RIVA-ALPRAZOLAM Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Alprazolam
Disponible depuis:
LABORATOIRE RIVA INC.
Code ATC:
N05BA12
DCI (Dénomination commune internationale):
ALPRAZOLAM
Dosage:
2MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Alprazolam 2MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
100/500
Type d'ordonnance:
Ciblés (LRCDAS IV)
Domaine thérapeutique:
BENZODIAZEPINES
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0115008004; AHFS: 28:24.08
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02404907
Date de l'autorisation:
2013-04-15

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 1 de 39

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

RIVA-ALPRAZOLAM

0,25 mg, 0,5 mg, 1 mg et 2 mg

COMPRIMÉS D’ALPRAZOLAM, USP

ANXIOLYTIQUE - ANT

LABORATOIRE RIVA INC.

Date de révision :

660 Boul. Industriel

29 juin 2018

Blainville, Quebec

J7C 3V4

www.labriva.com

Numéro de contrôle : 216392

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 2 de 39

Table des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ .................. 3

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT ............................................................. 3

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE ........................................................................................ 3

CONTRE-INDICATIONS ............................................................................................................... 5

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS ....................................................................................... 5

EFFETS INDÉSIRABLES ............................................................................................................. 12

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ................................................................................... 15

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION ........................................................................ 18

SURDOSAGE ................................................................................................................................ 20

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE ........................................................... 21

STABILITÉ ET CONSERVATION .............................................................................................. 22

PRÉSENTATION, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT................................................ 22

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ............................................................... 24

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ............................................................................ 24

ESSAIS CLINIQUES ..................................................................................................................... 25

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE ............................................................................................... 26

TOXICOLOGIE ............................................................................................................................. 28

RÉFÉRENCES ............................................................................................................................... 30

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ....................................... 35

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 3 de 39

RIVA-ALPRAZOLAM

Comprimés d’alprazolam, USP

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie

d’administration

Présentation et

teneur

Tous les ingrédients non médicinaux

Orale

Comprimés dosés à

0,25 mg, à 0,5 mg et à

1,0 mg

Comprimé à trois

rainures dosé à 2,0 mg

Tous les comprimés contiennent : silice

colloïdale, lactose, stéarate de magnésium,

cellulose microcristalline et povidone K-30.

Le comprimé dosé à 0,5 mg contient également

un colorant jaune sur substrat d’aluminium,

soit le jaune n

6; le comprimé dosé à 1 mg

contient également du colorant bleu sur

substrat d’aluminium, soit le bleu n

Voir la section Présentation, composition et

conditionnement.

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

Adultes :

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) est indiqué pour le traitement des troubles anxieux ou le

soulagement à court terme des symptômes d'anxiété excessive. L'anxiété ou la tension associée au

stress de la vie quotidienne ne justifie pas en règle générale l'administration d'un anxiolytique.

Trouble anxieux généralisé

RIVA-ALPRAZOLAM est indiqué dans le traitement du trouble anxieux généralisé (TAG). Le

TAG se caractérise par une anxiété et une inquiétude irréaliste ou excessive (appréhension) au sujet

d'au moins 2 facteurs de la vie quotidienne, se maintenant au moins 6 mois, plus de 1 jour sur 2. Au

moins 6 des 18 symptômes suivants sont souvent présents chez ces patients :

tension motrice

(tremblements, spasmes ou impression de secousses, tension, douleurs ou endolorissements

musculaires; agitation ou impatience, fatigabilité);

hyperactivité neurovégétative

(impression de

suffocation; palpitations ou rythme cardiaque accéléré; transpiration ou mains froides et moites;

sécheresse buccale; étourdissements ou sensation ébrieuse; nausées, diarrhée et autres gênes

abdominales; bouffées de chaleur ou frissons; mictions fréquentes; difficulté à avaler ou sensation

de « boule dans la gorge »);

exploration hypervigilante de l'environnement

(sensation d'être

survolté, réaction de sursaut exagéré; trouble de la concentration ou « trous de mémoire » dus à

l'anxiété; difficulté à s'endormir ou à rester endormi; irritabilité). Ces symptômes ne doivent pas être

secondaires à un autre trouble psychiatrique et ne doivent avoir aucune cause organique.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 4 de 39

Trouble panique avec ou sans agoraphobie

RIVA-ALPRAZOLAM est aussi indiqué pour le traitement du trouble panique, avec ou sans

agoraphobie. Le trouble panique se caractérise par des crises de panique récurrentes.

Les crises de panique sont des périodes discontinues d'inconfort ou de peur intense caractérisées par

au moins 4 des symptômes suivants : dyspnée, étourdissements, sensation d'instabilité ou d'être au

bord de l'évanouissement, tachycardie, tremblements ou secousses musculaires, sueurs, suffocation,

nausées ou gêne abdominale, dépersonnalisation ou déréalisation, paresthésie, bouffées de chaleur

ou frissons, douleur ou gêne thoracique, peur de mourir, peur de devenir fou ou peur de commettre

un acte non contrôlé.

Les crises ne durent habituellement que quelques minutes, mais peuvent, plus rarement, durer

jusqu'à quelques heures.

On diagnostique le trouble panique lorsque le patient a au moins 4 crises en l'espace de 4 semaines

ou une ou plusieurs crises suivies d'une période d'au moins un mois de peur persistante d'une

nouvelle crise. Les symptômes ne doivent pas être attribuables à des causes organiques connues.

Les crises de panique sont inattendues, du moins au début. Plus tard, après évolution de la maladie,

certaines situations, par exemple conduire une automobile ou se déplacer dans une foule, peuvent

être associées aux crises de panique. Celles-ci ne sont pas déclenchées par des situations dans

lesquelles le sujet est observé attentivement par autrui (comme dans la phobie sociale).

Durant le cours normal de la maladie, le patient commence souvent à présenter des symptômes

d'agoraphobie. L'agoraphobie est la peur de se trouver dans des situations où il pourrait être difficile

de s'échapper ou d'obtenir de l'aide en cas de crises de panique inattendues. En raison de cette

crainte, le patient limite souvent ses déplacements ou doit être accompagné lorsqu'

éloigne

de son

domicile, ou encore, il endure des situations agoraphobiques malgré une anxiété intense. L'intensité

varie de légère (le patient peut travailler ou faire son magasinage) à sévère (le patient ne sort plus de

chez lui).

Les démonstrations de l'efficacité de l'alprazolam se limitent à des études cliniques systématiques de

4 mois pour les troubles anxieux généralisés et de 4 à 10 semaines pour le trouble panique.

Cependant, des personnes souffrant de trouble panique ont été traitées dans le cadre d'une étude

ouverte pendant un maximum de 8 mois, sans perte apparente de bienfaits thérapeutiques. Le

médecin doit réévaluer à intervalles réguliers l'utilité du traitement médicamenteux chez tous les

patients.

Personnes âgées (

65 ans) :

Étant donné que les personnes âgées peuvent être particulièrement sensibles aux effets des

benzodiazépines, il est recommandé de leur prescrire de faibles doses de RIVA-ALPRAZOLAM

voir

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE – Pharmacocinétique

;

MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières – Personnes âgées

; et

POSOLOGIE ET

MODE D’ADMINISTRATION, Posologie recommandée et réglage posologique, Troubles anxieux

– Personnes âgées ou affaiblies).

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 5 de 39

Enfants (< 18 ans) :

L’emploi de RIVA-ALPRAZOLAM n’est pas recommandé chez les patients de moins de 18 ans

voir

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières – Enfants).

CONTRE-INDICATIONS

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) est contre-indiqué chez les personnes hypersensibles à ce

composé ou aux autres benzodiazépines. RIVA-ALPRAZOLAM est également contre-indiqué chez

les personnes souffrant de myasthénie grave, d’une insuffisance hépatique ou respiratoire grave, du

syndrome d’apnée du sommeil ou de glaucome aigu à angle fermé. Toutefois, on peut administrer

RIVA-ALPRAZOLAM aux personnes atteintes de glaucome à angle ouvert traité adéquatement.

L’administration de RIVA-ALPRAZOLAM avec le kétoconazole et l’itraconazole est contre-

indiquée, car ceux-ci entravent grandement la biotransformation de l’alprazolam par la CYP3A4

voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES – Interactions médicament-médicament).

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

RISQUES LIÉS À L’UTILISATION CONCOMITANTE D’OPIOÏDES

L’utilisation concomitante de RIVA-ALPRAZOLAM et d’opioïdes peut entraîner une

sédation profonde, une dépression respiratoire, le coma et le décès (

voir

MISES EN GARDE

ET PRÉCAUTIONS, Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de

benzodiazépines).

Il faut réserver l’emploi concomitant de ces médicaments aux patients chez qui les autres

options thérapeutiques s’avèrent inadéquates.

Il faut limiter les doses et la durée au minimum nécessaire.

Il faut surveiller les patients pour déceler d’éventuels signes et symptômes de dépression

respiratoire et de sédation.

Généralités

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) est inefficace chez les personnes atteintes de troubles de la

personnalité. Il est déconseillé d’utiliser RIVA-ALPRAZOLAM après un diagnostic de troubles de

l’humeur ou psychotiques.

Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines :

L’utilisation concomitante de benzodiazépines, y compris RIVA-ALPRAZOLAM, et d’opioïdes

peut entraîner une sédation profonde, une dépression respiratoire, le coma et le décès. Compte

tenu de ces risques, il faut réserver l’emploi concomitant de ces médicaments aux patients chez

qui les autres options thérapeutiques s’avèrent inadéquates.

Des études d’observation ont montré que l’utilisation concomitante d’analgésique opioïdes et de

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 6 de 39

benzodiazépines augmente le risque de mortalité iatrogène, comparativement aux analgésiques

opioïdes en monothérapie. En raison de propriétés pharmacologiques similaires, il est raisonnable

de s’attendre à un risque semblable lorsque d’autres dépresseurs du SNC sont utilisés en

concomitance avec des analgésiques opioïdes.

S’il est décidé de prescrire RIVA-ALPRAZOLAM avec un opioïde, les deux médicaments

doivent être prescrits aux doses efficaces les plus faibles pour une période minimale. Chez les

patients qui reçoivent déjà un analgésique opioïde, la dose initiale de RIVA-ALPRAZOLAM

doit être plus faible que la dose indiquée en l’absence d’un opioïde et doit être augmentée selon

la réponse clinique. Si l’administration d’un analgésique opioïde est amorcée chez un patient qui

prend déjà RIVA-ALPRAZOLAM, la dose initiale de l’analgésique opioïde doit être plus faible

et doit être augmentée selon la réponse clinique. Il faut surveiller étroitement les patients afin de

déceler d’éventuels signes et symptômes de dépression respiratoire et de sédation (

voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Il faut aviser les patients et les soignants du risque de dépression respiratoire et de sédation lié à

l’utilisation de RIVA-ALPRAZOLAM avec des opioïdes.

Il faut également prévenir les patients de ne pas conduire un véhicule ni d’actionner de la

machinerie lourde jusqu’à ce que les effets résultants de l’utilisation concomitante de l’opioïde

aient été déterminés.

Dépendance/tolérance

Risque de dépendance :

Les benzodiazépines, y compris l’alprazolam, peuvent entraîner une

dépendance physique et psychologique. Le risque de dépendance augmente en fonction de la

dose et de la durée du traitement. Les patients qui sont portés à abuser des médicaments ou des

drogues doivent être surveillés attentivement pendant le traitement par l’alprazolam. Les

patients ayant des antécédents d'alcoolisme ou de toxicomanie sont plus susceptibles de

ressentir une dépendance psychologique.

Dépendance et symptômes de sevrage, y compris crises épileptiques :

Les symptômes de

sevrage peuvent se produire à la suite de l'arrêt d'un traitement avec des benzodiazépines chez une

personne ayant une dépendance physique. Ils peuvent être sévères (p. ex., épilepsie) en cas d'arrêt

brusque du traitement ou de réduction rapide de la dose (

voir

POSOLOGIE ET MODE

D’ADMINISTRATION, Posologie recommandée et réglage posologique – Arrêt du traitement).

Même une utilisation relativement brève (p. ex., quelques semaines) de benzodiazépines aux doses

recommandées pour le traitement d'une anxiété passagère et d’un trouble anxieux (c'est-à-dire

0,75 mg à 3 mg/jour) comporte un certain risque de dépendance; des symptômes de sevrage, y

compris des crises épileptiques, ont été signalés après un traitement de courte durée. Des résultats

d'études de pharmacovigilance semblent indiquer que le risque de dépendance et sa sévérité

augmentent chez les patients recevant des doses relativement élevées (plus de 4 mg/jour) ou traités

pendant de longues périodes (plus de 8 à 12 semaines).

Les symptômes de sevrage vont de l'insomnie et la dysphorie légères à un syndrome important

pouvant comprendre irritabilité, nervosité, insomnie, agitation, diarrhée, crampes abdominales,

vomissements, transpiration, tremblements et convulsions. Certains symptômes pouvant être

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 7 de 39

semblables à ceux que le patient présentait avant le traitement, il peut être difficile de distinguer la

rechute du sevrage lors de l'arrêt du traitement.

