NAPROXEN Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Naproxène sodique
Disponible depuis:
DOMINION PHARMACAL
Code ATC:
M01AE02
DCI (Dénomination commune internationale):
NAPROXEN
Dosage:
220MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Naproxène sodique 220MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
24/100/125
Type d'ordonnance:
En vente libre
Domaine thérapeutique:
OTHER NONSTEROIDAL ANTIIMFLAMMATORY AGENTS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0113934003; AHFS: 28:08.04.92
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02408759
Date de l'autorisation:
2017-07-12

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

NAPROXEN

Comprimés de naproxène sodique, USP

220 mg

Anti-inflammatoire non stéroïdien

Analgésique et antipyrétique

DOMINION PHARMACAL

6111 Avenue Royalmount, Suite 100

Montréal, Québec

H4P 2T4

Date de révision:

10 mai 2019

Numéro de contrôle: 227094

NAPROXEN Monographie de produit

Page 2 de 41

Table des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ ............. 3

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT ............................................... 3

INDICATIONS ET UTILISATION CLINIQUE ............................................................... 3

CONTRE-INDICATIONS ................................................................................................. 4

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS ......................................................................... 4

EFFETS INDÉSIRABLES ................................................................................................. 7

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ....................................................................... 9

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION ........................................................................... 12

SURDOSAGE .................................................................................................................. 12

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE ............................................. 13

ENTREPOSAGE ET STABILITÉ ................................................................................... 14

INSTRUCTIONS PARTICULIÈRES DE MANIPULATION ........................................ 14

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT ................ 15

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES .......................................................... 16

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES .............................................................. 16

ESSAIS CLINIQUES ....................................................................................................... 17

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE ................................................................................. 20

TOXICOLOGIE ............................................................................................................... 20

RÉFÉRENCES ................................................................................................................. 26

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ................................. 40

NAPROXEN Monographie de produit

Page 3 de 41

NAPROXEN

Comprimés de naproxènesodique, USP

220 mg

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie

d’administration

Forme posologique et

concentration

Ingrédients non médicinaux

Orale

Caplets à 220 mg

AD&C bleu n° 2 sur substrat d’aluminium,

acide stéarique, amidon de maïs, cellulose

microcristalline, dioxyde de titanium,

glycolate d’amidon sodique,

hydroxypropylméthylcellulose, polyéthylène

glycol, povidone.

INDICATIONS ET UTILISATION CLINIQUE

NAPROXEN (naproxène sodique) est indiqué pour la réduction de la fièvre et le soulagement de

la douleur.

NAPROXEN s'est révélé efficace en clinique pour soulager la douleur arthritique.

NAPROXEN soulage la douleur et la raideur quotidiennes associées à l’arthrite. NAPROXEN

soulage la raideur matinale et la douleur arthritique au repos, à la mobilisation passive et à la

mise en charge, ainsi que la douleur arthritique survenant le jour ou la nuit.

NAPROXEN contribue à soulager la douleur nocturne associée à l'arthrite.

NAPROXEN soulage la douleur de l'inflammation.

NAPROXEN soulage la douleur ou la raideur des troubles rhumatismaux ou arthritiques.

NAPROXEN soulage la douleur articulaire et corporelle.

NAPROXEN soulage la douleur musculaire.

NAPROXEN soulage la douleur des entorses et claquages musculaires.

NAPROXEN soulage le mal de dos.

NAPROXEN soulage le mal de tête.

NAPROXEN soulage la migraine.

NAPROXEN soulage la dysménorrhée (règles douloureuses).

NAPROXEN soulage la douleur des petites chirurgies.

NAPROXEN soulage le mal de dents.

NAPROXEN soulage la douleur des extractions dentaires

NAPROXEN soulage les courbatures et douleurs mineures associées au rhume.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 4 de 41

CONTRE-INDICATIONS

Le naproxènesodique est contre-indiqué chez les patients ci-dessous.

Patients qui ont déjà présenté une allergie au naproxène sodique.

Patients qui présentent une hypersensibilité connue au principe actif, soit le naproxène (y

compris le naproxène sodique) ou à un des excipients des caplets. Une liste complète figure

à la rubrique Présentation, composition et conditionnement de la présente monographie de

produit.

Patients qui ont des antécédents d'asthme, d'urticaire ou de réactions de type allergique

causés par l'acide acétylsalicylique (AAS) ou d'autres AINS (soit syndrome partiel ou total

d'intolérance à l'AAS - rhinosinusite, urticaire/oedème de Quincke, polypes nasaux, asthme).

Des réactions anaphylactoïdes mortelles sont survenues chez ces patients. Les personnes qui

souffrent des problèmes médicaux ci-dessus risquent de présenter une grave réaction, même

s'ils ont déjà pris un AINS sans présenter de réaction indésirable.

Patients qui présentent un ulcère gastro-duodénal en poussée évolutive ou qui ont des

antécédents d'ulcères récurrents ou une hémorragie digestive active.

Patients qui présentent une maladie intestinale inflammatoire.

Patients qui présentent une insuffisance hépatique grave ou une hépatopathie évolutive.

Patients qui présentent une insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine < 30 mL/min

ou 0,5 mL/s) ou une néphropathie qui s'aggrave (chez les personnes qui présentent une

insuffisance rénale moins marquée, comme la prise d'AINS peut produire une dégradation

de la fonction rénale; une surveillance s'impose).

Femmes qui sont au troisième trimestre de la grossesse, en raison du risque de fermeture

prématurée du canal artériel et de prolongation de la parturition.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités

Patients qui prennent un autre analgésique ou anti-inflammatoire (dont le naproxène ou le

naproxène sodique), un stéroïde, un diurétique ou un médicament qui influe sur l'hémostase.

Appareil cardiovasculaire

Patients qui présentent une insuffisance cardiaque grave et qui ont des antécédents d'hypertension.

Le naproxène peut atténuer l’effet antiplaquettaire de l’acide acétylsalicylique. Les patients

devraient discuter avec leurs médecins si ceux-ci prennent de l’acide acétylsalicylique et planifie

de prendre du naproxène sodique (voir la section Interactions médicament-médicament de la

monographie de produit).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 5 de 41

Appareil digestif

Patients qui ont des antécédents médicaux de maladie gastro-intestinale, dont d'ulcère gastro-

duodénal. Le naproxène sodique n'est pas indiqué contre la douleur d'origine gastro-intestinale.

Sang

Patients qui présentent des troubles de la coagulation. De nombreuses études ont montré que la

prise concomitante d'un AINS et d'un anticoagulant augmente le risque d'hémorragie. La prise

concomitante du naproxène sodique et de warfarine exige une surveillance étroite du rapport

international normalisé (INR). Même si on surveille l’INR, il y a quand même un risque

d'hémorragie.

Système nerveux

Chez certains patients, la prise d'un AINS comme le naproxène sodique peut causer somnolence,

étourdissements, vision trouble, vertiges, acouphène, baisse de l’acuité auditive, insomnie ou

dépression. En cas de telles réactions, le patient doit faire preuve de prudence pour les tâches qui

exigent de la vigilance, comme prendre le volant ou utiliser une machine.

Appariel respiratoire

Patients qui ont des antécédents médicaux d'asthme, de rhinite ou de polypes nasaux.

Peau

Patients qui ont des antécédents médicaux d'urticaire et d'oedème de Quincke.

Altération de la fertilité

Le naproxène, comme tout médicament qui inhibe les cyclo-oxygénases/la synthèse des

prostaglandines, peut altérer la fertilité et n'est pas recommandé chez les femmes qui essaient de

concevoir. Chez les femmes qui ont de la difficulté à concevoir ou qui subissent des tests visant à

cerner la cause de l’infertilité, l'abandon du traitement par le naproxène doit être envisagé.

Populations particulières

Personnes âgées

Chez les patients de plus de 65 ans et les patients fragiles ou affaiblis, les AINS sont plus

susceptibles de causer diverses réactions indésirables. L'incidence de ces réactions indésirables

augmente avec la dose et la durée du traitement. Ces patients tolèrent en outre moins bien les

ulcères et les hémorragies. La plupart des cas d'accidents gastro-intestinaux mortels ont été

signalés chez de tels patients. Les patients âgés sont aussi exposés aux lésions de la partie

inférieure de l’oesophage, dont ulcères et hémorragies.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 6 de 41

Femmes enceintes

NAPROXEN doit être prescrit avec prudence au cours des premier et deuxième trimestres de la

grossesse. Comme d'autres médicaments du même type, le naproxène sodique retarde la

parturition chez les animaux et porte atteinte à l'appareil cardiovasculaire du foetus chez

l’humain (fermeture du canal artériel). Le naproxène sodique ne doit donc être utilisé qu'en cas

de nécessité manifeste et que sur l’avis d'un médecin. Avant de recommander la prise de

naproxène sodique au cours des premier et deuxième trimestres de la grossesse, le médecin doit

peser avec soin les avantages possibles et les risques pour la mère et le foetus, surtout au cours

du premier trimestre.

L'inhibition de la synthèse des prostaglandines peut avoir des effets néfastes sur la grossesse

et/ou sur le développement embryo-foetal. Selon les données d'études épidémiologiques, le

risque de fausse couche et de malformation cardiaque serait plus élevé chez les femmes qui ont

pris un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines au début de la grossesse. Chez l'animal, on a

montré que l’administration d'un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines produisait une

augmentation des pertes avant et après l’implantation ainsi que de la létalité embryo-foetale. De

plus, une augmentation de l'incidence de diverses malformations, dont cardiovasculaires, a été

signalée chez des animaux qui avaient reçu un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines

pendant la période d'organogénèse.

Femmes qui allaitent

Le naproxène a été retrouvé dans le lait humain. Les femmes qui allaitent ne doivent donc

prendre le naproxène sodique qu'en cas de nécessité manifeste et que sur l'avis d'un médecin.

Enfants (<12 ans)

Les enfants de moins de 12 ans ne doivent prendre ce médicament que sur, l'avis d'un médecin.

L'innocuité du médicament chez les enfants n'a pas été démontrée.

Personnes qui suivent un régime hyposodé

Un caplet contient 20 mg de sodium, ce qui est considéré comme une faible quantité de sodium.

Chez les personnes qui suivent un régime hyposodé, la consommation quotidienne de sodium ne

doit pas dépasser 2 g selon diverses lignes directrices de Santé Canada et 1,2 g (50 mmol) selon

le Sodium Collaborative Research Group.

Surveillance et épreuves de laboratoire

Le naproxène sodique cause une augmentation modeste, passagère et liée à la dose du temps de

saignement, mais souvent, le temps de saignement ne dépasse pas la limite supérieure de

l’intervalle de référence. Le naproxène sodique peut en théorie entraver le dosage urinaire des

stéroïdes 17-cétogènes et de l’acide 5-hydroxy-indoleacétique (5-HIAA).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 7 de 41

EFFETS INDÉSIRABLES

Effets indésirables au médicament au cours des essais cliniques

Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, les taux des effets

indésirables qui sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et ne doivent

pas être comparés aux taux observés dans le cadre des essais cliniques portant sur un autre

médicament. Les renseignements sur les effets indésirables à un médicament qui sont tirés

d’essais cliniques s’avèrent utiles pour la détermination des événements indésirables liés aux

médicaments et pour l’approximation des taux.

Le profil d'innocuité du naproxène sodique a été déterminé par une méta-analyse des essais

cliniques menés pendant le programme de développement clinique du naproxène sodique. Cette

méta-analyse a porté sur un total de 46 essais à double insu, contrôlés par placebo et avec

répartition aléatoire portant sur la prise d'une seule dose de naproxène sodique (données réunies

sur les doses de 220 mg ou de 440 mg) ou de doses multiples de naproxène sodique (440 mg/jour

et 880 mg/jour) ou sur la prise du naproxène sodique au besoin (jusqu'à 880 mg/jour). Au total,

4623 sujets ont été traités par naproxène sodique et 2659 sujets ont reçu un placebo. Cinquante-

deux pour cent des sujets ont participé aux essais sur la prise d'une seule dose, 20 % ont participé

aux essais sur la prise de doses multiples (ayant tous duré 7 jours) et 28 % ont participé aux

essais sur la prise du naproxène sodique au besoin. La majorité des sujets étaient Blancs et i1 y

avait légèrement plus de femmes que d'hommes. La moyenne d'âge des sujets était d'entre 20 et

39 ans, sauf pour les 422 sujets des essais sur l’arthrite, chez qui elle était d'un peu plus de 60

ans. Il n'y a pas eu de différence entre le naproxène sodique et le placebo pour ce qui est de

l’incidence de tous les effets indésirables au cours des essais sur la prise d'une dose unique ou de

doses multiples du naproxène sodique et sur la prise du naproxène sodique au besoin. Les effets

indésirables modérés ou graves avaient tendance à être moins fréquents chez les sujets prenant

des doses multiples de naproxène sodique que chez ceux prenant un placebo, probablement en

raison du traitement concomitant des maux de tête survenant naturellement. Le tableau 1

présente les effets indésirables survenus chez plus de 1 % des sujets selon la méta-analyse. Une

évaluation poussée des effets indésirables gastro-intestinaux n'a pas fait ressortir de différence

entre le naproxène sodique et le placebo. Il n'y a pas eu d'effet indésirable gastro-intestinal grave

(hémorragie ou perforation) ni de cas d'anaphylaxie.

