MYLAN-CIPROFLOXACIN Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Ciprofloxacine (Chlorhydrate de ciprofloxacine)
Disponible depuis:
MYLAN PHARMACEUTICALS ULC
Code ATC:
J01MA02
DCI (Dénomination commune internationale):
CIPROFLOXACIN
Dosage:
750MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Ciprofloxacine (Chlorhydrate de ciprofloxacine) 750MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
100
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
QUINOLONES
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0123207002; AHFS: 08:12.18
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02245649
Date de l'autorisation:
2009-07-21

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

MYLAN-CIPROFLOXACIN

Comprimés de ciprofloxacine, USP

250 mg, à 500 mg et à 750 mg

(sous forme de chlorhydrate de ciprofloxacine)

Antibactérien

MYLAN PHARMACEUTICALS ULC

85, chemin Advance

Etobicoke (Ontario)

Canada

M8Z 2S6

Date de révision : Le 09 août 2017

Numéro de contrôle : 207057

Table of Contents

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ.....................2

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT...............................................................2

INDICATIONS ET UTILISATION CLINIQUE...............................................................................2

CONTRE-INDICATIONS ................................................................................................................. 5

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS.........................................................................................1

RÉACTIONS INDÉSIRABLES ........................................................................................................7

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES.....................................................................................10

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION ..........................................................................................18

SURDOSAGE .................................................................................................................................. 21

ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE..............................................................................21

RANGEMENT ET STABILITÉ......................................................................................................23

PRÉSENTATION, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT .................................................24

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES..................................................................25

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ..............................................................................25

ESSAIS CLINIQUES.......................................................................................................................27

PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE ...................................................................................................28

MICROBIOLOGIE .......................................................................................................................... 35

TOXICOLOGIE ............................................................................................................................... 39

RÉFÉRENCES ................................................................................................................................. 43

RENSEIGNEMENTS POUR LES PATIENTS SUR LES MÉDICAMENTS .............................46

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

MYLAN-CIPROFLOXACIN

Comprimé de Ciprofloxacine USP

250 mg, à 500 mg et à 750 mg

(sous forme de chlorhydrate de ciprofloxacine)

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Tableau 1 – Sommaire des renseignements sur le produit

Voie d’administration

Forme posologique et teneur

Ingrédients non médicinaux

d’importance clinique

orale

Comprimés à 250 mg, 500 mg

et 750 mg

cellulose microcristalline NF, amidon de maïs

NF, dioxyde de silicium colloïdal NF,

crospovidone NF, stéarate de magnésium NF,

amidon prégélatinisé NF, et Opadry II Blanc

Y-22-7719.

INDICATIONS ET UTILISATION CLINIQUE

MYLAN-CIPROFLOXACIN (comprimés de ciprofloxacine USP) peuvent être indiqués pour le

traitement de patients qui présentent des infections imputables aux souches des microorganismes

sensibles.

Infections des voies respiratoires

Exacerbations aiguës de la bronchite chronique causées par :

Haemophilus influenzae

Moraxella catarrhalis

Pneumonie lobaire causée par :

Enterobacter cloacae

Escherichia coli

Haemophilus influenzae

Klebsiella pneumoniae

Proteus mirabilis

Pseudomonas aeruginosa

Staphylococcus aureus

Sinusite aiguë causée par :

Haemophilus influenzae

Moraxella catarrhalis

Compte tenu de la nature des affections sous-jacentes qui prédisposent généralement les patients

aux infections des voies respiratoires à Pseudomonas, l’élimination des bactéries n’est pas

toujours réalisée chez les patients qui présentent une amélioration clinique malgré des preuves de

sensibilité in vitro. Dans les cas où il faut reprendre le traitement, MYLAN-CIPROFLOXACIN doit

être administré en alternance avec d’autres agents actifs contre Pseudomonas. Certaines souches de

Pseudomonas aeruginosa peuvent acquérir une résistance pendant le traitement. Des épreuves de

sensibilité doivent donc être faites périodiquement au cours du traitement pour dépister l’émergence

d’une résistance bactérienne.

Infections des voies urinaires

Infections des voies urinaires basses et hautes, comme la cystite, la pyélonéphrite et la pyélite

compliquées ou non compliquées causées par :

Citrobacter diversus

Citrobacter freundii

Enterobacter cloacae

Escherichia coli

Klebsiella pneumoniae

Klebsiella oxytoca

Morganella morganii

Proteus mirabilis

Pseudomonas aeruginosa

Serratia marcescens

Staphylococcus aureus

Staphylococcus epidermidis

Staphylococcus saprophyticus

Streptococcus faecalis

Cystite aiguë non compliquée chez les femmes, causées par Eschericia coli

Prostatite bactérienne chronique

Infections causées par :

Escherichia coli

Infections de la peau et des tissus mous

Infections causées par :

Enterobacter cloacae

Escherichia coli

Klebsiella pneumoniae

Proteus mirabilis

Proteus vulgaris

Pseudomonas aeruginosa

Staphylococcus aureus

Staphylococcus epidermidis

Streptococcus pyogenes

Infections des os et des articulations

Infections causées par :

Enterobacter cloacae

Pseudomonas aeruginosa

Serratia marcescens

Staphylococcus aureus

Diarrhée infectieuse (lorsqu’un traitement antibactérien est indiqué)

Infections causées par :

Campylobacter jejuni

Escherichia coli (souches entérotoxinogènes)

Shigella dysenteriae

Shigella flexneri

Shigella sonnei

Porteurs de méningocoques

Traitement des porteurs sains de Neisseria meningitidis visant l’élimination des méningocoques

du rhino-pharynx. Il faut déterminer aussi tôt que possible la concentration minimale inhibitrice

(CMI) à partir d’un isolat provenant du propositus. La ciprofloxacine n’est pas indiquée pour

le traitement de la méningite à méningocoques.

Fièvre typhoïde (fièvre entérique)

Infections causées par :

Salmonella paratyphi

Salmonella typhi

Gonorrhée non compliquée

Cervicites, urétrites, rectites et pharyngites causées par Neisseria gonorrhoeae. Puisqu’une

infection à Chlamydia trachomatis est souvent aussi présente, il faut envisager un traitement

présomptif concomitant efficace contre C. trachomatis.

Pour réduire l’émergence de bactéries résistantes aux médicaments et maintenir l’efficacité MYLAN-

CIPROFLOXACIN et d’autres antibiotiques, il faut utilizer MYLAN-CIPROFLOXACIN seulement

pour traiter les infections par des bactéries que l’on soupçonne fortement être sensibles au

médicament ou par des bactéries don’t on a prouvé la sensibilité au médicament. Il faut tenir compte

des cultures et des antibiogrammes, s’ils sont disponibles, lors de la sélection ou de la modification

du traitement antibactérien. Si ces données ne sont pas disponibles, on peut se baser sur les tendances

locales en matière d’épidémiologie et d’antibiogramme pour choisir un traitement empirique.

Des cultures et des antibiogrammes doivent être effectués avant d’amorcer le traitement afin

d’isoler et d’identifier les microorganismes en cause et de déterminer leur sensibilité à la

ciprofloxacine. Le traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN peut être amorcé avant l’obtention

des résultats. Il peut cependant être nécessaire de modifier ce traitement une fois que les résultats sont

connus ou en l’absence d’amélioration clinique. Des cultures et des antibiogrammes effectués

périodiquement pendant le traitement fournissent des renseignements sur l’apparition possible d’une

résistance bactérienne. Si l’on présume qu’une infection est, en partie, imputable à des germes

anaérobies, un traitement approprié doit être administré.

Personnes âgées (≥ 65 ans)

Chez les personnes âgées, la dose doit être déterminée selon la gravité de la maladie et la

clairance de la créatinine (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION : Populations

particulières – Altération de la fonction rénale pour savoir comment modifier la dose en

fonction de la clairance de la créatinine ou de la concentration sérique de créatinine).

Enfants (< 18 ans)

L’innocuité et l’efficacité de ciprofloxacine chez les personnes de moins de 18 ans n’ont pas été

établies. MYLAN-CIPROFLOXACIN ne sont pas recommandés chez les personnes de moins de 18

ans (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Populations particulières – Enfants (< 18

ans)).

CONTRE-INDICATIONS

MYLAN-CIPROFLOXACIN est contre-indiqués chez les personnes ayant des antécédents

d’hypersensibilité à la ciprofloxacine, à tout antibactériende la famille des quinolones ou à un

des excipients. Une liste exhaustive figure à la rubrique PRÉSENTATION,

COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT.

L’administration concomitante de ciprofloxacine et d’agomélatine

est contre-indiquée parce

qu’elle peut entraîner une augmentation indésirable de l’exposition à l’agomélatine (voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

L’administration concomitante de ciprofloxacine et de tizanidine est contre-indiquée parce

qu’elle peut entraîner une augmentation indésirable des concentrations sériques de tizanidine,

laquelle peut être associée à des effets secondaires ayant des répercussions cliniques

(hypotension, somnolence, endormissement) (voir INTERACTIONS

MÉDICAMENTEUSES).

Non commercialisée au Canada à l’heure actuelle.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Sérieuses mises en garde et précautions

Les fluoroquinolones, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, ont été associées à des

réactions indésirables invalidantes et potentiellement persistantes qui, jusqu’à maintenant,

incluent, sans s’y limiter : tendinite, rupture d’un tendon, neuropathie périphérique et

effets neuropsychiatriques.

On a démontré que ciprofloxacine allongeaient l’espace QT sur l’électrocardiogramme de

certains patients (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Appareil

cardiovasculaire).

Des réactions d’hypersensibilité et/ou anaphylactiques graves ont été signalées chez des

patients recevant une quinolone, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN (voir MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Système immunitaire).

Les fluoroquinolones, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, sont associées à un

risque accru de tendinite et de rupture d’un tendon chez les patients de tout âge. Le risque

est encore plus élevé chez les patients âgés (en général ayant plus de 60 ans), chez les

patients qui prennent un corticostéroïde et chez les transplantés du rein, du coeur ou du

poumon (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Appareil locomoteur).

Les fluoroquinolones, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, peuvent aggraver la

faiblesse musculaire chez les personnes atteintes de myasthénie grave. Il ne faut pas

administrer MYLAN-CIPROFLOXACIN chez les patients qui ont des antécédents

connus de myasthénie grave (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS :

Appareil locomoteur).

Le traitement par une quinolone peut causer une crise d’épilepsie et une psychose

toxique. Des convulsions, une hausse de la pression intracrânienne (y compris le

syndrome d’hypertension intracrânienne bénigne) et une psychose toxique ont été

signalées chez des patients recevant des quinolones, y compris MYLAN-

CIPROFLOXACIN. MYLAN-CIPROFLOXACIN doivent être administrés avec

prudence quand on sait ou croit qu’un patient présente un trouble du SNC qui pourrait

prédisposer aux crises d’épilepsie ou abaisser le seuil épileptogène (voir MISES EN

GARDE ET PRÉCAUTIONS : Système nerveux).

Des cas de nécrose hépatique et d’insuffisance hépatique menaçant le pronostic vital ont

été signalés chez des patients recevant ciprofloxacine (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS : Foie/voies biliaires/pancréas).

Généralités

L’utilisation de ciprofloxacine avec d’autres médicaments peut entraîner des interactions

médicamenteuses. Pour connaître la liste d’interactions potentielles reconnues, voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES.

L’administration prolongée de MYLAN-CIPROFLOXACIN peut entraîner une prolifération de

microorganismes non sensibles. Il faut donc surveiller étroitement le patient et, si une surinfection

survient pendant le traitement, les mesures qui s’imposent doivent être prises.

La ciprofloxacine n’est pas recommandée pour le traitement des infections à pneumocoques, en

raison de son efficacité insuffisante contre Streptococcus pneumoniae.

Appareil cardiovasculaire

On a démontré que ciprofloxacine allongeaient l’espace QT sur l’électrocardiogramme de certains

patients. En général, les patients âgés peuvent être plus sensibles aux effets des médicaments sur

l’espace QT. Des précautions s’imposent quand la ciprofloxacine est administrée avec des

médicaments qui peuvent allonger l’espace QT (p. ex. antiarythmiques des classes IA ou III) ou à des

patients chez qui il y a des facteurs de risque de torsades de pointes (p. ex. allongement connu de

l’espace QT, hypokaliémie non corrigée) (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSE Set

RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Système endocrinien et métabolisme

Modifications de la glycémie

Des cas de modification de la glycémie, y compris d’hyper-et d’hypoglycémie symptomatiques, ont

été associés aux quinolones, y compris ciprofloxacine (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Appareil digestif

Maladie associée à Clostridium difficile

La maladie associée à Clostridium difficile (MACD) a été signalée avec de nombreux antibactériens,

y compris ciprofloxacine. La gravité de la MACD peut varier de la diarrhée légère à la colite

mortelle. Il est important d’en envisager le diagnostic chez les patients présentant une diarrhée ou des

symptômes de colite, d’entérocolite mucomembraneuse, de mégacôlon toxique ou de perforation du

côlon à la suite de l’administration d’un antibactérien quelconque. La MACD a parfois été signalée

plus de deux mois après l’administration d’un antibactérien.

Le traitement par un antibactérien peut modifier la flore normale du côlon et permettre la

prolifération de Clostridium difficile. C.difficile produit les toxines A et B, qui contribuent à la

survenue de la MACD. La MACD peut causer une morbidité et une mortalité significatives et résister

au traitement antimicrobien.

Si l’on soupçonne ou confirme la présence de la MACD, il faut prendre les mesures thérapeutiques

voulues. Si la MACD est bénigne, elle répond en général à l’arrêt du traitement par l’antibactérien

non dirigé contre C. difficile. Dans les cas modérés ou graves, il faut envisager l’administration de

liquides, d’électrolytes, d’un supplément de protéines et d’un antibactérien efficace contre C.difficile.

Comme les médicaments qui inhibent le péristaltisme peuvent retarder l’élimination de C. difficile et

de ses toxines, ils ne doivent pas être utilisés pour traiter la MACD. Il faut au besoin faire une

évaluation chirurgicale, car dans certains cas graves, une chirurgie peut être nécessaire (voir

RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Foie/voies biliaires/pancréas

Des cas de nécrose hépatique et d’insuffisance hépatique menaçant le pronostic vital ont été

signalés chez des patients recevant ciprofloxacine. En cas de signes et symptômes de maladie

hépatique (tels qu’anorexie, ictère, urines foncées, prurit ou abdomen sensible à la palpation), il faut

mettre un terme au traitement (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Il peut y avoir une hausse des transaminases et de la phosphatase alcaline ou un ictère

cholostatique pendant le traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN, surtout en cas d’atteinte

hépatique antérieure (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Système immunitaire

Des réactions d’hypersensibilité et/ou anaphylactiques graves ont été signalées chez des patients

recevant une quinolone, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES). De telles réactions peuvent se manifester dans les 30 minutes suivant la première

administration et peuvent nécessiter le recours à l’adrénaline ou à d’autres traitements d’urgence.

Certaines réactions ont été accompagnées d’un collapsus cardiovasculaire, d’une hypotension/d’un

choc, de crises d’épilepsie, d’une perte de connaissance, de picotements, d’un œdème de Quincke

(dont œdème/gonflement de la langue, du larynx, de la gorge ou du visage), d’une obstruction des

voies aériennes (dont bronchospasme, essoufflement et détresse respiratoire aiguë), d’une dyspnée,

d’une urticaire, de démangeaisons et d’autres réactions cutanées graves.

L’administration de MYLAN-CIPROFLOXACIN doit être interrompue dès la première

manifestation d’un rash ou d’autres signes d’hypersensibilité. En cas de réactions d’hypersensibilité

aiguës, il peut être nécessaire d’administrer de l’adrénaline ou de prendre d’autres mesures de

réanimation, comme administrer de l’oxygène, des solutions intraveineuses, des antihistaminiques,

des corticostéroïdes ou des amines pressives, et assurer la perméabilité des voies aériennes, selon les

besoins cliniques.

