SANDOZ ZOPICLONE Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Zopiclone
Disponible depuis:
SANDOZ CANADA INCORPORATED
Code ATC:
N05CF01
DCI (Dénomination commune internationale):
ZOPICLONE
Dosage:
5MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Zopiclone 5MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
100
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
MISCELLANEOUS ANXIOLYTICS SEDATIVES AND HYPNOTICS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0122562002; AHFS: 28:24.92
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02257572
Date de l'autorisation:
2006-02-17

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

SANDOZ ZOPICLONE

Zopiclone

Comprimés dosés à 5,0 et à 7,5 mg

Hypnotique et sédatif

Sandoz Canada Inc.

Date de révision:

145, Jules-Léger

23 août 2017

Boucherville, Quebec

J4B 7K8

Numéro de contrôle de la présentation: 208569

Sandoz Zopiclone

Page 2 de 43

Tables des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ .............. 3

RENSEIGNEMENTS

SOMMAIRES

PRODUIT ......................................................... 3

INDICATIONS

USAGE

CLINIQUE ..................................................................................... 4

CONTRE-INDICATIONS ........................................................................................................... 4

MISES

GARDE

PRÉCAUTIONS ................................................................................... 4

EFFETS

INDÉSIRABLES ......................................................................................................... 13

INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES ............................................................................... 15

POSOLOGIE

ADMINISTRATION..................................................................................... 16

SURDOSAGE ............................................................................................................................ 17

MODE

D’ACTION

PHARMACOLOGIE

CLINIQUE ....................................................... 18

CONSERVATION

STABILITÉ .......................................................................................... 21

FORMES

PHARMACEUTIQUES,

COMPOSITION

CONDITIONNEMENT ................. 21

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ........................................................... 23

RENSEIGNEMENTS

PHARMACEUTIQUES ........................................................................ 23

ESSAIS

CLINIQUES ................................................................................................................. 24

PHARMACOLOGIE

DÉTAILLÉE ........................................................................................... 25

TOXICOLOGIE ......................................................................................................................... 27

RÉFÉRENCES ........................................................................................................................... 34

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ................................... 39

Sandoz Zopiclone

Page 3 de 43

Pr

Sandoz Zopiclone

Zopiclone

Comprimés dosés à 5,0 et à 7,5 mg

Hypnotique et sédatif

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie

d’administration

Forme pharmaceutique

/ Teneur

Tous les ingrédients non médicinaux

Orale

Comprimés de 5 mg et

7,5 mg

amidon de maïs, croscarmellose sodique,

dioxyde de titane, hydrogénophosphate de

calcium, hydroxypropylméthyl cellulose,

lactose, maltodextrine, polydextrose,

polyéthylène glycol, stéarate de magnésium et

triacétylglycérol.

Le comprimé à 5 mg contient aussi :

amidon de maïs,

hydroxypropylméthylcellulose,

maltodextrine, polydextrose,

polyéthylèneglycol et triacétine.

Le comprimé à 7,5 mg contient aussi : laque

d'aluminium bleu brillant F.C.F., laque

MISE EN GARDE : RISQUES LIÉS À L’UTILISATION CONCOMITANTE

D’OPIOÏDES

L’utilisation concomitante de zopiclone et d’opioïdes peut entraîner une sédation

profonde, une dépression respiratoire, un coma ou la mort (voir la section MISES EN

GARDE, Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines).

Ne prescrire l’utilisation concomitante de ces agents qu’aux patients pour lesquels

il n’existe pas d’autres options thérapeutiques adéquates.

Prescrire les doses efficaces les plus faibles et les durées minimales de traitement.

Suivre les patients de près afin de pouvoir déceler tout signe ou symptôme de

dépression respiratoire et de sédation.

Sandoz Zopiclone

Page 4 de 43

d'aluminium carmin d'indigo, laque

d'aluminium jaune de quinoléine.

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

Les troubles du sommeil peuvent constituer la manifestation apparente d’un trouble physique

et/ou psychiatrique. En conséquence, la décision d’entreprendre un traitement symptomatique de

l’insomnie doit être prise seulement après une évaluation soignée du patient.

Sandoz Zopiclone (zopiclone) est indiqué pour le traitement de courte durée et le soulagement

symptomatique de l’insomnie caractérisée par des difficultés d’endormissement, des réveils

nocturnes fréquents et/ou un réveil précoce.

On ne doit généralement pas administrer Sandoz Zopiclone pendant plus de 7 à 10 jours

consécutifs. L’emploi de ce médicament pendant plus de 2 ou 3 semaines consécutives nécessite

une réévaluation complète du patient. Il convient de prescrire Sandoz Zopiclone pour des

périodes de traitement de courte durée (7 à 10 jours) et il ne faut pas le prescrire en quantité

supérieure à plus de 1 mois de traitement.

L’usage des hypnotiques doit être limité au traitement des cas d’insomnie qui perturbe les

capacités fonctionnelles du patient pendant le jour.

Personnes âgées (> 65 ans)

Étant donné que certains des effets indésirables de la zopiclone peuvent être liés à la dose, il faut

prescrire aux personnes âgées la plus petite dose faisant preuve d’efficacité. Une sédation

profonde inappropriée peut entraîner des chutes ou d’autres accidents fâcheux (voir POSOLOGIE

ET ADMINISTRATION).

Enfants (< 18 ans)

L’innocuité et l’efficacité de la zopiclone n’ayant pas été établies chez l’enfant et l’adolescent

âgé de moins de 18 ans, cet agent n’est pas indiqué dans cette population.

CONTRE-INDICATIONS

Sandoz Zopiclone est contre-indiqué chez les patients présentant :

Une hypersensibilité connue au médicament ou à tout ingrédient entrant dans sa

composition. Pour en connaître la liste complète, reportez-vous à la section FORMES

PHARMACEUTIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT.

Une myasthénie grave.

Une insuffisance hépatique grave.

Une insuffisance respiratoire grave (p. ex. un syndrome grave d’apnée du sommeil).

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Sandoz Zopiclone

Page 5 de 43

Mises en garde et précautions importantes

Les troubles du sommeil peuvent constituer la manifestation apparente d’un trouble

physique et/ou psychiatrique. En conséquence, la décision d’entreprendre un traitement

symptomatique de l’insomnie doit être prise seulement après une évaluation soignée du

patient.

Sandoz Zopiclone (zopiclone) doit être utilisé avec prudence chez les patients qui ont des

antécédents de réactions paradoxales consécutives à l’ingestion d’alcool et/ou de sédatifs.

L’emploi des benzodiazépines pendant la grossesse peut causer des anomalies fœtales

(voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Il faut aviser le patient de ne pas prendre la zopiclone s’il sait qu’il ne pourra pas dormir

une nuit complète avant de reprendre ses activités normales, car le médicament n’aura pas

eu le temps d’être éliminé de l’organisme.

Conduite automobile et autres situations exigeant de la vigilance mentale :

Compte tenu des propriétés pharmacologiques et de l’effet dépresseur de la zopiclone sur

le système nerveux central (SNC), Sandoz Zopiclone peut perturber la capacité à conduire

un véhicule ou à utiliser des machines. On doit donc déconseiller aux patients qui

reçoivent ce médicament de se livrer à des activités dangereuses exigeant une grande

vigilance mentale, notamment la conduite d’un véhicule ou l’utilisation de machines.

Pour ces mêmes raisons, il faut déconseiller aux patients de prendre de l’alcool ou un

dépresseur du SNC en même temps que la zopiclone (voir INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES).

Généralités

Les benzodiazépines et les agents de type benzodiazépine doivent être utilisés avec extrême

prudence chez les patients ayant des antécédents d’alcoolisme ou de toxicomanie.

Étant donné que certains des effets indésirables de la zopiclone peuvent être liés à la dose, il faut

prescrire la plus petite dose faisant preuve d’efficacité, particulièrement aux personnes âgées.

Une sédation profonde inappropriée peut entraîner des chutes ou d’autres accidents fâcheux chez

les personnes âgées. L’utilisation de la dose efficace la plus faible est également compatible avec

la prise en charge d’autres risques liés à la dose de zopiclone (voir ci-après : Amnésie,

Comportements complexes associés au sommeil, Effets dépresseurs sur le SNC et risque

d’affaiblissement des facultés du lendemain, et Toxicomanie, pharmacodépendance et sevrage).

Avant de prescrire un hypnotique, il convient d’identifier la cause de l’insomnie, si possible, et de

traiter les facteurs sous-jacents. Un échec thérapeutique après 7 à 10 jours de traitement peut

témoigner de l’existence d’un trouble psychiatrique primitif, d’une maladie organique, ou encore

d’une erreur d’appréciation du sommeil.

L’aggravation de l’insomnie ou l’apparition de nouveaux troubles de la pensée ou du

comportement peuvent provenir d’un trouble psychiatrique ou physique non diagnostiqué. On a

également signalé ce genre de manifestations chez des patients qui prenaient des médicaments

qui agissent sur les récepteurs des benzodiazépines.

Sandoz Zopiclone

Page 6 de 43

Il faut utiliser Sandoz Zopiclone avec prudence chez les patients ayant des antécédents de

réactions paradoxales consécutives à l’ingestion d’alcool ou de sédatifs.

Les comprimés Sandoz Zopiclone contiennent du lactose. Les personnes atteintes de cette

maladie héréditaire rare qu’est l’intolérance au galactose (galactosémie ou malabsorption du

glucose-galactose) ne doivent pas prendre les comprimés Sandoz Zopiclone.

Pouvoir carcinogène et pouvoir mutagène

Voir la section TOXICOLOGIE.

Toxicomanie, pharmacodépendance et sevrage

L’utilisation de sédatifs-hypnotiques comme Sandoz Zopiclone peut entraîner l’apparition d’une

dépendance physique ou psychologique, ou encore une toxicomanie. Le risque de dépendance ou

de toxicomanie augmente avec la dose et la durée du traitement, de même qu’avec la prise

concomitante d’alcool ou d’autres agents psychotropes; il est également plus élevé chez les

patients qui ont des antécédents d’alcoolisme ou de toxicomanie, et chez ceux qui ont

d’importants troubles de la personnalité. L’anxiété diurne qui peut survenir entre deux doses et

l’anxiété réactionnelle sont susceptibles d’augmenter le risque de dépendance à la zopiclone chez

les patients qui reçoivent ce médicament.

Si une dépendance physique s’est développée chez un patient, l’interruption brusque du

traitement s’accompagnera de symptômes de sevrage.

Des symptômes de sevrage semblables à ceux qui sont observés avec l’emploi de barbituriques

ou d’alcool (convulsions, tremblements, crampes abdominales et musculaires, vomissements,

transpiration, dysphorie, troubles de la perception et insomnie) sont apparus après l’arrêt soudain

d’un traitement par des benzodiazépines et des agents de type benzodiazépine, notamment la

zopiclone. Les symptômes les plus graves sont habituellement associés à la prise de doses élevées

et à un usage prolongé, mais il se peut que le patient ayant reçu des doses thérapeutiques pendant

seulement 1 ou 2 semaines présente de tels symptômes, notamment une anxiété pendant le jour

survenant pendant l’intervalle qui sépare 2 prises nocturnes.

En conséquence, chez les patients ayant pris ce médicament pendant plus de quelques semaines,

on doit éviter l’arrêt soudain du traitement et on recommande de réduire les doses

progressivement. La réduction progressive des doses est particulièrement importante chez les

patients ayant des antécédents de convulsions (voir EFFETS INDÉSIRABLES, Symptômes de

sevrage).

Comme dans le cas de tout hypnotique, il ne faut renouveler l’ordonnance que si le patient est

sous surveillance médicale.

Il peut être utile, au moment de commencer le traitement, d’expliquer au patient que celui-ci sera

de durée limitée, et de lui expliquer précisément de quelle façon la posologie sera graduellement

réduite.

Dépression et suicidalité:

Sandoz Zopiclone

Page 7 de 43

Plusieurs études épidémiologiques ont mis en évidence une hausse des taux de suicide et de

tentative de suicide chez des patients atteints ou non d’une dépression, des patients traités avec

des benzodiazépines et d’autres hypnotiques, incluant le zopiclone. Aucun rapport de cause à

effet n'a été établi.

Tolérance

Si l’efficacité des autres hypnotiques peut diminuer quelque peu en cas d’utilisation répétée,

aucune tolérance n’a été constatée avec la zopiclone chez des patients qui en ont reçu pendant

une période pouvant aller jusqu’à quatre semaines.

Populations particulières

Sandoz Zopiclone doit être utilisé avec prudence chez les patients atteints d’insuffisance

hépatique ou rénale, ou encore d’insuffisance pulmonaire chronique grave. On recommande

d’ailleurs d’ajuster la posologie chez ces patients (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

On a signalé des cas de dépression respiratoire chez des patients dont la fonction respiratoire était

compromise. Comme les hypnotiques ont la capacité de déprimer le tonus respiratoire, des

précautions doivent être observées si Sandoz Zopiclone est prescrit à des patients souffrant

d’insuffisance respiratoire.

La zopiclone est contre-indiquée chez les patients atteints de myasthénie grave, d’insuffisance

hépatique grave ou d’insuffisance respiratoire grave (p. ex. en présence d’un syndrome grave

d’apnée du sommeil; voir CONTRE-INDICATIONS).

Réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes graves

De rares cas d’œdème de Quincke intéressant la langue, la glotte ou le larynx ont été signalés

après la prise d’une dose initiale ou de doses subséquentes de zopiclone ou d’autres

sédatifshypnotiques. Certains patients ont également présenté des symptômes additionnels

évocateurs de réaction anaphylactique, comme la dyspnée, la fermeture de la gorge ou des

nausées et des vomissements. D’autres ont dû recevoir des soins médicaux d’urgence. L’œdème

de Quincke peut entraîner une obstruction respiratoire lorsqu’il touche la gorge, la glotte ou le

larynx, situation qui peut s’avérer mortelle. Les patients victimes d’œdème de Quincke après la

prise de Sandoz Zopiclone ne doivent plus utiliser ce médicament.

Neurologie

Conduite automobile et autres situations exigeant de la vigilance mentale

Compte tenu des propriétés pharmacologiques et de l’effet dépresseur de la zopiclone sur le SNC,

ce médicament peut perturber la capacité à conduire un véhicule ou à utiliser des machines. On

doit donc conseiller aux patients qui le reçoivent de ne pas se livrer à des activités dangereuses

exigeant une grande vigilance mentale, notamment la conduite d’un véhicule ou l’utilisation de

machines. Pour ces mêmes raisons, il faut leur déconseiller de prendre de l’alcool ou un

dépresseur du SNC en même temps que la zopiclone (voir INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES).