Tableau 1 - Effets indésirables du naproxène sodique (faible dose, traitement de courte

durée) survenus chez plus de 1 % des sujets des essais cliniques.

Naproxène sodique

n= 4623

(%)

Placebo

n= 2659

(%)

Gastro-intestinal

Dyspepsie

1,9%

1,8%

Nausées

4,4%

4,8%

Vomissements

1,8%

2,4%

Système nerveux

Étourdissements

2,0%

2,1%

Maux de tête

4,9%

6,8%

Somnolence

2,4%

1,5%

NAPROXEN Monographie de produit

Page 8 de 41

Effets indésirables au médicament moins courants au cours des essais cliniques (< 1 % des

sujets)

Appareil digestif:

Constipation

Diarrhée

Autres:

Réactions allergiques

Œdème

Rash/prurit

Réactions indésirables au médicament signalées depuis la commercialisation

Tableau 2. Réactions indésirables au naproxène sodique en vente libre et/ou seulement au

naproxène/naproxène sodique prescrit par un médecin (plus fortes doses et/ou traitement de

plus longue durée) signalées depuis la commercialisation.

Système immunitaire

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes

Sang

Très rares

< 0,0I % et cas isolés

Troubles hématopoïétiques (leucopénie, thrombocytopénie,

agranulocytose, anémie aplastique, éosinophilie, anémie

hémolytique)

Psychiatrie

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Troubles psychiatriques

Système nerveux

Courantes

≥ l % à < 1 0 %

Étourdissements, maux de tête, sensation de tête légère

Peu courantes

≥0,1% à < 1%

Endormissement, insomnie, somnolence

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Méningite à liquide clair, dysfonctionnement cognitif,

convulsions

Oeil

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Trouble de la vue, opacité cornéenne, papillite, névrite

optique rétrobulbaire, oedème papillaire

Oreille et labyrinthe

Peu courantes

≥ 0 , 1 % à <1 %

Vertiges

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Surdité partielle, acouphène

Coeur

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Insuffisance cardiaque congestive, hypertension, œdème

pulmonaire

Système vasculaire

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Vasculite

Appareil respiratoire

Très rares

< 0,0I % et cas isolés

Dyspnée, asthme, pneumopathie à éosinophiles

Appareil digestif

Courantes

≥ 1% à <10%

Dyspepsie, nausées, brûlures d'estomac, douleur

abdominale

Peu courantes

≥ 0,1 % à <1 %

Diarrhée; constipation, vomissements

Rares

≥ 0,01 % à < 0,1 %

Ulcères gastro-duodénaux avec ou sans hémorragie ou

perforation, hémorragie digestive, hématémèse, méléna

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Pancréatite, colite, ulcérations aphteuses, stomatite,

oesophagite, ulcérations intestinales

Sphère hépatobiliaire

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Hépatite, ictère

NAPROXEN Monographie de produit

Page 9 de 41

Peau et tissu sous-

cutané

Peu courantes

≥0,1% à <1%

Exanthème (rash), prurit, urticaire

Rares

0,01% à <0,1%

Oedème de Quincke

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Alopécie (en général réversible), photosensibilité, porphyrie,

érythème exsudatif polymorphe, nécrolyse épidermique,

érythème noueux, éruption médicamenteuse fixe, lichen plan,

réaction pustuleuse, éruptions cutanées, lupus érythémateux

aigu disséminé, syndrôme de Stevens-Johnson, réaction de

photosensibilisation, dont porphyrie cutané tardive

<<

pseudoporphyrie

>>)

ou épidermolyse bulleuse

Rein et appareil

urinaire

Rares

≥ 0,01 à <0,1 %

Altération de la fonction rénale

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Néphrite interstitielle, nécrose médullaire rénale, syndrôme

néphrotique, insuffisance rénale, néphropathie

Grossesse

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Déclenchement du travail

Troubles congénitaux

Très rares

< 0,01 % et cas isolés

Fermeture du canal artériel, cas isolé de fente orofaciale

Appareil reproducteur

Très rares

< 0,0 % et cas isolés

Stérilité féminine

Troubles généraux

Rares

≥ 0,01 % à < 0,1 %

Oedème périphérique, surtout en présence d'hypertension ou

d'insuffisance rénale, pyrexie

Investigations

Très rares

< 0,0) % et cas isolés

Augmentation de la créatininémie, anomalies des tests

hépatiques

Les réactions indésirables allergiques graves au médicament sont très rares et sont plus

susceptibles de survenir chez les sujets qui ont déjà présenté des réactions allergiques. La prise à

court terme de naproxène sodique peut dans de rares cas causer un ulcère, une hémorragie ou une

perforation des voies digestives.

Les réactions indésirables au naproxène sodique observées au cours de la prise à court terme sont

normalement légères et disparaissent après l'arrêt de la prise du médicament. Les réactions

indésirables les plus courantes au naproxène sodique en vente libre et/ou sous ordonnance d’un

médecin (plus fortes doses et/ou traitement de plus longue durée) sont étourdissements, maux de

tête, sensation de tête légère, dyspepsie, nausées, brûlures d'estomac et douleur abdominale.

Dans de rares cas, un endormissement, une insomnie et des éruptions cutanées surviennent.

L'oedème périphérique est rare. Les autres réactions indésirables au médicament sont très rares

et/ou ne sont que des cas isolés. Les réactions indésirables sont associées à tous les AINS;

aucune réaction indésirable n'est associée qu'au naproxène.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Aperçu

Pendant la prise à court terme de naproxène sodique, il pourrait y avoir des interactions

cliniquement significatives avec les médicaments ci-dessous.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 10 de 41

Interactions médicament-médicament

Les interactions avec les médicaments du tableau 3 proviennent d'exposés de cas ou ont été observées

au cours d'études sur les interactions médicamenteuses.

Tableau 3 — Interactions médicament-médicament établies ou possibles

Nom propre

Effet

Commentaire clinique

Cyclosporine

Les concentrations de cyclosporine peuvent

augmenter, ce qui pourrait provoquer une

néphrotoxicité.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

Lithium

Chez certains patients, les concentrations de

lithium peuvent augmenter, ce qui pourrait

provoquer des nausées, une polydipsie, une

polyurie, des tremblements et une confusion.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

Méthotrexate

Si la dose hebdomadaire de méthotrexate

dépasse 15 mg, les concentrations de

méthotrexate peuvent augmenter, ce qui

pourrait provoquer une dyscrasie, une

néphrotoxicité et des ulcérations muqueuses.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

AINS

Le risque d'hémorragie digestive augmente.

Les AINS doivent être évités. Toutefois,

on peut réduire les effets au minimum en

utilisant la plus faible dose efficace

pendant le moins longtemps possible.

Faible dose d'AAS

(81 à 325 mg par jour

pour la protection

cardiovasculaire, p. ex.

l’AAS à 81 mg)

Le risque d'hémorragie digestive pourrait

augmenter et pourrait atténuer l’inhibition

des plaquettes irréversibles causés par

l’acide acétylsalicylique.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

Anticoagulants

Le risque d'hémorragie digestive augmente.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

Glucocorticoïdes

Le risque d'hémorragie digestive augmente.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose.

Diurétiques et

antihypertenseurs, dont

inhibiteurs de l'ECA et ß-

bloquants

L'efficacité diurétique et antihypertensive peut

être réduite, surtout en présence d'une

néphropathie préexistante.

Une surveillance convenable de ces

patients s'impose. La prise concomitante

d'un diurétique peut accroître le risque

d'insuffisance cardiaque.

Faible dose d’acide acétylsalicylique :

Au cours d'une récente (2005) étude cas-témoin américaine, la prise à court terme de naproxène

ou d'ibuprofène en vente libre marqué n'a pas été associée à un risque de troubles gastro-

intestinaux et, à la dose étudiée, il n'y a pas eu d'interactions décelables avec l’AAS. Il n'y a en

outre pas eu de différence entre le naproxène en vente libre et l’ibuprofène en vente libre. Une

augmentation du risque pourrait être attribuée à la prise concomitante d'AAS et de fortes doses

d'AINS, mais le nombre de cas était faible.

Selon une autre récente (2006) étude rétrospective américaine effectuée à partir d'une base de

données, le rapport des cotes pour les complications gastro-intestinales était de 2,07 (1,23 à 3,49)

chez les sujets qui avaient pris une faible dose d'AAS et du naproxène en vente libre, par rapport

à 3,36 (2,36 à 4,80) chez les sujets qui avaient pris une faible dose d'AAS et de l’ibuprofène en

vente libre; le rapport correspondant était de 1,54 (1,04 à 2,28) pour la monothérapie par le

NAPROXEN Monographie de produit

Page 11 de 41

naproxène, ce qui n'est pas significativement différent du rapport pour le traitement d'association,

et de 1,38 (1,07 à 1,78) pour la monothérapie par l'ibuprofène, soit significativement moins que

pour le traitement concomitant par l'ibuprofène et une faible dose d'AAS.

En raison de la nature de l’étude, il était impossible de connaître la durée de la prise de

naproxène et d'ibuprofène. Les résultats sont conformes à ceux d'études antérieures, selon

lesquelles il y avait une augmentation du risque de troubles gastro-intestinaux chez les patients

qui prenaient un AINS en vente libre pendant longtemps ou de prescription ainsi qu'une faible

dose d'AAS.

À court terme, la prise concomitante de naproxène en vente libre marqué et d'une faible dose

d'AAS n'a pas été associée à un risque décelable de troubles gastro-intestinaux; à plus long terme

(surtout > 10 jours), la prise concomitante d'un AINS en vente libre et d'AAS peut accroître

légèrement le risque relatif, mais très peu le risque absolu.

Le naproxène pourrait atténuer l’inhibition irréversible plaquettaire cause par l’acide

acétylsalicylique. Les donnes pharmacodynamiques cliniques suggère que la prise concomitante

(même jour) du naproxène sodique durant plusieurs jours consécutifs inhibe l’effet de l’acide

acétylsalicylique a faible dose dur l’activité plaquettaire et que l’inhibition pourrait persister durant

plusieurs jours jusqu’à plusieurs jours après l’arrêt de la prise du naproxène sodique. Les résultats

cliniques de cette interaction ne sont pas connus. Le traitement avec le naproxène sodique chez les

patients peut augmenter les risques cardiovasculaires ce qui limite la protection cardiovasculaire de

l’acide acétylsalicylique.

Pendant la prise à court terme de naproxène sodique, il ne semble pas y avoir d'interactions

cliniquement significatives avec les antiacides, les antidiabétiques, les hydantoïnes, le

probénécide et la zidovudine.

Interactions médicament-aliment

L'absorption peut être légèrement plus lente quand le médicament est pris avec un repas.

Interactions médicament-herbe médicinale

On n'a pas déterminé si le médicament avait des interactions avec des herbes médicinales.

Effets au médicament sur les essais de laboratoire

Le naproxène sodique cause une augmentation modeste, passagère et liée à la dose du temps de

saignement, mais souvent, le temps de saignement ne dépasse pas la limite supérieure de

l'intervalle de référence. Le naproxène sodique peut en théorie entraver le dosage urinaire des

stéroïdes 17-cétogènes et de l’acide 5-hydroxy-indoleacétique (5-HIAA).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 12 de 41

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

Considérations posologiques

Pour l’automédication, NAPROXEN ne doit pas être pris pendant plus de cinq jours contre

la douleur et de trois jours contre la fièvre. Si la douleur ou la fièvre persiste, il faut

consulter un médecin.