Des effets graves et parfois mortels ont été associés à la prise de tous les antibiotiques; certains

étaient attribuables à une hypersensibilité et d’autres étaient de cause incertaine. Ces effets

peuvent être graves et surviennent en général après des prises multiples. Les manifestations

cliniques peuvent comprendre un ou plusieurs des effets suivants : fièvre, rash ou réactions

dermatologiques graves (p. ex. syndrome de Lyell et syndrome de Stevens-Johnson), vasculite,

arthralgie, myalgie, maladie sérique, pneumopathie par hypersensibilité, néphrite interstitielle,

insuffisance rénale aiguë, hépatite, ictère, nécrose ou insuffisance hépatique aiguë, nécrose

hépatique mortelle, anémie, dont anémie hémolytique et anémie aplasique, thrombocytopénie,

dont purpura thrombocytopénique thrombotique, leucopénie, agranulocytose, pancytopénie et/ou

autres anomalies hématologiques.

Appareil locomoteur

Myasthénie grave

Les fluoroquinolones, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, exercent un effet bloquant

neuromusculaire et peuvent aggraver la faiblesse musculaire chez les personnes atteintes de

myasthénie grave. Dans le cadre de la pharmacovigilance, de graves effets indésirables, dont le décès

et la nécessité d’une ventilation assistée, ont été associés à l’utilisation de fluoroquinolones chez les

personnes atteintes de myasthénie grave. Il ne faut pas administrer MYLAN-CIPROFLOXACIN

chez les patients qui ont des antécédents connus de myasthénie grave (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Tendinite

Des ruptures des tendons de l’épaule, de la main et d’Achille ayant exigé une chirurgie ou

entraîné une invalidité prolongée ont été signalées chez des patients recevant une quinolone, y

compris MYLAN-CIPROFLOXACIN (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES). Il faut cesser le

traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN si un tendon est douloureux, enflammé ou rompu. Le cas

échéant, le patient doit se reposer et éviter l’activité physique tant que le diagnostic de tendinite ou de

rupture d’un tendon n’a pas été exclu. Le risque de tendinite et de rupture d’un tendon associé au

traitement par une fluoroquinolone est encore plus élevé chez les patients âgés (en général ayant plus

de 60 ans), chez les patients qui prennent un corticostéroïde et chez les transplantés du rein, du cœur

ou du poumon. Outre l’âge avancé et le traitement par un corticostéroïde, les facteurs indépendants

qui peuvent accroître le risque de rupture d’un tendon comprennent l’activité physique intense,

l’insuffisance rénale et les troubles antérieurs des tendons, tels que la polyarthrite rhumatoïde. Une

tendinite et une rupture d’un tendon sont aussi survenues en l’absence des facteurs de risque ci-dessus

chez des patients traités par une fluoroquinolone. La rupture d’un tendon peut survenir pendant ou

après le traitement et des cas sont survenus plusieurs mois après la fin du traitement. Il faut cesser le

traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN si un tendon est douloureux, enflé, enflammé ou rompu.

Il faut dire au patient de se reposer aux premiers signes de tendinite ou de rupture d’un tendon et de

communiquer avec son médecin pour qu’il le fasse passer à un antimicrobien d’une famille autre que

celle des quinolones.

MYLAN-CIPROFLOXACIN ne doivent pas être utilisés chez les patients qui ont des antécédents de

maladies ou troubles des tendons liés au traitement par une quinolone.

Système nerveux

Le traitement par une quinolone peut causer une crise d’épilepsie et une psychose toxique. Des

convulsions, une hausse de la pression intracrânienne (y compris le syndrome d’hypertension

intracrânienne bénigne) et une psychose toxique ont été signalées chez des patients recevant des

quinolones, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN. Des cas d’état de mal épileptique ont aussi été

signalés. MYLAN-CIPROFLOXACIN peuvent aussi provoquer une stimulation du système nerveux

central (SNC) susceptible d’entraîner étourdissements, tremblements, agitation, sensations ébrieuses,

confusion, hallucinations, dépression, nervosité, insomnie, anxiété, paranoïa, cauchemars et, dans de

rares cas, pensées ou gestes suicidaires. Dans certains cas, la dépression ou les réactions psychotiques

peuvent évoluer vers des idées suicidaires et des comportements d’automutilation, tels que tentative

de suicide ou suicide. Ces réactions peuvent survenir même après la première dose de ciprofloxacine.

Si une de ces réactions survient, il faut cesser d’administrer MYLAN-CIPROFLOXACIN et prendre

les mesures qui s’imposent. MYLAN-CIPROFLOXACIN doivent être administrés avec prudence

quand on sait ou croit qu’un patient présente un trouble du SNC qui pourrait prédisposer aux crises

d’épilepsie ou abaisser le seuil épileptogène (p. ex. artériosclérose cérébrale grave, épilepsie) ou en

présence d’autres facteurs de risque qui pourraient prédisposer aux crises d’épilepsie ou abaisser le

seuil épileptogène (p. ex. certains médicaments et dysfonctionnement rénal) (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Neuropathie périphérique

Des cas de polynévrite axonale sensitive ou sensitivo-motrice touchant les petits et/ou gros

axones et entraînant paresthésies, hypoesthésies, dysesthésies et faiblesse ont été signalés chez

des patients recevant une quinolone, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN.

Il faut mettre un terme au traitement par la ciprofloxacine pour prévenir l’installation d’une

maladie irréversible si le patient présente des symptômes de neuropathie, dont douleur, sensation

de cuisson, picotements, engourdissement et/ou faiblesse, ou en cas d’altération de la perception

d’un toucher léger, de la douleur, de la température, du sens de position et des vibrations et/ou de

diminution de la force motrice (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Appareil rénal

Dans de rares cas, une cristallurie liée à la ciprofloxacine a été observée chez l’humain puisque

l’urine humaine est généralement acide. Des cristaux ont été observés dans l’urine des animaux

de laboratoire, généralement dans l’urine alcaline. Il importe de bien hydrater les patients traités

par la ciprofloxacine et d’éviter que l’urine soit alcaline. Il ne faut pas dépasser la dose

quotidienne recommandée.

Comme la ciprofloxacine est surtout éliminée par le rein, MYLAN-CIPROFLOXACIN doit être

administré avec prudence et à une dose réduite chez les patients qui présentent une altération de la

fonction rénale (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION et PHARMACOLOGIE

DÉTAILÉE : Pharmacologie chez l’humain).

Peau

Phototoxicité

On a montré que la ciprofloxacine produisait des réactions de photosensibilisation. Des réactions

phototoxiques modérées ou graves ont été observées chez les patients exposés au soleil ou aux

rayons ultraviolets pendant le traitement par des médicaments de cette famille. Éviter l’exposition

excessive au soleil ou aux rayons ultraviolets. Abandonner le traitement en cas de

phototoxicité (p. ex. réactions cutanées semblables à un coup de soleil).

Sensibilité et résistance

Émergence de bactéries résistantes aux medicaments

Prescrire MYLAN-CIPROFLOXACIN s’il n’y pas d’infection bactérienne prouvée ou fortement

soupçonnée n’entraînerait probablement pas de bienfait au patient et pourrait accroître le risque

de résistance aux antibiotiques.

Troubles de la vue

Si des troubles de la vue se manifestent en association avec l’utilisation de MYLAN-

CIPROFLOXACIN consulter immédiatement un spécialiste de la vue.

Populations particulières

Femmes enceintes

L’innocuité de ciprofloxacine pendant la grossesse n’a pas encore été établie. MYLAN-

CIPROFLOXACIN ne doivent pas être administrés aux femmes enceintes à moins que les avantages

anticipés ne l’emportent sur les risques possibles pour le fœtus. Aucun effet embryotoxique ni

tératogène n’a été observé au cours des études effectuées sur les animaux avec ciprofloxacine.

Femmes qui allaitent

L’innocuité de ciprofloxacine pendant l’allaitement n’a pas été établie. La ciprofloxacine passe dans

le lait humain. Comme la ciprofloxacine pourrait avoir des effets indésirables graves chez les

nourrissons, il faut décider de cesser soit l’allaitement, soit le traitement par ciprofloxacine en tenant

compte de l’importance du traitement pour la mère et des risques pour le nourrisson.

Enfants (< 18 ans)

L’innocuité et l’efficacité de la ciprofloxacine chez les personnes de moins de 18 ans n’ont pas

été établies. Les quinolones, y compris la ciprofloxacine, causent une arthropathie et une

ostéochondrose chez les animaux immatures de plusieurs espèces. Au cours d’expériences sur les

animaux, des lésions aux articulations portantes et une impotence fonctionnelle ont été observées

chez les jeunes rats et les chiots, mais non chez les porcelets sevrés (voir TOXICOLOGIE). Les

examens histopathologiques des articulations portantes de chiens impubères ont mis en évidence

des lésions permanentes du cartilage. MYLAN-CIPROFLOXACIN ne sont pas recommandés chez

les enfants et les adolescents.

Personnes âgées (≥ 65 ans)

Comme l’élimination rénale de la ciprofloxacine est considérable, le risque de réactions

indésirables pourrait être plus grand chez les personnes âgées dont la fonction rénale est altérée

(voir PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE : Pharmacologie chez l’humain).

Surveillance et épreuves de laboratoire

L’activité in vitro de la ciprofloxacine peut entraver la culture des espèces du genre

Mycobacterium en inhibant la croissance des mycobactéries, ce qui cause des résultats

faussement négatifs, dans les échantillons provenant de patients prenant la ciprofloxacine.

RÉACTIONS INDÉSIRABLES

Aperçu des réactions indésirables au médicament

Les renseignements ci-dessous sont un résumé des données sur l’innocuité recueillies au cours

des essais cliniques sur ciprofloxacine et depuis la commercialisation de ces médicaments.

Réactions indésirables au médicament au cours des essais cliniques

Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, la fréquence des

réactions indésirables au cours des essais cliniques peut ne pas refléter la fréquence des

réactions indésirables en pratique clinique et ne doit pas être comparée à la fréquence observée

au cours des essais cliniques sur un autre médicament. Les renseignements sur les réactions

indésirables aux médicaments qui viennent d’essais cliniques sont utiles pour cerner les effets

indésirables liés aux médicaments et pour évaluer leur fréquence.

Ciprofloxacine sont généralement bien tolérés. Au cours d’études cliniques menées à l’échelle

mondiale (1991), 16 580 traitements par la ciprofloxacine ont fait l’objet d’une évaluation de

l’innocuité.

L’incidence des réactions indésirables a été de 8,0 %. Chez des sujets recevant un traitement par

voie orale au cours d’études cliniques, les réactions les plus fréquentes dont le lien avec le

médicament est possible ou probable ont été les nausées (1,3 %) et la diarrhée (1,0 %).

La plupart des réactions indésirables signalées étaient d’intensité légère ou modérée seulement.

Les réactions dont le lien avec le médicament a été possible ou probable et dont la

fréquence a été inférieure à 1 % chez des sujets recevant la ciprofloxacine par voie orale au

cours d’études cliniques et d’études subséquentes de pharmacovigilance ont été les

suivantes :

Organisme entier : mal de dos, douleurs thoraciques, douleurs, douleurs aux membres,

candidose.

Appareil cardio-vasculaire : palpitations, phlébite, tachycardie, thrombophlébite. La réaction

suivante a été signalée dans de rares cas (≥ 0,01 %-< 0,1 %) : hypotension. Les réactions

suivantes ont été signalées dans de très rares cas (< 0,01 %) : angine de poitrine, fibrillation

auriculaire, arrêt cardiaque, troubles vasculaires cérébraux, anomalies électrocardiographiques,

bouffées de chaleur, hypertension, vascularite rénale, infarctus du myocarde, péricardite, embole

pulmonaire, douleur rétrosternale, syncope (évanouissement), vasodilatation (bouffées de

chaleur).

Appareil digestif : douleurs abdominales, réduction de l’appétit et de l’apport alimentaire,

sécheresse de la bouche, dyspepsie, dysphagie, distension abdominale, flatulence, candidose

gastro-intestinale, ictère, stomatite, vomissements, anomalies des épreuves fonctionnelles

hépatiques. Les réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas : candidose buccale, ictère

cholostatique, entérocolite mucomembraneuse. Les réactions suivantes ont été signalées dans de

très rares cas : constipation, œsophagite, hémorragie digestive, glossite, hépatomégalie, iléus,

stimulation de l’appétit, perforation intestinale, entérocolite mucomembraneuse menaçant le

pronostic vital, lésions hépatiques, méléna, pancréatite, ténesme, dyschromie dentaire,

mégacôlon toxique, stomatite ulcéreuse.

Sang et système lymphatique : agranulocytose, anémie, éosinophilie, granulopénie, leucopénie,

leucocytose, pancytopénie. Les réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas : taux de

prothrombine anormal, thrombocytopénie, thrombocytose. Les réactions suivantes ont été

signalées dans de très rares cas : anémie hémolytique, dépression médullaire osseuse (menaçant

le pronostic vital), pancytopénie (menaçant le pronostic vital).

Hypersensibilité : rash. Les réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas : réaction

allergique, réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes, y compris œdèmes du visage, vasculaire

et laryngé, fièvre d’origine thérapeutique, bulles hémorragiques et petits nodules (papules)

croûteux témoignant d’une atteinte vasculaire (vasculite), hépatite, néphrite interstitielle,

pétéchies (hémorragies cutanées punctiformes), prurit, réaction évoquant une maladie sérique,

syndrome de Stevens-Johnson (pouvant menacer le pronostic vital) (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS : Système immunitaire). Les réactions suivantes ont été signalées dans de très

rares cas : choc (anaphylactique; menaçant le pronostic vital), rash prurigineux, érythème

polymorphe (mineur), érythème noueux, troubles hépatiques importants, dont nécrose du foie

(évoluant dans de très rares cas vers l’insuffisance hépatique menaçant le pronostic vital) et

nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell pouvant menacer le pronostic vital).

Troubles métaboliques et nutritionnels : hausse de la créatinine. Les réactions suivantes ont

été signalées dans de rares cas : œdème du visage, hyperglycémie, hypoglycémie.

Appareil locomoteur : Les réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas chez des

patients de tout âge : vague endolorissement, arthralgie (douleur articulaire), troubles articulaires

(gonflement articulaire), douleurs aux membres, rupture partielle ou totale d’un tendon (tendon

de l’épaule, de la main ou d’Achille), tendinite (surtout tendinite d’Achille) et myalgie (douleur

musculaire). La réaction suivante a été signalée dans de très rares cas : myasthénie (exacerbation

des symptômes de myasthénie grave) (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Appareil

locomoteur).

Système nerveux : agitation, confusion, convulsions, étourdissements, hallucinations, maux de

tête, hypesthésie, augmentation de la transpiration, insomnie, somnolence, tremblements. Les

réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas : paresthésie (paralgésie périphérique),

rêves anormaux (cauchemars), anxiété, crises d’épilepsie (dont état de mal épileptique),

dépression (pouvant aboutir à des comportements d’automutilation, tels qu’idées suicidaires et

tentative de suicide ou suicide) (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Système

nerveux).

Les réactions suivantes ont été signalées dans de très rares cas : apathie, ataxie,

dépersonnalisation, diplopie, hémiplégie, hyperesthésie, hypertonie, hausse de la pression

intracrânienne, méningisme, migraines, nervosité, névrite, paresthésie, polynévrite, troubles du

sommeil, secousses musculaires, grand mal, démarche anormale (instable), réactions

psychotiques (pouvant aboutir à des comportements d’automutilation, tels qu’idées suicidaires et

tentative de suicide ou suicide) et hypertension intracrânienne (dont syndrome d’hypertension

intracrânienne bénigne). Dans certains cas, ces réactions sont survenues après la première

administration de ciprofloxacine. Il faut alors interrompre l’administration de la ciprofloxacine et

avertir le médecin sur-le-champ.

Autres : Les réactions suivantes ont été signalées dans de rares cas : asthénie (sensation générale

de faiblesse, fatigue) et décès.

Appareil respiratoire : dyspnée. Les réactions suivantes ont été signalées dans de très rares

cas : hoquet, hyperventilation, intensification de la toux, œdème laryngé, œdème pulmonaire,

hémorragie pulmonaire, pharyngite, stridor, modification de la voix.

Peau et annexes : prurit, urticaire, rash, rash maculopapuleux. Les réactions suivantes ont été

signalées dans de rares cas : réaction de photosensibilisation, vésication. Les réactions suivantes

ont été signalées dans de très rares cas : alopécie, œdème de Quincke, éruption fixe, eczéma

photosensible, pétéchies.

