RITALINE L.P.

Information principale

  • Nom commercial:
  • RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée
  • Dosage:
  • 30 mg
  • forme pharmaceutique:
  • gélule
  • Composition:
  • composition pour une gélule > chlorhydrate de méthylphénidate : 30 mg
  • Mode d'administration:
  • orale
  • Unités en paquet:
  • 1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 30 gélule(s)
  • Type d'ordonnance:
  • prescription en toutes lettres sur ordonnance sécurisée
  • Utiliser pour:
  • Humains
  • Type medicin:
  • médicament allopathique

Documents

Localisation

  • Disponible en:
  • RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée
    France
  • Langue:
  • français

Information thérapeutique

  • Domaine thérapeutique:
  • PSYCHOANALEPTIQUES, sympathomimétiques d’action centrale
  • Descriptif du produit:
  • 362 315-0 ou 4009 362 315 0 4 - 1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 30 gélule(s) - Déclaration d'arrêt de commercialisation:06/07/2005;564 971-6 ou 4009 564 971 6 4 - 1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 100 gélule(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;365 350-1 ou 4009 365 350 1 5 - 1 flacon(s) polyéthylène avec fermeture de sécurité enfant de 28 gélule(s) - Déclaration de commercialisation:08/07/2005;

Autres informations

Statut

  • Source:
  • ANSM - Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé
  • Statut de autorisation:
  • Valide
  • Numéro d'autorisation:
  • 68808796
  • Date de l'autorisation:
  • 05-05-2003
  • Dernière mise à jour:
  • 25-11-2017

Notice: composition, indications thérapeutiques, interactions, posologie, effets indésirable, grossesse, allaitement

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 15/11/2017

Dénomination du médicament

RITALINE

L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

Chlorhydrate de méthylphénidate

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour

vous.

Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez d’autres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à d’autres personnes. Il pourrait leur être nocif,

même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci s’applique aussi à

tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ?

3. Comment prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ?

6. Contenu de l’emballage et autres informations.

1. QU’EST-CE QUE RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique : PSYCHOANALEPTIQUES, sympathomimétiques d’action centrale - code ATC : N06BA04

(N : système nerveux central).

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée appartient à un groupe de médicaments appelés psychostimulants.

Dans quels cas est-il utilisé?

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée est utilisé dans le traitement du « Trouble Déficitaire de l'Attention avec

Hyperactivité » (TDAH) :

Il est utilisé chez les enfants et les adolescents de 6 à 18 ans.

Il est utilisé seulement après échec des traitements sans médicament, tels que conseils et thérapie comportementale.

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ne doit pas être utilisé dans le traitement du TDAH chez l’enfant de

moins de 6 ans ou chez l’adulte, car la sécurité et les bénéfices de son utilisation n'ont pas été établis dans ces groupes

d'âge.

Comment agit le médicament ?

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée améliore l'activité de certaines parties du cerveau qui ne sont pas assez

actives. Le médicament peut contribuer à améliorer l'attention (durée d'attention), la concentration et à réduire les

comportements impulsifs.

Ce médicament doit être utilisé dans le cadre d'un programme de traitement global, qui comprend en général des mesures :

psychologiques,

éducatives et

sociales.

Il ne doit être prescrit que par des spécialistes des troubles du comportement de l'enfant ou de l'adolescent. S'il n'est pas

possible de guérir le « Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH), il est en revanche possible de le gérer

grâce à des programmes thérapeutiques.

Vous devez vous adresser à votre médecin si vous ou votre enfant ne ressentez aucune amélioration ou si vous ou votre

enfant vous sentez moins bien.

A propos du « Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH)

Les enfants et les adolescents qui souffrent de « Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH) ont du mal à :

rester tranquille et,

se concentrer.

Ce n'est pas de leur faute s'ils n'y parviennent pas.

La capacité d’apprentissage peut être réduite ou pas.

De nombreux enfants et adolescents font tous les efforts possibles pour y parvenir. Mais, avec le « Trouble Déficitaire de

l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH), ils peuvent rencontrer des problèmes dans leur vie de tous les jours, peuvent avoir

des difficultés à apprendre et à faire leurs devoirs et du mal à se comporter correctement à la maison, en classe ou dans

d'autres lieux.

Le « Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH) n'affecte pas l'intelligence de l'enfant ou de l'adolescent.

Le diagnostic ne peut pas être établi uniquement sur la présence d’un ou de plusieurs symptômes. Un diagnostic correct

nécessite l’utilisation de ressources médicales et spécialisées relevant du domaine psychologique, éducatif et social.

