RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

24-08-2006

Ingrédients actifs:
ramipril
Disponible depuis:
EG LABO - Laboratoires EuroGenerics
Code ATC:
C09AA05
DCI (Dénomination commune internationale):
ramipril
Dosage:
1,25 mg
forme pharmaceutique:
gélule
Composition:
composition pour une gélule > ramipril : 1,25 mg
Mode d'administration:
orale
Unités en paquet:
plaquette(s) thermoformée(s) aluminium de 30 gélule(s)
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
INHIBITEURS DE L'ENZYME DE CONVERSION (IEC) NON ASSOCIES
Descriptif du produit:
368 899-4 ou 34009 368 899 4 1 - plaquette(s) thermoformée(s) aluminium de 30 gélule(s) - Déclaration d'arrêt de commercialisation:17/07/2006;
Statut de autorisation:
Archivée
Numéro d'autorisation:
60076732
Date de l'autorisation:
2005-06-14

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 24/08/2006

Dénomination du médicament

RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes

identiques, cela pourrait lui être nocif.

Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice,

parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. QU'EST-CE QUE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

3. COMMENT PRENDRE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

5. COMMENT CONSERVER RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

1. QU'EST-CE QUE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique

Ce médicament appartient à la classe des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC). Il agit en dilatant

les vaisseaux sanguins, ce qui contribue à faire baisser la pression artérielle et facilite le travail du cœur.

Indications thérapeutiques

Ce médicament est préconisé dans les indications suivantes:

Traitement de l'hypertension artérielle (Pression artérielle trop élevée),

Suites de certains infarctus du myocarde (mort de certaines cellules du muscle cardiaque, ce qui peut conduire à un

affaiblissement du cœur).

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

Ne prenez jamais RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule dans les cas suivants:

Si vous avez déjà présenté des manifestations allergiques comprenant l'un ou plusieurs des symptômes suivants:

gonflement des mains, des pieds ou des chevilles, de la face, des lèvres, de la langue, de la gorge et/ou du visage, bouffées

de chaleur, difficultés à avaler ou à respirer, lors de la prise de ramipril ou d'un médicament de la même classe que le

ramipril (inhibiteur de l'enzyme de conversion); si vous avez manifesté des réactions allergiques à l'un des constituants de

ce médicament.

Si vous ou un membre de votre famille avez déjà présenté une réaction similaire (en cas d'angio-œdème, maladie

héréditaire ou sans cause connue);

Si vous être enceinte (au cours du 2

ème

et 3

ème

trimestres de grossesse, voir rubrique ci-après);

En cas de doute, parlez-en à votre médecin.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule:

Mises en garde spéciales

Avant de prendre ce médicament, prévenez votre médecin dans les cas suivants:

Réaction allergique au ramipril ou à un autre médicament de la même classe (inhibiteur de l'enzyme de conversion); une

réaction allergique peut survenir sous traitement. Dans ce cas, arrêter le traitement et prévenir immédiatement votre

médecin;

Toux liée ou non à la prise d'un médicament; une toux sèche peut survenir sous traitement;

Maladie rénale ou si devez être hémodialysé; ce médicament peut entraîner des risques de réaction allergique, chez des

patients sous hémodialyse.

Maladie des vaisseaux sanguins (collagénose) et/ou si vous être traité par immunosuppresseurs;

Si vous suivez ou allez suivre une désensibilisation contre l'allergie aux piqûres d'insectes par exemple. La

désensibilisation diminue les phénomènes allergiques mais peut parfois majorer la réaction allergique, en cas de prise de

ce médicament.

Si vous suivez un régime pauvre en sel ou si vous prenez des sels de potassium, des médicaments qui augmentent le taux

de potassium dans le sang, de l'estramustine;

En cas de diabète;

Si vous êtes traité par certains médicaments (voir Prise ou utilisation d'autres médicaments).

Si vous souhaitez une grossesse ou êtes enceinte (voir Grossesse et allaitement).

Ne pas administrer ce médicament chez l'enfant de moins de 18 ans. Les données disponibles chez l'enfant sont limitées.

Précautions d'emploi

Utilisez ce médicament avec PRECAUTION en cas de:

Pression artérielle basse (pouvant se traduire par des étourdissements ou des vertiges, en particulier lors du passage à la

position debout);

Régime sans sel strict, traitement diurétique prolongé, insuffisance cardiaque, cirrhose hépatique;

Maladie cardiaque ischémique, insuffisance circulatoire cérébrale;

Rétrécissement (sténose) de la valve aortique ou mitrale ou de l'artère rénale;

Epaississement du muscle cardiaque (cardiomyopathie hypertrophique);

Insuffisance cardiaque;

En cas de maladie hépatique (du foie);

Sujet âgé;

Diarrhée ou vomissements;

Si vous devez subir une opération. Avant de subir une anesthésie locale ou générale, signalez également à votre médecin

ou votre dentiste que vous prenez du ramipril: lorsqu'il est administré avec certains anesthésiques, le ramipril peut provoquer

une baisse brutale de la pression artérielle, juste après la prise du comprimé.

