LAMOTRIGINE Saint Germain 200 mg, comprimé dispersible

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

07-03-2007

Ingrédients actifs:
lamotrigine
Disponible depuis:
Laboratoires SAINT GERMAIN - Société Civile de Recherche
Code ATC:
N03AX09
DCI (Dénomination commune internationale):
lamotrigine
Dosage:
200 mg
forme pharmaceutique:
comprimé
Composition:
composition pour un comprimé > lamotrigine : 200 mg
Mode d'administration:
orale
Unités en paquet:
plaquette(s) thermoformée(s) PVC PVDC aluminium de 30 comprimé(s)
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
AUTRES ANTIÉPILEPTIQUES
Descriptif du produit:
368 593-2 ou 34009 368 593 2 6 - plaquette(s) thermoformée(s) PVC PVDC aluminium de 30 comprimé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;
Statut de autorisation:
Abrogée
Numéro d'autorisation:
61038802
Date de l'autorisation:
2005-05-25

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 07/03/2007

Concerne les médicaments pouvant être obtenus uniquement sur ordonnance :

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce

médicament. Elle contient des informations importantes sur votre traitement.

Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez d'autres questions, si vous avez un doute, demandez plus

d’informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu’un

d’autre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

Dénomination du médicament

LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible

Liste complète des substances actives et des excipients

La substance active est :

Lamotrigine............................................................................................................ 200 mg

Pour un comprimé dispersible.

Les autres composants sont :

Carbonate de calcium, L-hydroxypropylcellulose, silicate d’aluminium et de magnésium, carboxyméthylamidon sodique,

povidone K30, saccharine sodique, arôme cassis (contient notamment du maltodextrine = glucose), stéarate de

magnésium.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire

laboratoires saint germain

Société Civile de Recherche

100 route de Versailles

78163 marly le roi cedex

Exploitant

laboratoire glaxosmithkline

100 route de Versailles

78163 marly le roi cedex

Fabricant

glaxowellcome operations

Priority street

ware, hertfordshire sg12odj

royaume uni

1. QU'EST-CE QUE lamotrigine saint germain 200 mg, comprimé dispersible ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ ?

Forme pharmaceutique et contenu ; classe pharmacothérapeutique

Ce médicament se présente sous forme de comprimé dispersible.

Ce médicament est un antiépileptique.

Indications thérapeutiques

Médicament réservé à certaines formes d'épilepsie :

Chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans

seul ou en association avec d'autres traitements antiépileptiques lorsque ceux-ci ne sont pas suffisamment efficaces.

Chez l'enfant de 2 à 12 ans

en association avec d'autres traitements antiépileptiques lorsque ceux-ci ne sont pas suffisamment efficaces.

2. Quelles sont les INFORMATIONS NÉCESSAIRES AVANT DE PRENDRE lamotrigine saint germain 200 mg, comprimé

dispersible ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

Ne pas prendre LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible dans les cas suivants :

allergie connue à la lamotrigine ou à l’un des autres constituants (voir composition)

enfants de moins de 2 ans

allaitement

en association avec le millepertuis.

Ce médicament est généralement déconseillé dans les maladies graves du foie.

EN CAS DE DOUTE, IL EST INDISPENSABLE DE DEMANDER L’AVIS DE VOTRE MÉDECIN OU DE VOTRE

PHARMACIEN.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Prendre des précautions particulières avec LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible :

Mises en garde

Si votre médecin vous a informée d’une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

Lorsque le traitement est utilisé seul, compte tenu de l’augmentation progressive des doses, celles-ci peuvent n’être

efficaces qu’à partir de la cinquième semaine.

En cas d’augmentation de la fréquence des crises ou d’apparition de crises de type différent, CONSULTEZ

IMMÉDIATEMENT VOTRE MÉDECIN.

PREVENEZ EN URGENCE VOTRE MEDECIN qui vous suit et vous traite pour votre

épilepsie si vous présentez :

Une éruption cutanée car ce médicament peut provoquer des rares troubles graves de la

peau (cloques, brûlures, décollement de l’épiderme pouvant s’étendre à tout le corps).

Ces éruptions surviennent surtout au cours des 8 premières semaines de traitement et en cas

d’association à certains médicaments de l’épilepsie (comme le valproate de sodium).

Un signe de réaction allergique : fièvre, éruption, ganglions, gonflement de la face, rougeur

des yeux, anomalies du foie, des reins, du sang.

Votre médecin pourra décider d’arrêter le traitement.

Pour éviter les risques graves de ce médicament respectez les doses prescrites par votre médecin et signalez-lui tout autre

traitement en cours.

Ne pas arrêter le traitement sans l’avis de votre médecin.

En raison de la présence de glucose, ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de syndrome de malabsorption du

glucose et du galactose.

