise

Nourrissons et

enfants

Voir le

Tableau 1b

25 mcg/jour

1 à 2 mois (jusqu’à

un an),

2 à 3 mois (jusqu’à

trois ans),

3 à 12 mois par la

suite

Taux de T

libre

dans la moitié

supérieure de la

plage des valeurs

normales, TSH

normale

Hypothyroïdie

congénitale avec

risque

d’insuffisance

cardiaque

Nouveau-né

25 mcg/jour

12,5 mcg/jo

4 à 6 sem.

Taux de T

libre

dans la moitié

supérieure de la

plage des valeurs

normales, TSH

normale

Hypothyroïdie

congénitale grave

< 5 mcg/dL)

Nouveau-né

50 mcg/jour

25 mcg/jour

2 à 4 sem.

Taux de T

libre

dans la moitié

supérieure de la

plage des valeurs

normales, TSH

normale

Hypothyroïdie une

fois la croissance et

la puberté

terminées

Enfants

1,6 à

1,7 mcg/kg/jour

25 à

50 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH normale

(plage de

référence selon

l’âge)

Hypothyroïdie

Adultes < 50 ans

1,7 mcg/kg/jour

25 à

50 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

2,0 mU/L)

Adultes > 50 ans

25 à 50 mcg/jour

12,5 à

25 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

2,0 mU/L)

Hypothyroïdie et

maladie cardiaque

Adultes < 50 ans

25 à 50 mcg/jour

12,5 à

25 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

2,0 mU/L)

Adultes > 50 ans

12,5 à

25 mcg/jour

12,5 à

25 mcg/jour

4 à 6 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

3,0 mU/L)

Hypothyroïdie grave

Adultes < 50 ans

12,5 à

25 mcg/jour

25 mcg/jour

2 à 4 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

2,0 mU/L)

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 8 de 57

Nourrissons et

enfants

25 mcg/jour

25 mcg/jour

2 à 4 sem.

TSH normale

(plage de

référence selon

l’âge)

Hypothyroïdie

(courte période) ou

traitement récent

pour une

hyperthyroïdie

Adultes > 50 ans

< 1,7 mcg/kg/jou

25 à

50 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH normale

(entre 0,5 et

2,0 mU/L)

Hypothyroïdie

pendant une

grossesse

Femmes

enceintes

1,7 mcg/kg/jour

(une dose plus

élevée peut être

nécessaire)

25 à

50 mcg/jour

4 semaines

(pendant la

moitié de la

grossesse) et au

moins une fois

entre les

semaines 26 et 32

6 semaines après

l’accouchement

trimestre :

TSH < 2,5 mU/L;

trimestre :

TSH < 3,0 mU/L;

trimestre :

TSH < 3,5 mU/L

libre dans le

tiers supérieur

de la plage des

valeurs normales

Hypothyroïdie

secondaire

Non spécifié

Taux de T

libre

dans le tiers

supérieur de la

plage des valeurs

normales

Hypothyroïdie

tertiaire

Non spécifié

Taux de T

libre

dans le tiers

supérieur de la

plage des valeurs

normales

Hypothyroïdie

subclinique

Non spécifié

25 à 50 mcg/jour

Ajuster au

besoin

6 à 8 sem.

TSH normale

(entre 0,3 et

3,0 mU/L)

Cancers de la

thyroïde bien

différenciés

(papillaires ou

folliculaires)

Non spécifié

> 2 mcg/kg/jour

25 à

50 mcg/jour

6 à 8 sem.

TSH < 0,1 mU/L

TSH < 0,01 mU/L

pour les patients

à tumeur à haut

risque

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 9 de 57

Tableau 1b : Lignes directrices relatives à la dose de lévothyroxine sodique en cas d’hypothyroïdie

chez l’enfant

ÂGE

Dose quotidienne par kg de poids corporel

a

De 0 à 3 mois

De 10 à 15 mcg/kg/jour

De 3 à 6 mois

De 8 à 10 mcg/kg/jour

De 6 à 12 mois

De 6 à 8 mcg/kg/jour

De 1 à 5 ans

De 5 à 6 mcg/kg/jour

De 6 à 12 ans

De 4 à 5 mcg/kg/jour

> 12 ans, mais croissance et puberté non terminées

De 2 à 3 mcg/kg/jour

Croissance et puberté terminées

De 1,6 à 1,7 mcg/kg/jour

La dose doit être ajustée en fonction de la réponse clinique et des paramètres biochimiques (voir la section

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire, Enfants).

Hypothyroïdie subclinique

Dans ce cas, une dose d’EUTHYROX inférieure (p. ex. 1 mcg/kg/jour) à celle utilisée pour un

remplacement complet peut être suffisante pour que le taux de TSH revienne dans les valeurs

normales. Les patients non traités devraient faire l’objet d’un suivi annuel pour détecter tout

changement dans leur état clinique et les paramètres biochimiques de la thyroïde.

Suppression de la sécrétion de TSH dans les cas de cancer de la thyroïde bien différencié

Le taux cible de la sécrétion de TSH dans ces conditions n’a pas été établi lors d’études contrôlées. De

plus, l’efficacité de la suppression de la sécrétion de TSH dans le cas de la maladie nodulaire bénigne

est controversée. Il faut donc déterminer la d’EUTHYROX utilisée pour supprimer la sécrétion de TSH en

fonction de la nature de la maladie et du patient à traiter.

Dans le cas d’un cancer de la thyroïde bien différencié (papillaire et folliculaire), EUTHYROX est utilisé

comme traitement d’appoint à la chirurgie et au traitement par iode radioactif. En général, la TSH est

supprimée à < 0,1 mU/L, ce qui nécessite généralement une dose d’EUTHYROX supérieure à

2 mcg/kg/jour. Toutefois, chez les patients atteints de tumeurs à haut risque, le taux cible pour la

suppression de la TSH peut être < 0,01 mU/L.

Le plus souvent, un traitement par des hormones thyroïdiennes se poursuit pendant une grossesse et,

tout particulièrement, pendant l’allaitement. Il peut même être nécessaire d’augmenter la dose

pendant la grossesse (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, 7.1 Populations particulières,

7.1.1 Femmes enceintes et 7.1.2 Allaitement).

HYPOTHYROÏDIE CHEZ LES ADULTES ET CHEZ LES ENFANTS DONT LA CROISSANCE ET LA PUBERTÉ SONT

TERMINÉES

(Voir la section 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS.) Un traitement peut commencer à la dose de

remplacement optimale chez les personnes en bonne santé de moins de 50 ans et chez les personnes

de plus de 50 ans qui ont été récemment traitées pour une hyperthyroïdie ou qui ont fait de

l’hypothyroïdie pendant peu de temps (pendant quelques mois seulement). La pleine dose de

remplacement moyenne d’EUTHYROX est d’environ 1,7 mcg/kg/jour (soit de 100 à 125 mcg/jour pour

un adulte de 70 kg). Les patients plus âgés pourraient avoir besoin d’une dose inférieure à

1 mcg/kg/jour. Des doses de lévothyroxine sodique supérieures à 200 mcg/jour sont rarement

nécessaires. Une réponse inadéquate à des doses quotidiennes < 300 mcg/jour est rare et peut

indiquer que le patient ne respecte pas son traitement, absorbe mal le médicament ou la présence

d’interactions médicamenteuses.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 10 de 57

Un traitement par hormones thyroïdiennes doit être amorcé avec prudence chez patients âgés, chez les

patients atteints d’une maladie coronarienne et chez les patients atteints d’une hypothyroïdie grave ou

chronique : il faut mettre en route le traitement à une faible dose qui sera lentement augmentée après

de longs intervalles et avec un suivi serré. Une dose d’entretien inférieure à celle qu’il faut pour

ramener les taux de TSH à la normale peut être envisagée.

Pour la plupart des patients de plus de 50 ans et pour les patients de moins de 50 ans atteints d’une

cardiopathie sous-jacente, la dose initiale recommandée d’EUTHYROX est de 25 à 50 mcg/jour, avec

des ajustements par paliers à des intervalles de 6 à 8 semaines, selon les besoins. La dose initiale

recommandée d’EUTHYROX pour les patients âgés atteints d’une maladie cardiaque est de 12,5 à

25 mcg/jour, avec des ajustements par paliers à des intervalles de 4 à 6 semaines. La dose d’EUTHYROX

est généralement ajustée par paliers de 12,5 à 25 mcg jusqu’à ce que le patient avec une hypothyroïdie

primaire devienne cliniquement euthyroïdien et que le taux de TSH soit revenu dans les limites de la

normale.

Pour les patients atteints d’hypothyroïdie grave, la dose initiale d’EUTHYROX recommandée est de 12,5

à 25 mcg/jour avec des hausses de 25 mcg/jour toutes les 2 à 4 semaines, accompagnées d’une

évaluation clinique et biochimique jusqu’à ce que le taux de TSH soit revenu dans les limites de la

normale.

Pour les patients atteints d’hypothyroïdie secondaire (hypophysaire) ou tertiaire (hypothalamique), la

dose de lévothyroxine sodique doit être ajustée jusqu’à ce que le patient devienne cliniquement

euthyroïdien et que le taux sérique de T4 libre soit ramené dans la moitié supérieure de la plage des

valeurs normales.

POSOLOGIE CHEZ L’ENFANT – HYPOTHYROÏDIE CONGÉNITALE OU ACQUISE (voir 7 MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS)

4.4

Administration

Adultes

EUTHYROX est administré en une seule dose par jour, de préférence une demi-heure à une heure avant

le petit-déjeuner, avec un grand verre d’eau; le comprimé doit être avalé en entier. EUTHYROX doit

être pris au moins 4 heures avant ou après les médicaments qui sont connus pour interférer avec son

absorption (voir 9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, 9.4 Interactions médicament-médicament).

Enfants

Les nourrissons doivent recevoir la dose en une seule fois au moins 30 minutes avant le premier repas

de la journée.

EUTHYROX peut être administré aux nourrissons et aux enfants qui ne peuvent avaler les comprimés en

entier en écrasant un comprimé et en le mélangeant à une petite quantité (5 à 10 mL ou 1 à 2 cuillères

à thé) d’eau. La suspension obtenue peut être administrée à la cuillère ou au compte-gouttes. La

suspension doit être préparée avant chaque administration [NE PAS CONSERVER LA SUSPENSION]. Le

comprimé fraîchement écrasé peut également être saupoudré sur une petite quantité d’aliments,

comme de la compote de pommes. Les aliments ou préparations contenant de grandes quantités de

soya, de fibres ou de fer ne doivent pas être utilisés pour administrer les comprimés d’EUTHYROX (voir

9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, 9.5 Interactions médicament-aliment).

En raison de la longue demi-vie d’EUTHYROX, le pic de l’effet thérapeutique à une dose donnée de

lévothyroxine sodique peut n’être atteint qu’après 4 à 6 semaines.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 11 de 57

Il faut administrer EUTHYROX avec prudence aux patients atteints d’une maladie cardiovasculaire sous-

jacente, aux personnes âgées et aux personnes souffrant aussi d’une insuffisance surrénalienne (voir

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Cardiovasculaire).

4.5

Dose oubliée

Toute dose oubliée doit être prise le plus tôt possible, mais pas s’il est presque temps de prendre la

prochaine. Il faut plutôt attendre le moment de la prochaine dose et la prendre pour en prendre une.

Une dose ne doit pas être doublée.

5

SURDOSAGE

Les signes et symptômes d’un surdosage sont ceux de l’hyperthyroïdie (voir 7 MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Généralités et 8 EFFETS INDÉSIRABLES, 8.1 Aperçu des effets indésirables). Une dose

excessive peut provoquer des symptômes d’une augmentation significative du métabolisme. Les signes

et symptômes de la thyrotoxicose comprennent le goitre exophtalmique, la perte de poids,

l’augmentation de l’appétit, les palpitations, la nervosité, la diarrhée, les crampes abdominales, la

transpiration, la tachycardie, l’accélération du pouls et l’élévation de la tension artérielle, les arythmies

cardiaques, l’angine de poitrine, les tremblements, l’insomnie, l’intolérance à la chaleur, la fièvre et les

troubles du cycle menstruel. La confusion et la désorientation sont d’autres symptômes possibles. Des

cas d’embolie cérébrale, de choc, de coma et de mortalité ont été signalés. Chez les patients

prédisposés, des cas isolés de convulsions ont été signalés quand la limite individuelle de tolérance

était dépassée. L’ingestion d’environ 18 mg d’EUTHYROX a causé des convulsions chez un enfant. Une

surdose d’EUTHYROX peut entraîner une hyperthyroïdie et des symptômes de psychose aiguë, en

particulier chez les patients susceptibles d’avoir des troubles psychotiques. Les symptômes ne sont pas

toujours évidents et peuvent ne se manifester que plusieurs jours après l’ingestion d’EUTHYROX.

Plusieurs cas de mort subite d’origine cardiaque ont également été signalés chez des patients ayant

abusé de la lévothyroxine sodique pendant de nombreuses années.

Traitement du surdosage

Il peut s’agir d’une urgence médicale pouvant mettre la vie en danger. Par conséquent, il faut traiter

sans attendre les symptômes et offrir au patient un traitement de soutien. Un taux élevé de T3 indique

clairement un surdosage et mieux que des taux élevés de T4 ou de FT4. En cas de signes ou de

symptômes de surdosage, il faut réduire la dose d’EUTHYROX ou interrompre le traitement

temporairement et surveiller les taux d’hormones thyroïdiennes. En l’absence de contre-indications à

cet effet (p. ex., convulsions, coma ou perte du réflexe nauséeux), l’estomac devrait être vidé par

vomissement ou lavage gastrique pour réduire l’absorption de lévothyroxine sodique dans le tractus

gastro-intestinal. La cholestyramine et le charbon activé peuvent également être utilisés pour en

diminuer l’absorption. Les effets bêta-sympathomimétiques ou une plus grande activité sympathique

centrale et périphérique, comme une tachycardie, de l’anxiété, de l’agitation ou une hyperkinésie,

peuvent être soulagés par des bêta-bloquants, p. ex. le propranolol, mais seulement en l’absence de

contre-indications médicales. Si nécessaire, il faut offrir un soutien respiratoire et prendre les mesures

nécessaires pour traiter l’insuffisance cardiaque et l’arythmie, la fièvre, l’hypoglycémie et les pertes

liquidiennes, le cas échéant. De fortes doses d’antithyroïdiens (p. ex. méthimazole ou propylthiouracile)

suivies, de une à deux heures plus tard, de fortes doses d’iode peuvent être administrées pour inhiber

la synthèse et la libération d’hormones thyroïdiennes. Des glucocorticoïdes peuvent être donnés pour

inhiber la conversion de la T4 en T3. C’est seulement si l’état clinique du patient continue de se

détériorer malgré un traitement classique, qu’il faut envisager une plasmaphérèse, une hémoperfusion

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 12 de 57

sur charbon et une transfusion d’échange. Comme la T4 se lie fortement aux protéines, une dialyse ne

permet d’éliminer qu’une faible quantité du médicament.

