TEVA-ALENDRONATE Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Acide alendronique (Alendronate sodique)
Disponible depuis:
TEVA CANADA LIMITED
Code ATC:
M05BA04
DCI (Dénomination commune internationale):
ALENDRONIC ACID
Dosage:
70MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Acide alendronique (Alendronate sodique) 70MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
4
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
BONE RESORPTION INHIBITORS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0150323002
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02261715
Date de l'autorisation:
2010-06-08

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 1 de 52

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

COMPRENANT LES RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT,

À l’INTENTION DES PATIENTS

Pr

TEVA-ALENDRONATE

Comprimés d’alendronate sodique

Comprimés, 70 mg d’acide alendronique (sous forme d’alendronate sodique monohydraté),

destinés à la voie orale

Norme Teva

Régulateur du métabolisme osseux

Teva Canada Limitée

30 Novopharm Court

Toronto (Ontario)

M1B 2K9

Canada

www.tevacanada.com

Numéro de contrôle de la présentation : 259696

Date d’autorisation initiale :

Le 31 mai 2005

Date de révision :

Le 31 mai 2022

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 2 de 52

MODIFICATIONS IMPORTANTES APPORTÉES RÉCEMMENT À L’ÉTIQUETTE

1 INDICATIONS

05/2022

2 CONTRE-INDICATIONS

05/2022

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

05/2022

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

05/2022

TABLE DES MATIÈRES

Les sections ou sous-sections sans objet au moment de l’autorisation du produit ne figurent pas

aux présentes.

MODIFICATIONS IMPORTANTES APPORTÉES RÉCEMMENT À L’ÉTIQUETTE ............................... 2

TABLE DES MATIÈRES ................................................................................................................ 2

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ ....................................... 4

1 INDICATIONS .......................................................................................................................... 4

1.1 Enfants ............................................................................................................................ 4

1.2 Personnes âgées ............................................................................................................. 4

2 CONTRE-INDICATIONS ............................................................................................................ 4

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION .......................................................................................... 5

4.2 Dose recommandée et ajustement posologique ........................................................... 5

4.4 Administration ................................................................................................................ 5

4.5 Dose oubliée ................................................................................................................... 6

5 SURDOSAGE ........................................................................................................................... 6

6 FORMES PHARMACEUTIQUES, TENEURS, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT ................. 7

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS ........................................................................................ 7

7.1 Populations particulières.............................................................................................. 11

7.1.1 Femmes enceintes..................................................................................................... 11

7.1.2 Femmes qui allaitent ................................................................................................. 12

7.1.3 Enfants ....................................................................................................................... 12

7.1.4 Personnes âgées ........................................................................................................ 12

8 EFFETS INDÉSIRABLES ........................................................................................................... 12

8.1 Aperçu des effets indésirables ..................................................................................... 12

8.2 Effets indésirables observés au cours des études cliniques ........................................ 12

8.3 Effet indésirables peu fréquents observés au cours des études cliniques .................. 16

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 3 de 52

8.4 Résultats anormaux aux épreuves de laboratoire : données hématologiques, données

biochimiques et autres données quantitatives .................................................................. 16

8.5 Effets indésirables observés après la commercialisation du produit .......................... 17

9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES .................................................................................... 18

9.2 Aperçu des interactions médicamenteuses ................................................................. 18

9.3 Interactions médicament-comportement ................................................................... 18

9.4 Interactions médicament-médicament ....................................................................... 18

9.5 Interactions médicament-aliment ............................................................................... 19

9.6 Interactions médicament-herbe médicinale ................................................................ 19

9.7 Interactions médicament-épreuves de laboratoire ..................................................... 20

10 PHARMACOLOGIE CLINIQUE .............................................................................................. 20

10.1 Mode d’action ............................................................................................................ 20

10.2 Pharmacodynamie ..................................................................................................... 20

10.3 Pharmacocinétique .................................................................................................... 22

11 CONSERVATION, STABILITÉ ET MISE AU REBUT .................................................................. 25

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ......................................................................... 26

13 RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ............................................................................ 26

14 ESSAIS CLINIQUES .............................................................................................................. 27

14.1 Essais cliniques, par indication ................................................................................... 27

15 MICROBIOLOGIE ................................................................................................................ 40

16 TOXICOLOGIE NON CLINIQUE ............................................................................................. 40

17 MONOGRAPHIE AYANT SERVI DE RÉFÉRENCE .................................................................... 42

RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT, À L’INTENTION DES PATIENTS ............................... 43

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 4 de 52

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

1 INDICATIONS

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique) est indiqué dans les cas suivants :

Traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée.

Dans le traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée, TEVA-ALENDRONATE

augmente la masse osseuse et prévient les fractures, y compris celles de la hanche et

du rachis (fractures par tassement vertébral).

Traitement de l’ostéoporose chez l’homme.

Dans le traitement de l’ostéoporose chez l’homme, TEVA-ALENDRONATE augmente la

masse osseuse et réduit la fréquence des fractures.

Limitations d’emploi importantes : La durée optimale de l’emploi n’ayant pas été établie, la

pertinence de poursuivre le traitement devrait être réévaluée périodiquement (voir 4

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

1.1 Enfants

Enfants (< 18 ans) : Santé Canada ne dispose d’aucune donnée; par conséquent, l’indication

d’utilisation dans la population pédiatrique n’est pas autorisée par Santé Canada.

1.2 Personnes âgées

Personnes âgées (≥ 65 ans) : Aucune différence n’a été notée dans les études cliniques entre le

profil d’efficacité et d’innocuité de l’alendronate sodique chez les personnes âgées et chez les

sujets plus jeunes.

2 CONTRE-INDICATIONS

TEVA-ALENDRONATE est contre-indiqué chez les patients qui présentent une

hypersensibilité au produit, à un ingrédient de la formulation, y compris à un ingrédient

non médicinal, ou à un composant du contenant. Pour obtenir la liste complète, voir la

section 6 FORMES PHARMACEUTIQUES, TENEURS, COMPOSITION ET

CONDITIONNEMENT.

Anomalies de l’œsophage retardant la vidange gastrique, telles que rétrécissement ou

achalasie.

Impossibilité de se tenir debout ou de s’asseoir le dos droit pendant au moins

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 5 de 52

30 minutes.

Hypocalcémie (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Insuffisance rénale (clairance de la créatinine < 0,58 mL/s (< 35 mL/min) (voir

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

4.2 Dose recommandée et ajustement posologique

Traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée et chez l’homme

La posologie recommandée est de un comprimé à 70 mg, une fois par semaine.

La durée optimale du traitement de l’ostéoporose par les bisphosphonates n’ayant pas été

établie, la pertinence de poursuivre l’administration de TEVA-ALENDRONATE doit être

réévaluée périodiquement, en fonction des avantages et des risques potentiels pour chaque

patient donné.

Ajustement de la posologie

Il n’est pas nécessaire d’ajuster la posologie chez les personnes âgées ou les patients qui

souffrent d’insuffisance rénale légère ou modérée (clairance de la créatinine entre 0,58 et

1 mL/s [35 et 60 mL/min]). Compte tenu du peu d’expérience, l’emploi de TEVA-

ALENDRONATE n’est pas recommandé chez les patients dont l’insuffisance est plus marquée

(clairance de la créatinine < 0,58 mL/s [< 35 mL/min]).

Santé Canada n’a pas autorisé d’indication d’utilisation dans la population pédiatrique.

4.4 Administration

TEVA-ALENDRONATE doit être pris uniquement avec de l’eau ordinaire au moins 30 minutes

avant le premier repas, la première boisson ou le premier médicament de la journée. Tout

autre liquide (y compris l’eau minérale) réduit l’absorption de TEVA-ALENDRONATE, de même

que les aliments et certains médicaments (voir 9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES). Un

délai de moins de 30 minutes entre la prise de TEVA-ALENDRONATE et l’ingestion de toute

autre substance diminue l’effet du produit en en réduisant l’absorption par l’organisme.

TEVA-ALENDRONATE doit être pris uniquement au lever. Afin de faciliter le transit de TEVA-

ALENDRONATE vers l’estomac et de réduire le risque d’irritation de l’œsophage, le patient

doit prendre TEVA-ALENDRONATE avec un grand verre d’eau (200 – 250 mL) et demeurer en

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 6 de 52

position verticale pendant au moins 30 minutes et jusqu’à ce qu’il ait pris son premier repas

de la journée. TEVA-ALENDRONATE ne doit pas être pris au coucher ou avant le lever. À défaut

de suivre ces instructions, le patient court le risque de souffrir d’effets secondaires

œsophagiens (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Tous les patients qui reçoivent de l’alendronate sodique doivent prendre des suppléments de

calcium et de vitamine D si leur apport alimentaire est insuffisant.

Bien qu’aucune étude n’ait évalué spécifiquement les effets que peut entraîner la substitution

de l’alendronate sodique au traitement courant de patients atteints d’ostéoporose, aucun

effet néfaste connu ou théorique n'a été signalé chez les patients ayant reçu d'autres

médicaments contre l'ostéoporose.

4.5 Dose oubliée

S’il s’aperçoit qu’il a oublié de prendre sa dose hebdomadaire d’alendronate sodique 70 mg, le

patient doit la prendre le lendemain matin. Le patient ne doit pas prendre deux doses la

même journée, mais plutôt reprendre son horaire habituel, soit un comprimé une fois par

semaine, le jour de son choix.

5 SURDOSAGE

Il n’existe pas d’informations spécifiques concernant le traitement du surdosage de TEVA-

ALENDRONATE. Le surdosage oral peut produire une hypocalcémie, une hypophosphatémie

ainsi que des effets indésirables touchant les voies gastro-intestinales supérieures tels que

troubles stomacaux, brûlures d’estomac, œsophagite, gastrite ou ulcères. En pareil cas,

donner du lait ou des antiacides, afin de fixer l’alendronate. Étant donné le risque d’irritation

de l’œsophage, il est déconseillé de faire vomir le patient, qui du reste devrait rester en

position verticale.

La dialyse n’est d’aucun secours en cas de surdosage.

Pour connaître les mesures à prendre en cas d’un surdosage présumé, communiquez avec le

centre antipoison de votre région.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 7 de 52

6 FORMES PHARMACEUTIQUES, TENEURS, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

Tableau 1 – Formes pharmaceutiques, teneurs, composition et conditionnement

Voie

d’administration

Forme pharmaceutique /

Teneur / Composition

Ingrédients non médicinaux d’importance

clinique

Orale

Comprimés à 70 mg

cellulose microcristalline, croscarmellose

sodique et stéarate de magnésium.

Comprimés TEVA-ALENDRONATE à 70 mg : Comprimés ovales convexes de couleur blanche à

blanc cassé portant les inscriptions gravées « N » sur un côté et « 70 » de l’autre. Offert en

plaquettes alvéolées de 4 comprimés et en flacons de PEHD blanc contenant 50 comprimés.

Un comprimé TEVA-ALENDRONATE à 70 mg contient 70 mg d’acide alendronique sous forme

d’alendronate sodique monohydraté. Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline,

croscarmellose sodique et stéarate de magnésium.

7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités

Afin de faciliter le transit de TEVA-ALENDRONATE vers l’estomac et de réduire le risque

d’irritation de l’œsophage, le patient doit prendre le médicament avec un grand verre d’eau

et demeurer en position verticale pendant au moins 30 minutes et jusqu’à ce qu’il ait pris son

premier repas de la journée. Il faut avertir le patient de ne pas croquer ou sucer les

comprimés — car cela peut causer une ulcération de l’oropharynx — et insister sur le fait qu’il

ne doit pas prendre TEVA-ALENDRONATE au coucher ou avant le lever. Informer le patient

qu’à défaut de suivre ces instructions, il court le risque de connaître des troubles

œsophagiens, et qu’en cas de symptômes (déglutition difficile ou douloureuse, douleur

rétrosternale, aggravation des brûlures gastriques ou nouvelles brûlures), il doit interrompre

immédiatement le traitement par TEVA-ALENDRONATE et consulter un médecin.

Il faut considérer également la possibilité que l’ostéoporose relève d’une autre cause que la

carence en œstrogènes, le vieillissement ou l’emploi de glucocorticoïdes.

Système endocrinien et métabolisme

Toute hypocalcémie doit être corrigée avant que ne commence le traitement par TEVA-

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 8 de 52

ALENDRONATE (voir 2 CONTRE-INDICATIONS). Les autres troubles du métabolisme des

minéraux (tels que la carence en vitamine D) doivent aussi être traités. Le calcium sérique et

les symptômes d’hypocalcémie doivent être surveillés de près chez les patients qui prennent

TEVA-ALENDRONATE et qui souffrent de tels troubles. En effet, de rare cas d’hypocalcémie

symptomatique ont été signalés chez certains patients prédisposés ainsi que chez des patients

qui ne l’étaient pas. On doit avertir le patient de signaler à son médecin tout symptôme

d’hypocalcémie, comme la paresthésie ou des spasmes musculaires. En cas d’hypocalcémie

durant le traitement par TEVA-ALENDRONATE, le médecin doit vérifier avec soin si le patient

présente des facteurs de prédisposition.