Sens classiques : anomalies de la vue (troubles visuels), dysgueusie, acouphène. Les réactions

suivantes ont été signalées dans de rares cas : surdité passagère (touchant surtout les hautes

fréquences) et perte de la sensibilité gustative (altérations du goût). Les réactions suivantes ont

été signalées dans de très rares cas : chromatopsie, achromatopsie, conjonctivite, taie de la

cornée, diplopie, otalgie, douleur oculaire, parosmie (altération de l’odorat), anosmie (en général

réversible à l’arrêt du traitement).

Appareil génito-urinaire : albuminurie, hématurie. Les réactions suivantes ont été signalées

dans de rares cas : altération de la fonction rénale, insuffisance rénale aiguë, dysurie, leucorrhée,

néphrite interstitielle, rétention urinaire, vaginite, candidose vaginale.

Anomalies des épreuves sanguines et biologiques

Paramètres de laboratoire : hausse de la phosphatase alcaline, hausse de l’ALT, hausse de

l’AST, hausse de l’azote uréique du sang, hausse des paramètres cholestatiques, hausse de la

gamma GT, hausse de la lacticodéshydrogénase, hausse de l’azote non protéique, hausse des

transaminases, baisse de l’albuminurie, bilirubinémie, baisse de la clairance de la créatinine,

hypercholestérolémie, hyperuricémie, augmentation de la vitesse de sédimentation. Les réactions

suivantes ont été signalées dans de rares cas : acidose, hausse de l’amylase, cristallurie, anomalie

des électrolytes, hématurie, hypercalcémie, hypocalcémie, hausse de la lipase.

Réactions indésirables au médicament signalées depuis la commercialisation

Voici d’autres effets indésirables ayant été signalés au cours des essais cliniques et/ou depuis la

commercialisation à l’échelle mondiale chez des patients traités par la ciprofloxacine

(indépendamment de l’incidence, du lien avec le médicament, de la préparation, de la posologie,

de la durée du traitement et de l’indication) : pustulose exanthémateuse aiguë généralisée

(PEAG), arythmie, flutter auriculaire, diathèse hémorragique, bronchospasme, diarrhée liée à C.

difficile, candidurie, souffle cardiaque, arrêt cardiorespiratoire, collapsus cardiovasculaire,

thrombose cérébrale, frissons, délire, somnolence, dysphasie, œdème (des conjonctives, des

mains, des lèvres, des membres inférieurs, du cou), épistaxis, dermatite exfoliatrice, fièvre,

hémorragie digestive, goutte (exacerbation), gynécomastie, perte auditive, hémoptysie, cystite

hémorragique, hyperpigmentation, raideur articulaire, sensation ébrieuse, adénopathie, réaction

maniaque, myoclonie, nystagmus, douleurs (bras, seins, épigastre, pieds, mâchoires, cou,

muqueuse buccale), paranoïa, neuropathie périphérique, phobie, épanchement pleural,

neuropathie multiple, polyurie, hypotension orthostatique, embolie pulmonaire, purpura,

allongement de l’espace QT, calculs rénaux, arrêt respiratoire, détresse respiratoire, agitation,

rhabdomyolyse, torsades de pointes, psychose toxique, absence de réponse, saignement urétral,

pollakiurie, ectopie ventriculaire, fibrillation ventriculaire, tachycardie ventriculaire, vésicules,

baisse de l’acuité visuelle et troubles de la vue (lumières clignotantes, altération de la perception

des couleurs, lumières trop fortes).

La réaction suivante a été signalée, mais on ignore à quelle fréquence : augmentation du rapport

normalisé international (RNI) (chez les patients traités par un antagoniste de la vitamine K).

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Aperçu

DES RÉACTIONS GRAVES ET MORTELLES ONT ÉTÉ SIGNALÉES CHEZ DES

PATIENTS RECEVANT LA CIPROFLOXACINE ET LA THÉOPHYLLINE DE

FAÇON CONCOMITANTE. Ces réactions comprennent l’arrêt cardiaque, les crises

d’épilepsie, l’état de mal épileptique et l’insuffisance respiratoire. Des effets indésirables

semblables ont été signalés chez des patients recevant la théophylline seule, mais on ne peut

écarter la possibilité que la ciprofloxacine puisse aggraver ces réactions. Si l’administration

concomitante ne peut être évitée, il faut surveiller les concentrations sériques de théophylline

faire les modifications nécessaires de la posologie.

Cytochrome P

450

La ciprofloxacine est contre-indiquée chez les patients traités en concomitance par

l’agomélatine

ou la tisanidine parce que peut entraîner une augmentation indésirable de

l’exposition à ces médicaments.

On sait que la ciprofloxacine est un inhibiteur des enzymes 1A2 du CYP450. Il faut faire

preuve de prudence quand on administre la ciprofloxacine à des patients qui prennent d’autres

médicaments inhibés par la même voie enzymatique (p. ex. théophylline, méthylxanthines,

caféine, duloxétine et clozapine et zolpidem). En raison de l’inhibition de la clairance métabolique de

ces médicaments par la ciprofloxacine, il peut y avoir une augmentation des concentrations

plasmatiques de ces médicaments pouvant causer des effets secondaires spécifiques.

Non commercialisée au Canada à l’heure actuelle.

Interactions médicament-médicament

On a dressé la liste ci-dessous à partir des interactions médicamenteuses signalées, des études

sur les interactions médicamenteuses ou des interactions possibles compte tenu de l’importance

et de la gravité prévues des interactions (soit celles qui constituent des contre-indications).

Tableau 2 – Interactions médicament-médicament établies ou possibles

Dénomination commune

Réf.

Effet

Commentaire

Agomélatine

Aucune donnée clinique disponible sur

l’interaction avec la ciprofloxacine. La

fluvoxamine, puissant inhibiteur de

l’isoenzyme 1A2 du CYP450, inhibe de

façon importante le métabolisme de

l’agomélatine, ce qui augmente de

60 fois (intervalle de 12 à 412)

l’exposition (ASC) à l’agomélatine. On

peut s’attendre à des effets semblables

avec l’administration concomitante de

ciprofloxacine.

Il ne faut pas administrer

l’agomélatine en

concomitance avec la

ciprofloxacine, car il peut

en résulter une

augmentation indésirable

de l’exposition à

l’agomélatine et des risques

associés à l’hépatotoxicité

(voir

CONTREINDICATIONS).

Antidiabétiques

Des altérations de la glycémie, dont

hyperglycémie et hypoglycémie

symptomatiques, ont été associées

aux quinolones, y compris la

ciprofloxacine, en général chez des

patients diabétiques recevant un

traitement concomitant par un

antidiabétique oral (surtout les

sulfonylurées, tels le glibenclamide

et le glimépiride) ou par l’insuline.

Chez les patients diabétiques,

une surveillance étroite de la

glycémie est recommandée.

En cas de réaction

hypoglycémique chez un

patient recevant la

ciprofloxacine, il faut

cesser d’administrer le

médicament sur-le-champ

et amorcer un traitement

convenable (voir

RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Caféine et autres dérivés

des xanthines

On a démontré que la caféine

perturbe le métabolisme et la

pharmacocinétique de la

ciprofloxacine. L’ingestion exagérée

de caféine doit être évitée. La

ciprofloxacine réduit l’élimination de

la caféine et inhibe la formation de

paraxanthine après l’administration

de caféine.

L’administration concomitante de

ciprofloxacine et de produits

contenant de la pentoxifylline

(oxpentifylline) a augmenté les

concentrations sériques de ce dérivé

de la xanthine.

On recommande la

prudence et une

surveillance étroite des

patients qui reçoivent un

traitement concomitant par

la ciprofloxacine et des

produits contenant de la

caféine ou de la

pentoxifylline

(oxpentifylline).

Antiarythmiques de la

classe IA ou III

La ciprofloxacine peut avoir un effet

additif sur l’espace QT (voir MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Comme avec d’autres

fluoroquinolones, des

précautions s’imposent

quand la ciprofloxacine est

administrée avec un

antiarythmique de la classe

IA (p. ex. la quinidine ou le

procaïnamide) ou III (p. ex.

l’amiodarone ou le sotalol).

Clozapine

L’administration concomitante de

clozapine et de 250 mg de

ciprofloxacine pendant sept jours a

augmenté de 29 % la concentration

sérique de clozapine et de 31 % celle

de N-desméthylclozapine (voir

MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

On conseille d’effectuer

une surveillance clinique et

de modifier au besoin la

posologie de la clozapine

pendant et peu après le

traitement concomitant par

la ciprofloxacine.

Ciclosporine

Certaines quinolones, y compris la

ciprofloxacine, ont été associées à

des élévations transitoires des

concentrations sériques de créatinine

chez les patients qui reçoivent de la

ciclosporine de façon concomitante.

Chez ces patients, il faut

contrôler les concentrations

sériques de créatinine

(deux fois par semaine).

Duloxétine

Au cours d’études cliniques, on a

démontré que l’administration

concomitante de duloxétine et

inhibiteurs de l’isoenzyme

1A2 du CYP450, tels que la

fluvoxamine, pouvait entraîner une

augmentation de l’ASC et de la Cmax

de la duloxétine. Bien qu’il n’y ait

pas de données cliniques sur une

interaction possible avec la

ciprofloxacine, on peut s’attendre à

ce que l’administration concomitante

produise des effets semblables.

On recommande la

prudence et une

surveillance étroite des

patients qui reçoivent un

traitement concomitant.

Sulfate ferreux

L’administration orale de doses

thérapeutiques de sulfate ferreux

diminue la biodisponibilité de la

ciprofloxacine administrée par voie

orale.

La ciprofloxacine doit être

administrée au moins

deux heures avant ou six

heures après le sulfate

ferreux.

Produits enrichis de

calcium (dont aliments et

produits laitiers)

La ciprofloxacine peut être prise au

moment d’un repas contenant du lait,

toutefois il faut éviter de la prendre

avec des produits laitiers seulement

ou avec des produits enrichis de

calcium, car une réduction de

l’absorption est possible.

On recommande

d’administrer la

ciprofloxacine au moins

deux heures avant ou six

heures après un apport en

calcium important

(> 800 mg) (voir

POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION).

Antagonistes des

récepteurs H2 à

l’histamine

Les antagonistes des récepteurs H2 à

l’histamine ne semblent pas avoir

d’effet significatif sur la

biodisponibilité de la ciprofloxacine.

Il n’est pas nécessaire de

modifier la posologie.

Lidocaïne

Chez des sujets en bonne santé, on a

démontré que l’administration

concomitante de lidocaïne et de

ciprofloxacine, inhibiteur de

l’isoenzyme 1A2 du CYP450,

réduisait de 22 % l’élimination de la

lidocaïne administrée par voie

intraveineuse. La ciprofloxacine peut

augmenter la toxicité générale de la

lidocaïne.

On recommande la

prudence et une

surveillance étroite des

patients qui reçoivent un

traitement concomitant.

Méthotrexate

Le transport tubulaire rénal du

méthotrexate peut être inhibé par

l’administration concomitante de

ciprofloxacine. Il pourrait s’ensuivre

une élévation des concentrations

plasmatiques de méthotrexate, ce qui

est susceptible de faire augmenter le

risque de réactions toxiques

associées au méthotrexate.

Les patients traités par le

méthotrexate doivent faire

l’objet d’une surveillance

étroite quand un traitement

concomitant est indiqué.

Métoclopramide

Le métoclopramide accélère

l’absorption de la ciprofloxacine

(administrée par voie orale), ce qui

écourte le délai d’obtention des

concentrations plasmatiques

maximales. Aucun effet n’a été

observé sur la biodisponibilité de la

ciprofloxacine.

Il n’est pas nécessaire de

modifier la posologie.

Cations polyvalents

L’administration concomitante d’une

quinolone, y compris la

ciprofloxacine, avec des produits

contenant des cations polyvalents,

tels que les antiacides contenant du

magnésium/de l’aluminium, les

chélateurs de phosphore

polymérique, tels que le sevelamer,

le carbonate de lanthane, le sucralfate

et VIDEX® (didanosine) sous forme

de comprimés tamponnés à croquer

ou de poudre à usage pédiatrique, ou

des suppléments de minéraux ou

d’autres produits contenant du

calcium, du fer ou du zinc peut

perturber considérablement

l’absorption de la quinolone, ce qui

produit des concentrations sériques et

urinaires nettement inférieures à

celles recherchées.

L’absorption de la ciprofloxacine est

significativement réduite par

l’administration concomitante de

produits contenant des cations

polyvalents.

La ciprofloxacine doit être

administrée au moins deux

heures avant ou six heures

après la prise de cations

polyvalents.

Anti-inflammatoires non

stéroïdiens (AINS)

On a signalé que l’administration

concomitante d’un antiinflammatoire

non stéroïdien

(fenbufène) et d’une quinolone

(enoxacine) augmente le risque de

stimulation du SNC et de crises

convulsives.

On recommande la

prudence et une

surveillance étroite des

patients qui reçoivent un

traitement concomitant.

Oméprazole

L’administration concomitante de

ciprofloxacine et de produits

médicinaux contenant de

l’oméprazole entraîne une légère

réduction de la Cmax et de l’ASC de

la ciprofloxacine.

Il n’est pas nécessaire de

modifier la posologie.

Anticoagulants oraux

L’administration simultanée de

ciprofloxacine et d’un anticoagulant

oral (p. ex. un antagoniste de la

vitamine K) peut accroître les effets

anticoagulants de ce dernier. De

nombreux cas d’augmentation de

l’activité des anticoagulants oraux

ont été signalés chez des patients

traités par les antibactériens, dont les

quinolones. Comme le risque peut

dépendre de l’infection sous-jacente,

de l’âge et de l’état général du

patient, il peut être difficile d’évaluer

dans quelle mesure la ciprofloxacine

contribue à l’augmentation du

rapport normalisé international

(RNI).

Il faut mesurer souvent le

RNI et/ou le temps de

prothrombine pendant et

peu après l’administration

concomitante de

ciprofloxacine et d’un

anticoagulant oral (p. ex.

warfarine et

acénocoumarol).

Phénytoïne

Une altération (baisse ou hausse) des

concentrations sériques de

phénytoïne a été observée chez les

patients recevant simultanément la

ciprofloxacine et la phénytoïne.

On recommande une

surveillance du traitement

par la phénytoïne, dont des

mesures des concentrations

sériques de phénytoïne,

pendant et peu après

l’administration

concomitante de

ciprofloxacine et de

phénytoïne pour éviter la

perte de la maîtrise des

crises associée à la baisse

des concentrations de

phénytoïne et pour prévenir

les effets indésirables liés à

une dose excessive de

phénytoïne.

Probénécide

Le probénécide bloque l’excrétion de

la ciprofloxacine par les tubes rénaux

et produit une augmentation des

concentrations sériques de

ciprofloxacine.

L’administration orale concomitante

de probénécide (1000 mg) et de

ciprofloxacine (500 mg) a entraîné

une diminution d’environ 50 % de la

clairance rénale de la ciprofloxacine

et une augmentation de 50 % de sa

concentration dans la circulation

générale.

On recommande la

prudence et une

surveillance étroite des

patients qui reçoivent un

traitement concomitant.

Ropinirole

Au cours d’une étude clinique, on a

démontré que l’administration

concomitante de ropinirole et de

ciprofloxacine, inhibiteur de

l’isoenzyme 1A2 du CYP450,

augmentait la Cmax et l’ASC du

ropinirole de 60 % et 84 %,

respectivement. La ciprofloxacine

peut augmenter la toxicité générale

du ropinirole.

On recommande de

surveiller les effets

indésirables liés au

ropinirole et de modifier au

besoin la dose pendant et

peu après le traitement

concomitant par la

ciprofloxacine.

Sildénafil

La Cmax et l’ASC du sildénafil ont été

multipliées par environ deux chez

des sujets sains après

l’administration concomitante par

voie orale de 50 mg de sildénafil et

de 500 mg de ciprofloxacine.

Il faut faire preuve de

prudence quand on prescrit

la ciprofloxacine et le

sildénafil ensemble et peser

les risques et les avantages.