6

FORMES POSOLOGIQUES, CONCENTRATIONS, COMPOSITION ET EMBALLAGE

Voie d’administration

Forme posologique /

concentration /

composition

Ingrédients non médicinaux

Orale

Comprimés de 25, 50,

75, 88, 100, 112, 125,

137, 150, 175, 200 et

300 mcg de

lévothyroxine sodique.

amidon de maïs, croscarmellose sodique,

gélatine, lactose monohydraté et stéarate de

magnésium. Pour obtenir une liste complète,

veuillez consulter la section sur les Formes

posologiques, composition et emballage.

Voici les colorants par concentration :

Concentration

(mcg)

Colorants

FD&C jaune nº 6 sur substrat d’aluminium, FD&C rouge nº 40 sur substrat d’aluminium, D&C

jaune nº 10 sur substrat d’aluminium

Aucun

FD&C jaune nº 6 sur substrat d’aluminium, FD&C rouge nº 40 sur substrat d’aluminium, FD&C

bleu nº 1 sur substrat d’aluminium, FD&C bleu nº 2 sur substrat d’aluminium

FD&C jaune nº 5 sur substrat d’aluminium, FD&C bleu nº 2 sur substrat d’aluminium

D&C jaune nº 10 sur substrat d’aluminium, FD&C jaune nº 6 sur substrat d’aluminium

D&C rouge nº 27 sur substrat d’aluminium

FD&C jaune nº 6 sur substrat d’aluminium, FD&C rouge nº 40 sur substrat d’aluminium, FD&C

bleu nº 1 sur substrat d’aluminium, FD&C jaune nº 5 sur substrat d’aluminium, FD&C bleu nº 2

sur substrat d’aluminium

FD&C bleu nº 1 sur substrat d’aluminium

FD&C bleu nº 2 sur substrat d’aluminium

FD&C bleu nº 2 sur substrat d’aluminium, FD&C rouge nº 3 sur substrat d’aluminium

D&C rouge nº 30 sur substrat d’aluminium

D&C jaune nº 10 sur substrat d’aluminium, FD&C jaune nº 6 sur substrat d’aluminium, FD&C

bleu nº 1 sur substrat d’aluminium

Caractéristiques physiques

Les comprimés d’EUTHYROX (comprimés de lévothyroxine sodique, USP) sont ronds, biplans (plat des

deux côtés) aux bords biseautés et avec une rainure d’un côté et la mention « EM <concentration> » de

l’autre côté. Toutes les concentrations sont offertes dans des flacons de 100 et de 1 000 comprimés.

Les comprimés sont chromocodés, et marqués avec la concentration, comme suit :

Concentration (mcg)

Couleur

Marquage en relief

Orange

EM 25

Pour traiter une surdose présumée, communiquez avec le centre antipoison de votre région.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 13 de 57

Concentration (mcg)

Couleur

Marquage en relief

Blanc

EM 50

Violet

EM 75

Olive

EM 88

Jaune

EM 100

Rose

EM 112

Brun

EM 125

Bleu

EM 137

Bleu

EM 150

Mauve

EM 175

Rose

EM 200

Vert

EM 300

7

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Consulter « ENCADRÉ MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS IMPORTANTES » de la section 3.

Généralités

L’index thérapeutique d’EUTHYROX est étroit. Quelle que soit l’indication thérapeutique pour laquelle

le médicament est utilisé, il faut soigneusement établir la posologie afin d’éviter les conséquences d’un

traitement excessif ou insuffisant. Ces conséquences comprennent, entre autres, des effets sur la

croissance, le développement, la fonction cardiovasculaire, le métabolisme osseux, la fonction

reproductive, la fonction cognitive, l’état émotif, la fonction gastro-intestinale ainsi que le métabolisme

du glucose et des lipides. Comme de nombreux médicaments interagissent avec la lévothyroxine

sodique, il faut ajuster la dose pour pouvoir maintenir la réponse au traitement (voir 9 INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES, 9.4 Interactions médicament-médicament).

Les maladies ou pathologies qui suivent doivent être exclues ou traitées avant qu’un traitement par des

hormones thyroïdiennes ne soit entrepris ou avant d’effectuer un test de la fonction thyroïdienne :

insuffisance coronarienne, angine de poitrine, artériosclérose, hypertension, insuffisance hypophysaire

ou insuffisance surrénale. Une autonomie thyroïdienne devrait également être exclue ou traitée avant

qu’un traitement par des hormones thyroïdiennes ne soit entrepris.

L’étiologie d’une hypothyroïdie secondaire doit être établie avant qu’une hormonothérapie

thyroïdienne substitutive ne soit prescrite. Au besoin, un traitement substitutif pour insuffisance

surrénalienne compensée doit être entrepris.

Une hypothyroïdie ou une maîtrise réduite de l’hypothyroïdie peuvent survenir lorsque l’orlistat et

l’EUTHYROX sont administrés en concomitance (voir 9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES,

9.4 Interactions médicament-médicament). Il est recommandé que les patients prenant de l’orlistat en

association avec EUTHYROX prennent les deux médicaments à des moments différents. Les taux

d’hormone thyroïdienne doivent être surveillés plus étroitement, car la dose pourrait devoir être

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 14 de 57

ajustée (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire et

9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Cancérogenèse et mutagenèse

Aucune étude n’a été effectuée chez l’animal pour évaluer le potentiel carcinogène, le potentiel

mutagène ou les effets sur la fertilité de la lévothyroxine sodique. La T4 synthétique d’EUTHYROX est

identique à celle que produit naturellement la glande thyroïde humaine. Si une association entre

hormonothérapie thyroïdienne prolongée et cancer du sein a été signalée, il reste qu’elle n’a pas été

confirmée. La dose d’EUTHYROX utilisée conformément aux indications cliniques doit être établie à la

dose de remplacement la plus faible possible pour être efficace.

Cardiovasculaire

EUTHYROX est contre-indiqué chez les patients ayant fait un infarctus aigu du myocarde ou présentant

une myocardite aiguë ou une pancardite aiguë (voir 2 CONTRE-INDICATIONS). Il faut employer

EUTHYROX avec prudence chez les patients atteints d’autres troubles cardiovasculaires et chez les

personnes âgées chez lesquelles le risque occulte de maladie cardiaque est élevé. Chez ces patients, le

traitement par EUTHYROX doit être amorcé à des doses inférieures à celles recommandées pour les

sujets plus jeunes ou pour les patients non cardiaques (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

7.1 Populations particulières, 7.1.4 Personnes âgées et 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION,

4.4 Administration). Si des symptômes cardiaques surviennent ou s’aggravent, la dose d’EUTHYROX

doit être réduite ou suspendue pendant une semaine, puis réintroduite avec prudence à une plus faible

concentration. Même une légère hyperthyroïdie induite par un médicament doit être évitée chez les

patients atteints d’insuffisance coronarienne, d’insuffisance cardiaque ou d’arythmie tachycardique. Un

traitement excessif par EUTHYROX peut se solder par des effets cardiovasculaires indésirables, comme

une augmentation de la fréquence cardiaque, de l’épaisseur de la paroi du cœur ou de la contractilité

cardiaque et peut provoquer une crise d’angine ou une arythmie. Les patients atteints d’une

coronaropathie et traités par EUTHYROX doivent être surveillés de près pendant les interventions

chirurgicales, car le risque de précipiter une arythmie cardiaque est plus élevé chez les patients traités

par EUTHYROX. L’administration concomitante d’EUTHYROX et d’agents sympathomimétiques à des

patients atteints de coronaropathie peut provoquer une insuffisance coronarienne. Dans ce cas, un

contrôle étroit des paramètres hormonothyroïdiens doit donc être fréquemment effectué.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Aucune étude n’a porté sur les effets du médicament sur la capacité à conduire ou à utiliser des

machines. Si utilisé comme indiqué, EUTHYROX ne devrait pas influer sur les capacités à conduire un

véhicule ou à utiliser des machines. Faire preuve de prudence lors de la conduite d’un véhicule

motorisé ou lors de l’opération d’une machine dangereuse.

Endocrinien/métabolisme

Les hormones thyroïdiennes, seules ou en association avec d’autres agents thérapeutiques, ne doivent

pas être utilisées pour le traitement de l’obésité ou pour favoriser la perte de poids. Chez les patients

euthyroïdiens, les doses correspondant aux besoins hormonaux quotidiens sont inefficaces pour

stimuler la perte de poids. Des doses plus importantes peuvent entraîner des effets toxiques graves,

voire mortels, en particulier lorsqu’elles sont administrées en association avec des amines

sympathomimétiques comme celles utilisées pour leurs effets anorexigènes.

Les patients qui reçoivent un traitement associant EUTHYROX® et l’orlistat doivent faire l’objet d’une

surveillance afin de déceler toute modification de la fonction thyroïdienne (voir 9 INTERACTIONS

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 15 de 57

MÉDICAMENTEUSES). Une hypothyroïdie et/ou une maîtrise réduite de l’hypothyroïdie peuvent

survenir. Le mécanisme pourrait impliquer une diminution de l’absorption des sels iodés et/ou de la

lévothyroxine.

Carences en hormones hypothalamiques ou hypophysaires

Chez les patients atteints d’hypothyroïdie secondaire ou tertiaire, il faut envisager un risque d’autres

carences hypothalamiques ou hypophysaires et, en cas de diagnostic, les traiter (voir 7 MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS, Syndrome polyglandulaire autoimmun en cas d’insuffisance surrénalienne).

La lévothyroxine sodique n’est pas recommandée dans le cas d’hyperthyroïdie associée au

métabolisme, sauf exception, soit dans le cas d’une supplémentation concomitante pendant un

traitement antithyroïdien de l’hyperthyroïdie.

Densité minérale osseuse

Le traitement à long terme par la lévothyroxine sodique a été associé à une résorption osseuse plus

importance, réduisant ainsi la densité minérale osseuse. Cette résorption osseuse plus importante peut

faire augmenter les taux plasmatiques et l’excrétion urinaire du calcium et du phosphore et entraîner

une élévation du taux de phosphatase alcaline osseuse ainsi qu’une suppression du taux sérique de

l’hormone parathyroïdienne. Chez les femmes ménopausées atteintes d’hypothyroïdie et présentant

un risque élevé d’ostéoporose, les taux sériques supra-physiologiques de lévothyroxine sodique

doivent être évités et une surveillance étroite de la fonction thyroïdienne est recommandée. Il est par

conséquent recommandé que ces patientes reçoivent la dose minimum d’EUTHYROX permettant

d’obtenir la réponse clinique et biochimique voulue.

Coma myxœdémateux

Le coma myxœdémateux représente une manifestation extrême de l’hypothyroïdie grave et est

considéré comme une urgence médicale. Il s’agit d’une affection mettant la vie en danger, caractérisée

par une mauvaise circulation et un hypométabolisme, qui peut entraîner une absorption imprévisible

de la lévothyroxine sodique du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, les produits médicamenteux à

base d’hormones thyroïdiennes pour l’administration par voie orale, comme EUTHYROX®, ne sont pas

recommandés pour traiter cette affection. Il faut administrer des produits à base d’hormones

thyroïdiennes conçus pour l’administration par voie intraveineuse.

Gastro-intestinal

L’absorption de la thyroxine diminue chez les patients atteints de syndromes de malabsorption. Il est

conseillé de traiter la malabsorption pour assurer un traitement efficace par la thyroxine aux doses

habituelles.

Hématologique

La T4 améliore la réponse au traitement anticoagulant. Il faut surveiller de près le temps de

prothrombine chez les patients qui prennent à la fois EUTHYROX® et des anticoagulants oraux, et

ajuster la dose des anticoagulants en conséquence.

Immunitaire

Syndrome polyglandulaire autoimmun

De temps en temps, une thyroïdite autoimmune chronique peut survenir en association avec d’autres

maladies autoimmunes, comme une insuffisance surrénalienne, une anémie pernicieuse et un diabète

sucré insulinodépendant. Les patients atteints d’insuffisance surrénalienne concomitante doivent être

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 16 de 57

traités par des glucocorticoïdes de remplacement avant qu’un traitement par EUTHYROX ne soit

instauré. Ne pas le faire pourrait déclencher une insuffisance surrénalienne aiguë si un traitement par

hormone thyroïdienne est instauré en raison d’une augmentation de la clairance métabolique des

glucocorticoïdes par l’hormone thyroïdienne. Chez les patients atteints de diabète sucré et qui sont

traités par la lévothyroxine sodique, il peut être nécessaire d’augmenter la dose des agents

antidiabétiques (voir 9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, 9.4 Interactions médicament-médicament).

Surveillance et tests de laboratoire

Généralités

Le diagnostic de l’hypothyroïdie est confirmé par le taux de TSH obtenu à l’aide d’une technique de

dosage très sensible (technique de deuxième génération avec une sensibilité ≤ 0,1 mUI/L ou une

technique de troisième génération avec une sensibilité ≤ 0,01 mUI/L) et le taux de T4 libre.

L’efficacité du traitement est déterminée avec des analyses de laboratoire appropriées et une

évaluation clinique, effectuées à intervalles réguliers. Le choix des épreuves de laboratoire dépend de

plusieurs facteurs, dont l’étiologie de la thyroïdopathie sous-jacente, la présence de certaines

conditions médicales, comme une grossesse et une association de médicaments (voir 9 INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES, 9.4 Interactions médicament-médicament et 9.7 Interactions médicament-tests

de laboratoire). La persistance de signes cliniques et biochimiques d’une hypothyroïdie en dépit d’une

dose de remplacement apparemment adéquate de lévothyroxine sodique peut être le signe d’une

absorption insuffisante, d’un manque de fidélité au traitement, d’interactions médicamenteuses ou

d’une baisse de la concentration en T4 dans le médicament.

Si une autonomie thyroïdienne est soupçonnée, un test de TRH ou un scintigramme de suppression

sont recommandés avant le début du traitement.