Précautions d’emploi

PRÉVENEZ VOTRE MÉDECIN

si vous avez déjà présenté des lésions de la peau lors d'un traitement par lamotrigine SAINT GERMAIN ou avec un autre

traitement,

si vous souffrez d'une maladie des reins ou du foie,

de toute modification de votre cycle menstruel (par exemple saignements anormaux), si vous êtes sous contraception orale.

EN CAS DE DOUTE, NE PAS HESITER A DEMANDER L’AVIS DE VOTRE MEDECIN OU DE VOTRE PHARMACIEN.

DE VOTRE PHARMACIEN.

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse/Allaitement

En cas de désir de grossesse ou de grossesse, lors d’un traitement par lamotrigine, contactez votre médecin dès que

possible. Une des raisons à cela, est qu’une étude a rapporté un risque accru de fentes labiales et/ou palatines

(malformations congénitales caractérisées par une fermeture incomplète de la lèvre supérieure et/ou du palais), associé à

l’utilisation de lamotrigine dans les tous premiers mois de la grossesse.

En cas de grossesse, votre traitement devra éventuellement être adapté. Il est important de ne pas arrêter le traitement car il

existe un risque de réapparition des crises pouvant avoir des conséquences pour vous et votre enfant.

Si vous prenez ce médicament, vous ne devez pas allaiter.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules ou utilisation de machines

L'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines doit être déterminée par le médecin en fonction de la gravité

de la maladie traitée.

En association avec d’autres médicaments, des troubles visuels, des vertiges, une somnolence peuvent altérer votre

capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Liste des excipients à effet notoire

Liste des excipients à effet notoire : glucose.

Interaction avec d’autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments

L'action de ce médicament peut être modifiée par d'autres médicaments de l'épilepsie.

Ce médicament ne doit pas être administré en association avec le millepertuis.

Veuillez indiquer à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament,

même s'il s'agit d'un médicament obtenu sans ordonnance, notamment le valproate, le divalproate de sodium, le valpromide

ou la prise de contraceptifs oraux.

3. COMMENT PRENDRE lamotrigine saint germain 200 mg, comprimé dispersible ?

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie ; Fréquence d'administration

Ce médicament est réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 2 ans.

La dose à utiliser est déterminée par votre médecin. Elle est strictement individuelle et varie chez l’enfant en fonction de son

poids.

Elle peut également varier en fonction d’une pathologie ou des médicaments associés.

Au début, le traitement sera augmenté progressivement en 5 à 6 semaines.

Ce médicament peut vous être prescrit en 1 ou 2 prises par jour.

Il est impératif de suivre régulièrement le traitement, de ne pas le modifier, ni de l'arrêter brutalement sans avis de votre

médecin.

SE CONFORMER STRICTEMENT À LA PRESCRIPTION MÉDICALE.

Si vous avez l'impression que l'effet de LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible est trop fort ou

trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Mode et/ou voie(s) d'administration

Voie orale.

A dissoudre dans de l'eau.

Il est également possible de mâcher le comprimé ou de l'avaler avec un peu d'eau. Cependant, chez l'enfant de moins de 6

ans, le comprimé est à dissoudre dans l'eau en raison du risque de fausse-route.

Durée du traitement

Ne pas arrêter le traitement sans l’avis de votre médecin.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus de LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible que vous n'auriez dû :

Avertir un médecin en urgence.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez de prendre LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible :

Si vous vous en apercevez peu de temps après l’heure prévue, prenez la dose habituelle.

Si vous vous en apercevez peu de temps avant la prise suivante, ne doublez pas la dose.

Si vous avez oublié de prendre plusieurs doses, ou si vous avez arrêté de prendre votre médicament pendant quelques

jours, contacter immédiatement votre médecin. Ne pas redémarrer votre traitement vous-même.

Risque de syndrome de sevrage

Effets pouvant apparaître lorsque le traitement par LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible

est arrêté :

L’arrêt du traitement doit se faire de manière progressive; en effet l’arrêt brutal du traitement (ou la diminution importante des

doses) peut entraîner la réapparition des crises.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDÉSIRABLES ÉVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments actifs, ce produit peut entraîner chez certaines personnes des effets indésirables plus ou

moins gênants :

Des effets indésirables rares mais graves ont été rapportés. Il s’agit de troubles sévères de la peau à type de cloques,

brûlures, décollement de l’épiderme pouvant s’étendre de façon très grave à tout le corps (Syndrome de Lyell, Syndrome de

Stevens Johnson) (voir Mises en garde). Le risque de réaction cutanée grave est plus élevé chez l’enfant que chez l’adulte.

Les autres effets rapportés sont :

Effets indésirables très fréquents

éruptions cutanées (voir Mises en garde),

maux de tête, vertige, troubles de la vue (vision double, vision floue).