Théophylline

L’administration concomitante de

ciprofloxacine et de théophylline

peut entraîner une augmentation des

concentrations sériques de

théophylline et une prolongation de

la demi-vie d’élimination de la

théophylline, ce qui peut augmenter

le risque d’effets secondaires liés à la

théophylline.

Des études anétireures sur la

ciprofloxacine à libération immédiate

ont montré que l’administration

concomitante de ciprofloxacine et de

théophylline réduit la clairance de la

théophylline, ce qui produit une

élévation des concentrations sériques

de théophylline et une hausse du

risque d’effets indésirables, entre

autres sur le SNC.

Si l’administration

concomitante ne peut être

évitée, il faut surveiller les

concentrations sériques de

théophylline et ajuster la

posologie en conséquence.

Tizanidine

Au cours d’une étude clinique menée

auprès de sujets en bonne santé, il y a

eu une augmentation des

concentrations sériques de tizanidine

(Cmax multipliée par 7 [écart : 4 à 21

fois la Cmax]; ASC multipliée par 10

[écart : 6 à 24 fois l’ASC]) quand

celle-ci avait été administrée avec la

ciprofloxacine. L’augmentation des

concentrations sériques a été associée

à une potentialisation de l’effet

hypotensif et sédatif.

La tizanidine ne doit pas

être administrée avec la

ciprofloxacine (voir

CONTREINDICATIONS).

Zolpidem

Chez des volontaires en bonne santé

recevant la ciprofloxacine, l’exposition

(ASC) au zolpidem a augmenté de

46 % après la prise d’une seule dose de

5 mg administrée avec une dose de

500 mg par voie orale de ciprofloxacine

(300,2 ± 11,5 vs 438,1 ± 142,6 ng

h/mL).

L’administration

concomitante avec la

ciprofloxacine n’est pas

recommandée.

Légende : É = étude de cas; EC = essai clinique

Non commercialisée au Canada à l’heure actuelle.

Liaison aux protéines sériques

Le taux de liaison de la ciprofloxacine aux protéines sériques est de 19 à 40 %, ce qui n’est

probablement pas assez élevé pour causer des interactions significatives avec d’autres

médicaments.

Interactions médicament-aliment

La ciprofloxacine peut être prise au moment d’un repas contenant du lait, toutefois il faut éviter

de la prendre avec des produits laitiers seulement (apport en calcium > 800 mg), avec des

produits enrichis de calcium ou avec des boissons enrichies de minéraux, car une réduction de

l’absorption est possible. On recommande d’administrer la ciprofloxacine au moins deux heures

avant ou six heures après ces préparations (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES :

Interactions médicament-médicament et POSOLOGIE ET ADMINISTRATION :

Considérations posologiques).

Interactions médicament-herbe médicinale

On n’a pas déterminé si la ciprofloxacine avait des interactions avec des herbes médicinales.

Effets du médicament sur les épreuves de laboratoire

L’activité in vitro de la ciprofloxacine peut entraver la culture des espèces du genre

Mycobacterium en inhibant la croissance des mycobactéries, ce qui cause des résultats

faussement négatifs, dans les échantillons provenant de patients prenant MYLAN-

CIPROFLOXACIN

Effets du médicament sur le mode de vie

Prise du volant et utilisation de machines

Les fluoroquinolones, y compris la ciprofloxacine, peuvent, en raison de leurs effets sur le SNC,

altérer la capacité du patient de conduire ou d’actionner une machine, surtout s’il consomme

aussi de l’alcool (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

Considérations posologiques

Dans tous les cas, la détermination de la posologie doit tenir compte de l’intensité et de la nature

de l’infection, de la sensibilité du microorganisme en cause, ainsi que des réactions de défense et

de l’état de la fonction rénale du patient.

MYLAN-CIPROFLOXACIN a peuvent être pris avant ou après les repas. L’absorption

est plus rapide à jeun.

Il faut recommander aux patients de boire beaucoup et d’éviter de consommer des produits

laitiers et de prendre des antiacides contenant du magnésium ou de l’aluminium.

La ciprofloxacine doit être administrée au moins deux heures avant ou six heures après la prise

d’un antiacide et d’un supplément de minéraux contenant du magnésium ou de l’aluminium,

ainsi que de sucralfate, de VIDEX (didanosine) sous forme de comprimés tamponnés à croquer

ou de poudre à usage pédiatrique, de cations métalliques tels que le fer ou d’une préparation de

multivitamines contenant du zinc (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

La ciprofloxacine peut être prise au moment d’un repas contenant du lait, mais il faut éviter de la

prendre avec des produits laitiers seulement ou avec des produits enrichis de calcium, car une

réduction de l’absorption est possible. On recommande d’administrer la ciprofloxacine au moins

deux heures avant ou six heures après un apport en calcium important (> 800 mg) (voir

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Dose recommandée et réglage de la posologie

Adultes

Les posologies recommandées des comprimés MYLAN-CIPROFLOXACIN sont les suivantes :

Tableau 3 – Posologies par voie orale recommandées

Siège de l’infection

Type/Intensité

Dose

unitaire

Intervalle

entre les

prises

Dose

quotidienne

Voies urinaires

légère, moyenne

250 mg

12 h

500 mg

grave, compliquée

500 mg

12 h

1000 mg

Prostatite bactérienne

chronique

asymptomatique, légère,

moyenne

500 mg

12 h

1000 mg

Voies respiratoires

Os et articulations

Peau et tissus mous

légère, moyenne

500 mg

12 h

1000 mg

grave

, compliquée

750 mg

12 h

1500 mg

Diarrhée infectieuse

légère, moyenne, grave

500 mg

12 h

1000 mg

Gonorrhée génito-

urinaire et

extragénitale

non compliquée

500 mg

dose unique

500 mg

Fièvre typhoïde

légère, moyenne

500 mg

12 h

1000 mg

Colonisation du rhino-

pharynx

par Neisseria

meningitidis

portage

750 mg

dose unique

750 mg

Sinusite aiguë

moyenne

500 mg

12 h

1000 mg

p. ex. pneumonie nosocomiale, ostéomyélite

La durée du traitement dépend de l’intensité de l’infection et des réponses clinique et

bactériologique; elle doit être en moyenne de 7 à 14 jours. En général, le traitement doit

continuer pendant 3 jours après la disparition des symptômes cliniques ou jusqu’à ce que les

cultures soient négatives. Un traitement minimum de six à huit semaines ou maximum de trois

mois peut être nécessaire dans les cas d’ostéomyélite. Pour la cystite aiguë chez les femmes, un

traitement de trois à cinq jours peut suffire. Pour la diarrhée infectieuse, un traitement de cinq

jours peut suffire. La fièvre typhoïde nécessite un traitement de 14 jours. Contre la sinusite aiguë,

il faut administrer 500 mg toutes les 12 heures pendant 10 jours. Contre la prostatite bactérienne

chronique, il faut administrer 500 mg toutes les 12 heures pendant 28 jours.

Populations particulières

Altération de la fonction rénale

La ciprofloxacine est principalement éliminée par les reins. Cependant, elle est aussi métabolisée

et partiellement éliminée par les voies biliaire et intestinale (voir PHARMACOLOGIE

DÉTAILÉE : Pharmacologie chez l’humain). Cette autre voie d’élimination du médicament

semble compenser l’excrétion rénale limitée des patients atteints d’une altération de la fonction

rénale. Certaines modifications de la dose sont cependant recommandées, surtout en présence

d’un important dysfonctionnement rénal. Le tableau suivant donne des directives sur l’adaptation

de la posologie de MYLAN-CIPROFLOXACIN. Cependant, la surveillance des concentrations

sériques constitue la base la plus fiable pour modifier la posologie.

Tableau 4 – Dose quotidienne maximale administrée par voie orale en fonction de la

clairance de la créatinine ou de la concentration sérique de créatinine

Clairance de la créatinine

mL/min/1,73 m

2

Dose quotidienne

maximale

Concentration sérique de créatinine

mg/100 mL

31-60

1000 mg

1,4 à1,9

≤ 30

500 mg

≥ 2,0

Il ne faut pas dépasser la dose quotidienne maximale quand la clairance de la créatinine ou la

concentration sérique de créatinine correspondent aux valeurs ci-dessus.

Hémodialyse

Une petite quantité seulement de ciprofloxacine (< 10 %) est éliminée de l’organisme par

l’hémodialyse ou par la dialyse péritonéale. Pour les patients en hémodialyse, se servir du

Tableau 4. Administrer la ciprofloxacine une fois la dialyse terminée.

Lorsque seule la concentration sérique de créatinine est connue, la formule suivante (basée sur le

sexe, le poids et l’âge du patient) peut être utilisée pour obtenir la clairance de la créatinine. Les

concentrations sériques de créatinine devraient représenter un état stable de la fonction rénale.

Clairance de la créatinine (mL/s)

Hommes : Poids (kg) x (140 - âge)

49 x créatinine sérique (μmol/L)

Femmes : 0,85 x la réponse obtenue ci-dessus

Unités traditionnelles (mL/min)

Hommes : Poids (kg) x (140 - âge)

72 x créatinine sérique (mg/100 mL)

Femmes : 0,85 x la réponse obtenue ci-dessus

Altération de la fonction hépatique

Il n’est pas nécessaire de modifier la posologie en présence d’une altération de la fonction

hépatique.

Enfants

L’innocuité et l’efficacité de ciprofloxacine chez les personnes de moins de 18 ans n’ont pas été

établies. MYLAN-CIPROFLOXACIN n'est pas recommandés chez les enfants et les adolescents

(voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS : Populations particulières – Enfants (< 18

ans)).

Dose oubliée

Prendre la dose habituelle dès que possible, puis poursuivre le traitement tel qu’il a été prescrit.

Toutefois, s’il est presque temps de prendre la prochaine dose, ne pas prendre la dose oubliée et

poursuivre le traitement de la manière habituelle. Ne pas doubler la dose pour compenser une

dose oubliée. Continuer le traitement jusqu’à la fin.

SURDOSAGE

Pour la prise en charge des cas de surdosage présumé, communiquer immédiatement avec le

centre antipoison régional.

Par suite d’un surdosage aigu par voie orale, néphrotoxicité, arthralgie, myalgie et symptômes

liés au SNC réversibles ont été signalés. Par conséquent, outre les mesures d’urgence habituelle,

on recommande de surveiller la fonction rénale et d’administrer des antiacides contenant du

magnésium ou du calcium, lesquels réduisent l’absorption de la ciprofloxacine, et d’assurer une

hydratation suffisante. Les données obtenues auprès de sujets présentant une insuffisance rénale

chronique montrent qu’une petite quantité seulement de ciprofloxacine (< 10 %) est éliminée de

l’organisme par l’hémodialyse ou par la dialyse péritonéale.

L’administration de charbon activé dès que possible après un surdosage par voie orale peut

prévenir l’exposition générale excessive à la ciprofloxacine.

ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mécanisme d’action

La ciprofloxacine, fluoroquinolone synthétique, est active in vitro contre une vaste gamme de

microorganismes Gram négatif et Gram positif. Elle exerce son action bactéricide en inhibant la

topoisomérase II (ADN gyrase) et la topoisomérase IV (toutes deux des topoisomérases de

type II), qui sont nécessaires pour la réplication, la transcription, la réparation et la

recombinaison de l’ADN.

La ciprofloxacine a conservé une certaine activité bactéricide après l’inhibition de l’ARN et la

synthèse des protéines par la rifampicine et le chloramphénicol, respectivement. Ces

observations donnent à penser que la ciprofloxacine pourrait posséder deux mécanismes d’action

bactéricides : l’un résulterait de l’inhibition de l’ADN gyrase et l’autre pourrait être indépendant

de l’ARN et de la synthèse des protéines.

Le mécanisme d’action des fluoroquinolones, y compris de la ciprofloxacine, est différent de

celui des pénicillines, des céphalosporines, des aminosides, des macrolides et des tétracyclines.

Par conséquent, les microorganismes qui résistent aux médicaments de ces classes peuvent être

sensibles à la ciprofloxacine. Inversement, les microorganismes résistant aux fluoroquinolones

peuvent être sensibles aux antimicrobiens de ces autres classes (voir MICROBIOLOGIE). Il

n’y a pas de résistance croisée entre la ciprofloxacine et les antibiotiques des classes

mentionnées.

Pharmacocinétique

Voir PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE : Pharmacologie chez l’humain.

Absorption

L’administration d’un seul comprimé à 250 mg, 500 mg ou 750 mg de ciprofloxacine est suivie

d’une absorption rapide et importante, surtout par l’intestin grêle, et les concentrations sériques

maximales sont atteintes entre une et deux heures plus tard.

La biodisponibilité absolue est d’environ 70 à 80 %. Les concentrations sériques maximales

(Cmax) et les aires totales sous les courbes (ASC) des concentrations sériques en fonction du

temps ont augmenté proportionnellement à la dose.

Les paramètres pharmacocinétiques de la suspension buvable de ciprofloxacine à 10 % sont

pratiquement identiques à ceux des comprimés.

Nourriture

La consommation de nourriture a ralenti l’absorption de la ciprofloxacine, comme le démontre

l’augmentation d’environ 50 % du temps écoulé avant l’obtention des concentrations maximales,

mais n’a pas modifié les autres paramètres pharmacocinétiques de la ciprofloxacine.

Distribution

Le taux de liaison de la ciprofloxacine aux protéines est faible (de 20 à 30 %) et la substance est

présente dans le plasma surtout sous une forme non ionisée. La ciprofloxacine diffuse librement

dans l’espace extravasculaire. L’importance du volume de distribution à l’état d’équilibre (de 2 à

3 L/kg de poids corporel) montre que la ciprofloxacine diffuse dans les tissus, ce qui produit des

concentrations qui dépassent nettement les concentrations sériques correspondantes.

Métabolisme

De faibles concentrations de quatre métabolites ont été observées. Les métabolites sont la

déséthylèneciprofloxacine (M1), la sulfociprofloxacine (M2), l’oxociprofloxacine (M3) et la

formylciprofloxacine (M4). Les métabolites M1 à M3 ont une activité antibactérienne

comparable ou inférieure à celle de l’acide nalidixique. Le métabolite M4, dont la concentration

est la plus faible des quatre, a une activité antimicrobienne largement équivalente à celle de la

norfloxacine.

Élimination

La ciprofloxacine est en grande partie éliminée sous forme inchangée par voie rénale et, dans une

moindre mesure, par voie extrarénale. La clairance rénale est d’entre 0,18 et 0,3 L/h/kg et la

clairance corporelle totale, d’entre 0,48 et 0,60 L/h/kg. La ciprofloxacine est filtrée par les

glomérules et sécrétée par les tubules.

La clairance non rénale de la ciprofloxacine est principalement attribuable à la sécrétion et à la

métabolisation transintestinales actives. Un pour cent de la dose est éliminée par voie biliaire.

Les concentrations biliaires de ciprofloxacine sont élevées.

Populations et affections particulières

Personnes âgées (≥ 65 ans)

Il n’est pas nécessaire de modifier la posologie uniquement en fonction de l’âge chez les

personnes âgées. L’altération de la fonction rénale peut entraîner une augmentation de

l’exposition au médicament chez les personnes âgées, car l’élimination rénale de la

ciprofloxacine est considérable (voir PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE : Pharmacologie chez

l’humain).

Altération de la fonction hépatique

Au cours d’études préliminaires menées auprès de patients présentant une cirrhose du foie

chronique stable (avec altération légère ou modérée de la fonction hépatique), on n’a pas observé

de modification significative de la pharmacocinétique de la ciprofloxacine. La cinétique de la

ciprofloxacine chez les patients qui présentent une insuffisance hépatique aiguë et une cirrhose

chronique stable (avec grave altération de la fonction hépatique) n’a toutefois pas été entièrement

élucidée. Chez ces sujets, on a observé une hausse de l’incidence des nausées, des vomissements,

des maux de tête et de la diarrhée (voir PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE : Pharmacologie

chez

l’humain).

Altération de la fonction rénale

La ciprofloxacine est principalement éliminée par les reins. Chez les patients présentant une

insuffisance rénale, l’ASC a été significativement plus grande, la demi-vie d’élimination a été

plus longue (environ le double) et la clairance rénale a été moindre (voir PHARMACOLOGIE

DÉTAILÉE : Pharmacologie chez l’humain).