Faites attention lors de la première prise de ramipril: elle peut provoquer une baisse de la pression artérielle plus importante

que lors de la suite du traitement. Vous pouvez avoir des vertiges ou des étourdissements qui peuvent nécessiter de vous

allonger. Si cet effet survient, consultez votre médecin.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments

Veuillez indiquer à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament,

particulièrement s'il s'agit de lithium, de l'estramustine, de sels de potassium ou d'un diurétique (médicament également

prescrit dans le traitement de l'hypertension artérielle ou de l'insuffisance cardiaque), même s'il s'agit d'un médicament

obtenu sans ordonnance.

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Grossesse

Si vous être enceinte ou souhaitez le devenir, signalez-le à votre médecin.

La survenue d'une grossesse sous ramipril nécessite absolument de prévenir tout de suite puis de consulter le médecin

chargé d'en surveiller le déroulement afin de se conformer à ses recommandations.

L'utilisation de ce médicament est contre-indiquée au 2

ème

et au 3

ème

trimestres de la grossesse.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Allaitement

Il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel. En conséquence, l'administration de ce médicament

est déconseillée chez la femme qui allaite.

Si vous allaitez ou souhaitez allaiter, signalez-le à votre médecin.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Les patients amenés à conduire des véhicules ou à utiliser des machines doivent être attentifs à la survenue possible de

vertiges.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT PRENDRE RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

La posologie de ramipril peut varier entre 1,25 à 10 mg par jour. Cependant, votre médecin peut juger utile d'adapter cette

dose à votre état personnel; il ne faut pas la modifier de votre propre chef sans prendre son avis.

Si vous avez l'impression que l'effet de RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou

votre pharmacien.

Voie orale.

RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule sera avalé avec une quantité suffisante de liquide (½ à 1 verre d'eau), au moment des repas

(avant ou pendant).

Pour une bonne utilisation de ce médicament, il est indispensable de vous soumettre à une surveillance médicale régulière;

celle-ci peut comporter des examens complémentaires (en particulier dosage du potassium et de la créatinine dans le sang):

ne les négligez pas.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus de RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule que vous n'auriez dû:

En cas de surdosage ou d'intoxication accidentelle, un malaise (lié à une hypotension) peut survenir. S'allonger jambes

surélevées et prévenir immédiatement le médecin.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez de prendre RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule:

En cas d'oubli d'une ou de plusieurs doses, il convient d'en référer à votre médecin.

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le

monde n'y soit pas sujet:

Fréquemment:

Toux sèche, gêne respiratoire, malaise, vertiges, nausées, vomissements, diarrhées, constipation, troubles digestifs, troubles

du goût, sècheresse de la bouche, troubles du sommeil, éruptions cutanées de différentes sortes, démangeaisons, perte de

cheveux;

Rarement:

Risque d'allergie (œdème de Quincke) en particulier au niveau de la peau chez les sujets prédisposés et les asthmatiques:

Arrêtez de prendre RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule, et signalez immédiatement à votre médecin si vous présentez: un

gonflement des mains, des lèvres, de la langue ou une gêne dans la gorge entraînant une difficulté à respirer ou à avaler.

Dans de tels cas, le traitement doit être arrêté immédiatement et le patient surveillé jusqu'à disparition de l'œdème.

Hypotension, maux de tête, fatigue, malaise, pâleur, rougeur du visage, paresthésie (anomalies de la perception des

sensations du toucher), troubles de la fonction rénale, modifications de la fréquence des mictions, perte d'appétit, aphtes,

douleur ou saignement de la bouche, douleurs dans la poitrine, troubles de la circulation des doigts souvent déclenchés par

le froid;

Très rarement:

Fièvre, confusion, dépression, vision trouble, incidents cérébrovasculaires, perte de connaissance, gêne respiratoire,

douleurs de la langue, douleurs musculaires ou articulaires, jaunisse, hépatite, insuffisance hépatique; inflammation du

pancréas; impuissance; augmentation du volume mammaire; réactions cutanées dont exceptionnellement un syndrome de

Lyell: lésions sévères de la peau à l'aspect de cloques ou brûlures sur le corps); réactions de photosensibilisation

(intolérance au soleil).

Modification de certaines constantes biologiques dans e sang et les urines: l Protéinurie (passage anormal de protéines

dans les urines); augmentation du potassium dans le sang; diminution du sodium dans le sang; diminution du glucose dans

le sang; augmentation de l'urée de la créatinine, de la bilirubine, de certaines enzymes hépatiques dans le sang;

modifications de certains autres paramètres sanguins (baisse de l'hémoglobine, l'hématocrite, des leucocytes, des

plaquettes; augmentation des éosinophiles; présence d'anti-corps antinucléaires) pouvant dans certains cas se traduire par

des saignements de nez ou des gencives, une fièvre inexpliquée, des signes d'infection ou une pâleur ou une fatigue

intense. Contactez alors rapidement votre médecin.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent

graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule après la date de péremption mentionnée sur la boîte.

Conditions de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas +25°C.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout à l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien

ce qu'il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule ?

La substance active est:

Ramipril .......................................................................................................................................... 1,25 mg

Pour une gélule.

Les autres composants sont:

Amidon de maïs prégélatinisé.

Enveloppe de la gélule: gélatine, oxyde de fer noir (E172), dioxyde de titane (E171).