Le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée n’est pas indiqué chez tous les enfants présentant un

TDAH et la décision d’utiliser le médicament doit reposer sur une évaluation très minutieuse de la gravité et de la chronicité

des symptômes de l’enfant par rapport à l’âge de ce dernier. RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée doit

toujours être utilisé de cette manière, conformément à l’indication autorisée et en respectant les lignes directrices relatives à

la prescription et au diagnostic.

Le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ne doit être prescrit et administré que sous la

surveillance de spécialistes des troubles du comportement de l’enfant ou de l’adolescent. Cette prescription initiale a une

validité d’un an.

Dans les périodes intermédiaires, tout médecin peut renouveler cette prescription.

La délivrance de ce médicament par votre pharmacien ne peut être réalisée que sur présentation de la prescription initiale

hospitalière ou de la prescription d’un autre médecin accompagnée d’une prescription initiale hospitalière datant de moins

d’un an. Il est donc important que vous conserviez avec précaution ces documents.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE RITALINE L.P. 30 mg, gélule à

libération prolongée ?

Si votre médecin vous a informé(e) d’une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

Ne prenez jamais RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée :

si vous êtes allergique au méthylphénidate ou à l'un des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés

dans la rubrique 6 ;

si vous avez des problèmes de thyroïde ;

si vous souffrez de pression élevée à l'intérieur de l'œil (glaucome) ;

si vous présentez une tumeur de la glande surrénale (phéochromocytome) ;

si vous souffrez de troubles alimentaires tels que manque d'appétit ou refus de se nourrir (anorexie mentale) ;

si vous avez une tension artérielle très élevée ou un rétrécissement des vaisseaux, pouvant entraîner des douleurs dans les

bras et les jambes ;

si vous avez déjà eu des problèmes cardiaques, tels que crise cardiaque, battements de cœur irréguliers, douleur et gêne

dans la poitrine, insuffisance cardiaque, maladie cardiaque ou affection cardiaque présente à la naissance ;

si vous avez eu des problèmes de vaisseaux sanguins dans le cerveau, par exemple accident vasculaire cérébral,

gonflement et affaiblissement d'une partie d'un vaisseau (anévrisme cérébral), rétrécissement ou obstruction des vaisseaux,

ou inflammation des vaisseaux (vascularite) ;

si vous souffrez de problèmes de santé mentale tels que :

trouble de la personnalité « psychopatique » ou « limite »,

pensées ou visions anormales ou maladie appelée « schizophrénie »,

signes d'un trouble grave de l'humeur tel que :

envie de vous suicider,

dépression sévère (vous vous sentez très triste, inutile et désespéré(e)),

manie (vous vous sentez anormalement excitable, hyperactif(ve) et désinhibé(e)).

si vous prenez un médicament appelé « inhibiteur de la monoamine oxydase » (IMAO) utilisé pour traiter la dépression ou

avez pris un IMAO au cours des 14 derniers jours. La prise d'un IMAO avec RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération

prolongée peut entraîner une augmentation subite de votre tension artérielle (voir rubrique « Autres médicaments et

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ») ;

si vous prenez certains médicaments utilisés comme décongestionnant nasal, qu'ils soient administrés par voie orale ou

par voie nasale (pseudoéphédrine, naphazoline, oxymétazoline, tetryzoline, tuaminoheptane, tymazoline), (voir rubrique «

Autres médicaments et RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ») ;

si vous prenez des médicaments utilisés comme décongestionnant nasal ou stimulant cardiaque (éphédrine,

phényléphrine, étiléfrine) (voir rubrique « Autres médicaments et RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ») ;

si vous prenez certains médicaments traitant l'hypotension orthostatique (sensation de malaise au lever) (étiléfrine,

midodrine) (voir rubrique « Autres médicaments et RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée »).

En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien avant de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération

prolongée, car il pourrait aggraver ces problèmes.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin ou pharmacien avant de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée.

si vous avez des problèmes de foie ou de reins ;

si vous avez eu des crises (convulsions, épilepsie) ou des examens électriques du cerveau (EEG

électroencéphalogramme) anormaux ;

si vous avez déjà consommé de façon abusive ou été dépendants à l'alcool, à des médicaments délivrés sur ordonnance

ou à des drogues illicites ;

si vous êtes de sexe féminin et avez commencé à avoir vos règles (voir la rubrique ci-dessous « Grossesse et allaitement »)

si vous avez des contractions répétées, difficiles à contrôler, de certaines parties du corps ou si vous répétez des sons et

des mots (tics moteurs ou verbaux) ;

si vous avez une tension artérielle élevée ;

si vous avez un problème cardiaque qui ne figure pas dans la rubrique ci-dessus « Ne prenez jamais RITALINE L.P. 30 mg,

gélule à libération prolongée » ;

si vous avez des problèmes de vaisseaux sanguins dans le cerveau qui ne figurent pas dans la rubrique ci-dessus « Ne

prenez jamais RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée » ;

si vous avez un problème de santé mentale qui ne figure pas dans la rubrique ci-dessus « Ne prenez jamais RITALINE L.P.