Arrêt brusque du traitement à éviter (même dans le cas d’un traitement de courte durée)

Comme l’apparition de symptômes de sevrage est plus probable après l’interruption soudaine du

traitement, celle-ci doit être évitée. Même si le traitement n’a été que de courte durée, l’arrêt doit se

faire par réduction graduelle de la dose quotidienne pour réduire au minimum les réactions de

sevrage.

Pour mettre fin au traitement chez des patients recevant de l’alprazolam, il faut réduire la

posologie lentement, conformément à la pratique médicale courante (

voir

POSOLOGIE ET

MODE D’ADMINISTRATION, Posologie recommandée et réglage posologique – Arrêt du

traitement).

Risque de symptômes de sevrage associé aux réductions posologiques :

Une réaction de

sevrage peut faire suite à toute réduction posologique qu'elle soit intentionnelle ou involontaire

(p. ex., oubli de la part du patient, hospitalisation du patient). Il faut donc procéder graduellement

pour réduire la dose ou cesser le traitement par l’alprazolam (

voir

POSOLOGIE ET MODE

D’ADMINISTRATION, Posologie recommandée et réglage posologique – Arrêt du traitement).

L'état épileptique et son traitement :

Le système de signalement volontaire des événements

médicaux révèle que des crises épileptiques ont été associées à l'arrêt de l’alprazolam. Dans la

plupart des cas, on a signalé une seule crise, mais des crises multiples et des états épileptiques

ont été aussi signalés. À l'accoutumée, le traitement de l'état épileptique, quelle qu'en soit

l'étiologie, comprend l'administration intraveineuse de benzodiazépines et de phénytoïne ou de

barbituriques, le maintien de voies aériennes supérieures libres et une hydratation adéquate. Pour

plus de détails sur le traitement, il peut être indiqué de consulter un spécialiste.

Symptômes de sevrage et de rebond dans le traitement du trouble panique :

Étant donné que

le trouble panique nécessite souvent l'administration de doses quotidiennes d’alprazolam de plus de

3 mg, le risque de dépendance chez ces patients peut être plus élevé que dans les cas d'anxiété

moins sévère. Après avoir étudié l'arrêt du traitement dans le cadre d'essais randomisés contrôlés

par placebo, on a constaté que les symptômes de rebond et de sevrage étaient plus fréquents chez

les patients recevant l’alprazolam que dans le groupe témoin.

rechute

ou le retour de la maladie a été définie comme le retour des symptômes caractéristiques

du trouble panique (principalement les crises de panique) à des niveaux comparables à ceux que l'on

avait observés avant le traitement. Le

rebond

fait référence au retour des symptômes du trouble

panique, mais à une intensité ou à une fréquence accrues. Les symptômes de

sevrage

sont ceux qui

n'étaient pas habituellement caractéristiques du trouble panique et qui survenaient pour la première

fois et plus souvent durant l'arrêt du traitement qu'avant le début du traitement.

Lors d'un essai clinique contrôlé dans lequel on a réparti au hasard 63 patients dans des groupes

recevant de l’alprazolam, on a identifié les symptômes de sevrage suivants : perception sensorielle

accrue, trouble de la concentration, dysosmie, obnubilation, paresthésie, crampes et contractions

musculaires, diarrhée, vision brouillée, perte d'appétit et perte de poids. D'autres symptômes,

notamment l'anxiété et l'insomnie, ont été observés fréquemment pendant l'arrêt du traitement,

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 8 de 39

mais il a été impossible de déterminer s'ils étaient dus à une rechute, à un rebond ou au sevrage.

Dans une base de données plus vaste, composée d'études contrôlées et non contrôlées dans

lesquelles 641 patients ont reçu de l’alprazolam, voici les symptômes associés à l'arrêt du

traitement et survenus à une fréquence de plus de 5 % chez les patients recevant l’alprazolam et à

une fréquence supérieure à celle du groupe placebo :

Fréquence des symptômes associés à l'arrêt du traitement

Système

Symptôme

Pourcentage de patients recevant

de

l’alprazolam ayant signalé le

symptôme

N = 641

Neurologique

Insomnie

29,5

Sensation ébrieuse

19,3

Mouvement involontaire anormal

17,3

Céphalées

17,0

Contractions musculaires

Troubles de la coordination

Troubles du tonus musculaire

Faiblesses

Psychiatrique

Anxiété

19,2

Fatigue et épuisement

18,4

Irritabilité

10,5

Troubles cognitifs

10,3

Troubles de la mémoire

Dépression

Confusion

Gastro-intestinal

Nausées/vomissements

16,5

Diarrhée

13,6

Salivation réduite

10,6

Métabolique/nutritionnel

Perte de poids

13,3

Diminution de l'appétit

12,8

Dermatologique

Transpiration

14,4

Cardiovasculaire

Tachycardie

12,2

Sensoriel

Vision brouillée

10,0

Ces études n'ont pas permis de déterminer avec certitude si les symptômes susmentionnés étaient

liés à la dose et à la durée du traitement par l’alprazolam chez les patients atteints de trouble

panique. Deux essais contrôlés d'une durée de 6 à 8 semaines ont permis de mesurer la capacité des

patients de cesser le traitement : 71 à 93 % des patients recevant l’alprazolam ont réussi à arrêter

complètement le traitement, contre 89 à 96 % des patients recevant le placebo. Les essais n'ont pas

permis de déterminer avec certitude la capacité des patients de cesser le traitement après

l'administration à long terme d’alprazolam.

crises épileptiques

attribuables à l’alprazolam ont été observées après l'arrêt du traitement ou la

réduction de la dose chez 8 des 1 980 patients atteints de trouble panique ou ayant reçu des doses

d’alprazolam de plus de 4 mg/jour pendant plus de 3 mois dans le cadre d'essais cliniques. Cinq de

ces crises se sont produites à la suite d'une réduction rapide des doses ou de l'arrêt d'un traitement

comportant des doses quotidiennes de 2 à 10 mg. Trois de ces crises se sont produites dans des

situations où il était impossible de les lier directement à une réduction de dose ou à un arrêt brusque

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 9 de 39

du traitement. Dans l'un de ces cas, la crise s'est produite après l'élimination d'une seule dose de

1 mg faisant suite à une diminution progressive par paliers de 1 mg tous les 3 jours, à partir d'une

dose initiale de 6 mg. Dans les deux autres cas, le lien entre la crise et la diminution progressive du

traitement est indéterminé, les deux patients ayant reçu des doses de 3 mg/jour avant la crise. La

durée de l'utilisation de l’alprazolam dans les 8 cas susmentionnés s'échelonnait entre 4 et

22 semaines. On a signalé volontairement des cas de crises apparemment associées à une réduction

progressive des doses d’alprazolam. Le risque de crises d'épilepsie semble plus élevé entre 24 et

72 heures après l'arrêt du traitement (

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION,

Posologie recommandée et réglage posologique – Arrêt du traitement

et

RÉACTIONS

INDÉSIRABLES – Effets indésirables signalés après la commercialisation du produit).

Symptômes interdoses dans le traitement du trouble panique

Symptômes interdoses :

L'anxiété matinale et l'apparition de symptômes d'anxiété entre les doses

d’alprazolam ont été signalées chez des personnes atteintes de trouble panique prenant les doses

d'entretien recommandées d’alprazolam. Ces symptômes peuvent signaler le début d'une tolérance

ou un intervalle entre les doses qui est plus long que la durée d'action clinique de la dose

administrée. Dans les deux cas, on estime que la dose prescrite ne suffit pas à maintenir les

concentrations plasmatiques nécessaires pour prévenir les symptômes de rechute, de rebond ou de

sevrage pendant toute la durée de l'intervalle séparant les doses. Dans une telle situation, il est

recommandé de conserver la même dose quotidienne, mais de la diviser en fractions plus

nombreuses (

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION).

Troubles mentaux

Dépression et suicide :

Les troubles liés à la panique ont été associés à d'importants troubles

dépressifs primaires et secondaires et à des taux accrus de suicide chez les patients non traités.

Ainsi, lors de l'administration de doses élevées de RIVA-ALPRAZOLAM à des patients souffrant

de troubles liés à la panique, il faut exercer les mêmes précautions que lors de l'administration d'un

médicament psychotrope à des patients traités pour une dépression ou ayant des tendances

suicidaires, soit prescrire la plus faible quantité possible de comprimés de RIVA-ALPRAZOLAM,

conformément aux bonnes pratiques de prise en charge.

Manie :

Des épisodes d’hypomanie et de manie ont été associés à la prise d’alprazolam chez des

patients atteints de dépression. Des cas d’hypomanie ou de manie d’apparition nouvelle ont

également été signalés durant un traitement par l’alprazolam chez des patients qui n’avaient pas

d’antécédents de troubles psychiatriques importants et ne prenaient pas d’autres médicaments.

Fonction hépatique

Insuffisance hépatique :

En présence d'une insuffisance hépatique, commencer le traitement

avec des doses très faibles et augmenter la posologie en tenant compte de la capacité résiduelle

de l'organe affecté. Une étroite surveillance et des contrôles périodiques de laboratoire sont

nécessaires (

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION

et

MODE D’ACTION ET

PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Fonction rénale

Insuffisance rénale :

En présence d'une insuffisance rénale, commencer le traitement avec des

doses très faibles et augmenter la posologie en tenant compte de la capacité résiduelle de l'organe

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 10 de 39

affecté. Une étroite surveillance et des contrôles périodiques de laboratoire sont nécessaires (

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION

et

MODE D’ACTION ET

PHARMACOLOGIE CLINIQUE).

Populations particulières

Femmes enceintes :

L’emploi de RIVA-ALPRAZOLAM n’est pas recommandé durant la

grossesse.

Effets tératogènes :

Les benzodiazépines peuvent nuire au fœtus. En raison de l’expérience acquise

avec d’autres agents de la classe des benzodiazépines, on présume que l’administration de

l’alprazolam durant le premier trimestre de la grossesse entraîne une augmentation du risque accru

d’anomalies congénitales. Comme le recours à l’alprazolam est rarement urgent, l’emploi de RIVA-

ALPRAZOLAM est rarement justifié chez la femme apte à concevoir. S’il faut y recourir, on doit

avertir la patiente de consulter son médecin si elle désire devenir enceinte ou croit l'être, car les

risques pour le fœtus commandent l’arrêt du traitement.

Effets non tératogènes :

Il convient de noter que l'enfant né d'une mère recevant des benzodiazépines

risque de présenter quelques symptômes de sevrage pendant la période postnatale. De plus, on a

signalé des problèmes respiratoires et une certaine flaccidité chez des enfants nés de mères ayant

reçu des benzodiazépines à la fin du troisième trimestre de la grossesse ou pendant le travail.

L'effet de l’alprazolam sur le travail et l'accouchement n'a pas été déterminé.

Femmes qui allaitent :

Chez le rat, l’alprazolam et ses métabolites sont retrouvés dans le lait. Les

benzodiazépines, y compris l’alprazolam, se retrouvent également dans le lait humain, en faibles

concentrations. Par conséquent, il faut s'abstenir d'allaiter durant un traitement par RIVA-

ALPRAZOLAM.

Enfants (< 18 ans) :

L'innocuité et l'efficacité de l’alprazolam n'ont pas été établies chez les patients

de moins de 18 ans; par conséquent, l’emploi de RIVA-ALPRAZOLAM n’est pas recommandé

chez cette population de patients.

Personnes âgées (≥ 65 ans) :

Même avec de faibles doses, les personnes âgées ou affaiblies sont

plus sensibles aux effets neurodépresseurs des benzodiazépines sur le SNC, lesquels se manifestent

par de l'ataxie, une sédation excessive et de l'hypotension. La prudence est donc de rigueur,

particulièrement si une baisse de la tension artérielle risque de causer des complications cardiaques.

Pour éviter une hypersédation, des troubles neurologiques et d'autres réactions indésirables, les doses

initiales seront faibles et les augmentations, faites par paliers et adaptées à la tolérance individuelle

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION, Populations particulières – Personnes

âgées

et

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE – Pharmacocinétique).

Emploi en présence d’une affection concomitante

Il est recommandé d’administrer la dose la plus faible possible, afin de prévenir l’ataxie et

l’hypersédation, lesquelles peuvent être particulièrement problématiques chez les patients âgés ou

affaiblis (

voir

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION). Les précautions habituelles

doivent être prises lorsqu’on traite des patients dont la fonction rénale, hépatique ou pulmonaire est

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 11 de 39

altérée. De rares cas de décès ont été signalés peu de temps après l’amorce d’un traitement

par les

comprimés d’alprazolam chez des patients qui souffraient d’une maladie pulmonaire grave. Une

diminution du taux d’élimination systémique de l’alprazolam (p. ex., augmentation de la demi-vie

plasmatique) a été observée chez des patients atteints d’une maladie hépatique alcoolique de même

que chez des patients obèses traités par les comprimés d’alprazolam (

voir

PHARMACOLOGIE

CLINIQUE).