Effets dépresseurs sur le SNC et risque d’affaiblissement des facultés du lendemain

Comme d’autres médicaments sédatifs/hypnotiques, Sandoz Zopiclone a des effets dépresseurs

sur le SNC. Parce qu’il agit rapidement, Sandoz Zopiclone doit être pris juste avant d’aller au lit.

Sandoz Zopiclone

Page 8 de 43

On doit déconseiller aux patients de se livrer à des activités dangereuses exigeant une grande

vigilance mentale ou de la coordination motrice, comme la conduite d’un véhicule motorisé ou

l’utilisation de machines, après la prise du médicament.

La capacité de s’adonner à de telles activités peut être perturbée le jour suivant la prise de Sandoz

Zopiclone. Le risque d’une perturbation psychomotrice du lendemain, y compris la diminution de

la capacité de conduire, augmente lorsque la zopiclone est prise au cours d’une nuit de sommeil

incomplète, lors de la prise d’une dose supérieure à la dose recommandée et en cas

d’administration concomitante d’autres dépresseurs du SNC ou d’autres médicaments qui

augmentent la concentration de zopiclone dans le sang. Les patients doivent être avertis de ne pas

prendre Sandoz Zopiclone en pareilles circonstances.

La dose efficace la plus faible pour le patient devrait être utilisée.

La zopiclone ne doit pas être prise avec de l’alcool ou d’autres hypnotiques sédatifs (y compris

d’autres produits à base de zopiclone) au coucher ou au milieu de la nuit. Si l’utilisation

concomitante d’un autre dépresseur du SNC ou d’un médicament qui augmente la concentration

sanguine de zopiclone est cliniquement justifiée, des ajustements de la posologie de zopiclone

peuvent être nécessaires.

Même si la zopiclone est prise comme indiqué, certains patients peuvent encore avoir une

concentration sanguine de zopiclone suffisamment élevée pour ressentir un affaiblissement des

facultés dans la matinée (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION et INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES).

Information à transmettre aux patients concernant le risque d’affaiblissement des facultés du

lendemain : Informez les patients que Sandoz Zopiclone peut causer un affaiblissement des

facultés le lendemain et que ce risque augmente si les instructions posologiques ne sont pas

suivies à la lettre. Informez les patients de ne pas conduire un véhicule ni se livrer à des activités

dangereuses exigeant une grande vigilance avant de connaître la façon dont le médicament les

affecte le lendemain. Informez les patients qu’ils doivent attendre au moins 12 heures après la

prise de Sandoz Zopiclone avant de conduire un véhicule ou de se livrer à d’autres activités

nécessitant une grande vigilance mentale, même s’ils ont pris Sandoz Zopiclone selon les

instructions et ne se sentent pas somnolents le matin; cela est particulièrement important pour les

personnes âgées et les patients qui prennent la dose de 7,5 mg. Informez les patients que

l’affaiblissement des facultés le lendemain peut être présent malgré un sentiment d’éveil complet.

Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines.

L'utilisation concomitante de benzodiazépines, incluant le zopiclone, peut entraîner une sédation,

une dépression respiratoire, un coma ou la mort. Compte tenu de ces risques, ne prescrire

l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines, qu’aux patients pour lesquels il

n’existe d’autres options thérapeutiques adéquates.

S’il est décidé de prescrire l’utilisation concomitante de zopiclone et d’opioïdes, les doses

efficaces les plus faibles ainsi que les durées minimales de traitements concomitants doivent être

prescrites. Ces patients doivent être suivis de près afin de pouvoir déceler tout signe ou

symptôme de dépression respiratoire et de sédation (voir INTÉRACTIONS

Sandoz Zopiclone

Page 9 de 43

MÉDICAMENTEUSES).

Amnésie

On a signalé des cas d’amnésie antérograde plus ou moins graves suivant l’administration de

doses thérapeutiques de benzodiazépines ou d’agents de type benzodiazépine. Ce phénomène est

rarement observé avec la zopiclone. Une amnésie antérograde peut se produire, en particulier si le

sommeil est interrompu ou que le patient tarde à se mettre au lit après la prise du médicament.

L’amnésie antérograde est un phénomène lié à la dose administrée; les personnes âgées seraient

particulièrement à risque.

Chez les personnes qui prenaient des benzodiazépines, on a également signalé des cas d’amnésie

globale passagère et d’« amnésie du voyageur », ces derniers étant survenus chez des personnes

qui avaient pris ce genre de médicament pour s’endormir, souvent au milieu de la nuit, au cours

d’un voyage. L’amnésie globale passagère et l’amnésie du voyageur sont imprévisibles et ne sont

pas nécessairement associées à la dose administrée.

Pour réduire le risque d’amnésie antérograde, le patient doit veiller à prendre le médicament juste

avant d’aller dormir. Il faut aviser le patient de ne pas prendre Sandoz Zopiclone s’il sait qu’il ne

pourra pas dormir une nuit complète avant de reprendre ses activités normales, car le médicament

n’aura pas eu le temps d’être éliminé de l’organisme.

Comportements complexes associés au sommeil

Divers comportements complexes associés au sommeil, comme la conduite en état de sommeil

(c.-à-d. la conduite d’un véhicule par un sujet qui n’est pas encore complètement éveillé après la

prise d’un sédatif-hypnotique et qui oubliera son geste) ont été signalés chez des patients qui

avaient pris de la zopiclone. D’autres comportements potentiellement dangereux ont été signalés

chez des patients qui ont quitté leur lit après avoir pris un sédatif-hypnotique et qui n’étaient pas

encore totalement éveillés, notamment la préparation et la consommation d’aliments, l’utilisation

du téléphone, le départ du domicile, etc. Comme dans les cas de conduite en état de sommeil, les

patients ne se souviennent généralement pas de leurs gestes. Bien que des comportements

complexes associés au sommeil puissent survenir chez des patients n’ayant reçu que de la

zopiclone aux doses recommandées, la consommation concomitante d’alcool ou la prise d’autres

dépresseurs du SNC en même temps que la prise de zopiclone semblent augmenter le risque que

le patient ait de telles réactions, tout comme la prise d’une quantité de zopiclone supérieure à la

dose recommandée.

Sandoz Zopiclone et l’alcool ne doivent pas être pris en même temps.

La zopiclone doit être utilisée avec prudence chez les patients qui prennent d’autres dépresseurs

du SNC.

La prudence est de mise chez les patients qui ont des antécédents personnels ou familiaux de

somnambulisme. Bien que des comportements complexes associés au sommeil aient été signalés

chez des patients qui avaient des antécédents de somnambulisme comme chez d’autres qui n’en

avaient pas, il est possible que certains patients prédisposés soient davantage susceptibles de

présenter de tels comportements durant un traitement par Sandoz Zopiclone.

Sandoz Zopiclone

Page 10 de 43

L’utilisation de Sandoz Zopiclone n’est pas recommandée chez les patients atteints d’autres

troubles qui ont une incidence sur le sommeil et qui induisent de fréquents réveils (p. ex. apnée

du sommeil, syndrome de mouvements périodiques des jambes, syndrome des jambes sans

repos), car ces patients peuvent également être plus susceptibles d’avoir des comportements

complexes associés au sommeil.

Le traitement par Sandoz Zopiclone doit être limité à de courtes périodes (voir INDICATIONS

ET USAGE CLINIQUE et POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Les patients doivent être avertis de ne pas dépasser la dose recommandée.

L’utilisation concomitante de zopiclone et d’inhibiteurs puissants du CYP3A4 commande la

prudence (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

En raison des risques qu’ils présentent pour le patient lui-même et pour son entourage, on doit

sérieusement songer à interrompre le traitement par Sandoz Zopiclone chez les patients qui

signalent avoir eu des comportements complexes associés au sommeil.

Insomnie de rebond

L’interruption du traitement par un hypnotique peut donner lieu à un syndrome passager dans

lequel les symptômes qui avaient commandé l’administration d’une benzodiazépine ou d’un

agent de type benzodiazépine reviennent en force. Ce syndrome peut du reste être accompagné

d’autres réactions, notamment de variations de l’humeur, d’anxiété et d’agitation.

Étant donné que ce phénomène est plus susceptible de se produire après une interruption brusque

du traitement – en particulier si ce dernier a cours depuis longtemps –, on recommande de

diminuer la posologie graduellement et d’informer le patient en conséquence (voir EFFETS

INDÉSIRABLES). Il est important que le patient soit conscient de la possibilité d’insomnie de

rebond; ainsi, lorsque le traitement sera interrompu, l’anxiété créée par l’anticipation de tels

symptômes sera moins prononcée.

Psychiatrie

Troubles de la pensée et modifications comportementales psychotiques

On a signalé, quoique rarement, la survenue de troubles de la pensée et d’autres modifications du

comportement chez des personnes qui prenaient des benzodiazépines ou des agents de type

benzodiazépine, y compris la zopiclone (voir EFFETS INDÉSIRABLES). Certaines de ces

modifications peuvent être caractérisées par une diminution de l’inhibition et se manifester par un

comportement agressif ou extraverti d’allure excessive, semblable à celui que l’on observe après

la prise d’alcool ou d’autres dépresseurs du SNC (p. ex. les sédatifs/hypnotiques). Il faut être

particulièrement prudent lorsqu’on traite des patients ayant des antécédents de comportement

violent ou de réactions inhabituelles suite à l’administration de sédatifs, dont l’alcool, les

benzodiazépines ou les agents de type benzodiazépine. Les modifications de comportement de

nature psychotique signalées comprennent les comportements bizarres, l’énervement, l’agitation,

l’irritabilité, les hallucinations, le délire, la colère, les cauchemars et la dépersonnalisation. Ces

troubles du comportement associés à l’emploi de benzodiazépines ou d’agents de type

benzodiazépine ont été signalés plus souvent lors d’une utilisation prolongée et/ou de doses

Sandoz Zopiclone

Page 11 de 43

élevées, mais peuvent survenir pendant un traitement de courte durée, un traitement d’entretien

ou pendant la période de sevrage.

On peut rarement établir avec certitude les causes des troubles du comportement. Ces troubles

peuvent en effet être imputables à une pharmacothérapie, survenir spontanément ou découler

d’un trouble psychiatrique sous-jacent. Néanmoins, l’apparition de tout nouveau signe ou

symptôme préoccupant de troubles du comportement exige une évaluation soignée et immédiate.

Si tel est le cas, l’utilisation du médicament doit être interrompue. La survenue de telles réactions

est plus probable chez les personnes âgées.

Fonction cognitive

Les benzodiazépines et les agents de type benzodiazépine affectent le rendement intellectuel,

notamment la capacité de concentration, l’attention et la vigilance. Le risque de confusion est

plus élevé chez les patients âgés et les patients présentant une atteinte cérébrale.

Anxiété et agitation

Des cas d’augmentation de l’anxiété et/ou de l’agitation diurne ont été observés chez des patients

traités par la zopiclone. Cette manifestation peut être due à un sevrage interdose causé par la

courte demi-vie d’élimination du médicament.

Dépression

Il faut utiliser Sandoz Zopiclone avec prudence chez les patients présentant des signes et des

symptômes de dépression qui pourraient s’aggraver avec l’emploi d’agents hypnotiques. Les

risques d’automutilation (p. ex. surdosage intentionnel) étant élevés chez les patients dépressifs,

ceux-ci ne devraient avoir en leur possession que la plus petite quantité nécessaire de

médicament.

Comme dans le cas des autres hypnotiques, la zopiclone ne constitue pas un traitement contre la

dépression; au contraire, elle peut même en masquer les symptômes.

Fonction rénale

La zopiclone doit être administrée avec prudence chez les patients atteints d’insuffisance rénale.

On recommande d’ajuster la posologie en conséquence (voir POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION).

Peau

Les éruptions cutanées peuvent être le signe d’une hypersensibilité médicamenteuse.

L’administration de zopiclone doit être interrompue si une éruption cutanée apparaît (voir

EFFETS INDÉSIRABLES).

Populations et cas particuliers

Grossesse

L’emploi de la zopiclone durant la grossesse n’est pas recommandé.

L’emploi des benzodiazépines pendant la grossesse peut causer des anomalies fœtales. Les

résultats de plusieurs études portent à croire que l’emploi des benzodiazépines pendant le premier

trimestre de la grossesse occasionne une augmentation du risque de malformations congénitales.

Sandoz Zopiclone

Page 12 de 43

On ne dispose pas de données suffisantes permettant d’établir l’innocuité de la zopiclone pendant

la grossesse. C’est pourquoi l’utilisation de Sandoz Zopiclone pendant la grossesse n’est pas

recommandée. Toute femme en âge de procréer à qui on prescrit Sandoz Zopiclone doit être

avisée des risques possibles pour le fœtus et incitée à consulter son médecin afin de cesser le

traitement si elle prévoit devenir enceinte ou pense être enceinte.

Pendant les dernières semaines de la grossesse, l’administration de benzodiazépines à des doses

thérapeutiques a entraîné une dépression du SNC chez le nouveau-né attribuable à la distribution

transplacentaire. On peut s’attendre à observer des effets semblables lors de l’utilisation de la

zopiclone, étant donné ses effets pharmacologiques. Des effets tels qu’hypothermie, hypotonie et

dépression respiratoire sont à prévoir chez le nouveau-né si la mère a reçu Sandoz Zopiclone au

cours des trois derniers mois de la grossesse ou pendant le travail.

L’utilisation chronique d’agents sédatifs/hypnotiques en fin de grossesse peut créer une

dépendance physique chez l’enfant et exposer le nouveau-né à des symptômes de sevrage

pendant la période postnatale.

Allaitement

La zopiclone est excrétée dans le lait maternel, à des concentrations pouvant atteindre 50 % des

taux plasmatiques. On ne dispose pas de données suffisantes sur la zopiclone pour évaluer son

innocuité durant l’allaitement. Par conséquent, l’administration de Sandoz Zopiclone chez les

mères qui allaitent n’est pas recommandée.

Enfants (< 18 ans)

L’innocuité et l’efficacité de la zopiclone chez l’enfant et l’adolescent âgés de moins de 18 ans

n’ont pas été établies. Sandoz Zopiclone ne doit pas être prescrit aux enfants.

Personnes âgées (≥ 65 ans)

Les patients âgés sont particulièrement vulnérables aux effets indésirables liés à la dose, tels que

la somnolence, les étourdissements ou les troubles de la coordination. Une sédation excessive et

inappropriée peut entraîner des chutes ou des accidents fâcheux. En conséquence, la dose de

Sandoz Zopiclone ne doit pas dépasser 5 mg chez les personnes âgées (voir POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION, Personnes âgées). L’amnésie antérograde est un phénomène associé à la

dose auquel les personnes âgées peuvent être particulièrement sensibles.