30 mg, gélule à libération prolongée ».

Les autres problèmes de santé mentale sont les suivants :

sautes d'humeur (vous passez de la manie à la dépression - affection appelée « trouble bipolaire ») ;

apparition ou aggravation d'un comportement agressif ou hostile ;

vous voyez, entendez ou ressentez quelque chose qui n'existe pas (hallucinations) ;

vous croyez des choses fausses (illusions) ;

vous êtes particulièrement soupçonneux(se) (paranoïa) ;

vous vous sentez agité(e), anxieux(se) ou tendu(e) ;

vous vous sentez déprimé(e) ou coupable.

Si l'un des cas ci-dessus s'applique à vous ou à votre enfant, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien avant de

débuter le traitement, car RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée peut aggraver ces problèmes.

Votre médecin pourra surveiller les effets du médicament sur vous ou votre enfant.

Les vérifications que votre médecin effectuera avant le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

sont les suivantes :

Pour déterminer si RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée est le médicament adapté pour vous ou votre enfant,

votre médecin vous demandera :

quels sont les autres médicaments que vous ou votre enfant prenez ;

s'il y a des antécédents de mort subite inexpliquée dans votre famille ;

quelles sont les autres maladies éventuelles (par exemple : affections cardiaques) que vous, votre enfant ou votre famille

pouvez avoir ;

ce que vous ou votre enfant ressentez, par exemple des sentiments d'euphorie ou de dépression, des pensées étranges ou

si vous en avez eu dans le passé ;

si un membre de votre famille a présenté des tics moteurs ou verbaux (contractions répétées, difficiles à contrôler, de

certaines parties du corps ou répétition de sons et de mots) ;

tout problème de santé mentale ou de comportement que vous, votre enfant ou d'autres membres de votre famille avez ou

avez eu dans le passé. Votre médecin vous expliquera si vous ou votre enfant avez un risque de sautes d'humeur (passage

de la manie à la dépression, appelé trouble bipolaire). Il vérifiera vos antécédents psychiatriques et vos antécédents

familiaux de suicide, de trouble bipolaire et de dépression ;

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée administrée pendant une période prolongée, peut entraîner un

ralentissement de la croissance chez l’enfant.

Il est important de donner le plus d'informations possible afin que votre médecin puisse déterminer si RITALINE L.P. 30 mg,

gélule à libération prolongée est le médicament approprié pour vous ou votre enfant.

Votre médecin pourra décider que d'autres examens sont nécessaires avant que vous ou votre enfant commenciez à

prendre ce médicament.

Si vous ou votre enfant développez des symptômes cardiaques au cours du traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à

libération prolongée, prévenez rapidement votre médecin qui vous orientera vers un cardiologue.

Au cours du traitement, les garçons et les adolescents peuvent souffrir inopinément d’érections prolongées, qui peuvent être

douloureuses et survenir à tout moment. Il est important de contacter immédiatement votre médecin si votre érection dure

plus de 2 heures, en particulier si elle est douloureuse.

L’utilisation de ce médicament est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au fructose, un syndrome de

malabsorption du glucose et du galactose ou un déficit en sucrase/isomaltase (maladies héréditaires rares).

Enfants

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ne doit pas être utilisé chez l’enfant de moins de 6 ans.

Autres médicaments et RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

Informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament.

Ne prenez jamais RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée si vous ou votre enfant

prenez un médicament appelé « inhibiteur de la monoamine oxydase » (IMAO) utilisé pour traiter la dépression ou avez pris

un IMAO au cours des 14 derniers jours. La prise d'un IMAO avec RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée peut

entraîner une augmentation subite de votre tension artérielle,

prenez certains médicaments utilisés comme décongestionnant nasal qu'ils soient administrés par voie orale ou par voie

nasale (pseudoéphédrine, naphazoline, oxymétazoline, tetryzoline, tuaminoheptane, tymazoline),

prenez des médicaments utilisés comme décongestionnant nasal ou stimulant cardiaque (éphédrine, phényléphrine,

étiléfrine),

prenez certains médicaments traitant l'hypotension orthostatique (sensation de malaise au lever) (étiléfrine, midodrine).