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule et contenu de l'emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous forme de gélule. Boîte de 30 gélules.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire

EG LABO - Laboratoires EuroGenerics

"Le Quintet" - bâtiment A

12, rue Danjou

92517 Boulogne Billancourt Cedex

Exploitant

EG LABO Laboratoires EuroGenerics

« Le Quintet » - Bâtiment A

12 rue Danjou

92517 BOULOGNE BILLANCOURT CEDEX

Fabricant

ACTAVIS hf.

Reykjavikurvegur 78

220 HAFNARFJORDUR

ISLANDE

LABORATOIRES BTT

Z.I. de Krafft

67150 ERSTEIN

CENTRAFARM SERVICES

Niewe Donk 9

4879 AC ETTEN LEUR

PAYS BAS

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Sans objet.

Date d’approbation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’Afssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Sans objet.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 24/08/2006

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

RAMIPRIL EG 1,25 mg, gélule

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Ramipril .......................................................................................................................................... 1,25 mg

Pour une gélule.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Gélule.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

Hypertension artérielle.

Post-infarctus du myocarde compliqué d'insuffisance cardiaque transitoire ou persistante.

Le traitement au long cours par ramipril améliore la survie et réduit le risque d'évolution vers l'insuffisance cardiaque sévère

ou résistante.

4.2. Posologie et mode d'administration

Le ramipril, gélule, peut être pris avant, pendant ou après les repas, la prise d'aliments ne modifiant pas sa biodisponibilité

(voir rubrique 5.2).

Le ramipril peut être administré en une seule prise quotidienne.

HYPERTENSION ARTERIELLLE

En l'absence de déplétion hydrosodée préalable ou d'insuffisance rénale (soit en pratique courante):

La posologie initiale est de 2,5 mg par jour en une seule prise, pendant ou après le petit déjeuner, la biodisponibilité n'étant

pas influencée par la prise d'aliments (voir rubrique 5.2).

En fonction de la réponse au traitement, la posologie doit être adaptée, en respectant des paliers de 3 à 4 semaines, jusqu'à

5 mg/jour voire un maximum de 10 mg/jour en une seule prise.

Si nécessaire, un diurétique non hyperkaliémiant peut être associé à 5 mg de ramipril, afin d'obtenir une baisse

supplémentaire de la pression artérielle.

Dans l'hypertension artérielle préalablement traitée par diurétiques:

soit arrêter le diurétique 3 jours avant d'administrer le ramipril, pour le réintroduire par la suite si nécessaire,

soit administrer la dose initiale de 1,25 mg de ramipril (voir rubrique 4.4) et l'ajuster en fonction de la réponse tensionnelle

obtenue et de la tolérance.

Il est recommandé de doser la créatinine plasmatique et la kaliémie avant le traitement et dans les 15 jours qui suivent sa

mise en route.

Dans l'hypertension rénovasculaire, il est recommandé de débuter le traitement à la posologie de 1,25 mg/jour en une

prise, pour l'ajuster par la suite à la réponse tensionnelle du patient (voir rubrique 4.4).

La créatininémie et la kaliémie seront contrôlées afin de détecter l'apparition d'une éventuelle insuffisance rénale

fonctionnelle.

En cas d'insuffisance rénale, la posologie de ramipril est ajustée au degré de cette insuffisance (voir rubrique 5.2):

si la clairance de la créatinine est supérieure ou égale à 30 ml/min, il n'est pas nécessaire d'ajuster la posologie initiale.

si la clairance de la créatinine est comprise entre 10 et 30 ml/min, la posologie initiale sera de 1,25 mg en une prise. Cette

posologie sera ensuite adaptée à la réponse tensionnelle obtenue, sans dépasser toutefois 5 mg par jour.

Clairance de la créatinine (ml/min/1,73 m

Posologie initiale (mg/jour)

> 30

Entre 10 et 30

1,25

Chez ces malades, la pratique médicale normale comprend un contrôle périodique du potassium et de la créatinine, par

exemple tous les deux mois en période de stabilité thérapeutique.

Les diurétiques à associer dans ce cas sont les diurétiques de l'anse.

Chez l'hypertendu hémodialysé

Chez l'hypertendu hémodialysé le ramipril est faiblement dialysable, la clairance de dialyse du ramiprilate déterminée après

administration chronique pendant un mois est de 21 ml/min. (variant de 7,9 ml/min à 56 ml/min).

En cas d'insuffisance hépatique

Il n'y a pas lieu de prévoir d'ajustement de la posologie (voir rubriques 5.2 et 4.4).

INFARCTUS DU MYOCARDE

Le traitement sera débuté 2 à 10 jours après l'infarctus, chez un malade cliniquement stable (stabilité hémodynamique,

prise en charge d'une ischémie résiduelle).

La dose initiale est de 5 mg par jour en 2 prises (2,5 mg matin et soir). En cas d'intolérance, la dose sera réduite à 2,5 mg par

jour en 2 prises (1,25 mg matin et soir), pendant 2 jours.

Dans tous les cas, si la tolérance hémodynamique le permet, la dose sera doublée tous les 2 jours pour atteindre 10 mg par

jour (5 mg matin et soir).

La mise en route du traitement sera réalisée en milieu hospitalier sous surveillance médicale stricte, notamment tensionnelle

(voir rubrique 4.4).