Surveillance et épreuves de laboratoire

On a signalé des cas isolés de résultats de tests anormaux quant aux paramètres suivants :

augmentation des valeurs d’AST, d’ALT ou de phosphatase alcaline.

Opioïdes

L'utilisation concomitante de benzodiazépines, incluant le zopiclone, et les opioïdes est un facteur

accru de risque de sédation, de dépression respiratoire de coma ou de mort en raison des effets

dépresseurs additifs. L'administration concomitante de benzodiazépines et d’opioïdes doit être

utilisée avec prudence à doses et durée d’utilisation réduites (voir MISES EN GARDE).

Sandoz Zopiclone

Page 13 de 43

EFFETS INDÉSIRABLES

Aperçu des effets indésirables du médicament

L’effet indésirable le plus fréquent associé à l’emploi de la zopiclone est une perturbation du goût

(goût amer). La somnolence marquée et/ou les troubles de la coordination sont les manifestations

d’une intolérance au médicament ou de l’administration de doses excessives.

Effets indésirables du médicament observés durant les essais cliniques

Les essais cliniques étant menés dans des conditions très particulières, il est possible que les taux

d’effets indésirables observés dans ces conditions ne reflètent pas les taux observés en pratique.

Par conséquent, ces taux ne doivent pas être comparés aux taux observés dans le cadre d’essais

cliniques portant sur un autre médicament. Les renseignements que les essais cliniques

fournissent sur les effets indésirables d’un médicament sont utiles pour déterminer les

événements indésirables associés aux médicaments, et pour en évaluer les taux approximatifs.

On a observé les effets indésirables suivants chez des patients prenant la zopiclone. On a mis en

italique les effets observés plus souvent chez les patients prenant la zopiclone que chez les

patients traités par un placebo quand le lien de cause à effet n’a pas pu être clairement établi.

Système nerveux central : Somnolence, étourdissements, confusion, amnésie antérograde ou

troubles de la mémoire, sensation ébrieuse, euphorie, cauchemars, agitation, anxiété ou

nervosité, hostilité, dépression, diminution de la libido, perturbation de la libido, anomalies de la

coordination, céphalées, hypotonie, tremblements, spasmes musculaires, paresthésie, troubles de

l’élocution.

Hallucinations, agressivité, irritabilité et chutes (chez des personnes âgées surtout).

Appareil cardiovasculaire : Palpitations.

Appareil digestif : Goût amer, sécheresse buccale, langue saburrale, mauvaise haleine, nausées,

vomissements, dyspepsie, diarrhée, constipation, anorexie ou augmentation de l’appétit.

Troubles généraux et problèmes au point d’administration : Asthénie, frissons, fatigue.

Appareil respiratoire : Dyspnée.

Sens spéciaux : Amblyopie

Peau : Éruptions cutanées, taches sur la peau, transpiration, prurit. Les éruptions cutanées et le

prurit peuvent être un signe d’hypersensibilité au médicament; le cas échéant, interrompre le

traitement.

De très rares cas d’œdème de Quincke et/ou de réactions anaphylactiques ont été signalés.

Métabolisme et nutrition : Perte pondérale.

Appareil locomoteur : sensation de lourdeur dans les membres.

Sandoz Zopiclone

Page 14 de 43

Épreuves de laboratoire : Des cas isolés de résultats anormaux des épreuves de laboratoire ont

été observés. Ont ainsi été signalés de très rares cas d’augmentation légère ou modérée des

transaminases sériques et/ou de la phosphatase alcaline sanguine.

Patients âgés : La fréquence des palpitations, des vomissements, de l’anorexie, de la sialorrhée,

de la confusion, de l’agitation, de l’anxiété, des tremblements et de la transpiration tend à être

plus élevée chez les patients âgés que chez les patients plus jeunes. L’amnésie antérograde est un

phénomène associé à la dose auquel les personnes âgées peuvent être particulièrement sensibles.

Symptômes de sevrage : Des cas de syndrome de sevrage ont été signalés par suite de

l’interruption du traitement par la zopiclone (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

Toxicomanie, pharmacodépendance et sevrage). Les symptômes de sevrage sont variables et

peuvent comprendre diverses manifestations telles qu’insomnie de rebond, douleur musculaire,

anxiété, tremblements, transpiration, agitation, confusion, céphalées, palpitations, tachycardie,

délire, cauchemars, hallucinations et irritabilité. Les symptômes suivants peuvent se produire

dans les cas graves : déréalisation, dépersonnalisation, hyperacousie, sensation

d’engourdissement et de picotement dans les extrémités, hypersensibilité à la lumière, au bruit et

aux contacts physiques, hallucinations. Des convulsions peuvent avoir lieu dans de très rares cas.

Pharmacovigilance

Troubles psychiatriques :

Agitation, délire, colère, comportements anormaux

(possiblement associés à l’amnésie) et somnambulisme

(voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

Comportements complexes associés au sommeil). De rares

cas de syndrome de sevrage et de dépendance ont été

signalés.

Troubles respiratoires :

Dépression respiratoire.

Troubles du système nerveux :

Ataxie, paresthésie (non associée au sevrage), perturbation

de la faculté d'attention.

Troubles de la vue :

Diplopie.

Troubles digestifs :

Dyspepsie.

Troubles de l’appareil locomoteur

et des tissus conjonctifs :

Faiblesse musculaire.

Sandoz Zopiclone

Page 15 de 43

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Interactions médicamenteuses pouvant avoir des conséquences graves

La zopiclone peut entraîner des effets dépresseurs additifs sur le SNC si elle est administrée en

concomitance avec des antihistaminiques sédatifs, des anticonvulsivants, des analgésiques

narcotiques, des anesthésiques ou des médicaments psychotropes qui peuvent eux-mêmes

produire une dépression du SNC.

L’apparition de tout nouveau signe ou symptôme comportementaux requiert une évaluation

soignée et immédiate.

Aperçu

La probabilité d’interaction médicamenteuse causée par le déplacement d’un médicament lié est

faible.

Interactions médicament-médicament

Alcool

On recommande d’éviter la consommation d’alcool pendant un traitement par Sandoz Zopiclone

(voir la section MISES EN GARDE, Comportements somnambuliques complexes). La prise de

Sandoz Zopiclone risque d’accroître l’effet dépresseur de l’alcool sur le SNC.

Dépresseurs du SNC

Sandoz Zopiclone peut entraîner des effets dépresseurs additifs sur le SNC s’il est administré en

concomitance avec des antihistaminiques sédatifs, des anticonvulsivants, des analgésiques

narcotiques, des anesthésiques ou des médicaments psychotropes, comme les antipsychotiques

(neuroleptiques), les hypnotiques, les sédatifs-anxiolytiques, ainsi que les antidépresseurs qui

peuvent eux-mêmes produire une dépression du SNC. Dans le cas des analgésiques narcotiques,

l’euphorie peut également être plus prononcée, ce qui peut entraîner une augmentation de la

dépendance psychologique.

Médicaments ayant un effet sur les enzymes du cytochrome P450

Étant donné que Sandoz Zopiclone est métabolisé par l’isoenzyme 3A4 (CYP3A4) du

cytochrome P450 (voir MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE,

Pharmacocinétique et Métabolisme), l’administration concomitante de médicaments qui inhibent

cette enzyme – comme l’érythromycine, la clarithromycine, le kétoconazole, l’itraconazole ou le

ritonavir – peut faire augmenter la concentration plasmatique de zopiclone. Il peut donc être

nécessaire de réduire la dose de Sandoz Zopiclone lors de l’administration concomitante d’un

inhibiteur du CYP3A4. Réciproquement, la concentration plasmatique de Sandoz Zopiclone peut

diminuer lors de l’administration concomitante d’un inducteur du CYP3A4 comme la

rifampicine, la carbamazépine, le phénobarbital, la phénytoïne ou le millepertuis. Il peut donc

être nécessaire d’augmenter la dose de zopiclone lors de l’administration concomitante d’un

inducteur du CYP3A4.

Les effets de l’érythromycine sur la pharmacocinétique de la zopiclone ont été étudiés chez 10

sujets en bonne santé, ce qui a permis de constater que l’ASC de la zopiclone augmente de 80 %

Sandoz Zopiclone

Page 16 de 43

en présence d’érythromycine. Les effets hypnotiques du médicament peuvent donc être plus

prononcés lors de l’administration concomitante d’érythromycine.

Interactions médicament-aliments

On n'a pas établi d'interactions avec les aliments.

Interactions médicament-herbes médicinales

On n'a pas établi d'interactions avec les herbes médicinales.

Interactions médicament-mode de vie

La consommation concomitante d’alcool pendant le traitement n’est pas recommandée, car la

zopiclone peut entraîner des effets dépresseurs additifs sur le SNC (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Comportements complexes associés au sommeil).

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

Dose recommandée et ajustement posologique

Utilisez la dose efficace la plus faible de Sandoz Zopiclone pour le patient.

Un traitement par Sandoz Zopiclone (zopiclone) ne devrait généralement pas durer plus de 7 à 10

jours consécutifs. L’emploi de ce médicament pendant plus de 2 ou 3 semaines de suite exige une

réévaluation complète du patient.

Ce médicament doit être administré immédiatement avant le coucher.

Posologie chez l’adulte

La dose initiale recommandée est de 3,75 mg (un demi-comprimé de 7,5 mg). La dose peut

ensuite être portée à 5 mg, puis à 7,5 mg si cela est indiqué sur le plan clinique. Chez certains

patients, les doses plus élevées se traduisent par des concentrations sanguines de zopiclone

suffisamment élevées dans la matinée pour nuire à la capacité de conduire un véhicule et

d’effectuer d’autres activités qui nécessitent une grande vigilance (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Effets dépresseurs sur le SNC et risque d’affaiblissement des facultés du

lendemain).

La dose ne doit pas dépasser 7,5 mg (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Patients âgés (≥ 65 ans)

Chez le patient âgé et/ou affaibli, la dose initiale recommandée est de 3,75 mg (un demi-

comprimé de 7,5 mg), administrée au coucher. On peut augmenter la dose à 5,0 mg si

l’administration de la dose initiale ne permet pas d’obtenir l’effet thérapeutique souhaité.

Patients atteints d’insuffisance hépatique

La dose recommandée est de 3,75 mg (un demi-comprimé de 7,5 mg), mais elle peut varier

suivant l’acceptabilité et l’efficacité du traitement. Si cela est indiqué sur le plan clinique, on peut

administrer 5 mg de zopiclone, à condition de le faire avec prudence.

Sandoz Zopiclone

Page 17 de 43

Sandoz Zopiclone (zopiclone) est contre-indiqué chez les patients souffrant d’insuffisance

hépatique grave (voir CONTRE-INDICATIONS).

Patients atteints d’insuffisance rénale

Bien qu’on n’ait pas observé d’accumulation de zopiclone ou de ses métabolites chez les

personnes atteintes d’insuffisance rénale, on recommande de commencer le traitement à la dose

de 3,75 mg (un demi-comprimé de 7,5 mg) chez les patients qui présentent un dysfonctionnement

rénal. Si cela est indiqué sur le plan clinique, on peut administrer 5 mg de zopiclone, à condition

de le faire avec prudence.

Patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique

La dose recommandée est de 3,75 mg (un demi-comprimé de 7,5 mg), mais peut varier suivant

l’acceptabilité et l’efficacité du traitement. Dans certains cas, on peut administrer une dose allant

jusqu’à 7,5 mg, à condition de le faire avec prudence.

La zopiclone est contre-indiquée chez les patients présentant une insuffisance respiratoire grave,

p. ex. les patients atteints d’un syndrome grave d’apnée du sommeil (voir

CONTREINDICATIONS).

Emploi avec de puissants inhibiteurs du CYP3A4

Une dose initiale de 3,75 mg (un demi- comprimé de 7,5 mg) au coucher est recommandée (voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES). Si cela est indiqué sur le plan clinique, une dose de

5 mg peut être utilisée avec prudence dans les cas appropriés.

Emploi avec des dépresseurs du SNC

Un ajustement de la posologie peut être nécessaire lorsque Sandoz Zopiclone est associé à

d’autres dépresseurs du SNC en raison d’effets potentiellement additifs (voir INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES).

Enfants (< 18 ans)

Sandoz Zopiclone (zopiclone) n’est pas indiqué chez les patients de moins de 18 ans.

SURDOSAGE

Signes et symptômes

Le surdosage se manifeste généralement par une dépression du système nerveux central de degré

variable, allant de la somnolence au coma, dépendamment de la quantité ingérée. Dans les cas

légers, les symptômes comprennent la somnolence, la confusion et la léthargie; dans les cas plus

graves, on peut observer de l’ataxie, de l’hypotonie, une hypotension, une méthémoglobinémie,

une dépression respiratoire ainsi que le coma. Le surdosage ne devrait pas menacer le pronostic

vital, à moins que la victime n’ait également pris d’autres dépresseurs du SNC ou encore de

l’alcool.

D’autres facteurs de risque, comme la présence d’une maladie concomitante ou le mauvais état de

santé général du patient, peuvent contribuer à accentuer la gravité du surdosage et, dans de très

rares cas, entraîner le décès.

Sandoz Zopiclone

Page 18 de 43

Les effets le plus souvent signalés à la suite de cas de surdosage volontaire ou accidentel

comportant la prise de doses de zopiclone atteignant 340 mg étaient les suivants : prolongation du

sommeil, somnolence, léthargie et ataxie.

Traitement recommandé

On recommande d’administrer un traitement de soutien symptomatique dans un cadre clinique

approprié, et de porter une attention particulière aux fonctions respiratoire et cardiovasculaire du

patient. Le lavage gastrique ou l’administration de charbon activé ne sont utiles que s’ils ont lieu

peu de temps après l’ingestion.

L’hémodialyse n’est pas utile, car le volume de distribution de la zopiclone est trop élevé. Le

flumazénil peut être un antidote efficace, mais il peut contribuer à l’apparition de symptômes

neurologiques (agitation, anxiété, convulsions et labilité émotionnelle). Au besoin, administrer

des liquides par voie intraveineuse.

Centre antipoison

Comme dans tous les cas de surdosage, on doit envisager la possibilité que la victime ait ingéré

plusieurs médicaments. Au besoin, le médecin peut s’adresser au Centre antipoison de sa région

pour obtenir les renseignements récents sur le traitement des cas de surdosage intéressant les

médicaments hypnotiques.

Pour connaître les mesures à prendre en cas de surdosage présumé, il faut communiquer avec le

centre antipoison de sa région.