Si vous ou votre enfant prenez d'autres médicaments, RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée peut modifier la

façon dont ils agissent ou entraîner des effets indésirables.

Si vous ou votre enfant prenez l'un des médicaments suivants, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien avant de

prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée :

d'autres médicaments utilisés pour traiter la dépression (par ex. amitriptyline, imipramine, fluoxétine et paroxétine) ;

des médicaments utilisés dans le traitement des maladies mentales graves ;

des médicaments anti-épileptiques (par ex. phénobarbital, phénytoïne, primidone etc.) ;

des médicaments utilisés pour faire baisser la tension artérielle (par ex. clonidine, vérapamil, propranolol, etc.) ou

l'augmenter ;

des médicaments qui fluidifient le sang pour prévenir la formation de caillots sanguins (warfarine et acénocoumarol) ;

un anti-inflammatoire, la phénylbutazone ;

un antibiotique, le linézolide ;

des médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson ou contre la migraine appelés les alcaloïdes de l’ergot de

seigle.

Si vous n'êtes pas certain(e) que les médicaments que vous ou votre enfant prenez figurent sur la liste ci-dessus, demandez

conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée.

Intervention chirurgicale

Prévenez votre médecin si vous ou votre enfant devez subir une intervention chirurgicale. Vous ou votre enfant ne devez pas

prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée le jour de l'opération si un certain type d'anesthésique doit être

utilisé, car il existe un risque d'augmentation subite de la pression artérielle pendant l'intervention.

Dépistage de la toxicomanie

Ce médicament peut induire un résultat positif lors des tests qui sont pratiqués pour constater l'utilisation de drogues, y

compris les tests pratiqués chez les sportifs.

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée avec des aliments, boissons et de l’alcool

La prise de ce médicament au cours d’un repas permet d’atténuer les douleurs abdominales, les nausées et les

vomissements qui peuvent survenir pendant le traitement.

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée, peut être pris avec ou sans nourriture.

Vous ou votre enfant ne devez pas consommer d’alcool pendant le traitement, car l’alcool peut aggraver les effets

indésirables de ce médicament. N’oubliez pas que certains aliments et médicaments contiennent de l’alcool.

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à

votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

Les effets de RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée sur l’enfant à naître ne sont pas connus. Avant d’utiliser

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée, vous ou votre fille devez indiquer à votre médecin ou votre pharmacien

si vous ou votre fille :

êtes sexuellement active. Votre médecin parlera avec vous de contraception ;

êtes ou pensez que vous pouvez être enceinte. Votre médecin décidera si vous ou votre fille devez prendre RITALINE L.P.

30 mg, gélule à libération prolongée ;

vous ou votre fille allaitez ou prévoyez d’allaiter. Ce médicament peut passer dans le lait maternel humain. Par conséquent,

vous ou votre fille ne devez pas allaiter pendant le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée.

Sportifs

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée contient une substance active pouvant provoquer un test positif lors d’un

contrôle antidopage.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Vous ou votre enfant pouvez ressentir des sensations de vertige, de la somnolence, des problèmes de concentration et des

troubles de la vision pendant le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée. Dans ce cas, il peut être

dangereux d’effectuer des activités telles que conduire un véhicule, y compris une bicyclette, utiliser des machines, monter à

cheval ou grimper dans les arbres.

Soyez très prudent(e). Ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé.

RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée contient du saccharose.

3. COMMENT PRENDRE RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ?

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en

cas de doute.

Posologie

votre médecin commencera généralement le traitement à une dose faible et l'augmentera progressivement en fonction des

besoins ;

la dose quotidienne maximale est de 60 mg ;

prenez RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée une ou deux fois par jour (par exemple au petit déjeuner et/ou

au déjeuner) ;

les gélules doivent être avalées avec un verre d'eau ;

n’écrasez pas, ne croquez pas ou ne fractionnez pas la gélule ou son contenu ;

il est conseillé de ne pas prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée trop tard dans la matinée pour éviter

des problèmes d’endormissement.

Si vous ou votre enfant ne pouvez pas avaler RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée, vous pouvez répandre le

contenu de la gélule dans une petite quantité de nourriture, de la façon suivante :

Ouvrez soigneusement la gélule et répandez les petites billes dans une petite quantité de nourriture semi-solide (par

exemple compote de pommes).

