MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Sulfate d'hydroxychloroquine
Disponible depuis:
MYLAN PHARMACEUTICALS ULC
Code ATC:
P01BA02
DCI (Dénomination commune internationale):
HYDROXYCHLOROQUINE
Dosage:
200MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Sulfate d'hydroxychloroquine 200MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
100
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
ANTIMALARIALS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0107403001; AHFS: 08:30.08
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02252600
Date de l'autorisation:
2009-08-05

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

Mylan-Hydroxychloroquine

Sulfate d’hydroxychloroquine USP

Comprimés dosés à 200 mg

USP

Anti-inflammatoire – Antipaludéen

Mylan Pharmaceuticals ULC

Date de révision : Le 13 avril 2018

85 Advance Road

Etobicoke (Ontario)

Canada, M8Z 2S6

de contrôle : 214821

Pr

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

(SULFATE D’HYDROXYCHLOROQUINE)

Comprimés dosés à 200 mg

USP

CLASSIFICATION THÉRAPEUTIQUE

Anti-inflammatoire – Antipaludéen

ACTIONS ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE (sulfate d’hydroxychloroquine) appartient à la classe

des amino-4 quinoléines. Mylan-Hydroxychloroquine s'est montrée bénéfique pour de patients

atteints de polyarthrite rhumatoïde et de lupus érythémateux, en particulier de lupus discoïde

chronique. On ignore le mode d’action exact du contrôle de ces maladies. L’action de ce

composé contre les parasites paludéens est similaire à celle du phosphate de chloroquine.

INDICATIONS ET USAGES CLINIQUES

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE (sulfate d’hydroxychloroquine) est indiqué pour le

traitement de la polyarthrite rhumatoïde et du lupus érythémateux discoïde et disséminé chez des

patients qui n’ont pas répondu de manière satisfaisante à des médicaments dont le potentiel

d’effets indésirables graves est moins grand.

Il est indiqué également pour le traitement de suppression et le traitement des crises aiguës du

paludisme dû à P. vivax, à P. malariae, à P. ovale et à des souches sensibles de P. falciparum.

Il est inactif contre les formes exo-érythrocytaires de P. vivax, de P. malariae et de P. ovale et,

par conséquent, ne prévient ni l’infection en administration prophylactique ni la récidive

d’infection par ces organismes. Il est hautement efficace comme suppresseur des crises aiguës

chez les personnes atteintes de paludisme à vivax ou malariae et allonge notablement l’intervalle

entre le traitement et la rechute. Chez les patients infectés par P. falciparum, il abolit la crise

aiguë et guérit complètement l’infection, à moins que celle-ci ne soit due à une souche résistante

de P. falciparum.

CONTRE-INDICATIONS

rétinopathie préexistante

hypersensibilité connue aux amino-4 quinoléines

utilisation chez les enfants de moins de 6 ans (les comprimés de 200 mg ne sont pas

adaptés à un poids corporel < 35 kg) (voir la section MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Populations particulières – Enfants).

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités :

Faire preuve de prudence chez les patients qui présentent des troubles gastro-intestinaux ou

neurologiques, qui sont sensibles à la quinine, ou qui sont atteints de porphyrie.

Effets sur la capacité à conduire et à utiliser des machines :

Il est recommandé de conseiller aux patients sous traitement par Mylan-Hydroxychloroquine de

ne pas conduire ni d’utiliser de machines, car l'hydroxychloroquine peut perturber

l’accommodation et brouiller la vision. Si ces troubles ne sont pas spontanément résolutifs, il

peut se révéler nécessaire de réduire momentanément la posologie.

Paludisme

L’hydroxychloroquine est inefficace contre les souches de P. falciparum résistantes à la

chloroquine et il est inactif contre les formes exo-érythrocytaires de P. vivax, P. ovale et P.

malariae. Par conséquent, il ne peut ni prévenir l’infection par ces organismes en administration

prophylactique, ni empêcher une récidive d’infection.

Carcinogenèse et mutagenèse :

Selon des études expérimentales, la chloroquine pourrait provoquer des mutations géniques. On

n’a pas mené d’études de longue durée chez l’animal afin d’évaluer son pouvoir carcinogène

(voir la section TOXICOLOGIE). Les données obtenues chez l’humain ne suffisent pas à écarter

la possibilité d’un risque accru de cancer chez les patients recevant un traitement de longue

durée.

Cardiovasculaire :

Des cas de myocardiopathie entraînant une insuffisance cardiaque, parfois mortels, ont été

signalés chez des patients traités par Mylan-Hydroxychloroquine. Mylan-Hydroxychloroquine

doit être cessé s’il y a apparition de signes et symptômes d’une myocardiopathie. Il convient

d’envisager une toxicité chronique en présence d’un diagnostic de trouble de la conduction (bloc

de branche/bloc auriculo-ventriculaire) ou d’hypertrophie biventriculaire (voir les sections

RÉACTIONS INDÉSIRABLES et SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE).

Mylan-Hydroxychloroquine peut induire des arythmies cardiaques (voir les sections

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES et SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU

SURDOSAGE).

Le sulfate d'hydroxychloroquine allonge l’intervalle QT. On a signalé des arythmies

ventriculaires et des torsades de pointes chez des patients traités par sulfate

d'hydroxychloroquine (voir la section SURDOSAGE). Par conséquent, Mylan-

Hydroxychloroquine ne doit pas être administré avec d’autres médicaments pouvant allonger

l’intervalle QT. En outre, son emploi commande la prudence en présence de cardiopathie avérée,

d’antécédents familiaux de mort soudaine inexpliquée apparemment imputable à une arythmie

cardiaque, et de facteurs de risque d’allongement de l’intervalle QT/QTc d’origine

médicamenteuse (voir les sections INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES, RÉACTIONS

INDÉSIRABLES et SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE).

Endocrine et Métabolisme :

Il a été démontré que Mylan-Hydroxychloroquine provoque une hypoglycémie grave, y compris

une perte de conscience qui pourrait mettre en danger la vie des patients traités avec ou sans

médicaments antidiabétiques. Il faudrait mettre en garde les patients traités par Mylan-

Hydroxychloroquine à propos des risques d’hypoglycémie et de l’apparition de signes et

symptômes associés. Si les patients présentent des signes cliniques évocateurs d’hypoglycémie

lors du traitement par Mylan-Hydroxychloroquine, ils devraient faire vérifier leur glycémie et

revoir, au besoin, l’utilité de ce traitement. Dans les cas d’hypoglycémie grave, il faut cesser

l’administration de Mylan-Hydroxychloroquine et envisager un autre traitement. Lorsque les

patients utilisent Mylan-Hydroxychloroquine en concomitance avec des antidiabétiques, il peut

être nécessaire de diminuer les doses d’insuline ou d’antidiabétiques étant donné que Mylan-

Hydroxychloroquine peut accentuer les effets d’un traitement hypoglycémiant (voir la section

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES et RÉACTIONS INDÉSIRABLES ci-dessous).

Hématologie :

Il convient d’effectuer un hémogramme périodique chez les patients sous traitement prolongé, à

cause du risque de dépression de la moelle osseuse (voir la section EFFETS ADVERSES). En

présence d’un trouble hématologique grave n’ayant aucun lien avec l’affection traitée, il faut

cesser l’administration du médicament.

Faire preuve de prudence chez les patients qui ont une déficience en glucose-6-phosphate

déshydrogénase.

Musculo-squelettique :

Il convient d’interroger et d’examiner périodiquement les patients recevant cette préparation à

long terme. On doit en particulier examiner la fonction du muscle squelettique et les réflexes

tendineux, rotulien et achilléen pour déceler tout signe de faiblesse musculaire. En cas de

faiblesse musculaire, il faut cesser l’administration du medicament (voir la section RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Neurologique :

Des réactions extrapyramidales ont été rapportées chez les patients prenant Mylan-

Hydroxychloroquine (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES). Les symptômes peuvent persister

chez certains patients après l'arrêt du traitement.

Ophtalmologique :

On a observé des lésions rétiniennes irréversibles chez certains patients ayant suivi un traitement

de longue durée ou à fortes doses d’amino-4 quinoléines contre le lupus érythémateux discoïde

ou disséminé ou la polyarthrite rhumatoïde. Avant de commencer un traitement de longue durée,

il convient donc de faire un examen ophtalmoscopique soigneux des 2 yeux pour évaluer l’acuité

visuelle, le champ visuel central et la vision des couleurs ainsi qu’un examen du fond de l’œil.

Par la suite, on doit refaire l’examen 1 fois par an au moins.

La toxicité rétinienne est largement liée à la dose. Le risque de lésion rétinienne est faible aux

doses quotidiennes ne dépassant pas 6,5 mg/kg de poids corporel idéal (maigre). Les doses

supérieures à la dose quotidienne recommandée augmentent fortement le risque de toxicité

rétinienne. Les facteurs de risque importants de rétinopathie toxique signalés au cours du

traitement à long terme (≥ 5 ans) par l’hydroxychloroquine comprennent des doses quotidiennes

supérieures à 6,5 mg/kg de poids corporel réel (base de 5 mg/kg), un débit de filtration

glomérulaire inférieur à la normale, une durée d’utilisation supérieure à cinq ans et un traitement

simultané avec le citrate de tamoxifène. Il n’est pas recommandé d’utiliser Mylan-

Hydroxychloroquine en concomitance avec des médicaments connus pour induire une toxicité

rétinienne, comme le tamoxifène.