Adultes

Chez les adultes atteints d’hypothyroïdie primaire (thyroïdienne), le taux sérique de TSH (obtenu par

technique de dosage sensible) peut être utilisé seul pour évaluer l’efficacité du traitement. La

fréquence des tests de TSH pendant l’ajustement de la dose de lévothyroxine sodique dépend de la

situation clinique, mais il est généralement recommandé de les effectuer toutes les 6 à 8 semaines

jusqu’à ce que le taux redevienne normal. Quand la dose de remplacement optimale est obtenue, un

suivi clinique (examen physique) et biochimique peut être effectué tous les 6 à 12 mois, dépendant de

l’état clinique du patient, et chaque fois que l’état du patient se modifie. Il est recommandé qu’un

examen physique et un dosage de la TSH sérique soient effectués au moins une fois par année chez les

patients recevant EUTHYROX (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, 4.2 Dose recommandée et

modification posologique, Hypothyroïdie subclinique).

Enfants

Chez les patients atteints d’hypothyroïdie congénitale, l’efficacité d’un traitement de remplacement

doit être évaluée en mesurant tant le taux sérique de TSH sérique (à l’aide d’une technique de dosage

sensible) que le taux de T4 totale ou libre. Pendant les trois premières années de vie, le taux de T4

totale ou libre devrait être maintenu en tout temps dans la moitié supérieure de la plage normale. Si le

but du traitement est aussi de garder le taux sérique de TSH dans la normale, ce n’est pas toujours

possible pour un faible pourcentage de patients, surtout pendant les premiers mois de traitement. Le

taux de TSH peut ne pas revenir à la normale en raison d’un rééquilibrage du seuil de rétroaction de

l’axe hypothalamo-thyroïdien imputable à une hypothyroïdie in utero. Le fait que le taux sérique de T4

ne parvienne pas à figurer dans la moitié supérieure de la plage des valeurs normales dans les

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 17 de 57

2 semaines suivant le début du traitement par lévothyroxine sodique et(ou) que le taux sérique de TSH

ne baisse pas sous les 20 mU/L en 4 semaines devrait indiquer au médecin qu’il est possible que le

traitement ne convienne pas à l’enfant. Le cas échéant, il faut vérifier scrupuleusement la fidélité au

traitement, la dose administrée et le mode d’administration du médicament avant d’augmenter la dose

d’EUTHYROX.

Dans le cas des enfants, la fréquence recommandée des tests de TSH et de T4 totale ou libre est la

suivante : 2 et 4 semaines après le début du traitement; tous les 1 à 2 mois pendant la première année

de la vie; tous les 2 à 3 mois entre les âges de 1 et 3 ans et tous les 3 à 12 mois par la suite jusqu’à la fin

de la croissance de l’enfant. Des intervalles plus rapprochés peuvent être nécessaires s’il semble que la

fidélité au traitement fasse défaut, ou si des valeurs anormales sont obtenues. Il est recommandé

d’évaluer les taux de TSH et T4 et de faire un examen physique, au besoin, 2 semaines après toute

modification apportée à la dose d’EUTHYROX. Un examen clinique de routine, avec évaluation de la

croissance, du développement mental et physique ainsi que de la maturation osseuse, doit être

effectué à intervalles réguliers (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de

laboratoire, 7.1.3 Enfants et 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, 4.1 Considérations posologiques).

Hypothyroïdie secondaire (hypophysaire) et tertiaire (hypothalamique)

L’efficacité du traitement doit être évaluée en mesurant le taux sérique de T4 libre, qui doit être

maintenu dans la moitié supérieure de la plage normale chez ces patients.

En cas de changement de marque de médicament une fois le traitement par lévothyroxine sodique

instauré, il est recommandé d’ajuster la dose en tenant compte de la réponse clinique du patient et des

résultats des analyses de laboratoire.

Psychiatrique

Il est recommandé de commencer le traitement par EUTHYROX à faible dose chez les patients à risque

de troubles psychotiques et d’augmenter lentement la dose au début du traitement. La surveillance du

patient est conseillée. En cas de signes de troubles psychotiques, il faut envisager d’ajuster la dose de

lévothyroxine.

Sensibilité/résistance

EUTHYROX contient du lactose; par conséquent, son utilisation n’est pas recommandée chez les

patients présentant de rares problèmes héréditaires d’intolérance au galactose, une insuffisance en

lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose et du galactose.

Santé reproductive : Potentiel des femmes et des hommes

Fertilité

EUTHYROX ne doit pas être utilisé pour le traitement de la stérilité masculine ou féminine, à moins que

ce problème ne s’accompagne d’une hypothyroïdie.

7.1

Populations particulières

7.1.1

Femmes enceintes

Les études effectuées chez les femmes prenant de la lévothyroxine sodique pendant la grossesse n’ont

pas montré que le risque d’anomalies congénitales était plus élevé. Il n’existe également aucun signe

de tératogénicité et(ou) de fœtotoxicité d’origine médicamenteuse chez l’humain à la dose

thérapeutique recommandée (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, 4.1 Considérations

posologiques). Par conséquent, la possibilité de nuire au fœtus semble peu probable. Le traitement par

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 18 de 57

EUTHYROX ne doit pas être interrompu pendant la grossesse et toute hypothyroïdie diagnostiquée

pendant une grossesse doit être traitée sans attendre.

Pendant une grossesse, l’hypothyroïdie est associée à une augmentation du nombre de complications,

qu’il s’agisse d’avortement spontané, de prééclampsie, de mortinatalité ou d’accouchement

prématuré. Une hypothyroïdie chez la mère pourrait nuire à la croissance et au développement du

fœtus et du nourrisson. Pendant une grossesse, le taux de T4 sérique pourrait diminuer et le taux de

TSH pourrait augmenter jusqu’à des valeurs dépassant les limites de la normale. Comme une hausse du

taux de TSH peut se produire dès la quatrième semaine de grossesse, le taux de TSH des femmes

enceintes traitées par EUTHYROX devrait être mesuré environ toutes les 4 semaines pendant la

première moitié de la grossesse et au moins une fois par semaine entre la semaine 26 et 32, puisque

des ajustements posologiques de lévothyroxine sont souvent nécessaires. Les valeurs initiales de TSH

spécifiques au trimestre sont recommandées (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION). Il faut corriger

toute hausse du taux sérique de TSH en augmentant la dose d’EUTHYROX. Étant donné, qu’après la

naissance, le taux de TSH revient aux valeurs d’avant la grossesse, la dose d’EUTHYROX devrait revenir

tout de suite après l’accouchement à celle qui était prescrite avant la grossesse. Le taux sérique de TSH

devrait être vérifié 6 semaines après l’accouchement.

Les hormones thyroïdiennes traversent jusqu’à un certain point la barrière placentaire, comme en

témoigne le sang cordonal des fœtus athyréotiques, dont les taux équivalent environ au tiers de ceux

des mères. Le transfert de l’hormone thyroïdienne de la mère au fœtus peut cependant ne pas être

suffisant pour éviter une hypothyroïdie in utero.

7.1.2

Allaitement

D’infimes quantités d’hormones thyroïdiennes sont excrétées dans le lait maternel. Même si la

prudence est de rigueur lors de l’administration d’EUTHYROX à une femme qui allaite, des doses

adéquates de lévothyroxine sodique de remplacement sont généralement nécessaires pour assurer

une lactation normale.

7.1.3

Enfants

Il faut surveiller les paramètres hémodynamiques lorsqu’un traitement par la lévothyroxine est instauré

chez des nouveau-nés prématurés de très faible poids à la naissance, car un collapsus circulatoire peut

survenir en raison de l’immaturité de la fonction surrénalienne.

Chez les enfants dont le diagnostic d’hypothyroïdie permanente n’a pas été établi, il est recommandé

d’interrompre l’administration d’EUTHYROX pendant une période d’essai de 30 jours, mais seulement

chez les enfants de 3 ans et plus. Les taux de T4 et de TSH sériques doivent alors être mesurés. Si le

taux de T4 est faible et le taux de TSH élevé, un diagnostic d’hypothyroïdie permanente est alors établi

et le traitement par EUTHYROX doit être poursuivi. Si les taux de T4 et de TSH sont normaux, une

euthyroïdie peut être envisagée et, par conséquent, l’hypothyroïdie peut être considérée comme ayant

été transitoire. Dans ce cas, toutefois, le médecin devrait suivre l’enfant de près et refaire les tests de la

fonction thyroïdienne si des signes ou des symptômes d’hypothyroïdie se manifestent. Si tel est le cas,

le clinicien doit alors sérieusement envisager une rechute. Si les résultats obtenus avec l’interruption

du traitement par lévothyroxine sodique ne sont pas concluants, un suivi attentif et d’autres tests

seront nécessaires.

Comme l’état de certains enfants gravement atteints peut évoluer vers l’hypothyroïdie clinique si le

traitement est interrompu pendant 30 jours, une autre approche consisterait à réduire de moitié la

dose d’EUTHYROX pendant la période d’essai de 30 jours. Si, après 30 jours, le taux sérique de TSH est

supérieur à 20 mU/L, le diagnostic d’hypothyroïdie permanente est confirmé et le traitement doit se

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 19 de 57

poursuivre en administrant la dose complète. Mais si le taux de TSH ne dépasse pas 20 mU/L, le

traitement par lévothyroxine sodique devrait être interrompu pour une période d’essai de 30 jours,

suivie de tests mesurant la T4 et la TSH sérique.

Dans certains cas cliniques, il faut aussi envisager la présence de pathologies concomitantes et, le cas

échéant, instaurer un traitement approprié (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Généralités).

Hypothyroïdie congénitale

(Voir les sections 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Surveillance et tests de laboratoire, Enfants et

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, 4.2 Dose recommandée et modification posologique.)

Les nourrissons atteints d’hypothyroïdie congénitale semblent être exposés à un plus grand risque

d’autres anomalies congénitales, des malformations cardiovasculaires (sténose pulmonaire, anomalies

des parois interauriculaire et interventriculaire) leur étant le plus souvent associées.

Un retour rapide à un taux sérique de T4 normal est essentiel pour prévenir les effets indésirables de

l’hypothyroïdie congénitale sur le développement intellectuel ainsi que sur la croissance et la maturité

physique dans leur ensemble. Par conséquent, dès que le diagnostic est établi, il faut instaurer sans

attendre le traitement par EUTHYROX et, généralement, le poursuivre pendant toute la vie.

Pendant les deux premières semaines de traitement par EUTHYROX, les nourrissons doivent être

surveillés de près afin d’éviter toute surcharge cardiaque, toute arythmie et toute aspiration par réflexe

avide de succion.

Il faut surveiller de près le patient afin d’éviter que la dose soit insuffisante ou excessive. Une dose

insuffisante peut avoir des effets néfastes sur le développement intellectuel et la croissance linéaire.

Une dose excessive a été associée à une craniosténose chez les nourrissons et pourrait avoir des effets

négatifs sur la vitesse de maturation du cerveau, susciter une progression indue de l’âge osseux, avec

fermeture prématurée des épiphyses, et une insuffisance staturale à l’âge adulte.

HYPOTHYROÏDIE ACQUISE CHEZ L’ENFANT

Le patient devrait être surveillé de près pour éviter une dose insuffisante ou une dose excessive. Une

dose insuffisante peut entraîner de mauvais résultats scolaires, en raison d’une diminution de la

capacité de concentration et de facultés mentales ralenties, ainsi qu’une réduction de la taille à l’âge

adulte. Une dose excessive peut accélérer la maturation osseuse et entraîner la fermeture prématurée

des épiphyses ainsi qu’une insuffisance staturale à l’âge adulte.

Les enfants traités peuvent présenter une période de croissance de rattrapage, qui pourrait dans

certains cas être suffisante pour qu’ils aient une taille normale à l’âge adulte. Chez les enfants atteints

d’hypothyroïdie sévère ou prolongée, la croissance de rattrapage peut ne pas suffire pour qu’ils aient

une taille normale à l’âge adulte.

7.1.4

Personnes âgées

En raison d’une plus importante prévalence des maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées, le

traitement par lévothyroxine sodique ne doit pas être instauré à la pleine dose de remplacement (voir

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Cardiovasculaire et 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION,

4.4 Administration).

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 20 de 57

8

EFFETS INDÉSIRABLES

8.1

Aperçu des effets indésirables

Les signes cliniques d’une hyperthyroïdie peuvent se manifester en cas de surdosage, si la limite de la

tolérance individuelle à la lévothyroxine sodique est dépassée ou si la dose est augmentée trop

rapidement au début du traitement. Dans de tels cas, la dose quotidienne doit être réduite ou

l’administration du médicament interrompue pendant plusieurs jours. Le traitement peut être repris

dès la disparition des effets indésirables (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Généralités et

5 SURDOSAGE).

8.2

Effets indésirables observés dans les essais cliniques

Les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières. Les taux d’effets indésirables qui

y sont observés ne reflètent pas nécessairement les taux observés en pratique, et ces taux ne doivent

pas être comparés aux taux observés dans le cadre d’essais cliniques portant sur un autre médicament.

Les informations sur les effets indésirables provenant d’essais cliniques peuvent être utiles pour

déterminer et estimer les taux de réactions indésirables aux médicaments lors d’une utilisation réelle.

Les symptômes suivants sont caractéristiques :

Affections cardiaques

palpitations, tachycardie, arythmies cardiaques

(p. ex., fibrillation auriculaire et extrasystoles),

augmentation du pouls et de la tension

artérielle, insuffisance cardiaque, angine de

poitrine, infarctus du myocarde, arrêt cardiaque

Affections gastro-intestinales

diarrhée, vomissements, crampes abdominales

Troubles généraux et anomalies au site

d’administration

fatigue, intolérance à la chaleur, fièvre,

transpiration excessive

Affections du système immunitaire

Des réactions d’hypersensibilité à des

ingrédients inactifs du médicament ont été

rapportées. Il s’agit, entre autres, des suivantes :

urticaire, prurit, éruptions cutanées, bouffées

vasomotrices, œdème de Quincke, divers

symptômes gastro-intestinaux (douleur

abdominale, nausées, vomissements et

diarrhée), fièvre, arthralgie, maladie sérique et

respiration sifflante. Aucun cas d’hypersensibilité

à la lévothyroxine sodique n’a été rapporté.

Investigations

baisse de la densité minérale osseuse, hausse

dans les résultats des épreuves de la fonction

hépatique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

augmentation de l’appétit, perte de poids

Affections musculosquelettiques et du tissu

conjonctif

tremblements, faiblesse musculaire, crampes,

épiphysiolyse fémorale supérieure chez l’enfant.

Une dose excessive peut entraîner une

craniosténose et une soudure prématurée des

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 21 de 57

épiphyses chez les enfants (qui se manifeste par

une insuffisance staturale à l’âge adulte).