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

La zopiclone, un dérivé de la cyclopyrrolone, est un hypnotique à courte durée d’action. La

zopiclone est non liée par sa structure aux autres hypnotiques existants. Toutefois, le profil

pharmacologique de la zopiclone est semblable à celui des benzodiazépines.

Sur le plan pharmacologique, la zopiclone est dotée de propriétés hypnotique, sédative,

anxiolytique, anticonvulsivante et myorelaxante. Ces effets sont liés à son action agoniste

spécifique à l’endroit du récepteur GABA-A, complexe macromoléculaire qui module l’ouverture

du canal ionique chlorure.

Pharmacodynamie

Dans le cadre d’études en laboratoire de sommeil d’une durée de 1 à 21 jours menées chez

l’humain, la zopiclone a réduit le délai d’endormissement, augmenté la durée du sommeil et

diminué le nombre de réveils nocturnes. La zopiclone a retardé le début du sommeil paradoxal,

sans pour autant en réduire la durée totale de façon constante. La durée du stade 1 du sommeil a

diminué, alors que celle du stade 2 a augmenté. Dans la plupart des études, on a observé que la

durée des stades 3 et 4 du sommeil tendait à augmenter, mais on a également vu des cas ne

présentant aucun changement, ou encore affichant une diminution. Les effets de la zopiclone sur

les stades 3 et 4 du sommeil diffèrent de ceux des benzodiazépines, qui ont plutôt tendance à

Sandoz Zopiclone

Page 19 de 43

supprimer le sommeil à ondes lentes. La signification clinique de cette observation demeure

inconnue.

Lors de l’administration de médicaments hypnotiques, il se peut que la demi-vie de distribution

alpha (t½

) et la demi-vie d’élimination bêta (t½ß) de l’hypnotique administré et de ses

métabolites actifs influencent la durée de l’effet soporifique et le profil d’effets indésirables de ce

médicament. Lorsque ces demi-vies sont longues, le médicament ou ses métabolites peuvent

s’accumuler pendant les périodes de prise du médicament au coucher et occasionner une

altération du fonctionnement cognitif et moteur pendant les heures de réveil.

Si les demi-vies sont courtes, le médicament et ses métabolites seront éliminés avant la prise de

la prochaine dose. Ainsi, les effets résiduels liés à la sédation et à la dépression du SNC devraient

être minimes, voire nuls. Si la demi-vie d’élimination du médicament est très courte, il se peut

qu’une carence relative (au niveau des sites récepteurs) se manifeste à un moment donné pendant

la période qui sépare 2 prises nocturnes. Cette séquence d’événements peut expliquer les 2

constatations cliniques suivantes, observées après plusieurs semaines de traitement nocturne

(prise régulière au coucher) par des benzodiazépines ou des hypnotiques de type benzodiazépine

à élimination rapide : 1) augmentation des réveils au cours du dernier tiers de la nuit; et 2)

accentuation de l’anxiété pendant le jour (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Pendant les longues périodes d’emploi régulier au coucher, une tolérance ou une adaptation

pharmacodynamiques à certains des effets des benzodiazépines ou des hypnotiques de type

benzodiazépine peut survenir. Toutefois, d’après les résultats de 2 études menées en laboratoire

de sommeil auxquelles participaient 17 patients, l’administration de zopiclone pendant plus de

quatre semaines n’a pas entraîné de tolérance.

Insomnie de rebond

Après l’arrêt du traitement par la zopiclone, certaines manifestations d’insomnie de rebond ont

été observées au cours d’essais menés en laboratoire de sommeil et dans le cadre d’études

cliniques (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Le traitement par la zopiclone a été associé à des effets résiduels liés à la dose (voir MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Pharmacocinétique

Absorption : La zopiclone est absorbée rapidement et efficacement. Sa biodisponibilité est

supérieure à 75 %, ce qui indique qu’elle ne subit à peu près pas d’effet de premier passage.

Après l’administration de doses de 3,75 mg et de 7,5 mg, les concentrations plasmatiques

maximales (de 30 ng/mL et 60 ng/mL respectivement) sont atteintes en moins de 2 heures.

L’absorption est semblable chez l’homme et chez la femme.

L’administration répétée d’une dose de 7,5 mg/jour par voie orale pendant 14 jours n’a pas

modifié les caractéristiques pharmacocinétiques de la zopiclone et n’a pas entraîné

d’accumulation.

Sandoz Zopiclone

Page 20 de 43

Distribution : La zopiclone est rapidement distribuée à partir du compartiment vasculaire (demi-

vie de distribution [t½

] : 1,2 heure) et la demi-vie d’élimination est d’environ 5 heures (3,8 - 6,5

heures). La zopiclone se lie aux protéines plasmatiques dans une faible proportion (environ 45 %

pour des concentrations sériques se situant entre 25 et 100 ng/mL) et suivant un mode non

saturable. Le risque d’interaction médicamenteuse causé par le déplacement d’un médicament lié

aux protéines plasmatiques est faible. Le volume de distribution de la zopiclone est de 91,8 à

104,6 litres.

Métabolisme : La zopiclone est largement métabolisée par 3 voies principales; seulement 4 % à

5 % du médicament est excrété tel quel dans l’urine.

Une étude in vitro indique que les deux métabolites de la zopiclone sont principalement formés

par l’isoforme CYP3A4 du cytochrome P450, et que le CYP2C8 contribue également à la

formation de la N-desméthylzopiclone.

Les principaux métabolites de la zopiclone sont le dérivé N-oxydé (environ 12 %), qui est doté

d’une faible activité pharmacologique chez l’animal, et le métabolite N-déméthylé (environ 16

%), pharmacologiquement inactif.

D’après les données relatives aux urines, la demi-vie apparente de ces métabolites est d’environ

4,5 et 7,4 heures, respectivement. Les 2 métabolites sont excrétés par voie rénale.

D’autres métabolites, produits par décarboxylation oxydative, sont partiellement éliminés par les

poumons sous forme de dioxyde de carbone. Chez l’animal, l’administration de zopiclone n’a pas

entraîné d’élévation du taux d’enzymes hépatiques microsomiales.

Excrétion : Des études sur l’excrétion, menées avec de la zopiclone marquée au carbone-14, ont

montré que plus de 90 % de la dose administrée étaient excrétés dans un délai de 5 jours, 75 %

étant éliminés dans les urines et 16 % dans les fèces.

La zopiclone est principalement éliminée par voie métabolique, comme en témoigne le fait que la

clairance rénale de zopiclone inchangée (moyenne de 8,4 mL/min) est faible par comparaison

avec la clairance plasmatique (232 mL/min).

Populations et cas particuliers

Sujets âgés : La biodisponibilité absolue de la zopiclone était plus élevée chez le patient âgé (94

% par rapport à 77 % chez le patient jeune) et la demi-vie d’élimination était plus longue (environ

7 heures). Aucune accumulation n’a été observée par suite de l’administration répétée.

Patients atteints d’insuffisance hépatique : La demi-vie d’élimination était substantiellement

plus longue (11,9 heures) chez ces patients et les concentrations plasmatiques culminaient plus

tard (3,5 heures). Par conséquent, on recommande d’administrer de plus faibles doses chez ce

type de patients (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Sandoz Zopiclone

Page 21 de 43

Chez les cirrhotiques, la clairance plasmatique de la zopiclone est réduite d’environ 40 %, en

raison de la diminution du processus de déméthylation. La posologie doit donc être ajustée en

conséquence chez ces patients.

Patients atteints d’insuffisance rénale légère ou modérée : L’insuffisance rénale n’a pas

affecté la pharmacocinétique de la zopiclone. Aucune accumulation de zopiclone ou de ses

métabolites n’a été observée après administration prolongée du médicament chez des insuffisants

rénaux.

La zopiclone est dialysable, mais en raison de l’ampleur du volume de distribution de cet agent,

l’hémodialyse n’est pas utile pour le traitement du surdosage (voir également SURDOSAGE).

L’hémodialyse ne semble en effet pas augmenter la clairance plasmatique du médicament.

Femmes qui allaitent : La concentration de zopiclone dans le lait maternel suivait la

concentration plasmatique, mais elle était environ deux fois moins élevée (voir MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS, Allaitement).

Enfants : Aucune donnée disponible.

CONSERVATION ET STABILITÉ

Conserver dans un endroit sec, à la température ambiante (entre 15°C et 30°C) et à l’abri de la

lumière.

Garder dans un lieu sûr, hors de la portée des enfants.

FORMES PHARMACEUTIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

Comprimés de 5,0 mg de Sandoz Zopiclone (zopiclone) : chaque comprimé est blanc, rond,

biconvexe et pelliculé, et porte l'inscription en creux « RXP » d'un côté et « 5 » de l'autre; il

contient 5,0 mg de zopiclone. Offerts en flacons contenant 100 comprimés.

Comprimés de 7,5 mg de Sandoz Zopiclone (zopiclone) : chaque comprimé est bleu, ovale et

pelliculé, et porte l'inscription en creux « RXP 7.5 » d'un côté et une rainure de séparation de

l'autre; il contient 7,5 mg de zopiclone. Offerts en flacons contenant 100 ou 500 comprimés.

Composition

Comprimés Sandoz Zopiclone (zopiclone) à 5,0 mg : Chaque comprimé contient 5,0 mg de

zopiclone ainsi que les ingrédients non médicinaux suivants (en ordre alphabétique) : amidon

de maïs, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydrogénophosphate de calcium dihydraté,

hydroxypropylméthyl cellulose, lactose monohydraté, maltodextrine, polydextrose, polyéthylène

glycol, stéarate de magnésium et triacétylglycérol.

Comprimés Sandoz Zopiclone (zopiclone) à 7,5 mg : Chaque comprimé contient 7,5 mg de

zopiclone ainsi que les ingrédients non médicinaux suivants (en ordre alphabétique) : amidon

Sandoz Zopiclone

Page 22 de 43

de maïs, croscarmellose sodique, dioxyde de titane, hydrogénophosphate de calcium,

hydroxypropylméthyl cellulose, lactose, laque d'aluminium bleu brillant F.C.F., laque

d'aluminium carmin d'indigo, laque d'aluminium jaune de quinoléine, maltodextrine,

polydextrose, polyéthylène glycol, stéarate de magnésium et triacétylglycérol.

Sandoz Zopiclone

Page 23 de 43

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance médicamenteuse

Dénomination commune : zopiclone

Dénomination systématique : (5R,S)-6-(5-Chloropyridin-2-yl)-7-oxo-6,7-dihydro-

5Hpyrrolo[3,4-b]pyrazin-5-yl-4-méthylpipérazine-1-carboxylate

Formule développée :

Formule moléculaire :

Masse moléculaire :

388,82 g/mol

Description :

Poudre blanche ou légèrement jaunâtre

pKa :

6.70

pH :

7.94 dans une solution aqueuse 0.05%

Solubilité:

entièrement soluble dans le chlorure de méthylène et le chloroforme,

légèrement soluble dans l’acétone et quasi insoluble dans l’eau et

dans l’alcool. Soluble dans les acides minéraux dilués.

Point de fusion:

178 °C

Sandoz Zopiclone

Page 24 de 43

ESSAIS CLINIQUES

Études de biodisponibilité comparatives

Une étude récente a comparé la biodisponibilité des comprimés Sandoz Zopiclone (zopiclone) à

7,5 mg (Sandoz Canada Inc.) avec celle des comprimés Imovane® à 7,5 mg (sanofi-aventis), le

produit de référence canadien, chez des sujets à jeun ayant reçu une dose unique des composés.

Parmi les 24 hommes volontaires en bonne santé admis dans cette étude croisée, un sujet n'a pas

terminé l’étude, aussi les analyses pharmacocinétique et statistique ont-elles été effectuées avec

les données recueillies chez les 23 autres sujets. Le tableau 1 ci-dessous présente la

biodisponibilité relative des comprimés de zopiclone à 7,5 mg Sandoz Zopiclone (fabriqués par

Sandoz Canada Inc.) et Imovane® (fabriqués par sanofi-aventis).

Tableau 1 Biodisponibilité comparative des comprimés de zopiclone à 7,5 mg de Sandoz

Canada Inc (Sandoz Zopiclone) et de sanofi-aventis (Imovane®) observée chez des

sujets à jeun ayant reçu une dose unique des composés

Zopiclone

(7,5 mg)

À partir de données mesurées

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (% CV)

Paramètre

Sandoz

Zopiclone

Référence

Imovane®

Rapport des

moyennes (%)

IC

90%

(ng.h/ml)

410,99

425,5 (28,9)

382,79

396,6 (28,2)

107,5*

(102,0-113,3)

(ng.h/ml)

431,61

447,5 (29,7)

402,16

417,9 (29,3)

107,5*

(101,8-113,5)

(ng/ml)

65,23

70,12 (42,6)

62,16

65,30 (36,4)

104,9*

(95,2-115,7)

1,471 (89,5)

1,417 (73,4)

5,637 (11,3)

5,675 (12,8)

Sandoz Zopiclone est fabriqué par Sandoz Canada Inc.

Imovane ® est fabriqué par sanofi-aventis Canada Inc.

Les résultats après correction tenant compte du contenu mesuré indiquaient des

tendances similaires.

Les paramètres T

et T

sont exprimés en moyenne arithmétique (% du coefficient

de variation).

Conclusion :

Les limites de l’intervalle de confiance à 90 % du logarithme naturel des paramètres ASC

de la zopiclone se situent, avant comme après correction en fonction du contenu mesuré, à

Sandoz Zopiclone

Page 25 de 43

l’intérieur de l’intervalle acceptable de 80 % à 125 % établi par la la DPT. D’après ces résultats,

les comprimés de zopiclone à 7,5 mg de Sandoz Canada Inc. (Sandoz Zopiclone) sont

bioéquivalents à ceux de sanofi-aventis (Imovane®) en doses uniques chez des sujets à jeun.

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

La zopiclone, un dérivé de la cyclopyrrolone, est un agent hypnotique dont la structure chimique

est nouvelle. Cependant, l’évaluation des propriétés pharmacologiques de ce médicament et de

ses effets sur le comportement montre que ses effets sont semblables à ceux des benzodiazépines.

1. Activité sur le SNC

Chez la souris et le rat, la zopiclone a un effet antagoniste sur les convulsions provoquées

chimiquement ou par des électrochocs. Alors qu’elle agit de façon marquée sur les convulsions

modulées par le GABA, la zopiclone est relativement inefficace dans les cas où l’inhibition de

l’activité synaptique est assurée par la glycine, un autre acide aminé inhibiteur.