Surveillance et épreuves de laboratoire

Des numérations globulaires et des contrôles périodiques de la fonction hépatique sont recommandés

lors de traitements répétés par RIVA-ALPRAZOLAM.

Renseignements destinés aux patients

Afin d’assurer l’utilisation sécuritaire et efficace de RIVA-ALPRAZOLAM, le médecin doit

fournir les conseils suivants au patient.

1. Votre médecin doit être informé de vos habitudes de consommation d’alcool ou des

médicaments que vous prenez actuellement, y compris ceux que vous achetez sans ordonnance.

De façon générale, il est déconseillé de consommer de l’alcool durant la prise de benzodiazépines.

2. Ce produit ne doit pas être utilisé pendant la grossesse. Par conséquent, prévenez votre

médecin si vous planifiez une grossesse, si vous êtes enceinte ou encore si vous le devenez

pendant votre traitement.

3. Avisez votre médecin si vous allaitez.

4. Attendez de voir comment vous réagissez au médicament avant de conduire un véhicule ou

d’utiliser une machine potentiellement dangereuse, etc.

5. N’augmentez jamais la dose parce que vous croyez que le médicament « n’est plus efficace »

sans d’abord consulter votre médecin. Même lorsqu’elles sont utilisées conformément aux

recommandations, les benzodiazépines peuvent entraîner une dépendance psychologique et/ou

physique.

6. Vous ne devez pas arrêter de prendre ce médicament de façon abrupte ni en diminuer la dose

sans consulter votre médecin, car vous pourriez éprouver des symptômes de sevrage.

7. Pour certains patients, il peut être très difficile d’arrêter le traitement par RIVA-ALPRAZOLAM

en raison d’une dépendance psychologique et physique intense. Des symptômes liés à l’arrêt du

traitement, y compris des convulsions, peuvent survenir, quelle que soit la dose utilisée, mais le

risque est plus important avec l’emploi prolongé de doses supérieures à 4 mg/jour, particulièrement

si l’on cesse de prendre le médicament trop brusquement. Il est important que vous consultiez votre

médecin pour savoir comment arrêter votre traitement de façon sûre. Cesser le traitement de la

bonne manière contribuera à diminuer le risque de réactions de sevrage, qui peuvent être légères,

mais aussi plus graves, comme des crises convulsives.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 12 de 39

EFFETS INDÉSIRABLES

Aperçu des effets indésirables du médicament

Les effets indésirables de l’alprazolam, le cas échéant, s'observent généralement au début du

traitement et disparaissent habituellement dès l'arrêt du traitement ou la diminution de la posologie.

Comme les autres benzodiazépines, l'alprazolam peut produire des réactions paradoxales, par

exemple excitation, agitation, rage, comportement agressif ou hostile, spasticité musculaire accrue,

troubles du sommeil, hallucinations et autres troubles comportementaux. Ces réactions paradoxales

sont rares et surviennent de façon aléatoire. En leur présence, il faut mettre fin au traitement.

Effets indésirables du médicament observés au cours des essais cliniques

Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, les taux des effets

indésirables qui sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et ne doivent pas

être comparés aux taux observés dans le cadre des essais cliniques portant sur un autre

médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d’un médicament qui sont tirés d’essais

cliniques s’avèrent utiles pour la détermination des manifestations indésirables liées aux

médicaments et pour l’estimation des taux.

Les données présentées dans les tableaux suivants sont des estimations de la fréquence des

événements cliniques indésirables survenus chez des patients qui ont participé à des études cliniques

dans les conditions suivantes :

Tableau sur les troubles anxieux : études cliniques relativement courtes (4 semaines), contrôlées

par placebo avec posologie maximale de 4 mg/jour d’alprazolam (pour le traitement des troubles

anxieux ou le soulagement à court terme des symptômes de l'anxiété);

Tableau sur le trouble panique : études cliniques contrôlées par placebo à court terme

(maximum de 10 semaines) à posologie maximale de 10 mg/jour d’alprazolam chez des patients

souffrant de trouble panique, avec ou sans agoraphobie.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 13 de 39

TROUBLES ANXIEUX

Fréquence des symptômes associés au

traitement

% de cas signalés par les

patients

Système

Symptôme

Alprazolam

N = 565

Placebo

N = 505

Système nerveux central

Somnolence

41,0

21,6

Sensation ébrieuse

20,8

19,3

Dépression

13,9

18,1

Céphalées

12,9

19,6

Confusion

10,0

Insomnie

18,4

Nervosité

10,3

Syncope

Étourdissements

Acathisie

Gastro-intestinal

Sécheresse buccale

14,7

13,3

Constipation

10,4

11,4

Diarrhée

10,1

10,3

Nausées/vomissements

12,8

Salivation accrue

Cardiovasculaire

Tachycardie/palpitations

15,6

Hypotension

Sensoriel

Vision brouillée

Musculosquelettique

Rigidité

Tremblements

Cutané

Dermatite/allergie

Autre

Congestion nasale

Gain pondéral

Perte de poids

TROUBLE PANIQUE

Fréquence des symptômes associés au traitement

% de cas signalés par les patients

Système

Symptôme

Alprazolam

N = 1388

Placebo

N = 1231

Système nerveux central

Somnolence

76,8

42,7

Fatigue et épuisement

48,6

42,3

Trouble de la coordination

40,1

17,9

Irritabilité

33,1

30,1

Trouble de la mémoire

33,1

22,1

Sensation

ébrieuse/étourdissements

29,8

36,9

Insomnie

29,4

41,8

Céphalées

29,2

35,6

Trouble cognitif

28,8

20,5

Dysarthrie

23,3

Anxiété

16,6

24,9

Mouvement involontaire anormal

14,8

21,0

Diminution de la libido

14,4

Dépression

13,8

14,0

État confusionnel

10,4

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 14 de 39

Fréquence des symptômes associés au traitement

% de cas signalés par les patients

Système

Symptôme

Alprazolam

N = 1388

Placebo

N = 1231

Contractions musculaires

11,8

Augmentation de la libido

Modification de la libido (non

précisée)

Faiblesse

Troubles du tonus musculaire

Syncope

Acathisie

Agitation

Désinhibition

Paresthésie

Volubilité

Perturbations vasomotrices

Déréalisation

Anomalies oniriques

Peur

Sensation de chaleur

Gastro-intestinal

Salivation réduite

32,8

34,2

Constipation

26,2

15,4

Nausées/vomissements

22,0

31,8

Diarrhée

20,6

22,8

Gêne abdominale

18,3

21,5

Salivation accrue

Cardio-respiratoire

Congestion nasale

17,4

16,5

Tachycardie

15,4

26,8

Douleurs thoraciques

10,6

18,1

Hyperventilation

14,5

Infection des voies aériennes

supérieures

Sensoriel

Vision brouillée

21,0

21,4

Acouphène

10,4

Musculosquelettique

Crampes musculaires

Raideur musculaire

Cutané

Transpiration

15,1

23,5

Éruption cutanée

10,8

Autre

Augmentation de l'appétit

32,7

22,8

Diminution de l'appétit

27,8

24,1

Gain pondéral

27,2

17,9

Perte de poids

22,6

16,5

Difficultés de la miction

12,2

Troubles menstruels

10,4

Dysfonctionnement sexuel

Œdème

Incontinence

Infection

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 15 de 39

Effets indésirables peu courants du médicament observés au cours des essais cliniques (< 1 %)

Outre les événements indésirables relativement courants (fréquence > 1 %) énumérés dans les

tableaux, les événements suivants ont été associés à l'alprazolam et à d'autres benzodiazépines :

crises d’épilepsie, perte de coordination, troubles de la concentration, troubles de mémoire/amnésie

passagère, hallucinations, dépersonnalisation, dysgueusie, dystonie, irritabilité, anorexie, fatigue,

somnolence, difficultés d'élocution, faiblesse musculosquelettique, modification de la libido,

menstruation irrégulière, incontinence, rétention d'urine, dysfonctionnement hépatique, élévation des

taux des enzymes hépatiques, hyperbilirubinémie, jaunisse, prurit, diplopie et hyperprolactinémie.

On a signalé de rares cas d'augmentation de la pression intraoculaire.

Effets indésirables signalés après la commercialisation du produit

Divers effets indésirables ont été associés à la prise d’alprazolam depuis sa mise sur le marché. La

majorité des réactions ont été signalées au moyen d’un système de déclaration volontaire. Vu la

nature spontanée des déclarations et l’absence de témoins, il est impossible de confirmer l’existence

d’un lien entre le traitement par l’alprazolam et ces manifestations, à savoir : troubles gastro-

intestinaux, hypomanie, manie, hépatite, œdème angioneurotique, œdème périphérique, élévation

des taux des enzymes hépatiques, insuffisance hépatique, syndrome de Stevens-Johnson,

gynécomastie, galactorrhée, agressivité, colère, troubles de la libido, hyperactivité psychomotrice,

dystonie, déséquilibre du système nerveux autonome, dermatite et réaction de photosensibilité.

Dans certains signalements spontanés d'effets comportementaux indésirables, tels excitation,

agitation, trouble de la concentration, confusion et hallucinations, les patients avaient reçu

simultanément d'autres médicaments agissant sur le SNC ou présentaient des affections

psychiatriques sous-jacentes. Chez les patients ayant des troubles de la personnalité ou des

antécédents de comportement violent ou agressif, d'abus d'alcool ou de toxicomanie, le risque est

plus élevé. Des cas d'irritabilité, d'hostilité et de pensées envahissantes ont été signalés à la suite de

l'arrêt du traitement avec l'alprazolam chez des patients en état de stress post-traumatique.

Des convulsions ont été signalées lors de l’arrêt du traitement chez des patients recevant uniquement

de l’alprazolam.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Interactions médicament-médicament

Interactions pharmacodynamiques

Médicaments agissant sur le SNC

Les benzodiazépines, y compris l'alprazolam, risquent de potentialiser les effets d'autres

médicaments psychotropes, dont l'alcool, les narcotiques, les barbituriques, les antihistaminiques ou

les anticonvulsivants, ou de produire des effets neurodépresseurs supplémentaires si elles sont

administrées en association avec ce type de médicament. Avant d'associer l’alprazolam à un autre

médicament agissant sur le SNC, il importe donc d'étudier soigneusement l'action pharmacologique

de ce produit pour éviter le risque d'effets additifs ou de potentialisation. Prévenir les patients à ce

sujet et leur déconseiller la consommation d'alcool durant le traitement par RIVA-ALPRAZOLAM.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 16 de 39

Opioïdes

En raison d’effets dépresseurs additifs sur le SNC, l’utilisation concomitante de benzodiazépines, y

compris RIVA-ALPRAZOLAM, et d’opioïdes augmente le risque de sédation profonde, de

dépression respiratoire, de coma ou de mort. Il faut réserver l’emploi concomitant de ces

médicaments aux patients chez qui les autres options thérapeutiques s’avèrent inadéquates et

administrer les plus petites doses possible des deux médicaments durant la période la plus courte

possible. Il faut également surveiller étroitement les patients afin de déceler d’éventuels signes de

dépression respiratoire et de sédation (voir l’encadré « Mises en garde et précautions importantes »

et Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines).

Interactions pharmacocinétiques

Inhibiteurs de la CYP3A

L'alprazolam peut entraîner des interactions pharmacocinétiques lorsqu'il est administré en même

temps que d'autres médicaments qui interfèrent avec son métabolisme. Les composés qui inhibent

certains enzymes hépatiques (en particulier la CYP3A4) peuvent augmenter la concentration sérique

d'alprazolam et renforcer son action. Des données provenant d'études cliniques sur l'alprazolam,

d'études

in vitro

sur ce même produit et d'études cliniques sur des produits subissant le même type de

métabolisme que l'alprazolam fournissent la preuve d'interactions médicamenteuses d'importance

variable et d'interactions possibles entre l'alprazolam et un certain nombre de médicaments.

Antifongiques

Le kétoconazole et l’itraconazole sont des inhibiteurs puissants de la CYP3A. L'administration

concomitante d'alprazolam et de kétoconazole, d'itraconazole et d'autres antifongiques azolés est

déconseillée (

voir

CONTRE-INDICATIONS). Cette recommandation se fonde sur des données

résultant d'études sur les interactions entre des benzodiazépines subissant un métabolisme similaire

à celui de l'alprazolam (triazolam et midazolam) et le kétoconazole et l'itraconazole. Par ailleurs,

une étude

in vitro

a montré que le kétoconazole est un inhibiteur puissant du métabolisme de

l'alprazolam.

On recommande d'être prudent et d’envisager une réduction de la dose lorsque l'alprazolam est

administré en même temps que la néfazodone, la fluvoxamine ou la cimétidine.

Néfazodone

Lorsque l’alprazolam (1 mg 2 f.p.j.) était administré en même temps que la néfazodone (200 mg

2 f.p.j.) à l’état d'équilibre, le pic de concentration, l'ASC et la demi-vie de l’alprazolam étaient

augmentés par un facteur de 2 environ. La concentration plasmatique de la néfazodone n'était pas

modifiée par l'administration de l’alprazolam, mais le taux plasmatique de son métabolite mCPP

était augmenté. L'administration concomitante d’alprazolam et de néfazodone a également été

associée à une exagération du ralentissement psychomoteur, dont on pense qu'elle est due à une

élévation du taux plasmatique d’alprazolam.