Le comprimé doit être pris avec un grand verre d'eau, à jeun ou non. La prise concomitante

d'un antiacide est permise. L’absorption peut être légèrement plus lente si le comprimé est

pris avec un repas.

Si les symptômes changent, consulter un médecin.

Il faut respecter la posologie recommandée, sauf indication contraire d’un médecin.

NAPROXEN est aussi inoffensif pour l’estomac que l’acétaminophène à 500 mg et

l’ibuprofène à 200 mg si l’on ne dépasse pas la dose quotidienne maximale et la durée du

traitement recommandée.

NAPROXEN est un médicament en vente libre qui soulage la douleur pendant jusqu’à 12

heures après la prise d’un comprimé.

Posologie recommandée et ajustement posologique

Personnes de 12 à 65 ans : 1 caplet toutes les 8 à 12 heures. Chez les adultes de plus de 65 ans, 1

caplet toutes les 12 heures. Il ne faut pas prendre plus de 2 caplets par période de 24 heures. Le

médicament doit être pris avec un grand verre d'eau.

Enfants de moins de 12 ans : NAPROXEN ne convient pas aux enfants de moins de 12 ans, car

son innocuité chez les enfants n'a pas été démontrée.

SURDOSAGE

La prise d'une dose excessive peut causer endormissement, brûlures d'estomac, indigestion,

nausées et vomissements. Quelques patients ont présenté des convulsions, mais on ne sait pas

avec certitude si elles étaient liées au naproxène. Des cas d'insuffisance rénale aiguë réversible

ont été décrits. On ignore quelle dose du médicament menacerait le pronostic vital.

En cas d'ingestion d'une grande quantité de naproxène sodique, on peut vidanger l’estomac et

prendre les mesures d'appoint habituelles, comme administrer du charbon activé. L'hémodialyse

ne réduit pas la concentration plasmatique de naproxène parce que le médicament est fortement

lié aux protéines. Il n'y a pas d'antidote spécifique.

Pour traiter une surdose présumée, communiquez

avec le centre antipoison de votre région.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 13 de 41

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

Le naproxène, comme tous les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), a un effet

analgésique, antipyrétique et anti-inflammatoire. Le naproxène sodique exerce son effet tant au

foyer douloureux que sur le système nerveux central. Le principal mécanisme d'action est

l'inhibition de la synthèse des prostaglandines. Les prostaglandines sont des dérivés d'acides gras

naturels qui sont largement distribués dans les tissus et interviennent dans la production de la

douleur, de la fièvre et de l’inflammation. Les AINS inhibent la synthèse des prostaglandines en

inhibant les cyclo-oxygénases. L'effet anti-inflammatoire et analgésique de ces médicaments est

fondé sur la notion selon laquelle les prostaglandines sensibilisent les tissus aux médiateurs de la

douleur et de l’inflammation et on suppose que leur effet antipyrétique vient de l’inhibition de la

synthèse des prostaglandines produite dans l’hypothalamus par des infections comme le rhume.

Pharmacodynamique

La prise d'une faible dose, soit 660 mg de naproxène sodique ou moins par jour, produit surtout

un effet analgésique et antipyrétique, et il faut en général une plus forte dose pour que l'effet anti-

inflammatoire soit maximal. Des concentrations plasmatiques de naproxène qui sont

significatives et soulagent la douleur peuvent être atteintes en 20 minutes après la prise.

Pharmacocinétique

Tableau 4 Résumé des paramètres pharmacocinétiques du naproxène sodique chez des sujets en bonne

santé

Dose unique

C

max

(µg/ml)

t

½

(heures)

SSC

0-∞

(µg/ml· h)

Clairance

(l/h)

Volume de

distribution (l)

220 mg

10,0

440 mg

1021

10,6

2 x 220 mg

18,6

14,1

Absorption : Le naproxène sodique est rapidement dissout dans le suc gastrique en sodium et en

fines particules de naproxène. La résorption gastro-intestinale du naproxène est rapide et totale.

Une concentration plasmatique maximale (C

) de 53 à 66 g/mL est atteinte d'environ une heure

à une heure et demie après la prise de 440 mg de naproxène sodique. Les aliments ralentissent

légèrement mais ne réduisent pas l’absorption du naproxène des caplets de naproxène sodique.

La cinétique est linéaire jusqu'à concurrence de 550 mg de naproxène sodique pris deux fois par

jour. Des concentrations plasmatiques de naproxène circulant libre, le composant actif, d'environ

10 ng/mL produisent un effet analgésique et correspondent à une concentration plasmatique

totale de naproxène de 15 µg/mL.

Distribution : Le volume de distribution du naproxène est faible, soit d'environ 0,1 L/kg. L'état

d'équilibre des concentrations est atteint en deux jours et on n'a pas observé d'accumulation

significative. Plus de 99 % du naproxène circulant est lié à l'albumine.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 14 de 41

Métabolisme : Le naproxène est soit métabolisé (cytochrome P

) en 6-0-desméthylnaproxen

(6-DMN) et transformé en glycuroconjugués, soit non métabolisé. Le naproxène n'induit pas les

enzymes du métabolisme.

Excrétion : Le naproxène et ses métabolites sont principalement éliminés par les reins (> 95 %).

La demi-vie d'élimination du naproxène est d'environ 14 heures. Il y a une étroite corrélation

entre la vitesse d'élimination et la vitesse de la baisse de la concentration plasmatique du

médicament.

Populations particulières et états pathologiques

Gériatrie : Rien ne donne à penser que le métabolisme et l’élimination soient différents chez les

personnes âgées.

Sexe : Rien ne donne à penser qu'il y ait des différences entre les sexes quant au métabolisme et

à l'élimination.

Insuffisance hépatique : En cas d'insuffisance hépatique grave, la concentration d'albumine

circulante est réduite, ce qui augmente la fraction libre de naproxène.

Insuffisance rénale : L'insuffisance rénale grave réduit la liaison aux protéines, ce qui augmente

la fraction libre de naproxène. Quand la filtration glomérulaire est très réduite, le taux

d'élimination urinaire peut être réduit. Le naproxène, contrairement à son métabolite inactif, le 6-

DMN, n'est pas éliminé par l’hémodialyse.

ENTREPOSAGE ET STABILITÉ

Conserver entre15°C et 30 °C.

INSTRUCTIONS PARTICULIÈRES DE MANIPULATION

Il n'y a pas de directives particulières.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 15 de 41

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

220 mg : Chaque caplets de NAPROXEN (naproxène sodique) bleu, ovale, biconvexe, enrobé,

portant l’inscription “220” gravée d’un côté et rien de l’autre.

Chaque caplets de NAPROXEN contient 220 mg de naproxène sodique, et les

ingrédients non médicinaux suivants : AD&C bleu n

2 sur substrat d’aluminium,

acide stéarique, amidon de maïs, cellulose microcristalline, dioxyde de titanium,

glycolate d’amidon sodique, hydroxypropylméthylcellulose, polyéthylèneglycol,

povidone.

Disponible en flacons PEHD de 24, 30, 50, 100, 120, 125, 150, 200 et 250 caplets.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 16 de 41

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Nom propre :

naproxène sodique

Nom chimique:

Acide 6-méthoxy-méthyl-2-naphtalèneacétique (sel de sodium, (-).

Formule moléculaire: C

Masse moléculaire :

252,24 g/mol

Formule développée :

Propriétés physicochimiques

Description :

Le naproxène sodique est un solide cristallin blanc ou blanc crème

Solubilité :

Franchement soluble dans l'eau

Point de fusion :

Le point de fusion est d'environ 255 °C avec décomposition.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 17 de 41

ESSAIS CLINIQUES

Études comparatives de biodisponibilité

Une étude comparative de biodisponibilité sur une seule dose et à l’insu a été menée avec les

caplets de NAPROXEN (naproxène sodique) 220 mg (DOMINION PHARMACAL) contre les

caplets ALEVE

220 mg (Bayer Inc, Consumer Care Division) chez 19 sujets sains de sexe

masculin dans des conditions de jeûne. Les données pharmacocinétiques mesurées sont

résumées ci-bas.

Naproxène sodique

(1 x 220 mg)

De données mesurées

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

Paramètre

Test

Référence

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de confiance

(ng h/ml)

560,562

568,497 (16,63)

552,712

559,478 (15,49)

101,42

99,75-103,12

(ng h/ml)

604,292

615,485 (18,84)

594,626

604,483 (17,98)

101,63

99,48-103,82

(ng/ml)

38,402

38,933 (19,20)

40,981

41,193 (10,49)

93,706

88,62-99,09

1,00 (0,50-3,00)

0,667 (0,50-1,75)

20,36 (15,32)

20,12 (16,41)

Caplet NAPROXEN (naproxène sodique) à 220 mg (DOMINION PHARMACAL.)

Caplet ALEVE

(naproxène sodique) à 220 mg (Bayer inc., Consumer Care Division) a été acheté au

Canada.

Représenté sous forme de médiane (étendue) seulement.

Représenté sous forme de moyenne arithmétique seulement (CV %).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 18 de 41

Les comptes rendus de quatre essais sur l'efficacité de naproxène sodique ont été

publiés, soit trois essais sur l'extraction dentaire et un essai sur le traitement à court

terme de l’arthrose du genou.

Tableau 5 : Résumé des données démographiques sur les patients des essais cliniques

Essai

Plan et indication

Durée

Dose (mg)

Naproxène sodique et

substances de comparaison

Sujets

Â

ge

moyen

(ÉT)

Sexe

H/F

Kiersch,

1993

Double insu, répartition

aléatoire, contrôle par

placebo, dose unique

Extraction d'une ou deux

molaires

12 heures

Naproxène sodique 220 mg

Ibuprofène 200 mg

Placebo

203 sujets en

bonne santé

90/113

Fricke,

1993

Double insu, répartition

aléatoire, contrôle par

placebo, dose unique

Extraction de trois ou

quatre molaires

12 heures

Naproxène sodique 440 mg

Ibuprofène 400 mg

Placebo

201 sujets en

bonne santé

77/124

Kiersch,

1994

Double insu, répartition

aléatoire, contrôle par

placebo, dose unique

Extraction de trois ou

quatre molaires

12 heures

Naproxène sodique 440 mg

Acétaminophène 1000 mg

Placebo

226 sujets en

bonne santé

102/124

Schiff,

2004

Double insu, répartition

aléatoire, contrôle par

placebo, doses multiples

Douleur et raideur

causées par l'arthrose du

genou

7 jours

Naproxène sodique 440 mg

par jour (220 mg matin et soir)

Ibuprofène 1200 mg par jour

(400 mg tid)

Placebo

198 patients

de 65 ans et

plus souffrant

d'arthrose du

genou

75/123

Données démographiques de l’étude et plan des essais

Les sujets des essais sur l'extraction dentaire étaient jeunes et en bonne santé, et devaient se faire

extraire entre une et quatre molaires. Les sujets de l'essai sur l’arthrose du genou (AG) étaient

des hommes et femmes de toute race ayant un bon état général de santé et dont la moyenne d'âge

était de 72 ans. Le diagnostic était confirmé par les critères radiographiques standards

applicables aux stades I à III de l’AG. Tous les patients présentaient des poussées épisodiques

d'AG et une douleur au moins modérée.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 19 de 41

Résultats des essais

Tableau 6 – Aperçu des résultats des essais cliniques publiés

Étude

Critères d'évaluation

Valeurs et signification statistique pour naproxène sodique

(N), le médicament de comparaison (MC) et le placebo (P)

Naproxène

sodique

MC

Placebo

A p/r

MC

A p/r P

MC p/r

P

Kiersch,

1993

Soulagement de la douleur

pendant jusqu'à 12 heures

TOTPAR

21,3

17,8

<0,001

< 0,001

Délai médian du soulagement

de la douleur

> 12 h

< 0,001

< 0,001

Délai médian entre les prises

9,4 h

8,0 h

< 0,001

< 0,001

Nouvelle prise du médicament

51 %

63 %

90 %

< 0,001

< 0,001

Fricke,

1993

Soulagement de la douleur

pendant jusqu'à 12 heures

TOTPAR

19,6

15,8

< 0,001

< 0,001

Délai médian du soulagement

de la douleur

0,7 h

0,7 h

> 12 h

< 0,001

< 0,001

Délai médian entre les prises

1,1 h

< 0,001

< 0,001

Nouvelle prise du médicament

64 %

78 %

95 %

(=0,056)

< 0,001

< 0,001

Kiersch,

1994

Soulagement de la douleur

pendant jusqu'à 12 heures

TOTPAR

19,1

< 0,001

< 0,001

Délai médian du soulagement

de la douleur

> 12 h

< 0,001

< 0,001

Délai médian entre les prises

9,9 h

3,1 h

2,0 h

< 0,001

< 0,001

Nouvelle prise du médicament

56 %

90 %

90 %

< 0,001

< 0,001

Schiff,

2004

Atténuation des symptômes le

jour :

Douleur au repos

< 0,05

Douleur à la mobilisation

passive

< 0,05

Douleur à la mise en charge

(=0,064)

Raideur après le repos

< 0,05

Douleur le jour

< 0,01

< 0,01

Douleur la nuit

< 0,05

Temps de marche pour 50

pieds

2,3 s

1,9 s

1,0 s

< 0,05

s = seconde(s)

h = heure(s)

Le modèle de douleur dentaire, soit le modèle d'extraction dentaire, est reconnu comme le

modèle de choix pour déterminer l’efficacité analgésique, et les résultats peuvent être appliqués à

d'autres états douloureux pertinents pour les médicaments en vente libre. Les essais démontrent

que le naproxène sodique soulage rapidement et efficacement la douleur.