Affections du système nerveux

céphalées, convulsions, pseudotumeur cérébrale

Affections psychiatriques

hyperactivité, nervosité, agitation, anxiété,

irritabilité, labilité émotionnelle et insomnie

Affections des organes de reproduction et du

sein

troubles du cycle menstruel, altération de la

fertilité

Affections respiratoires

dyspnée

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

alopécie (généralement transitoire)

Affections vasculaires

bouffées vasomotrices

9

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

9.2

Aperçu des interactions médicamenteuses

De nombreux médicaments altèrent la pharmacocinétique et le métabolisme des préparations

d’hormones thyroïdiennes (p. ex. absorption, synthèse, sécrétion, catabolisme, fixation aux protéines

et effets sur les organes cibles) et, de ce fait, la réponse au traitement par EUTHYROX. Par ailleurs, les

hormones thyroïdiennes et l’état de la thyroïde peuvent avoir certains effets sur la pharmacocinétique

et l’action d’autres médicaments. Le Tableau 2 contient une liste des interactions médicamenteuses-

axe thyroïdien.

9.3

Interactions médicament-comportement

Ces renseignements ne sont pas disponibles pour ce produit médicamenteux.

9.4

Interactions médicament-médicament

Les médicaments apparaissant dans ce tableau sont fondés sur des exposés de cas ou des études sur

les interactions médicamenteuses, ou encore sur les interactions potentielles en raison de l’ampleur ou

de la gravité anticipée de l’interaction (ceux qui ont été identifiés comme contre-indiqués).

Tableau 2 : Interactions médicamenteuses établies ou potentielles

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Médicaments pouvant réduire la sécrétion de TSH - la réduction n’étant pas soutenue, elle n’entraîne

pas d’hypothyroïdie

Dopamine et agonistes

dopaminergiques

Glucocorticoïdes

Octréotide

L’utilisation de ces

agents pourrait

entraîner une

réduction temporaire

de la sécrétion de

TSH.

Il y a réduction quand les doses

suivantes sont administrées :

Dopamine (

1 mcg/kg/min);

glucocorticoïdes (hydrocortisone

100 mg/jour ou l’équivalent);

octréotide (> 100 mcg/jour).

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 22 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Médicaments modifiant la sécrétion des hormones thyroïdiennes

Médicaments pouvant réduire la sécrétion des hormones thyroïdiennes et ainsi entraîner une

hypothyroïdie

Aminoglutéthimide

Amiodarone

Iodure

(y compris les agents

de contraste iodés

pour radiographie)

Lithium

Méthimazole

Propylthiouracile (PTU)

Sulfonamides

Tolbutamide

Un traitement de

longue durée au

lithium peut entraîner

l’apparition d’un

goitre dans jusqu’à

50 % des cas et une

hypothyroïdie

subclinique ou

manifeste dans

jusqu’à 20 % des cas.

Les agents pour

cholécystographie

administrés par voie

orale et l’amiodarone

sont excrétés

lentement et

provoquent une

hypothyroïdie de plus

longue durée que

dans le cas des

produits de contraste

iodés administrés par

voie parentérale.

Un traitement de

longue durée par

l’aminoglutéthimide

peut réduire de façon

minimale les taux de

et de T

et accroître

le taux de TSH, même

si toutes les valeurs

restent dans les

limites de la normale

chez la plupart des

patients.

Les fœtus, les nouveau-nés, les

personnes âgées et les patients

euthyroïdiens présentant une

thyroïdopathie sous-jacente (p. ex.

une thyroïdite de Hashimoto ou une

maladie de Graves ou de Basedow

déjà traitée par iode radioactif ou par

chirurgie) font partie des sujets les

plus à risque d’hypothyroïdie induite

par l’iode.

Médicaments pouvant augmenter la sécrétion d’hormones thyroïdiennes et ainsi entraîner une

hyperthyroïdie

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 23 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Amiodarone Iodure (y

compris les agents de

contraste iodés pour

radiographie)

Sertraline

Chloroquinone

Proguanil

L’iodure et les agents

renfermant des

quantités

pharmacologiques

d’iodure peuvent

induire une

hyperthyroïdie chez

les patients

euthyroïdiens atteints

de la maladie de

Graves ou de

Basedow et déjà

traités par des

antithyroïdiens ou

chez les patients

euthyroïdiens

présentant une

autonomie

thyroïdienne (p. ex.

goitre multinodulaire

ou adénome

thyroïdien

hypersécrétant).

La sertraline, la

chloroquinone et le

proguanil diminuent

l’efficacité de la

lévothyroxine sodique

et augmentent le taux

sérique de TSH.

L’hyperthyroïdie peut se développer

sur plusieurs semaines et peut

persister pendant plusieurs mois après

l’arrêt du traitement. L’amiodarone

peut induire une hyperthyroïdie en

provoquant une thyroïdite.

Médicaments pouvant altérer l’absorption de T

et ainsi induire une hypothyroïdie

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 24 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Sucralfate

Antiacides

- Hydroxydes

d’aluminium et de

magnésium

- Siméthicone

Chélateurs des acides

biliaires

- Cholesthyramine

– Colestipol

Carbonate de calcium

Résines échangeuses

d’ions

– Kayexlate

Ingrédients médicinaux

contenant du fer

Sulfate ferreux

Orlistat

Sévélamer

L’utilisation de ces

agents peut réduire

l’efficacité de la

lévothyroxine sodique

en s’y liant et en

retardant ou

empêchant son

absorption, ce qui

peut entraîner une

hypothyroïdie.

Les résines

échangeuses d’ions

inhibent l’absorption

de la lévothyroxine

sodique.

Le mécanisme

pourrait impliquer

une diminution de

l’absorption des sels

iodés et(ou) de la

lévothyroxine

sodique.

Le sévélamer diminue

également

l’absorption de la

lévothyroxine

sodique.

Le carbonate de calcium pourrait

former un composé chélaté insoluble

avec la lévothyroxine sodique; il

semble aussi que le sulfate ferreux

forme un complexe ferrique-

thyroxine. Il est recommandé

qu’EUTHYROX soit administré au

moins 2 heures avant l’administration

des médicaments contenant de

l’aluminium ou du fer. De même, en

ce qui concerne le carbonate de

calcium.

Les résines échangeuses d’ions

doivent être administrées 4 à 5 heures

avant un traitement par EUTHYROX.

Il faut surveiller les changements de la

fonction thyroïdienne chez les

patients qui prennent de l’orlistat et

de l’EUTHYROX en concomitance.

Les patients prenant EUTHYROX et

utilisant du sévélamer de façon

concomitante doivent être surveillés

afin de détecter les changements de la

fonction thyroïdienne au début ou à la

fin du traitement concomitant. Si

nécessaire, la dose d’EUTHYROX doit

être ajustée.

Médicaments pouvant altérer le transport plasmatique de la T

4

et de la T

3

- cependant, le taux de T

4

libre demeure dans la plage des valeurs normales, de sorte que le patient demeure euthyroïdien

Clofibrate

Contraceptifs oraux

contenant des

œstrogènes

Œstrogènes (oraux)

Héroïne/méthadone

5-fluorouracile

Mitotane

Tamoxifène

Hausse de la

concentration sérique

de la globuline liant la

thyroxine (Thyroxine

Binding Globulin –

TBG)

s.o.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 25 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Androgènes/stéroïdes

anabolisants

Asparaginase

Glucocorticoïdes

Acide nicotinique à

libération lente

Diminution de la

concentration sérique

de TBG

s.o.

Médicaments pouvant provoquer un déplacement des sites de fixation aux protéines

Furosémide (> 80 mg

i.v.)

Héparine

Hydantoïnes

Anti-inflammatoires

non stéroïdiens

- Fénamates

- Phénylbutazone

Salicylates (> 2 g/jour)

dicoumarol

Furosémide à fortes

doses (250 mg)

Clofibrate

L’administration de

ces agents avec la

lévothyroxine sodique

peut déplacer la

lévothyroxine sodique

des protéines

plasmatiques, ce qui

entraîne une hausse

de la fraction libre de

la T

. Une

administration

continue entraîne une

baisse de la

concentration sérique

de T

, de T

libre et de

TSH;

les patients sont

donc cliniquement

euthyroïdiens. Les

salicylates empêchent

la fixation de la T

de la T

à la TBG et à

la transthyrétine.

Une augmentation initiale du taux de

libre est suivie d’un retour de la T

libre à la normale quand les

concentrations plasmatiques

thérapeutiques de salicylates sont

constantes, malgré une diminution du

taux de T

totale pouvant aller jusqu’à

30 %.

Médicaments pouvant modifier le métabolisme de la T

4

et de T

3

Médicaments pouvant augmenter le métabolisme hépatique, et ainsi entraîner une hypothyroïdie

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 26 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Carbamazépine

Hydantoïnes (p. ex.

phénytoïne)

Barbituriques (p. ex.

phénobarbital)

Rifampicine

La stimulation de

l’activité des enzymes

microsomales

hépatiques qui

métabolisent les

médicaments comme

la phénytoïne peut

entraîner une

augmentation de la

dégradation, de la

clairance et du

métabolisme

hépatiques de la

lévothyroxine

sodique, entraînant

ainsi une

augmentation des

besoins en

lévothyroxine

sodique. D’autre part,

la phénytoïne peut

altérer l’effet de la

lévothyroxine sodique

en déplaçant la

lévothyroxine sodique

des protéines

plasmatiques,

résultant en une

fraction FT4 et FT3

élevée. La

carbamazépine réduit

la fixation de la

lévothyroxine sodique

aux protéines

plasmatiques, ce qui

peut faire diminuer de

20 à 40 % les taux de

totale et libre, mais

la plupart des patients

ont des taux sériques

de TSH normaux et

sont cliniquement

euthyroïdiens.

Une surveillance étroite des

paramètres des hormones

thyroïdiennes est recommandée.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 27 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Médicaments pouvant réduire l’activité de la T

4

5’-déiodinase

Agents de contraste

iodés

Amiodarone

Antagonistes bêta-

adrénergiques ou bêta

sympatholytiques

– (p. ex. propranolol >

160 mg/jour)

Glucocorticoïdes

(p. ex.

dexaméthasone

4 mg/jour)

Propylthiouracile (PTU)

L’administration de

ces inhibiteurs

d’enzymes diminue la

conversion à la

périphérie de la T

, ce qui entraîne une

diminution du taux de

. Le taux sérique de

demeure

généralement normal,

mais il pourrait parfois

subir une légère

élévation. Si de fortes

doses de propranolol

(> 160 mg par jour)

sont administrées, les

taux de T

et de T

varient légèrement, le

taux de TSH demeure

normal et les patients

sont cliniquement

euthyroïdiens.

L’amiodarone peut

déclencher une

hyperthyroïdie ou une

hypothyroïdie en

raison de sa haute

teneur en iode.

Il convient de noter que l’action de

certains antagonistes bêta-

adrénergiques peut être altérée

quand un patient hypothyroïdien

passe à l’état euthyroïdien.

L’administration à court terme de

fortes doses de glucocorticoïdes peut

entraîner une réduction de 30 % de la

concentration sérique plasmatique de

et modifier légèrement le taux

sérique de T

. Un traitement de

longue durée par des glucocorticoïdes

peut cependant donner lieu à une

légère diminution des taux de T

et de

en raison d’une diminution de la

production de TBG (voir ci-dessus).

Il serait prudent de suivre de près les

patients traités par EUTHYROX qui

prennent aussi de l’amiodarone dans

le cas d’un goitre nodulaire avec une

composante d’autonomie

thyroïdienne possiblement non

connue.

Divers

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 28 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Anticoagulants (oraux)

- Dérivés

coumariniques

- Dérivés de

l’indandione

La lévothyroxine

sodique peut

augmenter l’effet des

anticoagulants en

brisant leur fixation

aux protéines

plasmatiques, ce qui

peut augmenter le

risque d’hémorragie,

p. ex. saignements

gastro-intestinaux ou

au sein du SNC,

surtout chez les

patients âgés. Les

hormones

thyroïdiennes

semblent augmenter

le catabolisme des

facteurs de

coagulation

dépendants de la

vitamine K.

L’utilisation

concomitante de ces

agents freine

l’augmentation

compensatoire de la

synthèse des facteurs

de coagulation.

Il faut vérifier régulièrement les

paramètres de la coagulation, tant au

début que pendant le traitement par

concomitance. Le temps de

prothrombine doit être suivi de près

chez les patients traités par

EUTHYROX et, si nécessaire, il faut

ajuster la dose d’anticoagulant.

Antidépresseurs

- Antidépresseurs

tricycliques

(p. ex. amitriptyline)

- Antidépresseurs

tétracycliques

(p. ex. maprotiline)

- Inhibiteur spécifique

du recaptage de la

sérotonine (ISRS;

sertraline,

chloroquine/proguanil)

L’administration

concomitante

d’antidépresseurs tri-

et tétracycliques et de

lévothyroxine sodique

peut augmenter les

effets thérapeutiques

et toxiques de ces

deux médicaments,

vraisemblablement à

cause d’une plus

grande sensibilité aux

catécholamines.

Les effets toxiques sont, entre autres,

un risque plus élevé d’arythmies

cardiaques et de stimulation du

système nerveux central (SNC); le

début d’action des agents tricycliques

peut être plus rapide.

Sertraline, chloroquine/proguanil : ces

substances diminuent l’efficacité de la

lévothyroxine sodique et augmentent

le taux sérique de TSH.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 29 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Agents antidiabétiques

- Biguanides

- Méglitinides

- Sulfonylurées

- Thiazolidinédione

- Insuline

La lévothyroxine

sodique peut réduire

l’effet des

antidiabétiques. Le

cas échéant, il faut

ajuster la dose

d’antidiabétique.

Il est nécessaire de vérifier souvent la

glycémie au début d’une

hormonothérapie thyroïdienne ou

quand un traitement par

hormonothérapie thyroïdienne est

modifié ou interrompu.

Cytokines

Le traitement par

interféron-α a été

associé à la formation

d’anticorps

microsomaux

antithyroïdiens chez

20 % des patients et,

dans certains cas, à

des épisodes

d’hypothyroïdie ou

d’hyperthyroïdie

transitoire, ou les

deux. Le risque de

dysfonction

thyroïdienne en cours

de traitement est plus

élevé chez les patients

déjà porteurs

d’anticorps

antithyroïdiens.

L’interleukine-2 a été

associée à une

thyroïdite indolore

transitoire chez 20 %

des patients.

Aucun cas de dysfonction

thyroïdienne induite par les

interférons-β et γ n’a été signalé.

Glucosides digitaliques

Les taux sériques de

glucosides digitaliques

peuvent diminuer

quand un patient

hypothyroïdien

devient euthyroïdien;

il faut alors

augmenter la dose de

glucosides

digitaliques.