Lorsque l’alprazolam est administré en même temps que la néfazodone, il faut parfois diminuer la

posologie de l’alprazolam; il n'est pas nécessaire d'ajuster celle de la néfazodone. Les interactions de

ces 2 produits à fortes doses, comme c'est le cas des posologies élevées d’alprazolam utilisées dans

le traitement du trouble panique, n'ont pas fait l'objet d'études.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 17 de 39

Fluvoxamine

Lorsque l'alprazolam (1 mg) était administré en même temps que la fluvoxamine (50 mg 1 f.p.j.

pendant 3 jours, puis 100 mg 1 f.p.j. pendant 7 jours), son ASC était augmentée d'environ 100 %, sa

d'environ 50 %, et sa demi-vie plasmatique passait de 19,8 heures à 33,9 heures. La C

l'ASC de la fluvoxamine étaient diminuées d'environ 25 %. Après 10 jours, on a noté une baisse

notable des résultats aux tests psychomoteurs.

Cimétidine

On a administré à des volontaires en bonne santé une dose unique de 1 mg d'alprazolam avec et sans

cimétidine (300 mg) toutes les 6 heures. La cimétidine a entravé significativement la clairance de

l'alprazolam, prolongé sa demi-vie et réduit significativement sa clairance métabolique totale (1,05

contre 1,66 mL/min/kg). L'administration concomitante d'alprazolam et de cimétidine a entraîné une

augmentation d'environ 100 % de la C

de l'alprazolam, ainsi qu'une augmentation statistiquement

significative de son ASC. La demi-vie plasmatique de l’alprazolam est passée de 12,2 heures à

14,2 heures.

Contraceptifs oraux

On a étudié l'effet des contraceptifs oraux sur la pharmacocinétique d'une dose unique de 1 mg

d'alprazolam chez des femmes en bonne santé. La clairance de l'alprazolam était plus faible chez les

femmes prenant des contraceptifs oraux (0,95 mL/min/kg) que dans le groupe témoin

(1,21 mL/min/kg), et sa demi-vie était prolongée (12,4 heures contre 9,6 heures). La prudence

s’impose lors de l’administration concomitante d’alprazolam et de contraceptifs oraux.

Inhibiteurs de la protéase du VIH

Les interactions entre l’alprazolam et les inhibiteurs de la protéase du VIH (comme le ritonavir) sont

complexes et fonction du temps. L’administration de faibles doses de ritonavir inhibe de façon

importante la clairance de l’alprazolam, ce qui se traduit par un prolongement de sa demi-vie

d’élimination et une accentuation de ses effets cliniques. Même si l’induction de l’isoenzyme

CYP3A observée lors de l’exposition prolongée au ritonavir vient contrebalancer cette inhibition, il

faut régler la dose d’alprazolam ou cesser l’administration de ce produit pendant le traitement par le

ritonavir.

Inducteurs de la CYP3A

Carbamazépine

On a observé une interaction pharmacocinétique entre l'alprazolam et la carbamazépine; la

concentration d'alprazolam diminuait notablement après le début d'un traitement avec de la

carbamazépine. Aucune interaction pharmacocinétique n'a été observée entre l'alprazolam et la

phénytoïne.

Autres médicaments

Imipramine et désipramine

Les concentrations plasmatiques d'imipramine et de désipramine à l'état d'équilibre auraient

augmenté en moyenne de 31 % et de 20 %, respectivement, à la suite de l'administration simultanée

de comprimés d'alprazolam à des doses pouvant atteindre 4 mg/jour. L'importance clinique de ces

changements demeure inconnue.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 18 de 39

Warfarine

Trois doses de 0,5 mg d'alprazolam par jour, pendant 14 jours, n'ont pas affecté le temps de

prothrombine ni les taux plasmatiques de warfarine chez des volontaires de sexe masculin ayant reçu

de la warfarine sodique par voie orale.

On recommande d'être prudent lorsqu'on administre l'alprazolam en même temps que la fluoxétine,

le propoxyphène, le diltiazem ou des macrolides (antibiotiques), comme l'érythromycine ou la

troléandomycine.

Digoxine

On a signalé des cas d’élévation de la concentration de digoxine par suite de l’administration

concomitante d’alprazolam et de digoxine, en particulier chez les personnes âgées (> 65 ans). Par

conséquent, il faut surveiller les patients qui reçoivent de l’alprazolam et de la digoxine afin de

déceler tout signe ou symptôme de toxicité lié à cette dernière.

Interactions médicament-aliment

Ne jamais prendre d’alcool pendant le traitement par RIVA-Alprazolam (

voir

Médicaments agissant

sur le SNC

ci-dessus

Effets du médicament sur le style de vie

Conduite d'un véhicule et activités dangereuses :

Avertir les patients qu'avec RIVA-

ALPRAZOLAM, comme d'ailleurs avec tout médicament neurodépresseur, il ne faut pas s'engager

dans des activités exigeant une parfaite acuité mentale, un bon jugement et de la coordination

physique, comme la conduite d'un véhicule ou l'utilisation de machines, particulièrement au cours de

la période d'ajustement posologique et jusqu'à ce qu'il ait été déterminé que RIVA-ALPRAZOLAM

ne cause pas, chez eux, somnolence ou étourdissements.

Alcool et autres médicaments dépresseurs du SNC :

Ne jamais prendre d'alcool ni de

neurodépresseurs pendant le traitement par RIVA-ALPRAZOLAM.

POSOLOGIE ET MODE D’ADMINISTRATION

Considérations posologiques

Pour un traitement optimal, individualiser la posologie. Administrer la plus petite dose efficace

possible et réévaluer fréquemment la nécessité de poursuivre le traitement. Le risque de

dépendance peut augmenter avec la dose et la durée du traitement. En général, la dose à administrer

est relativement plus faible chez les patients n’ayant jamais reçu de psychotropes que chez ceux qui

ont déjà pris des sédatifs légers, des antidépresseurs ou des hypnotiques.

RIVA-ALPRAZOLAM est une préparation à libération immédiate. RIVA-ALPRAZOLAM à

2 mg est présenté sous forme de comprimé sécable à trois rainures pouvant être brisé en

4 sections égales dosées à 0,5 mg chacune.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 19 de 39

Posologie recommandée et réglage posologique

Troubles anxieux

Adultes

Au début, l'adulte reçoit 0,25 mg de RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam), 2 ou 3 f.p.j. Si nécessaire,

augmenter la dose par paliers de 0,25 mg, selon la gravité des symptômes et la réaction du patient au

traitement. On recommande d'augmenter d’abord la dose du coucher plutôt que les doses prises

durant la journée. L'angoisse très intense peut impliquer l'utilisation de plus fortes doses initiales. La

posologie optimale est celle qui permet de soulager les symptômes d'anxiété excessive sans altérer

les fonctions mentales et motrices. Dans les cas exceptionnels, elle peut être portée au maximum de

3 mg/jour, en prises fractionnées.

Personnes âgées ou affaiblies :

Administrer la dose la plus faible possible, de sorte à prévenir

l’ataxie et l’hypersédation. La posologie initiale est de 0,125 mg, 2 ou 3 f.p.j. Elle peut

graduellement être augmentée, au besoin, selon la tolérance et la réaction au traitement. Les

personnes âgées peuvent être particulièrement sensibles aux effets des benzodiazépines.

Insuffisance rénale ou hépatique :

Chez les patients souffrant d'insuffisance rénale ou hépatique, la

dose habituelle est de 0,125 mg à 0,25 mg, 2 ou 3 f.p.j. Elle peut être augmentée progressivement, au

besoin, si elle est tolérée.

Trouble panique

La dose initiale habituelle est de 0,5 mg à 1 mg au coucher, ou de 0,5 mg, 3 f.p.j. Elle doit être

ajustée jusqu'à ce que le patient ne présente plus de crises de panique. Ne pas augmenter la dose de

plus de 1 mg tous les 3 ou 4 jours. Pour réduire les symptômes éventuels entre chaque crise, dont la

survenue suggère une concentration plasmatique insuffisante, utiliser la même dose, mais avec un

schéma posologique comportant 3 ou 4 prises quotidiennes.

Lors d'essais contrôlés visant à établir l'efficacité de l’alprazolam dans le traitement du trouble

panique, on a utilisé des doses de 1 à 10 mg/jour. La posologie moyenne employée a été d'environ 5

ou 6 mg/jour. Parmi les quelque 1 700 patients ayant participé au programme, environ 300 ont reçu

des doses d’alprazolam maximales de plus de 7 mg/jour, et environ 100 d'entre eux ont reçu des

doses maximales de plus de 9 mg/jour. Quelques patients ont eu besoin de 10 mg/jour pour obtenir

un soulagement adéquat.

Étant donné que le trouble panique nécessite souvent l’administration de doses quotidiennes

d’alprazolam de plus de 3 mg, le risque de rebond ou de symptômes de sevrage chez ces patients

peut être plus élevé que chez ceux traités pour l’anxiété (

voir

MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS – Symptômes de sevrage et de rebond dans le traitement du trouble panique).

On ignore encore la durée nécessaire du traitement du trouble panique. Après une période

prolongée sans crise de panique, on peut tenter un arrêt progressif du traitement, sous

surveillance.

Arrêt du traitement :

Pour mettre fin au traitement des patients recevant RIVA-ALPRAZOLAM, il faut réduire la

posologie lentement, conformément à la pratique médicale courante. Il est recommandé de ne pas

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 20 de 39

réduire la posologie quotidienne de RIVA-ALPRAZOLAM de plus 0,5 mg tous les 3 jours. Pour

certains patients, la réduction doit se faire encore plus lentement. Une diminution de 0,5 mg toutes

les 2 ou 3 semaines est plus appropriée si la posologie quotidienne est de 6 mg ou plus, même si le

traitement n'a duré que quelques mois. Une fois la dose quotidienne réduite à 2 mg, la réduction

subséquente doit se faire par paliers de 0,25 mg, toutes les 2 ou 3 semaines. Les essais n'ont pas

permis de déterminer avec certitude la capacité des patients de cesser le traitement après

l'administration à long terme d’alprazolam (

voir

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS –

Dépendance/tolérance).

SURDOSAGE

Symptômes

Le surdosage d’alprazolam accroît son activité pharmacologique,

soit les effets neurodépresseurs qui

se manifestent, à différentes intensités, par de la somnolence, de la confusion, des difficultés

d’élocution, des troubles de la coordination, un amoindrissement des réflexes, une dépression

respiratoire et le coma. Comme pour n'importe quel autre surdosage, il faut tenir compte du fait que

plusieurs agents peuvent être en cause.

Les séquelles graves sont rares, à moins de l’administration concomitante d’autres médicaments

et/ou d’éthanol. Des décès ont été associés à des surdosages d'alprazolam et d'autres

benzodiazépines, utilisés seuls. On a aussi signalé des surdosages fatals chez des patients qui avaient

associé une benzodiazépine, par exemple l'alprazolam, à l'alcool; les taux d'alcool mesurés chez

certains de ces patients étaient inférieurs aux taux habituellement observés lors de décès dus à

l'alcool.

Traitement

Si la personne est pleinement consciente, la faire vomir. Surveiller les signes vitaux et appliquer les

mesures générales de soutien. Effectuer un lavage gastrique dès que possible. Administration

éventuelle de liquides intraveineux et maintien du fonctionnement des voies aériennes.

Les expériences animales indiquent que des doses intraveineuses massives d'alprazolam peuvent

causer un collapsus cardio-pulmonaire. Ceci a pu être inversé par le respirateur à pression positive et

une perfusion intraveineuse de lévartérénol. Ces expériences ont également révélé que l'hémodialyse

et la diurèse forcée sont probablement de peu d'utilité.

Le traitement du surdosage consiste essentiellement à soutenir les fonctions respiratoire et

cardiovasculaire.

Le flumazénil, un antagoniste des récepteurs benzodiazépiniques, peut servir d’adjuvant au

rétablissement des fonctions respiratoire et cardiovasculaire.

En cas de surdosage soupçonné, communiquez immédiatement avec le centre antipoison de

votre région.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 21 de 39

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

L'alprazolam, un analogue des triazolobenzodiazépines 1-4, se lie avec une forte affinité au

complexe récepteur des benzodiazépines et de l'acide gamma-aminobutyrique. Des preuves

considérables indiquent que les actions pharmacologiques/thérapeutiques centrales de l'alprazolam

sont liées à l'interaction avec ce complexe récepteur.

Pharmacocinétique

Absorption :

Chez l'homme, les doses orales sont bien absorbées. Les concentrations plasmatiques

sont proportionnelles aux doses : pour les posologies entre 0,5 et 3 mg, les concentrations de pointe

varient entre 8 et 37 ng/mL. La demi-vie d'élimination moyenne de l'alprazolam est d'environ

11 heures chez les adultes en santé. Après des doses multiples, administrées 3 fois par jour,

l'équilibre dynamique est atteint en 7 jours ou moins.