Un examen ophtalmologique soigneux doit être effectué plus fréquemment et être adapté au

patient dans les situations suivantes :

- dose quotidienne dépassant 6,5 mg (sous forme d’un sel)/kg de poids corporel idéal (maigre).

Le poids corporel absolu utilisé comme guide posologique pourrait se traduire par un

surdosage chez les obèses;

- insuffisance rénale;

- dose cumulée supérieure à 200 g (sous forme d’un sel);

- personne âgée;

- acuité visuelle réduite.

En présence d’indications d’anomalie de l’acuité visuelle, du champ visuel ou des zones

maculaires de la rétine (par exemple, changement pigmentaire, perte du reflet fovéal) ou de

symptômes visuels (par exemple, stries et éclairs lumineux, vision anormale des couleurs) qui ne

peuvent être complètement expliqués par une difficulté d’accommodation ou par des opacités

cornéennes, il convient d’arrêter immédiatement l’administration du médicament. Le patient

devrait être surveillé étroitement pour déceler une évolution possible de ces anomalies. Les

altérations de la rétine (et les troubles visuels) peuvent évoluer même après l’arrêt du traitement

(voir la section EFFETS ADVERSES).

Les méthodes recommandées pour le diagnostic précoce de la rétinopathie sont : 1) l’examen du

fond de l’œil pour déceler les perturbations pigmentaires fines ou la perte du reflet fovéal et 2)

les examens du champ visuel central (avec un petit objet rouge) pour l'évaluation d’un scotome

péricentral ou paracentral ou la détermination de seuils rétiniens au rouge. Les symptômes

visuels inexpliqués, tels les stries ou les éclairs lumineux, devraient être aussi considérés comme

des manifestations possibles d’une rétinopathie.

Psychiatrie :

Des comportements suicidaires ont été signalés chez des patients traités avec de

l’hydroxychloroquine (voir la section RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Peau :

Des réactions dermatologiques à sulfate d’hydroxychloroquine sont possibles. Ce

médicament est déconseillé pour le traitement du psoriasis ou de la porphyrie, car il risque de les

exacerber. Faire preuve de prudence chez les patients qui sont atteints de psoriasis.

Santé sexuelle :

Fertilité

Des études menées chez l’animal ont révélé que la chloroquine inhibe la fertilité masculine (voir

la section TOXICOLOGIE, Toxicité liée à la reproduction et au développement). Il n’existe pas

de données chez l’être humain.

Populations particulières

Grossesse :

L’hydroxychloroquine franchit la barrière placentaire. Les données concernant

L’utilisation de l'hydroxychloroquine durant la grossesse sont limitées. On devrait éviter

d’utiliser d’hydroxychloroquine durant la grossesse. Il convient de noter que les amino-4

quinoléines à doses thérapeutiques ont été associées à des lésions du système nerveux central, en

particulier d’ototoxicité (toxicité auditive et vestibulaire, surdité congénitale), d’hémorragies

rétiniennes et d’anomalie de la pigmentation rétinienne chez le fœtus.

On a constaté des décès embryonnaires et des malformations oculaires chez la progéniture

suivant l’administration de fortes doses de chloroquine à des rates gravides (voir la section

TOXICOLOGIE, Toxicité liée à la reproduction et au développement).

Allaitement :

Il convient d’être prudent en utilisant l’hydroxychloroquine durant l’allaitement, car

elle est excrétée en petites quantités dans le lait maternel et les nourrissons sont extrêmement

sensibles aux effets toxiques des amino-4 quinoléines.

Enfants :

L’innocuité et l’efficacité n’ont pas été établies dans les cas de polyarthrite rhumatoïde ou de

lupus érythémateux disséminé chez les enfants. Les enfants sont particulièrement sensibles aux

amino-4 quinoléines. La majorité des décès signalés font suite à l’ingestion accidentelle de

chloroquine, parfois en petites doses. Il convient de rappeler fortement aux patients qu’ils

doivent tenir ces médicaments hors de la portée des enfants. (voir la section CONTRE-

INDICATIONS).

Insuffisance hépatique :

Faire preuve de prudence chez les patients qui présentent une insuffisance hépatique ou

alcoolisme, pour lesquels il peut être nécessaire de réduire la dose, ainsi que chez les patients

prenant des médicaments connus pour leurs effets sur le foie. On a signalé des cas isolés

d'anomalie des tests d’exploration de la fonction hépatique et quelques cas d'insuffisance

hépatique fulminante.

Insuffisance rénale :

Faire preuve de prudence chez les patients qui présentent une insuffisance rénale, pour lesquels il

peut être nécessaire de réduire la dose, ainsi que chez les patients prenant des médicaments

connus pour leurs effets sur les reins.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Le tableau qui suit présente les interactions médicamenteuses potentielles avec Mylan-

Hydroxychloquine. On devrait également faire preuve de prudence lors de l’utilisation de

Mylan-Hydroxychloquine chez des patients qui prennent des médicaments susceptibles de

provoquer des réactions oculaires ou cutanées indésirables (voir la section MISES EN GARDE

ET PRÉCAUTIONS).

Dénomination commune

Effet/ commentaire clinique

Agalsidase

Il existe un risque théorique d’inhibition de

l’activité intracellulaire de l’α-galactosidase lorsque

Mylan-Hydroxychloquine est administré en

concomitance avec l’agalsidase.

Antibiotiques aminoglycosides

Mylan-Hydroxychloquine peut également être soumis à

plusieurs des interactions connues de la chloroquine bien

qu’aucun rapport spécifique n’en ait fait mention, y

compris la potentialisation du blocage direct des

jonctions neuromusculaires par les antibiotiques

aminoglycosides.

Amiodarone

Il existe un risque accru d’induction

d’arythmies ventriculaires lorsque Mylan-

Hydroxychloquine est utilisé en concomitance avec

d’autres médicaments arythmogènes.

Antiacides

Tout comme pour la chloroquine, les antiacides

peuvent diminuer l’absorption de Mylan-

Hydroxychloquine; par conséquent, il est conseillé

d’observer un intervalle de quatre heures entre

l’administration de Mylan-Hydroxychloquine et

l’administration d’un antiacide.

Antidiabétiques

Ces agents peuvent accentuer les effets d’un

traitement hypoglycémiant, c’est pourquoi il peut être

nécessaire de réduire les doses des antidiabétiques.

Dénomination commune

Effet/ commentaire clinique

Antiépileptiques

L’activité des antiépileptiques peut être altérée

s’ils sont administrés en concomitance avec

Mylan-Hydroxychloquine.

Antipaludéens connus pour

abaisser le seuil

convulsif

Mylan-Hydroxychloquine peut abaisser le seuil

convulsif. L’administration de Mylan-Hydroxychloquine

en concomitance avec d’autres antipaludéens connus

pour abaisser le seuil convulsif (p. ex. la méfloquine)

peut accroître le risque de convulsions.

Agents arythmogènes

Il existe un risque accru d’induction

d’arythmies ventriculaires lorsque Mylan-

Hydroxychloquine est utilisé en concomitance avec

d’autres médicaments arythmogènes.

Cyclosporine

Des concentrations plasmatiques accrues de

cyclosporine ont été signalées lorsque la cyclosporine et

Mylan-Hydroxychloquine ont été administrés en

concomitance.

Cimétidine

Mylan-Hydroxychloquine peut également être soumis à

plusieurs des interactions connues de la chloroquine bien

qu’aucun rapport spécifique n’en ait fait mention, y

compris l’inhibition de son métabolisme par la

cimétidine, ce qui peut augmenter les concentrations

plasmatiques de l’antipaludéen.

Digoxine

L’administration concomitante d’hydroxychloroquine et

de digoxine peut se traduire par une augmentation de la

concentration sérique de digoxine; il convient donc de

surveiller la concentration sérique de digoxine chez les

patients recevant un tel traitement d’association.

Médicaments qui allongent

l’intervalle QT et autres

arythmogènes

L’hydroxychloroquine allonge l’intervalle QT et ne doit

pas être administré avec d’autres médicaments pouvant

provoquer une arythmie. Il pourrait en outre exister un

risque accru d’arythmie ventriculaire lorsque Mylan-

Hydroxychloquine est administré avec d’autres

arythmogènes, comme l’amiodarone et la moxifloxacine

(voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

Cardiovasculaire, et SYMPTÔMES ET TRAITEMENT

DU SURDOSAGE).

Insuline

L’hydroxychloroquine pouvant accentuer les

effets d’un traitement hypoglycémiant, il peut être

nécessaire de diminuer les doses d’insuline.

Méfloquine

Mylan-Hydroxychloquine peut abaisser le seuil

convulsif. L’administration concomitante de Mylan-

Dénomination commune

Effet/ commentaire clinique

Hydroxychloquine avec d’autres antipaludéens connus

pour abaisser le seuil convulsif (p. ex. la méfloquine)

peut accroître le risque de convulsions.