Certaines modifications de la dose sont recommandées, surtout en présence d’un important

dysfonctionnement rénal. Une petite quantité seulement de ciprofloxacine (< 10 %) est éliminée

de l’organisme par l’hémodialyse ou par la dialyse péritonéale (voir POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION : Populations particulières – Altération de la fonction rénale).

RANGEMENT ET STABILITÉ

Ranger entre 15

C et 30

PRÉSENTATION, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

MYLAN-CIPROFLOXACIN 250 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, rond et biconvexe porte

les inscriptions en relief « CF 250 » sur un côté et

« G » sur l’autre. Disponible en flacon de PEHD de

100 comprimés.

MYLAN-CIPROFLOXACIN 500 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, biconvexe, en forme de

capsule, porte les inscriptions en relief « CF 500 » sur

un côté et « G » sur l’autre. Disponible en

conditionnement de 10 doses unitaires (boîte de 100) et

en flacons de PEHD de 100 et 500 comprimés.

MYLAN-CIPROFLOXACIN 750 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, biconvexe, en forme de

capsule , porte les inscriptions en relief « CF 750 » sur

un côté et « G » sur l’autre. Disponible en flacon de

PEHD de 100 comprimés.

COMPOSITION

Chaque comprimé contient du chlorhydrate de ciprofloxacine (ciprofloxacine dosée à 250, 500

ou 750 mg) comme ingrédient actif. De plus, chaque comprimé contient les ingrédients non

médicinaux suivants : cellulose microcristalline NF, amidon de maïs NF, dioxyde de silicium

colloïdal NF, crospovidone NF, stéarate de magnésium NF, amidon prégélatinisé NF, et Opadry

II Blanc Y-22-7719. Le colorant, Opadry II Blanc Y-22-7719, contient de

l’hydroxypropylméthyl cellulose, du dioxyde de titane, de la polydextrose, de la triacétine et du

polyéthylène glycol.

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Dénomination commune : Chlorhydrate de ciprofloxacine

Nom chimique : 1-cyclopropyl-6-fluoro-1,4-dihydro-4-oxo-7-(1-pipéerazinyl)-3-acide

quinoléine carboxylique, chlorhydrate, monohydrate

Formule

développée :

Formule moléculaire :

HCl H

Poids moléculaire :

385,82 g/mol

Description :

Poudre cristalline jaune pâle.

Solubilité :

Solvant

Descriptif

Parties de solvant requises

pour 1 partie de soluté

(selon la USP)

Peu soluble

De 30 à 100

Acide acétique et méthanol

Légèrement soluble

De 100 à 1000

Alcool déshydraté

Très légèrement

soluble

De 1000 à 10,000

Acétone, acétonitrile, acétate

d’éthyle, hexane et

dichlorométhane

Pratiquement

insoluble

10 000 et plus

COOH

·HCl·H

Intervalle de fusion : De 318 à 320 °C

pH :

De 3,0 à 4,5 (pour une solution à 2,5 % dans l’eau).

Valeurs du pKa :

pKa 1 (acide carboxylique) : 5,5 ± 0,01

pKa 2 (azote de pipérazine protoné) : 10,4 ± 0,01

Coefficient d’extinction :

Concentration de la solution : 0,001 % p/v dans une solution d’hydroxyde de sodium 0,1 N

λ max : 271 nm

Coefficient d’extinction : 83 ± 2

ESSAIS CLINIQUES

Études de Biodisponibilité Comparative

Une étude croisée à dose unique et à répartition aléatoire, comprenant deux traitements et deux

périodes a été menée auprès de 18 hommes adultes, à jeun et en santé pour déterminer la

bioéquivalence des comprimés de Mylan-Ciprofloxacin 750 mg (Mylan Pharmaceuticals ULC)

aux comprimés de CIPRO

750 mg (Bayer Inc).

Les résultats de l’étude de bioéquivalence sont résumés dans le tableau suivant.

Étude de biodisponibilité comparative à répartition aléatoire, de type croisé, avec

permutation portant sur MYLAN-CIPROFLOXIN en comprimé dosé à 750 mg et

CIPRO

®

en comprimé dosé à 750 mg menée auprès de sujets à jeun

(Étude n

o

106-40-11600)

Non corrigés pour tenir compte de la puissance d’action -

Ciprofloxacin

(1 x 750 mg)

À partir de données mesurées

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

Paramètre

À l’étude *

Référence

¥

Rapport des

moyennes

géométriques en

%

Intervalles de

confiance de 90

%

Intervalles de

confiance de 95 %

(ng.h/mL)

11699

12168 (27)

11662

11981 (23)

91,0 – 110,6

89,1 – 113,0

0-infinité

(ng.h/mL)

12555

13096 (28)

12513

12894 (25)

90,7 – 111,0

88,8 – 113,4

(ng/mL)

2387

2451 (22)

2370

2427 (22)

95,3 – 106,5

94,1 – 107,7

(h)**

1,64 (43)

1,36 (40)

T½ (h)**

4,07 (13)

4,12 (15)

*Mylan-Ciprofloxacin 750 mg, fabriquée par Mylan Pharmaceuticals ULC

Cipro

, fabriquée par Bayer Inc.

PHARMACOLOGIE DÉTAILÉE

Pharmacologie chez l’animal

Effets sur la libération d’histamine

Une dose unique de 3, 10 ou 30 mg/kg de ciprofloxacine a été administrée par voie intraveineuse

à neuf chiens anesthésiés (du thiopental sodique a d’abord été administré à raison de 25 mg/kg

par voie i.v., suivi d’une perfusion continue d’un mélange de fentanyl [0,04 mg/kg/h] et de

déhydrobenzpéridol [0,25 mg/kg/h]). La ciprofloxacine a entraîné des modifications circulatoires

similaires à celles associées à la libération d’histamine. Une diminution de la tension artérielle,

du débit cardiaque et du taux d’accroissement maximal de la pression dans le ventricule gauche

(dp/dt max) ainsi qu’une augmentation de la fréquence cardiaque ont été signalées. Les effets

histamino-libérateurs ont été contrebalancés par l’administration intraveineuse simultanée de

0,01 mg/kg de maléate de pyrilamine. Aucun signe de libération d’histamine chez les animaux

éveillés n’a été observé.

Les expériences in vitro effectuées sur des mastocytes isolés de rats indiquent également que les

concentrations de ciprofloxacine allant de 0,1 à 100 mg/L ont des propriétés histamino-

libératrices.

Effets bronchodilatateurs

La ciprofloxacine a été éprouvée sur des trachées isolées de cobayes à des concentrations de

0,0001 à 10 mg/L. Elle a entraîné un relâchement léger mais significatif, proportionnel à la dose,

des muscles lisses des voies respiratoires, mais pas d’effets sur le leucotriène D4 ni sur les

contractions déclenchées par l’histamine.

Effets sur le système nerveux central (SNC)

Des doses de 0, 10, 20 ou 100 mg/kg de ciprofloxacine ont été administrées par voie orale à

quatre chats anesthésiés par le chloralose-uréthane. Aucun effet sur la transmission

neuromusculaire, le réflexe des muscles fléchisseurs ni la tension artérielle n’a été constaté.

Effets gastro-intestinaux

La ciprofloxacine a été administrée par voie orale à quatre groupes de 20 souris à raison de 0, 10,

30 ou 100 mg/kg, 40 minutes avant l’administration d’une suspension de charbon à 15 %. Aucun

effet sur le transit intestinal du charbon n’a été constaté. Aucune lésion gastrique n’a été

observée chez les trois groupes de 20 rats sacrifiés cinq heures après avoir reçu des doses de 0,

30 ou 100 mg/kg.

Lorsque la ciprofloxacine a été administrée par voie intraduodénale à trois groupes de huit rats à

raison de 0, 10 ou 100 mg/kg, aucune augmentation de l’acidité gastrique basale n’a été relevée

par la perfusion de l’estomac.

Effet sur la glycémie et les triglycérides sériques

Quatre groupes de six rats à jeun ont reçu des injections intraveineuses de 0, 3, 10 ou 30 mg/kg.

Comparativement aux témoins, une augmentation légère mais significative de la glycémie a été

observée 60 et 240 minutes après l’administration chez les groupes qui avaient reçu 3 ou

10 mg/kg, mais non chez le groupe qui avait reçu 30 mg/kg.

Les concentrations de triglycérides sériques dans les trois groupes étaient légèrement mais

significativement plus basses 60 minutes après l’administration. Cet effet n’était pas

proportionnel à la dose. Cependant, après 120 minutes, les concentrations étaient légèrement

élevées dans le groupe qui avait reçu 30 mg/kg.

Pharmacologie chez l’humain

Pharmacocinétique

La biodisponibilité relative de la ciprofloxacine administrée par voie orale sous forme de

comprimé est de 70 à 80 % par rapport à une dose équivalente de ciprofloxacine administrée par

voie i.v.

L’administration orale de doses uniques de 250, 500 ou 750 mg de CIPRO à des groupes de

trois volontaires sains de sexe masculin (âge : 22,8 ± 3,5 ans; poids : 68,5 ± 9,4 kg) a été suivie

d’une absorption rapide et importante du médicament par le tractus gastro-intestinal.

Les concentrations sériques maximales (Cmax) ont augmenté proportionnellement à la dose et

ont été atteintes une à deux heures après l’administration orale. Les aires totales sous les courbes

(ASC) des concentrations sériques en fonction du temps ont aussi augmenté proportionnellement

à la dose. Les concentrations moyennes, 12 heures après l’administration de 250, 500 et 750 mg,

étaient de 0,1, 0,2 et 0,4 mg/L, respectivement. Les demi-vies d’élimination sérique (t½) étaient

de quatre à six heures (voir Tableau 5 et Figure 1).

Tableau 5 :

Paramètres pharmacocinétiques après l’administration d’un seul comprimé

de ciprofloxacine à des volontaires sains

Dose

250 mg

500 mg

750 mg

Cmax (mg/L)

1,42

2,60

3,41

t

½

(h)

4,19

4,87

5,34

ASC

0-∞

(mg

·

h/L)

5,43

10,60

15,03

t

max

(h)

1,11

1,11

1,56

Des valeurs semblables ont été obtenues après l’administration de ciprofloxacine toutes les

12 heures pendant sept jours

(voir tableau 6).

Tableau 6 : Paramètres pharmacocinétiques moyens de la ciprofloxacine à l’état

d’équilibre chez des volontaires sains

Schéma posologique

ASC

0-12h

(mg

·

h/L)

C

max

(mg/L)

t

max

(h)

Ciprofloxacine, 500 mg

p.o. q 12 h

13,7

2,97

1,23

Figure 1 :

Concentrations sériques moyennes de ciprofloxacine après l’administration d’un

seul comprimé

Métabolisme et élimination

La ciprofloxacine est en grande partie excrétée par voie rénale sous forme inchangée et, à un

degré moindre, par voie extrarénale. De petites concentrations des quatre métabolites suivants

ont été observées : déséthylèneciprofloxacine (M1) (1,8 %), sulfociprofloxacine (M2) (5,0 %),

oxociprofloxacine (M3) (9,6 %) et formylciprofloxacine (M4) (0,1 %).

Après l’administration orale d’une seule dose de 259 mg de ciprofloxacine marquée au 14C à

six volontaires sains de sexe masculin (âge : 25,0 ± 1,46 ans; poids : 70,0 ± 3,39 kg), environ

94 % de la dose a été récupérée dans l’urine et les fèces au cours des cinq jours suivants. La

radioactivité a, en grande partie (55,4 %), été retrouvée dans l’urine. La ciprofloxacine sous

forme inchangée représentait la principale fraction radioactive décelée et dans l’urine et dans les

fèces, soit respectivement 45 et 25 % de la dose. L’excrétion totale (urine et fèces) de tous les

métabolites était de 18,8 %.

Le Tableau 7 présente les données d’un autre essai au cours duquel des sujets sains ont reçu un

seul comprimé de ciprofloxacine (voir Tableau 7).

Tableau 7 – Excrétion urinaire moyenne de la ciprofloxacine

Nombre d’heures après l’administration d’un seul comprimé

0 à 2

2 à 4

4 à 8

8 à 12

Concentration urinaire, mg/L (± É.T.)

250 mg p.o

205 (± 89)

163 (±145)

101(±65)

32 (±28)

500 mg p.o

255 (± 204)

358 (±206)

117 (±86)

26 (±10)

750 mg p.o

243 (± 143)

593 (±526)

169 (±131)

55 (±36)

Quantité excrétée, mg (± É.T.)

dose de 250 mg

54,38 (± 36,22)

26,79 (±11,78)

22,84 (±6,79)

8,90 (±4,25)

dose de 500 mg

64,51 (± 25,06)

47,37 (±15,65)

39,54 (±11,17)

15,52 (±5,39)

dose de 750 mg

68,90 (± 41,85)

72,43 (±33,13)

61,07 (±21,68)

28,11(±7,64)

Après l’administration intraveineuse d’une seule dose de 107 mg de ciprofloxacine marquée au

C à six volontaires sains de sexe masculin (âge : 23,7 ± 1,89 ans; poids : 80,2 ± 3,45 kg), 15 %

de la ciprofloxacine inchangée a été récupérée dans les fèces, ce qui porte à croire que

l’extraction hépatique suivie de l’excrétion biliaire constitue une voie extrarénale d’élimination

de la ciprofloxacine. Une preuve directe d’excrétion biliaire a été obtenue chez 12 sujets (de 28 à

58 ans) porteurs d’un drain en forme de T. Une concentration biliaire maximale de 16 mg/L a été

notée quatre heures après une seule administration orale de 500 mg de ciprofloxacine.

Concentrations tissulaires

Une étude a démontré que le volume de distribution apparent (V

daire

) de la ciprofloxacine, évalué

à partir des données cinétiques recueillies après l’administration orale, était d’environ 3,5 L/kg,

ce qui semble indiquer une diffusion tissulaire importante.

La distribution de la ciprofloxacine était rapide chez les volontaires sains recevant diverses doses

uniques ou multiples par voie intraveineuse. L’adaptation du profil sérique à un modèle à deux

compartiments donne une phase de distribution dont la demi-vie se situe entre 0,2 et 0,4 heure.

Le volume de distribution en équilibre dynamique (V

déd

) et le V

daire

se situaient respectivement

entre 1,7 et 2,7 L/kg. Le volume du compartiment central était entre 0,16 et 0,63 L/kg, ce qui

représente approximativement le volume total de l’eau extracellulaire.

Des doses uniques de 100, 150 ou 200 mg de ciprofloxacine ont été administrées par voie

intraveineuse à neuf volontaires sains afin d’étudier l’excrétion et la distribution de la

ciprofloxacine administrée par voie intraveineuse et d’évaluer l’effet de l’importance de la dose

sur les paramètres pharmacocinétiques.

L’analyse portant sur un modèle pharmacocinétique à trois compartiments a permis de

déterminer approximativement l’importance et la cinétique de la distribution entre deux

compartiments périphériques : un compartiment s’équilibrant rapidement (V

) et dont le taux de

clairance intercompartimental est élevé, ce qui explique la baisse rapide des concentrations

sériques de ciprofloxacine immédiatement après la perfusion, et un second compartiment où

l’équilibre s’établit lentement et dont le taux de clairance intercompartimental est relativement

lent. Ceci contribue à l’augmentation de la demi-vie terminale (de quatre à cinq heures) de la

ciprofloxacine administrée par voie intraveineuse.

Les résultats de l’étude ont été les suivants : On a constaté que le volume de distribution en

équilibre dynamique (V

déd

) était de 2,0 à 2,9 L/kg. Les volumes mesurés dans chaque

compartiment ont été les suivants : compartiment central : 0,2 à 0,4 L/kg; compartiment

périphérique V

: 0,6 à 0,8 L/kg; compartiment périphérique V

: 1,2 à 1,6 L/kg.

Le Tableau 8 résume les résultats de la diffusion tissulaire et liquidienne de la ciprofloxacine

chez l’humain.

Tableau 8 – Diffusion de la ciprofloxacine dans les tissus et les liquides humains

Tissu/liquide

N

bre

de

patients

Dose unique

de

ciprofloxacine

Concentration

maximale

(mg/kg ou mg/L)

Concentration

sérique

moyenne (mg/L)

Temps après

l’administration

(h)

Sérosité de

bulles

cutanées

500 mg p.o.