Biotransformation / Excrétion :

Chez l’homme, l’alprazolam subit une biotransformation importante, principalement sous l’effet de

la CYP3A4. L'alprazolam se dégrade principalement par oxydation, entraînant la formation des

métabolites primaires : l’alpha-hydroxy-alprazolam et un dérivé benzophénonique. Le métabolite

alpha-hydroxy est ensuite transformé en déméthylalprazolam. Les métabolites alpha-hydroxy et

déméthylalprazolam sont actifs, et leur demi-vie semble similaire à celle du produit, mais ils ne se

retrouvent qu'en faibles quantités dans le plasma. L’urine est la principale voie d’excrétion des

métabolites de l’alprazolam.

Populations particulières et états pathologiques

Le tableau ci-dessous résume quelques-uns des paramètres pharmacocinétiques observés sur des

adultes et des personnes âgées en bonne santé (âge moyen de 70 ans, variant entre 62 et 78), ainsi

que sur des sujets souffrant d'obésité ou d'insuffisance hépatique ou rénale. La clairance a diminué et

les demi-vies ont augmenté chez toutes les populations de patients spéciaux, à l'exception des

patients sur hémodialyse. La concentration plasmatique de pointe était

atteinte pl

us tardivement chez

les patients souffrant d'insuffisance hépatique et ceux sous DPCA (dialyse péritonéale continue

ambulatoire).

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 22 de 39

Pharmacocinétique de l'alprazolam chez les populations de patients spéciaux après l'administration de doses

orales uniques. Les valeurs présentées sont des moyennes, les valeurs entre parenthèses étant les limites.

Paramètre

Populations de patients

Adultes

Personnes âgées

Obèses

Maladie hépatique

liée à l'alcool

Insuffisance rénale dépassée

Hémodialyse

DPCA

a

Nombre

Dose (mg)

(ng/mL)

17,9

(8,5-29,5)

22,9

(12,4-36,3)

Pas de résultats

17,3

(8,6-26,0)

(5,9-14,4)

(6,8-10,5)

(0,25-6,0)

(0,5-2,0)

Pas de résultats

(0,5-8,0)

(0,5-2,0)

(0,5-6,0)

(mL/min/kg)

1,33

(0,90-2,23)

0,86

(0,40-1,84)

0,59

(Non disponible)

0,56

(0,17-1,46)

Pas de résultats

Pas de

résultats

11,0

(6,3-15,8)

16,3

(9,0-26,9)

21,8

(9,9-40,5)

19,7

(5,8-65,3)

11,2

(7,1-19,1)

19,2

(8,8-33,8)

Fraction

plasmatique

non liée (%)

29,0

(25,0-32,8)

29,8

(25,0-35,4)

30,3

(26,4-35,4)

23,2

(16,9-32,8)

27,6

(22,7-30,7)

30,9

(28,0-34,2)

DPCA :

Dialyse péritonéale continue ambulatoire

Concentration plasmatique de pointe

Délai d'obtention de la concentration de pointe

C1 :

Clairance totale

Demi-vie d'élimination

STABILITÉ ET CONSERVATION

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) doit être conservé dans des flacons hermétiques et opaques à

une température ambiante contrôlée (entre 15 °C et 30 °C).

PRÉSENTATION, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) est présenté sous forme de :

0,25 mg : comprimé blanc de forme ovale et biconvexe, portant les gravures ‘N’ et ‘A’ de

part et d’autre d’une rainure sur une face et ‘0,25’ sur l’autre face.

0,5 mg : comprimé orange de forme ovale et biconvexe, portant les gravures ‘N’ et ‘A’ de

part et d’autre d’une rainure sur une face et ‘0,5’ sur l’autre face.

1 mg : comprimé bleu de forme ovale et biconvexe, portant les gravures ‘N’ et ‘A’ de part et

d’autre d’une rainure sur une face et ‘1,0’ sur l’autre face.

2 mg : comprimé blanc à blanc cassé, de forme oblongue, avec plusieurs rainures et la

gravure ‘2’ sur une face et rien sur l’autre face.

Les comprimés à 2 mg portent 3 rainures (lignes de sécabilité) et peuvent être séparés en 4 parties

égales de 0,5 mg chacune.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 23 de 39

Les comprimés RIVA-ALPRAZOLAM à 0,25 mg, 0,5 mg et 1 mg sont offerts en flacons de 100,

500 et 1 000 comprimés.

Les comprimés RIVA-ALPRAZOLAM à 2 mg sont offerts en flacons de 100 et 500 comprimés.

Chaque comprimé RIVA-ALPRAZOLAM à 0,25 mg renferme 0,25 mg d’alprazolam et contient les

ingrédients

inactifs

suivants :

silice

colloïdale,

lactose,

stéarate

magnésium,

cellulose

microcristalline et povidone K-30.

Chaque comprimé RIVA-ALPRAZOLAM à 0,50 mg renferme 0,50 mg d’alprazolam et contient les

ingrédients inactifs suivants : silice colloïdale, jaune n

6 sur substrat d’aluminium, lactose, stéarate

de magnésium, cellulose microcristalline et povidone K-30.

Chaque comprimé RIVA-ALPRAZOLAM à 1 mg renferme 1 mg d’alprazolam et contient les

ingrédients inactifs suivants : silice colloïdale, bleu n

2 sur substrat d’aluminium, lactose, stéarate

de magnésium, cellulose microcristalline et povidone K-30.

Chaque comprimé RIVA-ALPRAZOLAM à 2 mg renferme 2 mg d’alprazolam et contient les

ingrédients

inactifs

suivants :

silice

colloïdale,

lactose,

stéarate

magnésium,

cellulose

microcristalline et povidone K-30.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 24 de 39

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance médicamenteuse

Dénomination commune :

Alprazolam

Dénomination chimique :

1) 8-chloro-1-méthyl-6-phényl-4

H

-[1,2,4]triazolo[4,3-

a

][1,4]benzodiazépine

2) 8-chloro-1-méthyl-6-phényl-4

H

s

-triazolo[4,3-

a

][1,4]benzodiazépine

Formule développée :

Formule moléculaire :

Masse moléculaire :

308,76

Propriétés physicochimiques :

L'alprazolam est une poudre cristalline blanche, soluble

dans le méthanol et l'éthanol, mais très peu soluble dans

l'eau. Son point de fusion est de 225 à 231 °C.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 25 de 39

ESSAIS CLINIQUES

Lors d'un essai de 8 semaines, contrôlé par placebo, auprès de 526 patients ayant reçu un diagnostic

de trouble panique avec ou sans agoraphobie, l’alprazolam, à des doses quotidiennes de 1 à 10 mg

(dose quotidienne moyenne de 5,7 ± 2,27 mg à la fin de la période de traitement) a été efficace pour

éliminer ou atténuer les crises de panique et réduire l'évitement phobique.

Études de bioéquivalence :

Une étude équilibrée avec permutation, à dose unique et à répartition aléatoire, comportant

deux traitements, deux périodes et deux séquences, a été menée à double insu auprès de

24 adultes bien portants et à jeun dans le but d’établir la bioéquivalence des comprimés à

libération immédiate Riva-Alprazolam à 1 mg (Laboratoire Riva Inc.) et des comprimés

Xanax (alprazolam) de Pharmacia & Upjohn Pfizer Canada Inc., Canada.

RÉSUMÉ DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVE

(une x 1 mg)

À partir de données mesurées

non corrigées pour la puissance

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV en %)

Paramètre

Riva-

Alprazolam*

Xanax

Rapport des

moyennes

géométriques

Intervalle de

confiance à 90 %

(ng.h/mL)

376,676

384,765

(22,585)

382,995

390,128

(20,462)

98,37

94,03 – 102,92

(ng/mL)

21,817

22,369

(22,852)

21,685

22,198

(22,271)

99,94

94,86 - 105,30

&

0,75

(0,50-4,00)

1,00

(0,25-4,00)

20,554

(34,818)

20,747

(31,120)

Riva-Alprazolam, fabriqué par Laboratoire Riva Inc.

Xanax fabriqué par Pharmacia &Upjohn Pfizer Canada Inc., Canada

&

Pour la t

, seule la valeur médiane (fourchette) est présentée.

Exprimés uniquement en tant que moyenne arithmétique (CV en %).

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 26 de 39

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

L'activité anxiolytique de l'alprazolam a été démontrée à l'aide de différentes épreuves effectuées

sur la souris, le rat, le chat et le singe. Malgré sa ressemblance au diazépam, au point de vue

qualitatif, l’alprazolam est généralement 3 à 5 fois plus puissant. Chez la souris, il a prolongé la

survie hypoxique, donné un nombre plus bas d'animaux se cabrant en champ libre et calmé le

comportement agressif induit par la stimulation électrique ou par l'isolement. L'alprazolam a

antagonisé les convulsions provoquées, chez la souris, le rat et le chat, par des doses de pentétrazol.

Il a atténué le comportement conflictuel chez le rat et, chez des rats stressés, il a fait baisser le taux

plasmatique de corticostéroïdes. Chez le chat et le singe, il a produit une plus grande activité des

ondes bêta de l'EEG, similaire au diazépam.

Pour toutes les espèces animales testées, l'effet neurodépresseur de l'alprazolam a produit une

relaxation. Cet effet, obtenu avec un grand nombre de doses différentes, a donné des courbes dose-

réponse extrêmement plates. Sauf à doses quasi-létales, les mesures physiologiques comme la

fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire et la température corporelle sont restées

pratiquement inchangées.

Chez la souris, l'alprazolam a potentialisé l'action du pentobarbital, du chlorprothixène, de

l’éthanol et du

-butyrolactone. Chez le singe, des doses produisant une incoordination motrice

évidente ont provoqué le sommeil.

Comme pour toute benzodiazépine, de fortes doses d'alprazolam administrées continuellement à

des rats et à des souris ont causé une dépendance physique directe. Les propriétés de

renforcement étaient faibles, mais mesurables, et la dépendance croisée chez les animaux

phénobarbital-dépendants était très faible.

L'alprazolam a augmenté la toxicité des substances suivantes chez la souris : glutéthimide,

méthaqualone, pentobarbital, chlorpromazine, thioridazine, phénytoïne et D-amphétamine. Il n'a

pas pu être éliminé par hémodialyse, chez des chiens néphrectomisés.

L'alprazolam a facilement pénétré le SNC des souris et des rats. L'alprazolam n'a exercé aucun effet

apparent sur le système cholinergique. Les concentrations cérébrales de dopamine et de sérotonine

étaient à peine plus élevées chez les souris traitées à l'alprazolam. L'inhibition de la synthèse des

catécholamines a ralenti l'utilisation de la dopamine. L’alprazolam a diminué l'incorporation de la

tyrosine dans la dopamine et la norépinéphrine cérébrale de rats.

Les études cardio-pulmonaires effectuées sur le chien ont montré que des doses i.v.

suprathérapeutiques d'alprazolam ont légèrement fait baisser la tension artérielle; elles ont à peine

affecté les autres données cardio-vasculaires. La fonction respiratoire était ici légèrement diminuée.

De fortes doses d'alprazolam et de diazépam tendent à prolonger le temps de prothrombine et à

diminuer le taux de warfarine plasmatique chez le rat.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 27 de 39

Pharmacocinétique

La moyenne des concentrations plasmatiques de pointe, obtenue dans les différentes études

effectuées avec la posologie orale d'un comprimé d'alprazolam, se situe entre 0,9 et 2,4 heures. Selon

l'excrétion urinaire de

C, mesurée après la prise orale d'alprazolam marqué au

C, l'absorption

minimale a été de 79 %. Pour les posologies entre 0,5 et 2 mg, les niveaux sériques d'alprazolam

étaient proportionnels aux doses. La moyenne des niveaux sériques de pointe est de 8 ng/mL pour

une dose de 0,5 mg et de 26,5 ng/mL pour une dose de 2 mg. D'après les études des niveaux sériques

calculés sur un modèle monocompartimental, la demi-vie moyenne d'élimination est de 9,5 à

15 heures.

Dans les études de liaison aux protéines effectuées avec du sérum humain à 37 °C et des

concentrations de 30 à 1000 ng/mL, la liaison d'alprazolam était de 80 % et ne dépendait pas de la

concentration; la liaison à l'albumine sérique humaine est de 68 %.

Les niveaux sériques d'alprazolam ont augmenté après des prises quotidiennes 3 f.p.j., pour

s'équilibrer dans un délai de 7 jours.

La principale voie d'excrétion des produits apparentés au composé est l'urine. Après une dose de

2 mg d'alprazolam marqué au

C, la moyenne récupérée est de 79 % pour l'urine et de 7 % pour les

selles. La clairance rénale moyenne est de 371 mL/heure, alors que le taux normal de filtration

glomérulaire est de 7 500 mL/heure. L'excrétion rénale semble impliquer la filtration glomérulaire et

une considérable réabsorption.