Les effets thérapeutiques des

glucosides digitaliques peuvent être

réduits par la lévothyroxine sodique.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 30 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Hormones de

croissance

- Somatrem

- Somatropine

L’utilisation excessive

d’hormones

thyroïdiennes et

d’hormones de

croissance peut

accélérer la fermeture

épiphysaire.

Une hypothyroïdie non traitée peut

interférer avec la réponse à l’hormone

de croissance.

Kétamine

Son utilisation en

concomitance peut

entraîner une

hypertension et une

tachycardie

importantes.

La prudence s’impose lors de son

administration chez les patients

recevant une hormonothérapie

thyroïdienne.

Bronchodilatateurs à

base de

méthylxanthine

- (p. ex. théophylline)

Une baisse de la

clairance de la

théophylline peut

survenir chez les

patients

hypothyroïdiens.

La clairance revient à la normale

lorsque l’état euthyroïdien est atteint.

Œstrogènes

Les femmes prenant

des contraceptifs à

base d’œstrogènes ou

les femmes

ménopausées

recevant un

traitement hormonal

substitutif peuvent

avoir besoin d’une

dose élevée de

lévothyroxine

sodique.

s.o.

Inhibiteurs de la

protéase

Les inhibiteurs de la

protéase (p. ex.

ritonavir, indinavir,

lopinavir) peuvent

influer sur les effets

de la lévothyroxine

sodique.

Une surveillance étroite des

paramètres des hormones

thyroïdiennes est recommandée. Le

cas échéant, la dose de lévothyroxine

sodique doit être ajustée.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 31 de 57

Nom propre/nom

usuel

Source

de

preuve

Effet

Commentaire clinique

Inhibiteurs de la

pompe à protons

La concentration

plasmatique de

lévothyroxine

(thyroxine) est

possiblement réduite

par les inhibiteurs de

la pompe à protons.

Il est recommandé de surveiller la

concentration plasmatique de TSH.

Agents radiologiques

Les hormones

thyroïdiennes

peuvent réduire le

captage des

isotopes

I et

s.o.

Agents

sympathomimétiques

Une utilisation

concomitante peut

augmenter les effets

des agents

sympathomimétiques

ou de l’hormone

thyroïdienne.

Les hormones thyroïdiennes peuvent

accroître le risque d’insuffisance

coronarienne si des agents

sympathomimétiques sont

administrés à des patients atteints de

coronaropathie.

Inhibiteurs

tyrosine kinase

Les inhibiteurs de la

tyrosine kinase (p. ex.

imatinib, sunitinib)

peuvent diminuer

l’efficacité de la

lévothyroxine

sodique.

Par conséquent, il est recommandé de

surveiller tout changement dans la

fonction thyroïdienne des patients au

début et à la fin d’un traitement par

concomitance. Le cas échéant, la dose

de lévothyroxine sodique doit être

ajustée.

Hydrate de chloral

Diazépam

Éthionamide

Lovastatine

Métoclopramide

6-mercaptopurine

Nitroprussiate

Para-aminosalicylate

sodique

Perphénazine

Résorcinol (usage

topique excessif)

Diurétiques

thiazidiques

Ces agents ont été

associés à des

variations des taux

d’hormones

thyroïdiennes et(ou)

de la TSH par divers

mécanismes.

s.o.

Légende : E = Étude de cas; EC = essai clinique; T = théorique

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 32 de 57

9.5

Interactions médicament-aliment

Certains aliments peuvent altérer l’absorption de la lévothyroxine sodique, nécessitant ainsi des

ajustements de la posologie. Les graines de coton, les noix et les fibres alimentaires peuvent se lier à la

lévothyroxine sodique et en diminuer l’absorption dans le tractus gastro-intestinal. Les produits

contenant du soya, comme la farine de soya (contenue dans les préparations pour nourrissons),

peuvent également réduire l’absorption de la lévothyroxine sodique dans le tractus gastro-intestinal.

Un ajustement de la dose d’EUTHYROX peut être nécessaire, surtout avant ou après l’ingestion de

suppléments à base de soya.

9.6

Interactions médicament-plante médicinale

Aucune interaction avec des produits à base de plantes médicinales n’a été établie.

9.7

Interactions médicament-tests de laboratoire

Il faut tenir compte des changements dans la concentration de TBG lors de l’interprétation des valeurs

de T4 et de T3, ce qui nécessite de mesurer et d’évaluer le taux d’hormones non liées (libres) et(ou) de

déterminer l’indice de T4 libre (FT4I). Une grossesse, une hépatite infectieuse, les œstrogènes, les

contraceptifs oraux contenant des œstrogènes et la porphyrie intermittente grave augmentent les

concentrations de TBG. Une diminution du taux de TBG peut être observée dans les cas de néphrose,

d’hypoprotéinémie grave, de maladie hépatique grave, d’acromégalie de même qu’après une

androgénothérapie ou une corticothérapie (voir aussi Tableau 2). Des cas d’hyperglobulinémies ou

d’hypoglobulinémies familiales avec fixation à la thyroxine ont été décrits, avec une incidence de

carence en TBG d’environ un cas sur 9 000.

10

PHARMACOLOGIE CLINIQUE

10.1

Mode d’action

La synthèse et la sécrétion des hormones thyroïdiennes sont régulées par l’axe hypothalamo-

hypophyso-thyroïdien. La thyréolibérine (TRH) libérée par l’hypothalamus stimule la sécrétion de la

thyréostimuline, la TSH, qui se produit dans le lobe antérieur de l’hypophyse. La TSH est, quant à elle, le

stimulus physiologique de la synthèse et de la sécrétion des hormones thyroïdiennes, la L-thyroxine

(T4) et la L-triiodothyronine (T3), par la glande thyroïde. Les taux sériques de T3 et de T4 dans la

circulation ont un effet de rétroaction sur la sécrétion de la TRH et de la TSH. Quand les taux de T3 et

de T4 augmentent, la sécrétion de TRH et de TSH ralentit. Quand les taux d’hormones thyroïdiennes

diminuent, il y a augmentation de la sécrétion de TRH et de TSH.

Les mécanismes par lesquels les hormones thyroïdiennes exercent leurs actions physiologiques ne sont

pas encore tout à fait compris, mais il semble qu’elles agiraient surtout en régulant la transcription de

l’ADN et par la synthèse des protéines. Il y a diffusion de la T3 et de la T4 dans le noyau des cellules et

fixation aux protéines des récepteurs thyroïdiens rattachées à l’ADN. Le complexe hormonal nucléaire

au niveau des récepteurs active la transcription génique ainsi que la synthèse de l’ARN messager et des

protéines cytoplasmiques.

Les hormones thyroïdiennes régulent nombre de réactions métaboliques et jouent un rôle essentiel

dans la croissance et le développement normaux, ainsi que dans la maturation normale du système

nerveux central et des os. L’activité métabolique des hormones thyroïdiennes inclut, entre autres, une

augmentation de la respiration cellulaire et de la thermogenèse ainsi que du métabolisme des

protéines, des glucides et des lipides. Les effets anabolisants protéiniques des hormones thyroïdiennes

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 33 de 57

sont essentiels à une croissance et un développement normaux.

Les effets physiologiques des hormones thyroïdiennes proviennent surtout de la T3, issue en grande

partie (environ 80 %) de la désiodation de la T4 dans les tissus périphériques.

La lévothyroxine sodique, à des doses ajustées en fonction de la réponse du patient, est efficace

comme hormonothérapie substitutive ou supplétive dans les cas d’hypothyroïdie, quelle qu’en soit la

cause, sauf en cas l’hypothyroïdie transitoire durant la phase de rétablissement d’une thyroïdite

subaiguë.

La lévothyroxine sodique est aussi efficace comme agent suppresseur de la sécrétion de TSH dans le

traitement d’appoint pour la prise en charge du cancer bien différencié de la thyroïde et dépendant de

la thyréostimuline (voir 1 INDICATIONS, 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS et 4 POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION, 4.2 Dose recommandée et modification posologique, Suppression de la sécrétion de

TSH dans les cas de cancer de la thyroïde bien différencié).

10.2

Pharmacodynamie

EUTHYROX (comprimés de lévothyroxine sodique, USP) contient du sel synthétique cristallin

tétraiodothyronine sodique L-3,3’,5,5’ tétraiodothyronine (lévothyroxine [T4] sodique). La T4

synthétique est identique à celle produite naturellement par la thyroïde humaine. La formule

moléculaire de la lévothyroxine (T4) sodique est la suivante : C

NnaO

H

O, son poids

moléculaire est de 798,86 g/mol (anhydre) et la formule développée est illustrée dans la section

13 INFORMATION PHARMACEUTIQUE.

10.3

Pharmacocinétique

Tableau 3 : Paramètres pharmacocinétiques des hormones thyroïdiennes chez les patients

euthyroïdiens

Hormone

Rapport dans la

thyroglobuline

Puissance

biologique

(jours)

Liaison aux

protéines (%)

Lévothyroxine sodique

De 10 à 20

De 6 à 7

99,96

Liothyronine (T

£ 2

99,5

De 3 à 4 jours en cas d’hyperthyroïdie, de 9 à 10 jours en cas d’hypothyroïdie;

Y compris la TBG, la

TBPA et la TBA

Absorption

La lévothyroxine sodique administrée par voie orale est absorbée presque exclusivement dans l’intestin

grêle supérieur (jéjunum et partie supérieure de l’iléon). Son absorption peut varier de 40 % et peut

atteindre jusqu’à 80 % en selon la formule galénique utilisée. Le T

est approximativement de 5 à

6 heures.

En comparaison avec une dose nominale équivalente d’une solution orale de lévothyroxine sodique, la

biodisponibilité relative de la lévothyroxine sodique en comprimé est d’environ 99 %. L’absorption de la

T4 est augmentée par le jeûne et diminuée dans le cas des syndromes de malabsorption ainsi que par

certains aliments comme les préparations pour nourrissons à base de soya. Les fibres alimentaires

diminuent la biodisponibilité de la T

. L’absorption peut aussi diminuer avec l’âge. En outre, de

nombreux médicaments et aliments altèrent l’absorption de la T4 (voir 9 INTERACTIONS

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 34 de 57

MÉDICAMENTEUSES, 9.5 Interactions médicament-aliment).

Distribution :

La lévothyroxine sodique se lie très fortement aux protéines de transport spécifiques, soit à environ

99,97 %. Cette liaison aux protéines plasmatiques n’est pas covalente; par conséquent, échange reste

continuel et très rapide avec la fraction libre de l’hormone. Le volume de distribution s’élève à environ

10 ou 12 L. Le foie contient 1/3 de toute la lévothyroxine sodique extra-thyroïdienne, qui est

rapidement échangeable avec la lévothyroxine sodique dans le sang.

Plus de 99 % des hormones thyroïdiennes circulantes sont liées aux protéines plasmatiques, y compris

la globuline de transport de la thyroxine (TBG), la préalbumine de transport de la thyroxine (TBPA) et

l’albumine (TBA), dont les capacités et affinités varient. La plus grande affinité de la TBG et de la TBPA

pour la T

explique en partie les taux plasmatiques plus élevés, la clairance métabolique plus lente et la

demi-vie d’élimination plasmatique de la T

qui est plus longue que celle de la T

. Les hormones

thyroïdiennes liées aux protéines existent en équilibre inverse avec de petites quantités d’hormone

libre. Seule l’hormone non liée est métaboliquement active. De nombreux médicaments et états

physiologiques peuvent modifier la liaison des hormones thyroïdiennes aux protéines plasmatiques

(voir 9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, 9.4 Interactions médicament-médicament et

9.7 Interactions médicament-tests de laboratoire). Les hormones thyroïdiennes ne traversent pas

facilement la barrière placentaire (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, 7.1 Populations

particulières, 7.1.1 Femmes enceintes).

Métabolisme :

Les hormones thyroïdiennes sont principalement métabolisées dans le foie, les reins, le cerveau et les

muscles. La T

est lentement éliminée (voir Tableau 3). Le métabolisme des hormones thyroïdiennes se

fait surtout par désiodation séquentielle. Environ 80 % de la T

circulante est dérivée de la T

périphérique par monodésiodation. Le foie est le principal site de la dégradation de la T

et de la T

avec une désiodation de la T

se produisant également dans un certain nombre de sites

supplémentaires, y compris les reins et d’autres tissus. Environ 80 % de la dose quotidienne de T

désiodée pour fournir des quantités égales de T

et de T

inverse (rT

). La T

et la rT

sont

subséquemment désiodées en diiodothyronine. Les hormones thyroïdiennes sont aussi métabolisées

par conjugaison avec les glucuronides et les sulfates et excrétées directement dans la bile et l’intestin,

où elles entrent à nouveau dans la circulation entérohépatique.

Élimination

La demi-vie de la lévothyroxine sodique est en moyenne de 7 jours. Elle est plus courte (3 à 4 jours)

dans le cas de l’hyperthyroïdie et plus longue (environ 9 à 10 jours) dans le cas de l’hypothyroïdie. Les

métabolites sont excrétés dans l’urine et les selles. La clairance métabolique globale de la

lévothyroxine sodique est d’environ 1,2 L de plasma par jour.

Une partie de l’hormone conjuguée atteint le côlon inchangée et est éliminée dans les selles. Environ

20 % de la T4 est éliminée dans les selles. L’excrétion urinaire de la T4 diminue avec l’âge. En raison de

son taux élevé de liaison aux protéines, la lévothyroxine sodique ne peut pas être éliminée par

hémodialyse ou hémoperfusion.

11

ENTREPOSAGE, STABILITÉ ET TRAITEMENT

Entreposer entre 20 et 25 °C (68 et 77 °F) avec variations entre 15 et 30 °C (59 et 86 °F). Protéger de la

lumière. Protéger de l’humidité. Garder en lieu sûr et hors de la portée des enfants.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 35 de 57

PARTIE II : INFORMATION SCIENTIFIQUE

13

INFORMATION PHARMACEUTIQUE

Substance pharmaceutique

La lévothyroxine sodique est une matière physiologiquement active, étant le lévo-isomère de la

thyroxine.