Étant donné que l’alendronate sodique produit un accroissement de la masse osseuse, une

légère diminution asymptomatique du calcium et des phosphates sériques peut survenir au

cours du traitement chez les patients qui présentaient un renouvellement osseux très rapide

avant le traitement, ainsi que chez les patients qui reçoivent des glucocorticoïdes (ces derniers

pouvant diminuer l’absorption du calcium).

Il est en outre très important que les patients qui prennent des glucocorticoïdes reçoivent un

apport adéquat de calcium et de vitamine D.

Appareil digestif

Comme les autres bisphosphonates, TEVA-ALENDRONATE peut causer une irritation locale de

la muqueuse gastro-intestinale supérieure.

Des effets secondaires œsophagiens ont été signalés chez certains patients ayant reçu de

l’alendronate sodique, par exemple, œsophagite, ulcères ou érosions de l’œsophage, suivis

rarement d’un rétrécissement ou d’une perforation. Dans certains cas, ces réactions étaient

suffisamment graves pour entraîner l’hospitalisation. Le médecin doit donc être attentif à tout

signe ou symptôme de réaction œsophagienne. Quant au patient, il faut l’informer

d’interrompre le traitement immédiatement et d’appeler un médecin en cas de dysphagie,

d’odynophagie, de douleur rétrosternale, d’une aggravation des brûlures d’estomac ou de

nouvelles brûlures.

Il semble que les patients qui se couchent après avoir pris TEVA-ALENDRONATE risquent

davantage de souffrir d’effets secondaires œsophagiens, tout comme ceux qui le prennent sans

apport suffisant d’eau ou qui continuent de le prendre en dépit de symptômes évocateurs

d’irritation de l’œsophage. Il est donc très important que le patient soit dûment informé sur la

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 9 de 52

façon de prendre TEVA-ALENDRONATE et qu’il comprenne chaque point des renseignements

posologiques (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Étant donné que TEVA-ALENDRONATE peut irriter la muqueuse gastro-intestinale supérieure, il

faut être prudent lorsqu’on administre ce médicament à des patients qui présentent une

affection évolutive telle que dysphagie, trouble de l’œsophage (y compris un œsophage de

Barrett connu), gastrite, duodénite ou ulcère, afin de ne pas aggraver la maladie sous-jacente.

Bien qu’aucune augmentation du risque n’ait été observée dans diverses études cliniques de

grande envergure, de rares cas d’ulcères gastriques ou duodénaux ont été signalés après la

commercialisation du produit, dont quelques-uns graves et accompagnés de complications.

Appareil locomoteur

De rares cas de douleurs osseuses, articulaires et/ou musculaires graves et parfois invalidantes

ont été signalés après la commercialisation chez des patients prenant des bisphosphonates

(catégorie de médicaments dont fait partie l’alendronate sodique) approuvés pour la prévention

et le traitement de l’ostéoporose (voir 8 EFFETS INDÉSIRABLES). Dans la plupart des cas, les

sujets étaient des femmes ménopausées. Les symptômes sont apparus tantôt après un jour et

d’autres fois plusieurs mois après le début du traitement. Dans la plupart des cas, ces

symptômes ce sont atténués à l’arrêt du traitement. La reprise du traitement ou

l’administration d’un autre bisphosphonate les a cependant fait réapparaître chez un sous-

groupe de patients.

Dans les études cliniques contrôlées par placebo sur l’alendronate sodique, le pourcentage de

patients présentant ces symptômes était semblable dans les deux groupes.

Des fractures de l’extrémité supérieure de la diaphyse fémorale et sous-trochantériennes

causées par des traumatismes de faible intensité ont été observées chez certains patients sous

traitement de longue durée par l’alendronate (dans la plupart des cas, les fractures sont

survenues de 18 mois à 10 ans après l’instauration du traitement). Dans certains cas, il s’agissait

de fractures de fatigue (dont certaines ont été signalées comme des fractures par insuffisance)

qui sont survenues en l’absence de traumatisme apparent. Certains patients avaient ressenti

une douleur prodromique, souvent associée à des signes radiologiques de fracture de fatigue,

dans la région atteinte durant les semaines ou les mois précédant la fracture complète. Dans

environ le tiers des cas, les fractures étaient bilatérales; par conséquent, il faut examiner le

fémur controlatéral des patients ayant subi une fracture de fatigue de la diaphyse fémorale.

Une mauvaise guérison de ces fractures a également été signalée. Les patients chez qui l’on

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 10 de

52

soupçonne une fracture de fatigue devraient faire l’objet d’une évaluation qui inclura la

recherche des causes et des facteurs de risque de fractures de fatigue (p. ex. carence en

vitamine D, malabsorption, glucocorticothérapie, membre inférieur atteint d’arthrite ou

présentant une fracture, antécédents de fracture de fatigue, exercices intensifs ou accrus,

diabète, alcoolisme) et recevoir des soins orthopédiques appropriés. On doit envisager l’arrêt

du traitement par l’alendronate chez les patients présentant des fractures de fatigue en

soupesant, dans chaque cas, les risques et les bienfaits associés au traitement.

Fonction visuelle

Des cas de troubles oculaires, dont la conjonctivite, l’uvéite, l’épisclérite et la sclérite ont été

signalés chez des patients sous alendronate. Mis à part la conjonctivite non compliquée, tout

autre problème oculaire doit faire l’objet d’une évaluation par un ophtalmologiste. En cas de

symptômes d’inflammation oculaire, il pourrait être nécessaire d’interrompre le traitement.

Ostéonécrose

Des cas d’ostéonécrose de la mâchoire ont été signalés chez des patients traités entre autres

par des bisphosphonates. Dans la majorité des cas signalés, il s’agissait de cancéreux sous

bisphosphonates intraveineux qui avaient subi une extraction dentaire lente à guérir.

Plusieurs de ces patients étaient sous chimiothérapie et recevaient également des

corticostéroïdes. Certains cas ont aussi été signalés chez des patientes recevant des

bisphosphonates par voie orale pour le traitement de l’ostéoporose postménopausique ou

d’une autre affection. La majorité des cas concernaient une intervention dentaire, comme

l’extraction d’une dent. Plusieurs d’entre eux présentaient des signes d’infection locale, entre

autres d’ostéomyélite.

Par conséquent, le patient qui présente des facteurs de risque concomitants devrait subir un

examen dentaire et recevoir des soins préventifs appropriés avant de prendre des

bisphosphonates. Parmi les facteurs de risque connus d’ostéonécrose de la mâchoire figurent

le cancer, l’administration d’un traitement concomitant (p. ex. chimiothérapie, radiothérapie,

corticothérapie, inhibiteurs de l’angiogenèse et traitement immunosuppressif), une mauvaise

hygiène buccale, une affection concomitante (p. ex. maladie parodontale ou autre affection

dentaire préexistante, anémie, coagulopathie, infection et diabète), le tabagisme et une

grande consommation d’alcool.

La survenue d’une ostéonécrose de la mâchoire pendant le traitement commande

l’administration d’une antibiothérapie et/ou une chirurgie buccale. En outre, il convient

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 11 de

52

d’envisager l’arrêt du traitement par les bisphosphonates en soupesant, dans chaque cas, les

risques et les bienfaits associés au traitement. Une chirurgie dentaire peut aggraver l’état du

patient. Cependant, il n’existe aucune donnée probante démontrant que l’interruption du

traitement par les bisphosphonates réduit le risque d’ostéonécrose de la mâchoire chez les

patients devant subir une intervention dentaire (p. ex. extraction d’une dent, insertion

d’implants dentaires).

Une ostéonécrose du conduit auditif externe (cholestéatome) a été rapportée chez des

patients qui recevaient l’alendronate sodique.

Le médecin traitant et/ou le dentiste qui effectuera la chirurgie dentaire doit user de son

jugement clinique et établir un plan de traitement individuel (comprenant les

bisphosphonates) en soupesant les risques et les bienfaits.

Les éléments qui suivent doivent être pris en compte dans l’évaluation du risque

d’ostéonécrose de la mâchoire chez un patient :

La puissance du produit médicinal qui inhibe la résorption osseuse (les agents très

puissants sont associés à un risque plus élevé).

La voie d’administration (l’administration parentérale est associée à un risque plus

élevé).

La dose cumulative du traitement agissant sur la résorption osseuse.

Les affections concomitantes (p. ex. anémie, coagulopathies) et le tabagisme.

La présence d’une maladie parodontale, d’une prothèse dentaire mal ajustée ou

d’antécédents d’affection dentaire.

Santé reproductive : Effet potentiel chez les femmes et les hommes

Fertilité

L’effet de l’alendronate sodique sur la fertilité humaine n’a pas été évalué. Les données des

études menées chez les animaux sont incluses dans la section 16 TOXICOLOGIE NON

CLINIQUE.

7.1 Populations particulières

7.1.1 Femmes enceintes

L’emploi de l’alendronate sodique durant la grossesse n’a pas été évalué, par conséquent ce

médicament ne doit pas être administré aux femmes enceintes.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 12 de

52

Degré d’exposition lors de la grossesse au cours des essais cliniques : aucune expérience.

7.1.2 Femmes qui allaitent

On ignore si TEVA-ALENDRONATE est excrété dans le lait maternel chez l’humain. Un risque

pour les nouveau-nés/ nourrissons ne peut pas être exclu. TEVA-ALENDRONATE ne doit pas

être utilisé pendant l’allaitement.

7.1.3 Enfants

Enfants (< 18 ans) : Santé Canada ne dispose d’aucune donnée; par conséquent, l’indication

d’utilisation dans la population pédiatrique n’est pas autorisée par Santé Canada.

7.1.4 Personnes âgées

Dans les études cliniques, on n’a observé aucune différence liée à l’âge quant à l’efficacité et à

l’innocuité de l’alendronate sodique.

8 EFFETS INDÉSIRABLES

8.1 Aperçu des effets indésirables

L’alendronate sodique a généralement été bien toléré dans les études cliniques. Les effets

secondaires observés au cours des études — dont certaines ont duré jusqu’à cinq ans — étaient

généralement bénins et n’ont pas commandé d’interruption du traitement.

L’innocuité de l’alendronate sodique a été évaluée dans les études cliniques auprès d’environ

7200 femmes ménopausées.

8.2 Effets indésirables observés au cours des études cliniques

Puisque les études cliniques sont menées dans des conditions très particulières, les taux

d’effets indésirables peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et ne doivent pas

être comparés aux taux observés dans le cadre des études cliniques portant sur un autre

médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d’un médicament qui sont tirés

d’études cliniques peuvent s’avérer utiles pour déterminer les effets indésirables liés au

médicament en contexte réel et leurs taux approximatifs.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 13 de

52

Traitement de l’ostéoporose

Traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée :

Le profil global d’innocuité de l’alendronate sodique (10 mg/jour) et celui du placebo se sont

révélés comparables dans deux importantes études multicentriques à double insu presque

identiques d’une durée de trois ans avec témoin placebo menées aux États-Unis et à l’étranger

auprès de 994 femmes ménopausées. Sur 196 patientes recevant l’alendronate sodique

(10 mg/jour), 4,1 % ont dû interrompre le traitement en raison d’effets secondaires cliniques.

Parmi les 397 patientes recevant le placebo, 6,0 % ont dû faire de même.

Le tableau ci-après présente les effets secondaires observés chez ≥ 1 % des patientes recevant

l’alendronate sodique (10 mg/jour) ou un placebo et jugés par les chercheurs comme

possiblement, probablement ou incontestablement associés au traitement.

Tableau 2 – Effets indésirables liés au médicament* signalés chez ≥ 1 % des patientes traitées

en raison d’ostéoporose

ALENDRONATE

SODIQUE 10 mg/jour

n = 196

(%)

Placebo

n = 397

(%)

Appareil digestif

douleurs abdominales

nausées

dyspepsie

constipation

diarrhée

flatulence

régurgitation d’acide

ulcère de l’œsophage

vomissements

dysphagie

distension abdominale

gastrite

Appareil locomoteur

douleurs musculosquelettiques (os,

muscles ou articulations)

crampes musculaires

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 14 de

52

ALENDRONATE

SODIQUE 10 mg/jour

n = 196

(%)

Placebo

n = 397

(%)

Système nerveux/troubles psychiques

céphalées

étourdissements

Organes sensoriels

* Considérés par les chercheurs comme possiblement, probablement ou incontestablement associés au

traitement.

Un cas d’ulcère peptique légèrement hémorragique a été associé à l’alendronate sodique

(10 mg/jour) chez un sujet recevant de l’AAS en concomitance. Ce sujet, qui présentait des

antécédents d’ulcère gastroduodénal et avait subi une gastrectomie, s’est rétabli une fois les

deux traitements interrompus.

L’étude ci-dessus, d’une durée de trois ans, a été prolongée pendant deux ans. Au cours de

cette période, le profil d’innocuité global de l’alendronate sodique (10 mg/jour) a été semblable

au profil observé dans l’étude contrôlée initiale. En outre, la proportion de patientes ayant dû

interrompre le traitement en raison d’effets secondaires cliniques durant cette extension était à

peu près la même que durant les trois premières années de l’étude.