En cas d'insuffisance rénale (définie par une clairance de la créatinine comprise entre 10 et 30 ml/min), la dose initiale est de

1,25 mg par jour et la dose maximale de 5 mg par jour.

4.3. Contre-indications

Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de:

Antécédent d'hypersensibilité au ramipril ou à tout autre inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine,

Antécédent d'angiœdème (œdème de Quincke) lié à la prise d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine

et/ou angio-œdème héréditaire ou idiopathique,

Second et troisième trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.6).

Antécédent d'hypersensibilité à l'un des excipients.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Mises en garde spéciales

Toux

Une toux sèche a été rapportée avec l'utilisation des inhibiteurs de l'enzyme de conversion.

Elle est caractérisée par sa persistance sous traitement ainsi que par sa disparition à l'arrêt du traitement. L'étiologie

iatrogénique doit être envisagée en présence de ce symptôme.

Dans le cas où la prescription d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion s'avère indispensable, la poursuite du traitement

peut être envisagée.

Risque de neutropénie/agranulocytose sur terrain immunodéprimé

Des inhibiteurs de l'enzyme de conversion ont exceptionnellement entraîné une agranulocytose et/ou une dépression

médullaire lorsqu'ils étaient administrés:

à doses élevées,

chez des patients insuffisants rénaux associant des maladies de système (collagénoses telles que lupus érythémateux

disséminé ou sclérodermie), avec un traitement immunosuppresseur et/ou potentiellement leucopéniant.

en cas d'association médicamenteuse multiple, surveiller étroitement la tolérance hématologique et rénale.

Le strict respect des posologies préconisées semble constituer la meilleure prévention de la survenue de ces événements.

Toutefois, si un inhibiteur de l'enzyme de conversion doit être administré chez ce type de patients, le rapport bénéfice/risque

sera soigneusement mesuré.

Anémie

Une anémie avec baisse du taux d'hémoglobine a été mise en évidence chez des patients transplantés rénaux ou

hémodialysés, baisse d'autant plus importante que les valeurs de départ sont élevées. Cet effet ne semble pas dose-

dépendant mais serait lié au mécanisme d'action des inhibiteurs de l'enzyme de conversion.

Cette baisse est modérée, survient dans un délai de 1 à 6 mois puis reste stable.

Elle est réversible à l'arrêt du traitement. Celui-ci peut être poursuivi chez ce type de patients, en pratiquant un contrôle

hématologique régulier.

Angio-œdème (œdème de Quincke)

Un angio-œdème de la face, des extrémités, des lèvres, de la langue, de la glotte et/ou du larynx a été rarement signalé chez

les patients traités par un inhibiteur de l'enzyme de conversion, incluant le ramipril. Ceci peut survenir à n'importe quel

moment du traitement.

Dans de tels cas, le ramipril doit être arrêté immédiatement et une surveillance appropriée doit être mise en place afin de

s'assurer de la disparition complète des symptômes avant de laisser partir le malade.

Même dans les cas où l'on n'observe qu'un gonflement de la langue, sans détresse respiratoire, les patients peuvent

nécessiter une mise en observation prolongée car un traitement par antihistaminique et corticostéroïdes peut s'avérer

insuffisant.

Des issues fatales ont été très rarement rapportées, à la suite d'un angio-œdème associé à un œdème du larynx ou de la

langue. Les patients dont la langue, la glotte ou le larynx sont atteints, sont susceptibles de présenter une obstruction des

voies aériennes, particulièrement s'ils ont un antécédent de chirurgie des voies aériennes.

Chez ces patients, un traitement approprié qui peut comporter une injection sous-cutanée d'une solution d'adrénaline au

1/1000 (0,3 ml à 0,5 ml) et/ou toutes mesures visant à assurer la liberté des voies aériennes doivent être administrées

rapidement.

La prescription d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion ne doit plus être envisagée par la suite chez ces patients (voir

rubrique 4.3).

Les patients ayant un antécédent d'œdème de Quincke non lié à la prise d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion ont un

risque accru d'œdème de Quincke sous inhibiteur de l'enzyme de conversion.

On a apporté une incidence plus forte d'angio-œdème chez les patients de la race noire par rapport aux autres races.

Réactions anaphylactoïdes lors de l'hémodialyse et lors d'aphérèses des LDL:

Des réactions anaphylactoïdes (œdème de la langue et des lèvres avec dyspnée et baisse tensionnelle) ont également été

observées au cours d'hémodialyses utilisant des membranes de haute perméabilité (polyacrylonitrile) chez des patients

traités par inhibiteurs de l'enzyme de conversion. Il est recommandé d'éviter cette association.

Des réactions anaphylactoïdes similaires peuvent également survenir lors d'aphérèses des LDL sur sulfate de dextran.

Réactions anaphylactoïdes lors de désensibilisation piqûres d'hyménoptères:

Des patients recevant des IEC lors de désensibilisation avec du venin d'hyménoptère ont rarement présenté des réactions

anaphylactoïdes potentiellement fatales. Ces réactions furent évitées en arrêtant provisoirement le traitement par IEC avant

chaque désensibilisation.

Hyperkaliémie et patients à risque d'hyperkaliémie

L'administration de ramipril est déconseillée en cas d'hyperkaliémie. Une hyperkaliémie a été observée chez certains

patients recevant un traitement par inhibiteur de l'enzyme de conversion, dont le ramipril.