Le traitement à court terme par le naproxène sodique soulage nettement la douleur ou la raideur

des troubles rhumatismaux ou des troubles arthritiques bénins. Les essais cliniques ont démontré

Le score du soulagement total de la douleur TOTPAR est un score intégré (sommaire) obtenu en mesurant le soulagement de la

douleur toutes les heures et en résumant les résultats pour une période de 12 heures. Le score obtenu est de 0 (pas de soulagement

de la douleur), 1 (léger soulagement), 2 (un certain soulagement), 3 (grand soulagement) et 4 (soulagement total).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 20 de 41

que le naproxène sodique soulage la douleur arthritique. La comparaison entre le naproxène

sodique et un placebo et entre l’ibuprofène et un placebo a révélé que le naproxène sodique était

supérieur pour ce qui est du soulagement de la douleur survenant la nuit et de la raideur après le

repos.

Contre la dysménorrhée, le naproxène sodique a été significativement supérieur à un placebo

pour ce qui est du soulagement total de la douleur après 12 heures.

Les données sur l'innocuité du naproxène sodique ont été obtenues au cours des essais cliniques

et dans le cadre de la pharmacovigilance. Le naproxène sodique est aussi inoffensif pour

l’estomac que l’acétaminophène à 500 mg et l’ibuprofène à 200 mg si le patient ne dépasse pas

la dose quotidienne maximale et la durée du traitement recommandée. Au cours des essais

cliniques, son profil d'innocuité a été comparable à celui de l’ibuprofène, de l’acétaminophène et

d'un placebo. Les réactions indésirables les plus courantes ont été les dérangements gastro-

intestinaux et les étourdissements, qui sont survenus chez un faible pourcentage des sujets et pas

plus souvent avec les traitements actifs qu'avec le placebo. Les réactions indésirables graves,

comme les hémorragies digestives ou le choc anaphylactique, ont été très rares (< 0,01 %) et leur

fréquence a été la même avec le naproxène sodique, l’ibuprofène et l’acétaminophène.

Le naproxène sodique est dans l’ensemble un analgésique efficace qui convient à

l’automédication de troubles courants. Le naproxène sodique soulage la douleur et la raideur

quotidiennes associées à l'arthrite. Le naproxène sodique soulage la raideur matinale et la douleur

arthritique au repos, à la mobilisation passive et à la mise en charge, ainsi que la douleur

arthritique survenant le jour ou la nuit.

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

Voir la rubrique Action et Pharmacologie clinique, ci-dessus.

MICROBIOLOGIE

Sans objet.

TOXICOLOGIE

La DL

par voie orale du médicament est de 543 mg/kg chez le rat, de 1234 mg/kg chez la

souris, de 4110 mg/kg chez le hamster et de plus de 1000 mg/kg chez le chien. On n'a pas décelé

de propriétés cancérigènes ou embryotoxiques et, depuis le lancement du naproxène au début des

années 1970, aucune expérience ni information n'a donné à penser que le médicament puisse

avoir de telles propriétés.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 21 de 41

Études de toxicité subaiguë et chronique par voie orale

Au cours d'études de toxicité subaigë et chronique par voie orale sur l’administration de

naproxène à des animaux de diverses espèces, le principal effet pathologique a été l'irritation et

l'ulcération gastro-intestinale. Les lésions ont surtout été observées dans l'intestin grêle, allant de

l’hyperémie à la perforation et à la péritonite. Des résultats semblables ont été obtenus avec

d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que l'ibuprofène, la phénylbutazone, l'AAS,

l'indométacine et l’acide méfénamique.

Une néphropathie a parfois été observée au cours des études sur la toxicité aiguë et subaiguë

chez des rats, des souris et des lapins qui avaient reçu de fortes doses de naproxène, mais pas

chez des singes rhésus, des porcs miniatures ni des chiens. Chez les espèces touchées, les

changements pathologiques sont survenus dans le cortex et la papille. Chez certains rats

examinés 14 jours après avoir reçu par voie orale une dose unique de naproxène de 230 mg/kg

ou plus, il y avait des signes de zones nécrosées dans le tissu cortical et papillaire. Une dilatation

(ectasie) des tubules est survenue chez des lapins qui avaient reçu par voie orale 200 mg/kg/jour

ou plus de naproxène pendant 14 jours. Un examen du tissu rénal non fixé de ces lapins a mis en

évidence des motifs de diffraction semblables à ceux du naproxène cristallin, ce qui donne à

penser que l’ectasie observée était une réponse physique au dépôt dans les tubules du naproxène

éliminé.

Chez des souris ayant reçu par voie orale des doses de 120 mg/kg/jour ou plus de naproxène

pendant six mois, i1 y a eu une sclérose corticale et une nécrose de l’extrémité des papilles dont

l’incidence a été faible mais non liée à la dose. L'administration à long terme de fortes doses de

naproxène à des souris ne semble pas être associée à une exacerbation de la néphropathie

spontanée.

Des singes rhésus ont reçu pendant six mois une dose quotidienne de 7, 20 ou 60 mg/kg de

naproxène. Cette étude n'a pas mis en évidence de troubles liés au médicament. Au cours d'une

étude d'un an sur l’administration à des singes rhésus d'une dose quotidienne de 100, 140 ou

180 mg/kg, on a observé des lésions rénales conformes à celles décrites pour la néphropathie

analgésique. La gravité des lésions a en général été liée à la dose.

Des réponses rénales semblables ont été signalées chez des animaux de laboratoire traités par

divers anti-inflammatoires non stéroïdiens.

La susceptibilité aux lésions gastro-intestinales causées par l’administration de naproxène a

beaucoup varié dans les diverses espèces étudiées. Par exemple, la dose de 30 mg/kg/jour a été

bien tolérée par des rats pendant 90 jours, mais la même dose a été ulcérigène quand elle était

administrée pendant six mois. Chez des singes rhésus et des porcs miniatures, l'administration de

45 mg/kg/jour de naproxène pendant 30 jours n'a pas causé de troubles importants. Chez des

porcs miniatures ayant reçu cette dose pendant un an, il n'y a pas eu de signes manifestes d'effets

indésirables. Chez des singes rhésus, des doses de jusqu'à 120 mg/kg/jour (60 mg/kg bid)

administrées pendant six mois n'ont pas produit de signes cliniques ni histopathologiques

d'irritation gastro-intestinale, bien qu'on ait plus souvent retrouvé du sang occulte dans les fèces

de ces animaux que dans celles des animaux témoins. L'administration quotidienne de naproxène

NAPROXEN Monographie de produit

Page 22 de 41

à des singes rhésus pendant un an a été associée à une légère irritation gastrique chez quelques

animaux recevant 100, 140 ou 180 mg/kg. Les lapins tolèrent des doses multiples maximales

administrées par voie orale de 80 à 100 mg/kg/jour. Des souris ont survécu à l'administration par

voie orale de doses quotidiennes de 240 mg/kg/jour pendant six mois. Toutefois, chez les chiens,

la dose de 5,0 mg/kg/jour est très près de la dose maximale tolérée. Cette susceptibilité

particulière des chiens aux effets gastro-intestinaux des anti-inflammatoires non stéroïdiens a

aussi été observée avec l'indométacine et l'ibuprofène.

Chez les chiens, la demi-vie plasmatique du naproxène est beaucoup plus longue que chez les

rats, les cobayes, les porcs miniatures, les singes et l’humain. La demi-vie plasmatique de

l'ibuprofène est aussi beaucoup plus longue chez les chiens que chez les rats et l’humain. De

plus, parmi les espèces énumérées, seuls les chiens éliminent des quantités importantes de

naproxène dans les fèces (50 %). Chez les rats, les cobayes, les porcs miniatures, les singes et

l’humain, de 86 à 90 % du médicament administré est éliminé dans l'urine. La circulation

entérohépatique suggérée du naproxène chez les chiens (déterminée par l’élimination fécale) est

très probablement un facteur majeur expliquant la susceptibilité des chiens à l'irritation gastro-

intestinale par le naproxène.

Au cours des études sur la toxicité subaiguë et chronique, d'autres changements pathologiques

ont souvent été observés, lesquels étaient considérés comme découlant nettement des effets du

naproxène sur les voies gastro-intestinales. Ces changements étaient les suivants : inflammation

et adhésions péritonéales, adénopathie mésentérique, réduction des taux d'hémoglobine et

d'hématocrite, leucocytose, signe de stimulation de l’hématopoïèse et augmentation du taux

plasmatique de transaminase glutamique oxalo-acétique.

Comme on l’a fait remarquer ci-dessus, tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens causent des

troubles gastro-intestinaux chez les animaux de laboratoire.

Au cours d'une étude de deux ans chez des rats et d'une étude d'un an chez des singes, des

examens ophtalmiques ont été effectués. Il n'y a pas eu de changements oculaires considérés

comme liés au médicament, sauf pour des iris pâles chez les rats, lesquels étaient attribuables à

une anémie découlant des pertes de sang gastro-intestinales et non à un effet toxique du

naproxène sur l'oeil.

Les concentrations plasmatiques de naproxène ont été mesurées chez des singes ayant reçu pendant

un an 100, 140 ou 180 mg/kg/jour de naproxène. Les concentrations plasmatiques une semaine

après le début de l’administration du médicament n'étaient pas significativement différentes de

celles 12 mois après le début de l'administration du médicament. Selon ces résultats, i1 n'y a pas eu

de signes de tachyphylaxie ni d'accumulation pendant les 12 mois d'administration du médicament.

Une réduction modérée du poids des glandes sexuelles secondaires des mâles a été observée au cours

de certaines études chez des rats et des chiens recevant le naproxène. L'examen histopathologique

des glandes touchées a révélé que dans certains cas, il y avait une atrophie et/ou une hypoplasie

caractérisées par une réduction de la quantité de matériel sécrétoire. Un éventuel effet

oestrogénique du naproxène semble être un facteur causal très peu probable car selon les tests

biologiques standards, le médicament n'exerce pas d'effet oestrogénique.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 23 de 41

Des doses quotidiennes de naproxène de jusqu'à 30 mg/kg administrées pendant 60 jours avant

l’accouplement n'ont pas eu d'effet sur la fertilité ni sur la performance de reproduction de rats mâles.

Ces résultats témoignent de l’intégrité physiologique de l’ensemble de l’appareil reproducteur mâle

après l'administration de naproxène et pendant tout le cycle de spermatogenèse.

Tératologie

Des études d'embryotoxicité ont révélé qu'il n'y avait pas d'anomalies du squelette ou des viscères

ni de changements pathologiques dans les fœtus de rates et de lapines gravides ayant reçu pendant

l’organogenèse des doses quotidiennes de jusqu'à 20 mg/kg de naproxène et de souris ayant reçu

pendant l'organogenèse des doses quotidiennes de 30 à 50 mg/kg de naproxène. Au cours de

ces études, il n'y a pas eu de différences significatives par rapport aux animaux témoins quant

au nombre de fœtus vivants et de résorptions, au poids des fœtus et à la distance ano-génitale.