La zopiclone exerce aussi une activité myorelaxante. Elle inhibe en effet le réflexe de préhension

chez la souris, réduit la capacité qu’ont la souris et le rat à rester en équilibre respectivement sur

une tige tournante ou sur un plan incliné, relâche les pattes arrière des chats normaux et bloque

les réflexes polysynaptiques chez le chat sous anesthésie au chloralose.

La zopiclone exerce de plus une activité antiagressive; elle inhibe en effet le comportement

combatif provoqué par un choc électrique appliqué sur les pattes chez la souris et le

comportement agressif provoqué par une lésion septale chez le rat.

Dans une situation « conflictuelle », le médicament a augmenté l’auto-administration de

nourriture, malgré la punition accompagnant ce geste, ce qui indique une activité anxiolytique. La

suppression de la réponse non punie, indiquant une sédation non spécifique, s’est manifestée

seulement à fortes doses.

La zopiclone n’entraîne pas de perte du réflexe de redressement chez la souris normale, mais elle

potentialise la narcose provoquée par l’hexobarbital ou l’éthanol.

Au cours d’une expérience où des rats ont été entraînés à faire la distinction entre la zopiclone et

une solution saline, les animaux ayant réussi cette épreuve ont appuyé sur le même levier avec

diverses benzodiazépines et le pentobarbital qu’avec la zopiclone. Le fait donc que

benzodiazépines et barbiturique ont pu être substitués à la zopiclone indique que cette dernière

appartient à la même classe de médicaments.

Les DE

pour obtenir un effet anticonvulsivant ou pour permettre le dressage étant semblables

chez les animaux non traités et chez les animaux traités, il s’ensuit qu’il ne se développe pas de

tolérance aux effets provoqués par la zopiclone sur le comportement.

2. Études de liaison aux récepteurs

Chez le rat, la zopiclone a une affinité spécifique élevée pour les sites de liaison des

benzodiazépines de plusieurs régions cérébrales. Le médicament peut inhiber la liaison de

Sandoz Zopiclone

Page 26 de 43

benzodiazépines tritiées, mais peut lui-même marquer les sites reconnus et par les agonistes des

benzodiazépines, et par le Ro 15-1788, un antagoniste des benzodiazépines. La zopiclone ne

reconnaît pas les récepteurs périphériques des benzodiazépines et n’a pas d’affinité pour les

récepteurs sérotoninergiques, GABAergiques,

adrénergiques ainsi que dopaminergiques.

L’interaction de la zopiclone avec le complexe récepteur BDZ/récepteur GABA/canal ionique

chlorure diffère quelque peu de celle des benzodiazépines; en effet, alors que la zopiclone

diminue la concentration de GMPc au niveau du cervelet chez le rat, sa liaison n’est pas favorisée

par le GABA ou les ions chlorure.

3. Accoutumance

Chez des macaques rhésus accoutumés au barbital, la zopiclone a enrayé les symptômes de

sevrage qui étaient apparus à l’arrêt de l’administration. Une suppression partielle et complète a

été observée à des doses de 4 et 16 mg/kg, respectivement.

La zopiclone administrée à des singes à raison de 16 mg/kg/jour pendant 28 jours a déclenché des

symptômes de sevrage d’intensité modérée. Les symptômes les plus intenses, apparus 3 ou 4

jours après l’arrêt du traitement, incluaient l’hyperirritabilité, l’agitation, les tremblements et une

certaine perte de poids. L’administration d’une dose plus élevée pendant 2 semaines a provoqué,

à l’arrêt du traitement, des symptômes analogues sans déclencher de convulsions.

Dans un essai d’auto-administration intraveineuse et intragastrique de zopiclone chez des singes,

on a observé qu’après substitution d’une solution saline au médicament, le taux d’auto-

administration chutait rapidement.

4. Effets cardiovasculaires et respiratoires

Les effets de la zopiclone sur la respiration et sur plusieurs paramètres cardiovasculaires ont été

évalués chez des chats, des chiens, des lapins et des singes conscients ou sous anesthésie. Dans la

plupart des études, le produit a été administré par voie intraveineuse.

De façon générale, on a observé une diminution dose-dépendante de la respiration et de la tension

artérielle, alors que la fréquence cardiaque et l’ÉCG n’ont été que peu modifiés. La zopiclone a

davantage perturbé les mécanismes centraux du contrôle de la respiration que les mécanismes de

régulation cardiovasculaire.

5. Étude des interactions médicamenteuses

La zopiclone a été évaluée en association avec plusieurs médicaments. De façon générale, on a

observé un effet additif ou synergique avec le diazépam, le phénobarbital, la triméthadione, la

chlorpromazine, l’hexobarbital et l’éthanol. La zopiclone n’a pas modifié les effets de la

phénytoïne, de la morphine, du kétoprofène et de la gallamine.

Les effets de la zopiclone peuvent être abolis par le Ro 15-1788 (flumazénil), un antagoniste

spécifique des benzodiazépines.

Sandoz Zopiclone

Page 27 de 43

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Des études ont été effectuées chez les 2 sexes de plusieurs espèces. Le tableau qui suit résume les

résultats obtenus.

Espèces

Voie d’administration

DL

50

(mg/kg)

Souris

Orale

1150

Orale

2300

Chien

Orale

≥ 4500

Chat

Orale

> 1500

Lapin

Orale

2500

Singe

Orale

> 4500

Sédation, dépression du SNC, ataxie, dépression respiratoire et dyspnée sont quelques-uns des

symptômes de toxicité qui ont été observés. Chez le chien, l’administration intraveineuse de

zopiclone a provoqué des convulsions myocloniques.

Études sur la toxicité à long terme

1. Rats (souche CD)

Étude de 1 mois, administration orale

Dix rats/sexe/dose ont reçu de la zopiclone par gavage 6 jours par semaine, à raison de 0, 6, 24 et

120 mg/kg. Une sédation et une parésie dose-dépendantes des pattes arrières ont été observées.

Le poids de la glande thyroïde des rats mâles a augmenté à toutes les doses administrées. Chez

les mâles ayant reçu la dose la plus élevée, on a noté une réduction du poids du cœur et de la rate.

Étude de 3 mois, administration orale

Quinze rats/sexe/dose ont reçu de la zopiclone par gavage 7 jours par semaine, à raison de 0, 2,

12 et 120 mg/kg. À la dose intermédiaire et à la dose élevée, une hypotonie, une adynamie et un

ptosis dose-dépendants ont été observés, phénomènes qui ont toutefois tous disparu avec le

temps. Le gain pondéral a été légèrement mais significativement moindre chez les rats mâles

ayant reçu des doses intermédiaires ou élevées par rapport aux témoins.

À la dose de 120 mg/kg, on a observé les modifications suivantes : diminution des valeurs de

l’épreuve à la bromosulfophtaléine (BSP) chez les 2 sexes; diminution des hématies chez les

femelles; augmentation du poids du foie chez les mâles et les femelles accompagnées d’une

légère modification des cellules du parenchyme hépatique, à savoir une éosinophilie ou une

basophilie dans la région porte.

Sandoz Zopiclone

Page 28 de 43

Étude de 18 mois, administration orale

Cinquante rats/sexe/dose ont reçu de la zopiclone incorporée à leur nourriture à des doses de 0, 2,

20 et 200 mg/kg. Quinze rats/sexe/dose ont été euthanasiés après 6 mois. La dose la plus faible a

été bien tolérée.

Après l’administration de la dose la plus élevée, on a observé les modifications suivantes:

diminution d’environ 30 % du gain pondéral chez les 2 sexes; élévation des taux de protéines

plasmatiques à 3 et 6 mois chez les mâles, et tout au long de l’essai chez les femelles; élévation

des taux d’albumine et de globulines; augmentation du poids de la thyroïde chez les rats mâles,

accompagnée d’une hyperplasie thyroïdienne et, chez certains rats, d’adénomes folliculaires;

augmentation du poids du foie chez les rats femelles à 6 et 18 mois; hypertrophie hépatocellulaire

chez les 2 sexes.

2. Chiens (Beagle)

Étude de 1 mois, administration orale

Un chien/sexe/dose a reçu de la zopiclone 6 jours par semaine, à raison de 0, 6, 24 et 120 mg/kg.

Une sédation et une hypotonie dose-dépendantes des pattes arrière ont été observées. Les chiens

qui ont reçu la plus forte dose et la femelle qui a reçu la dose intermédiaire ont présenté une perte

pondérale modérée.

À la dose la plus élevée, on a noté chez les 2 chiens la présence de corps de Heinz dans les

érythrocytes circulants et une hyperplasie érythroblastique au niveau de la moelle osseuse. De

plus, le mâle a présenté une anémie marquée et une érythropoïèse active au niveau de la rate. Une

augmentation dose-dépendante du taux d’azote uréique sanguin a été observée à toutes les doses.

On a enfin observé une certaine élévation des résultats des épreuves de la fonction hépatique.

Étude de 6 mois, administration orale

Six chiens/sexe/dose ont reçu de la zopiclone 7 jours par semaine, à raison de 0, 5, 10 et 25

mg/kg. Un chien/sexe de chaque groupe a été euthanasié après une période de récupération de 3

mois. La zopiclone a provoqué une légère agitation, de l’ataxie et de la somnolence, ainsi que de

la somnolence et du sommeil aux doses respectives de 5, 10 et 25 mg/kg. Vers la fin de l’essai, 4

chiens ont présenté des convulsions de type épileptoïde et 3 d’entre eux sont morts. Une

réduction du gain pondéral a été observée chez les chiens mâles, à la dose élevée seulement.

Une augmentation importante de la numération des plaquettes par rapport aux valeurs normales a

été constatée chez 2 femelles recevant la dose la plus élevée. Les taux des transaminases ont

augmenté, mais cette hausse n’était pas dose-dépendante. Les taux de phosphatase alcaline ont

augmenté de façon significative chez les mâles et les femelles qui ont reçu la dose de 25 mg/kg.

Le poids du foie a augmenté de façon dose-dépendante tant chez les mâles que chez les femelles,

mais il est retourné aux valeurs initiales après une période de récupération de 3 mois. Chez les

animaux mâles ayant reçu la plus forte dose, le poids relatif de la rate, des reins et des glandes

surrénales a accusé une augmentation significative. Des frottis de la moelle osseuse ont révélé

que la proportion de proérythroblastes et le rapport normoblastes/érythroblastes basophiles

étaient significativement plus importants chez les femelles ayant reçu la plus forte dose que chez

les témoins.

Sandoz Zopiclone

Page 29 de 43

Étude de 1 an, administration orale

Cinq chiens/sexe/dose ont reçu de la zopiclone 7 jours par semaine, à raison de 0, 1, 5 et 25

mg/kg. Chez ces animaux, la zopiclone a provoqué de l’ataxie, de la somnolence, de la léthargie,

une diminution de l’activité, des tremblements corporels et de l’agitation. Les 2 derniers effets

sont survenus avant l’administration, alors que les autres effets sont apparus peu après

l’administration. Après 6 mois de traitement, la zopiclone a déclenché des convulsions de type

épileptoïde chez 5 chiens (4 recevant la plus forte dose et 1 recevant la dose intermédiaire).

Comme les convulsions sont apparues tôt le matin, avant l’administration, il se peut qu’elles aient

été causées par un phénomène de sevrage. Les femelles recevant la dose de 5 mg/kg de zopiclone

étaient significativement plus lourdes que les témoins. La consommation d’eau et de nourriture

des animaux traités a été plus importante que celle des témoins respectifs.

Chez les 2 sexes, la numération des plaquettes était élevée aux doses de 5 et de 25 mg/kg. La

phosphatase alcaline a augmenté à partir du premier mois de traitement chez les animaux

recevant la dose intermédiaire et la forte dose. Le taux de T

chez les mâles recevant la forte dose

et les valeurs de l’épreuve à la BSP des femelles recevant la forte dose étaient également élevées.

Par ailleurs, on a noté une augmentation dose-dépendante du poids du foie, qui est devenue

statistiquement significative à la dose de 25 mg/kg. Cette augmentation du poids du foie a été

associée à des modifications histopathologiques, à savoir une vacuolisation du cytoplasme des

hépatocytes avec présence de corps hyalins éosinophiles.

Pouvoir carcinogène

Le pouvoir oncogène de la zopiclone a été étudié chez des rats et des souris qui ont reçu des

doses de 1, 10 et 100 mg/kg/jour pendant 2 ans. On a signalé une augmentation de la fréquence

des tumeurs mammaires, celles-ci ayant par ailleurs eu tendance à devenir de plus en plus

anaplasiques chez les femelles, et une augmentation des tumeurs de la thyroïde chez les rats

mâles qui ont reçu la dose élevée. Dans le cadre de l’essai chez la souris, une augmentation de la

fréquence d’adénocarcinomes pulmonaires a été observée chez les femelles ayant reçu la plus

forte dose, alors que les mâles recevant la plus forte dose ont affiché un nombre élevé de tumeurs

des tissus mous sous-cutanés.

Après avoir effectué une importante série de tests, on a montré que la zopiclone n’avait aucune

propriété mutagène ou clastogène (qui endommage les chromosomes). Les prélèvements d’urine

de souris, de rats et d’humains traités par la zopiclone ont donné des résultats analogues.

L’effet de la zopiclone est en fait celui d’un agent oncogène non génotoxique. La redistribution

tumorale est un phénomène fréquemment observé lors des études de carcinogénicité chez les

rongeurs, en particulier avec des produits agissant sur le système nerveux central et sur l’équilibre

hormonal. L’augmentation des taux d’oestradiol-17

peut être considérée comme étant la cause

des tumeurs mammaires et de la transformation de carcinomes mammaires bien différenciés en

carcinomes peu différenciés. La perturbation du mécanisme de rétroaction consécutive à

l’accélération de la clairance de la T

et à l’augmentation des taux de thyrotropine (TSH) est

responsable de la surstimulation de la thyroïde, phénomène à l’origine de la formation des

néoplasmes thyroïdiens. Les tumeurs des tissus mous observées chez les souris mâles sont

attribuables aux batailles entre les animaux (une réaction paradoxale), et sont causées par

Sandoz Zopiclone

Page 30 de 43

l’incrustation de corps étrangers et la réaction de l’organisme à leur présence. La fréquence

accrue d’adénocarcinomes pulmonaires chez les souris femelles peut être considérée comme

purement fortuite (due au hasard), mais on ne dispose pas de données suffisantes permettant

d’exclure définitivement d’autres mécanismes.

Aucune modification endocrinienne comparable n’a été observée chez l’homme après

administration de doses thérapeutiques de zopiclone (7,5 mg). La dose tumorigène de zopiclone

et la dose sans effet observé sont respectivement 800 et 80 fois plus élevées que la dose

recommandée chez l’être humain (0,125 mg/kg).