Les aliments ne doivent pas être chauds car la chaleur pourrait modifier les propriétés spéciales des petites billes.

Le mélange médicament/aliments doit être avalé immédiatement.

Ne conservez pas le mélange médicament/aliments pour une utilisation ultérieure.

Si vous ou votre enfant ne vous sentez pas mieux après 1 mois de traitement

Informez-en votre médecin. Il pourra décider de modifier le traitement initial.

Pendant que vous ou votre enfant serez sous traitement, votre médecin vous demandera de faire certains examens

avant de commencer le traitement, pour s'assurer que RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée sera efficace et

bien toléré ;

après le début du traitement : les examens seront pratiqués au moins tous les 6 mois mais pourront être plus fréquents. Ils

seront également pratiqués à chaque modification de la dose ;

ces examens incluront :

évaluation de l'appétit ;

mesure de la taille, du poids, de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, que le médecin inscrira sur un

diagramme ;

évaluation des éventuels problèmes d'humeur, d'état d'esprit ou de tout autre sentiment anormal ou de leur aggravation

éventuelle pendant le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée.

Traitement de longue durée

Il n'est pas nécessaire de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée à vie. Si vous ou votre enfant prenez

ce médicament depuis plus d'un an, votre médecin devrait arrêter votre traitement pendant une courte période, par exemple

pendant les vacances scolaires. Cela permettra de savoir si le médicament est encore nécessaire.

Les patients sous traitement depuis plus d'un an doivent être suivis avec attention, en particulier pour surveiller l'état

cardiovasculaire, la croissance, l'appétit, le développement ou l'aggravation de symptômes psychiatriques.

Utilisation non correcte de RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

Il convient de faire attention au risque de détournement, de mésusage et d'abus de ce médicament. Un abus de RITALINE

L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée de longue date peut entraîner un manque d'efficacité des doses usuelles, un

comportement anormal, ou des épisodes psychotiques (hallucinations, idées délirantes).

Cela peut aussi signifier que vous ou votre enfant commencez à être dépendant du médicament. Prévenez votre médecin si

vous ou votre enfant avez déjà consommé de manière abusive ou avez été dépendant à l'alcool, à des médicaments

délivrés sur ordonnance ou à des drogues illicites.

Ce médicament n'est destiné qu'à vous ou à votre enfant. Il ne doit pas être donné à d'autres personnes, même en cas de

symptômes similaires.

Si vous ou votre enfant avez pris plus de RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée que vous n’auriez dû

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien ou un service d’urgences médicales.

Indiquez combien de gélules ont été ingérées.

Les signes d'un surdosage peuvent être : vomissements, agitation, tremblements, augmentation des mouvements

incontrôlés, contractions musculaires, crises (pouvant être suivies de coma), sensation de bonheur extrême, confusion,

hallucinations (fait de voir, de sentir ou d'entendre des choses qui ne sont pas réelles), transpiration, délires, bouffées de

chaleur, maux de tête, fièvre élevée, modifications des battements cardiaques (ralentis, accélérés ou irréguliers), tension

artérielle élevée, pupilles dilatées, sécheresse du nez et de la bouche ; spasmes musculaires, fièvre et coloration rouge-

brune des urines peuvent être les signes d’une destruction anormale des muscles (rhabdomyolyse).

Si vous ou votre enfant oubliez de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre. Si vous ou votre enfant avez

oublié de prendre une dose, attendez l’heure habituelle pour prendre la dose suivante.

Si vous ou votre enfant arrêtez de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

Demandez conseil à votre médecin avant d’arrêter de prendre RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée. Si vous

ou votre enfant arrêtez brutalement de prendre ce médicament, les symptômes du « Trouble Déficitaire de l’Attention avec

Hyperactivité » (TDAH) pourraient réapparaitre ou des effets indésirables tels qu’une dépression pourraient survenir. Votre

médecin pourra décider de réduire progressivement la dose de médicament prise chaque jour avant de l’arrêter

complètement.

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas

systématiquement chez tout le monde. Même si certaines personnes développent des effets indésirables, la plupart des

patients considèrent que RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée les aide. Votre médecin vous parlera de ces

effets indésirables.

Certains effets indésirables pourraient être graves. Si vous ou votre enfant présentez l’un des effets indésirables cités ci-

dessous, consultez immédiatement un médecin :

Fréquent (moins de 1 patient sur 10)

palpitations,

battements de cœur irréguliers.