Au cours d'une autre étude chez des souris, l'administration de 60 ou 120 mg/kg de naproxène

n'a pas produit de malformations, mais il y a eu une légère réduction du nombre de fœtus vivants

chez les animaux des deux groupes ainsi que du poids des fœtus dans le groupe recevant la plus

forte dose.

Études sur la reproduction

L'administration quotidienne par voie orale de 15, 30 ou 60 mg/kg de naproxène à des lapines à

compter de deux semaines avant l’accouplement et jusqu'au 20

jour de la gestation n'a pas eu

d'effet sur la fertilité, la gestation ni le nombre de foetus vivants.

Au cours d'une étude péri- et post-natale chez des rates, des doses quotidiennes de jusqu'à

20 mg/kg de naproxène administrées à compter de la dernière partie de la gestation et jusqu'au

sevrage des petits n'ont pas nui à la viabilité des petits, à l’indice de lactation, à la proportion

des sexes ni à la prise de poids des petits. Il y a toutefois eu une légère augmentation de la

durée de la gestation aux doses de 10 et 20 mg/kg et, à la dose de 10 mg/kg, une augmentation

significative de la mortinatalité.

Le mécanisme de ce phénomène chez les rates n’est pour le moment pas entièrement élucidé. Il

se peut que les difficultés de mise bas chez les rates traitées par le naproxène soient le reflet

d'une débilité sous-jacente générale des mères produite par une augmentation de la

susceptibilité des rates gravides aux ulcères gastro-intestinaux et par la péritonite subséquente.

La même observation a été faite avec l'ibuprofène. Les femelles gravides étaient neuf fois plus

sensibles aux effets ulcérigènes de l’ibuprofène que les femelles non gravides. De la même

façon, chez des rates témoins appariées non gravides qui recevaient le médicament, les lésions

gastro-intestinales ont été moins fréquentes et moins étendues que chez des rates gravides ayant

reçu le médicament du 15

jour de la gestation à la mise bas.

Des données plus récentes donnent toutefois à penser que l'inhibition de la synthèse des

prostaglandines par les anti-inflammatoires non stéroïdiens pourrait être liée à la réduction de

la contractilité utérine. Ainsi, le début du travail dans un modèle rat peut être retardé par

l’administration de naproxène sans augmenter la mortalité maternelle ou fœtale par rapport

NAPROXEN Monographie de produit

Page 24 de 41

aux animaux témoins. Comme le naproxène inhibe la synthèse des prostaglandines in vitro, on

a avancé que ce mécanisme assure la médiation des effets du naproxène sur la contractilité

utérine.

Les mortalités maternelles et foetales observées chez les rates recevant le naproxène étaient donc

en apparence liées à une dystocie plutôt qu'à un effet toxique direct du composé. Le naproxène

n'est pas le seul composé à avoir cet effet, car des résultats semblables ont été obtenus chez des

rates avec d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens couramment administrés (AAS,

indométacine, acide méfénamique et phénylbutazone). Il semble que des résultats semblables

aient été obtenus au cours d'études sur l'ibuprofène menées chez des animaux.

Au cours d

une étude sur la fertilité et la reproduction chez des souris, les femelles ont reçu 12,

36 ou 108 mg/kg de naproxène par jour à compter de 14 jours avant l’accouplement et jusqu'au

sevrage des petits. À la plus forte dose, il y a eu une augmentation de la mortalité maternelle,

dont témoignaient la baisse de la survie après 21 jours et des indices de lactation. Il n'y pas eu

d'autres changements des paramètres examinés. Au cours d'une étude semblable chez des rats, des

doses quotidiennes de 2, 10 ou 20 mg/kg ont été administrées à compter de 14 jours avant

l’accouplement et jusqu'au sevrage des petits. Autre qu'une réduction de la survie jusqu'au sevrage

qui semblait attribuable aux soins médiocres des petits par les mères ayant reçu la plus forte dose,

il n'y a pas eu de différences entre le groupe témoin et les groupes traités. Une femelle recevant la

dose moyenne et une femelle recevant la plus forte dose sont mortes pendant le travail en raison du

retard de la mise bas.

La toxicité du naproxène chez des animaux juvéniles a été comparée à celle chez des animaux

adultes. Des études de la DL

sur l’administration par voie orale d'une dose unique à des rats et des

souris à peine sevrés menées en même temps que des études chez des animaux adultes ont révélé

qu'il n'y avait pas de différences significatives entre les valeurs obtenues chez les animaux pubères

et impubères des deux espèces.

Une autre étude menée chez des souris juvéniles comportait deux parties. Des animaux à peine

sevrés ont reçu chaque jour pendant un mois une préparation de naproxène pour enfant. À la fin de

la période de traitement, une partie des animaux ont été examinés pour déterminer si des

changements pathologiques étaient survenus. On a laissé les autres animaux atteindre la maturité et

se reproduire.

La gastro-entéropathie caractéristique des anti-inflammatoires non stéroïdiens a été observée chez

certaines des souris recevant la plus forte dose (135 mg/kg). L'administration de naproxène pendant

le premier mois après le sevrage n'a pas produit de réduction subséquente de la fertilité ni de la

capacité de reproduction des souris.

Pouvoir mutagène

Des tests du pouvoir mutagène du naproxène ont été effectués avec cinq souches de bactéries et une

souche de levure, avec et sans activation par microsomes de mammifères. Le naproxène a aussi été

évalué au moyen du test du lymphome de la souris. Le naproxène n'a pas eu d'effet mutagène.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 25 de 41

Pouvoir cancérigène

Pour évaluer le pouvoir cancérigène du naproxène, le composé a été ajouté à la nourriture de rats

pendant jusqu'à 2 ans. Le naproxène n

a pas eu d'effet cancérigène chez les rats.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 26 de 41

RÉFÉRENCES

Abrahams C, Levin NW. Analgesic nephropathy. Lancet. 1968 Mar 23;1(7543):645

Adams SS, Bough RG, Cliffe EE, Lessel B, Mills RF. Absorption, distribution and toxicity

of ibuprofen. Toxicol Appl Pharmacol. 1969 Sep; 15(2):310-30.

Ahern M, Booth J, Loxton A, McCarthy P, Meffin P, Kevat S. Methotrexate kinetics in

rheumatoid arthritis: is there an interaction with nonsteroidal antiinflammatory drugs? J

Rheumatol. 1988 Sep;15(9): 1356-60.

Aiken JW. Aspirin and indomethacin prolong parturition in rats: evidence that

prostaglandins contribute to expulsion of fetus. Nature. 1972 Nov 3;240(5375):21-5

Ailabouni W, Eknoyan G. Nonsteroidal anti-inflammatory drugs and acute renal failure in

the elderly. A risk-benefit assessment. Drugs Aging. 1996 Nov;9(5):341-51.

Anonymous. Analgesic and anti-inflammatory drugs. In Reynolds ed. Martindale. The

Extra Pharmacopoeia. 1989; 1:25-6.

Anzellotti P et al. Low-dose naproxen interferes with the antiplatelet effects of aspirin in

healthy subjects: recommendations to minimize the functional consequences. Arthritis

Rheum. 2011;63:850-859.

Arnold R, Heimpel H. Aplastic anaemia after naproxen? Lancet. 1980 Feb 9;1(8163):321.

Atta MG, Whelton A. Acute renal papillary necrosis induced by ibuprofen. Am J Ther.

1997 Jan;4(1):55-60.

Baldwin AC, Stevenson SW, Dudley GA. Nonsteroidal anti-inflammatory therapy after

eccentric exercise in healthy older individuals. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2001

Aug;56(8):M510-3.

Bansal V, Dex T, Proskin H, Garreffa S. A look at the safety profile of over-the-counter

naproxen sodium: a meta-analysis. J Clin Pharmacol. 2001 Feb;41(2): 127-38.

Bareille MP, Montastruc JL, Lapeyre-Mestre M. Liver damage and NSAIDs. Therapie

2001; 56:51-55.

Barrera JE, Meyers AD, Hartford EC. Hypopharyngeal stenosis and dysphagia

complicating toxic epidermal necrolysis. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 1998

Dec;124(12):1375-6.

Barry M, Howe J, Back D, Breckenridge A, Brettle R, Mitchell R et al. The effects of

indomethacin and naproxen on zidovudine pharmacokinetics. Br J Clin Pharmacol. 1993

Jul;36(1):82-5.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 27 de 41

Becker-Cohen R, Frishberg Y. Severe reversible renal failure due to naproxen-associated

acute interstitial nephritis. Eur J Pediatr. 2001 May;160(5):293-5.

Biskupiak JE, Brixner DI, Howard K, Oderda GM. Gastrointestinal complications of over-

the-counter nonsteroidal antiinflammatory drugs. J Pain Palliat Care Pharmacother.

2006;20(3):7-14

Bosseckert H. NSAR-nebenwirkungen am dünndarm und am kolon.

Verdauungskrankheiten. 2000; 18(4): 160-165.

Boulinguez S, Cornee-Leplat I, Bouyssou-Gauthier ML, Bedane C, Bonnetblanc JM.

Analysis of the literature about drug-induced aphthous ulcers Ann Dermatol Venereol.

2000 Feb; 127(2): 155-8.

Boulinguez S, Reix S, Bedane C, Debrock C, Bouyssou-Gauthier ML, Sparsa A et al. Role

of drug exposure in aphthous ulcers: a case-control study. Br J Dermatol. 2000

Dec;143(6):1261-5.

Boyd EM. The acute oral toxicity of acetylsalicylic acid. Toxicology. 1959 May; 1(3):229-

Brenna E, Sandvik AK, Kleveland PM, Waldum HL. Tykktarmsskader av ikke-steroide

antiinflammatoriske medikamenter. 1995; 115: 1225-7.

Brezin JH, Katz SM, Schwartz AB, Chinitz JL. Reversible renal failure and nephrotic

syndrome associated with nonsteroidal anti-inflammatory drugs. N Engl J Med. 1979 Dec

6;301 (23): 1271-3.

Bridges AJ, Marshall JB, Diaz-Arias AA. Acute eosinophilic colitis and hypersensitivity

reaction associated with naproxen therapy. Am J Med. 1990 Oct;89(4):526-7.

Burns JJ, Yu TF, Dayton PG, Gutman AB, Brodie BB. Biochemical pharmacological

considerations of phenylbutazone and its analogues. Ann N Y Acad Sci. 1960 Mar

30;86:253-91.

Capone M et al. Pharmacodynamic interaction of naproxen with low-dose aspirin in

healthy subjects. J Am Coll Cardiol 2005; 45 (8): 1295-30.

Catella-Lawson F, Reilly MP, Kapoor SC, et al. Cyclooxygenase inhibitors and the

antiplatelet effects of aspirin. N Engl J Med 2001;345(25):1809-17.

Celis H, Thijs L, Staessen JA, Birkenhager WH, Bulpitt CJ, de Leeuw PW, et al.

Interaction between nonsteroidal anti-inflammatory drug intake and calcium-channel

blocker-based antihypertensive treatment in the Syst-Eur trial. J Hum Hypertens. 2001

Sep;15(9):613-8.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 28 de 41

Chan TY. Severe asthma attacks precipitated by NSAIDs. Ann Pharmacother. 1995

Feb;29(2): 199.

Chapman P. Naproxen and sudden hearing loss. J Laryngol Otol. 1982 Feb;96(2): 163-6.

Chester R, Dukes M, Slater SR, Walpole AL. Delay of parturition in the rat by anti-

inflammatory agents which inhibit the biosynthesis of prostaglandins. Nature. 1972 Nov

3;240(5375):37-8.

Chudwin DS, Strub M, Golden HE, Frey C, Richmond GW, Luskin AT. Sensitivity to

non-acetylated salicylates in a patient with asthma, nasal polyps, and rheumatoid arthritis.

Ann Allergy. 1986 Aug;57(2): 133-4.

Clausen E. Histological changes in rabbit kidneys induced by phenacetin and

Acetylsalicylic acid. Lancet. 1964 Jul 18; 18: 123-4.

Court H, Volans GN. Poisoning after overdose with non-steroidal anti-inflammatory

drugs. Adverse Drug React Acute Poisoning Rev. 1984 Spring;3( 1): 1-21.

Creemers MC, Chang A, Franssen MJ, Fiselier TJ, van Riel PL. Pseudoporphyria due to

naproxen. A cluster of 3 cases. Scand J Rheumatol. 1995 ;24(3): 185-7.