1,4 ± 0,36

2,3 ± 0,7

1 à 6

750 mg p.o.

1,4 ± 1,0

2,9 ± 2,2

2 à 4

Tissu des

organes

génitaux

féminins

500 mg p.o.

1,3 ± 0,66

1,6 ± 0,97

1,4 ± 0,87

2 à 4

Tissu

prostatique

500 mg p.o.

3,76

1,84

Muscle

250 mg p.o.

2,4 ± 1,0

2,9 ± 2,2

2 à 4

Tissu/liquide

N

bre

de

patients

Dose unique

de

ciprofloxacine

Concentration

maximale

(mg/kg ou mg/L)

Concentration

sérique

moyenne (mg/L)

Temps après

l’administration

(h)

Sécrétions

nasales

500 mg p.o.

1,4 ± 0,81

1,8 ± 0,48

1 à 3

Tissu

bronchique

200 mg i.v.

3,94 ± 2,5

1,62 ± 0,7

0,97

Vagin

100 mg i.v.

1,13 ± 0,2

0,61 ± 0,12

Ovaires

100 mg i.v.

1,00 ± 0,23

0,61 ± 0,12

Populations particulières

Personnes âgées

Une dose unique de 250 mg de ciprofloxacine a été administrée par voie orale à quatre femmes

et à six hommes (âge : 67 ± 4 ans; poids : 65 ± 6 kg) dont la fonction rénale était normale pour

leur âge. Les concentrations sériques maximales de ciprofloxacine et les aires sous les courbes

des concentrations sériques en fonction du temps ont été significativement plus grandes que

celles observées chez dix volontaires jeunes de sexe masculin (âge : 24 ± 3 ans; poids : 72 ±

9 kg). Le délai d’obtention des concentrations sériques maximales, la demi-vie d’élimination

globale et la récupération de la ciprofloxacine dans l’urine ont été similaires dans les deux

groupes.

Tableau 9 – Comparaison des paramètres pharmacocinétiques chez des volontaires sains

âgés et jeunes après l’administration par voie orale d’un seul comprimé à 250 mg

Paramètre

Volontaires âgés

(moyenne ± É.T.)

Volontaires jeunes

(moyenne ± É.T.)

(mg/L)

1,8 ± 0,5

1,3 ± 0,4

1,2 ± 0,3

1,2 ± 0,1

3,7 ± 0,9

3,3 ± 0,6

ASC totale (mg·h/L)

7,25 ± 2,45

5,29 ± 1,21

% de la dose retrouvée dans l’urine

après 24 heures

Altération de la fonction rénale

La ciprofloxacine est surtout éliminée par les reins. Cependant, elle est aussi métabolisée et

partiellement éliminée par les voies biliaire et intestinale. Cette autre voie d’élimination semble

compenser la réduction de l’excrétion rénale chez les patients atteints d’une altération de la

fonction rénale. Certaines modifications de la dose sont cependant recommandées, surtout en

présence d’un important dysfonctionnement rénal.

Les paramètres pharmacocinétiques de la ciprofloxacine ont été comparés après l’administration

orale d’une dose unique de 250 mg à six sujets (cinq hommes, une femme; âge : 51 ± 9 ans) dont

la fonction rénale était normale (voir groupe I, Tableau 10), à six sujets (trois hommes,

trois femmes; âge : 63 ± 6 ans) présentant une atteinte de la fonction rénale (voir groupe II,

Tableau 10) et à cinq sujets (deux hommes, trois femmes; âge : 63 ± 6 ans) en hémodialyse et

présentant une insuffisance rénale en phase terminale (voir groupe III, Tableau 10). Chez les

patients présentant une insuffisance rénale, l’ASC a été significativement plus grande, la demivie

d’élimination a été plus longue (environ le double) et la clairance rénale a été moindre.

L’hémodialyse a entraîné une baisse minime des concentrations plasmatiques. D’après les

concentrations observées dans le dialysat, pas plus de 2 % de la dose ne serait éliminée par la

dialyse pendant quatre heures, ce qui est moindre que la quantité éliminée dans l’urine pendant

24 heures chez les sujets du groupe II (voir Tableau 10).

Tableau 10 – Paramètres pharmacocinétiques moyens de la ciprofloxacine après

l’administration par voie orale d’un seul comprimé à 250 mg à des volontaires sains et à

des sujets présentant une insuffisance rénale

Groupe

Clairance de la

créatinine

(mL/s/1,73 m²)

(mL/min/1,73 m²)

Parameter

C

max

(mg/L)

t

max

(h)

Demi-vie

(h)

ASC totale

(mg.h/mL)

Clairance

rénale

(mL/min)

% de la

dose dans

l’urine

(0 à 24 heures)

> 1,0

(> 60)

1,52 (± 0,21)

1,0 (± 0,0)

4,4 (± 0,2)

6,94 (± 0,97)

232,9 (± 44,8)

37,0 (± 3,7)

< 0,33

(< 20)

1,70 (± 0,41)

1,7 (± 0,5)

8,7 (± 0,9)

14,36 (± 3,5)

18,3 (± 3,5)

5,3 (± 1,7)

Insuffisance

rénale en

phase

terminale et

hémodialyse

2,07 (± 0,23)

1,6 (± 0,2)

5,8 (± 0,9)

15,87 (± 2,0)

Altération de la fonction hépatique

Au cours d’études menées auprès de patients présentant une cirrhose du foie chronique stable

(avec altération légère ou modérée de la fonction hépatique), on n’a pas observé de modification

significative de la pharmacocinétique de la ciprofloxacine. Au cours d’une étude, sept patients

présentant une cirrhose et sept volontaires sains ont reçu CIPRO à raison de 750 mg toutes les

12 heures neuf fois, n’ont reçu aucun médicament pendant une semaine, puis ont reçu une

perfusion de 200 mg de CIPRO I.V. d’une durée de 30 minutes. Il n’y a pas eu de différence

entre les patients présentant une cirrhose chronique stable (avec altération légère ou modérée de

la fonction hépatique) et les volontaires sains quant aux paramètres pharmacocinétiques.

MICROBIOLOGIE

Mécanisme d’action

L’action bactéricide de la ciprofloxacine résulte de l’inhibition de la topoisomérase II

(ADN gyrase) et de la topoisomérase IV, enzymes qui sont nécessaires pour la réplication, la

transcription, la réparation et la recombinaison de l’ADN.

Résistance au médicament

Le mécanisme d’action des fluoroquinolones, y compris de la ciprofloxacine, est différent de

celui des pénicillines, des céphalosporines, des aminosides, des macrolides et des tétracyclines.

Par conséquent, les microorganismes qui résistent aux médicaments de ces classes peuvent être

sensibles à la ciprofloxacine. Il n’y a pas de résistance croisée connue entre la ciprofloxacine et

d’autres classes d’antimicrobiens. In vitro, la résistance à la ciprofloxacine s’acquiert lentement

par l’entremise de mutations en plusieurs étapes. La fréquence générale de la résistance à la

ciprofloxacine causée par des mutations spontanées est d’entre < 1 x 10

et 1 x 10

Activité in vitro et in vivo

La ciprofloxacine est active in vitro contre une vaste gamme de microorganismes Gram positif et

Gram négatif. La ciprofloxacine est légèrement moins active quand l’épreuve est effectuée à un

pH acide. L’importance de l’inoculum a peu d’effet in vitro. La concentration minimale

bactéricide (CMB) n’est en général pas plus de deux fois supérieure à la concentration minimale

inhibitrice (CMI).

On a démontré que la ciprofloxacine était active contre la plupart des souches des

microorganismes suivants, tant in vitro qu’en cas d’infections cliniques :

Microorganismes aérobies Gram positif

Enterococcus faecalis (de nombreuses souches ne sont que modérément sensibles)

Staphylococcus aureus (souches sensibles à la méthicilline seulement)

Staphylococcus epidermidis (souches sensibles à la méthicilline seulement)

Staphylococcus saprophyticus

Streptococcus pyogenes

Microorganismes aérobies Gram négatif

Campylobacter jejuni Proteus mirabilis

Citrobacter diversus Proteus vulgaris

Citrobacter freundii Providencia rettgeri

Enterobacter cloacae Providencia stuartii

Escherichia coli Pseudomonas aeruginosa

Haemophilus influenzae Salmonella typhi

Haemophilus parainfluenzae Serratia marcescens

Klebsiella pneumoniae Shigella boydii

Moraxella catarrhalis Shigella dysenteriae

Morganella morganii Shigella flexneri

Neisseria gonorrhoeae Shigella sonnei

On ne connaît pas la portée clinique des données in vitro ci-dessous

In vitro, les CMI de la ciprofloxacine sont de 1 μg/mL ou moins contre la plupart (≥ 90 %) des

souches des microorganismes ci-dessous. Toutefois, l’innocuité et l’efficacité de la

ciprofloxacine pour le traitement des infections cliniques causées par ces microorganismes n’ont

pas été établies au cours d’essais cliniques convenables et bien contrôlés.

Microorganismes aérobies Gram positif

Staphylococcuc haemolyticus

Staphylococcus hominis

Microorganismes aérobies Gram négatif

Acetinobacter iwoffii Salmonella enteritidis

Aeromonas hydrophila Vibrio cholerae

Edwardsiella tarda Vibrio parahaemolyticus

Enterobacter aerogenes Vibrio vulnificus

Legionella pneumophila Yersinia enterocolitica

Pasteurella multocida

La plupart des souches de Burkholderia cepacia et certaines des souches de Stenotrophomonas

maltophilia sont résistantes à la ciprofloxacine, comme la plupart des bactéries anaérobies, y

compris Bacteroides fragilis et Clostridium difficile.

Épreuves de sensibilité

Méthodes de dilution : Des méthodes quantitatives servent à déterminer les CMI des

antimicrobiens. Ces CMI permettent d’évaluer la sensibilité des bactéries aux antimicrobiens.

Les CMI doivent être déterminées par des méthodes standardisées fondées sur une méthode de

dilution (1) (en bouillon ou en gélose) ou sur une méthode équivalente, et les épreuves doivent

être effectuées à partir d’inoculums dont les concentrations sont standardisées et de

concentrations standardisées de poudre de ciprofloxacine. Les CMI doivent être interprétées

selon les critères présentés au Tableau 11.

Méthodes de diffusion : Les méthodes quantitatives exigeant la mesure du diamètre des zones

donnent aussi des résultats reproductibles permettant d’évaluer la sensibilité des bactéries aux

antimicrobiens. Pour une des méthodes de diffusion standardisées (2), on doit utiliser des

inoculums dont les concentrations sont standardisées. Selon cette méthode, la sensibilité des

microorganismes à la ciprofloxacine est déterminée à l’aide de disques de papier renfermant 5 μg

de ciprofloxacine.

Les résultats obtenus par le laboratoire pour l’épreuve de sensibilité standard effectuée avec un

disque renfermant 5 μg de ciprofloxacine doivent être interprétés selon les critères présentés au

Tableau 11. Il doit y avoir une corrélation entre le diamètre obtenu par la méthode des disques et

la CMI de la ciprofloxacine.

Tableau 11 – Critères d’interprétation de la sensibilité à la ciprofloxacine

CMI (μg/mL)

Diamètre de la zone (mm)

Espèces

S

I

R

S

I

R

Entérobactéries

≤1

≥4

≥21

16 à 20

≤15

Enterococcus faecalis

≤1

≥4

≥21

16 à 20

≤15

Staphylocoques sensibles à la

méthicilline

≤1

≥4

≥21

16 à 20

≤15

Pseudomonas aeruginosa

≤1

≥4

≥21

16 à 20

≤15

Haemophilus influenzae

≤1

≥21

Haemophilus parainfluenzae

≤1

≥21

Streptococcus pyogenes

≤1

≥4

≥21

16 à 20d

≤15

Neisseria gonorrhoeae

≤0,06

0,12 à 0,5

≥1

≥41f

28 à 40f

≤27

Abréviations : I = sensibilité intermédiaire; CMI = concentration minimale inhibitrice; μg = microgramme;

mL = millilitre; mm = millimètre; R = résistant; S = sensible

Norme valable seulement pour les épreuves de sensibilité portant sur Haemophilus influenzae et Haemophilus

parainfluenzae effectuées selon la méthode de microdilution à l’aide d’un milieu HTM (Haemophilus Test

Medium) (1)

Norme valable seulement pour les épreuves portant sur Haemophilus influenzae et Haemophilus parainfluenzae

effectuées à l’aide d’un milieu HTM (Haemophilus Test Medium) (2)

Normes valables seulement pour les épreuves de sensibilité portant sur des streptocoques effectuées selon la

méthode de microdilution à l’aide d’un bouillon de Mueller-Hinton dont la concentration en cations est ajustée,

enrichi de 2 à 5 % de sang lysé de cheval

Normes valables seulement pour les épreuves de sensibilité portant sur des streptocoques effectuées à l’aide d’une

gélose de Mueller-Hinton enrichie de 5 % de sang de mouton incubé dans du CO

à 5 %

Norme valable seulement pour le test de dilution en gélose effectué avec une base de gélose GC et 1 % de

supplément de croissance défini

Norme valable seulement pour les épreuves de diffusion sur disque effectuées avec une base de gélose GC et 1 %

de supplément de croissance défini

Faute de données sur des souches résistantes, il est actuellement impossible de définir les CMI correspondant à

une sensibilité intermédiaire ou à une résistance. Toute souche ne semblant pas sensible doit être envoyée à un

laboratoire de référence pour y être analysée.

Si l’agent pathogène est sensible, il sera probablement inhibé par les concentrations de

l’antimicrobien pouvant habituellement être atteintes dans le sang. Si la sensibilité de l’agent

pathogène est intermédiaire, le résultat doit être considéré équivoque et, si l’agent pathogène

n’est pas totalement sensible à un autre médicament pouvant être administré, l’épreuve de

sensibilité doit être refaite. Une sensibilité intermédiaire indique que l’antimicrobien pourrait être

utile contre les infections touchant les sites où il atteint des concentrations élevées ou quand de

fortes doses peuvent être administrées. Cette catégorie constitue aussi une zone tampon qui

empêche que des facteurs techniques mineurs non régulés causent des erreurs d’interprétation

majeures. Si l’agent pathogène est résistant, il ne sera probablement pas inhibé par les

concentrations de l’antimicrobien pouvant habituellement être atteintes dans le sang et un autre

médicament devra être choisi.

Contrôle de la qualité : Il faut utiliser des microorganismes de laboratoire témoins pour réguler

les aspects techniques des épreuves de sensibilité standardisées. Avec les méthodes de dilution,

la poudre de ciprofloxacine standard devrait donner des CMI correspondant aux critères

présentés au Tableau 12. Avec les méthodes de diffusion, un disque renfermant 5 μg de

ciprofloxacine devrait donner les diamètres de zones présentés au Tableau 12.

Tableau 12 – Contrôle de la qualité des épreuves de sensibilité

Souche

Écart des CMI (μg/mL)

Diamètre de la zone (mm)

Enterococcus faecalis, ATCC 29212

0,25 à 2

Escherichia coli, ATCC 25922

0,004 à 0,015

30 à 40

Haemophilus influenzae, ATCC 49247

0,004 à 0,03

34 à 42

Pseudomonas aeruginosa,

ATCC 27853

0,25 à 1

25 à 33

Staphylococcus aureus, ATCC 29213

0,12 à 0,5

Staphylococcus aureus, ATCC 25923

22 à 30

Neisseria gonorrhoeae, ATCC 49226

0,001 à 0,008

48 à 58

C. jejuni, ATCC 33560

0,06 à 0,25 et 0,03 à 0,12

Abréviations : ATCC = American Type Culture Collection; CMI = concentration minimale inhibitrice;

μg = microgramme; mL = millilitre; mm = millimètre

Pour le contrôle de la qualité, l’écart n’est valable que pour la souche ATCC 49247 de H. influenzae et que si

l’épreuve est effectuée selon la méthode de microdilution en bouillon à l’aide d’un milieu HTM (Haemophilus

Test Medium) (1).