Peu fréquent (moins de 1 patient sur 100)

pensées suicidaires,

modification de l'humeur, sautes d'humeur ou changements de la personnalité,

impressions de sentir, de voir ou d'entendre des choses qui ne sont pas réelles (hallucinations), qui sont des signes de

psychose,

langage et mouvements incontrôlés (tics, syndrome de Gilles de la Tourette),

douleur dans la poitrine,

souffle au cœur (détecté à l'auscultation du cœur),

signes d'allergie tels qu'éruption sur la peau, démangeaisons ou urticaire, cloques, gonflement du visage, des lèvres, de la

langue ou d'autres parties du corps, essoufflement, respiration sifflante ou difficultés pour respirer.

Rare (moins de 1 patient sur 1 000)

sentiment d'être anormalement excité(e), hyperactif(ve) et désinhibé(e) (manie).

Très rare (moins de 1 patient sur 10 000)

crise cardiaque,

crises (convulsions, épilepsie),

peau qui pèle (desquamation) ou taches rouge-violet,

spasmes musculaires impossibles à contrôler touchant les yeux, la tête, le cou, le corps et le système nerveux, dus à un

manque temporaire d'arrivée de sang au cerveau,

paralysie ou mouvements et vision réduits, difficultés pour parler (ces effets peuvent parfois être les signes d'une atteinte

des vaisseaux du cerveau),

diminution du nombre de cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes) pouvant vous rendre plus

sensible aux infections et favoriser les saignements et les ecchymoses (« bleus »),

augmentation subite de la température du corps, tension artérielle très élevée et convulsions sévères (« syndrome malin

des neuroleptiques »). On ne sait pas clairement si cet effet indésirable est dû à RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération

prolongée ou à d'autres médicaments pris en même temps.

Autres effets indésirables (fréquence indéterminée)

évanouissement inexpliqué, douleur dans la poitrine, essoufflement (ces effets peuvent parfois être les signes d'une

maladie cardiaque),

dépendance au médicament,

érections prolongées, parfois douloureuses, ou augmentation du nombre d’érections.

Les autres effets indésirables sont cités ci-dessous. S'ils deviennent graves, veuillez en informer votre médecin ou votre

pharmacien :

Très fréquent (plus de 1 patient sur 10)

maux de tête,

nervosité,

insomnie.

Fréquent (moins de 1 patient sur 10)

douleurs dans les articulations,

sécheresse de la bouche,

température élevée (fièvre),

perte des cheveux,

somnolence ou envie de dormir anormale,

perte ou diminution de l'appétit,

perte de poids,

démangeaisons, éruption de la peau ou urticaire (plaques rouges surélevées qui démangent),

toux, mal de gorge ou irritation du nez et de la gorge,

pression artérielle élevée, battements du cœur irréguliers ou accélérés (arythmie ou tachycardie),

sensation de vertige, mouvements impossibles à contrôler, hyperactivité,

sentiment d'être agressif(ve), agité(e), anxieux(se), déprimé(e), nerveux(se), irritable et comportement anormal,

douleurs abdominales, diarrhée, nausées, embarras gastrique et vomissements. Ces effets surviennent habituellement en

début de traitement et peuvent être atténués en prenant le médicament au cours des repas.

Peu fréquent (moins de 1 patient sur 100)

constipation,

fatigue,

sang dans les urines,

tremblements,

vision double ou floue,

douleurs musculaires, contractions musculaires,

essoufflement ou douleur thoracique,

élévation des enzymes hépatiques (détectée lors d'une analyse de sang),

colère, incapable de rester tranquille, pleurs, hypervigilance, trouble du sommeil.

Rare (moins de 1 patient sur 1 000)

troubles de la libido,

désorientation,

pupilles dilatées, trouble de la vision,

gonflement des seins chez les hommes (gynécomastie),

transpiration excessive, rougeur de la peau, éruption cutanée rouge et surélevée.

Très rare (moins de 1 patient sur 10 000)

crise cardiaque (avec risque de mort subite),

crampes musculaires,

petites marques rouges sur la peau,

inflammation ou obstruction d'artères dans le cerveau,

fonctionnement anormal du foie, y compris insuffisance hépatique et coma,

modifications des résultats des analyses, y compris ceux du foie et du sang,

tentative de suicide, pensées anormales, absence de sentiment ou d'émotion, comportements répétitifs, obsessions,

sensation d'engourdissement, de picotements et changement de couleur (du blanc au bleu puis au rouge) des doigts et des

orteils lorsqu'il fait froid (syndrome de Raynaud).