Pouvoir mutagène

On a testé le pouvoir mutagène de la zopiclone et de ses métabolites à l’aide des épreuves

figurant dans le tableau ci-après :

Épreuve

Espèce ou organisme

indicateur

Posologie utilisée

Test de Ames

Salmonella typhimurium

(TA98, TA100, TA1535,

TA1537 et TA1538)

Escherichia coli

(WP2 uvrA)

Jusqu’à 500 mcg/boîte de Pétri

avec ou sans activation par

enzymes microsomiales

hépatiques de rats

Test de Ames

Salmonella typhimurium

(5 souches, comme

précédemment)

Extraits d’urine concentrée de

rats ayant reçu 1, 10 ou 100

mg/kg pendant 20 jours

Test de Ames

Salmonella typhimurium

(5 souches, comme

précédemment)

Jusqu’à 5000 mcg/boîte de Pétri

avec enzymes microsomiques

de foie de souris B6C3F1

Test de Ames

Salmonella typhimurium

(5 souches, comme

précédemment)

Escherichia coli

(WP2 uvrA)

1) Prélèvements d’urine de

volontaires recevant 7,5, 10 ou

15 mg de zopiclone, avec ou

sans enzymes microsomiales

hépatiques.

2) Les deux principaux

métabolites, les dérivés N-

oxydé et N-déméthylé : jusqu’à

1000 mcg/boîte de Pétri

Dosage in vitro et in vivo de

l’hôte

Saccharomyces cerevisiae

(D7)

In vitro jusqu’à 1000 mcg/mL.

In vivo chez la souris : 100

mg/kg, p.o.

Test de mutations géniques

directes

Cellules ovariennes du

hamster chinois

(CHO/HGPRT)

Jusqu’à 200 mcg/mL avec ou

sans activation métabolique

Sandoz Zopiclone

Page 31 de 43

Épreuve

Espèce ou organisme

indicateur

Posologie utilisée

Évaluation in vitro de l’effet

clastogène sur cellules de

mammifères

Cellules ovariennes du

hamster chinois (lignée

CHO/K1)

Jusqu’à 200 mcg/mL avec ou

sans activation métabolique

Test de réparation de l’ADN

(test de William)

Cultures primaires

d’hépatocytes de rat

Jusqu’à 10-4 M

Test de la létalité dominante

Rats et souris

Jusqu’à 120 mg/kg/jour, p.o.

Test du micronoyau

Souris

Jusqu’à 630 mg/kg/jour, p.o.

Test de la létalité récessive

liée au sexe

Cellules de Drosophila

melanogaster

Solution à 2 %, p.o. + activation

Tous les tests ont donné des résultats négatifs. La zopiclone n’a montré aucune action mutagène

ou clastogène, et la molécule n’a entraîné la formation d’aucun métabolite mutagène tant dans les

expériences réalisées chez l’animal que chez l’être humain.

Reproduction et tératologie

1. Fécondité et performance de reproduction globale

Les effets de la zopiclone ont été évalués dans le cadre de 3 études. On a d’abord accouplé des

rats mâles et femelles traités par des doses orales de zopiclone de 0, 2, 12 et 120 mg/kg. Les

mâles ont été traités pendant 10 semaines avant l’accouplement, et les femelles, 2 semaines avant

l’accouplement, pendant la gestation et pendant une période de lactation de 3 semaines. Dans 2

autres expériences, les mâles traités (120 mg/kg) étaient accouplés avec des rates non traitées, et

des mâles non traités ont été accouplés avec des femelles traitées (120 mg/kg). Dans ces 2

dernières expériences, on comptait un groupe témoin.

Le taux de gestation, le nombre d’implantations, le taux de résorption et le nombre de fœtus

vivants ont été comparables dans les groupes traités recevant la faible dose ou la dose

intermédiaire et les groupes témoins. Cependant, le taux de mortalité de la progéniture était

significativement plus élevé dans le groupe recevant la dose intermédiaire que dans le groupe

témoin.

À la dose de 120 mg/kg, peu importe que les mâles traités aient été accouplés avec des femelles

traitées ou non, seulement environ 10 % des femelles ont été fécondées et le taux de résorption

était complet. Lorsque des femelles traitées avec la plus forte dose ont été accouplées avec des

mâles non traités, le taux de gestation n’a été que légèrement plus bas par rapport aux témoins

(83 % contre 100 %) et toutes les femelles en gestation ont mis bas des fœtus vivants. Par contre,

jusqu’au jour 21 de l’allaitement, le taux de survie des fœtus était significativement plus bas que

celui des petits du groupe témoin.

En conclusion, une dose de 120 mg/kg de zopiclone entraîne la stérilité des animaux mâles, alors

que le taux de gestation des femelles n’est que légèrement affecté. Toutefois, en doses inférieures

Sandoz Zopiclone

Page 32 de 43

ou égales à 12 mg/kg, la zopiclone n’a aucun effet sur la fécondité ou sur les fonctions

reproductrices.

2. Tératologie chez les rats

Une étude a été effectuée sur des groupes de 20 rates, qui ont reçu par voie orale de la zopiclone à

des doses de 0, 5, 25 et 125 mg/kg du jour 5 au jour 15 de la gestation. Chez les rates qui ont reçu

la plus forte dose de zopiclone, on a observé les modifications suivantes par rapport au groupe

témoin : la quantité d’aliment ingérée et le poids corporel terminal (jour 20) étaient légèrement

mais significativement plus bas, le taux de résorption était un peu plus élevé (9 % contre 6 %) et

le poids moyen des fœtus vivants était légèrement mais significativement plus bas (3,5 g contre

3,7 g). On a noté une malformation sternale chez 1 des petits, et 5 petits de la même mère

présentaient des sternèbres asymétriques. Les 2 anomalies se sont produites dans la souche

utilisée. On peut donc conclure que la zopiclone n’a aucun effet tératogène chez les rates recevant

des doses allant jusqu’à 125 mg/kg.

3. Tératologie chez les lapins

Une étude a été menée sur des groupes de 16 lapines qui recevaient de la zopiclone par voie orale

à des doses de 0, 5, 25 et 125 mg/kg du 6

au 16

jour de la gestation. On a noté que la quantité

d’aliment ingérée et le gain pondéral étaient significativement modifiés, selon une relation dose-

dépendante. À la dose de 125 mg/kg, on observait que les lapines avaient perdu du poids à la fin

du traitement. Le poids moyen des fœtus vivants de ce groupe était significativement plus bas que

celui des rejetons du groupe témoin (31,5 g contre 35,8 g). On a observé des malformations chez

3 des fœtus – soit 1 fœtus sur 109 animaux vivants à la dose intermédiaire et 2 fœtus sur 129

animaux vivants recevant la forte dose –, lesquels présentaient des malformations des voies

urinaires, une exencéphalie et une malformation des membres avant (pied bot), et des

malformations des gros vaisseaux du cœur, respectivement. Or il s’agit là de malformations qui

se produisent d’elles-mêmes chez la souche utilisée. On peut donc conclure que la zopiclone n’a

pas d’action tératogène chez les lapines recevant des doses allant jusqu’à 125 mg/kg.

4. Étude de périnatalité et de post-natalité

On a procédé à une étude de 2 générations au cours de laquelle la progéniture mâle et femelle

(génération F

) des mères traitées a été accouplée pour observation à la génération F

La zopiclone a été administrée par voie orale à raison de 0, 10, 50 et 250 mg/kg du jour 17 de

gestation au jour 28 de l’allaitement. Les modifications significatives suivantes ont été observées

: réduction du nombre de petits par portée dans le groupe ayant reçu la forte dose, poids à la

naissance inférieur ainsi que pendant la période de sevrage chez les groupes ayant reçu la dose

intermédiaire et la dose forte, augmentation dose-dépendante de la mortalité à la naissance et

entre les jours 1 et 28. Le taux de mortalité en cours d’allaitement a été significativement

différent de celui du groupe témoin, même dans le groupe n’ayant reçu que 10 mg/kg. Le

cannibalisme de la mère envers sa progéniture a aussi augmenté de manière proportionnelle à la

dose. Ce phénomène peut avoir été causé par le fait que les petits étaient somnolents,

hypothermiques et avaient des problèmes de succion.

Le comportement global, le développement physique, la fonction auditive, l’activité motrice

spontanée et la capacité cognitive étaient normaux chez la progéniture survivante de la génération

. Les mâles et les femelles de la génération F

ont été accouplés avec succès, à l’exception de 3

Sandoz Zopiclone

Page 33 de 43

rats qui étaient infertiles (1 rat mâle du groupe recevant 50 mg/kg et 1 rat et 1 rate du groupe

recevant 250 mg/kg). Le rat mâle du groupe recevant la dose intermédiaire présentait une

hypoplasie bilatérale des testicules et de l’épididyme. Le taux de mortalité et le poids de la

génération F

étaient dans les limites normales pour cette souche. Un des petits de la génération

du groupe ayant reçu la dose intermédiaire présentait une oligodactylie et une syndactylie de la

patte avant gauche.

Sandoz Zopiclone

Page 34 de 43

RÉFÉRENCES

Allain H, Delahaye CH, Le Coz F, Blin P, Decomber R, Martinet JP. Postmarketing

surveillance of zopiclone in insomnia: Analysis of 20,513 cases. Sleep 1991;14(5):408-

Aranko K, Henriksson M, Hublin C, Seppalainen AM. Misuse of zopiclone and

convulsions during withdrawal. Pharmacopsychiat 1991;24:138-40.

Aranko K, Luurila H, Backman JT, Neuvonen PJ, Olkkola KT. The effect of

erythromycin on the pharmacokinetics and pharmacodynamics of zopiclone. British

Journal of Clinical Pharmacology 1994;38(4):363-7.

Autret E, Maillard F, Autret A. Comparison of the clinical hypnotic effects of zopiclone

and triazolam. Eur J Clin Pharmacol 1987;31:621-23.

Baca-Garci E, Diaz-Sastre C, Saiz-Ruiz J, De Leon J. How safe are psychiatric

medications after a voluntary overdose? European Psychiatry: the Journal of the

Association of European Psychiatrists 2002;17(8):466-70.

Beaupre A, Soucy R, Phillips R, Bourgouin J. Respiratory center output following

zopiclone or diazepam administration in patients with pulmonary disease. Respiration

1988;54:235-40.

Becquemont L, Mouajjah S, Escaffre O, Beaune P, Funck-Brentano C, Jaillon P.

Cytochrome P-450 3A4 and 2C8 are involved in zopiclone metabolism. Drug Metabolism

& Disposition 1999;27(9):1068-73.

Billiard M, Besset A, Delustrac C, Brissand L. Dose-response effects of zopiclone on

night sleep, and on nighttime and daytime functioning. Sleep 1987;10(Suppl 1):27-34.

Blanchard JC, Boireau A, Julou L. Brain Receptors and zopcilone. Pharmacology

1983;27(Suppl 2):59-69.

Blanchard JC, Zundel JL, Julou L. Differences between cyclopyrrolones (suriclone and

zopiclone) and benzodiazepines binding to rat hippocampus photolabelled membranes.

Biochem Pharmacol 1983;32:3652-3.

Bramness JG, Arnestad M, Karinen R, Hilberg T. Fatal overdose of zopiclone in an

elderly woman with bronchogenic carcinoma. Journal of Forensic Sciences

2001;46(5):1247-9.

Campbell RD, Grace MGA, Bourgouin J, Forget JP. Efficacy and safety of zopiclone in

the treatment of insomnia. Curr Ther Res 1987;42:665-70.

Sandoz Zopiclone

Page 35 de 43

Diagnostic Classification Steering Committee. Thorpe MJ. Chairman International

Classification of Sleep Disorders: Diagnostic and coding manual. Rochester, Minnesota,

American Sleep Disorders Association; 1990.

Dorian P, Sellers EM, Kaplan H, Hamilton C. Evaluation of zopiclone dependence

liability in normal volunteers. Pharmacology 1983;27(Suppl 2):228-34.

Dreyfus JF. Zopiclone - Clinical efficacy and tolerance. Symposium on zopiclone; 17

juillet 1981; Tokyo, Japon; p. 103-117.

Elie R. A controlled dose-response study of zopiclone in normal insomnia. Symposium on

zopiclone; 17 juillet 1981; Tokyo, Japon; p. 149-153.

Elie R, Deschesnes JP. Efficacy and tolerance of zopiclone in insomniac geriatric patients.

Pharmacology 1983;27(Suppl 2):179-187.

Elie R, Frenay M, LeMorvan P, Bourgouin J. Efficacy and safety of zopiclone and

triazolam in the treatment of geriatric insomniacs. Int Clin Psychopharmacol

1990;5(Suppl 2):39-46.

Fernandez C, Martin C, Gimenez F, Farinotti R. Clinical pharmacokinetics of zopiclone.

Clinical Pharmacokinetics 1995;29(6):431-41.

Fleming JA, McClure DJ, Mayes C, Phillips R, Bourgouin J. A comparison of the

efficacy, safety and withdrawal effects of zopiclone and triazolam in the treatment of

insomnia. Int Clin Psychopharmacol 1990;5(Suppl 2):29-37.

Fleming JAE, Bourgouin J, Hamilton P. A sleep laboratory evaluation of the long-term

efficacy of zopiclone. Can J Psychiat 1988;33:103-7.

Fontaine R, Beaudry P, Le Morvan P, Beauclair L, Chouinard G. Zopiclone and triazolam

in insomnia associated with generalized anxiety disorder: a placebo-controlled évaluation

of efficacy and daytime anxiety. Int Clin Psychopharmacol 1990;5(Suppl 2):173-83.

Fossen A, Godlibsen OB, Loyning Y, Dreyfus JF. Effects of hypnotics on memory.

Pharmacology 1983;27(Suppl 2):116-126.

Gaillot J, Le Roux Y, Houghton GW, Dreyfus JF. Critical factors for pharmacokinetics of

zopiclone in the elderly and in patients with liver and renal insufficiency. Sleep

1987;10(Suppl 1):7-21.

Goa KL, Heel RC. Zopiclone. A review of its pharmacodynamic and pharmacokinetic

properties and therapeutic efficacy as an hypnotic. Drugs 1986;32:48-65.

Griffiths AN, Jones DM, Richens A. Zopiclone produces effects on human performance

similar to flurazepam lormetazepam and triazolam. Br J Clin Pharmac 1986;21:647-53.

Sandoz Zopiclone

Page 36 de 43

Ha Youn G, Bagot C. Comparative efficacy and safety of triazolam and zopiclone in

insomniacs seen in general practice. Curr Ther Res 1989;46:1236-44.