Moxifloxacine

Le risque d’induction d’arythmies ventriculaires peut être

accru si Mylan-Hydroxychloquine est utilisé en

concomitance avec d’autres médicaments arythmogènes.

Néostigmine

Mylan-Hydroxychloquine peut également être soumis à

plusieurs des interactions connues de la chloroquine bien

qu’aucun rapport spécifique n’en ait fait mention, y

compris l’inhibition des effets de la néostigmine.

Praziquantel

Mylan-Hydroxychloquine peut également être soumis à

plusieurs des interactions connues de la chloroquine bien

qu’aucun rapport spécifique n’en ait fait mention, y

compris l’inhibition des effets de la pyridostigmine.

Tamoxifène/Médicaments

connus pour provoquer une

toxicité rétinienne

Un risque accru de rétinopathie toxique a été signalé

lorsque Mylan-Hydroxychloquine a été utilisé

simultanément avec le citrate de tamoxifène. Il n’est pas

recommandé d’utiliser Mylan-Hydroxychloquine en

concomitance avec des médicaments connus pour induire

une toxicité rétinienne, comme le tamoxifène (voir

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS,

Ophtalmologique).

Vaccins : Vaccin diploïde

d’origine humaine contre la rage

Mylan-Hydroxychloquine peut également être soumis à

plusieurs des interactions connues de la chloroquine bien

qu’aucun rapport spécifique n’en ait fait mention, y

compris la réduction de la réponse des anticorps à

l’immunisation primaire par un vaccin intradermique

diploïde d’origine humaine contre la rage.

RÉACTIONS INDÉSIRABLES

L’échelle de fréquence suivante, conçue par le Conseil des organisations internationales des

sciences médicales (CIOMS), est utilisée, le cas échéant : événement très fréquent (≥ 10 %);

fréquent (≥ 1 à < 10 %); peu fréquent (≥ 0,1 à < 1 %); rare (≥0,01 à ˂ 0,1 %) et très rare (˂ 0,01

%); fréquence inconnue (la fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Troubles du sang et du système lymphatique

Fréquence inconnue : Dépression de la moelle osseuse, anémie, anémie aplasique,

agranulocytose, leucopénie, thrombocytopénie (voir la section MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

Troubles cardiaques

Fréquence inconnue : Myocardiopathie pouvant entraîner une insuffisance cardiaque et dans

certains cas le décès du patient.

Il convient d’envisager une toxicité chronique en cas de trouble de la conduction (bloc de

branche / bloc auriculo-ventriculaire) ou d’hypertrophie biventriculaire. L’arrêt du médicament

peut se traduire par un rétablissement (voir les sections MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE).

L’hydroxychloroquine allonge l’intervalle QT. On a signalé des arythmies ventriculaires et des

torsades de pointes chez des patients traités par l’hydroxychloroquine (voir les sections MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES et SYMPTÔMES

ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE).

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Peu fréquent : Vertiges, acouphènes.

Fréquence inconnue : Perte de l’ouïe (parfois irréversible)

Troubles des yeux

Fréquent : Vision floue due à une perturbation de l’accommodation réversible et dépendant de la

dose reçue (voir la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Peu fréquent : Maculopathies qui peuvent être irréversibles.

Rétinopathie accompagnée de changement de pigmentation et d’altérations du champ visuel.

Dans sa forme initiale, la rétinopathie semble réversible après l’arrêt de l’administration du

médicament. Toutefois, si on la laisse se développer, il peut y avoir un risque d’évolution même

après l’arrêt du traitement.

Les altérations de la rétine peuvent être initialement asymptomatiques ou se traduire par une

vision scotomateuse avec atteinte paracentrale ou péricentrale annulaire, un scotome temporal,

une vision anormale des couleurs, une réduction de l’acuité visuelle, la cécité nocturne, de la

difficulté à lire ou une tendance à sauter des mots.

Altération de la cornée, en particulier œdèmes et opacités. Ces altérations peuvent être

asymptomatiques, mais peuvent aussi causer des perturbations comme des halos surtout la nuit,

une vision floue ou une photophobie. Elles peuvent être passagères ou sont réversibles à l’arrêt

du traitement (voir la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Fréquence inconnue : Dégénérescence maculaire (qui peut être irréversible).

Troubles gastro-intestinaux

Très fréquent : Douleur abdominale, nausées.

Fréquent : Diarrhée, vomissements.

En général, ces symptômes disparaissent immédiatement après la réduction de la dose ou l’arrêt

du traitement.

Troubles hépatobiliaires

Peu fréquent : Anomalie des tests d’exploration de la fonction hépatique.

Fréquence inconnue : Insuffisance hépatique fulminante (voir la section MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

Troubles du système immunitaire

Fréquence inconnue : Urticaire, œdème de Quincke, bronchospasme.

Troubles métaboliques et nutritionnels

Fréquent : Anorexie (en général, ce symptôme disparaît immédiatement après la réduction de la

dose ou l’arrêt du traitement).

Fréquence inconnue : Hypoglycémie (voir la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Mylan-Hydroxychloroquine peut exacerber la porphyrie (voir la section MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

Troubles des muscles squelettiques et du tissu conjonctif

Peu fréquent : Troubles moteurs sensoriels

Fréquence inconnue : Paralysie des muscles squelettique, myopathie squelettique ou

neuromyopathie aboutissant à une faiblesse progressive et à une atrophie des groupes

musculaires proximaux, dépression des réflexes tendineux, résultats anormaux aux tests de

conduction nerveuse. La myopathie peut être réversible après l’arrêt du médicament, mais le

rétablissement peut demander de nombreux mois (voir la section MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

Troubles du système nerveux

Fréquent : Maux de tête.

Peu fréquent : Étourdissements.

Fréquence inconnue : Convulsions.

Réactions extrapyramidales telles que: akathisie, dystonie,

dyskinésie, troubles de la marche, tremblements.

Troubles psychiatriques

Fréquent : Labilité de l’affect.

Peu fréquent : Nervosité.

Fréquence inconnue : Psychose, comportements suicidaires.

Troubles cutanés et sous-cutanés

Fréquent : Éruptions cutanées, prurit.

Peu fréquent : Changements de pigmentation de la peau et des muqueuses, décoloration des

cheveux, alopécie. En général, ces changements disparaissent rapidement après l’arrêt du

traitement.

Fréquence inconnue : Éruption bulleuse (éruption urticarienne, morbilliforme, lichéniforme,

maculopapuleuse, purpurique, érythème annulaire centrifuge), nécrolyse épidermique toxique,

érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome DRESS (éruption d’origine

médicamenteuse s’accompagnant d’une éosinophilie et de symptômes généraux),

photosensibilité, dermatite exfoliatrice, pustulose exanthémateuse aiguë généralisée (PEAG).

La PEAG doit être distinguée du psoriasis, bien que Mylan-Hydroxychloroquine puisse

également déclencher des crises de psoriasis. Cette affection peut s’accompagner de fièvre et

d’hyperleucocytose. L’issue est habituellement favorable après l’arrêt du médicament.

SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE

Le surdosage par les amino-4 quinoléines est dangereux, en particulier chez les nourrisson car

des doses aussi faibles que 1 ou 2 g se sont révélées fatales.

Symptômes : Les amino-4 quinoléines sont très rapidement et complètement absorbées après

l'ingestion et les symptômes de toxicité en cas de surdosage accidentel peuvent apparaître dans

les 30 minutes. Ces symptômes sont les suivants : maux de tête, somnolence, troubles visuels,

collapsus cardiovasculaire, hypokaliémie et convulsions, troubles du rythme et de la conduction,

y compris allongement de l’intervalle QT, torsades de pointes, tachycardie et fibrillation

ventriculaire, suivis d’un arrêt respiratoire et cardiaque soudain et potentiellement fatal. Une

attention immédiate est requise, car ces effets peuvent se manifester peu après un surdosage.

L’ECG peut révéler une paralysie auriculaire, un rythme nodal, un temps de conduction

intraventriculaire prolongé et une bradycardie progressive aboutissant à une fibrillation ou à un

arrêt ventriculaire.

Traitement : Le traitement est symptomatique et doit être rapide, avec évacuation immédiate du

contenu de l’estomac par vomissements (à domicile, avant le transport à l’hôpital) ou par lavage

gastrique, jusqu’à ce que l’estomac soit complètement vide. L’introduction de charbon activé en

poudre par sonde gastrique après le lavage et dans les 30 minutes suivant l’ingestion des

comprimés peut inhiber encore davantage l’absorption intestinale du médicament. Pour être

efficace, la dose de charbon activé devrait être au moins 5 fois la dose d’hydroxychloroquine

ingérée. Maîtriser les convulsions avant de tenter un lavage gastrique. Si les convulsions sont

dues à une stimulation cérébrale, essayer d’administrer avec prudence un barbiturique à durée

d’action très brève; si elles sont dues à une anoxie, il faut les corriger par l’administration

d’oxygène, par la respiration artificielle ou encore, en cas d’état de choc avec hypotension, par

un traitement vasopresseur. Étant donné l’importance du soutien respiratoire, on a recommandé

aussi l’intubation trachéale et la trachéostomie, suivies d’un lavage gastrique. On a aussi eu

recours à l’exsanguino-transfusion pour réduire la concentration d’amino-4 quinoléine dans le

sang.