Dans une étude portant spécifiquement sur les fractures (Fracture Intervention Trial), 9,1 % des

3236 patientes ayant reçu l’alendronate sodique à 5 mg/jour pendant deux ans et à 10 mg/jour

pendant une ou deux autres années ont dû interrompre le traitement en raison d’effets

secondaires cliniques. Parmi les 3223 patientes ayant reçu le placebo, 10,1 % ont dû faire de

même.

Le taux d’interruption due à des effets indésirables intéressant les voies gastro-intestinales

supérieures était de 3,2 % avec l’alendronate sodique et de 2,7 % avec le placebo. Globalement,

le profil d’effets indésirables observé dans cette étude cadrait avec celui observé dans les autres

études sur l’alendronate sodique, administré à raison de 5 ou 10 mg/jour.

Une étude multicentrique à double insu d’une durée de un an a observé que le profil global

d’innocuité et de tolérabilité de l’alendronate sodique administré à raison de 70 mg une fois par

semaine était semblable à celui de l’alendronate sodique administré à raison de 10 mg une fois

par jour. Les effets indésirables considérés par les chercheurs comme possiblement,

probablement ou incontestablement associés au traitement survenus chez ≥ 1 % des patientes

dans l’un ou l’autre groupe de traitement sont présentés dans le tableau ci-après.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 15 de

52

Tableau 3 – Effets indésirables liés au médicament* signalés chez ≥ 1 % des patientes

traitées en raison d’ostéoporose

ALENDRONATE

SODIQUE 70 mg

1 fois/semaine

n = 519

(%)

ALENDRONATE SODIQUE

10 mg/jour

n = 370

(%)

Appareil digestif

douleurs abdominales

dyspepsie

régurgitation d’acide

nausées

distension abdominale

constipation

flatulence

gastrite

ulcère gastrique

Appareil locomoteur

douleurs musculosquelettiques (os,

muscles ou articulations)

crampes musculaires

* Considérés par les chercheurs comme possiblement, probablement ou incontestablement associés au

traitement.

Traitement de l’ostéoporose chez l’homme

Dans le cadre de deux études multicentriques à double insu et contrôlées par placebo, l’une

d’une durée de 2 ans menée auprès de 146 hommes à qui on a administré l’alendronate

sodique à raison de 10 mg/jour, l’autre d’une durée d’un an menée auprès de 109 hommes à

qui on a administré l’alendronate sodique à raison de 70 mg une fois par semaine, le profil

d’innocuité de l’alendronate sodique s’est révélé généralement comparable à celui observé chez

les femmes ménopausées. Le taux d’abandon du traitement en raison de réactions cliniques

défavorables a été de 2,7 % chez les hommes qui ont reçu l’alendronate sodique à raison de

10 mg/jour c. 10,5 % chez ceux qui ont reçu le placebo, et de 6,4 % chez les hommes qui ont

reçu la dose hebdomadaire de 70 mg d’alendronate sodique c. 8,6 % chez ceux qui ont reçu le

placebo.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 16 de

52

Autres études chez les hommes et les femmes

Aucune différence n’a été notée entre le nombre de lésions du tractus gastro-intestinal

supérieur observées par endoscopie chez les patients — hommes ou femmes (n = 277, âge

moyen : 55 ans) — d’une étude de 10 semaines ayant reçu l’alendronate sodique à raison de

70 mg par semaine et le nombre de lésions observées chez les patients ayant reçu un placebo.

Dans une étude additionnelle d’une durée de un an menée chez des hommes et des femmes

(n = 335, âge moyen : 50 ans), le profil global d’innocuité et de tolérabilité de l’alendronate

sodique administré à raison de 70 mg une fois par semaine était semblable à celui du placebo;

aucune différence n’a été observée entre les hommes et les femmes.

Administration concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie

substitutives

Dans deux études (l’une d’une durée de 1 an et l’autre de 2 ans) menées auprès de femmes

atteintes d’ostéoporose postménopausique (n = 853 au total), le profil d’innocuité et de

tolérabilité de l’alendronate sodique administré à raison de 10 mg 1 fois/jour en association

avec une œstrogénothérapie substitutive avec ou sans progestatif (n = 354) s’est révélé

semblable à celui de chacun des traitements administrés seuls.

8.3 Effet indésirables peu fréquents observés au cours des études cliniques

Peau : Éruptions cutanées et érythème.

8.4 Résultats anormaux aux épreuves de laboratoire : données hématologiques, données

biochimiques et autres données quantitatives

Données d’études cliniques

Une diminution légère, transitoire et asymptomatique du calcium sérique a été observée dans

des études multicentriques contrôlées à double insu chez environ 18 % des patients ayant reçu

l’alendronate sodique et chez environ 12 % des patients ayant reçu le placebo. Le même

phénomène a été noté avec les phosphates sériques, les proportions observées étant cette fois

de 10 % et 3 % respectivement. Malgré cette disparité, le nombre de patients chez qui le

calcium sérique a chuté à < 8,0 mg/dL (2,0 mM) et les phosphates à ≤ 2,0 mg P

/dL (0,65 mM)

était semblable dans les deux groupes de traitement.

P = phosphore élémentaire

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 17 de

52

On a observé une augmentation des transaminases chez les patients d’une étude ouverte de

faible envergure à la suite de l’administration de 80 mg/jour d’alendronate, mais non de

40 mg/jour. Aucune toxicité clinique significative sur le plan clinique n’a été associée à ces

résultats de laboratoire anormaux.

De rares cas de leucémie ont été signalés à la suite du traitement par d’autres bisphosphonates,

mais on a été incapable d’établir de relation de cause à effet entre cette réaction et le

traitement ou la maladie sous-jacente.

8.5 Effets indésirables observés après la commercialisation du produit

Les effets indésirables suivants ont été signalés après la commercialisation de l’alendronate

sodique :

Organisme entier : réaction d’hypersensibilité comprenant de l’urticaire et l’œdème de

Quincke : des symptômes passagers de myalgie, de malaise et de fièvre) ont été signalés avec

l’alendronate sodique, en particulier au début du traitement; une hypocalcémie symptomatique

a été signalée aussi bien en présence qu’en l’absence de facteurs prédisposants connus :

œdème périphérique.

Dents : ostéonécrose localisée de la mâchoire, généralement associée à une infection locale (y

compris une ostéomyélite) ou à une extraction dentaire, accompagnées d’un retard de guérison

(voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Appareil gastro-intestinal : œsophagite, érosions et ulcères œsophagiens, sténose ou

perforation de l’œsophage et ulcération oropharyngée; ulcère gastriques ou duodénaux,

certains graves et ayant entraîné des complications (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS et

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Appareil locomoteur : douleurs osseuses, articulaires ou musculaires, parfois graves ou

invalidantes; œdème articulaire, fracture de la diaphyse fémorale causée par un traumatisme de

faible intensité (voir 7 MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Système nerveux : étourdissements, vertige, dysgueusie.

Peau : éruptions cutanées (accompagnées parfois de photosensibilité), prurit, alopécie;

réactions cutanées graves, y compris le syndrome de Stevens-Johnson et l’érythrodermie

bulleuse avec épidermolyse.

Organes sensoriels : uvéite, sclérite ou épisclérite; ostéonécrose du conduit auditif externe

(cholestéatome).

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 18 de

52

9 INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

9.2 Aperçu des interactions médicamenteuses

Les études menées chez les animaux révèlent que l’alendronate sodique se concentre

fortement dans les os et que les tissus n’en retiennent que très peu. Aucun métabolite n’a été

détecté. Bien que le taux de liaison de l’alendronate aux protéines plasmatiques soit de 78 %

chez l’homme, les concentrations plasmatiques sont si faibles après l’administration de doses

orales que seule une petite fraction des sites de liaison est occupée. Par conséquent, il y a très

peu de risque que l’alendronate déplace les autres médicaments de leurs sites de liaison.

L’alendronate n’est pas excrété par le système de transport des acides et des bases du rein chez

le rat, c’est pourquoi il ne devrait pas perturber l’élimination des médicaments excrétés par ce

système chez l’homme. En résumé, compte tenu de ses effets sur la liaison aux protéines, sur

l’excrétion rénale et sur le métabolisme des autres agents, l’alendronate sodique ne devrait pas

présenter d’interaction avec les autres médicaments.

9.3 Interactions médicament-comportement

Les effets sur la capacité à conduire un véhicule ou à faire fonctionner une machine n’ont pas

été étudiés. Toutefois, certains effets indésirables qui ont été signalés avec l’emploi de

l’alendronate sodique (p. ex. étourdissements, vertiges, troubles visuels et douleurs intenses

aux os, aux muscles ou aux articulations) peuvent affecter la capacité de certains patients à

conduire un véhicule ou à faire fonctionner une machine. La réponse au traitement par TEVA-

ALENDRONATE peut varier d’une personne à l’autre.

9.4 Interactions médicament-médicament

Il est probable que la prise concomitante de suppléments de calcium ou d’autres cations

multivalents, d’antiacides ou d’autres médicaments administrés par voie orale perturbe

l’absorption de TEVA-ALENDRONATE. Par conséquent, on doit attendre au moins une

demi-heure entre la prise de TEVA-ALENDRONATE et celle de tout autre médicament par voie

orale.

L’administration intraveineuse de ranitidine fait doubler la biodisponibilité de l’alendronate

administré par voie orale. On ignore cependant la portée clinique de ce phénomène et on ne

sait pas non plus s’il est susceptible de se produire lors de l’administration d’antagonistes des

récepteurs H

par voie orale. Aucune autre interaction spécifique n’a été étudiée.

L’administration concomitante d’une hormonothérapie substitutive (œstrogènes ± progestatif)

et d’alendronate sodique a été évaluée dans deux études cliniques (l’une d’une durée de 1 an et

l’autre de 2 ans) menées auprès de femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 19 de

52

L’administration conjointe d’alendronate sodique et d’une hormonothérapie substitutive a

entraîné une augmentation plus marquée de la masse osseuse, de même qu’un ralentissement

plus important du renouvellement osseux comparativement à l’un ou l’autre des traitements

administrés seuls. Dans ces études, le profil d’innocuité et de tolérabilité de l’association

médicamenteuse s’est révélé semblable à celui de chacun des traitements pris isolément (voir

8 EFFETS INDÉSIRABLES, Effets indésirables observés au cours des études cliniques,

Administration concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie

substitutives).

Toutefois, ces études n’avaient pas l’envergure permettant d’évaluer l’efficacité du traitement

d’association pour diminuer les fractures, et aucune différence notable relativement à la

fréquence des fractures n’a été observée entre les groupes de traitement.

Aucune étude ne s’est penchée comme telle sur les interactions médicamenteuses, mais

l’emploi de l’alendronate sodique avec quantité d’autres médicaments d’ordonnance courants

n’a entraîné aucune réaction secondaire clinique manifeste dans les études sur le traitement et

la prévention de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées, chez les hommes et chez les

sujets recevant des glucocorticoïdes.

Dans les études cliniques, les sujets recevant en concomitance des doses d’alendronate sodique

supérieures à 10 mg/jour et des produits contenant de l’aspirine ont présenté une fréquence

plus élevée d’effets secondaires intéressant les voies gastro-intestinales supérieures. Cet effet

n’a pas été observé dans une étude au cours de laquelle les sujets ont reçu des doses

d’alendronate sodique de 70 mg une fois par semaine.

Dans une étude clinique contrôlée d’une durée de trois ans au cours de laquelle la plupart des

2027 patientes prenaient des AINS en concomitance avec l’alendronate sodique à 5 mg ou à

10 mg, la fréquence d’effets secondaires sur les voies gastro-intestinales supérieures observée

chez les sujets traités était comparable à celle observée chez ceux recevant le placebo.

Par conséquent, TEVA-ALENDRONATE peut être administré aux patients qui prennent des AINS,

mais comme ces agents sont associés à une irritation des voies gastro-intestinales, leur emploi

concomitant avec TEVA-ALENDRONATE commande une certaine prudence.

9.5 Interactions médicament-aliment

Les aliments, de même que toute autre boisson que l’eau ordinaire, réduisent considérablement

l’absorption et l’efficacité de l’alendronate. TEVA-ALENDRONATE doit donc être pris au moins

une demi-heure avant le premier repas, la première boisson ou le premier médicament de la

journée, avec de l’eau ordinaire seulement (voir 4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION,

Administration).

9.6 Interactions médicament-herbe médicinale

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 20 de

52

Il se peut que les herbes médicinales perturbent l’absorption de l’alendronate. TEVA-

ALENDRONATE doit donc être pris au moins une demi-heure avant toute herbe médicinale.

9.7 Interactions médicament-épreuves de laboratoire

Aucune interaction n’a été établie entre le médicament et les épreuves de laboratoire.