Les patients à risque de développer une hyperkaliémie comprennent les insuffisants rénaux, les patients diabétiques, les

patients en insuffisance cardiaque congestive et ceux recevant un traitement associé à des diurétiques d'épargne

potassique, une supplémentation en potassium, des sels de régime contenant du potassium ou les patients prenant d'autres

médicaments hyperkaliémiants (par exemple l'héparine). Chez ces patients à risque et/ou si l'association de ces traitements

est estimée nécessaire, il est recommandé de surveiller la kaliémie très régulièrement.

Association avec les diurétiques épargneurs de potassium, les sels de potassium, l'estramustine, le lithium

La prise de ce médicament est déconseillée avec les diurétiques épargneurs de potassium, les sels de potassium,

l'estramustine, le lithium (voir rubrique 4.5).

Grossesse et allaitement

Le ramipril ne sera pas utilisé pendant le premier trimestre de la grossesse. Lorsqu'une grossesse est diagnostiquée, le

traitement par le ramipril doit être arrêté dès que possible (voir rubrique 4.6).

L'administration de ramipril est déconseillée chez la femme qui allaite (voir rubrique 4.6).

Enfant

L'efficacité et la tolérance du ramipril chez l'enfant n'ayant pas été établies, son utilisation chez l'enfant est déconseillée.

Précautions d’emploi

Risque d'hypotension artérielle et/ou d'insuffisance rénale (en cas d'insuffisance cardiaque, de déplétion hydrosodée,

d'athérosclérose connue, de sténose bilatérale de l'artère rénale ou sténose artérielle rénale sur rein fonctionnellement

unique etc.)

Une stimulation importante du système rénine-angiotensine-aldostérone est observée en particulier au cours des déplétions

hydrosodées im portantes (régime désodé strict ou traitement diurétique prolongé), chez les patients à pression artérielle

initialement basse, d'insuffisance cardiaque congestive ou de cirrhose œdémato-ascitique.

Le blocage de ce système par un inhibiteur de l'enzyme de conversion peut alors provoquer, surtout lors de la première prise

et au cours des deux premières semaines de traitement, une brusque chute tensionnelle et/ou, quoique rarement et dans un

délai plus variable, une élévation de la créatinine plasmatique traduisant une insuffisance rénale fonctionnelle parfois aiguë.

L'hypotension artérielle peut comporter un risque particulier chez les patients ayant une cardiopathie ischémique ou une

insuffisance circulatoire cérébrale. On sera donc particulièrement prudent chez ces patients, en débutant le traitement à

faible posologie.

Le risque d'hypotension et d'insuffisance rénale augmente également chez les patients avec sténose bilatérale de l'artère

rénale ou sténose artérielle rénale sur rein fonctionnellement unique traités par un inhibiteur de l'enzyme de conversion. La

perte de la fonction rénale peut survenir même en cas de modification légère de la créatininémie sérique. Chez ces patients,

le traitement doit être initié sous surveillance médicale étroite, avec des posologies faibles et un suivi de la fonction rénale et

de la kaliémie.

Dans tous ces cas de figure, la mise en route du traitement doit alors être progressive.

Insuffisance rénale

En cas d'insuffisance rénale (définie par une clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min), le traitement est initié par une

posologie initiale faible; puis celle-ci est éventuellement ajustée en fonction de la réponse thérapeutique (voir rubrique 4.2).

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère à modérée (clairance

de la créatinine > 30 ml/min) sous réserve d'une surveillance de la fonction rénale et de la kaliémie.

Insuffisance hépatique

Chez les patients ayant une insuffisance hépatique légère à modérée, en raison d'une instabilité volémique et

hydroélectrolytique, une surveillance particulière s'impose.

Sujets âgés

La fonction rénale et la kaliémie sont appréciées avant le début du traitement. La dose initiale est ajustée ultérieurement en

fonction de la réponse tensionnelle et de la tolérance individuelle, a fortiori en cas de déplétion hydrosodée, afin d'éviter

toute hypotension de survenue brutale. Une surveillance régulière clinique (recherche d'hypotension) et biologique de la

fonction rénale, de la natrémie et de la kaliémie, sont nécessaires chez les sujets âgés.

Hypertension rénovasculaire

Le traitement de l'hypertension artérielle rénovasculaire est la revascularisation.

Néanmoins, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion peuvent être utiles aux malades présentant une hypertension

rénovasculaire dans l'attente de l'intervention correctrice ou lorsque cette intervention n'est pas possible.

Le traitement doit alors être institué avec une dose faible et une surveillance de la fonction rénale et de la kaliémie doit être

exercée, certains patients ayant développé une insuffisance rénale fonctionnelle, réversible à l'arrêt du traitement.

Sténose aortique / cardiomyopathie hypertrophique:

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion doivent être administrés avec prudence chez les patients ayant une obstruction à

l'éjection du ventricule gauche et évités en cas de choc cardiogénique et d'obstruction hémodynamique significative.