On devrait envisager d’administrer du diazépam par voie parentérale, car des études ont signalé

son effet bénéfique pour inverser la cardiotoxicité de la chloroquine.

Il convient de continuer de surveiller étroitement pendant au moins 6 heures un patient qui a

survécu à la phase aiguë et qui est asymptomatique. Il peut falloir l’obliger à absorber des

liquides et lui administrer une quantité suffisante de chlorure d’ammonium pendant quelques

jours pour acidifier l’urine et favoriser l’excrétion urinaire.

En cas de symptômes de toxicité graves dus à un surdosage ou à une sensibilité, on suggère

d’administrer du chlorure d’ammonium (8 g par jour en doses fractionnées pour les adultes)

pendant 3 ou 4 jours par semaine pendant plusieurs mois après l’arrêt du traitement, car

l’acidification de l’urine augmente l’excrétion rénale des amino-4 quinoléines de 20 % à 90 %.

Toutefois, il faut faire preuve de prudence dans le cas des patients présentant une insuffisance de

la fonction rénale ou une acidose métabolique.

Pour traiter une surdose présumée, communiquez immédiatement avec le centre

antipoison de votre région.

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

L’utilisation du poids corporel absolu pour déterminer la posologie pourrait entraîner un

surdosage; la dose quotidienne ne doit pas dépasser 6,5 mg (sous forme d’un sel)/kg de poids

corporel idéal (maigre). Les doses supérieures à la dose quotidienne recommandée augmentent

fortement le risque de toxicité rétinienne.

Les doses indiquées ci-dessous sont exprimées en termes de sulfate d'hydroxychloroquine. Un

comprimé de 200 mg équivaut à 155 mg base. Chaque dose doit être prise avec un repas ou un

verre de lait.

Polyarthrite rhumatoïde : Le composé a une action cumulative et il lui faut plusieurs semaines

pour exercer ses effets thérapeutiques bénéfiques, alors que des effets indésirables mineurs

peuvent se produire assez tôt. Il peut falloir plusieurs mois de traitement avant d’obtenir les

effets maximaux. S’il ne se produit pas d’amélioration objective (par exemple, une diminution de

l’enflure des articulations, une mobilité accrue) dans les 6 mois, il convient de cesser

l’administration du médicament. L’innocuité du médicament en cas de polyarthrite rhumatoïde

juvénile n’a pas été établie.

Posologie initiale - Chez les adultes, de 400 à 600 mg par jour. Chez un petit nombre de patients,

les effets indésirables peuvent nécessiter une réduction temporaire de la dose initiale. En général,

après 5 à 10 jours, la dose peut être graduellement augmentée jusqu’au niveau de réponse

optimal, souvent sans retour des effets indésirables.

Posologie d’entretien – Lorsqu’on obtient une bonne réponse (habituellement en 4 à 12

semaines), la posologie est réduite de 50 % et maintenue au niveau d’entretien acceptable de

200 à 400 mg par jour. On a signalé que l’incidence de rétinopathie était plus élevée si on

dépassait la dose d’entretien.

En cas de rechute après le retrait du médicament, on peut reprendre le traitement ou le poursuivre

par intermittence, en l’absence de contre-indication oculaire.

Traitement d’association : MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE (sulfate

d’hydroxychloroquine) peut être utilisé de façon sécuritaire et efficace en association avec des

corticostéroïdes, des salicylates, des AINS et du méthotrexate et d’autres agents thérapeutiques

de deuxième intention. En général, on peut réduire graduellement la dose des corticostéroïdes et

des salicylates ou les éliminer complètement après plusieurs semaines d’utilisation. Pour

diminuer graduellement la dose des stéroïdes, on la réduit tous les 4 ou 5 jours de la manière

suivante : réduction de 5 à 15 mg au maximum pour la cortisone; de 5 à 10 mg pour

l’hydrocortisone; de 1 à 2,5 mg pour la prednisolone et la prednisone; de 1 à 2 mg pour la

méthylprednisolone et la triamcinolone; de 0,25 à 0,5 mg pour la dexaméthasone. D’autres

schémas de traitement utilisant d’autres agents que les stéroïdes et les AINS sont à l’étude.

Aucune combinaison de dose définitive n’a été établie.

Lupus érythémateux :

Initialement, la dose adulte moyenne est de 400 mg, 1 ou 2 fois par jour. Cette dose peut être

maintenue pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, selon la réponse du patient. Pour le

traitement d’entretien prolongé, une dose plus faible, de 200 à 400 mg par jour, suffit. On a

signalé que l’incidence de rétinopathie était plus élevée si on dépassait cette dose d’entretien.

Paludisme :

Suppression – Chez les adultes, 400 mg le même jour, exactement, de chaque semaine. Chez les

enfants (6 ans et plus), la dose hebdomadaire de suppression est de 5 mg base/kg, mais ne devrait

pas dépasser la dose adulte, quel que soit le poids corporel.

Un traitement de suppression devrait commencer 2 semaines avant l’exposition. S’il n’est pas

administré avant l’exposition, administrer une dose d’attaque initiale de 800 mg aux adultes ou

de 10 mg base/kg aux enfants, en 2 doses fractionnées à 6 heures d’intervalle. Le traitement de

suppression doit être poursuivi pendant 8 semaines après avoir quitté la zone d’endémie.

Traitement des crises aiguës – Chez les adultes, une dose d’attaque initiale de 800 mg, suivie

de 400 mg 6 à 8 heures plus tard. Ensuite, dose de 400 mg chacun des 2 jours suivants, pour un

total de 2 g de sulfate d’hydroxychloroquine ou de 1,55 g base. Ou encore, l’administration

d’une dose unique de 800 mg s’est également montrée efficace. La posologie pour les adultes

peut être calculée également en fonction du poids corporel.

Pour les enfants (6 ans et plus) – On calcule la posologie de préférence en fonction du poids

corporel. Une dose totale de 25 mg base/kg est administrée au cours de 3 jours, de la manière

suivante :

Première dose : 10 mg base/kg (ne pas dépasser 620 mg base)

Deuxième dose : 5 mg base/kg, 6 heures après la première dose (ne pas dépasser 310 mg

base)

Troisième dose : 5 mg base/kg, 18 heures après la deuxième dose

Quatrième dose : 5 mg base/kg, 24 heures après la troisième dose

Pour la guérison radicale du paludisme à vivax et à malariae – un traitement concomitant par un

amino-8 quinoléine est nécessaire.

STABILITÉ ET CONSERVATION

Conserver à la température ambiante (entre 15°C et 30 °C).

Garder dans un endroit sûr, hors de la portée des enfants.

PRÉSENTATION DES FORMES POSOLOGIQUES

Les comprimés pelliculés blancs en forme d'arachide, portant l’inscription « HQ 200 » d’un côté

et la lettre « G » de l’autre, marquées en creux, sont offerts en flacon de 100 comprimés.

Les ingrédients non médicinaux sont les suivants : amidon de maïs, hydrogénophosphate de

calcium dihydraté DC, glycolate d’amidon sodique (type A), stéarate de magnésium,

hydroxypropylméthylcellulose, dioxyde de titane, polyéthylèneglycol 400 et polyéthylèneglycol

8000.

TOXICOLOGIE

Comme on ne dispose que de données précliniques limitées sur l’hydroxychloroquine, on

rapporte ici les données obtenues avec la chloroquine, vu la similarité de ces deux produits en

matière de structure et de propriétés pharmacologiques.

Génotoxicité

Il existe des données limitées sur la génotoxicité de l’hydroxychloroquine.

Selon les publications, la chloroquine est un agent génotoxique faible qui peut provoquer à la

fois des mutations géniques et des bris au niveau des chromosomes/de l’ADN. Les mécanismes

en cause pourraient comprendre l’intercalation de l’ADN ou le stress oxydatif. On a obtenu des

résultats tant positifs que négatifs dans le cadre de tests de mutation génique inverse in vitro

recourant à des bactéries (test d’Ames) et d’études in vivo réalisées à l’aide de rongeurs (échange

de chromatides-soeurs dans des cellules de moelle osseuse chez la souris, anomalie

chromosomique dans les cellules de moelle osseuse chez le rat et bris de brin d’ADN chez le rat

dans plusieurs organes lorsque les animaux étaient exposés par voie intrapéritonéale).

Carcinogénicité

Il n’existe pas de données sur la carcinogénicité de l’hydroxychloroquine chez l’animal, et celles

dont on dispose sur la chloroquine sont insuffisantes. Il n’est donc pas possible de procéder à la

classification de ces agents sur le plan de la carcinogénicité chez l’être humain.

Toxicité liée à la reproduction et au développement

Il existe des données limitées sur la tératogénicité de l’hydroxychloroquine.