10 PHARMACOLOGIE CLINIQUE

10.1 Mode d’action

L’alendronate sodique est un bisphosphonate qui produit une inhibition spécifique et puissante

de la résorption osseuse due aux ostéoclastes. Les bisphosphonates sont des analogues

synthétiques du pyrophosphate qui se lient à l’hydroxyapatite dans les os.

10.2 Pharmacodynamie

L’alendronate est un bisphosphonate qui se lie à l’hydroxyapatite des os et qui inhibe de

manière spécifique l’activité des ostéoclastes, c’est-à-dire des cellules à l’origine de la

résorption osseuse. L’alendronate réduit la résorption osseuse sans produire d’effet direct sur

la formation, mais comme ce phénomène est couplé à la résorption durant le renouvellement

osseux, la formation aussi s’en trouve réduite en bout de ligne.

Ostéoporose chez la femme ménopausée

L’ostéoporose est une maladie caractérisée par la présence d’une faible masse osseuse

entraînant une augmentation du risque de fractures. Une faible masse osseuse, la présence de

fractures sur les radiographies, des antécédents de fractures ostéoporotiques ou encore une

diminution de la taille ou une cyphose, indices de fractures vertébrales, sont tous des éléments

permettant de confirmer le diagnostic. L’ostéoporose affecte les hommes comme les femmes,

mais cette maladie est plus courante chez les femmes ménopausées, car passé cette période, le

renouvellement osseux s’accroît, et le taux de résorption est plus élevé que le taux de

formation. Pareilles modifications entraînent une diminution progressive de la masse osseuse et

mènent à l’ostéoporose chez bon nombre de femmes de plus de 50 ans, ce qui se traduit

souvent par des fractures, généralement du rachis, de la hanche et du poignet. Ainsi, chez les

femmes de race blanche, le risque de fracture de la hanche est 50 fois plus élevé entre 50 et

90 ans, et le risque de fractures vertébrales, de 15 à 30 fois. On estime qu’environ 40 % des

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 21 de

52

femmes de 50 ans subiront au moins une fracture ostéoporotique du rachis, de la hanche ou du

poignet au cours de leur vie. Les fractures de la hanche, plus particulièrement, sont associées à

une morbidité, à une incapacité et à une mortalité importantes.

L’administration de doses orales quotidiennes d’alendronate (5, 20 et 40 mg pendant

6 semaines) à des femmes ménopausées a produit des modifications biochimiques qui laissent

croire à une inhibition de la résorption osseuse dépendante de la dose, modifications

comprenant la réduction du calcium urinaire et des marqueurs urinaires de la dégradation du

collagène osseux (tels que la désoxypyridinoline et les N-télopeptides de pontage du collagène

de type I). Un retour progressif aux valeurs de base a été constaté 3 semaines à peine après

l’arrêt du traitement, et après 7 mois, les valeurs observées chez les femmes traitées ne

différaient plus de celles observées chez les femmes ayant reçu un placebo.

Une réduction d’environ 50 % de l’excrétion urinaire de désoxypyridinoline et d’environ 70 %

des N-télopeptides de pontage du collagène de type I a été observée à la suite de

l’administration prolongée d’alendronate sodique (à raison de 10 mg/jour, pendant 5 ans dans

certains cas), faisant chuter la concentration de ces deux marqueurs de la résorption osseuse à

un niveau comparable à celui observé chez les préménopausées en bonne santé. De semblables

diminutions ont été observées chez des patientes ayant reçu des doses d’alendronate sodique

de 5 mg/jour dans le cadre d’études portant sur la prévention de l’ostéoporose. La diminution

du taux de résorption osseuse mise en évidence par ces marqueurs était manifeste dès après

1 mois de traitement par l’alendronate sodique et, après 3 à 6 mois, elle a atteint un plateau qui

s’est maintenu jusqu’à la fin du traitement. Dans le cadre d’études sur le traitement de

l’ostéoporose, l’administration de 10 mg/jour d’alendronate sodique a fait chuter d’environ

50 % l’ostéocalcine et la phosphatase alcaline des os, et d’environ 25 % à 30 % la phosphatase

alcaline sérique totale, marqueurs dont la concentration a atteint un plateau après 6 à 12 mois.

Dans les études portant sur la prévention de l’ostéoporose, l’administration de 5 mg/jour

d’alendronate sodique a fait chuter l’ostéocalcine et la phosphatase alcaline sérique totale

d’environ 40 % et 15 % respectivement. De semblables résultats ont été observés chez des

femmes ménopausées ayant reçu des doses d’alendronate sodique de 70 mg par semaine

pendant un an dans le cadre d’une étude sur le traitement de l’ostéoporose. Ces résultats

indiquent que malgré l’augmentation progressive de la quantité d’alendronate qui s’accumule

dans les os, le taux de renouvellement osseux atteint un nouvel état d’équilibre.

L’inhibition de la résorption osseuse produite par l’alendronate sodique a pour conséquence

une réduction asymptomatique du calcium et des phosphates sériques, comme on l’a constaté

dans des études à long terme où, dès le premier mois après le début d’un traitement à raison de

10 mg/jour, les taux de calcium et des phosphates sériques ont chuté d’environ 2 % et 4 % à 6 %

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 22 de

52

respectivement par rapport aux valeurs initiales. Aucune autre diminution du calcium sérique

n’a ensuite été observée au cours des cinq années du traitement, mais en ce qui a trait aux

phosphates, les taux sériques sont retournés aux valeurs d’avant traitement entre la troisième

et la cinquième année. Des réductions semblables ont été observées avec l’administration

d’alendronate sodique à raison de 5 mg/jour. De semblables réductions ont été observées après

6 et 12 mois dans une étude d’une durée de 1 an, au cours de laquelle les patientes ont reçu

l’alendronate sodique à raison de 70 mg une fois par semaine. La diminution des phosphates

sériques refléterait non seulement l’effet positif de l’alendronate sodique sur le contenu

minéral de l’os, mais également une diminution de la réabsorption rénale des phosphates.

Ostéoporose chez l’homme

Bien que la prévalence de l’ostéoporose soit moins élevée chez l’homme que chez la femme

ménopausée, il n’en demeure pas moins qu’un nombre considérable de fractures

ostéoporotiques surviennent chez les hommes. Toutefois, la fréquence des déformations

vertébrales semble similaire chez l’homme et chez la femme. Chez l’homme atteint

d’ostéoporose, l’administration quotidienne de 10 mg d’alendronate sodique pendant 2 ans a

réduit d’environ 60 % le taux d’excrétion urinaire des N-télopeptides assurant les liaisons

intermoléculaires du collagène de type I et d’environ 40 % la phosphatase alcaline de l’os. De

semblables réductions ont été observées dans une étude d’une durée de 1 an au cours de

laquelle des hommes atteints d’ostéoporose ont reçu l’alendronate sodique à raison de 70 mg

une fois par semaine.

10.3 Pharmacocinétique

Tableau 6 – Résumé des paramètres pharmacocinétiques de l’alendronate monosodique

chez la population normale

Moyenne

IC

90

%

Biodisponibilité absolue d’un

comprimé de 5 mg pris 2 heures

avant le premier repas de la journée

0,63 %

(femmes)

(0,48, 0,83)

Biodisponibilité absolue d’un

comprimé de 10 mg pris 2 heures

avant le premier repas de la journée

0,78 %

(femmes)

(0,61, 1,04)

0,59 %

(hommes)

(0,43, 0,81)

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 23 de

52

Moyenne

IC

90

%

Biodisponibilité absolue d’un

comprimé de 70 mg pris 2 heures

avant le premier repas de la journée

0,57 %

(femmes)

(0,44, 0,73)

Clairance de la créatinine mL/s

(mL/min) (n = 6)

1,18

(71)

(1,07, 1,3)

(64, 78)

Absorption :

Par rapport à une dose de référence intraveineuse, la biodisponibilité moyenne d’une dose

orale d’alendronate de 5 à 70 mg administrée à jeun depuis la veille et deux heures avant un

petit déjeuner standard est de 0,64 % chez la femme. Chez l’homme, la biodisponibilité d’une

dose orale d’un comprimé de 10 mg est de 0,59 %.

Dans une étude visant à déterminer la biodisponibilité du produit en fonction des repas,

l’administration de 10 mg d’alendronate une demi-heure ou une heure avant un petit déjeuner

standard a entraîné une diminution de la biodisponibilité d’environ 40 % (par rapport aux

valeurs observées lorsque le produit est administré deux heures avant un repas) chez les

49 femmes ménopausées ayant reçu le médicament. Dans les études sur le traitement et la

prévention de l’ostéoporose, l’alendronate s’est révélé efficace à condition d’être administré au

moins 30 minutes avant le petit déjeuner.

La biodisponibilité de l’alendronate est négligeable lorsque ce médicament est administré avec

les repas ou dans les deux heures qui suivent un repas. La prise de café ou de jus d’orange en

concomitance avec l’administration de l’alendronate diminue la biodisponibilité d’environ 60 %.

Chez les sujets en bonne santé, l’administration de prednisone par voie orale (20 mg trois fois

par jour pendant cinq jours) n’entraîne pas de variation cliniquement significative de la

biodisponibilité de l’alendronate administré par voie orale (augmentation moyenne de 20 % à

44 %).

Distribution :

Les études précliniques menées chez le rat mâle montrent qu’après administration d’une dose

i.v. de 1 mg/kg, l’alendronate se distribue d’abord dans les tissus mous, mais que cette situation

provisoire est rapidement suivie d’une redistribution dans les os ou d’une élimination dans

l’urine. Chez l’homme, le volume de distribution moyen à l’équilibre est d’au moins 28 L, en

excluant les os. Les concentrations plasmatiques produites par l’administration de doses orales

thérapeutiques sont trop faibles pour être mesurées (< 5 ng/mL). La liaison de l’alendronate aux

protéines plasmatiques est d’environ 78 % chez l’être humain.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 24 de

52

Métabolisme :

Aucun élément n’indique que l’alendronate est métabolisé chez l’homme ou l’animal.

Élimination :

Moins de 72 heures après l’administration, environ 50 % de la radioactivité d’une dose unique

i.v. d’alendronate marquée au

C est excrétée dans l’urine; les fèces quant à elles sont peu

radioactives, voire pas du tout. La clairance rénale de l’alendronate est de 71 mL/min après

l’administration d’une dose unique i.v. de 10 mg et la clairance générale ne dépasse pas

200 mL/min. Moins de 6 heures après l’administration intraveineuse, les concentrations

plasmatiques accusent une chute de plus de 95 %. On estime que la demi-vie terminale de

l’alendronate dépasse les 10 ans chez l’être humain, ce qui reflète probablement la libération

du produit par les os. D’après ce qui précède, on estime qu’après 10 ans d’administration

d’alendronate sodique par voie orale (à raison de 10 mg par jour), la quantité libérée chaque

jour par les os est d’environ 25 % de la dose absorbée dans le tractus gastro-intestinal.

Populations particulières et états pathologiques

Enfants : La biodisponibilité orale de l’alendronate chez les enfants (de 4 à 16 ans)

atteints d’ostéogenèse imparfaite est semblable à celle que l’on observe chez les

adultes, mais TEVA-ALENDRONATE n’est pas indiqué chez les enfants (voir 7 MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières, Enfants).

Personnes âgées : La biodisponibilité et l’élimination (urinaire) de l’alendronate sont

semblables chez les personnes âgées (≥ 65 ans) et les plus jeunes. Par conséquent, aucun

ajustement posologique n’est nécessaire dans cette population de patients (voir

4 POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Sexe : La biodisponibilité et la fraction excrétée d’une dose i.v. sont semblables chez

l’homme et la femme.

Groupe ethnique : Aucune étude n’a examiné si la pharmacocinétique de l’alendronate

varie d’un groupe ethnique à l’autre.

Insuffisance hépatique : Puisqu’il semble bien que l’alendronate ne soit ni métabolisé

par le foie ni excrété dans la bile, aucune étude n’a été menée auprès d’insuffisants

hépatiques et aucun ajustement posologique n’est nécessaire.

Insuffisance rénale : Les études précliniques montrent que, chez les rats présentant une

insuffisance rénale, la quantité d’alendronate présente dans le plasma, le rein, la rate et

le tibia est plus élevée que chez les rats témoins en bonne santé, chez qui la fraction non

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 25 de

52

liée aux os est rapidement éliminée dans l’urine. Il ne semble pas que la fixation de

l’alendronate par les os atteigne un niveau de saturation chez les jeunes rats mâles,

même après administration de doses cumulatives i.v. de 35 mg/kg pendant 3 semaines.

Bien qu’on ne dispose pas d’information clinique à ce sujet, il est probable que, tout

comme chez l’animal, l’élimination rénale de l’alendronate soit réduite chez les patients

qui souffrent d’insuffisance rénale. Par conséquent, il faut s’attendre à constater une

certaine accumulation du produit dans les os de ces patients. Il n’est pas nécessaire

d’ajuster la posologie chez les patients qui souffrent d’insuffisance rénale légère ou

modérée (clairance de la créatinine entre 0,58 et 1 mL/s [35 et 60 mL/min]). Compte

tenu du peu d’expérience, l’emploi de TEVA-ALENDRONATE n’est pas recommandé chez

les patients dont l’insuffisance est plus marquée (clairance de la créatinine < 0,58 mL/s

[< 35 mL/min]).