Intervention chirurgicale

En cas d'anesthésie, et plus encore lorsque l'anesthésie est pratiquée avec des agents à potentiel hypotenseur, les

inhibiteurs de l'enzyme de conversion sont à l'origine d'une hypotension. L'interruption thérapeutique, lorsqu'elle est

possible, est donc recommandée l'avant-veille de l'intervention pour les inhibiteurs de l'enzyme de conversion à durée

d'action longue, comme le ramipril.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Certains médicaments ou classes thérapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d'une hyperkaliémie: les sels

de potassium, les diurétiques hyperkaliémiants, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les antagonistes de

l'angiotensine II, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les héparines (de bas poids moléculaire ou non fractionnées), les

immunosuppresseurs comme la ciclosporine ou le tacrolimus, le triméthoprime.

La survenue d'une hyperkaliémie peut dépendre de l'existence de facteurs de risque associés. Ce risque est majoré en cas

d'association des médicaments suscités.

Associations déconseillées

+ Diurétiques épargneurs de potassium seuls ou associés (amiloride, canrénoate de potassium, spironolactone,

triamtérène) à l'exception de la spironolactone à des doses comprises entre 12,5 mg et 50 mg / jour en dehors du

traitement de l'insuffisance cardiaque

Hyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants). Ne pas

associer d'hyperkaliémiants à un inhibiteur de l'enzyme de conversion, sauf en cas d'hypokaliémie.

+ Potassium (sels de)

Hyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants). Ne pas

associer d'hyperkaliémiants à un inhibiteur de l'enzyme de conversion, sauf en cas d'hypokaliémie.

+Estramustine

Risque de majoration des effets indésirables à type d'œdème angio-neurotique.

+ Lithium

Augmentation de la lithémie, pouvant atteindre des valeurs toxiques (diminution de l'excrétion rénale du lithium). Si l'usage

d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion est indispensable, surveillance stricte de la lithémie et adaptation de la posologie.

Associations faisant l'objet de précautions d’emploi

+ AINS (voie générale), y compris les inhibiteurs sélectifs de cox-2 et acide acétylsalicylique (aspirine) ≥ 3 g/j

Insuffisance rénale aiguë chez le patient à risque (sujet âgé et/ou déshydraté) par diminution de la filtration glomérulaire

(inhibition des prostaglandines vasodilatatrices due aux AINS ou à l'aspirine). Par ailleurs, réduction de l'effet

antihypertenseur.

Hydrater le malade; surveiller la fonction rénale en début de traitement.

+ Antidiabétiques (insulines, sulfamides hypoglycémiants)

Décrit pour le captopril, l'enalapril.

L'utilisation des inhibiteurs de l'enzyme de conversion peut entraîner une majoration de l'effet hypoglycémiant chez le

diabétique traité par insuline ou sulfamides hypoglycémiants.

La survenue de malaises hypoglycémiques semble exceptionnelle (amélioration de la tolérance au glucose qui aurait pour

conséquence une réduction des besoins en insuline).

Renforcer l'autosurveillance glycémique.

+ Baclofène

Majoration de l'effet antihypertenseur.

Surveillance de la tension artérielle et adaptation posologique de l'antihypertenseur si nécessaire.

+ Diurétiques hypokaliémiants

Risque d'hypotension artérielle brutale et/ou d'insuffisance rénale aiguë lors de l'instauration du traitement par un inhibiteur

de l'enzyme de conversion en cas de déplétion hydrosodée préexistante.

Dans l'hypertension artérielle, lorsqu'un traitement diurétique préalable a pu entraîner une déplétion hydrosodée, il faut:

soit arrêter le diurétique avant de débuter le traitement par l'inhibiteur de l'enzyme de conversion, et réintroduire un

diurétique hypokaliémiant si nécessaire ultérieurement;

soit administrer des doses initiales réduites d'inhibiteur de l'enzyme de conversion et augmenter progressivement la

posologie.

Dans l'insuffisance cardiaque congestive traitée par diurétiques, commencer par une dose très faible d'inhibiteur de l'enzyme

de conversion, éventuellement après réduction de la dose du diurétique hypokaliémiant associé.

Dans tous les cas, surveiller la fonction rénale (créatininémie) dans les premières semaines du traitement par l'inhibiteur de

l'enzyme de conversion.

+ Spironolactone

Dans le cas du traitement de l'insuffisance cardiaque de classe III ou IV (NYHA) avec fraction d'éjection < 35% et

préalablement traitée par l'association inhibiteur de conversion

+ Diurétique de l'anse

Risque d'hyperkaliémie, potentiellement létale en cas de non-respect des conditions de prescription de cette association.

Vérifier au préalable l'absence d'hyperkaliémie et d'insuffisance rénale. Surveillance biologique étroite de la kaliémie et de

la créatininémie (1 fois par semaine pendant le premier mois, puis une fois par mois ensuite).

Associations à prendre en compte

+ Alpha-bloquants à visée urologique (alfuzosine, doxazosine, prazosine, tamsulosine, térazosine)

Majoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique majoré.

+ Antihypertenseurs alpha-bloquants

Majoration de l'effet hypotenseur. Risque majoré d'hypotension orthostatique.

+ Amifostine

Majoration de l'effet antihypertenseur.

+Antidépresseurs imipraminiques, neuroleptiques

Effet antihypertenseur et risque d'hypotension orthostatique majorés (effet additif).