Autres effets indésirables (fréquence indéterminée) :

migraine,

fièvre très élevée,

flot incessant et incontrôlé de paroles,

gêne dans la poitrine,

impuissance (incapacité à obtenir ou à maintenir une érection),

battements cardiaques ralentis,

crise d'épilepsie (convulsions) généralisée,

croyance en des choses qui ne sont pas réelles, troubles de la pensée, confusion,

affections des vaisseaux du cerveau (accident vasculaire cérébral, artérite cérébrale).

Effets indésirables supplémentaires chez les enfants : Effets sur la croissance

Lorsqu'il est utilisé pendant plus d'un an, RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée peut provoquer un retard de

croissance chez certains enfants. Cela concerne moins d'1 enfant sur 10.

Il peut y avoir une absence de prise de poids ou d'augmentation de la taille.

Votre médecin surveillera attentivement votre taille et votre poids ou ceux de votre enfant et contrôlera si vous ou votre

enfant vous alimentez correctement.

Si votre croissance ou celle de votre enfant n'est pas normale, le traitement par RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération

prolongée pourra être arrêté pendant une courte durée.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci s’applique aussi à

tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables

directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

(ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée ?

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

N’utilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur le flacon. La date de péremption fait référence au

dernier jour de ce mois.

A conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

Conserver le flacon soigneusement fermé, à l’abri de l’humidité.

N’utilisez pas ce médicament si vous remarquez des signes visibles de détérioration.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-l’égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien d’éliminer les

médicaments que vous n’utilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger l’environnement.

6. CONTENU DE L’EMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS

Ce que contient RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée

La substance active est :

Chlorhydrate de méthylphénidate........................................................................................ 30,00 mg

Pour une gélule à libération prolongée.

Les autres composants sont :

Saccharose (sphères de sucre), copolymère d'ammonio méthacrylate (type B), copolymère d'acide méthacrylique et de

méthacrylate de méthyle (1:1), talc, citrate de triéthyle, macrogol 6000.

Enveloppe de la gélule :

Dioxyde de titane (E171), gélatine, oxyde de fer jaune (E172).

Qu’est-ce que RITALINE L.P. 30 mg, gélule à libération prolongée et contenu de l’emballage extérieur

Ce médicament se présente sous forme d’une gélule en flacon de 28, 30 ou 100 gélules.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de l’autorisation de mise sur le marché

NOVARTIS PHARMA S.A.S.

2-4 RUE LIONEL TERRAY

92500 RUEIL-MALMAISON

FRANCE

Exploitant de l’autorisation de mise sur le marché

NOVARTIS PHARMA S.A.S.

2-4 RUE LIONEL TERRAY

92500 RUEIL-MALMAISON

FRANCE

Fabricant

NOVARTIS PHARMA S.A.S.

2-4 RUE LIONEL TERRAY

92500 RUEIL-MALMAISON

FRANCE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Sans objet.

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :

{mois AAAA}.

Autres

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’ANSM (France).

INFORMATIONS A L’INTENTION DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS AYANT UN « Trouble Déficitaire de

l'Attention avec Hyperactivité » (TDAH)

Ces informations t’aideront à connaitre les choses essentielles sur ton médicament, appelé RITALINE L.P. 30 mg, gélule à

libération prolongée.

Si tu n'aimes pas lire, une autre personne, par exemple tes parents ou la personne qui s'occupe de toi (parfois appelée « ton

tuteur »), peut te lire cette information et répondre à tes questions.

Ce sera peut-être plus facile si tu ne lis pas tout en une seule fois.

Pourquoi m'a-t-on donné ce médicament ?

Ce médicament peut aider les enfants et les adolescents qui souffrent de « Trouble Déficitaire de l'Attention avec

Hyperactivité » (TDAH).

A cause du TDAH, tu peux :

courir dans tous les sens ;

ne pas pouvoir être attentif(ve) ;

agir trop vite, sans réfléchir à ce qui va se passer ensuite (être impulsif(ve)).

Le TDAH a des effets sur la façon d’apprendre, se faire des amis et sur ce que tu penses de toi-même. Ce n'est pas de ta

faute.

Pendant que tu prendras ce médicament

En plus de prendre ce médicament, tu recevras aussi de l'aide sur la manière de te débrouiller avec ton TDAH, par exemple

en parlant à des spécialistes.

Ce médicament devrait t'aider, mais il ne guérira pas le TDAH.

Tu devras aller voir ton médecin plusieurs fois par an pour des examens pour être sûr que le médicament agit bien et que ta

croissance et ton développement sont normaux.