Hesse LM, von Moltke LL, Greenblatt DJ. Clinically important drug interactions with

zopiclone, zolpidem and zaleplon. CNS Drugs 2003;17(7):513-32.

Jalava KM, Olkkola KT, Neuvonen PJ. Effect of itraconazole on the pharmacokinetics

and pharmacodynamics of zopiclone. European Journal of Clinical Pharmacology

1996;51(3-4):331-4.

Jovanovic UJ, Dreyfus JF. Polygraphical sleep recordings in insomniac patients Under

zopiclone or nitrazepam. Pharmacology 1983;27(Suppl 2):136-145.

Julou L. Pharmacological and toxicological studies on zopiclone. Symposium on

zopiclone; 17 juillet 1981; Tokyo, Japon; p. 9-25.

King DJ. Benzodiazepines, amnesia and sedation: theoretical and clinical issues and

controversies. Human Psychopharmacol 1992;7:79-87.

Kuitunen T, Mattila MJ, Seppala T, Aranko K, Mattila ME. Actions of zopiclone and

carbamazepine, alone and in combination, on human skilled performance in laboratory

and clinical tests. British Journal of Clinical Pharmacology 1990;30(3):453-61.

Lader M. Freka G. Subjective effects during administration and on discontinuation of

zopiclone and temazepam in normal subjects. Pharmacopsychiat 1987;20:67-71.

Lader M. Denney SC. A double-blind study to establish the residual effects of zopiclone

on performance in healthy volunteers. Pharmacology 1983;27(Suppl 2):98-108.

Lamphere JK, Roehrs TA, Zorick FJ, Koshorek G, Roth T. The dose effects of zopiclone.

Hum Psychopharmacol 1989;4:41-6.

Maczaj M. Pharmacological treatment of insomnia. Drugs 1993;45:44-55.

Mamelak M, Csima A, Price V. Effects of zopiclone on the sleep of chronic insomniacs.

Pharmacology 1983;27(Suppl 2):156-64.

Mamelak M, Buck L, Scima A, Price V, Smiley A. Effects of flurazepam and zopiclone

on the performance of chronic insomniac patients: A study of ethanol-drug interaction.

Sleep 1987;10(Suppl 1):79-87.

Marc-Aurele J, Caille G, Bourgouin J. Comparison of zopiclone pharmacokinetics in

patients with impaired renal function and normal subjects. Effects of hemodialysis. Sleep

1987;10(Suppl 1):22-6.

Matheson I, Sande HA, Gaillot J. The excretion of zopiclone into breast milk. British

Journal of Clinical Pharmacology 1990;30(2):267-71.

Sandoz Zopiclone

Page 37 de 43

Meatherall RC. Zopiclone fatality in a hospitalized patient. Journal of Forensic Sciences

1997;42(2):340-3.

Monchesky TC, Billings BJ, Phillips R. Zopiclone: A new nonbenzodiazepine hypnotic

used in general practice. Clin Ther 1986;8:283-91.

Monchesky TC, Billings BJ, Phillips R, Bourgouin J. Zopiclone in insomniac

shiftworkers. Int Arch Occup Environ Health 1989;61:255-9.

Nair NPV, Schwartz G, Dimitri R, LeMorvan P, Thavundayil JX. A dose-range finding

study of zopiclone in insomniac patients. Int Clin Psychopharmacol 1990;5(Suppl 2):1-

Nicholson AN, Stone B. Zopiclone: sleep and performance studies in healthy man.

Pharmacology 1983;27(Suppl 2):92-7.

Noble S, Langtry HD, & Lamb HM. Zopiclone: an update of its pharmacology, clinical

efficacy and tolerability in the treatment of insomnia. Drugs 1998; 55(2):277-302.

O’Hanlon JF, Volkerts ER, Louwerens JW, Gloerich ABM, Brookhuis KA. Zopiclone’s

residual effect upon actual driving performance versus those of nitrazepam and

flunitrazepam. Clin Neuropharmacol 1984;7(Suppl 1):620-1.

Parker G, Roberts CJC. Plasma concentrations and central nervous system effects of the

new hypnotic agent zopiclone in patients with chronic liver disease. Br J Clin Pharmacol

1983;16:259-65.

Pecknold J, Wilson R, LeMorvan P. Long-term efficacy and withdrawal of zopiclone: A

sleep laboratory study. Int Clin Psychopharmacol 1990;5(Suppl 2):57-67.

Ranlov PJ, Nielsen SP. The effect of zopiclone and diazepam on ventilatory responses in

normal human subjects. Sleep 1987;10(Suppl 1):40-7.

Regouby Y, Delomez G, Tisserant A. P.R. prolongation during voluntary zopiclone

intoxication. Therapie 1990;45(2):162.

Seppala T, Dreyfus JF, Saario I, Nuotto E. Zopiclone and flunitrazepam in healthy

subjects: hypnotic activity, residual effects on performance and combined effects with

alcohol. Drugs Exp Clin Res 1982;8:35-47.

Subhan Z, Hindmarch I. Effects of zopiclone and benzodiazepine hypnotics on search in

short-term memory. Neuropsychobiology 1984;12:244-8.

Summary of Product characteristics for Benzodiazepines as anxiolytics or hypnotics.

Directive 75/318/EEC. Dernière révision : 1994.

Sandoz Zopiclone

Page 38 de 43

Trifiletti RR, Snyder SH. Anxiolytic cyclopyrrolones zopiclone and suriclone bind to a

novel site linked allosterically to benzodiazepine receptors. Mol Pharmacol 1984;26:458-

van der Kleijn E. Effects of zopiclone and temazepam on sleep, behaviour and mood

during the day. Eur J Clin Pharmacol 1989;36:247-52.

Villikka K, Kivisto KT, Lamberg TS, Kantola T, Neuvonen PJ. Concentrations and

effects of zopiclone are greatly reduced by rifampicin. British Journal of Clinical

Pharmacology 1997;43(5):471-4.

Wadworth AN, McTavish D. Zopiclone: a review of its pharmacological properties and

therapeutic efficacy as an hypnotic. Drugs & Aging 1993;3:441-59.

Wickstrom E, GodtlibseN OB, Bredesen JE, Jensen MH. Performance and mood

following partial sleep deprivation: A randomized, double-blind study of zopiclone,

triazolam, flunitrazepam, ethanol and placebo. Hum Psychopharmacol 1988;3:3-11.

Yanagita T. Dependence potential of zopiclone studied in monkeys. Pharmacology

1983;27(Suppl 2):216-27.

64. Monographie de Produit, Imovane (zopiclone®), comprimés, 5,0 et 7,0 mg, Sanofi-aventis

Canada inc., 8 mai 2017, Numéro de contrôle de la présentation : 202617

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

Sandoz Zopiclone

Page 39 de 43

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE

CONSOMMATEUR

Pr

Sandoz Zopiclone

Comprimés de zopiclone

Le présent feuillet constitue la troisième et dernière partie

d’une

«monographie

de

produit»

publiée

à

la

suite

de

l’approbation de la vente au Canada de Sandoz Zopiclone et

s’adresse tout particulièrement aux consommateurs. Veuillez

lire

ce

dépliant

avant

de

commencer

votre

traitement,

et

conservez-le jusqu’à ce que vous ayez fini vos comprimés, car

vous pourriez avoir besoin de le relire plus tard. Ce feuillet ne

remplace pas l’entretien que vous devriez avoir avec votre

médecin

au

sujet

des

risques

et

des

avantages

associés

à

l’emploi de médecin au sujet des risques et des bienfaits du

traitement par Sandoz Zopiclone. Le présent feuillet n’est

qu’un résumé et ne donne donc pas tous les renseignements

pertinents

au

sujet

de

la

Sandoz

Zopiclone.

Pour

toute

question au sujet de ce médicament, communiquez avec votre

médecin ou votre pharmacien.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

Les raisons d’utiliser ce médicament :

Sandoz Zopiclone (zopiclone) est un médicament d’ordonnance

destiné à favoriser le sommeil des personnes qui souffrent

d’insomnie à court terme ou passagère. Les symptômes de

l’insomnie peuvent varier aussi est-il possible que vous ayez de la

difficulté à vous endormir, que vous vous réveilliez fréquemment

durant la nuit ou tôt le matin, ou encore que vous éprouviez ces

trois symptômes à la fois.

Sandoz Zopiclone ne doit être prescrit que si les troubles du

sommeil dus à l’insomnie vous empêchent de vaquer à vos

activités durant le jour. En règle générale, le traitement ne devrait

pas durer plus de 7 à 10 jours. Sandoz Zopiclone n’a pas d’effet

sur la cause sous-jacente de l’insomnie.

Les effets de ce médicament :

La zopiclone fait partie d’un groupe de médicaments appelés

somnifères, médicaments d’ordonnance qui possèdent

généralement des propriétés semblables telles qu’un effet

tranquillisant.

Si on vous prescrit un somnifère, vous devriez en connaître les

avantages et les risques. Parmi les restrictions et les risques

importants associés à l’emploi d’un tel médicament, mentionnons

les suivants :

le médicament peut entraîner une dépendance;

le médicament peut affecter la vigilance mentale ou la

mémoire, surtout s’il n’est pas pris conformément à

l’ordonnance (Voir Mises en garde et précautions).

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce

médicament:

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous êtes dans l’une des

situations suivantes :

vous souffrez d’une maladie des muscles

appelée

myasthénie grave;

vous souffrez d’insuffisance hépatique (maladie du

foie);

vous êtes atteint

d’une maladie pulmonaire ou respiratoire

grave, notamment l’apnée du sommeil;

vous êtes allergique à la

zopiclone ou à l’un des

ingrédients de Sandoz Zopiclone (voir Les ingrédients non

médicinaux sont).

L’ingrédient médicinal est :

L’ingrédient actif de Sandoz Zopiclone est la zopiclone.

Les ingrédients non médicinaux sont :

Les comprimés Sandoz Zopiclone de 5,0 mg contiennent : amidon

de maïs, croscarmellose sodique, dioxyde de titane,

hydrogénophosphate de calcium, hydroxypropylméthyl cellulose,

lactose, maltodextrine, polydextrose, polyéthylène glycol, stéarate

de magnésium et triacétylglycérol.

Les comprimés Sandoz Zopiclone de 7,5 mg contiennent : amidon

de maïs, croscarmellose sodique, dioxyde de titane,

hydrogénophosphate de calcium, hydroxypropylméthyl cellulose,

lactose, laque d'aluminium bleu brillant F.C.F., laque d'aluminium

carmin d'indigo, laque d'aluminium jaune de quinoléine,

maltodextrine, polydextrose, polyéthylène glycol, stéarate de

magnésium et triacétylglycérol.

Les formes pharmaceutiques sont :

Comprimés de 5 mg et de 7,5 mg.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Comportements complexes associés au sommeil :

Certains comptes rendus font état de personnes qui, ayant quitté le

lit sans être complètement éveillées après la prise de Sandoz

Zopiclone, se sont mises à faire des choses sans en être

conscientes, choses dont elles n’ont gardé aucun souvenir le

lendemain. Ce type de comportement inhabituel est plus probable

lorsque Sandoz Zopiclone est pris avec de l’alcool ou avec des

médicaments susceptibles de causer de la somnolence, comme les

antidépresseurs ou les anxiolytiques (calmants). Les gestes qui

peuvent être faits dans ce genre de situation peuvent mettre en

danger la personne qui les accomplit, ou encore son entourage. Le

type d’activités ayant été signalées dans cette situation comprend

la conduite d’un véhicule en état de sommeil, la préparation et la

consommation d’aliments, l’utilisation du téléphone, le départ du

domicile, etc.

Avertissement

Ne prenez pas plus de Sandoz Zopiclone que la quantité

prescrite.

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous consommez de

l’alcool.

Si vous-même ou un membre de votre famille avez déjà eu un

épisode de somnambulisme, parlez-en à votre médecin.

Si vous ou un membre de votre famille avez déjà eu des

épisodes de somnambulisme, parlez-en à votre médecin.

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

Sandoz Zopiclone

Page 40 de 43

Mentionnez à votre médecin si vous souffrez d’un trouble qui

nuit à votre sommeil, comme le syndrome de mouvements

périodiques des jambes (mouvements involontaires des

jambes durant le sommeil) ou le syndrome des jambes sans

repos (besoin irrésistible de bouger les jambes,

s’accompagnant généralement de sensations inconfortables et

désagréables, qui apparaît ou s’aggrave au cours des périodes

d’inactivité, le plus souvent durant la soirée et la nuit).

Mentionnez à votre médecin quels sont les autres

médicaments que vous prenez, y compris les agents en vente

libre et les herbes médicinales. De cette manière, il pourra

vous dire si vous pouvez prendre Sandoz Zopiclone en même

temps que ces autres produits.

Vos proches et vous-même devriez être à l’affût des

comportements inhabituels mentionnés ci-dessus. Si vous

vous apercevez que vous avez fait n’importe lequel de ces

gestes et que vous ne vous en souvenez plus, communiquez

avec votre médecin immédiatement.

Vigilance mentale : Sandoz Zopiclone peut diminuer votre

capacité d’attention le lendemain. ABSTENEZ-VOUS DE

CONDUIRE UN VÉHICULE ou de faire fonctionner des

machines potentiellement dangereuses si :

vous ne vous sentez pas tout à fait éveillé;

moins de 12 heures se sont écoulées depuis la prise du

médicament, même si vous vous sentez tout à fait éveillé,

surtout si vous êtes âgé ou que vous prenez la dose de 7,5 mg;

dans tous les cas, jusqu’à ce que vous sachiez comment le

médicament vous affecte le lendemain.

Troubles de la mémoire : L’emploi de Sandoz Zopiclone peut

occasionner un type particulier de perte de mémoire (amnésie).

Vous pourriez donc oublier les événements survenus pendant une

période donnée, généralement plusieurs heures après la prise du

médicament. Cet oubli est habituellement sans conséquence,

puisque normalement, la personne qui prend un somnifère a

l’intention de dormir durant ce laps de temps critique. Toutefois,

si vous prenez le médicament pour dormir, par exemple au cours

d’un vol de nuit, vous risquez de vous réveiller avant que les

effets du somnifère se soient dissipés. Vous pourriez alors avoir

des pertes de mémoire, un phénomène appelé « amnésie du

voyageur ». NE PRENEZ PAS Sandoz Zopiclone si vous

prévoyez ne pas avoir une nuit complète de sommeil avant de

reprendre vos activités, par exemple lors d’un vol de nuit de

moins de 8 heures. En effet, vous vous exposez à des pertes de

mémoire si vous prenez Sandoz Zopiclone dans ces circonstances,

car l’organisme n’aura pas eu le temps d’éliminer complètement

le médicament.