+ Corticoïdes, tétracosactide (voie générale) (sauf hydrocortisone employée comme traitement substitutif dans la

maladie d'Addison)

Diminution de l'effet antihypertenseur (rétention hydrosodée des corticoïdes).

4.6. Grossesse et allaitement

Grossesse

L'administration de ramipril est généralement déconseillée durant le 1er trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4);

Lorsqu'une grossesse est planifiée ou confirmée, un traitement alternatif doit être initié le plus tôt possible.

Aucune étude contrôlée avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion n'a été effectuée dans l'espèce humaine, mais un

nombre limité de cas exposés lors du premier trimestre de grossesse ne semble pas avoir manifesté de malformations

pouvant faire évoquer une toxicité fœtale.

L'administration de ramipril est contre-indiquée pendant les 2

et 3

ème

trimestres de la grossesse. (voir rubrique 4.3).

Il a été montré que l'exposition prolongée à un IEC durant le second et le 3

ème

trimestre de grossesse provoque une toxicité

fœtale (altération de la fonction rénale, oligohydramnios, retard d'ossification du crâne) et une toxicité néonatale

(insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie).

En cas d'exposition au ramipril durant le second trimestre de grossesse, il est recommandé de vérifier par échographie la

fonction rénale fœtale et l'ossification du crâne.

Allaitement

Il n'y a pas de données concernant le passage du ramipril dans le lait maternel.

La décision d'arrêter l'allaitement ou de suspendre ce traitement doit être prise en fonction de l'importance de ce traitement

pour la mère.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

En début de traitement, une prudence particulière devra être observée chez les conducteurs de véhicules automobiles et les

utilisateurs de machines, en raison du risque de sensation de vertiges.

4.8. Effets indésirables

Les effets indésirables rapportés lors du traitement par le ramipril et/ou les autres inhibiteurs de l'enzyme de conversion

incluent les effets suivants:

Troubles du sang et du système lymphatique

Très rare: anémie, baisse de l'hémoglobine, de l'hématocrite, des leucocytes, des plaquettes, neutropénie/agranulocytose,

pancytopénie particulièrement chez les patients avec une fonction rénale altérée éosinophilie, anticorps antinucléaires

positifs (voir rubrique 4.4).

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rare: anorexie

Très rare: hyperkaliémie (voir rubrique 4.4), hypoglycémie.

Troubles psychiatriques

Fréquent: troubles du sommeil.

Très rare: confusion, dépression.

Troubles du système nerveux

Fréquent: altération du goût, vertiges, lipothymies.

Rare: céphalées et paresthésie.

Très rare: incidents cérébrovasculaires et syncope.

Troubles ophtalmologiques

Très rare: vision trouble.

Troubles cardiaques

Rare: angor.

Troubles vasculaires

Rares: hypotension (voir rubrique 4.4), flush, pâleur, syndrome de Raynaud.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Fréquent: toux sèche et irritative (non productive) (voir rubrique 4.4) et dyspnée.

Très rare: bronchospasme.

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent: nausées, vomissements, irritations gastriques, douleurs abdominales, diarrhée, constipation, sécheresse buccale.

Rare: stomatite/ulcération aphteuse.

Très rare: glossite, pancréatite.

Troubles hépato-biliaires

Très rare: augmentation des transaminases, augmentation de la bilirubine, cholestase (incluant l'ictère), hépatite,

insuffisance hépatique.

Troubles de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent: prurit, rash, alopécie.

Rare: angio-œdème (voir rubrique 4.4).

Très rare: urticaire, syndrome de Stevens-Johnson, érythème polymorphe, photosensibilité, érythrodermie, réactions

pemphigoïdes et dermatite exfoliatrice.

Exceptionnellement: syndrome de Lyell.

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Très rare: myalgie, arthralgie.

Troubles rénaux et urinaires

Rare: augmentation de l'urée et de la créatinine sériques, troubles de la fonction rénale dont insuffisance rénale, polyurie,

oligurie, augmentation de la fréquence des mictions.

Troubles du système reproductif et des seins

Très rare: impuissance, gynécomastie.

Troubles généraux

Rare: douleur thoracique, fatigue, malaise.

Très rare: fièvre.

Biochimie

Très rare: hyperkaliémie, hyponatrémie, augmentation de la vitesse de sédimentation, protéinurie.

4.9. Surdosage

L'événement le plus probable, en cas de surdosage, est l'hypotension.

Si une hypotension importante se produit, elle peut être combattue par la mise du patient en décubitus, tête basse, et au

besoin par une perfusion IV de soluté isotonique de chlorure de sodium ou par tout autre moyen d'expansion volémique.

Le ramiprilate, métabolite actif du ramipril, est faiblement dialysable (voir rubriques 5.2 et 4.2).

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: INHIBITEURS DE L'ENZYME DE CONVERSION (IEC) NON ASSOCIES, Code ATC:

C09AA05.

(C: Système cardiovasculaire).

Mécanisme de l'action pharmacologique

Le ramipril est un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine I en angiotensine II, substance vasoconstrictrice

mais également stimulant la sécrétion d'aldostérone par le cortex surrénalien.