11 CONSERVATION, STABILITÉ ET MISE AU REBUT

Conserver les flacons de PEHD blanc et les plaquettes alvéolées entre 15 ºC et 30 ºC.

Garder hors de la portée et de la vue des enfants.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 26 de

52

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

13 RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Dénomination commune :

Alendronate sodique monohydraté

Nom chimique :

Sel sodique de l’acide (4-amino-1-hydroxybutylidène)

bisphosphonique, monohydraté

Formule moléculaire :

NNaO

Poids moléculaire :

289,1

Formule développée :

.

Propriétés physicochimiques : L’alendronate sodique se présente sous forme de

poudre cristalline blanche non hygroscopique soluble

dans l’eau mais très peu dans l’alcool et à peu près

insoluble dans le chloroforme.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 27 de

52

14 ESSAIS CLINIQUES

14.1 Essais cliniques, par indication

Traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée

Tableau 7 – Résumé des données démographiques dans les essais cliniques (traitement de

l’ostéoporose chez la femme ménopausée)

N

o

d’étude

Plan de l’étude

Posologie, voie

d’administration et durée

Nombre

de

sujets

(n)

Âge

moyen

(tranche)

Sexe

PN035

Étude de

prolongation

multicentrique,

contrôlée par

placebo, à

répartition

aléatoire et à

double insu,

menée en mode

parallèle

FOS 5 mg

FOS 10 mg

FOS 20/5 mg

ORALE

3 ans

45 à 82

Femmes

PN037

Étude de

prolongation

multicentrique,

contrôlée par

placebo, à

répartition

aléatoire et à

double insu,

menée en mode

parallèle

FOS 5 mg

FOS 10 mg

FOS 20/5 mg

ORALE

3 ans

44 à 84

Femmes

PN041

Étude à

répartition

aléatoire et à

FOS 10 mg

FOS 20 mg

48 à 76

Femmes

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 28 de

52

N

o

d’étude

Plan de l’étude

Posologie, voie

d’administration et durée

Nombre

de

sujets

(n)

Âge

moyen

(tranche)

Sexe

double insu,

menée en mode

parallèle

ORALE

2 ans

PN118

Étude

multicentrique à

répartition

aléatoire et à

double insu

FOS 10 mg

FOS 35 mg (2 fois par

semaine)

FOS 70 mg (1 fois par

semaine)

ORALE

1 an

1258

42 à 95

Femmes

PN026

Étude

multicentrique,

contrôlée par

placebo, à

répartition

aléatoire et à

double insu,

menée en mode

parallèle

FOS 5 mg

FOS 10 mg

FOS 20 mg/PBO

FOS 40 mg/PBO

FOS 40 mg/2,5 mg

ORALE

2 (+1* ans)

42 à 75

Femmes

PN054

Étude contrôlée

par placebo, à

répartition

aléatoire et à

double insu,

menée en mode

parallèle

FOS 1 mg

FOS 2,5 mg

FOS 5 mg

ORALE

2 ans

59 à 85

Femmes

FIT 1

Étude à

répartition

aléatoire,

contrôlée par

placebo

FOS 10 mg

ORALE

3 ans

2027

55 à 81

Femmes

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 29 de

52

N

o

d’étude

Plan de l’étude

Posologie, voie

d’administration et durée

Nombre

de

sujets

(n)

Âge

moyen

(tranche)

Sexe

FIT 2

Étude à

répartition

aléatoire,

contrôlée par

placebo

FOS 10 mg

ORALE

4 ans

4432

55à 80

Femmes

PN072

Étude

multicentrique,

contrôlée par

placebo, à

répartition

aléatoire et à

double insu

FOS 10 mg

+ œstrogènes conjugués

(0,625 mg)

œstrogènes conjugués

(0,625 mg)

FOS 10 mg

ORALE

2 ans

42 à 82

Femmes

PN097

Étude

multicentrique, à

répartition

aléatoire, à triple

insu, contrôlée

par placebo,

menée en mode

parallèle

FOS 10 mg/jour + HTS

(œstrogène + progestatif)

PBO/HTS

ORALE

1 an

40 à 84

Femmes

Cts : calcitonine de saumon intranasale 100 UI/jour; FOS : alendronate (mg/jour); FOS 20/5 : alendronate à 20

mg pendant 2 ans suivi de 5 mg pendant 1 an; FOS 20/PBO, FOS 40/PBO : alendronate à 20 ou à 40 mg

pendant 1 an suivi du placebo pendant 1 an; FOS 40/2,5 : alendronate à 40 mg pendant 3 mois suivi de 2,5 mg

pendant 21 mois; HTS : hormonothérapie substitutive; PBO : placebo

* Après 2 ans de traitement, les patientes ont été suivies pendant une année

supplémentaire sans traitement.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 30 de

52

Effet sur la densité minérale osseuse

L’efficacité de l’alendronate sodique a été démontrée dans quatre études cliniques contrôlées à

double insu d’une durée de deux ou trois ans, au cours desquelles des femmes ménopausées de

44 à 84 ans atteintes d’ostéoporose (densité minérale osseuse [DMO] de la colonne lombaire

inférieure d’au moins deux écarts types à la DMO moyenne avant la ménopause) ont reçu

10 mg d’alendronate sodique une fois par jour. Parmi celles-ci, deux importantes études

multicentriques pratiquement identiques d’une durée de trois ans menées l’une aux États-Unis

(Étude américaine), l’autre dans 15 pays différents (Étude internationale) auprès de 478 et

516 patientes respectivement. Le graphique ci-après montre l’augmentation moyenne de la

DMO de la colonne lombaire, du col du fémur et du trochanter trois ans après le début de

chaque étude chez les patientes ayant reçu l’alendronate sodique à raison de 10 mg/jour (par

comparaison aux patientes ayant reçu le placebo).

Études sur le traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée

Augmentation de la DMO trois ans après le début des études

ALENDRONATE SODIQUE, 10 mg/jour

Dans les études combinées, la DMO de la colonne lombaire, du col du fémur et du trochanter

des patientes ayant reçu le placebo a accusé une diminution significative de 0,65 % à 1,16 %

après trois ans. Par contraste, dans toutes les zones où on l’a mesurée, la DMO des patientes

des deux études ayant reçu l’alendronate sodique à raison de 10 mg/jour a présenté une

augmentation significative, tant par rapport aux valeurs initiales que par rapport au placebo. La

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 31 de

52

DMO de tout le squelette a augmenté considérablement dans les deux études, ce qui laisse

croire que l’augmentation de la masse osseuse dans la colonne lombaire et la hanche ne se fait

pas au détriment des autres parties du squelette. L’augmentation de la DMO était apparente

dès les trois premiers mois du traitement et s’est poursuivie tout au long des trois ans (voir les

résultats constatés pour la colonne lombaire dans la figure ci-après). La DMO de la colonne

lombaire et du trochanter a continué d’augmenter au cours des deux années supplémentaires

pendant lesquelles ces études ont été prolongées (augmentation additionnelle absolue causée

par l’administration de 10 mg/jour d’alendronate sodique entre la troisième et la cinquième

année : colonne lombaire : 0,94 %, trochanter : 0,88 %).

La DMO du col fémoral, de l’avant-bras et du corps entier n’a pas diminué. On constate donc

que l’alendronate sodique fait reculer la progression de l’ostéoporose. L’efficacité de

l’alendronate sodique est indépendante de l’âge du sujet, de son appartenance ethnique, du

taux de renouvellement osseux initial, de la fonction rénale ou de l’emploi de plusieurs

médicaments courants.

Études sur le traitement de l’ostéoporose chez la femme ménopausée

Effet de l’alendronate sodique (10 mg/jour) en fonction du temps,

par rapport au placebo

Pourcentage de variation de la DMO de la colonne lombaire

par rapport aux valeurs initiales

Dans une autre étude, l’administration d’alendronate sodique à raison de 10 mg/jour pendant

deux ans a produit une augmentation significative de la DMO de la colonne lombaire, du col du

fémur, du trochanter et du squelette entier par rapport à l’administration nasale de 100 UI/jour

de calcitonine de saumon ou d’un placebo.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 32 de

52

L’équivalence thérapeutique entre l’alendronate sodique administré à raison de 70 mg une fois

par semaine (n = 519) et le même agent administré à raison de 10 mg une fois par jour (n = 370)

a été prouvée dans une étude multicentrique à double insu d’une durée d’un an menée auprès

de femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose. Après un an, l’augmentation moyenne de la

DMO de la colonne lombaire (par rapport aux valeurs initiales) était de 5,1 % (4,8 %, 5,4 %;

95 %

) chez les femmes ayant reçu la posologie de 70 mg/sem et de 5,4 % (5,0 %, 5,8 %; IC

95 %

chez les femmes ayant reçu la posologie de 10 mg/jour. L’augmentation de la DMO dans les

autres tissus osseux était semblable dans les deux groupes de traitement. Pareilles variations

importantes de la DMO ont été associées à une diminution de la fréquence de fractures dans les

études sur l’alendronate sodique (voir ci-dessous).

Effet de l’interruption du traitement

L’effet de l’interruption du traitement a été évalué chez des patientes ménopausées atteintes

d’ostéoporose et ayant reçu de l’alendronate sodique pendant un ou deux ans à raison de

10 mg une fois par jour. Après l’interruption du traitement, le taux de renouvellement osseux

est graduellement retourné aux valeurs d’avant traitement et, bien qu’aucune accélération de la

perte osseuse n’ait été observée, la DMO a cessé d’augmenter. Ces données indiquent que pour

produire une augmentation progressive de la masse osseuse, le traitement par l’alendronate

sodique doit être poursuivi tous les jours.

Effet du traitement sur la fréquence de fractures

Afin d’évaluer les effets de l’alendronate sodique sur la fréquence de fractures vertébrales, une

analyse combinée des deux études mentionnées ci-dessus (Études américaine et internationale)

a comparé les résultats obtenus chez les patientes ayant reçu le placebo et chez l’ensemble des

patientes ayant reçu l’alendronate sodique (5 ou 10 mg/jour pendant trois ans ou 20 mg/jour

pendant deux ans d’abord, puis 5 mg/jour pendant une année supplémentaire).

On a ainsi observé une diminution statistiquement significative (48 %) de la proportion de sujets

ayant subi une ou plusieurs fractures vertébrales parmi les patientes ayant reçu l’alendronate

sodique par rapport aux patientes ayant reçu le placebo (3,2 % contre 6,2 %). La réduction est

encore plus élevée si l’on considère le nombre total de fractures vertébrales (4,2 contre 11,3 par

100 sujets). En outre, parmi les patientes victimes de fractures vertébrales, celles qui avaient

reçu l’alendronate sodique ont moins raccourci que celles qui avaient reçu le placebo (5,9 mm

contre 23,3 mm), le nombre et la gravité des lésions étant moins élevés dans le cas des

premiers.

En outre, une analyse des données groupées (comprenant un éventail de doses ≥ 2,5 mg) de

cinq études contrôlées par placebo (alendronate sodique : n = 1012, placebo, n = 590) d’une

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 33 de

52

durée de deux ou trois ans (y compris les études américaine et internationale mentionnées

ci-dessus) a permis d’observer une diminution significative de 29 % de la fréquence de fractures

non vertébrales (alendronate sodique : 9,0 % c. placebo :12,6 %). Comme dans le cas des

fractures vertébrales, ces résultats montrent que les effets de l’alendronate sodique cadrent

bien avec l’augmentation de la masse osseuse des autres parties du squelette.

L’étude FIT (Fracture Intervention Trial), menée chez des femmes ménopausées, comprenait

deux volets : une étude de trois ans menée chez des patientes présentant au moins une fracture

par tassement vertébral au départ et une étude de quatre ans menée chez des patientes

présentant une faible masse osseuse, mais pas de fracture vertébrale au départ.

FIT : Volet de trois ans (patientes présentant au moins une fracture vertébrale au départ)

Comme l’indique le tableau ci-après, cette étude à double insu menée auprès de 2027 patientes

réparties aléatoirement dans deux groupes de traitement (alendronate sodique : n = 1022,

placebo : n = 1005) montre que l’administration d’alendronate sodique produit une réduction

statistiquement significative sur le plan clinique de la fréquence des fractures après trois ans.

Tableau 8 – Effet de l’alendronate sodique sur la fréquence de fractures dans le volet de trois

ans de la FIT (patientes présentant au moins une fracture vertébrale au départ)

Caractéristiques des patientes :

Pourcentage de patientes

Diminution (%) de

la fréquence de

fractures

Alendronate

sodique

(n = 1022)

Placebo

(n = 1005)

Diagnostic radiologique de fracture vertébrale

≥ 1 nouvelle fracture vertébrale

≥ 2 nouvelles fractures vertébrales

15,0

47***

90***

Fracture (clinique) douloureuse

≥ 1 fracture vertébrale

douloureuse

Fracture douloureuse de tout type

Fracture de la hanche

Fracture du poignet (de l’avant-

bras)

54**

13,8

18,1

26**

Nombre de fractures vertébrales évaluables : Alendronate sodique (n = 984), placebo (n = 966).

p < 0,05

p < 0,01

p < 0,001

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 34 de

52

De plus, le traitement par l’alendronate sodique a considérablement diminué la fréquence

d’hospitalisation parmi ces patientes (25,0 % c. 30,7 %).