Csapo AI, Csapo EF, Fay E, Henzl MR, Salau G. The delay of spontaneous labor by

Naproxen in the rat model. Prostaglandins. 1973 Jun;3(6):827-37.

Csapo AI, Csapo EF, Fay E, Henzl MR, Salau G. The role of estradiol 17 in the activation

of the uterus during premature labor and the effect of Naproxen, an inhibitor of

prostaglandin synthesis. Prostaglandins. 1973 Jun;3(6):839-46.

Curhan GC, Willett WC, Rosner B, Stampfer MJ. Frequency of analgesic use and risk of

hypertension in younger women. Arch Intern Med. 2002 Oct 28;162(19):2204-8.

Cryer B, Berlin RG, Cooper SA, et al. Double-blind, randomized, parallel, placebo-

controlled study of ibuprofen effects on thromboxane B2 concentrations in aspirin-treated

healthy adult volunteers. Clin Ther 2005;27(2):185-91.

Davies NM, Anderson KE. Clinical pharmacokinetics of naproxen. Clin Pharmacokinet.

1997 Apr;32(4):268-93.

Davis A, Day RO, Begg EJ. Interactions between non-steroidal anti-inflammatory drugs

and antihypertensives and diuretics. Aust N Z J Med. 1986 Aug;16(4):537-46.

De Broe ME, Elseviers MM. Analgesic nephropathy. N Engl J Med. 1998 Feb

12;338(7):446-52.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 29 de 41

De Silva B, Banney L, Uttley W, Luqmani R, Schofield O. Pseudoporphyria and

nonsteroidal antiinflammatory agents in children with juvenile idiopathic arthritis. Pediatr

Dermatol. 2000 Nov-Dec; 17(6):480-3.

DeArmond B, Francisco CA, Lin JS, Huang FY, Halladay S, Bartziek RD et al. Safety

profile of overthe-counter naproxen sodium. Clin Ther. 1995 Jul-Aug;17(4):587-601.

Drugdex. Cyclosporine. Micromex 2004.

Drugdex. Lithium. Micromex 2004.

Drugdex. Naproxen. Micromex 2004

Du Ville L, Debeuckelaere S, Reynaert H, Devis G. Pancreatitis associated with naproxen.

Am J Gastroenterol. 1993 Mar;88(3):464.

Dudley GA, Czerkawski J, Meinrod A, Gillis G, Baldwin A, Scarpone M. Efficacy of

naproxen sodium for exercise-induced dysfunction muscle injury and soreness. Clin J

Sport Med. 1997 Jan;7(1):3-10.

Ellis DJ, Brown CA, Kamm BR, Taylor LA, Yang DS, Roe RL. Effects of naproxen on

bleeding time and platelet function in normal subjects. Clin Pharmacol Ther. 1980;27:247.

Ericson A, Kallen BA. Nonsteroidal anti-inflammatory drugs in early pregnancy. Reprod

Toxicol. 2001 Jul-Aug;15(4):371-5.

Evans JM, McGregor E, McMahon AD, McGilchrist MM, Jones MC, White G et al. Non-

steroidal anti-inflammatory drugs and hospitalization for acute renal failure. QJM. 1995

Aug;88(8):551-7.

Feenstra J, Heerdink ER, Grobbee DE, Stricker BH. Association of nonsteroidal anti-

inflammatory drugs with first occurrence of heart failure and with relapsing heart failure:

the Rotterdam Study. Arch Intern Med. 2002 Feb 11;162(3):265-70.

Fraunfelder FT, Samples JR, Fraunfelder FW. Possible optic nerve side effects associated

with nonsteroidal anti-inflammatory drugs. J Toxicol Cutaneous Ocul Toxicol. 1994;

13;311-6.

Frenia ML, Long KS. Methotrexate and nonsteroidal antiinflammatory drug interactions.

Ann Pharmacother. 1992 Feb;26(2):234-7.

Fricke JR et al. Efficacy and safety of naproxen sodium and ibuprofen for pain relief after

oral surgery. Curr Ther Res. 1993;54:619-27.

Frishman WH. Effects of nonsteroidal anti-inflammatory drug therapy on blood pressure

and peripheral edema. Am J Cardiol. 2002 Mar 21 ;89(6A): 18D-25D.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 30 de 41

Garcia Rodriguez LA, Williams R, Derby LE, Dean AD, Jick H. Acute liver injury

associated with nonsteroidal anti-inflammatory drugs and the role of risk factors. Arch

Intern Med. 1994 Feb 14;154(3):311-6.

Gebhardt M, Wollina U. Kutane Nebenwirkungen nichsteroidaler antiphlogistika

(NSAID). Z Rheumatol. 1995; 54:405-412.

Golden HE, Moskowitz RW, Minic M. Analgesic efficacy and safety of nonprescription

doses of naproxen sodium compared with acetaminophen in the treatment of osteoarthritis

of the knee. Am J Ther. 2004 Mar-Apr; 11 (2):85-94.

Goodman & Gilman's The Pharmacological Basis of Therapeutics Editors: Joel Hardman,

Lee Limbird, A.G.Goodman Tenth Edition, Chapter 27 "Analgesic-Antipyretic and

Antiinflammatory Agents and Drugs Employed in the Treatment of Gout" Authors: L.

Jackson Roberts II and Jason D. Morrow Pages: 687-731

Goodwin SD, Glenny RW. Nonsteroidal anti-inflammatory drug-associated pulmonary

infiltrates with eosinophilia. Review of the literature and Food and Drug Administration

Adverse Drug Reaction reports. Arch Intern Med. 1992 Jul;152(7):1521-4.

Grattan CEH et al. Naproxen induced erythema nodosum. Br Med J. 1984; 288: 114.

Grennan DM, Jolly J, Holloway LJ, Palmer DG. Vasculitis in a patient receiving naproxen.

N Z Med J. 1979 Jan 24;89(628):48-9.

Griffin MR, Yared A, Ray W A. Nonsteroidal antiinflammatory drugs and acute renal

failure in elderly persons. Am J Epidemiol. 2000 Mar 1; 151 (5):488-96.

Gugler R, Allgayer H. Effects of antacids on the clinical pharmacokinetics of drugs. An

update. Clin Pharmacokinet. 1990 Mar;18(3):210-9.

Hammerman C. Patent ductus arteriosus. Clinical relevance of prostaglandins and

prostaglandin inhibitors in PDA pathophysiology and treatment. Clin Perinatol. 1995

Jun;22(2):457-79.

Health Canada Bureau of nutritional Sciences Food Directorate: Analysis of policy

recommendations concerning the addition of vitamins and minerals to foods. October

1999.

Health Canada: Chapter 3: nutrition intervention in hepatitis C. Hepatitis C: Nutrition care

Canadian guidelines for health care providers.

Health Canada: Problem solver in hypertension management and control. The health heart

kit. Helping your patients reduce their risk.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 31 de 41

Healy CM, Thornhill MH. An association between recurrent oro-genital ulceration and

non-steroidal anti-inflammatory drugs. J Oral Pathol Med. 1995 Jan;24(1):46-8.

Heerdink ER, Leufkens HG, Herings RM, Ottervanger JP, Stricker BH, Bakker A.

NSAIDs associated with increased risk of congestive heart failure in elderly patients taking

diuretics. Arch Intern Med. 1998 May 25;158(10):1108-12.

Hernandez-Diaz S, Garcia-Rodriguez LA. Epidemiologic assessment of the safety of

conventional nonsteroidal anti-inflammatory drugs. Am J Med. 2001 Feb 19; 110 Suppl

3A:20S-7S.

Hernandez-Diaz S, Rodriguez LA. Association between nonsteroidal anti-inflammatory

drugs and upper gastrointestinal tract bleeding/perforation: an overview of epidemiologic

studies published in the 1990s. Arch Intern Med. 2000 Jul 24;160(14):2093-9.

Hernandez-Diaz S, Rodriguez LA. Incidence of serious upper gastrointestinal

bleeding/perforation in the general population: review of epidemiologic studies. J Clin

Epidemiol. 2002 Feb;55(2): 157-63.

Heymann WR, Lerman JS, Luftschein S. Naproxen-induced lichen planus. J Am Acad

Dermatol. 1984 Feb; 10(2 Pt 1):299-301.

Hitchens, J.T., Goldstein, S., Sambuca, A. & Shemano, I., Pharmacologist 9:242 (1967).

Hoppmann RA, Peden JG, Ober SK. Central nervous system side effects of nonsteroidal

anti-inflammatory drugs. Aseptic meningitis, psychosis, and cognitive dysfunction. Arch

Intern Med. 1991 Jul;151 (7): 1309-13.

Houston MC, Weir M, Gray J, Ginsberg D, Szeto C, Kaihlenen PM, et al. The effects of

nonsteroidal anti-inflammatory drugs on blood pressures of patients with hypertension

controlled by verapamil. Arch Intern Med. 1995 May 22;155(10):1049-54.

Hughes JA, Sudell W. Hemolytic anemia associated with naproxen. Arthritis Rheum. 1983

Aug;26(8): 1054.

Hunt PJ, Gibbons SS. Naproxen induced thrombocytopenia: a case report. N Z Med J.

1995 Nov 24; 108( 1012):483-4.

Ivey KJ, Rooney PJ. Non-steroidal anti-inflammatory drugs and the gastrointestinal

tract.Baillieres Clin Rheumatol. 1989 Aug;3(2):393-409.

Jahangiri M, Jayatunga AP, Bradley JW, Goodwin TJ. Naproxen-associated vasculitis.

Postgrad Med J. 1992 Sep;68(803):766-7.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 32 de 41

Jain A, McMahon FG, Slattery JT, Levy G. Effect of naproxen on the steady-state serum

concentration and anticoagulant activity of warfarin. Clin Pharmacol Ther. 1979

Jan;25(1):61-6.

Jamali F, Stevens DR. Naproxen excretion in milk and its uptake by the infant. Drug Intell

Clin Pharm. 1983 Dec; 17(12):910-1.

Janssen NM, Genta MS. The effects of immunosuppressive and anti-inflammatory

medications on fertility, pregnancy, and lactation. Arch Intern Med. 2000 Mar

13;160(5):610-9.

Jiang HK, Chang DM. Non-steroidal anti-inflammatory drugs with adverse psychiatric

reactions: five case reports. Clin Rheumatol. 1999;18(4):339-45.

Johnson AG, Seidemann P, Day RO. NSAID-related adverse drug interactions with

clinical relevance. An update. Int J Clin Pharmacol Ther. 1994 Oct;32(10):509-32.

Johnson AG. NSAIDs and blood pressure. Clinical importance for older patients. Drugs

Aging. 1998 Jan; 12(1 ): 17-27.

Johnson AG. NSAIDs and increased blood pressure. What is the clinical significance?

Drug Saf. 1997 Nov;17(5):277-89.

Julou L, Ducrot R, Fournel J, Ganter P, Populaire P, Durel J, Myon J, Pascal S, Pasquet J.

[Toxicologic study of methiazinic acid (16091 R.P)] Arzneimittelforschung. 1969

Aug;19(8):1207-14. French.

Kahn LH, Chen M, Eaton R. Over-the-counter naproxen sodium and esophageal injury.

Ann Intern Med. 1997 Jun 15;126(12):1006.

Kallén, B. 2003. Maternal Drug Use and Infant Cleft Lip/Palate With Special Reference to

Corticoids. The Cleft Palate-Craniofacial Journal: 40,(6): 624-628.

Kiersch TA, Halladay SC, Hormel PC. A single-dose, double-blind comparison of

naproxen sodium, acetaminophen, and placebo in postoperative dental pain. Clin Ther.

1994 May-Jun;16(3):394-404.

Kiersch TA, Halladay SC, Koschik M. A double-blind, randomized study of naproxen

sodium, ibuprofen, and placebo in postoperative dental pain. Clin Ther. 1993 Sep-

Oct;15(5):845-54.

Killick S, Elstein M. Pharmacologic production of luteinized unruptured follicles by

prostaglandin synthetase inhibitors. Fertil Steril. 1987 May;47(5):773-7.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 33 de 41

Klassen DK, Jane LH, Young DY, Peterson CA. Assessment of blood pressure during

naproxen therapy in hypertensive patients treated with nicardipine. Am J Hypertens. 1995

Feb;8(2):146-53.

Kovacevic L, Bernstein J, Valentini RP, Imam A, Gupta N, Mattoo TK. Renal papillary

necrosis induced by naproxen. Pediatr Nephrol. 2003 Aug; 18(8):826-9.