Nom propre :

Lévothyroxine sodique (L-T4, Na)

Nom chimique :

USP :

1) L-tyrosine, O-(4-hydroxy-3,5-diiodophényl)-3,5-diiodo-, sel

monosodique; 2) hydrate de L-thyroxine monosodique

EP :

sodium (2S)-2-amino-3-[4-(4-hydroxy-3,5-diiodophénoxy)-3,5-

diiodophényl] propanoïque

Formule moléculaire et masse moléculaire :

NnaO

xH

798,85 g/mol (anhydre)

Formule de structure :

Propriétés physicochimiques :

Poudre de couleur blanc cassé à légèrement jaune brunâtre ou poudre

cristalline fine et faiblement colorée

Solubilité :

Très peu soluble dans l’eau

Légèrement soluble dans l’alcool

Soluble dans les solutions d’hydroxydes alcalins

Solvant

g/100 mL

0,14

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 36 de 57

Éthanol à 95 %

de 0,3 à 0,4

Hydroxydes alcalins

solubles

Chloroforme

presque insoluble

Éther d’éthyle

presque insoluble

Tampon de pH 7,4

de 0,022 à 0,044

Point de fusion :

Isomère

Plage du point de fusion (°C)

L-T4

de 235 à 235 (décomp.)

L-T4

de 235 à 236 (décomp.)

D-T4

237 (décomp.)

L-T4

236 (corr.)

pKa :

Les pKa apparents des fonctions phénoliques hydroxyle, carboxyle et amino ont été rapportés :

Fonction

Carboxyle

3,832

Hydroxyle phénolique

8,085

Amino

10,1

9,141

Dans un mélange eau et diméthylsulfoxyde à 75 % avec 0,1 M de KNO

Réactif : potentiométrique avec de l’hydroxyde de sodium

14

ESSAIS CLINIQUES

14.2

Résultats de l’étude

Les études sur l’effet du traitement de substitution par la thyroxine sur la densité minérale osseuse ont

fourni des résultats contradictoires; les réductions de masse osseuse obtenues dans certaines études

ont donné lieu à des recommandations portant sur la réduction des doses de thyroxine à prescrire.

L’effet à long terme d’un traitement par la thyroxine a fait l’objet d’une analyse dans un grand groupe

homogène de patients ayant tous subi une thyroïdectomie pour un cancer différencié de la thyroïde et

ne présentant aucun antécédent d’autres troubles thyroïdiens.

Malgré un traitement par la thyroxine à long terme (durée moyenne de 7,9 ans [étendue : de 1 à

19 ans] à des doses moyennes de 191 mcg/jour [ET de 50]) résultant en des concentrations sériques de

thyroxine plus élevées et en des concentrations sériques de thyréostimuline plus faibles que dans le

groupe témoin, les patients ne présentaient aucun signe de densité minérale osseuse plus faible que

les témoins dans tous les centres d’études. La densité minérale osseuse ne présentait aucune

corrélation avec la dose, la durée du traitement, la dose cumulative ou les tests de la fonction

thyroïdienne.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 37 de 57

Une autre étude a été effectuée auprès de 17 femmes ménopausées atteintes d’hypothyroïdie

subclinique et n’ayant aucun antécédent de thyroïdie. Les patientes ont été réparties de façon aléatoire

et ont reçu, d’une part, un traitement par lévothyroxine sodique ou, d’autre part, aucun traitement.

Toutes ont fait l’objet d’un suivi prospectif. Les patientes du groupe ayant reçu le médicament avaient

des concentrations initiales de TSH similaires, mais étaient légèrement plus âgées (68 ± 7 ans contre

60 ± 5 ans [p

0,02]).

La dose moyenne de lévothyroxine sodique nécessaire pour normaliser la concentration sérique de TSH

était de 0,072 ± 0,027 mg. Au départ, la densité minérale osseuse ne différait pas de façon significative

dans les deux groupes.

Une analyse rétrospective a été effectuée auprès de 12 femmes traitées pour une hypothyroïdie

primaire avant, pendant et après la grossesse dans le cadre d’une étude visant à évaluer les effets de la

grossesse sur les besoins en thyroxine.

Le taux de thyréostimuline sérique a augmenté au cours de la grossesse chez toutes les patientes. En

raison des taux élevés de thyréostimuline, la dose de thyroxine a été augmentée chez 9 des

12 patientes. Les résultats indiquent que le besoin en thyroxine augmente chez de nombreuses

femmes atteintes d’hypothyroïdie primaire quand elles sont enceintes.

La réponse longitudinale de 43 nourrissons atteints d’hypothyroïdie congénitale primaire au cours de la

première année de traitement par lévothyroxine sodique a aussi fait l’objet d’une évaluation. Le

diagnostic a été confirmé par le taux sérique des hormones thyroïdiennes à l’âge de quatre semaines

chez 38 enfants et entre 40 et 80 jours après la naissance chez les autres.

Un traitement par la lévothyroxine sodique a été instauré immédiatement après le diagnostic à une

dose moyenne de 10 à 14 mcg/kg/jour et les concentrations sériques de thyroxine totale, de

triiodothyronine, de triiodothyronine inverse et de TSH ont été déterminées dans l’ordre. La

concentration sérique de thyroxine totale et libre est redevenue normale une semaine après le début

du traitement dans tous les groupes. En dépit d’un niveau tout aussi faible d’hypothyroïdie au moment

du diagnostic chez les nourrissons atteints d’une dyshormonogenèse, d’ectopie ou d’hypoplasie, ceux

qui étaient atteints de dyshormonogenèse ont eu une réponse plus sensible à une hormonothérapie

substitutive thyroïdienne initiale que ceux qui présentaient une dysgénésie thyroïdienne, à en juger par

la dose de lévothyroxine sodique et la suppression de la sécrétion de TSH. Il a été conclu qu’obtenir

rapidement une euthyroïdie clinique et biochimique pendant la petite enfance avec des doses de

lévothyroxine sodique variant entre 10 et 14 mcg/kg/jour était une méthode de traitement sûre et

efficace pour les enfants atteints d’hypothyroïdie congénitale.

14.3

Études de biodisponibilité comparatives

La biodisponibilité de la lévothyroxine peut varier dans une certaine mesure d’un produit

commercialisé à un autre. Une fois l’état du patient stabilisé avec une marque particulière de

lévothyroxine sodique, il faut faire preuve de prudence si l’on décide de changer de marque de produit.

Si le passage vers un autre produit de lévothyroxine s’avère nécessaire, on doit effectuer une

surveillance clinique et biologique étroite pendant la période de transition en raison du risque potentiel

de déséquilibre. Chez certains patients, un ajustement de la dose peut être nécessaire.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 38 de 57

Une étude a montré que la pharmacocinétique de la lévothyroxine sodique exogène après

l’administration du comprimé test est semblable à celle d’une solution orale du médicament. Les profils

pharmacocinétiques des deux formes du médicament étaient presque superposables, en particulier

dans la phase post-absorption. L’analyse de variance (ANOVA) effectuée sur l’ASC0-t et la Cmax de la T4

après transformation logarithmique n’a pas détecté de différence significative entre la formule test et

la solution orale de référence. Les rapports de référence pour l’ASC

et la C

du test de la moyenne

géométrique sur la T4 ont été de respectivement 98 % (IC géométrique à 95 %, de 92 à 106 %) et 98 %

(IC géométrique à 95 %, de 90 à 106 %) (voir Tableau 4). Comme en témoigne le rapport des moyennes

géométriques pour la T4, l’ASC0-t et la Cmax et les intervalles de confiance à 95 % correspondants, la

biodisponibilité de la T4 obtenue avec le comprimé test est équivalente à celle d’une solution orale de

T4. Il a été rapporté qu’environ 80 % de la T3 endogène est obtenue par le métabolisme de la T4 dans

le foie et les reins. La suppression des concentrations sériques de T3 observées pour les deux types de

médicaments, après correction pour la valeur de référence, était donc inattendue. Il peut être

raisonnable de supposer que le foie peut être un organe qui ne joue pas un rôle important dans le

métabolisme de la T4 en T3. Cette voie métabolique existe peut-être principalement dans les reins ou

dans la glande thyroïde elle-même. Les comprimés de lévothyroxine sodique de EMD Serono

(2 comprimés de 300 mcg) ont révélé un profil pharmacocinétique et une biodisponibilité en T4

similaires à une dose équivalente d’une solution orale du médicament. L’administration exogène de T4

peut supprimer le taux de T3 sérique chez les personnes en bonne santé.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 39 de 57

Tableau 4 : Résumé des paramètres pharmacocinétiques de la T

4

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique 600 mcg (2 × 300 mcg) vs solution orale 600 mcg

Corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

146,94

149,29 (19,18)

148,41

151,99 (20,15)

98,4

De 91,6 à 105,7

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

6,49

6,60 (19,85)

6,62

6,77 (22,30)

97,9

De 90,3 à 106,1

2,46 (38,62)

1,73 (45,09)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

Lévothyroxine sodique, solution orale, 600 mcg (achetée aux États-Unis et fabriquée par American

Pharmaceutical Partners Inc.)

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la

pharmacocinétique de la lévothyroxine sodique (T½ = 7 jours)

Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique 600 mcg (2 × 300 mcg) vs solution orale 600 mcg

Non corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

502,70

506,81 (13,18)

507,76

511,61 (14,27)

98,8

De 96,5 à 102,0

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

13,46

13,57 (13,19)

13,60

13,80 (15,43)

98,6

De 94,7 à 102,6

4,35 (49,43)

3,02 (47,68)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

Lévothyroxine

sodique,

solution

orale,

600 mcg

(achetée

États-Unis

fabriquée

American

Pharmaceutical Partners Inc.)

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 40 de 57

L’équivalence des comprimés de 50 mcg et 100 mcg de lévothyroxine sodique de EMD Serono a été

évaluée dans une étude portant sur 24 volontaires en santé.

L’analyse de variance (ANOVA) effectuée sur l’ASC

, la C

et la T

après transformation

logarithmique de la T

n’a pas détecté de différence significative entre les comprimés de 50 mcg et de

100 mcg. Les rapports de référence pour l’ASC

et la C

du test de la moyenne géométrique sur la T

ont été de respectivement 97 % (IC géométrique à 95 %, de 89 à 106 %) et 94 % (IC géométrique à

95 %, de 86 à 103 %) (voir Tableau 5).

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 41 de 57

Tableau 5 : Résumé des paramètres pharmacocinétiques de la T

4

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 mcg (12 × 50 mcg vs 6 × 100 mcg)

Corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

146,94

152,02 (25,95)

151,41

156,64 (25,39)

97,0

De 88,5 à 106,4

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

6,05

6,24 (24,36)

6,49

6,74 (29,97)

93,8

De 85,7 à 102,7

2,67 (35,58)

2,40 (47,50)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 12 comprimés de 50 mcg

† Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 6 comprimés de 100 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 42 de 57

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 mcg (12 × 50 mcg vs 6 × 100 mcg)

Non corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

497,70

501,41 (12,44)

507,76

511,77 (16,49)

98,7

De 95,4 à 101,6

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

13,06

13,17 (14,58)

13,46

13,74 (18,41)

96,4

De 92,1 à 100,9

4,73 (46,93)

4,15 (54,46)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 12 comprimés de 50 mcg

† Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 6 comprimés de 100 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine

sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

Comme en témoignent l’ASC

géométrique et le rapport des moyennes de la C

et des intervalles de

confiance à 95 % correspondants, la biodisponibilité de la T

provenant de doses égales des

concentrations de 50 mcg et de 100 mcg est équivalente. Les comprimés de lévothyroxine sodique de

50 et de 100 mcg de EMD Serono sont équivalents en matière de posologique ou de proportion dose-

concentration.

L’équivalence des comprimés de 300 mcg et 100 mcg de lévothyroxine sodique de EMD Serono a été

évaluée dans une étude portant sur 24 volontaires en santé.

L’analyse de variance (ANOVA) effectuée sur l’ASC

, la C

et la T

après transformation

logarithmique de la T

n’a pas détecté de différence significative entre les comprimés de 300 mcg et de

100 mcg. Les rapports de référence pour l’ASC

et la C

du test de la moyenne géométrique sur la T

ont été de respectivement 114 % (IC géométrique à 95 %, de 104 à 124 %) et 104 % (IC géométrique à

95 %, de 96 à 113 %) (voir Tableau 6).

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 43 de 57

Tableau 6 : Résumé des paramètres pharmacocinétiques de la T

4

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 mcg (2 × 300 mcg vs 6 × 100 mcg)

Corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

165,67

168,33 (15,33)

146,94

150,35 (22,86)

113,6

De 104,0 à 124,1

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

5,99

6,13 (21,21)

5,75

5,90 (21,69)

104,0

De 95,7 à 113,0

2,83 (83,75)

2,63 (50,95)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 6 comprimés de 100 mcg

† Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 mcg (2 × 300 mcg vs 6 × 100 mcg)

Non corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(mcg.h/dL)

518,01

520,83 (10,03)

507,76

507,92 (8,96)

102,1

De 99,5 à 105,4

(mcg.h/dL)

(mcg/dL)

12,94

13,12 (13,64)

12,94

13,03 (10,44)

100,3

De 96,6 à 104,1

4,96 (95,36)

4,58 (55,02)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 6 comprimés de 100 mcg

† Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 44 de 57

Comme en témoignent l’ASC

géométrique et le rapport des moyennes de la C

et des intervalles de

confiance à 95 % correspondants, la biodisponibilité de la T

provenant de doses égales des

concentrations de 300 mcg et 100 mcg est équivalente. Les comprimés de lévothyroxine sodique des

concentrations de 300 et 100 mcg de EMD Serono sont équivalents en matière de forme posologique

et une proportion dose-concentration.

Une étude de biodisponibilité transversale en deux phases avec répartition aléatoire a comparé les

comprimés de 0,3 mg de lévothyroxine sodique et les comprimés de 0,3 mg de Synthroid® (d’Abbott

Laboratories, États-Unis) administrés à raison de 2 comprimés de 0,3 mg par dose. Cette étude a été

effectuée auprès des sujets sains et à jeun.

Tableau 7 : Tableau sommaire des données comparatives de biodisponibilité lors d’une étude à dose

unique comparant le comprimé de 0,3 mg de lévothyroxine sodique et le comprimé de 0,3 mg de

Synthroid® (2 x 0,3 mg de lévothyroxine sodique)

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 g (2 × 300 mcg vs 2 × 300 mcg)

Corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(ng.h/mL)

1 759,50

1800,80 (22,22)

1 639,98

1689 (23,11)

107,29 %

98,66 % à 116,67 %

(ng.h/mL)

(ng/mL)

73,32

74,40 (17,35)

68,06

69,20 (17,43)

107,73 %

100,77 % à 115,16 %

2,88 (25,25)

2,83 (49,82)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

† Lévothyroxine sodique, Synthroid

d’Abbott Laboratories, États-Unis (achetée aux États-Unis), 2 comprimés de

300 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 45 de 57

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 g (2 × 300 mcg vs 2 × 300 mcg)

Non corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(ng.h/mL)

5 240,94

5275,11 (11,82)

5 153,56

5180,68 (10,56)

101,70 %

98,46 % à 105,04 %

(ng.h/mL)

(ng/mL)

145,83

146,76 (11,97)

141,28

141,90 (9,77)

103,22 %

99,44 % à 107,15 %

2,88 (25,25)

2,83 (49,82)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

† Lévothyroxine sodique, Synthroid

d’Abbott Laboratories, États-Unis (achetée aux États-Unis), 2 comprimés de

300 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

Une étude de biodisponibilité transversale en deux phases et à répartition aléatoire a comparé des

comprimés contenant 0,3 mg de lévothyroxine sodique et des comprimés contenant 0,3 mg de

Levoxyl® (par Jones Pharma Inc., États-Unis) administrés à raison de 2 comprimés de 0,3 mg par dose.