Il en résulte:

une diminution de la sécrétion d'aldostérone;

une élévation de l'activité rénine plasmatique, l'aldostérone n'exerçant plus de rétrocontrôle négatif;

une baisse des résistances périphériques totales avec une action préférentielle sur les territoires musculaire et rénal, sans

que cette baisse ne s'accompagne de rétention hydrosodée ni de tachycardie réflexe, en traitement chronique.

L'action antihypertensive du ramipril se manifeste aussi chez les sujets ayant des concentrations de rénine basses

ou normales.

Le ramipril agit par l'intermédiaire de son métabolite actif, le ramiprilate, les autres métabolites étant inactifs.

Les résultats de travaux expérimentaux suggèrent que les effets hémodynamiques et antihypertenseurs du ramiprilate

pourraient être en grande partie expliqués par l'inhibition de l'enzyme de conversion présente dans certains tissus, en

particulier au niveau des parois vasculaires, du rein et du myocarde et donc par la diminution de la production locale

d'angiotensine II.

L'enzyme de conversion intervenant également dans la dégradation de la bradykinine, substance vasodilatatrice, l'effet sur

le système kallicréinekinines/prostaglandines contribue probablement aussi à l'effet antihypertenseur, ainsi qu'aux effets

protecteurs sur le cœur et l'endothélium mis en évidence expérimentalement.

Caractéristiques de l'activité antihypertensive

Le ramipril est actif à tous les stades de l'hypertension artérielle: légère, modérée ou sévère. On observe une réduction des

pressions artérielles systoliques et diastoliques, en décubitus et en orthostatisme.

L'activité antihypertensive après prise unique se manifeste dès la 1

ère

heure, est maximale entre la 3

ème

et la 6

ème

heure et

se maintient pendant 24 heures.

Le blocage résiduel de l'enzyme de conversion à 24 heures est supérieur à 50%.

Chez les patients répondeurs, la normalisation tensionnelle se maintient sans échappement.

L'arrêt du traitement ne s'accompagne pas d'un rebond de l'hypertension artérielle.

En cas de nécessité, l'adjonction d'un diurétique thiazidique (ou apparenté) entraîne une synergie de type additif.

L'association d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion et d'un thiazidique diminue en outre le risque d'hypokaliémie induite

par le diurétique seul.

Chez des hypertendus présentant une hypertrophie ventriculaire gauche et recevant du furosémide, il a été montré que le

ramipril, à la dose de 1,25 mg ou de 5 mg par jour, diminue la masse ventriculaire gauche, indépendamment des variations

de la pression artérielle.

Un ralentissement de la progression de l'insuffisance rénale de patients atteints de néphropathie glomérulaire avec

hypertension artérielle et protéinurie et ayant une clairance de la créatinine entre 20 et 70 ml/min a été observé dans l'étude

REIN sur un nombre limité de malades traités par ramipril.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Par voie orale, le ramipril est rapidement absorbé. Le pic de concentrations plasmatiques est atteint en une heure.

Le taux d'absorption, calculé après administration du produit radio-marqué, est de 60 %. La prise d'aliments ne modifie ni la

cinétique d'absorption, ni la quantité absorbée.

Métabolisme

Le ramipril est hydrolysé en ramiprilate, qui est un inhibiteur spécifique de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. Le pic

de concentrations plasmatiques du ramiprilate est atteint en 2 à 3 heures.

Le ramiprilate est lié à 56 % aux protéines plasmatiques.

Elimination

Le ramipril et ses métabolites sont éliminés par les urines et par la bile en quantités pratiquement égales.

Après administration répétée de ramipril en prise unique quotidienne, l'état d'équilibre des concentrations plasmatiques de

ramiprilate est atteint en 4 jours en moyenne. La demi-vie effective d'accumulation du ramiprilate varie de 13 à 17 heures.

Altération de la fonction rénale et hémodialyse

Chez l'insuffisant rénal ayant une clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min, les concentrations plasmatiques de

ramiprilate et la demi-vie augmentent, ce qui nécessite un ajustement posologique (voir rubrique 4.2).

Chez l'hypertendu hémodialysé, le ramipril est faiblement dialysable, la clairance de dialyse du ramiprilate déterminée après

administration chronique pendant un mois est de 21 ml/min (variant de 7,9 ml/min à 56 ml/min).

lnsuffisance hépatique

Chez l'insuffisant hépatique, le ralentissement d'hydrolyse du ramipril n'entraîne cependant pas de diminution des

concentrations plasmatiques du ramiprilate. Le ralentissement de la transformation du ramipril en ramiprilate entraîne

néanmoins un ralentissement d'élimination de ce dernier (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Grossesse

Il existe un passage du ramipril à travers le placenta (voir rubrique 4.6).

5.3. Données de sécurité préclinique

Sans objet.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Amidon de maïs prégélatinisé.

Enveloppe de la gélule: gélatine, oxyde de fer noir (E172), dioxyde de titane (E171).

6.2. Incompatibilités

Sans objet.

6.3. Durée de conservation

18 mois.

6.4. Précautions particulières de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas +25°C.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

30 gélules sous plaquettes thermoformées (Aluminium/Aluminium).

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

EG LABO - Laboratoires EuroGenerics

"Le Quintet" - bâtiment A

12, rue Danjou

92517 Boulogne Billancourt Cedex

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

368 899-4: 30 gélules sous plaquettes thermoformées (Aluminium/Aluminium).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information