Kulling PE, Backman EA, Skagius AS, Beckman EA. Renal impairment after acute

diclofenac, naproxen, and sulindac overdoses. J Toxicol Clin Toxicol. 1995; 33(2): 173-7.

Levin GM, Grum C, Eisele G. Effect of over-the-counter dosages of naproxen sodium and

acetaminophen on plasma lithium concentrations in normal volunteers. J Clin

Psychopharmacol. 1998 Jun;18(3):237-40.

100.

Lewis JD, Kimmel SE, Localio AR, Metz DC, Farrar JT, Nessel L et al. Risk of Serious

Upper Gastrointestinal Toxicity With Over-the-Counter Nonaspirin Nonsteroidal Anti-

inflammatory Drugs. Gastroenterology. 2005 Dec; 129(6): 1865-1874.

101.

Lewis RV. Severe asthma after naproxen. Lancet. 1987 May 30;1(8544):1270.

102.

Li DK, Liu L, Odouli R. Exposure to non-steroidal anti-inflammatory drugs during

pregnancy and risk of miscarriage: population based cohort study. BMJ. 2003 Aug

16;327(7411 ):368.

103.

Londino AV Jr, Wolf GL, Calabro JJ, Perrone SJ. Naproxen and pneumonitis. JAMA.

1984 Oct 12;252(14): 1853.

104.

Maerker JM, Harm A, Foeldvari I, Hoger PH. Naproxeninduzierte Pseudoporphyrie.

Hautarzt. 2001; 52: 1026-1029.

105.

Manoukian AV, Carson JL. Nonsteroidal anti-inflammatory drug-induced hepatic

disorders. Incidence and prevention. Drug Saf. 1996 Jul; 15( 1):64-71.

106.

McKinnon BJ, Lassen LF. Naproxen-associated sudden sensorineural hearing loss. Mil

Med. 1998 Nov;163(11):792-3.

107.

McMahon AD, Evans JM, MacDonald TM. Hypersensitivity reactions associated with

exposure to naproxen and ibuprofen: a cohort study. J Clin Epidemiol. 2001 Dec;54(12):

1271-4.

108.

McNeil P, MacKenzie I, Manoharan A. Naproxen-associated aplastic anaemia. Med J

Aust. 1986 Jul 7;145(1):53-5.

109.

Meek IL, Vonkeman HE, Kasemier J, Movig KL, van de Laar MA. Interference of

NSAIDs with the thrombocyte inhibitory effect of aspirin: a placebo-controlled, ex vivo,

serial placebo-controlled serial crossover study. Eur J Clin Pharmacol. 2013;69:365-71.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 34 de 41

110.

Mendonca LL, Khamashta MA, Nelson-Piercy C, Hunt BJ, Hughes GR. Non-steroidal

anti-inflammatory drugs as a possible cause for reversible infertility. Rheumatology

(Oxford). 2000 Aug;39(8):880-2.

111.

Methotrexate Drugdex Micromex 2004

112.

Moore DE. Drug-induced cutaneous photosensitivity: incidence, mechanism, prevention

and management. Drug Saf. 2002;25(5):345-72.

113.

Mordes JP, Johnson MW, Soter NA. Possible naproxen-associated vasculitis. Arch Intern

Med. 1980 Jul;140(7):985.

114.

Nadell J, Bruno J, Varady J, Segre EJ. Effect of naproxen and of aspirin on bleeding time

and platelet aggregation. J Clin Pharmacol. 1974 Apr; 14(4): 176-82.

115.

Nicastro NJ. Visual disturbances associated with over-the-counter ibuprofen in three

patients. Ann Ophthalmol. 1989 Dec;21 (12):447-50.

116.

Nielsen GL, Sorensen HT, Larsen H, Pedersen L. Risk of adverse birth outcome and

miscarriage in pregnant users of non-steroidal anti-inflammatory drugs: population based

observational study and case-control study. BMJ. 2001 Feb 3;322(7281):266-70.

117.

Non-steroidal anti-inflammatory drugs and serious gastrointestinal adverse reactions--2. Br

Med J (Clin Res Ed). 1986 May 3;292(6529): 1190-1.

118.

Nygard N, Starkebaum G. Naproxen and agranulocytosis. JAMA. 1987 Apr

3;257(13):1732.

119.

Ogawa H, Kurashima K, Namura M, Kanaya H, Kawamura Y, Ohka T et al. Pulmonary

infiltrates with eosinophilia due to naproxen. Jpn J Med. 1991 Jan-Feb;30(1):32-4.

120.

Oldenhof J, Hochberg M, Schiff M, Brune K. Effect of maximum OTC doses of naproxen

sodium or acetaminophen on low-dose aspirin inhibition of serum thromboxane B2.

Curr.Med. Res. Opin. 2010; 26 (6): 1497-1504

121.

Ostensen M, Villiger PM. Nonsteroidal anti-inflammatory drugs in systemic lupus

erythematosus. Lupus. 2001;10(3):135-9.

122.

Page J, Henry D. Consumption of NSAIDs and the development of congestive heart

failure in elderly patients: an under recognized public health problem. Arch Intern Med.

2000 Mar 27;160(6):777-84.

123.

Pai S, Marinkovich MP. Epidermolysis bullosa: new and emerging trends. Am J Clin

Dermatol. 2002;3(6):371-80.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 35 de 41

124.

Patrono C, Ciabattoni G, Patrignani P, Pugliese F, Filabozzi P, Catella F, Davì G, Forni L.

Clinical pharmacology of platelet cyclooxygenase inhibition. Circulation. 1985;72:1177-

125.

Perez Gutthann S, Garcia Rodriguez LA, Raiford DS, Duque Oliart A, Ris Romeu J.

Nonsteroidal anti-inflammatory drugs and the risk of hospitalization for acute renal failure.

Arch Intern Med. 1996 Nov 25;156(21):2433-9.

126.

Perez-Gutthann S, Garcia-Rodriguez LA, Duque-Oliart A, Varas-Lorenzo C. Low-dose

diclofenac, naproxen, and ibuprofen cohort study. Pharmacotherapy. 1999 Jul;19(7):854-9.

127.

Petersen B, Brune K, Burkhard Hinz E. Naproxen sodium, for the treatment of mild to

moderate pain: experience in medical and pharmaceutical practice. DAZ. 2002;18:271-

275.

128.

Piper JM, Ray WA, Daugherty JR, Griffin MR. Corticosteroid use and peptic ulcer

disease: role of nonsteroidal anti-inflammatory drugs. Ann Intern Med. 1991 May 1;

114(9):735-40.

129.

Probst L, Stoney P, Jeney E, Hawke M. Nasal polyps, bronchial asthma and aspirin

sensitivity. J Otolaryngol. 1992 Feb;21(1):60-5.

130.

Pullar T, Capell HA. Interaction between oral anti-coagulant drugs and non-steroidal anti-

inflammatory agents: a review. Scott Med J. 1983 Jan;28(1 ):42-7.

131.

Ragheb M, Powell AL. Lithium interaction with sulindac and naproxen. J Clin

Psychopharmacol. 1986 Jun;6(3): 150-4.

132.

Rao GH, Johnson GG, Reddy KR, White JG. Ibuprofen protects platelet cyclooxygenase

from irreversible inhibition by aspirin. Arteriosclerosis. 1983;3:383-388.

133.

Ravi S, Keat AC, Keat EC. Colitis caused by non-steroidal anti-inflammatory drugs.

Postgrad Med J. 1986 Aug;62(730):773-6.

134.

Renschler H, Schaeffer A, Tholan H, Voegtli J. [Genesis of interstitial nephritis.] Schweiz

Med Wochenschr. 1956 Sep 1 ;86(35):978-81.

135.

Roe RL, Ellis DJ, Bruno JJ. Effect of naproxen on platelet function in male and female

subjects. Clin Res. 1980;28:322a.

136.

Roujeau JC, Kelly JP, Naldi L, Rzany B, Stern RS, Anderson T et al. Medication use and

the risk of Stevens-Johnson syndrome or toxic epidermal necrolysis. N Engl J Med. 1995

Dec 14;333(24): 1600- 7.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 36 de 41

137.

Runkel R, Chaplin M, Boost G, Segre E, Forchielli E. Absorption, distribution,

metabolism, and excretion of naproxen in various laboratory animals and human subjects.

J Pharm Sci. 1972 May;61 (5):703-8.

138.

Runkel R, Chaplin MD, Sevelius H, Ortega E, Segre E. Pharmacokinetics of naproxen

overdoses. Clin Pharmacol Ther. 1976 Sep;20(3):269-77.

139.

Runkel R, Mroszczak E, Chaplin M, Sevelius H, Segre E. Naproxen-probenecid

interaction. Clin Pharmacol Ther. 1978 Dec;24(6):706-13.

140.

Sacks FM, Svetkey LP, Vollmer WM, Appel LJ, Bray GA, Harsha D, et al. Effects on

blood pressure of reduced dietary sodium and the Dietary Approaches to Stop

Hypertension (DASH) diet. DASH-Sodium Collaborative Research Group.N Engl J Med.

2001 Jan 4;344(1):3-10.

141.

Saker BM, Kincaid-Smith P. Papillary necrosis in experimental analgesic nephropathy. Br

Med J. 1969 Jan 18;1(5637):161-2.

142.

Schafer AI. Effects of nonsteroidal antiinflammatory drugs on platelet function and

systemic hemostasis. J Clin Pharmacol. 1995 Mar;35(3):209-19.

143.

Schapira D, Balbir-Gurman A, Nahir AM. Naproxen-induced leukocytoclastic vasculitis.

Clin Rheumatol. 2000; 19(3):242-4.

144.

Schiff M, Minic M. Comparison of the analgesic efficacy and safety of nonprescription

doses of naproxen sodium and Ibuprofen in the treatment of osteoarthritis of the knee. J

Rheumatol. 2004 Jul;31(7): 1373-83.

145.

Schmidt LE, Dalhoff K. Food-drug Interactions. Drugs. 2002;62(10): 1481-502.

146.

Seaton RA, France AJ. Recurrent aseptic meningitis following non- steroidal anti-

inflammatory drugs-a reminder. Postgrad Med J. 1999 Dec;75(890):771-2.

147.

Segre EJ. Naproxen sodium (Anaprox): pharmacology, pharmacokinetics and drug

interactions. J Reprod Med. 1980 Oct;25(4 Suppl):222-5.

148.

Sevelius H, Runkel R, Segre E, Bloomfield SS. Bioavailability of naproxen sodium and its

relationship to clinical analgesic effects. Br J Clin Pharmacol. 1980 Sep; 10(3):259-63.

149.

Sheehan NJ. Pulmonary infiltrates and eosinophilia associated with naproxen. Br J

Rheumatol. 1985 Aug; 24(3):302-3.

150.

Shorr RI, Ray WA, Daugherty JR, Griffin MR. Concurrent use of nonsteroidal anti-

inflammatory drugs and oral anticoagulants places elderly persons at high risk for

hemorrhagic peptic ulcer disease. Arch Intern Med. 1993 Jul 26;153(14): 1665-70.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 37 de 41

151.

Simon LS, Basch CM, Young DY, Robinson DR. Effects of naproxen on renal function in

older patients with mild to moderate renal dysfunction. Br J Rheumatol. 1992 Mar;31 (3):

163-8.

152.

Singh RR, Malaviya AN, Pandey JN, Guleria JS. Fatal interaction between methotrexate

and naproxen. Lancet. 1986 Jun 14;1(8494):1390.

153.

Slattery IT, Levy G, Jain A, McMahon FG. Effect of naproxen on the kinetics of

elimination and anticoagulant activity of a single dose or warfarin. Clin Pharmacol Ther.

1979 Jan;25(1):51-60.

154.

Smith G, Roberts R, Hall C, Nuki G. Reversible ovulatory failure associated with the

development of luteinized unruptured follicles in women with inflammatory arthritis

taking non-steroidal anti-inflammatory drugs. Br J Rheumatol. 1996 May;35(5):458-62.

155.

Spence JD. Influence of non-steroidal anti-inflammatory drugs on the blood-pressure-

reducing effects of enalapril and nifedipine. J Hypertens. 1996 Jan;14(1): 145.

156.

Stewart CF, Fleming RA, Arkin CR, Evans WE. Coadministration of naproxen and low-

dose methotrexate in patients with rheumatoid arthritis. Clin Pharmacol Ther. 1990

Apr;47(4):540-6.