Cette étude a été effectuée auprès des sujets sains et à jeun.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 46 de 57

Tableau 8 : Tableau sommaire des données comparatives de biodisponibilité lors une étude à dose

unique comparant le comprimé contenant 0,3 mg de lévothyroxine sodique et le comprimé

contenant 0,3 mg de Levoxyl® (2 x 0,3 mg de lévothyroxine sodique)

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 g (2 × 300 mcg vs 2 × 300 mcg)

Corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(ng.h/mL)

1 643,25

1745,94 (31,58)

1 778,18

1795,73 (21,85)

94,42 %

82,60 % à 107,92 %

(ng.h/mL)

(ng/mL)

69,21

71,67 (24,65)

70,63

71,05 (21,64)

100,12 %

93,51 % à 107,19 %

2,38 (38,14)

2,59 (32,96)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

† Lévothyroxine sodique, Levoxyl® (Jones Pharma Inc., États-Unis, achetée aux États-Unis), 2 comprimés de

300 mcg

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

TABLEAU DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Lévothyroxine sodique, 600 g (2 × 300 mcg vs 2 × 300 mcg)

Non corrigées pour la valeur de référence

À partir de valeurs mesurées

Non corrigées pour la concentration

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Test*

Référence†

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance à

95 %

T(0-48)

(ng.h/mL)

4 915,58

5054,55 (19,34)

5 070,23

5151,98 (16,13)

96,95 %

90,52 % à 103,84 %

(ng.h/mL)

(ng/mL)

139,61

141,90 (16,28)

139,04

140,98 (15,46)

100,41 %

97,20 % à 103,73 %

2,38 (38,14)

2,59 (32,96)

Lévothyroxine sodique, EMD Serono Canada Inc., 2 comprimés de 300 mcg

† Lévothyroxine sodique, Levoxyl

(Jones Pharma Inc., États-Unis, achetée aux États-Unis), 2 comprimés de

300 mcg

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 47 de 57

# L’ASC

ne peut pas être calculée avec certitude en raison du protocole de l’étude et de la pharmacocinétique de

la lévothyroxine sodique (T

= 7 jours)

§ Exprimé en moyenne arithmétique (% CV)

15

MICROBIOLOGIE

Aucune information microbiologique n’est requise pour ce produit pharmaceutique.

16

TOXICOLOGIE NON CLINIQUE

Toxicologie générale : Un excès d’hormone thyroïdienne diminue la densité minérale osseuse (DMO),

un problème potentiel dans la prise en charge des patients atteints de cancer différencié de la thyroïde

et de goitre non toxique qui nécessite la vie durant des doses supprimant la sécrétion de l’hormone

thyroïdienne TSH. L’effet d’un l’excès d’hormone thyroïdienne sur la DMO vertébrale et du fémur et le

rôle de l’hypogonadisme dans la modulation de cet effet ont été étudiés chez les rats. Le rôle potentiel

de la calcitonine dans la prévention de la perte osseuse associée à l’hormone thyroïdienne a également

fait l’objet de l’étude. En tout, 40 rats Sprague-Dawley mâles ont été répartis en quatre groupes. Les

groupes 1 et 2 ont été orchidectomisés; les groupes 3 et 4 ont été pseudo-opérés. Les groupes 1 et 3

ont reçu par voie intrapéritonéale 20 mcg de L-thyroxine par 100 g de poids corporel par jour pendant

trois semaines; les groupes 2 et 4 ont reçu l’excipient IP. Un autre groupe de 40 rats ont été répartis en

quatre groupes, les groupes 1 et 2 recevant de la L-thyroxine et les groupes 3 et 4 recevant 2,5 U de

calcitonine par 100 g de poids corporel par voie sous-cutanée pendant trois semaines. La densité

minérale osseuse des vertèbres L4 et 5 et du fémur droit a été mesurée par absorptiométrie

biénergétique à rayons X au début et à la fin de l’étude. L’orchidectomie a diminué la DMO fémorale

(p < 0,05), mais pas la DMO lombaire. L’administration d’un excès de L-thyroxine a diminué la DMO

fémorale (corticale) tant chez les rats pseudo-opérés (p < 0,05) que chez les rats orchidectomisés

(p < 0,05) sans affecter la DMO lombaire (trabéculaire). La calcitonine a augmenté la DMO lombaire

tant chez les rats recevant l’excipient (p < 0,001) que chez les rats traités par la L-thyroxine (p < 0,001).

La calcitonine n’a cependant pas affecté la densité minérale osseuse fémorale des rats traités par

l’excipient et n’a pas empêché la perte osseuse fémorale induite par la L-thyroxine. Le taux sérique de

phosphatase acide résistante au tartrate (PART) avait augmenté chez les rats traités par la L-thyroxine

(p < 0,001) et chez les rats orchidectomisés (p < 0,05). La calcitonine n’a eu aucun effet sur l’activité de

la PART et n’a pas empêché une augmentation du taux de PART induite par la L-thyroxine. Ni un excès

de L-thyroxine ni une orchidectomie n’ont eu d’effet sur les concentrations d’ostéocalcine. La

calcitonine a diminué les concentrations d’ostéocalcine sérique, seule (p < 0,05) et en présence d’un

excès de L-thyroxine (p < 0,05). Il a été conclu que de fortes doses de L-thyroxine administrés au rat

diminuaient de préférence la DMO fémorale. Un hypogonadisme à court terme diminue la DMO

fémorale, mais pas la DMO lombaire, et ne rend pas le rachis lombaire plus sensible à une perte

osseuse pouvant être induite par l’hormone thyroïdienne. La calcitonine augmente la DMO lombaire,

mais n’empêche pas la diminution de la DMO fémorale induite par l’hormone thyroïde.

Cancérogénicité, mutagenèse et altération de la fertilité : Peu d’études de toxicologie portant sur la

lévothyroxine sodique et visant à évaluer son potentiel carcinogène, son potentiel mutagène ou son

altération sur la fertilité ont été publiées. La lévothyroxine sodique synthétique est identique à celle

que produit la glande thyroïde humaine; par conséquent, des effets de cette nature ne sont pas

attendus à moins qu’elle ne soit administrée à une dose excessive.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 48 de 57

RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT POUR LE PATIENT

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE

MÉDICAMENT

EUTHYROX®

Comprimés de lévothyroxine sodique, USP

Lisez ce qui suit attentivement avant de prendre EUTHYROX et lors de chaque renouvellement de

prescription. L’information présentée ici est un résumé et ne couvre pas tout ce qui a trait à ce

médicament. Discutez de votre état de santé et de votre traitement avec votre professionnel de la

santé et demandez-lui s’il possède de nouveaux renseignements au sujet d’EUTHYROX.

Pour quoi EUTHYROX est-il utilisé?

EUTHYROX est utilisé pour :

traiter l’hypothyroïdie. Cette affection survient lorsque la glande thyroïde ne produit pas

suffisamment l’hormone appelée thyroxine.

traiter certains types de cancer de la thyroïde. Pour ces patients, EUTHYROX est administré en

association avec la chirurgie et un traitement par iode radioactif.

Comment EUTHYROX agit-il?

EUTHYROX contient de la lévothyroxine sodique, qui est un type de thyroxine synthétique. La thyroxine

est l’hormone normalement produite par la glande thyroïde.

En cas d’hypothyroïdie, la glande thyroïde ne produit pas de thyroxine en quantité normale. Cela

entraîne une baisse du taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang, ce qui peut modifier le

métabolisme et nuire au bon fonctionnement de nombreux organes. EUTHYROX aide à remplacer la

thyroxine dans l’organisme ou à y suppléer.

Un délai de quelques semaines peut être nécessaire avant qu’EUTHYROX commence à faire effet. Vous

pourriez ne pas remarquer de changement à vos symptômes avant qu’il commence à faire effet.

L’hormonothérapie thyroïdienne substitutive est généralement prise à vie.

Mises en garde et précautions importantes

Les hormones thyroïdiennes comme la lévothyroxine sodique, qu’elles soient prises seules ou en

association avec d’autres médicaments, ne doivent pas être utilisées pour traiter l’obésité ni pour la

perte de poids. Des doses plus élevées peuvent provoquer des effets secondaires graves ou mettant la

vie en danger, en particulier lorsqu’elles sont prises avec des médicaments utilisés pour la perte de

poids.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 49 de 57

Quels sont les ingrédients dans EUTHYROX?

Ingrédients médicinaux : Lévothyroxine sodique.

Ingrédients non médicinaux : Amidon de maïs, croscarmellose sodique, gélatine, lactose monohydraté

et stéarate de magnésium. La plupart des concentrations d’EUTHYROX contiennent également des

colorants qui sont différents pour chaque concentration. La concentration de 50 mcg, toutefois, ne

contient aucun colorant.

EUTHYROX est disponible sous les formes posologiques suivantes :

Comprimés : 25 mcg, 50 mcg, 75 mcg, 88 mcg, 100 mcg, 112 mcg, 125 mcg, 137 mcg, 150 mcg,

175 mcg, 200 mcg, 300 mcg.

Ne prenez pas EUTHYROX si :

vous êtes allergique à la lévothyroxine sodique ou à l’un des autres ingrédients d’EUTHYROX;

vous souffrez d’une insuffisance surrénalienne non corrigée. Il s’agit d’une affection dans

laquelle les glandes suprarénales ne produisent pas assez d’une hormone appelée cortisol;

vous souffrez d’une insuffisance hypophysaire qui n’a pas été traitée. Il s’agit d’une affection

dans laquelle l’hypophyse ne produit pas assez de certaines hormones;

vous souffrez d’une thyréotoxicose. Il s’agit d’une maladie dans laquelle la glande thyroïde est

hyperactive et produit trop de thyroxine;

vous êtes enceinte et vous utilisez des médicaments pour traiter une glande thyroïde

hyperactive;

vous avez récemment souffert d’une crise cardiaque, ou vous souffrez de myocardite ou de

pancardite (inflammation du cœur ou du muscle cardiaque).

Consultez votre professionnel de la santé avant de prendre EUTHYROX, afin de réduire la possibilité

d’effets indésirables et pour assurer la bonne utilisation du médicament. Mentionnez à votre

professionnel de la santé tous vos problèmes de santé, notamment si vous :

êtes enceinte ou avez l’intention de le devenir. Votre dose devra probablement être

augmentée;

avez des problèmes cardiaques, qu’ils aient été traités ou non. Cela comprend des antécédents

de lésions ou de maladies des vaisseaux sanguins du cœur (coronaropathie et insuffisance

coronarienne), d’insuffisance cardiaque, d’angine de poitrine, de durcissement des artères ou

de rythme cardiaque irrégulier;

avez d’autres problèmes médicaux, qu’ils aient été traités ou non, y compris :

une hypertension artérielle;

de l’ostéoporose;

des troubles de la coagulation;

des antécédents de problèmes liés à la glande thyroïde, aux glandes suprarénales ou à

l’hypophyse.

êtes une femme qui reçoit un traitement à long terme avec EUTHYROX, en particulier si vous

êtes en postménopause. Vous pouvez présenter une diminution de la densité minérale

osseuse;

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 50 de 57

êtes atteint de l’un des troubles héréditaires rares suivants :

intolérance au galactose;

déficit en lactase de Lapp;

malabsorption du glucose-galactose.

En effet, EUTHYROX contient du lactose;

êtes atteint d’une affection qui fait que votre intestin grêle n’absorbe pas suffisamment de

nutriments provenant des aliments que vous consommez, appelée syndrome de

malabsorption;

présentez des signes ou des symptômes de troubles psychotiques;

avez changé de marque de lévothyroxine sodique;

présentez un coma myxœdémateux, une complication grave de l’hypothyroïdie qui doit faire

l’objet d’une intervention médicale urgente.

Autres mises en garde à connaître :

Anticoagulants oraux : La prise d’EUTHYROX peut avoir un effet sur la façon dont les anticoagulants

agissent. Si vous prenez des anticoagulants par la bouche (anticoagulants oraux), comme la

warfarine, la dose de ces anticoagulants pourrait devoir être modifiée après le début du traitement

avec EUTHYROX. Votre professionnel de la santé procédera à des analyses sanguines de temps à

autre pour vérifier la vitesse à laquelle votre sang coagule.

Diabète : Si vous recevez un traitement pour le diabète, il se peut que la dose de votre médicament

doive être modifiée après le début du traitement avec EUTHYROX. Surveillez votre taux de sucre

dans le sang et dans l’urine selon les directives de votre médecin. Avisez-le immédiatement de tout

changement.

Insuffisance surrénalienne : Si vous êtes atteint d’insuffisance surrénalienne, il se peut que l’on

vous administre d’autres médicaments avant le début de votre traitement avec EUTHYROX.

Considérations péri-opératoires : Informez votre professionnel de la santé de toute intervention

chirurgicale prévue (y compris les interventions dentaires). Avant l’intervention, dites à votre

dentiste ou votre chirurgien que vous prenez EUTHYROX.

Allaitement : De petites quantités d’hormones thyroïdiennes passent dans le lait maternel.

Néanmoins, vous pouvez continuer à prendre EUTHYROX pendant l’allaitement. De fait, vous ne

devriez pas arrêter votre traitement, car des taux normaux d’hormones thyroïdiennes aideront à

maintenir la production de lait.

Conduite de véhicules et utilisation de machines : Si EUTHYROX est utilisé conformément aux

instructions, il ne devrait pas avoir d’incidence sur votre capacité à conduire un véhicule ou à utiliser

des machines. Néanmoins, avant d’effectuer ces tâches, attendez de savoir comment vous réagissez

à EUTHYROX.

Tests et examens médicaux :

Avant le début de votre traitement avec EUTHYROX, votre professionnel de la santé vous

examinera pour voir si vous présentez d’autres maladies, ce qui lui permettra de s’assurer

qu’EUTHYROX vous convient.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 51 de 57

Pendant votre traitement, vous devrez subir régulièrement des analyses de sang. Elles

seront effectuées pour s’assurer que vous recevez la dose adéquate. En fonction des

résultats de ces analyses sanguines, votre dose d’EUTHYROX pourra être modifiée.