Le métabolisme de l'alprazolam était important, et 29 métabolites ont été retrouvés dans l'urine.

Trois voies métaboliques sont connues : (1) oxydation du groupe 1-méthyle donnant naissance au

métabolite principal, alpha-hydroxy-alprazolam, suivie d'une autre oxydation et d'une

décarboxylation produisant le 1-déméthylalprazolam; (2) oxydation du méthylène C-4 produisant le

4-hydroxyalprazolam; et (3) scindage de la liaison 5,6-azométhine avec oxydation subséquente

produisant le 3-hydroxyméhyl-5-méthyl-triazolyl-benzophénone substitué. Seules de très faibles

quantités de ces métabolites ayant été présentes dans le plasma, il n'a pas été possible d'effectuer

une étude plus poussée des données pharmacocinétiques. On croit toutefois que leur demi-vie

d'élimination est similaire à celle de l'alprazolam.

La distribution tissulaire a été étudiée par autoradiographie du corps entier (sur coupes) chez la

souris ayant reçu, par voies orale et intraveineuse, 2,2 mg/kg d'alprazolam marqué au

C. Des

substances apparentées au produit ont rapidement pénétré le système nerveux central et ont été

largement distribuées dans les autres tissus, sans rétention prolongée. On a observé dans le fœtus de

souris gravide, de faibles concentrations de substances apparentées au produit.

De 6 à 12 heures après l'administration d'une dose orale de 0,3 mg/kg d'alprazolam marqué au

C à

des rates allaitantes, on a retrouvé dans le lait des concentrations moyennes de 17 à 18 ng/mL

d'équivalent du produit.

Populations particulières

Des variations de l’absorption, de la distribution, de la biotransformation et de l’excrétion des

benzodiazépines ont été signalées en lien avec diverses affections, y compris l’alcoolisme, le

dysfonctionnement hépatique et le dysfonctionnement rénal. De telles variations ont aussi été

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 28 de 39

observées chez des patients âgés. On a noté une demi-vie moyenne de l’alprazolam de 16,3 heures

chez des personnes âgées en santé (min.-max. : 9,0-26,9 heures, n = 16) comparativement à

11,0 heures (min.-max. : 6,3-15,8 heures, n = 16) chez des adultes en santé. Chez des patients

souffrant de maladie hépatique alcoolique, la demi-vie de l’alprazolam se situait entre 5,8 et

65,3 heures (moyenne : 19,7 heures, n = 17) comparativement à des valeurs allant de 6,3 à

26,9 heures (moyenne : 11,4 heures, n = 17) chez des sujets en santé. Dans un groupe de sujets

obèses, la demi-vie de l’alprazolam se situait entre 9,9 et 40,4

heures (mo

enne

: 21,8 heures,

n = 12) comparativement à des valeurs allant de 6,3 à 15,8 heures (moyenne : 10,6 heures, n = 12)

chez des sujets en santé.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Chez la souris, la DL

de l'alprazolam, par voie intrapéritonéale, se situe entre 500 et 682 mg/kg;

chez le rat, elle est de 409 à 819 mg/kg et de 331 à 2 171 mg/kg pour la voie orale. Endormissement

rapide et convulsions sont les signes de toxicité.

Toxicité subaiguë et chronique

Rat :

L'administration orale de 300 mg/kg/jour, pendant 6 jours, a causé une dépression et une ataxie chez

tous les animaux, et des ulcères chez 4 des 5 femelles traitées.

Dans 2 études, de 1 mois chacune, des doses orales de 0, 10, 30, 100 et 300 mg/kg/jour d'alprazolam

ont causé dépression et ataxie, avec diminution d'appétit et perte de poids. Les doses de 100 et de

300 mg/kg ont produit des ulcères gastriques; les hémorragies gastriques dues aux doses de

300 mg/kg ont donné une baisse du taux d'hématocrite et d'hémoglobine, et entraîné la présence

d’érythrocytes nucléés dans les frottis. À cette même dose globale, on a également observé des

cellules géantes multinucléées dans les canalicules testiculaires (2 mâles sur 4) et une

dégénérescence des cellules canaliculaires (pour les 4 mâles).

Dépression et ataxie ont aussi été constatées dans 2 autres études de 3 mois chacune effectuées avec

des doses orales de 0, 10, 30 et 100 mg/kg/jour d'alprazolam. Dans le groupe de 100 mg/kg, on a

constaté une atrophie du thymus, des ulcères gastriques et une baisse du taux d'hémoglobine,

d'hématocrite et d'érythrocytes secondaire aux hémorragies gastriques. Dans une étude, la plus forte

dose a produit une atrophie testiculaire (15 sur 15) et une baisse du nombre de spermatozoïdes dans

l'épididyme (11 sur 15). Dans l'autre, cette même dose a causé une atrophie de quelques canalicules

testiculaires (1 sur 2) et des cellules géantes multinucléées dans ces canalicules (2 sur 2).

Dans une étude de 2 ans (0, 3, 10 et 30 mg/kg/jour d'alprazolam per os), pour les groupes de 10 et de

30 mg/kg, le temps d'apparition et la durée des convulsions étaient reliés à la dose. Les animaux des

2 sexes ayant reçu 30 mg/kg et les mâles ayant reçu 10 mg/kg ont eu une survie significativement

plus courte. Il y a eu une atrophie des testicules et une baisse de spermatozoïdes matures dans

l'épididyme chez 18 des 44 mâles du groupe de 30 mg/kg. Chez les femelles, il y a eu une nette

tendance, reliée à la dose, aux télangiectasies qui se sont manifestées par des taches rouges

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 29 de 39

sporadiques d'environ 1 mm de diamètre. Au point de vue histologique, les sinusoïdes hépatiques

étaient dilatés et pleins de sang. On a observé une tendance à l’augmentation (liée à la dose) du

nombre de cataractes chez les femelles et des cas de vascularisation cornéenne chez les mâles. Les

lésions ne sont apparues qu’après 11 mois de traitement.

Chien :

Administration de doses orales de 10 à 300 mg/kg/jour d'alprazolam pendant 10 jours. Les résultats

ont été une sédation et une ataxie pour tous les groupes posologiques et une légère élévation du taux

de cholestérol, de glucose, de phosphatase alcaline et de SGPT.

Étude de 3 mois avec administration orale de 0, 1, 10 et 100 mg/kg/jour d'alprazolam. Les doses de

10 et de 100 mg ont causé une incoordination et une ataxie.

Pour le groupe de la dose forte (100 mg/kg/jour), il y a eu une élévation des phosphatases alcalines,

une baisse du taux des érythrocytes, de l'hématocrite et de l'hémoglobine, ainsi qu'un plus grand

nombre de foyers hépatiques renfermant des hépatocytes dégénérés avec neutrophiles et

lymphocytes. Cette même dose a produit des convulsions chez 2 chiens sur 4.

Lors d'une étude de 12 mois avec des doses orales de 0, 0,3, 1, 3, 10 et 30 mg/kg/jour d'alprazolam,

on a constaté des troubles (légers à modérés) de la coordination pour les 3 plus fortes doses. Tous les

animaux des groupes de 10 et de 30 mg/kg/jour et 4 chiens sur 6 ayant reçu 3 mg/kg/jour ont eu des

convulsions. Pour évaluer la pharmacodépendance, il y a eu une période de sevrage de 5 jours après

le traitement, dont les résultats sont une certaine perte d'appétit et une perte de poids. Les

augmentations de la température corporelle étaient reliées à la dose. Les chiens ayant reçu les doses

de 10 et de 30 mg/kg/jour et ayant survécu ont eu des convulsions, tandis que parmi les 5 animaux

ayant reçu 3 mg/kg, un seul a eu des convulsions.

Reproduction et tératologie

Des doses de 5, 10, 30 et 100 mg/kg/jour d'alprazolam ont été administrées par intubation gastrique à

des rates gravides, du 6

au 15

jour de la gestation. Pour le groupe de 100 mg/kg, tous les fœtus ont

été résorbés. L'incidence de résorption et le poids inférieur des petits étaient reliés à la dose. Il y a eu

une augmentation significative de l'incidence d'absence de métacarpiens aux doses de 10 et de

30 mg/kg/jour et d'agénésie des sternèbres à celles de 5 et de 10 mg/kg/jour. Il n'y a cependant eu

aucun signe d'immaturité squelettique, et l'ossature des petits âgés de 2 semaines et provenant de

rates ayant mis bas et nourri leur progéniture au cours de cette période était complète. Lors d'une

étude, on a constaté des anomalies cardio-vasculaires chez 4 des 35 animaux ayant reçu une dose de

30 mg/kg/jour, mais ces anomalies n'ont pas été observées dans 2 autres études effectuées avec la

même dose.

Deux semaines avant l'accouplement, ainsi qu’au cours de la gestation et des 21 jours suivant la

parturition, les rates ont reçu 2 et 5 mg/kg/jour d'alprazolam dans leur nourriture. Pour

les animaux

de la dose forte, il y a eu une légère augmentation de la moyenne de résorption par portée, et, pour

les deux groupes posologiques, une légère hausse du taux moyen de mortalité des petits. Le poids à

la naissance était inférieur et la survie postnatale était légèrement plus f

aible

pour le groupe de

5 mg/kg. L’administration de 2 et de 5 mg/kg/jour d'alprazolam aux mâles lors des 60 jours

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 30 de 39

précédant l'accouplement s’est traduite par une réduction du taux de conception chez les femelles

recevant la dose de 5 mg.

Des doses de 10 et de 30 mg/kg/jour ont été administrées à des lapines, par intubation gastrique, du

au 18

jour de leur gestation. La dose de 30 mg/kg a tué 6 des 27 animaux. La majorité des fœtus

ont été résorbés, et pour ceux qui ne l'ont pas été, le poids à la naissance était plus bas. Il y

eu une

augmentation, reliée à la dose, du nombre d'animaux nés avec des côtes surnuméraires. La fréquence

de malformations costales et de fusion des vertèbres et sternèbres chez les animaux traités était

faible. La majorité des fœtus du groupe de 30 mg/kg n'avaient pas de point d'ossification pour les

phalanges du premier doigt de la patte antérieure ou de métacarpien au même doigt. Pour les deux

groupes posologiques, la queue était plus courte et le nombre de vertèbres caudales était moindre.

Sur les 21 fœtus du groupe de 30 mg/kg, 5 avaient des vertèbres caudales asymétriques.

Des doses de 2 et de 5 mg/kg/jour ont été administrées à des lapines, par intubation gastrique, du

au 18

jour de leur gestation. La dose de

5 mg/kg/jour

a donné une augmentation du taux d'incidence

de côtes surnuméraires, et les deux doses ont produit une agénésie du premier métacarpien et de la

phalange proximale à la patte antérieure. Il y a eu fusion des côtes et des vertèbres pour le groupe à

2 mg/kg/jour

, et fusion des vertèbres et malposition pour le groupe à

5 mg/kg/jour

Des doses de 2 et de 5 mg/kg ont été administrées à des lapines, par intubation gastrique, du 6

jour de leur gestation. Dans cette étude, les femelles ont mis bas et ont pu nourrir leurs petits

pendant 4 jours. L'examen macroscopique des viscères et du squelette n'a révélé aucune anomalie

consistante attribuable au médicament ou à la dose.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 31 de 39

RÉFÉRENCES

Abernethy DR, Greenblatt DJ, Divoll M, et al. The influence of obesity on the

pharmacokinetics of oral alprazolam and triazolam. Clin Pharmacokinet 1984;9:177-83.

Abernathy DR, Greenblatt DJ, Morse DS, Shader RI. Interaction of propoxyphene with

diazepam, alprazolam and lorazepam. Br J Clin Pharmac 1985;19:51-7.

Aden GC, Thein SG. Alprazolam compared to diazepam and placebo in the treatment of

anxiety. J Clin Psychiatry 1980;41:245-8.

Arana GW, Epstein S, Molloy M, Greenblatt DJ. Carbamazepine-induced reduction of plasma

alprazolam concentrations: a clinical case report. J Clin Psychiatry 1988;49:11.

Andersch S, Rosenberg NK, Kullingsjo H, et al. Efficacy and safety of alprazolam, imipramine

and placebo in treating panic disorder. A Scandinavian multicenter study. Acta Psychiat Scand

1991; Suppl 365:18-27.

Backman JT, Olkkola KT, Aranko K, Himberg J, Neuvonen PJ. Dose of midazolam should be

reduced during diltiazem and verapamil treatments. Br J Clin Pharmac 1994;37:221-5.

Baldessarini RJ. Drugs and the treatment of psychiatric disorders: psychosis and anxiety.

Goodman and Gilman’s The Pharmacologic Basis of Therapeutics, 9

édition. Hardman JG,

Gilman AG, Limbird LE éd. McGraw-Hill, New York, 1995.

Ballenger JC. Efficacy of benzodiazepines in panic disorder and agoraphobia. J Psychiatry Res

1990;24(suppl. 2):15-25.