L’administration de doses suprathérapeutiques de chloroquine ont donné lieu à un taux de

mortalité foetale de 25% et à des malformations oculaires chez 45 % des foetus. Des études

d’autoradiographie ont montré que lorsqu’elle est administrée au début ou à la fin de la période

de gestation, la chloroquine s’accumule dans les yeux et les oreilles.

Il n’existe aucune donnée sur les effets de l’hydroxychloroquine sur la fécondité.

Une étude menée sur des rats mâles après un traitement oral de 30 jours par une dose de 5

mg/jour de chloroquine a révélé une réduction du taux de fécondité et du taux de testostérone,

une diminution du poids des testicules, de l’épididyme, des vésicules séminales et de la prostate,

ainsi que la production de spermatozoïdes anormaux.

Pr

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

(Sulfate d’hydroxychloroquine)

Comprimés dosés à 200 mg

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

Avant de commencer à prendre MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE, veuillez lire attentivement

tous les renseignements contenus dans ce dépliant. Veuillez le conserver avec vos autres

documents relatifs à votre santé afin de le consulter au besoin.

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER À PRENDRE

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

Ne prenez pas MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE si vous êtes allergique au sulfate

d’hydroxychloroquine, à tout médicament semblable, comme la chloroquine.

Si vous prenez de la digoxine (un médicament servant à traiter les maladies cardiaques)

ou un médicament contre le diabète, il se peut que leur dose doive être diminuée.

Des cas d’affaiblissement du muscle cardiaque, entraînant une insuffisance cardiaque et à

l’occasion le décès du patient, ont été signalés chez des patients traités par MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE. Discutez avec votre médecin si vous présentez des

symptômes tels de l’essoufflement, une enflure des jambes, des battements du coeur

irréguliers et des étourdissements.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE traverse la barrière placentaire (le placenta est

l'organe qui permet à l'oxygène et aux nutriments de passer de la mère à l’enfant), si vous

êtes enceinte ou prévoyez le devenir, vous devez en parler à votre médecin.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE passe dans le lait maternel. Si vous allaitez, vous

devez en parler à votre médecin.

Ne prenez pas MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE si vous avez une rétinopathie

(problème de l’œil affectant la rétine). MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE peut

causer des lésions irréversibles à la rétine (la partie arrière de l'œil, où se forment les

images). Vous devez subir un examen de la vue avant de commencer à prendre MYLAN-

Gardez ce médicament hors de la portée des nourrissons et des jeunes enfants. Si vous

croyez qu'un nourrisson ou un jeune enfant a avalé ne serait-ce qu’un seul comprimé,

emmenez-le immédiatement aux urgences de l'hôpital le plus près ou téléphonez au 911.

HYDROXYCHLOROQUINE, puis aussi souvent que nécessaire au cours du traitement.

Vous devez communiquer immédiatement avec votre médecin si vous ressentez un ou

l’autre des troubles visuels suivants : vision floue, apparition de halos, surtout la nuit,

d’éclairs ou de stries lumineux, cécité nocturne, réduction du champ visuel, modification

de la couleur des yeux (pigmentation de l’oeil), difficulté à focaliser ou à lire (sauter des

mots).

Prévenez votre médecin si l’on vous a prescrit à la fois MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE et le tamoxifène (médicament utilisé dans le traitement du

cancer du sein). MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE et le tamoxifène peuvent induire

individuellement des lésions rétiniennes (lésions à la partie arrière de l’œil), et

l’utilisation simultanée de ces deux médicaments peut augmenter votre risque d’avoir une

lésion rétinienne.

Si votre vision devient floue pendant le traitement à MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE, ne conduisez ni ne prenez part à des activités nécessitant

de la vigilance.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE peut provoquer l’hypoglycémie (faible taux de

sucre dans le sang); cette condition peut parfois mettre gravement en danger la vie du

patient, accompagnée d’une perte de conscience ou nécessitant son hospitalisation.

Veuillez consulter votre médecin si vous éprouvez des symptômes comme la

transpiration, des tremblements, la faiblesse, des étourdissements et des battements

cardiaques rapides.

Dites à votre médecin si vous avez :

Une maladie du foie ou du rein

Une maladie du sang, y compris une maladie rare appelée porphyrie

Une maladie du système nerveux

Une maladie de la peau appelée psoriasis

Une maladie génétique connue sous le nom de « déficience en glucose-6-phosphate

déshydrogénase.

Allergie à la chloroquine

Consultez votre médecin si vous subissez une perte de conscience soudaine lors de votre

traitement par MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE. On sait que ce médicament

provoque un allongement de l’intervalle QT (anomalie du rythme cardiaque pouvant

entraîner des battements de coeur rapides et irréguliers).

Ce médicament ne doit être pris que par la personne à laquelle il a été prescrit.

Lorsque vous êtes à l’extérieur, protégez votre peau du soleil en portant des vêtements

appropriés et en utilisant une crème solaire dont le facteur de protection solaire (FPS) est

d’au moins 30.

AU SUJET DE MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est un comprimé pelliculé, blanc et convexe en forme

d'arachide, portant l’inscription « HQ 200 » d’un côté et « G » de l’autre.

Chaque comprimé contient 200 mg de sulfate d’hydroxychloroquine (l'ingrédient « actif » ou

« médicinal » qui traite la maladie ou l'affection).

Les ingrédients non médicinaux sont les suivants : amidon de maïs, hydrogénophosphate de

calcium dihydraté DC, glycolate d’amidon sodique (type A), stéarate de magnésium,

hydroxypropylméthylcellulose, dioxyde de titane, polyéthylèneglycol 400 et polyéthylèneglycol

8000.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est fabriqué par Mylan Pharmaceuticals ULC (numéro

sans frais : 1-800-575-1379).

POURQUOI PRESCRIT-ON MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE ET QUELS SONT

LES EFFETS ATTENDUS?

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est un médicament vendu uniquement sur ordonnance

du médecin.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est utilisé pour :

le traitement de la polyarthrite rhumatoïde : inflammation des articulations,

caractérisée par la raideur, le gonflement et la douleur;

le traitement du lupus érythémateux disséminé (LED) : une maladie où le système

immunitaire de l’organisme s’attaque par erreur aux tissus sains; elle peut causer des

effets néfastes pour la peau, les articulations, les reins, le cerveau et d’autres organes.

le traitement du lupus érythémateux discoïde : similaire au lupus érythémateux

disséminé, il n’affecte cependant que la peau avec des symptômes comme une éruption

rouge ou des plaques squameuses.

la prévention et le traitement des crises aiguës de certaines formes de paludisme

(malaria) : maladie infectieuse causée par la présence de parasites dans les globules

rouges du sang, accompagnée de symptômes comme une forte fièvre, des tremblements,

des frissons et une transpiration extrême.

On ignore son mode d’action pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux

disséminé ou discoïde. L’amélioration optimale que le traitement à MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE peut apporter peut prendre jusqu'à 6 mois.

COMMENT UTILISER MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE EN TOUTE SÉCURITÉ

Il faut prendre MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE avec un verre d'eau sur un estomac plein

ou avec un verre de lait pour diminuer le risque de dérangement de l’estomac.

Si vous oubliez de prendre une dose, prenez-la dès que vous vous rendez compte de votre oubli.

Mais s’il reste moins de 12 heures avant la dose suivante, ne prenez pas la dose oubliée et prenez

uniquement la dose prévue normalement. Vous ne devez jamais prendre 2 doses en même

temps.

Prenez MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE exactement de la manière prescrite par votre

médecin. N’utilisez pas PLAQUENIL après la date de péremption.

S’il se produit un changement de santé grave pendant que vous prenez MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE, consultez votre médecin.

Si MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE contrôle complètement votre maladie, discutez avec

votre médecin de la possibilité de diminuer la dose quotidienne. Vous ne devez jamais réduire

vous-même la dose sans en parler d’abord à votre médecin.

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI CONCERNE LES EFFETS INDÉSIRABLES

Le MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE peut provoquer des effets secondaires, dont la

plupart sont mineurs à modérés. Toutefois, certains d’entre eux peuvent s’avérer graves et

nécessiter un traitement. Avant de commencer un traitement pharmacologique, ni votre médecin,

ni vous ne pouvez savoir s’il y aura des effets secondaires. Chaque personne prenant un

médicament ressent des effets différents, selon sa constitution génétique, son état de santé passé

et présent et son style de vie. Parlez à votre médecin ou pharmacien au sujet de tout effet

secondaire pendant que vous prenez MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE.

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Communiques avec votre professionnel de la

santé

Si l’effet est sévère Dans tous les cas

seulement

Cessez de prendre le

médicament et

obtenir une aide

médicale immédiate

TRÈS FRÉQUENT

Nausées, douleurs à

l’estomac, crampes

d’estomac

FRÉQUENT

Diarrhée, perte ou

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Communiques avec votre professionnel de la

santé

Si l’effet est sévère Dans tous les cas

seulement

Cessez de prendre le

médicament et

obtenir une aide

médicale immédiate

manque d’appétit

(anorexie)

Vomissements

Trouble visuel : vision

floue, difficulté à

focaliser, apparition

de halos, surtout la

nuit, d’éclairs et de

stries lumineux, cécité

nocturne, perte du

champ visuel,

modification de la

couleur des yeux

(pigmentation de

l’œil), difficulté à lire

(sauter des mots).