Souche ATCC 49226 de N. gonorrhoeae testée par la méthode de dilution en gélose à l’aide d’une base de gélose

GC et 1 % de supplément de croissance défini dans du CO2 à 5 % à entre 35 et 37 oC pendant 20 à 24 heures (2)

Souche ATCC 33560 de C. jejuni testée par la méthode de microdilution en bouillon à l’aide d’un bouillon de

Mueller-Hinton dont la concentration en cations est ajustée, enrichi de 2,5 à 5 % de sang lysé de cheval dans un

environnement microaérophile à entre 36 et 37 °C pendant 48 heures et à 42 °C après 24 heures, respectivement.

Pour le contrôle de la qualité, l’écart n’est valable que pour la souche ATCC 49247 de H. influenzae et que si

l’épreuve est effectuée dans un milieu HTM (Haemophilus Test Medium) (2).

Pour le contrôle de la qualité, l’écart n’est valable que pour la souche ATCC 49226 de N. gonorrhoeae et que si

l’épreuve est effectuée selon la méthode de diffusion par la méthode des disques à l’aide d’une base de gélose GC

et 1 % de supplément de croissance défini.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Tableau 13 – DL

50

(mg/kg) dans diverses espèces

Espèce

Voie d’administration

DL

50

(mg/kg)

Souris

per os

environ 5000

per os

environ 5000

Lapin

per os

environ 2500

Souris

i.v.

environ 290

i.v.

environ 145

Lapin

i.v.

environ 125

Chien

i.v.

environ 250

Toxicité chronique

Études de quatre semaines sur la tolérabilité subaiguë

Administration orale : Des doses de jusqu’à 100 mg/kg ont été tolérées par des rats et n’ont causé

aucune lésion. Des réactions pseudo-allergiques causées par la libération d’histamine ont été

observées chez des chiens.

Administration parentérale : Dans le groupe recevant la dose la plus élevée dans chacun des cas

(rats : 80 mg/kg; singes : 30 mg/kg), des cristaux contenant de la ciprofloxacine ont été retrouvés

dans le sédiment urinaire. Il y a aussi eu des altérations dans des tubules rénaux, soit des

réactions typiques à des corps étrangers causées par des précipités cristalloïdes. Ces altérations

sont considérées comme des réactions inflammatoires secondaires provoquées par la présence de

corps étrangers et résultant de la précipitation d’un complexe cristallin dans le système des

tubules rénaux distaux.

Études de trois mois sur la tolérabilité subchronique

Administration orale : Des doses de jusqu’à 500 mg/kg ont été tolérées par des rats et n’ont causé

aucune lésion. Chez les singes, une cristallurie et des altérations dans les tubules rénaux ont été

observées dans le groupe recevant la dose la plus élevée (135 mg/kg).

Administration parentérale : Bien que les altérations dans les tubules rénaux observées chez les

rats étaient dans certains cas très légères, elles ont été observées avec toutes les doses. Chez les

singes, elles n’ont été observées que dans le groupe recevant la dose la plus élevée (18 mg/kg) et

ont été associées à une légère baisse du nombre de globules rouges et de l’hémoglobine.

Études de six mois sur la tolérabilité chronique

Administration orale : Des doses de jusqu’à 500 mg/kg et 30 mg/kg ont été tolérées par des rats

et des singes, respectivement, et n’ont causé aucune lésion. Des altérations dans les tubules

rénaux distaux ont une fois de plus été observées chez certains singes du groupe recevant la dose

la plus élevée (90 mg/kg).

Administration parentérale : Chez les singes, une légère élévation des concentrations d’urée et de

créatinine et des altérations dans les tubules rénaux distaux ont été observées dans le groupe

recevant la dose la plus élevée (20 mg/kg).

Pouvoir carcinogène

Au cours d’études sur le pouvoir carcinogène menées sur des souris (21 mois) et des rats

(24 mois) et ayant porté sur l’administration de doses de jusqu’à environ 1000 mg/kg de poids

vif/jour aux souris et 125 mg/kg de poids vif/jour aux rats (dose portée à 250 mg/kg de poids

vif/jour après 22 semaines), il n’y a eu aucun signe d’effet carcinogène avec aucune des doses.

Toxicologie de la reproduction

Études sur la fertilité menées chez le rat : La fertilité, le développement intra-utérin et postnatal

des petits ainsi que la fertilité de la génération F1 n’ont pas été altérés par la ciprofloxacine.

Études sur l’effet embryotoxique

Au cours de ces études, la ciprofloxacine n’a pas eu d’effets tératogènes ni embryotoxiques.

Développement périnatal et postnatal chez le rat

On n’a pas observé d’effet sur le développement périnatal et postnatal des animaux. Une fois les

petits élevés, des examens histologiques n’ont mis en évidence aucun signe de lésions

articulaires chez les petits.

Pouvoir mutagène

Huit tests in vitro du pouvoir mutagène ont été effectués avec la ciprofloxacine. Ces tests sont les

suivants :

Salmonella : test des microsomes (négatif)

E. coli : test de la réparation de l’ADN (négatif)

Test de mutation directe sur cellules du lymphome de la souris (positif)

Test de l’HGPRT sur cellules de hamster chinois V

(négatif)

Test de transformation des cellules embryonnaires de hamster syrien (négatif)

Saccharomyces cerevisiae : test de mutation ponctuelle (négatif)

Test de croisement mitotique et de conversion génétique (négatif)

Test de réparation de l’ADN sur hépatocytes de rat en culture primaire (positif)

Deux des huit tests ont été positifs, mais les résultats des tests in vivo suivants ont été négatifs :

Test de réparation de l’ADN sur hépatocytes de rat

Test du micronoyau (souris)

Test de létalité dominante (souris)

Moelle osseuse de hamster chinois

Études particulières sur la tolérabilité

Les études comparatives menées sur l’animal, tant avec les vieux inhibiteurs de la gyrase

qu’avec les plus récents ont révélé que les substances de cette classe produisent des lésions

caractéristiques. Des lésions rénales, des lésions du cartilage des articulations portantes

d’animaux impubères et des lésions oculaires peuvent se produire.

Études sur la tolérabilité rénale

La cristallisation observée au cours des études sur l’animal est survenue surtout à des pH qui ne

sont pas observés chez l’humain.

La perfusion lente de la ciprofloxacine réduit le risque de précipitation de cristaux par rapport à

la perfusion rapide.

La précipitation de cristaux dans les tubules rénaux n’entraîne pas immédiatement et

automatiquement des lésions rénales. Au cours des études sur l’animal, des lésions sont

survenues seulement après l’administration de fortes doses, qui avaient causé une cristallurie

abondante. Par exemple, bien qu’elles aient toujours causé une cristallurie, même des doses

élevées ont été tolérées pendant six mois, n’ayant pas causé de lésions ni de réactions à des corps

étrangers dans des tubules rénaux distaux.

On n’a pas observé de lésions rénales en l’absence de cristallurie. Les lésions rénales observées

au cours des études sur l’animal ne doivent donc pas être considérées comme un effet toxique

primaire de la ciprofloxacine sur les tissus rénaux, mais plutôt comme des réactions

inflammatoires secondaires provoquées par la présence de corps étrangers et résultant de la

précipitation d’un complexe cristallin de ciprofloxacine, magnésium et protéine.

Études sur la tolérabilité articulaire

Comme c’est aussi le cas avec d’autres inhibiteurs de la gyrase, la ciprofloxacine cause des

lésions des grosses articulations portantes chez les animaux impubères.

L’importance des lésions du cartilage varie en fonction de l’âge, de l’espèce et de la dose; on

peut atténuer les lésions en évitant l’appui sur les articulations. Les études menées sur des

animaux pubères (rats et chiens) n’ont pas mis en évidence de lésions du cartilage.

Études sur la tolérabilité rétinienne

La ciprofloxacine se lie aux structures qui contiennent de la mélanine, y compris la rétine. Les

effets possibles de la ciprofloxacine sur la rétine ont été évalués au cours de diverses études sur

des animaux pigmentés. La ciprofloxacine n’a pas eu d’effet sur les structures morphologiques

de la rétine ni sur les résultats des examens électrorétinographiques.

RÉFÉRENCES

1. CLSI (Clinical and Laboratory Standards Institute). Methods for Dilution Antimicrobial

Susceptibility Tests for Bacteria That Grow Aerobically; Approved Standard. CLSI

Document M7-A8, Vol. 29, No. 2. Eighth Edition ed. CLSI, Wayne, PA2009.

2. CLSI (Clinical and Laboratory Standards Institute). Performance Standards for

Antimicrobial Disk Susceptibility Tests; Approved Standard. CLSI Document M2-A10

Vol. 29, No. 1. Tenth Edition ed. CLSI, Wayne, PA2009.

3. Aigner KR, Dalhoff A. Penetration activities of ciprofloxacin into muscle, skin and fat

following oral administration. J Antimicrob Chemother. 1986 Nov;18(5):644-5.

4. Aldridge KE, Schiro DD, Tsai L, Janney A, Sanders CV, Marier RL. Ciprofloxacin

(BAY o 9867) and in vitro comparison with other broad spectrum antibiotics. Curr Ther

Res. 1985;37(4):754-62.

5. Auckenthaler R, Michea-Hamzehpour M, Pechere JC. In-vitro activity of newer

quinolones against aerobic bacteria. J Antimicrob Chemother. 1986 Apr;17 Suppl B:29-

6. Barry AL, Fass RJ, Anhalt JP, Neu HC, Thornsberry C, Tilton RC, et al. Ciprofloxacin

disk susceptibility tests: interpretive zone size standards for 5-microgram disks. J Clin

Microbiol. 1985 Jun;21(6):880-3.

7. Bauernfeind A, Petermuller C. In vitro activity of ciprofloxacin, norfloxacin and nalidixic

acid. Eur J Clin Microbiol. 1983 Apr;2(2):111-5.

8. Bayer A, Gajewska A, Stephens M, Stark JM, Pathy J. Pharmacokinetics of ciprofloxacin

in the elderly. Respiration. 1987;51(4):292-5.

9. Beermann D, Scholl H, Wingender W, Forster D, Beubler E. Metabolism of

ciprofloxacin in man. In Neu HC & Weuta H (Eds) 1st International Ciprofloxacin

Workshop, Leverkusen: Excerpta Medica, Amsterdam1985.

10. CLSI (Clinical and Laboratory Standards Institute). Methods for Antimicrobial Dilution

and Disk Susceptibility Testing of Infrequently Isolated or Fastidious Bacteria; Approved

Guideline. Document M45-A2. Second Edition ed. CLSI, Wayne, PA.2010.

11. Crump B, Wise R, Dent J. Pharmacokinetics and tissue penetration of ciprofloxacin.

Antimicrob Agents Chemother. 1983 Nov;24(5):784-6.

12. Fass RJ. Treatment of skin and soft tissue infections with oral ciprofloxacin. J

Antimicrob Chemother. 1986 Nov;18 Suppl D:153-7.

13. Fass RJ. Efficacy and safety of oral ciprofloxacin for treatment of serious urinary tract

infections. Antimicrob Agents Chemother. 1987 Feb;31(2):148-50.

14. Fass RJ. Efficacy and safety of oral ciprofloxacin in the treatment of serious respiratory

infections. Am J Med. 1987 Apr 27;82(4A):202-7.

15. Fong IW, Ledbetter WH, Vandenbroucke AC, Simbul M, Rahm V. Ciprofloxacin

concentrations in bone and muscle after oral dosing. Antimicrob Agents Chemother.

1986 Mar;29(3):405-8.

16. Gasser TC, Ebert SC, Graversen PH, Madsen PO. Ciprofloxacin pharmacokinetics in

patients with normal and impaired renal function. Antimicrob Agents Chemother. 1987

May;31(5):709-12.

17. Giamarellou H, Galanakis N, Dendrinos C, Stefanou J, Daphnis E, Daikos GK.

Evaluation of ciprofloxacin in the treatment of Pseudomonas aeruginosa infections. Eur J

Clin Microbiol. 1986 Apr;5(2):232-5.

18. Gonzalez MA, Moranchel AH, Duran S, Pichardo A, Magana JL, Painter B, et al.

Multiple-dose ciprofloxacin dose ranging and kinetics. Clin Pharmacol Ther. 1985

Jun;37(6):633-7.

19. Greenberg RN, Kennedy DJ, Reilly PM, Luppen KL, Weinandt WJ, Bollinger MR, et al.

Treatment of bone, joint, and soft-tissue infections with oral ciprofloxacin. Antimicrob

Agents Chemother. 1987 Feb;31(2):151-5.

20. Greenberg RN, Tice AD, Marsh PK, Craven PC, Reilly PM, Bollinger M, et al.

Randomized trial of ciprofloxacin compared with other antimicrobial therapy in the

treatment of osteomyelitis. Am J Med. 1987 Apr 27;82(4A):266-9.

21. Honeybourne D, Andrews JM, Ashby JP, Lodwick R, Wise R. Evaluation of the

penetration of ciprofloxacin and amoxycillin into the bronchial mucosa. Thorax. 1988

Sep;43(9):715-9.

22. Honeybourne D, Wise R, Andrews JM. Ciprofloxacin penetration into lungs. Lancet.

1987(2031):1040.

23. LeBel M, Bergeron MG, Vallee F, Fiset C, Chasse G, Bigonesse P, et al.

Pharmacokinetics and pharmacodynamics of ciprofloxacin in cystic fibrosis patients.

Antimicrob Agents Chemother. 1986 Aug;30(2):260-6.

24. Ledergerber B, Bettex JD, Joos B, Flepp M, Luthy R. Effect of standard breakfast on

drug absorption and multiple-dose pharmacokinetics of ciprofloxacin. Antimicrob Agents

Chemother. 1985 Mar;27(3):350-2.

25. Licitra CM, Brooks RG, Sieger BE. Clinical efficacy and levels of ciprofloxacin in tissue

in patients with soft tissue infection. Antimicrob Agents Chemother. 1987

May;31(5):805-7.

26. Ramirez-Ronda CH, Saavedra S, Rivera-Vazquez CR. Comparative, double-blind study

of oral ciprofloxacin and intravenous cefotaxime in skin and skin structure infections.

Am J Med. 1987 Apr 27;82(4A):220-3.

27. Raoof S, Wollschlager C, Khan FA. Ciprofloxacin increases serum levels of

theophylline. Am J Med. 1987 Apr 27;82(4A):115-8.

28. Ratcliffe NT, Smith JT. Effects of magnesium on the activity of 4-quinolone antibacterial

agents. J Pharm Pharmacol. 1983;35(Suppl):61.

29. Schacht P, Arcieri G, Branolte J, Bruck H, Chysky V, Griffith E, et al. Worldwide

clinical data on efficacy and safety of ciprofloxacin. Infection. 1988;16 Suppl 1:S29-43.

30. Schluter G. Toxicology of ciprofloxacin. Excerpta Medica, Amsterdam,: In Neu HC,

Weuta H (Eds) 1st International Ciprofloxacin Workshop, Leverkusen 19851986.

31. Smith JT. The mode of action of 4-quinolones and possible mechanisms of resistance. J

Antimicrob Chemother. 1986 Nov;18 Suppl D:21-9.

32. Wolfson JS, Hooper DC. The fluoroquinolones: structures, mechanisms of action and

resistance, and spectra of activity in vitro. Antimicrob Agents Chemother. 1985

Oct;28(4):581-6.

33. Zeiler HJ. Evaluation of the in vitro bactericidal action of ciprofloxacin on cells of

Escherichia coli in the logarithmic and stationary phases of growth. Antimicrob Agents

Chemother. 1985 Oct;28(4):524-7.

34. CIPRO

(Ciprofloxacin Hydrochloride Tablets) Product Monograph, Bayer Inc., dated 24

mai 2017, Control No. 202151.

35. A Comparative Randomized, Two-way Crossover Bioavailability Study of Ciprofloxacin

Tablets, 750 mg and CIPRO

750 mg Tablets Under Fasting Conditions (Study No. 106-40-

11600). Mylan Pharmaceuticals ULC August 2000.

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET

EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT

RENSEIGNEMENTS POUR LES PATIENTS SUR LES MÉDICAMENTS

Pr

MYLAN-CIPROFLOXACIN

(comprimés de ciprofloxacine, USP)

250 mg, à 500 mg et à 750 mg

Lisez attentivement ce qui suit avant de commencer à prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN et

à chaque renouvellement de prescription. L’information présentée ici est un résumé et ne couvre

pas tout. Parlez de votre état médical et de votre traitement à votre professionnel de la santé et

demandez-lui s’il possède de nouveaux renseignements au sujet de MYLAN-

CIPROFLOXACIN.