Ballenger JC. Burrows GD, DuPont RL, et al. Alprazolam in panic disorder and agoraphobia:

results from a multicenter trial. I. Efficacy in short-term treatment. Arch Gen Psychiatry

1988;45:413-22.

10. Bayer M et al. Treatment of Benzodiaepine overdose with flumazenil – The Flumazenil in

benzodiaepine intoxication multicenter study group. Clin Ther 1992; 14:978-95.

11. Dehlin O, Kullingsjo H, Liden A. Pharmacokinetics of alprazolam in geriatric patients with

neurotic depression. Pharmacol Toxicol 1991;68:121-4.

12. DuPont RL. Thinking about stopping treatment for panic disorder. J Clin

Psychiatry1990;51(suppl. A):38-45.

13. Fabre LF, McLendon DM. A double blind study comparing the efficacy and safety of

alprazolam with diazepam and placebo in anxious out-patients. Curr Ther Res1979;25:519-26.

14. Fawcett JA, Kravitz HM. Alprazolam: pharmacokinetics, clinical efficacy, and mechanism of

action. Pharmacotherapy 1982;2:243-54.

15. Fleishaker JC, Hulst LK. A pharmacokinetic and pharmacodynamic evaluation of the combined

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 32 de 39

administration of alprazolam and fluvoxamine. Eur J Clin Pharmacol 1994;46:35-9.

16. Greenblatt DJ, Divoll M, Abernethy DR, et al. Alprazolam kinetics in the elderly. Arch Gen

Psychiatry 1983;40:287-90.

17. Greenblatt DJ, Preskorn SH, Cotreau MM, Horst WD, Harmatz JS. Fluoxetine impairs

clearance of alprazolam but not of clonazepam. Clin Pharmacol Ther 1992;52:479-86.

18. Greenblatt DJ, von Moltke LL, Harmatz JS, Durol ALB et al. Alprazolam-ritonavir interaction:

Implication for product labelling. Clin Pharm & Ther 2000; 67:335-41.

19. Greenblatt DJ, et al. Extensive Impairment of Triazolam and alprazolam clearance by short-

term low dose ritonavir: The clinical dilemma of concurrent inhibition and induction. J Clin

Psychopharm 1999; 19:293-6.

20. Hobbs WR, Rall TW, Verdoorn TA. Hypnotics and Sedatives; ethanol. In Goodman and

Gilman’s The Pharmacologic Basis of Therapeutics, 9

édition. Hardman JG, Gilman AG,

Limbird LE éd. McGraw-Hill, New York, 1995.

21. Itil TM. Discrimination between some hypnotic and anxiolytic drugs by computer-analysed

sleep. In: Williams RL, Karacan I. eds. Pharmacology of sleep. New York: John Wiley and

Sons, 1976:225-38.

22. Itil TM, Polvan N, Egilmez S, et al. Anxiolytic effects of a new triazolobenzodiazepine, U-

31,889. Curr Ther Res 1973;15:603-15.

23. Itil TM, Saletu B, Marasa J, Mucciardi AN. Digital computer analysed awake and sleep EEG

(sleep prints) in predicting the effects of a triazolobenzodiazepine (U-31,889).

Pharmakopsychiatrie Neuropsychopharmakol 1972;5:225-40.

24. Juhl RP, Van Thiel DH, Dittert LW. Alprazolam pharmacokinetics in alcoholic liver disease. J

Clin Pharmacol 1984;24:113-19.

25. Kroboth PD, McAuley JW, Smith RB. Alprazolam in the Elderly; Pharmacokinetics and

pharmacodynamics during multiple dosing. Psychopharmacology 1990;100:477-84.

26. Lydiard RB, Lesser IM, Ballenger JC, et al. A fixed-dose study of alprazolam 2 mg, alprazolam

6 mg, and placebo in panic disorder. J Clin Psychopharmacol 1992;12:96-103.

27. Maletzky BM. Anxiolytic efficacy of alprazolam compared to diazepam and placebo. J Int Med

Res 1980;8:139-43.

28. McElhatton PR. The effects of benzodiazepine use during pregnancy and lactation. Repro Tox

Review 1994; 8:461-75.

29. Noyes R, DuPont RL, Pecknold JC, et al. Alprazolam in panic disorder and agoraphobia: results

from a multicenter trial. II. Patient acceptance, side effects and safety. Arch Gen Psychiatry

1988;45:423-8.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 33 de 39

30. Noyes, R, Garvey MJ, Cook B, et al. Controlled discontinuation of benzodiazepine treatment

for patients with panic disorder. Am J Psychiatry 1991;148:517-23.

31. Oo CY, Kuhn RJ, Desai N, Wright CE and McNamara PJ. Pharmacokinetics in lactating

women: prediction of alprazolam transfer into milk. Br J Clin Pharm 1995;40:231-6.

32. Patrias JM, DiPiro JT, Cheung RPF, Townsend RJ. Effect of alprazolam on phenytoin

pharmacokinetics. Drug Intell Clin Pharm 1987;21:2A.

33. Pecknold JC, Swinson RP, Kuch K, Lewis CP. Alprazolam in panic disorder and agoraphobia:

results from a multicenter trial. III. Discontinuation effects. Arch Gen Psychiatry 1988;45:429-

34. Pecknold JC, Swinson RP. Taper withdrawal studies with alprazolam in patients with panic

disorder and agoraphobia. Psychopharmacol Bull 1986;22:173-6.

35. Phillips JP, Antal EJ, Smith RB. A pharmacokinetic drug interaction between erythromycin and

triazolam. J Clin Psychopharmacol 1986;6:297-99.

36. Pourbaix S, Desager JP, Hulhoven R, Smith RB, Harvengt C. Pharmacokinetic consequences of

long term coadministration of cimetidine and triazolobenzodiazepines, alprazolam and

triazolam, in healthy subjects. Int J Clin Pharmacol Ther Toxicol 1985;23:447-51.

37. Rudzik AD, Hester JB, Tang AH, et al. Triazolobenzodiazepines, a new class of central nervous

system-depressant compounds. In: Garattini S, Mussini E, Randall LO, eds. The

Benzodiazepines. New York: Raven Press, 1973:284-97.

38. Schmith VD, Piraino B, Smith RB, Kroboth PD. Alprazolam in end-stage renal disease: I.

Pharmacokinetics. J Clin Pharmacol 1991;31:571-79.

39. Shioiri T, Kita N and Takahashi S. Two cases of alprazolam-induced hyperprolactinemia in

patients with panic disorder. Int Clin Psychopharm 1996; 11:149-52.

40. Stoehr GP, Kroboth PD, Juhl RP, et al. Effect of oral contraceptives on triazolam, temazepan,

alprazolam and lorazepan kinetics. Clin Pharmacol Ther 1984;36:683-90.

41. Varhe A, Olkkola KT, Neuvonen PJ. Oral triazolam is potentially hazardous to patients

receiving systemic antimycotics ketoconazole or itraconazole. Clin Pharmacol

Ther1994;56:601-7.

42. Von Moltke LL, Greenblatt DJ, et al. Inhibitors of alprazolam metabolism in vitro: effect of

serotonin-reuptake-inhibitor

antidepressants, ketoconazole and quinidine. Br J Clin Pharmac

1994;38:23-31.

43. Warner MD, Peabody DA, Boutros NN, et al. Alprazolam and withdrawal seizures. J Nerv

Ment Dis 1990;178:208-9.

44. Warot D, Bergougnan L, Lamiable D, et al. Troleandomycin-triazolam interaction in healthy

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 34 de 39

volunteers: pharmacokinetic and psychometric evaluation. Eur J Clin Pharmacol 1987;32:389-

45. Zemishlany Z, McQueeney R, Gabriel SM, Davidson M. Neuroendocrine and monoaminergic

responses to acute administration of alprozolam in normal subjects. Neuropsychobiology 1990;

23:124-8.

46. Monographie de produit de Xanax et Xanax TS, N

de contrôle de la présentation : 207447,

Date de révision : le 16 octobre 2017.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 35 de 39

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE

CONSOMMATEUR

RIVA-ALPRAZOLAM

(comprimés d’alprazolam, USP)

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de

« monographie

produit »

publiée

suite

l'homologation

RIVA-ALPRAZOLAM

(comprimés

d’alprazolam)

pour

vente

Canada

s'adresse

tout

particulièrement aux

consommateurs.

présent

dépliant

n'est

qu'un

résumé

donne

donc

tous

renseignements

pertinents

sujet

RIVA-

ALPRAZOLAM.

Pour

toute

question

sujet

médicament, communiquez avec un membre de votre équipe

soignante.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

Les raisons d’utiliser ce médicament :

Votre médecin vous a prescrit RIVA-ALPRAZOLAM pour

atténuer vos symptômes de :

trouble

anxieux

généralisé

(anxiété

inquiétude

excessive)

trouble

panique

(crises

panique,

c’est-à-dire

périodes de frayeur extrême, inattendues et répétées,

et inquiétude au sujet de ces crises)

Les effets de ce médicament :

RIVA-ALPRAZOLAM

contient

ingrédient

actif,

l’alprazolam, qui appartient à une classe de médicaments

appelés

benzodiazépines

. RIVA-ALPRAZOLAM est doté de

propriétés sédatives qui contribuent au traitement de l’anxiété

et du trouble panique.

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce

médicament :

Ne prenez pas RIVA-ALPRAZOLAM :

Si vous êtes allergique aux médicaments appartenant à la

classe des benzodiazépines (tels que le clonazépam, le

chlordiazépoxide, le diazépam ou le flurazépam).

Si vous êtes allergique à RIVA-ALPRAZOLAM ou à

n'importe lequel des ingrédients non médicinaux entrant

dans sa composition (voir la section

« Les ingrédients

non médicinaux

»).

Si vous avez un

glaucome aigu à

angle

fermé, une

maladie associée à une élévation de la pression dans

l’œil, qui peut aboutir à la cécité (perte de la vue).

vous

souffrez de

myasthénie

grave, une

maladie

chronique

caractérisée

affaiblissement

muscles squelettiques.

Si vous avez une maladie du foie.

vous

avez

maladie

poumons

problèmes respiratoires.

Si vous faites de l’apnée du sommeil, un trouble du

sommeil

caractérise

respiration

superficielle ou des arrêts de la respiration durant le

sommeil.

Si vous prenez du kétoconazole (p. ex., Nizoral) ou de

l’itraconazole (p. ex. Sporanox), deux médicaments qui

sont destinés au traitement des infections fongiques.

RIVA-ALPRAZOLAM ne

doit

être

administré

patients de moins de 18 ans.

L’ingrédient médicinal :

Alprazolam

Les ingrédients non médicinaux :

Tous

comprimés

contiennent :

lactose,

cellulose

microcristalline, povidone K-30, silice colloïdale et stéarate de

magnésium. Le comprimé dosé à 0,5 mg contient également

un colorant jaune sur substrat d’aluminium, soit le jaune n

le comprimé dosé à 1 mg contient également du colorant bleu

sur substrat d’aluminium, soit le bleu n

La présentation :

RIVA-ALPRAZOLAM

(alprazolam)

offert

dans

concentrations suivantes :

0,25 mg : comprimé blanc de forme ovale et biconvexe,

portant les gravures ‘N’ et ‘A’ de part et d’autre d’une

rainure sur une face et ‘0,25’ sur l’autre face

0,5 mg : comprimé orange de forme ovale et biconvexe,

portant les gravures ‘N’ et ‘A’ de part et d’autre d’une

rainure sur une face et ‘0,5’ sur l’autre face

1 mg : comprimé bleu de forme ovale et biconvexe, portant

les gravures ‘N’ et ‘A’ de part et d’autre d’une rainure sur

une face et ‘1,0’ sur l’autre face

2 mg : comprimé blanc à blanc cassé, de forme oblongue,

avec la gravure ‘2’ et plusieurs rainures sur une face et rien

sur l’autre face. Les comprimés à 2 mg comportent 3 rainures

permettant de diviser le comprimé en 4 parties égales de

0,5 mg chacune.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 36 de 39

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Mises en garde et précautions importantes

La prise de RIVA-ALPRAZOLAM avec des

médicaments opioïdes peut causer de la somnolence

sévère, des problèmes respiratoires, le coma et le décès.

Consultez votre médecin ou votre pharmacien

AVANT de

prendre RIVA-ALPRAZOLAM si :

Vous avez une maladie des poumons, du foie ou du rein.

Vous

avez

antécédents

d’alcoolisme

toxicomanie.

Vous avez des antécédents de dépression et/ou avez fait

des tentatives de suicide.

Vous êtes enceinte, croyez l’être ou avez l’intention de le

devenir.

Vous allaitez.

Vous consommez de l’alcool régulièrement.

Vous faites une intolérance au lactose.

Effets sur la vigilance

Comme

RIVA-ALPRAZOLAM

peut

rendre

somnolent

réduire

vigilance,

évitez

conduire

faire

activités

exigent

l'attention

(comme

utiliser

machines)

jusqu'à

vous

sachiez

comment

vous

réagissez au médicament. La consommation d’alcool peut

accentuer cet effet de RIVA-ALPRAZOLAM. Si le médecin

a augmenté votre dose ou si vous avez changé l’heure à

laquelle

vous

prenez

votre

médicament,

cela

peut

aussi

modifier la façon dont vous réagissez au médicament.