Maux de tête

Éruption cutanée,

éruption prurigineuse

Nervosité, instabilité

émotionnelle

PEU FRÉQUENT

Étourdissements

Chute des cheveux,

décoloration des

cheveux, perte ou

accroissement de la

pigmentation cutanée

(pigment bleu-noir)

Tintement d’oreilles,

baisse de l’audition

Troubles nerveux et

musculaires (p. ex.

picotements,

engourdissements,

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Communiques avec votre professionnel de la

santé

Si l’effet est sévère Dans tous les cas

seulement

Cessez de prendre le

médicament et

obtenir une aide

médicale immédiate

sensation de brûlure,

faiblesse, crampes et

spasmes)

FRÉQUENCE

INCONNUE

Problème cutané

grave

Problèmes

respiratoires graves

(bronchospasme,

oedème de Quincke)

Sensibilité croissante

à la lumière du soleil.

L’éruption cutanée

due aux rayons du

soleil peut être réduite

par l’emploi approprié

de crème solaire.

Faiblesse musculaire

Atteinte visuelle

permanente

Problèmes cardiaques

(p. ex. essoufflement

à l’effort ou même au

repos, enflure des

jambes, des chevilles

et des pieds,

battements irréguliers

du coeur perçus

comme rapides ou très

forts, douleur

thoracique,

évanouissement

soudain)

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Communiques avec votre professionnel de la

santé

Si l’effet est sévère Dans tous les cas

seulement

Cessez de prendre le

médicament et

obtenir une aide

médicale immédiate

Troubles hépatiques

présentant des

symptômes comme :

fatigue inhabituelle,

nausée, vomissement,

douleur abdominale

ou jaunisse

(décoloration jaunâtre

des yeux ou de la

peau)

Baisse du nombre des

cellules sanguines (p.

ex. fatigue, faiblesse,

augmentation de la

susceptibilité aux

infections ou aux

saignements)

Convulsions

Psychose (p. ex.

hallucinations, perte

de contact avec la

réalité)

Pensées suicidaires

Hypoglycémie (faible

taux de sucre dans le

sang) (p. ex.

transpiration,

tremblements,

faiblesse,

étourdissements,

battements cardiaques

rapides, nausées,

irritabilité, vision

floue, confusion, perte

de conscience)

Effets secondaires graves et mesures à prendre

Symptôme / effet

Communiques avec votre professionnel de la

santé

Si l’effet est sévère Dans tous les cas

seulement

Cessez de prendre le

médicament et

obtenir une aide

médicale immédiate

Contractions

musculaires

involontaires de

longue durée;

deterioration de

mouvements

volontaires,

tremblement.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnées d’être associé avec l’utilisation d’un

produit de santé par:

Visitant le site Web des déclarations des effets indésirables (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-canada.html) pour vous informer sur

comment faire une déclaration en ligne, par courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous avez besoin de renseignements sur

le traitement des effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne donne pas de conseils

médicaux.

QUE FAIRE EN CAS DE SURDOSAGE

Le surdosage de MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est dangereux; les symptômes peuvent

survenir dans les 30 minutes suivant l’ingestion.

Le surdosage de MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE est particulièrement dangereux chez les

nourrissons, même 1 à 2 grammes ont pu avoir un effet fatal.

En case de surdosage, communiquez immédiatement avec un professionnel de la santé, l’urgence

d’un centre hospitalier ou le centre antipoison de votre région, même en l'absence de symptômes.

Les symptômes du surdosage comprennent : maux de tête, somnolence, vision floue ou vision

double, battements de coeur rapides, évanouissement dû à une chute soudaine du débit sanguin et

la fonction de pompe du coeur, faiblesse musculaire, convulsions et graves difficultés

respiratoires.

On doit immédiatement emmener la victime d'un surdosage aux urgences de l'hôpital le plus

proche.

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE ET AUTRES MÉDICAMENTS

Si vous prenez ou avez l’intention de prendre tout autre médicament, y compris ceux que vous

pouvez obtenir sans ordonnance, les vitamines et les produits de santé naturels, il faut en parler à

votre médecin. Certains médicaments qui peuvent interagir avec MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE sont :

Digoxine. Si vous prenez MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE et de la digoxine,

votre médecin peut décider de verifier concentration de digoxine dans le sang.

Médicaments pour le traitement du diabète. Si vous prenez MYLAN-

HYDROXYCHLOROQUINE et que vous utilisez un médicament pour équilibrer le

diabète [concentration élevée de glucose dans le sang], il y a un risque de glycémie

inhabituellement basse, se traduisant par une sensation douloureuse de faim, un pouls

rapide, des étourdissements et, rarement, une perte de conscience. Votre médecin

pourrait décider de réduire les doses de médicament pour équilibrer le diabète.

Antiépileptiques

Certains antibiotiques utilisés pour combattre les infections (antibiotiques

aminoglycosides) comme gentamycine, néomycine, tobramycine.

Néostigmine et pyridostigmine (médicaments utilisés pour le traitement des troubles

musculaires).

Cimétidine (médicaments utilisés pour le traitement des brûlements d’estomac).

Cyclosporine (un immunosuppresseur)

Antiacides. Vous devriez laisser un intervalle d’au moins quatre heures avant la prise de

ces médicaments et le MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE.

Vaccin contre la rage.

Médicaments susceptibles d’affecter le foie, les reins, la peau ou les yeux.

Médicaments pouvant causer des battements de cœur irréguliers (p. ex. amiodarone,

moxifloxacine) ou augmenter le risque de convulsions (p. ex. antipaludéens, méfloquine).

Agalsidase (un médicament utilisé pour le traitement d’une maladie génétique rare, la

maladie de Fabry)

MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE a été utilisé de manière sécuritaire en association avec

des salicylates (aspirine), des anti-inflammatoires non stéroïdiens, du méthotrexate et des

corticostéroïdes.

COMMENT CONSERVER MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

Gardez le médicament hors de la portée et de la vue des enfants.

Conservez à la température ambiante (entre 15

C et 30

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR MYLAN-HYDROXYCHLOROQUINE

On peut se procurer ce document à www.mylan.ca.

On peut obtenir la monographie de produit, rédigée pour les professionnels de la santé, en

communiquant avec le promoteur, Mylan Pharmaceuticals ULC au : 1-844-596-9526

Ce dépliant a été préparé par Mylan Pharmaceuticals ULC, Etobicoke, Ontario, M8Z 2S6.

Date de révision: Le 13 avril 2018

Mylan Pharmaceuticals ULC

Etobicoke, ON M8Z 2S6

1-844-596-9526

www.mylan.ca.

PHARMACOLOGIE

Mode d’action

Polyarthrite rhumatoïde et lupus érythémateux

L’hydroxychloroquine s’est révélée bénéfique pour un grand pourcentage de patients souffrant

de polyarthrite rhumatoïde et de lupus érythémateux systémique, surtout le lupus érythémateux

chronique. Les 4-aminoquinoléines comme l’hydroxychloroquine peuvent affecter la physiologie

cellulaire par leurs effets anti-inflammatoires. Le mécanisme d’action est également incertain,

mais pourrait être le fruit d’une médiation par soit 1) l’inhibition de la migration des neutrophiles

et des éosinophiles, agissant ainsi comme antagonistes de l’histamine et de la sérotonine, ou

inhibant la synthèse de la prostaglandine; ou 2) l’interférence avec le pH intracytoplasmique

désorganisant ainsi l’assemblage moléculaire des peptides antigéniques, ce qui résultera en

diminution de la stimulation / action de frénation des cellules-T CD4+ auto-immunes et des

réponses auto-immunes.

Anti-paludisme

Le mode d’action de l’hydroxychloroquine, un dérivé de la 4-aminoquinoléine, est semblable à

celui de la molécule mère, la chloroquine. Utilisée, à l’origine, comme antipaludéen, le

mécanisme d’action précis de l’hydroxychloroquine n’a pas encore été complètement élucidé.

Tout comme la chloroquine, l’hydroxychloroquine concentre son activité dans les vacuoles

digestives des plasmodiums (parasites paludéens) qui résident parmi les érythrocytes. La

croyance veut que les effets antipaludéens soient atteints par l’inhibition enzymatique

(dérangement du métabolisme phospholipidique et augmentation du pH) et/ou par l’interaction

avec l’ADN du parasite paludéen.

On a signalé une résistance aux dérivés de la 4-aminoquinoléine, selon une fréquence

grandissante pour le P. falciparum. Les P. falciparum qui sont réfractaires à la chloroquine sont

également réfractaires à l’hydroxychloroquine. L’incidence de la résistance du paludisme P.

falciparum aux dérivés de la 4-aminoquinoléine varie selon l’emplacement géographique and a

plus fréquemment été signalée dans certaines régions de la Chine et de l’Asie du Sud, de

l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud, de l’Afrique de l’Est et de l’Océanie

Pharmacocinétique

En tant que faible base, l’absorption de l’hydroxychloroquine est entière, mais le médicament est

rapidement réabsorbé à partir de l’intestin grêle (l’appareil gastro-intestinal). L’étendue de

l’absorption peut varier d’un sujet à l’autre, mais elle n’est pas affectée par les aliments.