157.

Stone S, Khamashta MA, Nelson-Piercy C. Nonsteroidal anti-inflammatory drugs and

reversible female infertility: is there a link? Drug Saf. 2002;25(8):545-51.

158.

Strom BL, Schinnar R, Bilker WB, Feldman H, Farrar JT, Carson JL. Gastrointestinal tract

bleeding associated with naproxen sodium vs ibuprofen. Arch Intern Med. 1997 Dec 8-22;

157(22):2626-31.

159.

Sylvia LM, Forlenza SW, Brocavich JM. Aseptic meningitis associated with naproxen.

Drug Intell Clin Pharm. 1988 May;22(5):399-401.

160.

Szczeklik A, Gryglewski RJ, Czerniawska-Mysik G, Pieton R. Asthmatic attacks induced

in aspirin-sensitive patients by diclofenac and naproxen. Br Med J. 1977 Jul

23;2(6081):231-2.

161.

Szczeklik A, Gryglewski RJ, Czerniawska-Mysik G. Clinical patterns of hypersensitivity

to nonsteroidal anti-inflammatory drugs and their pathogenesis. J Allergy Clin Immunol.

1977 Nov;60(5):276-84.

162.

Szmyd L Jr, Perry HD. Keratopathy associated with the use of naproxen. Am J

Ophthalmol. 1985 May 15;99(5):598.

163.

Todd PA, Clissold SP. Naproxen. A reappraisal of its pharmacology, and therapeutic use

in rheumatic diseases and pain states. Drugs. 1990 Jul;40(l):91-137.

NAPROXEN Monographie de produit

Page 38 de 41

164.

Tomlinson RV, Ringold HJ. Relationship between inhibition of prostaglandin synthesis

and drug efficacy: support for the current theory on mode of action of aspirin-like drugs.

Biochem Biophys Res Commun. 1972 Jan 31;46(2):552-9.

165.

Trechot P, Gillet P, Gay G, Hanesse B, Netter P, Castot A, Larrey D. Incidence of hepatitis

induced by non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAID). Ann Rheum Dis. 1996

Dec;55(12):936.

166.

Vale JA, Meredith TJ. Acute poisoning due to non-steroidal anti-inflammatory drugs.

Clinical features and management. Med Toxicol. 1986 Jan-Feb; 1 (1): 12-31.

167.

van Puijenbroek EP, Egberts AC, Heerdink ER, Leufkens HG. Detecting drug-drug

interactions using a database for spontaneous adverse drug reactions: an example with

diuretics and non-steroidal anti-inflammatory drugs. Eur J Clin Pharmacol. 2000

Dec;56(9-10):733-8.

168.

van Puijenbroek EP, Egberts AC, Meyboom RH, Leufkens HG. Different risks for

NSAID-induced anaphylaxis. Ann Pharmacother. 2002 Jan;36(1):24-9.

169.

Veal GJ, Back DJ. Metabolism of Zidovudine. Gen Pharmacol. 1995 Nov;26(7):1469-75.

170.

Walker AM. Quantitative studies of the risk of serious hepatic injury in persons using

nonsteroidal antiinflammatory drugs. Arthritis Rheum. 1997 Feb;40(2):201-8.

171.

Weber SS, Bankhurst AD, Mroszczak E, Ding TL. Effect of Mylanta on naproxen

bioavailability. Ther Drug Monit. 1981;3(1):75-83.

172.

Weitz JI. Blood Coagulations and Anticoagulant, Fibrinolytic, and Antiplatelet Drugs.

Goodman and Gilman’s: The Pharmacological Basis of Therapeutics. Lawrence L

Brunton.12th ed. McGraw Hill. New York. 2011.

173.

Weksler BB, Lehany AM. Naproxen-induced recurrent aseptic meningitis. DICP. 1991

Nov;25 (11): 1183-4.

174.

Whiting B, Williams RL, Lorenzi M, Varady JC, Robins DS. Effect of naproxen on

glucose metabolism and tolbutamide kinetics and dynamics in maturity onset diabetics. Br

J Clin Pharmacol. 1981 Mar; 11 (3):295-302.

175.

Winder CV, Welford M, Wax J, Kaump DH. Pharmacologic and toxicologic studies of m-

(l-methyl- 3-propyl-3-pyrrolidinyl)phenol (CI-572), an analgesic and antitussive agent. J

Pharmacol Exp Ther. 1966 Oct;154(1): 161-75.

176.

Woodard, G., Post, K.F., Cockerell, K.O. & Cronin, M.T.I., Toxic. Appl. Pharmacol.

7:503 (1965).

NAPROXEN Monographie de produit

Page 39 de 41

177.

Wright MS. Drug-induced hemolytic anemias: increasing complications to therapeutic

interventions. Clin Lab Sci. 1999 Mar-Apr; 12(2): 115-8.

178.

ALEVE

Monographie du produit, Bayer inc. Ontario, Toronto, Canada, numéro de

contrôle : 203003, date de révision : 9 mai 2017.

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

NAPROXEN Monographie de produit Page 40 de 41

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE

CONSOMMATEUR

NAPROXEN

Comprimés de naproxène sodique, USP

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

d’une «

monographie de produit » publiée à la suite de

l’approbation de la vente au Canada de NAPROXEN et

s’adresse tout particulièrement aux consommateurs. Le

présent dépliant n’est qu’un résumé et ne donne donc pas tous

les renseignements pertinents au sujet de NAPROXEN. Pour

toute question au sujet de ce médicament, communiquez avec

votre médecin ou votre pharmacien.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

Les raisons d’utiliser ce médicament :

Vous pouvez faire confiance à NAPROXEN

pour soulager

rapidement et efficacement la douleur comme celle de l’arthrite et de

l’inflammation. NAPROXEN soulage les troubles arthritiques

comme la raideur, la douleur arthritique survenant le jour ou la nuit

et la raideur causée par les troubles rhumatismaux. NAPROXEN

soulage aussi la douleur articulaire et corporelle, la douleur

musculaire, les entorses et claquages musculaires, le mal de dos, les

douleurs légères, le mal de tête, la migraine, les règles douloureuses,

la douleur des petites chirurgies, le mal de dents, la douleur des

extractions dentaires ainsi que la douleur associée au rhume. Il réduit

aussi la fièvre. Les études cliniques montrent que l'effet du

NAPROXEN est durable, soit de jusqu'à 12 heures.

Les effets de ce médicament :

NAPROXEN

soulage la douleur et réduit la fièvre. NAPROXEN

agit tant au foyer de la douleur que dans le système nerveux central.

NAPROXEN agit rapidement et traite la douleur là où elle

commence.

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce médicament

Ne prenez pas NAPROXEN

si :

vous êtes allergique au naproxène, au naproxène sodique

ou à tout ingrédient de la préparation

vous êtes allergique à l'acide acétylsalicylique (AAS), à

autres salicylés ou à d

autres anti-inflammatoires non

stéroïdiens (AINS)

vous avez un ulcère gastroduodénal en poussée évolutive,

des antécédents d'ulcères récurrents ou une hémorragie

digestive active

vous avez une maladie inflammatoire de l’intestinale

vous avez une maladie du foie (évolutive ou grave)

vous avez une maladie du rein (grave ou qui s'aggrave)

vous êtes au troisième trimestre de la grossesse.

L’ingrédient médicinal est :

Naproxène sodique

Les ingrédients non médicinaux sont :

AD&C bleu n° 2 sur substrat d’aluminium, acide stéarique,

amidon de maïs, cellulose microcristalline, dioxyde de

titanium, glycolate d’amidon sodique,

hydroxypropylméthylcellulose, polyéthylèneglycol, povidone.

Les formes posologiques sont :

Caplets : 220 mg

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

AVANT de prendre NAPROXEN, adressez-vous à votre

médecin ou à

un pharmacien si vous présentez ou avez déjà

présenté :

un asthme ou une maladie pulmonaire semblable

des polypes nasaux

des démangeaisons de la peau et une urticaire

une maladie gastro-intestinale

une hypertension

un trouble de la coagulation sanguine

une maladie du coeur/une insuffisance cardiaque

toute autre maladie grave

OU si vous êtes une femme qui :

essaie de tomber enceinte

est au premier ou au deuxième trimestre de la

grossesse

allaite.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Ne pas utiliser ce produit si vous prenez de l’acide

acétylsalicylique (AAS) pour un traitement de

prevention sans discuter avec votre médecin ou un

pharmacien. Le naproxène sodique peut interférer avec

les bienfaits préventifs de l’AAS.

AVANT de prendre NAPROXEN, adressez-vous à votre

médecin ou à un pharmacien si vous prenez un autre

médicament, surtout les suivants :

anticoagulants (médicaments qui réduisent la

coagulation sanguine)

antihypertenseurs pour le coeur (dont inhibiteurs de

l’ECA et bêta-bloquants)

diurétiques

cyclosporine

glucocorticoïdes

lithium

méthotrexate

faible dose d'AAS pour le traitement préventif à

long terme.supervisé par un médecin (p. ex.

ibuprofène à 81 mg)

AINS ou autres analgésiques (p. ex. ibuprofène,

acétaminophène).

IMPORTANT: VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

NAPROXEN Monographie de produit

Page 41 de 41

La prise de NAPROXEN

avec un repas peut en retarder légèrement

l’absorption.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE MÉDICAMENT

Dose habituelle :

Adultes (12 à 65 ans) : 1 caplet toutes les 8 à 12 heures. Adultes

âgés de plus de 65 ans : 1 caplet toutes les 12 heures. Ne prenez pas

plus de 2 caplets par période de 24 heures. Prenez le médicament avec

un grand verre d'eau. Le médicament ne convient pas aux enfants de

moins de 12 ans. Si la fièvre dure plus de 3 jours, si la douleur dure

plus de 5 jours ou si vos symptômes changent, consultez un

médecin.

Surdose :

Si vous pensez avoir pris trop de NAPROXEN, communiquez

immédiatement avec votre professionnel de la santé, l’urgence

d’un centre hospitalier ou le centre antipoison de votre région,

même en l'absence de symptômes.

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI CONCERNE LES

EFFETS SECONDAIRES

Comme tous les médicaments, NAPROXEN peut parfois avoir

des effets secondaires indésirables. Cessez de prendre le

médicament et communiquez avec votre médecin ou un

pharmacien en cas de brûlures d'estomac, nausées,

vomissements, tintement ou bourdonnement d'oreilles,

ballonnement, diarrhée ou constipation.

Cette liste des effets secondaires n’est pas exhaustive. Si des

effets inattendus surviennent pendant le traitement par

NAPROXEN, communiquez avec votre médecin ou pharmacien.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES : FRÉQUENCE ET

PROCÉDURES À SUIVRE

Cessez de prendre le médicament et obtenez des soins médicaux

urgents SANS TARDER en cas de difficulté respiratoire,

d'enflure du visage, d'urticaire, d'éruptions cutanées ou de

démangeaisons.

Cessez de prendre le médicament et communiquez avec votre

médecin ou un pharmacien en cas de selles noires, de douleur

abdominale grave, de tout changement de la vision ou de

rétention liquidienne.

En cas de somnolence, d'étourdissements ou de sensation de tête

légère, ne prenez pas le volant et n'utilisez pas de machines et

communiquez avec votre médecin ou un pharmacien.

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT

ATTENTION : Cet emballage renferme assez de

médicament pour causer des effets nocifs graves chez les

enfants. Gardez-le hors de la portée des enfants.

Conservez entre 15°C et 30 °C.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnés d'être

associés avec l'utilisation d'un produit de santé par:

Visitant le site Web des déclarations des effets

indésirables (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-

sante/medeffet-canada/declaration-effets-

indesirables.html) pour vous informer sur comment

faire une déclaration en ligne, par courrier, ou par

télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345

REMARQUE : Pour obtenir des renseignements relatifs à la

gestion des effets secondaires, veuillez communiquer avec

votre professionnel de la santé. Le Programme

Canada Vigilance ne fournit pas de conseils médicaux.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

On peut obtenir ce document et la monographie complète du

produit, rédigée pour les professionnels de la santé, en

communiquant avec le promoteur, Pharmascience inc.,

au 1-888-550-6060.

Ce dépliant a été rédigé par

DOMINION PHARMACAL

Montréal Québec

H4P 2T4

Dernière révision: 10 mai 2019

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information