Tolérance/symptômes de sevrage : Il se peut que les somnifères

perdent de leur efficacité et qu’une dépendance s’installe après

une période d’emploi régulier au coucher.

Pendant le traitement par Sandoz Zopiclone, il est possible que

vous fassiez de l’insomnie pendant le dernier tiers de votre nuit de

sommeil ou que vous ressentiez de l’anxiété ou de la nervosité

durant le jour. Si c’est votre cas, parlez-en à votre médecin.

Il est également possible que vous éprouviez des « symptômes de

sevrage » si vous cessez de prendre le médicament après

seulement 1 ou 2 semaines de traitement. Habituellement, ces

symptômes sont plus fréquents et plus graves lorsque le patient

prend le somnifère pendant une longue période sans interruption.

Ainsi, pendant les quelques nuits qui suivent l’arrêt du traitement,

il se peut que l’insomnie revienne et soit plus grave qu’avant. Ce

type de symptôme de sevrage est appelé « insomnie de rebond ».

Les autres symptômes de sevrage consécutifs à l’arrêt soudain du

traitement peuvent aller de la sensation de malaise au syndrome

de sevrage grave, qui comprend notamment des crampes

abdominales et musculaires, des vomissements, de la

transpiration, des tremblements et, quoique rarement, des

convulsions. Les symptômes graves sont rares. Si vous prenez des

somnifères depuis longtemps, demandez à votre médecin à quel

moment et de quelle façon vous devriez arrêter.

Pharmacodépendance et toxicomanie : Tous les somnifères

d’ordonnance peuvent entraîner une dépendance (toxicomanie),

surtout s’ils sont employés régulièrement pendant plus de

quelques semaines ou à fortes doses. Certaines personnes

éprouvent le besoin de continuer à prendre ces médicaments, non

seulement en vue d’obtenir un effet thérapeutique, mais également

pour éviter l’apparition de symptômes de sevrage ou pour obtenir

des effets non thérapeutiques.

Il se peut que les personnes qui ont ou qui ont eu une dépendance

à l’alcool ou à d’autres substances soient davantage exposées au

risque de pharmacodépendance (dépendance aux médicaments) si

elles prennent des somnifères. Cependant, nul n’est à l’abri d’un

tel risque. Vous devez tenir compte de ce risque avant de prendre

un somnifère pendant plus de quelques semaines.

Modifications mentales ou comportementales : La prise de

somnifères d’ordonnance peut entraîner diverses anomalies de la

pensée et modifications du comportement. Dans certains cas, il

peut s’agir d’un comportement exagérément agressif ou extraverti.

Dans de rares cas, les modifications peuvent être plus étranges et

plus excessives. Il peut s’agir notamment de confusion, de

comportement étrange, d’agitation, d’irritabilité, d’illusions, de

cauchemars, d’hallucinations, de délire (fausse croyance ou

jugement erroné dont le sujet est convaincu malgré la preuve du

contraire), d’une impression de ne plus être soi-même et d’une

accentuation de la dépression pouvant donner lieu à des pensées

suicidaires.

Il est difficile d’établir avec certitude si de tels symptômes sont

spontanés, ou attribuables au médicament ou à une maladie sous-

jacente. Toute modification du comportement ou changement de

l’état mental survenant au cours du traitement par Sandoz

Zopiclone doivent être signalés au médecin le plus tôt possible.

Aggravation des effets secondaires :

NE CONSOMMEZ PAS D’ALCOOL PENDANT LE

TRAITEMENT PAR Sandoz Zopiclone.

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

Sandoz Zopiclone

Page 41 de 43

Certains médicaments peuvent également accentuer les effets

secondaires causés par Sandoz Zopiclone chez certaines personnes

(voir Interactions avec ce médicament).

Personnes âgées : Une augmentation du risque de chutes et de

fractures a été signalée chez les personnes âgées qui prennent des

somnifères tels que Sandoz Zopiclone.

Grossesse : L’emploi de certains somnifères pendant les premiers

mois de la grossesse a été associé à des malformations

congénitales. On ne sait pas encore si l’emploi de Sandoz

Zopiclone peut avoir un effet semblable. En outre, il est admis que

l’administration de somnifères pendant les dernières semaines de

la grossesse entraîne une sédation chez le nouveau-né et peut

également provoquer des symptômes de sevrage après la

naissance. VOUS NE DEVEZ PRENDRE Sandoz Zopiclone À

AUCUN MOMENT de la grossesse, car cela pourrait faire tort à

l’enfant à naître.

Emploi durant l’allaitement : Sandoz Zopiclone se retrouve

dans le lait maternel, c’est pourquoi vous devez éviter de prendre

ce médicament si vous allaitez. Votre médecin vous en dira plus à

ce sujet.

Si vous êtes dans l’une des situations suivantes, consultez votre

médecin ou votre pharmacien avant de prendre Sandoz

Zopiclone.

Vous avez une une maladie pulmonaire ou souffrez de troubles

respiratoires.

Vous souffrez d’une maladie du foie ou des reins.

Vous avez des antécédents de dépression, de pensées suicidaires

ou de tentative de suicide.

Vous avez déjà eu une réaction inhabituelle – irritabilité,

agressivité ou hallucinations par exemple – à l’alcool ou à des

sédatifs par le passé.

Vous avez des antécédents d’alcoolisme ou de toxicomanie.

Vous êtes enceinte, vous prévoyez le devenir ou l’êtes devenue

pendant le traitement.

Vous allaitez

Vous consommez de l’alcool;

Vous prenez d’autres médicaments, y compris des produits en

vente libre ou des herbes médicinales.

Vous avez une intolérance au lactose.

INTERACTIONS AVEC CE MÉDICAMENT

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous consommez de l’alcool.

De même, consultez votre médecin ou votre pharmacien avant

de prendre d’autres médicaments, des produits en vente libre ou

des herbes médicinales en même temps que Sandoz Zopiclone.

Les effets secondaires de Sandoz Zopiclone peuvent être plus

prononcés lorsque ce médicament est pris avec les produits

suivants :

Alcool

Autres tranquillisants ou somnifères

Antihistaminiques sédatifs

Anticonvulsivants (médicaments utilisés pour prévenir ou

maîtriser les convulsions)

Analgésiques narcotiques

Antipsychotiques, antidépresseurs et autres psychotropes

(médicaments agissant sur l’humeur), car il s’agit d’agents qui

peuvent eux aussi provoquer de la somnolence.

D’autres médicaments peuvent interagir avec Sandoz Zopiclone

en perturbant le métabolisme par une enzyme hépatique appelée

CYP3A4. Parmi ces agents, mentionnons :

Les inhibiteurs du CYP3A4, par exemple l’érythromycine, la

clarithromycine, le kétoconazole, l’itraconazole et le ritonavir;

Les inducteurs du CYP3A4, par exemple la rifampicine, la

carbamazépine, le phénobarbital, la phénytoïne et le

millepertuis.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE MÉDICAMENT

La zopiclone est un médicament efficace dont l’emploi dans le

traitement à court terme de l’insomnie entraîne relativement peu

de problèmes graves. L’insomnie peut être de courte durée et

cesser après un bref traitement. Vous devez discuter avec votre

médecin des risques et des avantages associés au traitement de

longue durée.

Dose habituelle :

Sandoz Zopiclone doit être pris au coucher, juste au moment

d’aller au lit.

Adultes : La dose initiale recommandée est de 3,75 mg (un demi-

comprimé de 7,5 mg). La dose peut ensuite être augmentée à 5 mg

ou à 7,5 mg si votre médecin l’estime approprié.

Populations particulières : Les personnes âgées (65 ans ou plus),

les personnes affaiblies, les patients qui souffrent de troubles

touchant les reins ou le foie et ceux qui ont des problèmes

respiratoires chroniques, devraient commencer par 3,75 mg (un

demi-comprimé de 7,5 mg) au coucher, juste avant d’aller dormir.

Chez les personnes âgées, les personnes affaiblies et les patients

atteints de troubles touchant les reins ou le foie, la dose ne doit

pas dépasser 5 mg.

Suivez les instructions de votre médecin concernant la manière de

prendre Sandoz Zopiclone, le moment de le faire et la durée du

traitement.

Vous devez prendre la dose efficace la plus faible.

Ne dépassez pas la dose de Sandoz Zopiclone qui vous a été

prescrite.

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone s’il a été prescrit à une autre

personne que vous.

En général, le traitement par Sandoz Zopiclone ne devrait pas

durer plus de 7 à 10 jours consécutifs. Ne prenez pas Sandoz

Zopiclone pendant plus de 7 à 10 jours sans d’abord en parler à

votre médecin. Si vous avez toujours des problèmes de sommeil

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

Sandoz Zopiclone

Page 42 de 43

une fois votre traitement terminé, adressez-vous de nouveau à

votre médecin.

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous consommez de l’alcool.

Sandoz Zopiclone n’est pas indiqué chez les patients de moins de

18 ans. Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous avez moins de

18 ans.

Ne prenez pas Sandoz Zopiclone si vous prévoyez ne pas avoir

une nuit complète de sommeil avant de reprendre vos activités.

Abstenez-vous de conduire un véhicule ou de faire fonctionner

des machines potentiellement dangereuses jusqu’à ce que vous

sachiez dans quelle mesure la prise de ce médicament vous

affectera le lendemain (voir Mises en garde et précautions,

Vigilance mentale).

Surdosage :

En cas de surdosage, communiquez immédiatement avec un

professionnel de la santé, le service des urgences d’un hôpital

ou le centre antipoison de votre région et ce, même si vous ne

ressentez aucun symptôme. Emportez votre flacon de

comprimés pour le montrer au médecin.

Dose oubliée :

Sandoz Zopiclone doit être pris le soir, juste avant de se mettre au

lit. Si vous avez oublié de prendre votre dose, attendez au

lendemain soir et poursuivez alors votre traitement comme

d’habitude. Ne prenez pas 2 doses en même temps pour

compenser une dose oubliée.

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI CONCERNE LES

EFFETS SECONDAIRES

Effets secondaires courants

L’effet indésirable le plus fréquent de Sandoz Zopiclone est une

altération du goût (amertume).

Par ailleurs, Sandoz Zopiclone peut entraîner de la somnolence,

des étourdissements, des sensations ébrieuses et des troubles de la

coordination. Les personnes qui prennent ce médicament doivent

faire preuve de prudence avant de s’engager dans une activité qui

exige attention et vigilance comme l’utilisation de machines ou la

conduite d’un véhicule motorisé. Le risque est plus élevé lorsque

le médicament est pris avec de l’alcool.

La présence ou l’absence de somnolence le lendemain de la prise

des somnifères dépend de votre réaction au médicament et de la

vitesse à laquelle votre organisme élimine Sandoz Zopiclone. Plus

la dose est forte, plus le risque de somnolence est élevé le

lendemain. Il importe donc que vous ne dépassiez pas la dose

prescrite par votre médecin. Communiquez avec votre médecin si

vous éprouvez une somnolence excessive qui affecte votre

capacité à effectuer des tâches dans la matinée le lendemain, car il

pourrait être nécessaire de réduire votre dose (voir Mises en garde

et précautions, Vigilance mentale).

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables à ces effets

secondaires. Chez ces personnes, la somnolence excessive peut se

traduire par des chutes et des fractures.

Ne buvez pas d’alcool pendant un traitement par Sandoz

Zopiclone. Ne prenez pas de somnifères en même temps que

d’autres médicaments sans d’abord en parler à votre médecin.

Effets secondaires associés au sevrage : Après l’arrêt du

traitement par Sandoz Zopiclone, il se peut que vous éprouviez

plus de difficulté à vous endormir (insomnie de rebond) ou que

vous ressentiez une plus grande anxiété (anxiété réactionnelle)

pendant un jour ou deux (voir Mises en garde et précautions,

Pharmacodépendance et toxicomanie).

Réactions allergiques : De rares cas de réactions allergiques

graves ont été signalés. Les symptômes d’une réaction allergique

comprennent les manifestations suivantes :

Enflure de la langue ou de la gorge, difficultés respiratoires,

nausées et vomissements. Si vous avez de tels symptômes après

avoir pris Sandoz Zopiclone, vous devez obtenir des soins

médicaux d’urgence.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE

ET PROCÉDURES À SUIVRE

Symptôme / effet

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament et

téléphonez à

votre médecin

ou à votre

pharmacien

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous

les cas

Peu fréquent

Réaction inhabituelle telle

qu’énervement, agitation,

hyperactivité, hallucinations,

aggravation de l’insomnie,

agressivité, irritabilité, fureur,

psychose et comportement

violent

Humeur dépressive

Réaction allergique grave

(enflure de la langue ou de la

gorge, troubles respiratoires,

nausées et vomissements)

Difficulté à respirer

Symptômes de sevrage

(crampes abdominales et

musculaires, vomissements,

transpiration, tremblements et,

dans de très rares cas,

convulsions)

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

Sandoz Zopiclone

Page 43 de 43

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE

ET PROCÉDURES À SUIVRE

Symptôme / effet

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament et

téléphonez à

votre médecin

ou à votre

pharmacien

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous

les cas

Rare

Somnambulisme – Les

personnes somnambules

quittent leur lit avant d’être

complètement éveillées et ne

se rappellent plus le

lendemain des choses qu’elles

ont faites pendant ce temps.

Très rare

Idées suicidaires ou suicide

Fréquence

inconnue

Difficulté à respirer

Cette liste d’effets secondaires n’est pas exhaustive. Pour tout

effet inattendu ressenti lors de la prise de Sandoz Zopiclone,

communiquez avec votre médecin ou votre pharmacien.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnés d'être

associés avec l'utilisation d'un produit de santé par:

Visitant le site Web des déclarations des effets

indésirables pour vous informer sur comment faire une

déclaration en ligne, par courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous

avez besoin de renseignements sur le traitement des effets

secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne donne pas de

conseils médicaux.

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT

Conserver ce médicament température ambiante (entre 15°C –

30°C) dans un endroit sec, à l’abri de la lumière. Ne pas prendre

ce médicament après la date de péremption indiquée sur

l’emballage.

Gardez ce médicament hors de la portée des enfants.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Pour obtenir une copie de ce document et la monographie

complète de produit, rédigée pour les professionnels de la santé,

contactez :

Sandoz Canada Inc., au 1-800-361-3062

ou faites une demande écrite à l’adresse suivante :

145, Jules-Léger

Boucherville, (QC), Canada

J4B 7K8

ou par courriel à : medinfo@sandoz.com

Dernière révision: 23 août 2017

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information