Risque de chute ou de perte de mémoire

Des cas de chute et de fractures ont été signalés chez des

personnes traitées par des benzodiazépines comme RIVA-

ALPRAZOLAM. Des cas de perte de mémoire ont également

été rapportés. Ceux-ci sont survenus chez des personnes qui

prenaient le médicament aux doses habituelles.

Aggravation des effets secondaires avec la prise d’alcool et

d’autres médicaments

effets

sédatifs

RIVA-ALPRAZOLAM

peuvent

s’intensifier

prend

avec

l'alcool

d’autres

substances susceptibles de provoquer de la somnolence, tels

analgésiques

narcotiques,

somnifères,

antihistaminiques, les anticonvulsivants (médicaments servant

à prévenir les crises convulsives), les antidépresseurs et les

antipsychotiques.

Ne

prenez

pas

RIVA-ALPRAZOLAM

avec de l'alcool

ni

avec un de ces médicaments sans d'abord

consulter votre médecin.

Symptômes de sevrage

fait

d’arrêter

brusquement

traitement

RIVA-

ALPRAZOLAM ou de réduire considérablement la dose de

ce médicament peut entraîner des symptômes de sevrage; par

conséquent, vous devez absolument communiquer avec votre

médecin avant de réduire la dose de RIVA-ALPRAZOLAM

ou d’arrêter votre traitement. Des symptômes de sevrage

peuvent survenir avec ce type de médicament, même si le

traitement ne dure que quelques semaines.

Les symptômes de sevrage peuvent être légers : sentiment

d’insatisfaction, agitation ou troubles du sommeil.

Dans les cas graves, ils peuvent se traduire par de l’irritabilité,

de la nervosité, de l’insomnie, de l’agitation, de la diarrhée,

des maux d’estomac, des vomissements, de la transpiration,

tremblements,

picotements aux

extrémités ou

engourdissement de celles-ci, des hallucinations (impression

de voir ou d’entendre des choses ou des sons qui ne sont pas

réels), une hypersensibilité inhabituelle à la lumière, au bruit

et aux contacts physiques, et des crises convulsives.

Il est donc important de suivre à la lettre les recommandations

du médecin.

Risque de dépendance

Comme c’est le cas pour les autres benzodiazépines, la prise

de RIVA-ALPRAZOLAM peut entraîner une dépendance, et

l'interruption

soudaine

traitement

peut

provoquer

symptômes de sevrage. Le risque de dépendance augmente en

fonction de la dose et de la durée du traitement, de même

qu'en cas d'arrêt brusque du traitement.

Grossesse

Certaines benzodiazépines ont été associées à des anomalies

congénitales lorsqu’elles ont été prises durant les premiers

mois de la grossesse. Par ailleurs, les nouveau-nés dont la

mère a pris une benzodiazépine durant ses dernières semaines

de grossesse ou durant l’accouchement peuvent présenter une

relaxation musculaire excessive et des troubles respiratoires et

éprouver des symptômes de sevrage.

Par conséquent, ne prenez pas ce médicament si vous êtes

enceinte (ou que vous croyez l’être), à moins d’avis contraire

du médecin. Si vous avez l’intention de tomber enceinte,

consultez

votre

médecin

avant

prendre

RIVA-

ALPRAZOLAM.

Allaitement

RIVA-ALPRAZOLAM peut passer dans le lait maternel. Il

est donc à proscrire si vous allaitez.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 37 de 39

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Si

vous prenez d’autres médicaments, il faut en

informer

votre médecin, et ce, même s’il s’agit de produits que vous

avez

achetés

sans

ordonnance

à

la

pharmacie,

au

supermarché ou dans

un magasin

de produits diététiques.

effets

secondaires de

RIVA-ALPRAZOLAM

peuvent

s’intensifier

prend

avec

l’alcool

d’autres

substances qui agissent sur le système nerveux central. Par

conséquent,

ne buvez pas

d’alcool pendant que vous prenez

RIVA-ALPRAZOLAM,

ne

prenez

pas

RIVA-

ALPRAZOLAM avec les médicaments suivants sans avoir

consulté au préalable votre médecin :

analgésiques narcotiques (opioïdes, p.ex. morphine,

codéine)

(voir

l’encadré

« Mises

garde

précautions importantes »);

somnifères;

antihistaminiques (médicaments qui

soulagent les

symptômes d’allergie);

anticonvulsivants (médicaments servant à prévenir

les crises convulsives);

antidépresseurs (médicaments destinés au traitement

de l’anxiété ou de la dépression);

antipsychotiques

(médicaments

destinés

traitement

troubles

psychiatriques

comme

schizophrénie).

RIVA-ALPRAZOLAM ne doit pas être pris en même temps

que le kétoconazole ou l

itraconazole (médicaments destinés

au traitement des infections fongiques) parce que ces deux

médicaments peuvent accroître la concentration de RIVA-

ALPRAZOLAM dans le sang et, de ce fait, intensifier ses

effets secondaires.

D’autres médicaments peuvent modifier la concentration de

RIVA-ALPRAZOLAM

dans

sang,

exemple,

cimétidine, la fluvoxamine, la carbamazépine, les inhibiteurs

de la protéase du VIH et la pilule contraceptive.

Si vous prenez de la digoxine en même temps que RIVA-

alprazolam, parlez-en à votre médecin, car RIVA-alprazolam

peut modifier la concentration de digoxine dans le sang.

Vous devez systématiquement informer votre médecin des

médicaments que vous prenez ou que vous prévoyez prendre.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE MÉDICAMENT

Prenez

toujours vos

comprimés exactement comme

votre

médecin vous l’a indiqué. Il vous prescrira la dose qui vous

convient en fonction du trouble dont vous souffrez et de

l’efficacité du traitement. Sont présentées dans le tableau

suivant les différentes doses que votre médecin pourrait vous

prescrire en fonction du trouble que l’on vous a diagnostiqué.

Posologie quotidienne

habituelle

Trouble anxieux

0,25 mg, 2 ou 3 fois par jour.

Maximum de 3 mg par jour

Trouble panique

0,5 mg, 3 fois par jour.

Maximum de 10 mg par jour

dose

quotidienne

totale

doit

être

prise

selon

recommandations du médecin.

Ne modifiez pas vous-même la dose de votre médicament

vous

estimez

effets

sont

trop

faibles

contraire

qu’ils

sont

trop

puissants,

parlez-en

votre

médecin.

C’est votre médecin qui vous dira quand vous devrez cesser

prendre

médicament.

diminuera

alors

progressivement la dose, car un arrêt brusque du traitement

peut provoquer des symptômes de sevrage.

Comme les personnes âgées peuvent être plus sensibles que

les autres aux effets de RIVA-ALPRAZOLAM, il peut être

nécessaire de leur prescrire une faible dose de ce

médicament.

Surdosage :

Si vous croyez avoir pris une trop forte dose de RIVA-

ALPRAZOLAM ou si quelqu’un a avalé vos comprimés par

mégarde, communiquez immédiatement avec votre médecin,

le centre antipoison de votre région ou votre pharmacien. Si

vous ne parvenez pas à les joindre, rendez-vous au service

d’urgence de l’hôpital le plus proche, même si vous vous

sentez bien, et montrez votre flacon de comprimés au

médecin qui vous prendra en charge.

EFFETS SECONDAIRES ET MESURES À PRENDRE

Comme tous les médicaments, RIVA-ALPRAZOLAM peut

entraîner des effets secondaires. Chez la plupart des patients,

tendent

être

légers

s'estomper

mesure

l'organisme

s'habitue

médicament.

Certains

peuvent

toutefois être graves. Si vous ne vous sentez pas bien pendant

votre traitement par RIVA-ALPRAZOLAM, consultez sans

délai votre médecin ou votre pharmacien.

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 38 de 39

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Effets secondaires les plus fréquents :

Somnolence ou fatigue, surtout au début du traitement

Étourdissements

Légère perte d'équilibre et de coordination

Troubles de la mémoire

Constipation

Difficulté d'élocution

Effets secondaires moins fréquents :

Agitation

Hausse ou baisse de la libido

Gain ou perte de poids

Augmentation de l’appétit

Difficulté à uriner

Difficulté à maîtriser sa vessie (incontinence)

Dans de rares cas, RIVA-ALPRAZOLAM peut avoir des

effets sur le fonctionnement du foie et entraîner des maladies

du foie comme l’hépatite ou l’insuffisance hépatique. Votre

médecin fera faire des analyses sanguines pour surveiller les

effets de RIVA-ALPRAZOLAM sur votre foie.

Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables aux

effets

secondaires

médicament.

Elles

peuvent

notamment être plus sujettes aux chutes et aux fractures si le

médicament cause une somnolence excessive ou des pertes

d’équilibre.

Tout

patient

traité

RIVA-ALPRAZOLAM

doit

montrer prudent lorsqu’il exécute une activité dangereuse

qui nécessite une vigilance extrême, comme la conduite

automobile ou l’utilisation de machines.

Symptômes de sevrage :

L'arrêt brusque du traitement ou une diminution considérable

de la dose administrée peuvent provoquer des symptômes de

sevrage, y compris de l’agitation et des troubles du sommeil,

et, dans les cas graves, de l’irritabilité, de la nervosité, de

l’insomnie,

diarrhée,

maux

d'estomac,

vomissements,

transpiration,

tremblements,

picotements aux extrémités ou un engourdissement de celles-

ci, des hallucinations (impression de voir ou d’entendre des

choses ou des sons qui ne sont pas réels), une hypersensibilité

à la lumière, au bruit et aux contacts physiques, et des crises

convulsives.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

MESURES À PRENDRE

Symptôme / effet

Consultez votre

médecin ou

votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament

et obtenez des

soins

médicaux

d’urgence

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous

les cas

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

MESURES À PRENDRE

Symptôme / effet

Consultez votre

médecin ou

votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament

et obtenez des

soins

médicaux

d’urgence

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous

les cas

Rare

Problèmes de

comportement

inhabituels

(agressivité, rage),

anxiété ou excitation

soudaines, agitation,

irritabilité, délire ou

hallucinations

(impression de voir o

d’entendre des choses

ou des sons qui ne

sont pas réels),

perturbation

importante du

sommeil, cauchemars,

comportement déplacé

Réactions allergiques

(rougeur de la peau,

éruption cutanée,

urticaire,

démangeaisons,

enflure des lèvres, de

la face, de la langue

ou de la gorge,

difficulté à respirer,

râlement,

essoufflement)

Dépression;

symptômes possibles :

difficulté à dormir,

gain ou perte de poids,

sentiments de

dévalorisation, de

culpabilité, de regret,

d'impuissance ou de

désespoir, isolement

(tendance à éviter les

activités familiales et

sociales), baisse de la

libido et pensées de

mort ou de suicide

Hépatite, insuffisance

hépatique

(jaunissement de la

peau et du blanc des

yeux, nausées,

vomissements,

douleur au quadrant

supérieur droit de

l'abdomen, perte

d'appétit, urine

foncée)

Réactions cutanées

graves (éruption

cutanée pouvant être

très marquée, rougeur

de la peau, formation

de cloques sur les

lèvres, les paupières

ou la bouche,

desquamation)

Monographie de produit – Riva-Alprazolam

Page 39 de 39

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

MESURES À PRENDRE

Symptôme / effet

Consultez votre

médecin ou

votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament

et obtenez des

soins

médicaux

d’urgence

Seulement

pour les

effets

secondaires

graves

Dans

tous

les cas

Élévation de la

pression dans les yeux

(modification de la

vision périphérique,

accès de douleur

intense à l’œil, baisse

de l’acuité visuelle ou

vision brouillée,

perception d’un halo

semblable à un arc-en-

ciel autour des sources

lumineuses, sensation

de gonflement des

yeux)

Cette liste d'effets secondaires n'est pas exhaustive. En cas

d'effet

inattendu

ressenti

lors

de

la

prise

de

RIVA-

ALPRAZOLAM, communiquez avec votre médecin ou votre

pharmacien.

COMMENT CONSERVER CE MÉDICAMENT

RIVA-ALPRAZOLAM (alprazolam) doit être conservé dans

flacons

hermétiques

opaques

température

ambiante contrôlée (entre 15 °C et 30 °C).

Gardez ce médicament hors de la portée des enfants.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnées

d’être associé avec l’utilisation d’un produit de santé par:

Visitant le site Web des déclarations des effets

indésirables (http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-

mps/medeff/report-declaration/index-fra.php) pour

vous informer sur comment faire une déclaration en

ligne, par courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si

vous avez besoin de renseignements sur le traitement des

effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne

donne pas de conseils médicaux.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Ce feuillet a été préparé par Laboratoire Riva inc.

660 Boul. Industriel, Blainville, Quebec, J7C 3V4

Tel : 1-800-363-7988

www.labriva.com

Date de révision : 29 juin 2018

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information