Adultes : Ces analyses peuvent être effectuées plus souvent au début de votre traitement

(environ toutes les 6 à 8 semaines). Par la suite, vous n’aurez peut-être à subir ces

analyses sanguines que tous les 6 à 12 mois. Votre professionnel de la santé vous

fera passer une analyse sanguine et un examen physique au moins une fois l’an.

Femmes enceintes : Ces analyses seront effectuées environ toutes les 4 semaines pendant

la première moitié de votre grossesse, puis au moins une fois par semaine entre

les semaines 26 et 32. Vous devrez également subir une analyse sanguine environ

6 semaines après la naissance de votre bébé.

Enfants :

Ces analyses seront effectuées régulièrement :

2 et 4 semaines après le début du traitement;

tous les 1 ou 2 mois pendant la première année de vie;

tous les 2 ou 3 mois entre l’âge de 1 et 3 ans;

tous les 3 à 12 mois jusqu’à ce que l’enfant cesse de grandir.

Des analyses sanguines et un examen physique doivent être effectués 2 semaines après

tout changement de dose.

Des analyses sanguines et des examens plus fréquents peuvent être nécessaires en

fonction de l’enfant. Des examens physiques seront également effectués à l’occasion. Ils

comprendront une évaluation de la croissance de l’enfant.

Pour déterminer si votre enfant souffre d’une hypothyroïdie permanente, la dose peut

être diminuée ou le traitement arrêté pendant environ 30 jours. Cela se produira lorsqu’il

aura 3 ans. Des analyses de sang seront effectuées pendant cette période. Le traitement

pourra être repris ou non.

Mentionnez à votre professionnel de la santé toute la médication que vous prenez, y compris les

médicaments, les vitamines, les minéraux, les suppléments naturels ou les produits de médecine

alternative.

Les produits qui suivent pourraient être associés à des interactions médicamenteuses avec

EUTHYROX :

Suppléments nutritionnels comme :

le carbonate de calcium

le sulfate ferreux

la vitamine B

(niacine/acide nicotinique)

Médicaments utilisés pour traiter les problèmes cardiaques tels que l’hypertension, comme :

les glucosides digitaliques (p. ex., digoxine)

les bêta bloquants comme le métoprolol, l’aténolol, le bisoprolol et le propranolol

les anticoagulants comme la warfarine et l’héparine

l’amiodarone

les diurétiques comme le furosémide

le nitroprussiate

Médicaments utilisés pour traiter le diabète, dont l’insuline, le tolbutamide ou d’autres

médicaments utilisés pour abaisser le taux de sucre dans le sang

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 52 de 57

Médicaments utilisés pour traiter les problèmes digestifs, comme :

les antiacides contenant de l’aluminium et du magnésium (p. ex., hydroxydes d’aluminium

et de magnésium, siméthicone)

les inhibiteurs de la pompe à protons

le sucralfate

le métoclopramide

Médicaments utilisés pour abaisser le taux de cholestérol, comme :

la cholestyramine

le colestipol

la lovastatine

Médicaments utilisés pour traiter les problèmes de santé mentale et les convulsions, comme :

les antidépresseurs comme la sertraline, l’amitriptyline, la maprotiline

le phénobarbital

la carbamazépine

le lithium

le diazépam

la phénytoïne

l’aminoglutéthimide

la méthadone, l’héroïne

les hydantoïnes

la perphénazine

Un médicament utilisé pour traiter la douleur, appelé kétamine

Médicaments utilisés pour traiter certains cancers, comme :

les inhibiteurs de la tyrosine kinase comme l’imatinib et le sunitinib

l’octréotide

le 5-fluorouracile

le mitotane

le tamoxifène

l’interleukine-2

l’interféron-alpha

la mercaptopurine

Médicaments utilisés pour favoriser la perte de poids, notamment l’orlistat et les autres

médicaments amaigrissants

Médicaments utilisés pour traiter des affections inflammatoires, comme :

les glucocorticoïdes (corticostéroïdes comme la dexaméthasone et l’hydrocortisone)

les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme les fénamates, la phénylbutazone et

les salicylates

Autres médicaments utilisés pour traiter des problèmes de glande thyroïde, comme :

le propylthiouracile (PTU)

le méthimazole

L’iodure, utilisé pour les examens d’imagerie comme la radiographie et la tomodensitométrie

Médicaments utilisés pour traiter l’asthme ou d’autres problèmes respiratoires, comme la

théophylline et les bêta sympatholytiques/sympathomimétiques (notamment le salbutamol)

Médicaments utilisés pour traiter les infections bactériennes, virales ou fongiques, comme :

les médicaments contre le VIH et le SIDA, notamment le ritonavir, l’indinavir et le lopinavir

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 53 de 57

les médicaments contre la tuberculose, comme le para-aminosalicylate et l’éthionamide

les sulfonamides

la rifampine

le résorcinol

Un médicament utilisé pour traiter la maladie de Parkinson et le syndrome des jambes sans

repos, appelé dopamine

Médicaments utilisés pour abaisser le taux de phosphore dans le sang, comme :

le sévélamer

Un médicament utilisé pour traiter les troubles du sommeil, appelé hydrate de chloral

Médicaments utilisés pour traiter la malaria, notamment :

la chloroquinone

le proguanil

Hormones comme :

les œstrogènes pris par la bouche, y compris les contraceptifs oraux

l’hormonothérapie de remplacement

les hormones pour augmenter la taille des muscles, y compris les stéroïdes anabolisants

les hormones de croissance, dont la somatropine

Certains aliments comme la farine de soya (préparation pour nourrissons), d’autres produits à base

de soya, des graines de coton, des noix et des fibres alimentaires peuvent diminuer l’absorption de

la lévothyroxine sodique. Une modification de la dose pourrait être nécessaire.

Certains médicaments peuvent modifier les résultats des analyses sanguines effectuées pour

mesurer le taux d’hormones thyroïdiennes (appelées tests de la fonction thyroïdienne). Il est

important de mentionner à votre médecin tous les médicaments que vous avez pris avant de subir

une analyse sanguine et tous ceux que vous prenez à ce moment.

Comment prendre EUTHYROX :

Prenez-le exactement comme votre médecin vous le recommande.

Prenez votre dose une fois par jour à la même heure, à jeun.

Adultes et enfants : de préférence, prenez la dose 30 minutes à une heure avant le

déjeuner.

Nourrissons : administrez la dose au moins 30 minutes avant le premier repas de la

journée.

Avalez les comprimés entiers avec de l’eau.

Si votre nourrisson ou votre enfant ne peut pas avaler les comprimés EUTHYROX entiers, il peut

quand même prendre ce médicament, à condition que vous suiviez les étapes suivantes :

Écrasez le ou les comprimés et mélangez le ou les comprimés fraîchement écrasés avec

environ 5 à 10 mL (1 ou 2 cuillères à thé) d’eau ou avec une petite quantité d’aliments

comme de la compote de pomme. Ne mélangez pas les comprimés écrasés avec des

aliments ou une préparation pour nourrissons qui contiennent une grande quantité de

soya, de fibres ou de fer.

Donnez ce mélange à l’enfant avec une cuillère ou un compte-gouttes.

Ne conservez pas le mélange. Préparez un nouveau mélange chaque fois que votre

enfant ou votre nourrisson doit prendre une dose.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 54 de 57

Les aliments et les boissons peuvent avoir un effet sur la façon dont votre corps absorbe

EUTHYROX. Pour cette raison, si vous prenez votre dose avec des aliments ou des boissons,

assurez-vous de toujours la prendre de cette façon. Vous devez être constant dans votre façon

de prendre la dose.

Si vous prenez d’autres médicaments, vous devez prendre votre dose d’EUTHYROX 4 heures

avant de prendre ces médicaments ou 4 heures après les avoir pris. Votre médecin ou

pharmacien peut vous aider à déterminer à quels moments prendre tous vos médicaments.

Dose habituelle :

La dose habituelle d’EUTHYROX sera différente pour tout le monde. Votre médecin décidera de la dose

qui vous convient. Votre dose dépendra de ce qui suit :

votre âge;

votre poids;

le type d’affection thyroïdienne que vous avez;

toute autre maladie que vous avez (y compris si vous êtes enceinte ou si vous avez des

problèmes cardiaques);

si vous prenez certains autres médicaments;

la durée de vos symptômes de problèmes thyroïdiens;

la gravité de vos symptômes.

Vous êtes susceptible de commencer à une dose plus faible. Votre médecin ajustera votre dose en

fonction de votre réponse au médicament. La dose d’un enfant changera à mesure qu’il grandit et qu’il

vieillit.

Prenez EUTHYROX uniquement comme votre médecin vous l’a prescrit. Ne modifiez pas votre dose ni la

fréquence à laquelle vous la prenez, sauf si votre professionnel de la santé vous dit de le faire. Comme

tous les médicaments prescrits par un professionnel de la santé, EUTHYROX doit être réservé à votre

usage personnel et ne doit servir qu’à traiter le problème pour lequel votre médecin vous l’a prescrit.

Ne cessez pas de prendre de la lévothyroxine sodique sans en parler au préalable à votre médecin.

Surdosage :

Il se peut que vous ne ressentiez les symptômes d’un surdosage que plusieurs jours après avoir pris

trop d’EUTHYROX.

Les signes et symptômes d’un surdosage peuvent comprendre : perte de poids, augmentation de

l’appétit, palpitations cardiaques (battements rapides ou irréguliers du cœur), nervosité, confusion,

désorientation, diarrhée, crampes abdominales, transpiration, fièvre, modification des saignements

menstruels, convulsions et crises d’épilepsie. Des caillots de sang au cerveau, un coma et le décès

peuvent également survenir. En cas de surdosage important, le professionnel de la santé devra mettre

en place un traitement et des mesures supplémentaires.

Si vous pensez que vous ou une personne dont vous vous occupez avez pris trop d’EUTHYROX, contactez

immédiatement un professionnel de la santé, le service des urgences d’un hôpital ou votre centre

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 55 de 57

antipoison régional, même en l’absence de symptômes.

Dose oubliée :

Si vous oubliez de prendre une dose d’EUTHYROX, prenez-la dès que possible. S’il est presque l’heure

de prendre la prochaine dose, ne prenez pas la dose oubliée et continuez selon l’horaire habituel. Ne

prenez pas deux doses à la fois pour compenser une dose oubliée. Si vous oubliez de prendre deux

doses de suite ou plus, communiquez avec votre professionnel de la santé.

Quels sont les effets secondaires qui pourraient être associés à EUTHYROX?

Voici certains des effets secondaires possibles que vous pourriez ressentir lorsque vous prenez

EUTHYROX. Si vous ressentez des effets secondaires qui ne font pas partie de cette liste, avisez votre

professionnel de la santé.

fièvre, bouffées vasomotrices et transpiration excessive

intolérance à la chaleur

hyperactivité, irritabilité, agitation, nervosité, anxiété, émotions changeant rapidement

difficulté à dormir

fatigue

perte de cheveux temporaire

diarrhée, vomissements, nausées, crampes d’estomac

changements dans les menstruations (cycle menstruel), difficulté à concevoir un enfant

(altération de la fertilité)

maux de tête

essoufflement

faiblesse musculaire, crampes, tremblements

petite taille chez l’adulte résultant de la fermeture précoce des cartilages de conjugaison dans

les os pendant l’enfance

EUTHYROX peut fausser les résultats des analyses de laboratoire, notamment des tests de la fonction

hépatique. Votre professionnel de la santé décidera à quel moment effectuer des analyses sanguines et

en interprétera les résultats.

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Consultez votre

professionnel de la santé

Cessez de prendre des

médicaments et obtenez de

l’aide médicale

immédiatement

Seulement

si l’effet est

grave

Dans tous

les cas

INCONNU

Problèmes cardiaques : douleur à la poitrine,

battements cardiaques rapides ou irréguliers,

palpitations, essoufflement

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 56 de 57

Crise cardiaque : douleur en étau dans la

poitrine qui irradie dans le bras gauche ou la

mâchoire, transpiration, nausées, vomissements,

essoufflement

Réactions allergiques graves : éruption cutanée,

urticaire, enflure du visage, des lèvres, de la

langue ou de la gorge, difficulté à avaler ou à

respirer

Ostéoporose (diminution de la densité minérale

osseuse) : douleur au dos, réduction de taille

avec le temps, posture voûtée, fractures

Convulsions (crise épileptique) : contractions

musculaires, émotions changeantes, confusion,

perte de conscience accompagnée de

tremblements incontrôlables

Modification de l’appétit, perte ou gain de poids

Épiphysiolyse fémorale supérieure

(affaiblissement de l’articulation de la hanche

chez l’enfant) : raideur ou douleur au genou ou à

l’aine, boiterie, incapacité à mettre du poids sur

la jambe touchée

Pression accrue dans le cerveau (chez les

enfants) : maux de tête, trouble ou perte totale

de la vue, vision double, tintement dans les

oreilles, douleur aux bras

En cas de symptôme ou d’effet secondaire gênant non mentionné dans le présent document ou

d’aggravation d’un symptôme ou d’effet secondaire vous empêchant de vaquer à vos occupations

quotidiennes, parlez-en à votre professionnel de la santé.

EUTHYROX

(comprimés de lévothyroxine sodique)

Page 57 de 57

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnés d’être associés avec l’utilisation d’un produit

de santé à Santé Canada en :

Visitant le site Web des déclarations des effets indésirables (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-canada/declaration-effets-

indesirables.html) pour vous informer sur comment faire une déclaration en ligne, par

courrier, ou par télécopieur;

Téléphonant sans frais au 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous avez besoin de renseignements sur le

traitement des effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne donne pas de conseils

médicaux.

Entreposage :

Conserver le médicament à une température de 20 à 25 °C. Protéger

de la lumière et de l’humidité.

Garder hors de la portée et de la vue des enfants.

Pour en savoir davantage au sujet d’EUTHYROX :

Communiquer avec votre professionnel de la santé.

Lire la monographie de produit intégrale rédigée à l’intention des professionnels de la santé, qui

renferme également les renseignements sur le médicament pour le patient. Ce document est

disponible sur le site Web de Santé Canada

https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments/base-donnees-produits-

pharmaceutiques.html), le site Web du fabricant (www.emdserono.ca/ca-fr), ou peut être obtenu

en téléphonant au 1-888-737-6668.

Le présent dépliant a été rédigé par EMD Serono, une division d’EMD Inc., Canada.

Dernière révision : OCT 26, 2021

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information