Mises en garde et précautions importantes

Les antibiotiques de la famille des quinolones tels que MYLAN-CIPROFLOXACIN sont

associés à des réactions indésirables invalidantes et possiblement persistantes telles que :

inflammation d’un tendon (tendinite), rupture d’un tendon

lésions aux nerfs (neuropathie périphérique)

troubles du cerveau tels que :

épilepsie

dépression nerveuse

confusion

autres symptoms

Les antibiotiques de la famille des quinolones tels que MYLAN-CIPROFLOXACIN :

ont allongé les battements du coeur (allongement de l’espace Q-T).

ont entraîné des réactions allergiques graves, y compris la mort

peuvent être associés à un risque accru de tendinite (inflammation d’un tendon)

peuvent aggraver la myasthénie grave (un trouble musculaire)

peuvent causer une crise épileptique et une dépression nerveuse. Si vous souffrez d’un

trouble du cerveau ou de la colonne vertébrale (p. ex. épilepsie), dites-le à votre

médecin.

peuvent causer des lésions hépatiques qui peuvent être mortelles.

Pour plus d’information et connaître les autres symptômes :

Voir la section « Pour prévenir les effets secondaires et vous assurer de bien utiliser

LE PRODUIT, ADRESSEZ-VOUS À VOTRE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

AVANT D’UTILISER MYLAN-CIPROFLOXACIN. MENTIONNEZ TOUTE

CONDITION OU TOUT PROBLÈME DE SANTÉ, DONT CE QUI SUIT.… »

Voir la section « Quels sont les effets secondaires possibles de MYLAN-

CIPROFLOXACIN? »

Adressez-vous à votre médecin pour savoir si MYLAN-CIPROFLOXACIN vous convient.

Pourquoi MYLAN-CIPROFLOXACIN est-il utilisé?

MYLAN-CIPROFLOXACIN sont utilisés pour le traitement des infections bactériennes des

voies urinaires et de l’inflammation rénale.

Les antibactériens tels que MYLAN-CIPROFLOXACIN sont destines uniquement au traitement

des infections bactériennes. Ils ne doivent pas être employés pour traiter les infections virales

telles que le rhume. Bien que vous puissiez vous sentir mieux au début du traitement, vous devez

suivre les directives à la lettre. Une mauvaise utilisation ou une utilisation prolongée de

MYLAN-CIPROFLOXACIN pourrait favoriser la croissance de bactéries ne pouvant être

éliminées par ces médicaments (résistance). Cela signifie que MYLAN-CIPROFLOXACIN

pourraient ne pas fonctionner pour vous à l’avenir.

Comment MYLAN-CIPROFLOXACIN agit-il?

MYLAN-CIPROFLOXACIN est un antibiotique qui éliminent les bactéries qui causent

l’infection des voies urinaires.

Quels sont les ingrédients de MYLAN-CIPROFLOXACIN?

Ingrédients médicinaux : ciprofloxacine sous forme de chlorhydrate de ciprofloxacine

Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline NF, amidon de maïs NF, dioxyde de

silicium colloïdal NF, crospovidone NF, stéarate de magnésium NF, amidon prégélatinisé NF, et

Opadry II Blanc Y-22-7719. Le colorant, Opadry II Blanc Y-22-7719, contient de

l’hydroxypropylméthyl cellulose, du dioxyde de titane, de la polydextrose, de la triacétine et du

polyéthylène glycol.

MYLAN-CIPROFLOXACIN est offert sous les formes posologiques qui suivent:

Comprimés MYLAN-CIPROFLOXACIN : 250 mg, 500 mg et 750 mg.

MYLAN-CIPROFLOXACIN 250 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, rond et biconvexe porte

les inscriptions en relief « CF 250 » sur un côté et « G » sur l’autre. Disponible en flacon de

PEHD de 100 comprimés.

MYLAN-CIPROFLOXACIN 500 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, biconvexe, en forme de

capsule, porte les inscriptions en relief « CF 500 » sur un côté et « G » sur l’autre. Disponible en

conditionnement de 10 doses unitaires (boîte de 100) et en flacons de PEHD de 100 et 500

comprimés.

MYLAN-CIPROFLOXACIN 750 mg :

chaque comprimé enrobé blanc, biconvexe, en forme de

capsule , porte les inscriptions en relief « CF 750 » sur un côté et « G » sur l’autre. Disponible

en flacon de PEHD de 100 comprimés.

Ne prenez pas MYLAN-CIPROFLOXACIN si :

Allergie à la ciprofloxacine ou à d’autres antibiotiques de la famille des quinolones.

Allergie à l’un des ingrédients du médicament (voir « Quels sont les ingrédients des

comprimés MYLAN-CIPROFLOXACIN?).

Prise de tizanidine (ZANAFLEX®). Des effets secondaires comme l’endormissement, la

somnolence et l’hypotension pourraient survenir.

Prise d’agomélatine

. Les concentrations sériques d’agomélatine pourraient augmenter et

provoquer d’autres effets indésirables, dont une toxicité hépatique.

Non commercialisée au Canada à l’heure actuelle.

Consultez votre professionnel de la santé avant de prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN,

afin de réduire la possibilité d’effets indésirables et pour assurer la bonne utilisation du

médicament. Mentionnez à votre professionnel de la santé tous vos problèmes de santé,

notamment :

Antécédents de crises épileptiques.

Rythme cardiaque irrégulier (p. ex. allongement de l’espace QT).

Faible taux de potassium dans le sang.

Maladie ou atteinte hépatique ou rénale.

Grossesse ou allaitement, présent ou prévu.

Âge de moins de 18 ans.

Antécédents de troubles des tendons (p. ex. douleur, gonflement ou rupture d’un tendon)

associés à l’utilisation d’un antibiotique de la famille des quinolones.

Myasthénie grave, un trouble musculaire.

Autres mises en garde à connaître

Pendant le traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN:

Évitez de trop vous exposer au soleil ou à des sources artificielles d’éclairage ultraviolet (p.

ex. lampes solaires)

En cas de coup de soleil ou d’éruptions cutanées, communiquez avec votre médecin.

Ne prenez pas le volant et n’utilisez pas de machines si vous présentez des étourdissements

ou une sensation de tête légère.

Informez votre professionnel de la santé de tous les produits de santé que vous prenez :

médicaments; vitamines; minéraux; suppléments naturels; produits alternatifs; etc.

Les produits qui suivent pourraient être associés à des interactions médicamenteuses avec

MYLAN-CIPROFLOXACIN:

la théophylline ou les comprimés tamponnés/à croquer ou la poudre à usage pédiatrique

VIDEX

(didanosine); des réactions graves et mortelles ont été signalées chez des

patients recevant la ciprofloxacine, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, et la

théophylline de façon concomitante.

les antiacides, multivitamines et autres compléments alimentaires contenant du

magnésium, du calcium, de l’aluminium, du fer ou du zinc (voir « MYLAN-CIPROFLOXACIN

»).

les antidiabétiques (p. ex. glibenclamide, glimépiride, insuline), car l’association de la

ciprofloxacine à ces médicaments peut causer une baisse de la glycémie.

les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

la caféine (p. ex. le café) et les autres dérivés de la xanthine (p. ex. la pentoxifylline).

certains médicaments contre les troubles cardiaques appelés « antiarythmiques » (p. ex.

quinidine, procaïnamide, amiodarone, sotalol).

d’autres médicaments, dont :

les anticoagulants oraux (comme la warfarine et l’acénocoumarol);

la phénytoïne, la duloxétine, les méthylxanthines, le sevelamer;

le sucralfate, la clozapine, le ropinirole, la lidocaïne, le sildénafil, le probénécide;

le méthotrexate, le métoclopramide, la ciclosporine le carbonate de lanthane et le

zolpidem.

Comment prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN:

MYLAN-CIPROFLOXACIN doit être pris tel que prescrit, à peu près à la même heure chaque

jour, avec de la nourriture ou à jeun.

Vous ne devez pas prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN seulement avec des produits laitiers

(comme le lait ou le yogourt) ou du jus enrichi de calcium; vous pouvez toutefois prendre

MYLAN-CIPROFLOXACIN avec un repas qui contient de tels produits (voir « Les

médicaments suivants peuvent avoir une interaction avec MYLAN-CIPROFLOXACIN: »).

Vous devez éviter de consommer beaucoup de caféine pendant le traitement par MYLAN-

CIPROFLOXACIN.

Buvez beaucoup d’eau pendant le traitement par MYLAN-CIPROFLOXACIN.

Avalez le comprimé MYLAN-CIPROFLOXACIN entier avec de l’eau

au besoin. VOUS NE DEVEZ PAS DIVISER, ÉCRASER NI CROQUER LE

COMPRIMÉ.

Si vous prenez les médicaments suivants, prenez-les au moins 2 heures avant ou 6 heures

après la prise de MYLAN-CIPROFLOXACIN :

Antiacides ou suppléments minéraux contenant du magnésium ou de l’aluminium

Sucralfate

Suppléments contenant du fer ou du zinc

Tout produit (supplément ou nourriture) contenant plus de 800 mg de calcium

Ne prenez pas MYLAN-CIPROFLOXACIN pour un autre trouble et

ne donnez de comprimés ou de suspension à personne.

Vous devez prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN pendant la durée prescrite par votre médecin,

même si vous commencez à vous sentir mieux. Si vous cessez de prendre l’antibiotique trop tôt,

votre infection pourrait ne pas être guérie.

Dose habituelle :

Votre professionnel de la santé vous dira quelle quantité de médicament utiliser et pendant

combien de temps.

Les renseignements ci-dessus ne remplacent pas les échanges avec votre médecin ou un autre

professionnel de la santé au sujet du médicament ou du traitement.

Surdosage :

Si vous croyez avoir pris trop de MYLAN-CIPROFLOXACIN, communiquez immédiatement avec

votre professionnel de la santé, le service des urgences d’un hôpital ou votre centre antipoison

régional, même si vous ne présentez pas de symptômes.

Dose oubliée :

Si vous oubliez de prendre le médicament à l’heure habituelle, prenez-le plus tard. Vous ne

devez pas prendre plus d’une dose par jour de MYLAN-CIPROFLOXACIN, même si vous avez

oublié de prendre une dose.

Quels sont les effets secondaires qui pourraient être associés à MYLAN-

CIPROFLOXACIN?

Tous les médicaments, y compris MYLAN-CIPROFLOXACIN, peuvent avoir des effets

secondaires, mais ceux-ci ne surviennent pas chez tout le monde.

La liste ci-dessous des effets secondaires possibles de MYLAN-CIPROFLOXACIN n’est pas

exhaustive. En cas d’effet secondaire qui ne figure pas ici, ou si votre état s’aggrave ou ne

s’améliore pas :

communiquez avec votre professionnel de la santé.

Consultez la section « Pour prévenir les effets secondaires ET VOUS ASSURER

DEBIEN UTILISER LE PRODUIT, ADRESSEZ-VOUS À VOTRE

PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ AVANT D’UTILISER MYLAN-

CIPROFLOXACIN. MENTIONNEZ TOUTE CONDITION OU TOUT

PROBLÈME DE SANTÉ, DONT CE QUI SUIT.… ».

Cessez de prendre MYLAN-CIPROFLOXACIN et communiquez avec votre médecin dans les

cas suivants :

a) Vous présentez des symptômes de réaction allergique tels que :

éruptions cutanées, urticaire, ampoules et autres réactions cutanées

gonflement du visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge

difficulté à respirer

battements de coeur irréguliers ou rapide, évanouissements

b) Vous présentez une réaction cutanée évoquant un coup de soleil après une exposition au

soleil ou aux rayons ultra-violets.

c) Vous présentez des douleurs, un gonflement ou une rupture d’un tendon :

prenez du repos

évitez l’exercice physique

d) Vous présentez une neuropathie (lésions aux nerfs), dont les symptômes sont :

douleur, sensation de cuisson, picotements, engourdissement ou faiblesse

e) Vous présentez une diarrhée grave (sanglante ou aqueuse), qu’il y ait ou non :

fièvre

douleur à l’estomac ou sensibilité

Il se pourrait que vous présentiez une colite à Clostridium difficile (inflammation

intestinale). Consultez immédiatement un médecin.

f) Vous souffrez de problèmes mentaux tels que :

Confusion, maux de tête, tremblements

Hallucinations, dépression, agitation

Difficulté à dormir, anxiété, nervosité, pensées suicidaires

Si vous avez des pensées suicidaires, communiquez avec votre médecin.

Autres effets secondaires :

Changement ou aggravation de la vision; consultez immédiatement un médecin ou un

spécialiste de la vue.

Nausée, étourdissements, démarche instable

Gaz, crampes, malaise général

Perte de l’audition, troubles de l’odorat et du goûter, perte d’appétit

Migraine, transpiration

Aggravation de la myasthénie grave (un trouble musculaire), dont les symptômes

sont:

faiblesse

difficulté à marcher ou à avaler; chute des paupières

N’utilisez pas MYLAN-CIPROFLOXACIN dans ce cas.

Si un des effets secondaires ci-dessus est grave, adressez-vous à votre médecin ou à un

pharmacien.

Effets secondaires graves et mesure à prendre

Symptôme ou effet

Communiquez avec votre

professionnel de la santé

Cessez de prendre

le médicament et

consultez un

médecin

immédiatement

Si l’effet est

sévère

uniquement

Dans tous les cas

Rare

Réactions allergiques :

éruptions cutanées

urticaire

enflure du visage, des

lèvres, de la langue ou de la

gorge

difficulté à avaler ou à

respirer

battements de coeur rapides

Troubles du système nerveux

central :

crises d’épilepsie/

convulsions

confusion

tremblements

hallucinations

dépression

pensées suicidaires ou

réaction psychotiques

Réaction de photosensibilité :

sensibilité à la lumière,

vésicules cutanées

Douleur, inflammation ou

rupture d’un tendon

Hyperglycémie :

besoin fréquent d’uriner

soif

faim

fatigue

vision floue

maux de tête

trouble de la concentration

Hypoglycémie :

En cas de symptôme ou de malaise pénible non mentionné dans le présent document ou

d’aggravation d’un symptôme ou d’un malaise vous empêchant de vaquer à vos occupations

quotidiennes, parlez-en à votre professionnel de la santé.

étourdissements

faiblesse

maux de tête

transpiration

faim

Fréquence inconnue

Trouble intestinal grave (colite

à Clostridium difficile) :

diarrhée persistante

diarrhée sanglante ou aqueuse

douleurs/ crampes abdominales

ou de l’estomac

sang/mucus dans les selles

Trouble nerveux

(neuropathie) : douleur,

sensation de cuisson,

picotements, engourdissement,

faiblesse

Trouble hépatique :

jaunissement de la peau ou des

yeux, urines foncées, douleur

abdominale, nausées,

vomissements, perte d’appétit,

selles claires

Trouble cardiaque

(allongement de l’espace QT) :

battements de coeur irréguliers

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnées d’être associé avec l’utilisation d’un

produit de santé par:

Visitant le site Web des déclarations des effets indésirables

(https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-

canada.html) pour vous informer sur comment faire une déclaration en ligne, par

courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous avez besoin de

renseignements sur le traitement des effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne

donne pas de conseils médicaux.donne pas de conseils médicaux.

Conservation :

Ranger entre 15

C et 30

Gardez hors de la portée et de la vue des enfants.

Pour en savoir davantage au sujet de MYLAN-CIPROFLOXACIN :

Communiquez avec votre professionnel de la santé.

Lisez la monographie de produit intégrale rédigée à l’intention des professionnels de la

santé, qui renferme également les renseignements pour les patients sur les médicaments.

Ce document est publié sur le site Web de Santé Canada; ou téléphonant 1-844 596-9526.

On peut se procurer ce document à www.mylan.ca.

Le présent dépliant a été rédigé par Mylan Pharmaceuticals ULC, Etobicoke, Ontario, M8Z 2S6.

Date de révision : Le 09 août 2017

Mylan Pharmaceuticals ULC

Etobicoke, ON M8Z 2S6

1-844 596-9526

www.mylan.ca

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information