L’’hydroxychloroquine peut donc être administrée avec ou sans aliments. Il n’existe aucune

donnée sur la saturabilité des processus d’absorption de l’hydroxychloroquine.

L’hydroxychloroquine se lie aux protéines dans une proportion d’environ 40-45 % (albumine et

α1 -glycoprotéine) et sa biodisponibilité se situe aux alentours de 74 % (marge de 70-80 %).

Suite à l’administration d’une dose unique par voie orale de 200 mg (1 comprimé) de sulfate

d’hydroxychloroquine à des sujets sains, une concentration sanguine maximale (C

) moyenne

de 244 ng/mL (marge : 188-427 ng/mL) a été atteinte dans les 2 à 4,5 heures (T

) après la dose.

Les concentrations plasmatiques du médicament se sont avérées être de 7 à 8 fois moins élevées

et plus variables que les concentrations sanguines.

Le médicament est largement distribué à travers les tissus corporels et présente un grand volume

de distribution (Vd) apparent (5 500 ± 2 200 L et 44 000 ± 21 000 L calculés à partir de données

sur le sang et le plasma, respectivement). Des concentrations du médicament observées dans le

cerveau (encéphale), les reins, le foie, la rate, les poumons, et les érythrocytes étaient plus

élevées que dans le plasma. Tant la chloroquine que l’hydroxychloroquine ont une très grande

affinité pour la mélanine; or, les concentrations les plus élevées ont été observées dans

l’épiderme, la rétine, la choroïde et le corps ciliaire de l’œil. De petites quantités

d’hydroxychloroquine (environ 3,2 mcg du médicament en 48 heures) ont été détectées dans le

lait maternel d’une femme recevant une dose de 800 mg.

L’hydroxychloroquine est partiellement métabolisée dans le foie. Le métabolisme de premier

passage du médicament n’est pas significatif (6 %). Le métabolisme du médicament procède par

la formation d’une série de produits de dégradation qui sont de l’ordre de 1) l’amine secondaire,

déséthylhydroxychloroquine ou déséthylchloroquine; 2) l’amine primaire, bisdéséhyl-

chloroquine; 3) le dérivé 4-aldéhyde, une portion mineure réduite davantage en alcool; et 4) le

dérivé 4-carboxy. Le principal métabolite est le déséthylhydroxychloroquine, qui peut également

avoir des effets antipaludéens. On a découvert de l’hydroxychloroquine conjuguée avec du

glucuronide excrétés dans la bile.

À partir de données hématologiques, la demi-vie terminale (t

) de l’hydroxychloroquine a été

estimée à 50 ± 16 jours (environ 32 jours dans le plasma) à la suite de l’administration, par voie

orale, de 200 mg de sulfate d’hydroxychloroquine à des volontaires en bonne santé.

L’élimination du corps de l’hydroxychloroquine semble être graduelle et répartie en deux phases.

On estime la proportion de la dose absorbée soumise au métabolisme hépatique à environ 30 –

60 %. On a rapporté une clairance rénale lente du médicament qui ne compte que pour 15 à 25 %

de la clairance totale; le médicament peut être détecté pendant plusieurs mois après la fin du

traitement. À la suite d’une dose unique de 200 mg de sulfate d’hydroxychloroquine, les

excrétions urinaires cumulatives du médicament inchangé et de ses métabolites, sur une période

de 86 jours, étaient d’environ 16 % et 1,3 %, respectivement, de la dose administrée. Le

médicament non absorbé (jusqu’à 15-24 %) est excrété dans les fèces. Des quantités inconnues

sont déposées dans les cellules dermiques et détachées par la peau qui mue. Il a été suggéré que

l’élimination de la quantité restante de la dose administrée passe par le métabolisme hépatique,

suivi d’une excrétion biliaire et la mue de certains tissue comme la peau. Toutefois, certains

rapports indiquent qu’entre 21 et 47 % du médicament ingéré est excrété inchangé.

ÉTUDES PORTANT SUR L’EFFICACITÉ CLINIQUE ET L’INNOCUITÉ

Biodisponibilité comparative

Une seule dose, randomisée, en double traitement parallèle conception étude de bioéquivalence

de Mylan-hydroxychloroquine (200 mg) (Mylan Pharmaceuticals ULC) et Plaquenil ®

(hydroxychloroquine sulfate) 200 mg (Sanofi-Winthrop) a été réalisée chez des sujets sains (n =

111) à jeun et nourri.

Un résumé des résultats est présenté dans le tableau suivant.

TABLEAU 1

RÉSUMÉ DES DONNÉES DE BIODISPONIBILITÉ COMPARATIVE

Sulfate d’hydroxychloroquine

(1 x 200 mg)

De données mesurées

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

étude à jeun

Paramètre

Test

*

Référence

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de

confiance

#

0-72

(ng.h/mL)

3941

4152 (32,5)

3858

4066 (34,7)

92,1 - 113,3

(ng.h/mL)

5247

5543 (33,8)

5096

5356 (33,5)

92,8 - 114,2

(ng/mL)

194 (33,7)

187 (38,9)

93,3 - 116,9

(h)**

3,40 (41,8)

3,20 (47,3)

s.o.

s.o.

(h)**

40,6 (21.0)

39,5 (18,4)

s.o.

s.o.

*

Mylan-Hydroxychloroquine en comprimé dosé à 200 mg

Plaquenil

en comprimé dosé à 200 mg Sanofi-Synthelabo Canada Inc (anciennement Sanofi-Winthrop)

(Markham, Ontario), acheté au Canada.

** Exprimé sous forme de moyenne arithmétique (CV %).

TABLEAU 2

RÉSUMÉ DES DONNÉES COMPARATIVES SUR LA BIODISPONIBILITÉ

Sulfate d’hydroxychloroquine

(1 x 200 mg)

De données mesurées

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

Fed étude

Paramètre

Test

*

Référence

Rapport des

moyennes

géométriques (%)

Intervalle de

confiance

#

0-72

(ng.h/mL)

3658

3871 (32,3)

3696

3907 (36,8)

88,9 - 110,2

(ng.h/mL)

4970

5238 (31,3)

4936

5218 (35,8)

90,6 - 111,9

(ng/mL)

167 (31,9)

178 (37,9)

85,1 - 106,1

(h)**

4,60 (40,4)

4,38 (35,1)

s.o.

s.o.

(h)**

40,9 (17,6)

39,2 (19,9)

s.o.

s.o.

*

Mylan-Hydroxychloroquine en comprimé dosé à 200 mg

Plaquenil

en comprimé dosé à 200 mg Sanofi-Synthelabo Canada Inc (anciennement Sanofi-Winthrop)

(Markham, Ontario), acheté au Canada.

** Exprimé sous forme de moyenne arithmétique (CV %).

Polyarthrite rhumatoïde et lupus érythémateux

L’efficacité globale de l’hydroxychloroquine en tant que solution antirhumatismale de rechang, à

toxicité réduite, a été signalée à plusieurs reprises.

Parmi les 108 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde traités par l’hydroxychloroquine

(200-400 mg/jour) pendant au moins 6 mois, un taux de réponse de 63 % a été signalé. Une étude

semblable rapporte un taux de réponse de 70 %, avec 12 % des patients qui affichaient une

rémission complète.

Lors d’essais comparant 300 patients répartis de façon aléatoire pour recevoir de

l’hydroxychloroquine à 292 patients recevant un placebo, un bienfait statistiquement significatif

a été observé avec l’hydroxychloroquine. L’efficacité globale semblait modérée, mais le faible

profil de toxicité de l’hydroxychloroquine devrait être pris en considération dans le traitement de

la polyarthrite rhumatoïde.

L’hydroxychloroquine (400 mg/jour) s’est également révélée être tout aussi efficace que l’or

intramusculaire (50 mg/semaine, ajusté selon la réponse) pour le traitement de la polyarthrite

rhumatoïde. De plus, l’hydroxychloroquine a démontré avoir un effet bénéfique sur le profil

lipidique des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, en augmentant significativement les

taux de lipoprotéines à densité élevée (HDL) par un médian de 15 %.

Dans une étude randomisée à double insu, l’acitrétine et l’hydroxychloroquine se sont révélées

être d’efficacité égale pour traiter le lupus érythémateux chez 58 patients. On a comparé

l’acitrétine, à raison de 50 mg/jour (n= 28), et l’hydroxychloroquine, à raison de 500 mg/jour

(n=30). On a observé une amélioration chez 46 % et 50 % des sujets recevant respectivement

l’acitrétine ou l’hydroxychloroquine. Toutefois, l’incidence d’effets secondaires était

significativement plus élevée chez les patients recevant l’acitrétine (4 sujets), dont certains ont

dû abandonner le traitement, comparativement à l’hydroxychloroquine (0 sujets).