Si tu prends ce médicament depuis plus d'un an, ton médecin pourra arrêter le traitement pour voir s'il est encore

nécessaire. Cela se fera probablement pendant les vacances scolaires.

Si tu prends ce médicament plus d'une fois par jour, tu devras peut-être le prendre à l'école. Toi-même ou tes parents ou la

personne qui s'occupe de toi devra vérifier quelles sont les règles de l'école à ce sujet.

Ne bois pas d'alcool, car l'alcool peut aggraver les effets indésirables de ce médicament.

Les filles doivent informer immédiatement leur médecin si elles pensent être enceintes. Nous ne connaissons pas l'effet de

ce médicament sur l'enfant à naître. Si tu es sexuellement active, parle avec ton médecin de la contraception.

Certaines personnes ne peuvent pas prendre ce médicament

Tu ne peux pas prendre ce médicament si :

tu as un problème au niveau du cœur ;

tu te sens très malheureux(se), déprimé(e) ou si tu souffres d'une maladie mentale.

Certaines personnes doivent parler à leur médecin avant de commencer à prendre ce médicament

Tu dois parler à ton médecin si :

tu souffres d'épilepsie (crises, convulsions) ;

tu es enceinte ou tu allaites ;

tu prends d'autres médicaments ; ton médecin doit connaître tous les médicaments que tu prends.

Comment dois-je prendre mon médicament (mes gélules) ?

Avale ta gélule avec de l'eau.

Ton médecin te dira combien de fois par jour tu dois prendre ton médicament.

Ne t'arrête pas de prendre le médicament sans en parler d'abord à ton médecin.

Quels sont les effets indésirables éventuels

Les effets indésirables sont les réactions non voulues qui peuvent se produire quand tu prends un médicament. Si un des

effets indiqués après se produit, dis-le tout de suite à un adulte en qui tu as confiance. Il pourra ensuite en parler à ton

médecin. Les principaux effets qui pourraient se produire sont les suivants :

Tu as des nausées (mal au cœur) ou des vomissements ou des douleurs dans le ventre. Ces effets peuvent ne se produire

que les premières fois que tu prendras le médicament. Il est préférable de prendre le médicament avec de la nourriture.

Tu te sens inquiet(e) ou nerveux(se).

Tu as des sensations de vertige ou des maux de tête.

Tu te sens très déprimé(e) et malheureux(se) ou tu veux te faire du mal.

Ton humeur est différente de ton humeur habituelle, tu n'arrives pas à dormir.

Tu as des éruptions (boutons ou rougeur) sur la peau, tu te fais facilement des bleus, tu es essoufflé(e).

Le médicament peut aussi te rendre somnolent(e) (envie de dormir). Si tu te sens somnolent(e), il est important de ne pas

pratiquer de sport comme monter à cheval ou faire de la bicyclette, nager ou grimper dans les arbres. Tu pourrais te faire

mal et faire mal à d'autres personnes.

Ton cœur bat plus vite que d'habitude.

Si tu ne te sens pas bien pendant que tu prends ton médicament, dis-le tout de suite à un adulte en qui tu as confiance.

Autres choses dont tu dois te rappeler

Pense à garder ton médicament dans un endroit sûr pour que personne d'autre ne le prenne, en particulier tes frères ou

sœurs plus jeunes.

Le médicament t'est spécialement destiné, ne le donne à personne d'autre. Le médicament peut te faire du bien à toi,

mais il pourrait faire du mal à une autre personne.

Si tu oublies de prendre ton médicament, ne prends pas deux fois la dose la fois suivante. Prends seulement la dose

habituelle au moment suivant.

Si tu prends trop de médicament, dis-le tout de suite à tes parents ou à la personne qui s'occupe de toi.

Il est important de ne pas prendre trop de médicament, sinon tu pourrais tomber malade.

Ne t'arrête pas de prendre ton médicament tant que ton médecin ne te dit pas de le faire.

A qui dois-je poser des questions si je ne comprends pas quelque chose ?

Tes parents, la personne qui s'occupe de toi, le médecin, l'infirmière ou le pharmacien pourront t'aider.

29-5-2013

Danish Pharmacovigilance Update, 25 April 2013

Danish Pharmacovigilance Update, 25 April 2013

In this issue of Danish Pharmacovigilance Update: Cerebral haemorrhage in association with the use of methylphenidate (Ritalin® etc.).

Danish Medicines Agency

Il n'y a pas de nouvelles pour ce produit.