Les deux figures ci-après illustrent la fréquence cumulative de fractures de la hanche et du

poignet dans le volet de trois ans de la FIT. Dans chacun des cas, la fréquence cumulative de ce

type de fracture est en tout temps moins élevée avec l’alendronate sodique qu’avec le placebo.

L’alendronate sodique a réduit la fréquence de fractures de 51 % dans le cas de la hanche et de

48 % dans celui du poignet. De semblables réductions (toutes proportions gardées) de la

fréquence de fractures de la hanche et du poignet ont également été observées dans des

études groupées antérieures sur le traitement de l’ostéoporose.

Fréquence cumulative de fractures de la hanche et de poignet

dans le volet de trois ans de la FIT

(Patientes présentant au moins une fracture vertébrale au départ)

FIT : Volet de quatre ans (patientes présentant une faible masse osseuse, mais pas de fracture

vertébrale au départ)

Cette étude à double insu menée auprès de 4432 patientes réparties aléatoirement en deux

groupes de traitement (alendronate sodique : n = 2214, placebo : n = 2218) constitue une

démonstration supplémentaire de la réduction de la fréquence de fractures due à l’alendronate

sodique. Au départ, cette étude ne devait comprendre que des femmes atteintes

d’ostéoporose, c.-à-d. des femmes dont la DMO du col du fémur était inférieure d’au moins

deux écarts types à la DMO moyenne de jeunes femmes adultes. Toutefois, après révision des

valeurs de la DMO du col fémoral par rapport aux valeurs de référence, on a constaté que 31 %

des patientes ne répondaient pas à ce critère, aussi l’étude a-t-elle également admis des

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 35 de

52

patientes qui n’étaient pas atteintes d’ostéoporose. Le tableau ci-après présente les résultats

obtenus auprès des patientes atteintes d’ostéoporose.

Tableau 9 – Effet de l’alendronate sodique sur la fréquence de fractures dans le volet de

quatre ans de la FIT (patientes atteintes d’ostéoporose

mais ne présentant pas de fracture

vertébrale au départ)

Caractéristiques des

patientes :

Pourcentage de patientes

Diminution (%) de la

fréquence de fractures

Alendronate

sodique

(n = 1545)

Placebo

(n = 1521)

≥ 1 fracture douloureuse

12,9

16,2

22**

≥ 1 fracture vertébrale

††

48***

≥ 1 fracture vertébrale

douloureuse

†††

Fracture de la hanche

†††

Fracture du poignet (de

l’avant-bras)

Aucune

DMO moyenne initiale du col du fémur inférieure d’au moins deux écarts types à la DMO moyenne de

jeunes femmes adultes.

††

Nombre de fractures vertébrales évaluables : Alendronate sodique (n = 1426), placebo (n = 1428).

†††

Non significatif.

p = 0,01

p < 0,001

La fréquence de fractures a été réduite de la manière suivante chez toutes les patientes, y

compris celles qui ne souffraient pas d’ostéoporose : ≥ 1 fracture douloureuse, 14 % (p = 0,072);

≥ 1 fracture vertébrale, 44 % (p = 0,001); ≥ 1 fracture vertébrale douloureuse, 34 % (p = 0,178);

fracture de la hanche , 21 % (p = 0,44). La fréquence de fractures du poignet était de 3,7 % chez

les patientes sous alendronate sodique et de 3,2 % chez les patientes sous placebo (différence

non significative).

Études FIT combinées

Le tableau ci-après indique la fréquence de fractures combinée dans les deux volets de la FIT,

l’étude de trois ans et l’étude de quatre ans.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 36 de

52

Tableau 10 – Effet de l’alendronate sodique sur la fréquence de fractures dans les volets de

trois et de quatre ans de la FIT

Réduction (%) de la fréquence de fractures

Alendronate sodique c. placebo

Caractéristiques des patientes :

Patientes atteintes

d’ostéoporose

(n = 5 093)

Toutes les patientes

(n = 6459)

Diagnostic radiologique de fracture vertébrale

††

≥ 1 fracture vertébrale

≥ 2 fractures vertébrales

48***

46***

88***

84***

Fracture (clinique) douloureuse

Fracture douloureuse de tout type

Fracture vertébrale douloureuse

Fracture de la hanche

Fracture du poignet (avant-bras)

†††

24***

18**

50***

47***

‡‡

Comprend toutes les patientes du volet de trois ans plus les patientes atteintes d’ostéoporose dans le

volet de quatre ans (DMO initiale du col du fémur inférieure d’au moins 2 ÉT à la DMO moyenne de

jeunes femmes adultes).

††

Nombre de fractures vertébrales évaluables : patientes atteintes d’ostéoporose : n = 4804; nombre total

de patientes : n = 6084.

†††

Une réduction significative de la fréquence des fractures du poignet a été observée dans le volet de trois

ans (patientes présentant une fracture vertébrale initiale) mais non dans le volet de quatre ans

(patientes ne présentant pas de fracture vertébrale initiale).

Non significatif.

‡‡

p = 0,059

p < 0,05

p < 0,01

p < 0,001

Concordance des résultats sur la fréquence des fractures

La réduction de la fréquence de fractures vertébrales (alendronate sodique c. placebo) observée

dans les deux volets (trois ans et quatre ans) de l’étude FIT cadre avec la fréquence combinée

des études américaine et internationale mentionnées précédemment, dans lesquelles 80 % des

femmes ne présentaient pas de fracture vertébrale au départ. Au cours de ces études, le

traitement par l’alendronate sodique a réduit d’environ 50 % la proportion des femmes qui

allaient subir au moins une nouvelle fracture vertébrale (FIT 3 ans : réduction de 47 %,

p < 0,001; FIT 4 ans : réduction de 44 %, p = 0,001; Étude américaine/internationale : réduction

de 48 %, p = 0,034). En outre, l’alendronate sodique a réduit d’environ 90 % la proportion de

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 37 de

52

femmes ayant subi plusieurs (deux ou plus) nouvelles fractures vertébrales dans les études

américaine et internationale et dans les deux volets de la FIT (p < 0,001). La conclusion qui

s’impose est donc que l’alendronate sodique réduit la fréquence de fractures vertébrales

indépendamment de la présence ou de l’absence d’antécédents.

Ce que montrent ces résultats, globalement, c’est que fois après fois, l’alendronate sodique

réduit efficacement la fréquence de fractures, y compris celles de la hanche et du rachis, qui

sont les fractures ostéoporotiques les plus fréquentes et qui entraînent le plus de morbidité.

Histologie osseuse

L’examen histologique des os de 270 patientes ménopausées atteintes d’ostéoporose et ayant

reçu des doses de 1 à 20 mg/jour d’alendronate sodique pendant une, deux ou trois années

montre que la minéralisation et la structure de ce tissu sont normales et que le renouvellement

osseux a, comme prévu, diminué par rapport à ce qu’on a observé chez celles qui ont reçu un

placebo. Ces données, associées à la découverte d’une histologie osseuse normale et d’une

fortification de l’os chez des rats et des babouins ayant reçu un traitement au long cours,

montrent que la qualité de l’os néoformé pendant le traitement par l’alendronate sodique est

normale.

Traitement de l’ostéoporose chez l’homme

Tableau 11 – Résumé des données démographiques dans les études cliniques (traitement de

l’ostéoporose chez l’homme)

N

o

d’étude

Plan de l’étude

Posologie, voie

d’administration

et durée

Nombre de

sujets (n)

Âge

moyen

(tranche)

Sexe

PN096

Étude

multinationale,

multicentrique,

à répartition

aléatoire et à

double insu,

contrôlée par

placebo

FOS 10 mg

Supplément de

calcium (500 mg)

et de vitamine D

(400 UI) 1 fois par

jour

ORALE

2 ans

241

31 à 87

Hommes

Étude

multicentrique,

FOS 70 mg (1 fois

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 38 de

52

N

o

d’étude

Plan de l’étude

Posologie, voie

d’administration

et durée

Nombre de

sujets (n)

Âge

moyen

(tranche)

Sexe

PN165

à double insu,

contrôlée par

placebo

par semaine)

ORALE

1 an

167

38 à 91

Hommes

FOS : alendronate (mg/jour); PBO : placebo

L’efficacité de l’alendronate sodique chez les hommes atteints d’ostéoporose a été montrée

dans deux études cliniques.

Ainsi, dans le cadre d’une étude multicentrique de deux ans menée à double insu auprès

d’hommes de 31 à 87 ans (63 en moyenne) et contrôlée par placebo, 241 sujets ont reçu de

l’alendronate sodique à raison de 10 mg une fois par jour. Après deux ans, l’augmentation

relative (par rapport aux valeurs initiales) moyenne de la DMO des sujets ayant reçu la

posologie de 10 mg/jour se détaillait comme suit : colonne lombaire : 5,3 %, col du fémur :

2,6 %, trochanter : 3,1 %, ensemble du squelette : 1,6 % (p ≤ 0,001 dans tous les cas). Cadrant

avec ceux obtenus auprès de femmes ménopausées dans des études de bien plus grande

envergure, les résultats obtenus chez ces hommes indiquent que l’alendronate sodique

administré à raison de 10 mg/jour réduit la fréquence relative de nouvelles fractures vertébrales

(évaluées par radiographie quantitative) (qui passent de 7,1 % avec le placebo à 0,8 % avec le

traitement actif; p = 0,017) et, par conséquent, réduit le rétrécissement de la colonne (qui passe

de -2,4 mm avec le placebo à -0,6 mm avec l’alendronate; p = 0,022).

Dans le cadre d’une autre étude multicentrique d’une durée d’un an menée à double insu

auprès d’hommes de 38 à 91 ans (âge moyen : 66) et contrôlée par placebo, 167 sujets au total

ont reçu l’alendronate sodique à raison de 70 mg une fois par semaine. Après un an,

l’augmentation relative moyenne de la DMO par rapport au placebo était notable aux sites

suivants : colonne lombaire : 2,8 % (p ≤ 0,001); col du fémur : 1,9 % (p = 0,007) : trochanter :

2,0 % (p ≤ 0,001); ensemble du squelette : 1,2 % (p = 0,018). L’augmentation des valeurs de la

DMO est similaire à celle obtenue un an après le début de l’étude de deux ans portant sur

l’administration d’alendronate à raison de 10 mg une fois par jour. L’étude ne visait pas à

déceler une différence clinique entre le groupe recevant l’alendronate et celui recevant le

placebo. Cependant, d’autres études portant sur l’administration quotidienne ou hebdomadaire

d’alendronate ont permis de démontrer de manière constante la corrélation entre

l’augmentation de la DMO et la réduction de la fréquence des fractures (aboutissement

clinique). Par conséquent, on peut assumer que cette corrélation est toute aussi évidente chez

les hommes à qui l’alendronate est administré une fois par semaine.

Dans les deux études, l’efficacité de l’alendronate sodique ne dépendait pas de l’âge, de la

fonction gonadique ou de la valeur initiale de la DMO (col du fémur et colonne lombaire) des

sujets.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 39 de

52

Administration concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie

substitutives

Menée pendant deux ans auprès de femmes ménopausées ayant subi une hystérectomie et

atteintes d’ostéoporose (n = 425), une étude à double insu avec témoins placebos a cherché à

déterminer quels effets l’administration de 10 mg/jour d’alendronate sodique et de

0,625 mg/jour d’œstrogènes conjugués, seuls ou en association, avait sur la DMO. Après deux

ans, l’augmentation relative (par rapport aux valeurs initiales) de la DMO de la colonne lombaire

était beaucoup plus importante dans le groupe ayant reçu le traitement combiné (8,3 %) que

dans le groupe ayant reçu l’un des deux agents seuls (6,0 % dans les deux cas).

Menée pendant un an auprès de femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose (n = 428), une

étude à double insu avec témoins placebos a cherché à évaluer quels effets l’ajout

d’alendronate sodique à une hormonothérapie substitutive (HS) à doses stables (œstrogènes ±

progestatif pendant au moins un an) avait sur la DMO. Après un an, l’ajout de 10 mg

d’alendronate sodique une fois par jour à l’hormonothérapie de ces femmes a entraîné une

augmentation significative de la DMO de la colonne lombaire (qui est passée de 1,1 % avec l’HS

seule à 3,7 % avec l’alendronate sodique).

Dans ces études, les augmentations significatives de la DMO ou les tendances favorables

observées avec le traitement combiné (par rapport à l’HS seule) concernaient la hanche, le col

du fémur et le trochanter. Aucun effet significatif n’a été noté en ce qui a trait à l’ensemble du

squelette. Ces études n’avaient pas l’envergure requise pour déterminer si le traitement

administré pouvait prévenir les fractures; en outre, aucune différence n’a été observée entre les

divers groupes de traitement relativement à la fréquence de fractures.