Des volontaires humains ont bien toléré l’administration de huit comprimés (un comprimé = 155

à 160 mg) en une seule dose, sans autres effets secondaires que de légers dérangements gastro-

intestinaux qui ont duré entre deux et dix heures (taux de concentration maximale moyen =

635 mcg/L). La principale inquiétude liée à l’emploi de l’hydroxychloroquine est la possibilité

de toxicité rétinienne. Cette maculopathie ne se manifeste cependant que très rarement, avec une

incidence de <1 %. Il n’y a aucune preuve confirmant un lien entre la toxicité rétinienne

provoquée par l’hydroxychloroquine et la concentration maximale du médicament dans le sang.

Le risque potentiel de maculopathie semblerait, selon les rapports, être relié aux doses

cumulatives (>800 g), à la durée du traitement (>10 ans), et à l’âge (>65 ans). Une dose

quotidienne supérieure à 6,0-6,5 mg/kg, surtout chez des patients dont la fonction hépatique ou

rénale est altérée, est également associée à un risque plus élevé. Des 1 207 patients sondés quant

à l’utilisation de l’hydroxychloroquine, seulement 6 patients (0,12 %) présentaient une toxicité.

Les patients recevant < 6,5 mg/kg de médicament par jour ne présentaient aucune toxicité

rétinienne due à l’hydroxychloroquine.

Des quatre-vingt-dix-neuf patients traités par 400 mg/jour de sulfate d’hydroxychloroquine

pendant au moins un an (période médiane de 33 mois), seulement trois patients ont présenté de

légers effets rétinotoxiques, mais aucun des patients n’a subit d’atteinte permanente à son acuité

visuelle. Un suivi de ces patients effectué sur sept ans n’a révélé aucune augmentation quant à

l’incidence ou à la gravité de ces effets toxiques.

Tant la chloroquine que l’hydroxychloroquine ont une grande affinité pour la mélamine; ainsi les

plus grandes accumulations du médicament dans l’organisme sont observées au niveau de

l’épiderme et de la rétine, ce qui peut expliquer le risque de toxicité rétinienne.

Toutefois, on préfère l’hydroxychloroquine à la chloroquine en raison de son risque plus faible

de toxicité rétinienne. Il a été démontré que l’incidence de rétinopathie pendant le traitement par

l’hydroxychloroquine est beaucoup plus faible que pour la chloroquine en doses équipotentes.

Les manifestations de toxicité rétinienne avec l’hydroxychloroquine se sont révélées être presque

exclusivement reliées à la prise de doses plus élevées que les doses recommandées. L’incidence

de rétinopathie pendant le traitement par l’hydroxychloroquine semble être plus faible qu’avec la

chloroquine administrée en doses équipotentes, cependant, une efficacité moindre a également

été signalée. Chez l’homme, la dose létale de chloroquine a été estimée à 3-5 g chez les adultes et

à 0,75-1 g chez les jeunes enfants.

Anti-paludisme

Le mode d’action de ce composé contre les parasites paludéens ressemble à celui de la

chloroquine.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Voie d’administration

DL

50

aiguë en

mg/base/kg

Souris

Intraveineuse

Intrapéritonéale

Orale

45 ± 2

1 880 ± 133

Chien

Intramusculaire

>25

Lapin

Intraveineuse

12,4

Signes de toxicité : Apparition soudaine d’hypoventilation, défaillance cardiovasculaire

accompagnée de bradycardie, vasodilatation périphérique, arythmies et convulsions.

Toxicité chronique et subaiguë

Chez le rat, un essai de cinq jours portant sur la posologie orale a rapporté que les doses

supérieures à 250 mg/kg mais inférieures à 400 mg/kg étaient tolérées.

On a administré de l’hydroxychloroquine à des chiens 6 jours par semaine, pendant 13 semaines.

Les chiens ont très bien toléré des doses orales de 20 mg/ kg d’hydroxychloroquine. Une étude

semblable avec la chloroquine avait provoqué le décès de trois des quatre animaux dans les 19

jours suivant le début de l’étude.

Une étude de dix mois a démontré que le singe pouvait tolérer une dose quotidienne de plus de

60 mg/base/kg si administrée par voie orale.

En général, l’hydroxychloroquine semblait être moins toxique que la chloroquine dans les études

de toxicité menées sur des animaux, cependant, ceci était associé aux taux plus faibles de

médicament observés au niveau des tissus.

Études de toxicité particulières

Reproduction / Tératogénicité

L’hydroxychloroquine traverse la barrière placentaire chez les souris et démontre une affinité

pour les tissus contenant de la mélanine, tels que la rétine, l’iris et la choroïde de l’œil.

Carcinogénicité / Mutagénicité

Les rapports relatifs à l’action carcinogène ou mutagène de l’hydroxychloroquine n’ont pas été

bien documentés.

BIBLIOGRAPHIE

1. Fox RI. Mechanism of action of hydroxychloroquine as an antirheumatic drug.

Seminars in Arthritis and Rheumatism 1993 October; 23(2), Suppl 1:82-91.

McLachlan AJ, Tett SE, Cutler DJ, et al. Absorption and in vivo dissolution of

hydroxychloroquine in fed subjects assessed using deconvolution techniques. Br J Clin

Pharmacol 1993; 36:405-411.

Tett, S.E., Cutler DJ, Day RO, et al. Bioavailability of hydroxychloroquine tablets in

healthy volunteers. Br J Clin Pharmacol 1989; 27:771 -779.

McLachlan, A.J., S.E. Tett, D.J. Cutler, et al. Bioavailability of hydroxychloroquine

tablets in patients with rheumatoid arthritis. Br J Clin Pharmacol 1994; 33:235-239.

Tett, SE, Cutler DJ, Day RO, et al. A Dose-ranging study of the pharmacokinetics of

hydroxychloroquine following intravenous administration to healthy volunteers. Br J Clin

Pharmacol 1988; 26:303-313.

Furst DE. Pharmacokinetics of hydroxychloroquine and chloroquine during treatment of

rheumatic diseases. Lupus 1996; 5(Suppl 1 ):S11-S15.

Bell CL. Hydroxychloroquine sulfate in rheumatoid arthritis: long term response rates

and predictive parameters. Am J Med 1983; 75(Suppl 1A):46-50.

Suarez-Almazor ME, E. Belseck, B. Shea et al. Antimalarials for rheumatoid arthritis.

Cochrane Database Syst Rev 2001;(2):CD000959.

Munro R, Morrison E, McDonald AG et al. Effect of disease-modifying agents on the

lipid profiles of patients with rheumatoid arthritis. Ann Rheum Dis 1997; 56:374-377.

Ruzicka T, Sommerburgh C, Goerz G, et al. Treatment of cutaneous lupus erythematosus

with acitetrin and hydroxychloroquine. Br J Dermatol 1992; 127:513-518.

McChesney EW. Animal toxicity and pharmacokinetics of hydroxychloroquine sulfate.

Am J Med 1983 Jul 18;75(1A):11-8.

De Jong-Strakova Z, Blaauw AA, van der Linden SJ, et al. [A patient with Acute

Hydroxychloroquine poisoning; Recommendation for Treatment]. Ned Tijdschr

Geneeskd. 1990 Dec. 15; 134(50):2445-6.

Spalton DJ, Verdon Roe GM, Hughes GRV. Hydroxychloroquine, dosage parameters and

retinopathy. Lupus 1993; 2:355-358.

Levy GD, Munz SJ, Paschal J, et al. Incidence of hydroxychloroquine retinopathy in

1,207 patients in a large multicenter outpatient practice. Arthritis Rheum 1997 Aug;

40(8): 1482-1486.

Tobin DR, Krohel GB, Rynes RI. Hydroxychloroquine: seven year experience. Arch

Opthalmol 1982 Jan; 100:81-83.

Pavelka Jr K, Pavelka Sr. K, Pelísková Z, et al. Hydroxychloroquine sulphate in the

treatment of rheumatoid arthritis: a double blind comparison of two dose regimens. Ann

Rheum Dis 1989; 48:542-546.

Aylward JM. Hydroxychloroquine and chloroquine: assessing the risk of retinal toxicity.

J Am Optom Assoc 1993 Nov; 64(11 ):787-97.

Avina-Zubieta JA, Galindo-Rodriguez G, Newman S, et al. Long-term effectiveness of

antimalarial drugs in rheumatic disease. Ann Rheum Dis 1998 Oct; 57(10): 582-7.

Jessop S, Whitelaw D, Jordaan F. Drugs for discoid lupus erythematosus (Cochrane

Review). Cochrane Database Syst Rev 2001;(2):CD002954.

Committee to Advise on Tropical Medicine and Travel (CATMAT), Population and

Public Health Branch. Canadian recommendations for the prevention and treatment of

malaria among international travelers. Canadian Communicable Disease Report -

Supplement March 2000; Vol 26S2.

Monographie de produit APO-HYDROXYQUINE (Comprimés de sulfate

d’hydroxychloroquine USP), Apotex Inc., Weston, Ontario. Date de préparation : le 28

octobre 2002; # contrôle 065583.

Monographie de produit Plaquenil

PM Date de révision : le 29 janvier 2018, # contrôle

209939, fabriqué par Sanofi-Aventis Canada Inc.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information