14.3 Études comparatives de biodisponibilité

Une étude de biodisponibilité comparative croisée ouverte, à répartition aléatoire, comprenant

trois traitements — comprimés TEVA-ALENDRONATE de 70 mg (Teva Canada Limitée),

comprimés FOSAMAX

de 70 mg (Merck Sharpe & Dohme Limitée, R.-U.) et comprimés

FOSAMAX

de 10 mg (Merck Sharpe & Dohme Limitée, R.-U.) — administrés en doses uniques

sur trois périodes a été menée chez 120 adultes de sexe masculin à jeun en bonne santé ayant

participé volontairement. Le tableau ci-après présente une comparaison des paramètres

pharmacocinétiques issus des concentrations urinaires des 118 sujets inclus dans l’analyse

statistique pour les comprimés TEVA-ALENDRONATE et les comprimés FOSAMAX

de 70 mg.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 40 de

52

RÉSUMÉ DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVES

Alendronate

(1 × 70 mg)

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (% CV)

Paramètre

Produit testé

Produit de

référence

Rapport des

moyennes

géométriques

90 %

0-36h

(μg)

170,3

214,0 (86,4)

160,2

189,5651 (57,7)

106,3

97,6 % – 115,7 %

(µg/mL)

68,4

82,9 (74,6)

64,4

75,6 (63,2)

106,2

97,4 % – 115,9 %

0,9 (38,7)

0,9 (40,8)

Comprimés TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique) de 70 mg (Teva Canada Limitée).

Comprimés FOSAMAX

(alendronate sodique) de 70 mg (Merck Sharpe & Dohme Limitée, R.-U.).

Exprimé sous forme de moyenne arithmétique (% CV) uniquement

15 MICROBIOLOGIE

Aucune information microbiologique n’est requise pour ce produit pharmaceutique.

16 TOXICOLOGIE NON CLINIQUE

Toxicologie générale :

Toxicité aiguë

Toxicité aiguë

La DL

orale de l’alendronate mesurée chez des rates et des souris femelles a été de 552 mg/kg

(3256 mg/m

) et de 966 mg/kg (2898 mg/m

) respectivement (l’équivalent de doses

orales de

27 600 et de 48 300 mg chez un être humain). Chez les mâles, ces valeurs ont été légèrement

plus élevées, soit 626 mg/kg et 1280 mg/kg respectivement. Aucun décès n’a été observé chez

Calculées en fonction d’un patient pesant 50 kg.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 41 de

52

des chiens ayant reçu des doses orales allant jusqu’à 200 mg/kg (4000 mg/m

) (l’équivalent

d’une dose

orale de 10 000 mg chez un être humain).

Toxicité chronique

L’évaluation de la toxicité de l’alendronate dans une série d’études portant sur l’administration

de doses multiples pendant une période allant jusqu’à un an chez des rats et jusqu’à trois ans

chez des chiens a mis en évidence le maintien de l’intégrité de l’os spongieux primaire dans les

zones de formation endochondrale, une réduction soutenue de l’activité de la phosphatase

alcaline et une réduction transitoire des concentrations sériques de calcium et de phosphates,

effets qui sont associés à l’activité pharmacologique souhaitée de l’alendronate. La dose

nécessaire pour provoquer une néphrotoxicité chez l’espèce la plus sensible à cet égard, soit le

chien, correspondait à une dose

équivalant à au moins 100 mg chez un être humain. Cet effet

s’est aussi manifesté chez le rat, à des doses plus élevées. Seuls les rongeurs ont présenté une

intoxication gastro-intestinale, effet secondaire qui serait attribuable à l’action directe du

médicament sur la muqueuse et qui n’a été noté qu’à des doses supérieures à 2,5 mg/kg/j.

Carcinogenèse : Aucun indice d’effets cancérigènes n’a été observé au cours d’une étude de

105 semaines menée chez des rats ayant reçu des doses orales allant jusqu’à 3,75 mg/kg/j ou

lors d’une autre étude, de 92 semaines celle-là, menée chez des souris ayant reçu des doses

orales allant jusqu’à 10 mg/kg/jour.

Une augmentation (p = 0,003) de la fréquence des adénomes de la glande de Harder (une

glande rétroorbitaire inexistante chez l’humain) a été observée chez les souris femelles ayant

reçu des doses élevées d’alendronate au cours d’une étude de 92 semaines destinée à évaluer

le pouvoir cancérigène du médicament aux doses de 1, 3 et 10 mg/kg/jour (mâles) ou de 1, 2 et

5 mg/kg/jour (femelles). Par rapport à la surface corporelle (exprimée en mg/m

), ces doses

représentent 0,5 à 4 fois la dose de 10 mg administrée chez l’être humain.

Une augmentation (p = 0,003) de la fréquence d’adénomes des cellules parafolliculaires

(thyroïde) a été observée chez des rats mâles ayant reçu des doses élevées d’alendronate au

cours d’une étude de 2 ans destinée à évaluer le pouvoir cancérigène du médicament aux doses

de 1 et de 3,75 mg/kg. Par rapport à la surface corporelle (exprimée en mg/m

), ces doses

représentent 1 à 3 fois la dose de 10 mg chez l’être humain.

Calculée en fonction d’un patient pesant 50 kg.

Calculée en fonction d’un patient pesant 50 kg.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 42 de

52

Génotoxicité : Aucun signe de génotoxicité n’a été observé dans un essai de mutagenèse in vitro

avec ou sans activation métabolique. Nul signe n’a été observé non plus dans un essai in vitro de

mutagenèse de cellules de mammifères, dans l’élution alcaline de l’ADN d’hépatocytes de rat ou

dans un essai in vivo à la recherche d’aberrations chromosomiques chez des souris ayant reçu

des doses i.v. allant jusqu’à 25 mg/kg/jour (75 mg/m

). Cependant, des résultats légèrement

positifs ont été constatés en présence de cytotoxicité aux doses ≥ 5 mM dans un essai in vitro à

la recherche d’aberrations chromosomiques dans des cellules ovariennes du hamster chinois.

Ces résultats sont toutefois sans conséquence chez l’homme, puisqu’il est impossible

d’atteindre des concentrations semblables in vivo aux doses thérapeutiques. En outre, les

résultats nettement négatifs obtenus dans quatre des cinq études de génotoxicité, notamment

les études les plus pertinentes quant au pouvoir cancérigène de l’alendronate chez l’homme (la

recherche d’aberrations chromosomiques in vivo et l’épreuve de mutagenèse bactérienne), et

les résultats négatifs obtenus dans les études de carcinogenèse menées chez des rats et des

souris, permettent de conclure que l’alendronate ne présente pas de risque de génotoxicité ni

d’effets cancérigènes chez l’homme.

Toxicologie pour la reproduction et le développement : L’alendronate n’a pas eu d’effet sur la

fécondité ni sur le pouvoir de reproduction de rats mâles ou femelles ayant reçu des doses

pouvant atteindre 5 mg/kg/jour par voie orale. Seules des difficultés dues l’administration du

médicament ont observées lors de la mise bas, troubles qui sont directement liés à

l’hypocalcémie d’origine médicamenteuse. Ce problème peut être évité chez le rat par

l’administration de compléments de calcium. Enfin, il a été établi que la dose sans effet est de

1,25 mg/kg/jour.

Aucun effet défavorable n’a été observé lors d’études sur la toxicité pendant la phase de

développement chez des rats ayant reçu des doses allant jusqu’à 25 mg/kg/jour et chez des

lapins ayant reçu jusqu’à 35 mg/kg/jour.

17 MONOGRAPHIE AYANT SERVI DE RÉFÉRENCE

Monographie de FOSAMAX (comprimés, 70 mg), n

de contrôle de la présentation :

247669, Organon Canada Inc. (16 juillet 2021).

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 43 de

52

RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT, À L’INTENTION DES PATIENTS

VEUILLEZ LIRE LES RENSEIGNEMENTS SUR LE MÉDICAMENT CI-APRÈS, AFIN DE SAVOIR

COMMENT L’UTILISER DE MANIÈRE EFFICACE ET SANS DANGER

Pr

TEVA-ALENDRONATE

comprimés d’alendronate sodique

Veuillez lire le présent dépliant attentivement avant de commencer à prendre

TEVA-ALENDRONATE, puis chaque fois que vous faites renouveler votre ordonnance. Comme

il ne s’agit que d’un résumé, ce dépliant ne contient pas tous les renseignements au sujet de

ce médicament. Discutez de votre maladie et de son traitement avec votre professionnel de la

santé, et demandez-lui s’il existe de nouveaux renseignements sur TEVA-ALENDRONATE.

À quoi TEVA-ALENDRONATE sert-il?

TEVA-ALENDRONATE est utilisé chez l’adulte pour le traitement de l’ostéoporose chez

l’homme et chez la femme ménopausée.

L’ostéoporose consiste en un amincissement et un affaiblissement des os.

TEVA-ALENDRONATE aide à reconstruire le tissu osseux et à diminuer le risque de fracture.

TEVA-ALENDRONATE ne doit pas être utilisé chez les enfants de moins de 18 ans.

Comment TEVA-ALENDRONATE agit-il?

TEVA-ALENDRONATE renferme un ingrédient médicinal appelé alendronate sodique.

L’alendronate sodique appartient à une classe de médicaments non hormonaux appelés

bisphosphonates. Les biphosphonates sont semblables à une molécule fabriquée

naturellement dans votre corps qui décompose le tissu osseux. L’alendronate se lie aux

récepteurs dans votre corps pour empêcher la dégradation des os. Ce processus contribue

également à la reconstruction des os.

Quels sont les ingrédients de TEVA-ALENDRONATE?

Ingrédients médicinaux : alendronate sodique monohydraté.

Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, croscarmellose sodique et stéarate de

magnésium.

TEVA-ALENDRONATE est offert dans les formes pharmaceutiques suivantes :

TEVA-ALENDRONATE à 70 mg est offert sous la forme d’un comprimé convexe blanc à blanc

cassé ovale, gravé « N » sur un côté et « 70 » sur l’autre côté.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 44 de

52

Vous ne devez pas prendre TEVA-ALENDRONATE si :

Vous souffrez de troubles de l’œsophage (le tube qui relie la bouche à l’estomac).

Vous êtes dans l’incapacité de rester debout, ou assis le dos droit, durant au moins

30 minutes.

vous êtes allergique à l’alendronate sodique ou à tout autre ingrédient de TEVA-

ALENDRONATE. Si vous avez des doutes à ce sujet, consultez votre professionnel de la

santé avant de prendre TEVA-ALENDRONATE.

Vous présentez un faible taux sanguin de calcium.

Vous avez une maladie rénale GRAVE. En cas de doute, parlez-en avec votre médecin.

Avant de prendre TEVA-ALENDRONATE, consultez votre professionnel de la santé. Cela vous

permettra d’en faire bon usage et d’éviter certains effets secondaires. Informez-le de tous

vos problèmes de santé, en particulier si :

Vous présentez un faible taux de calcium sanguin ou une problème de santé qui nuit à

votre capacité d’absorber les minéraux (p. ex. une carence en vitamine D). Ce

problème de santé doit être traité avant que vous ne commenciez le traitement par

TEVA-ALENDRONATE. Votre médecin surveillera votre état pendant votre traitement.

Vous devez consommer une quantité suffisante de calcium et de vitamine D si vous

recevez déjà des glucocorticoïdes. Consultez votre médecin si vous avez des spasmes

musculaires ou des problèmes neurologiques (c.-à-d. des sensations anormales de

picotements ou de fourmillements).

Vous souffrez de troubles digestifs, par exemple, une difficulté à avaler, une maladie

de l’œsophage, un ulcère, une inflammation de la première partie de l’intestin grêle et

une inflammation de la paroi de l’estomac.

Vous présentez un risque d’ostéonécrose (lésion osseuse à la mâchoire). Consultez

votre médecin si vous devez subir une extraction dentaire. Votre médecin peut vous

demander de subir un examen dentaire avant de commencer à prendre TEVA-

ALENDRONATE. Vous pouvez également être à risque de présenter des lésions

osseuses à la mâchoire si vous :

êtes atteint d’un cancer;

avez ou avez eu des problèmes dentaires, ou une maladie des gencives ou des

dents;

avez une mauvaise hygiène buccale ou portez des dentiers qui sont mal ajustés;

souffrez d’anémie (nombre de globules rouges anormalement bas);

avez une infection;

êtes atteint d’un trouble de la coagulation, c’est-à-dire que votre sang ne peut

pas former des caillots de manière normale;

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 45 de

52

êtes diabétique (taux élevé de sucre dans le sang);

recevez une chimiothérapie ou une radiothérapie;

prenez des corticostéroïdes ou des immunosuppresseurs;

prenez des inhibiteurs de l’angiogenèse, c’est-à-dire des médicaments qui

ralentissent la croissance des nouveaux vaisseaux sanguins et qui sont utilisés

principalement pour traiter le cancer (p. ex. bevacizumab);

fumez ou avez déjà fumé;

consommez beaucoup d’alcool.

Vous avez ou avez déjà eu un problème médical, y compris une maladie rénale connue.

Vous avez des allergies.

Autres mises en garde pertinentes :

Troubles gastro-intestinaux

Si vous prenez TEVA-ALENDRONATE de façon incorrecte, vous risquez d’avoir des irritations à

l’œsophage.

Cessez de prendre TEVA-ALENDRONATE et consultez votre médecin si vous éprouvez de la

difficulté à avaler ou de la douleur lorsque vous avalez, des douleurs à la poitrine ou au

sternum, ou en cas d’apparition ou d’aggravation de brûlures d’estomac. Pour éviter les

irritations à l’œsophage et permettre au médicament d’atteindre l’estomac, suivez les

instructions suivantes :

Avalez chaque comprimé TEVA-ALENDRONATE avec un grand verre d’eau.

Vous ne devez PAS sucer ni croquer le comprimé.

Vous ne devez PAS vous allonger pendant au moins 30 minutes et avant d’avoir pris votre

premier repas de la journée.

NE prenez PAS TEVA-ALENDRONATE au coucher ni avant le lever.

Problèmes musculosquelettiques

Les médicaments comme TEVA-ALENDRONATE peuvent causer de graves douleurs osseuses,

articulaires ou musculaires. Ces symptômes peuvent être soulagés à l’arrêt du traitement. Un

traitement à long terme par TEVA-ALENDRONATE peut causer des fractures de stress

(traumatisme répétitif) ou des fractures à basse énergie (chutes depuis la position debout).

Votre médecin :

évaluera votre état s’il soupçonne que vous avez une fracture;

examinera la cause de la fracture de stress et fournira les soins appropriés;

interrompra votre traitement en fonction de votre état.

Problèmes aux yeux

Les médicaments comme TEVA-ALENDRONATE peuvent causer des problèmes visuels.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 46 de

52

Différentes parties de votre œil peuvent présenter une inflammation ou vous pouvez

contracter une infection aux yeux. Votre médecin peut mettre fin à votre traitement s’il

constate des symptômes d’inflammation.

Atteinte de la structure osseuse de l’oreille

Le traitement par TEVA-ALENDRONATE peut endommager la structure osseuse de vos oreilles.

Consultez votre médecin si vous ressentez une douleur à l’oreille ou si un liquide s’en écoule

pendant votre traitement par TEVA-ALENDRONATE.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Ne prenez pas TEVA-ALENDRONATE si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

Changements au mode de vie :

Consultez votre médecin avant d’apporter des changements à votre mode de vie pendant

votre traitement par TEVA-ALENDRONATE, par exemple en ce qui concerne votre régime

alimentaire, votre utilisation de suppléments ou vos activités physiques, ou encore avant de

cesser de fumer.

Conduite d’un véhicule et utilisation de machines :

Évitez d’effectuer des tâches qui pourraient nécessiter une attention particulière avant de

savoir comment vous réagissez à TEVA-ALENDRONATE. Certains effets secondaires qui ont été

rapportés avec TEVA-ALENDRONATE peuvent altérer votre capacité à conduire un véhicule ou

à faire fonctionner une machine.

Informez votre professionnel de la santé de tous les médicaments que vous prenez, qu’il

s’agisse de produits d’ordonnance ou en vente libre, de vitamines, de minéraux, de

suppléments naturels ou encore de produits de médecine douce.

Les produits qui suivent peuvent interagir avec TEVA-ALENDRONATE :

Certains médicaments ainsi que les suppléments de calcium et les antiacides perturbent

l’absorption de TEVA-ALENDRONATE s’ils sont pris en même temps que ce dernier. Par

conséquent, attendez au moins une demi-heure après avoir pris TEVA-ALENDRONATE

avant de prendre tout autre médicament par voie orale.

L’administration intraveineuse de ranitidine.

Les produits à base de plantes, les aliments et les boissons autres que l’eau ordinaire

peuvent avoir une fréquence sur votre capacité à absorber TEVA-ALENDRONATE.

Attendez au moins une demi-heure après avoir pris TEVA-ALENDRONATE avant de

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 47 de

52

consommer des produits à base de plantes, des aliments ou des boissons.

Comment prendre TEVA-ALENDRONATE?

Prenez toujours TEVA-ALENDRONATE exactement comme votre médecin ou votre

pharmacien vous a dit de le faire. Si vous avez des doutes à ce sujet, consultez votre

votre médecin ou votre pharmacien.

Il est important de continuer à prendre TEVA-ALENDRONATE pendant toute la période

prescrite par le médecin.

Il est possible que votre médecin vous demande de prendre du calcium et de la

vitamine D pendant le traitement par TEVA-ALENDRONATE.

Dose habituelle :

Prenez un comprimé TEVA-ALENDRONATE une fois par semaine.

Suivez rigoureusement les directives suivantes :

1. Choisissez le jour de la semaine qui cadre le mieux avec votre horaire. Cela fait, prenez

chaque semaine un comprimé TEVA-ALENDRONATE le jour que vous avez choisi.

2. Après le lever et avant de prendre tout aliment ou liquide, ou tout autre médicament,

avalez votre comprimé TEVA-ALENDRONATE avec de l’eau ordinaire uniquement (200 à

250 mL). Vous ne devez PAS sucer ni croquer le comprimé. Pour vous assurer que TEVA-

ALENDRONATE est absorbé par votre corps, NE prenez PAS TEVA-ALENDRONATE avec :

- de l’eau minérale;

- du café ou du thé;

- du jus.

Si l’eau que vous consommez habituellement est classée comme étant une « eau dure », vous

devriez envisager de prendre le médicament avec de l’eau distillée (et non avec de l’eau

minérale).

Après avoir pris le comprimé TEVA-ALENDRONATE, ne vous allongez pas – demeurez

debout, assis, ou marchez, le dos droit, durant au moins 30 minutes et ne vous allongez pas

avant d’avoir terminé votre premier repas de la journée.

NE PRENEZ PAS TEVA-ALENDRONATE au coucher ni avant le lever. Ces mesures

permettent à TEVA-ALENDRONATE :

d’atteindre l’estomac plus rapidement; et

de diminuer le risque d’irritation de l’œsophage (le tube qui relie la bouche à

l’estomac).

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 48 de

52

Après avoir pris TEVA-ALENDRONATE, attendez au moins 30 minutes avant de boire ou de

prendre votre premier repas, ou tout autre médicament, y compris des antiacides, des

suppléments de calcium ou des vitamines. TEVA-ALENDRONATE est efficace seulement si vous

le prenez à jeun.

Si vous commencez à éprouver de la difficulté à avaler, des douleurs lorsque vous avalez

ou des douleurs à la poitrine, ou si des brûlures d’estomac se manifestent ou s’aggravent,

cessez immédiatement de prendre TEVA-ALENDRONATE et communiquez avec votre médecin.

SURDOSAGE :

Si vous prenez une trop grande quantité de TEVA-ALENDRONATE, buvez un grand verre de lait

et communiquez immédiatement avec votre médecin. Ne vous faites pas vomir et ne vous

allongez pas.

Si vous, ou une personne dont vous vous prenez soin, avez pris une trop grande quantité de TEVA-

ALENDRONATE, communiquez immédiatement avec un professionnel de la santé, le service des

urgences d’un hôpital ou le centre antipoison de votre région, même en l’absence de symptômes.

Dose oubliée :

Si vous oubliez une dose de TEVA-ALENDRONATE, prenez-la le lendemain matin de votre

oubli. Ne prenez PAS deux doses le même jour. Poursuivez le schéma posologique établi, qui

est d’une dose une fois par semaine, et prenez la dose suivante au jour normalement prévu.

Quels sont les effets secondaires qui pourraient être associés à TEVA-ALENDRONATE?

La liste qui suit ne contient que quelques-uns des effets secondaires possibles de TEVA-

ALENDRONATE. Si vous ressentez un effet secondaire qui n’y figure pas, communiquez avec

votre professionnel de la santé.

Troubles digestifs

reflux d’acide

ballonnements

constipation

diarrhée

flatulences excessives

nausées

maux d’estomac

vomissements

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 49 de

52

Étourdissements, vertiges (sensation de rotation) ou altération du goût

Symptômes transitoires ressemblant à ceux de la grippe (accompagnés de fièvre dans

de rares cas) et/ou sensation de malaise général

Enflure aux articulations ou enflure des mains ou des jambes

Manque ou perte de force

Ulcères buccaux, lesquels ont été observés chez des patients qui avaient croqué les

comprimés ou les avaient laissés se dissoudre dans la bouche

Crampes ou douleurs musculaires

Problèmes cutanés

éruption cutanée qui peut être aggravée par la lumière du soleil

perte de cheveux

démangeaisons

EFFETS SECONDAIRES GRAVES ET MESURES À PRENDRE

Symptôme/Effet

Consultez votre

professionnel de la santé

Cessez de

prendre le

médicame

nt et

obtenez

immédiat

ement

une

assistance

médicale

Dans les

cas graves

seulement

Dans tous

les cas

Peu fréquent

Réactions allergiques telles que :

urticaire

enflure du visage, des lèvres, de la langue et/ou de

la gorge

difficulté à respirer ou à avaler

Douleurs osseuses, articulaires et/ou musculaires

graves

Douleur inhabituelle ou nouvelle dans la hanche ou la

cuisse

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 50 de

52

EFFETS SECONDAIRES GRAVES ET MESURES À PRENDRE

Symptôme/Effet

Consultez votre

professionnel de la santé

Cessez de

prendre le

médicame

nt et

obtenez

immédiat

ement

une

assistance

médicale

Dans les

cas graves

seulement

Dans tous

les cas

Peu fréquent

Inflammation ou ulcères à l’œsophage causant :

douleurs à la poitrine

brûlures d’estomac

difficulté à avaler ou douleur lorsque vous avalez

Inflammation à l’estomac, ulcères d’estomac ou tout

autre ulcère gastroduodénal, parfois associés à la

présence de selles noirâtres ou contenant du sang

Problèmes de mâchoire associés à un retard de

guérison ou à une infection, souvent à la suite d’une

extraction dentaire

Inflammation oculaire associée aux symptômes

suivants : douleur oculaire, rougeur oculaire,

sensibilité à la lumière, diminution de la vue

Syndrome de Stevens-Johnson et épidermolyse

bulleuse toxique (réactions cutanées graves) :

rougeurs, formation de cloques ou desquamation sur

de grandes étendues de peau

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 51 de

52

EFFETS SECONDAIRES GRAVES ET MESURES À PRENDRE

Symptôme/Effet

Consultez votre

professionnel de la santé

Cessez de

prendre le

médicame

nt et

obtenez

immédiat

ement

une

assistance

médicale

Dans les

cas graves

seulement

Dans tous

les cas

Peu fréquent

Faible taux de calcium dans le sang (hypocalcémie) :

- engourdissements ou picotements autour de la

bouche ou dans les mains ou les pieds

- spasmes musculaires au niveau du visage, des mains

ou des pieds

Rare

Mal d’oreille persistant

Si vous éprouvez un symptôme ou un effet secondaire qui ne figure pas dans cette liste ou qui

devient gênant au point de vous empêcher de vaquer à vos occupations quotidiennes, parlez-en

à votre professionnel de la santé.

Pr

TEVA-ALENDRONATE (alendronate sodique)

Page 52 de

52

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer à Santé Canada les effets secondaires soupçonnés associés avec l’utilisation

d’un produit de santé de l’une des deux façons suivantes :

en visitant le site Web consacré à la déclaration des effets indésirables

(https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-

canada/declaration-effets-indesirables.html) pour savoir comment faire une déclaration en

ligne, par courrier ou par télécopieur; ou

en composant sans frais le 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous avez besoin de renseignements sur

le traitement des effets secondaires. Le programme Canada Vigilance ne donne pas de conseils

médicaux.

Conservation :

Conservez les flacons et les plaquettes alvéolées de TEVA-ALENDRONATE entre 15 °C et 30 °C.

Ne prenez pas ce médicament après le mois et l’année indiqués à la suite de l’inscription EXP

sur l’emballage.

Gardez hors de la portée et de la vue des enfants.

Pour de plus amples renseignements au sujet de TEVA-ALENDRONATE :

Communiquez avec votre professionnel de la santé.

Consultez la monographie complète de ce produit, rédigée à l’intention des professionnels

de la santé et comprenant les présents renseignements sur le médicament à l’intention

des patients, en visitant le site Web de Santé Canada (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments/base-donnees-produits-

pharmaceutiques.html) ou celui du fabricant (www.tevacanada.com), en composant le

1-800-268-4127, poste 3, ou en faisant parvenir un courriel à druginfo@tevacanada.com.

Le présent dépliant a été rédigé par :

Teva Canada Limitée

30 Novopharm Court

Toronto (Ontario)

M1B 2K9

Canada

www.tevacanada.com

Dernière révision : 31 mai 2022

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information