Effets indésirables fréquents

irritabilité, somnolence, insomnie, tremblements, sensations de vertige,

troubles de la coordination des mouvements, mouvements oculaires anormaux,

troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées),

fatigue.

Effets indésirables peu fréquents

agressivité.

Effets indésirables très rares

manifestations allergiques (voir Mises en garde),

confusion, agitation, troubles du comportement,

tics, mouvements anormaux, troubles de l’équilibre, rigidité,

troubles de la fonction du foie et modifications de la formule sanguine, de façon isolée ou accompagnés de manifestations

allergiques.

Par ailleurs, quelques cas d’hallucinations et d’augmentation de la fréquence des crises d’épilepsie ont été rapportés chez

certains patients.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, veuillez en informer votre médecin ou votre

pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER lamotrigine saint germain 200 mg, comprimé dispersible ?

Conditions de conservation et date de péremption

Conserver les comprimés dans l’emballage d’origine, à l’abri de la lumière et de l’humidité, à une température ne dépassant

pas +30°C.

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Ne pas utiliser après la date de péremption figurant sur la boîte, les plaquettes.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Sans objet.

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 07/03/2007

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT

LAMOTRIGINE SAINT GERMAIN 200 mg, comprimé dispersible

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Lamotrigine.................................................................................................................. 200 mg

Pour un comprimé dispersible.

Pour les excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Comprimé dispersible.

4. DONNÉES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

Chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans :

soit en monothérapie,

soit en association à un autre traitement antiépileptique :

Traitement des épilepsies généralisées : crises cloniques, toniques, tonico-cloniques, absences, crises myocloniques,

atoniques ; syndrome de Lennox-Gastaut.

Traitement des épilepsies partielles : crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

Chez l'enfant de 2 à 12 ans :

en association à un autre traitement antiépileptique quand celui-ci est insuffisamment efficace :

Traitement des épilepsies généralisées : crises cloniques, toniques, tonico-cloniques, absences, crises myocloniques,

atoniques ; syndrome de Lennox-Gastaut.

Traitement des épilepsies partielles : crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

4.2. Posologie et mode d'administration

Posologie

A dissoudre dans de l'eau.

Il est également possible de mâcher le comprimé ou de l'avaler avec un peu d'eau. Cependant, chez l'enfant de moins de 6

ans, le comprimé est à dissoudre dans l'eau en raison du risque de fausse-route.

Dans tous les cas la posologie initiale recommandée ne devra pas être dépassée et l'augmentation progressive de la

posologie devra être respectée, en raison du risque d'éruption cutanée (voir rubrique 4.4).

Si une dose calculée de lamotrigine (pour une utilisation chez les enfants ou les insuffisants hépatiques) ne correspond pas

à un nombre entier de comprimé(s), arrondir au nombre inférieur des comprimés.

Lors du passage d’une polythérapie antiépileptique à une monothérapie par lamotrigine ou lors de l’association d’autres

antiépileptiques au traitement en cours contenant de la lamotrigine, il faut tenir compte du fait que les paramètres

pharmacocinétiques de la lamotrigine peuvent être modifiés (voir rubrique 4.5).

Réintroduction d’un traitement par la lamotrigine

Le risque de réactions cutanées graves est associé à des doses initiales de lamotrigine trop élevées et/ou à une escalade

de dose trop rapide(voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d'emploi). Il est recommandé de

ne pas recommencer de traitement par la lamotrigine si celui-ci a été interrompu du fait d’une éruption cutanée, à moins que

le bénéfice attendu pour le patient excède largement le risque.

Si une réintroduction d’un traitement par la lamotrigine est envisagée après une interruption de celui-ci pour quelque raison

que ce soit, il faudra bien évaluer la nécessité d’une augmentation progressive des doses jusqu’à la dose d’entretien.

Plus l’interruption de la lamotrigine sera longue (3 jours en monothérapie, 5 jours lorsque la lamotrigine est associée à un

inducteur enzymatique, ou 15 jours lorsque la lamotrigine est associée à un inhibiteur enzymatique), plus il faudra envisager

une réintroduction progressive en respectant le schéma posologique d’instauration de traitement.

4.2.1. Adultes et enfants de plus de 12 ans

En complément d’un traitement anticomitial antérieur

A) Chez les patients ne recevant pas de valproate de sodium

En association avec phénytoïne, carbamazépine, phénobarbital ou primidone :

Posologie initiale de lamotrigine SAINT GERMAIN

Elle est de :

50 mg par jour en une prise pendant les deux premières semaines,

100 mg par jour en deux prises pendant les deux semaines suivantes.

Posologie d’entretien habituelle

Elle est de 200 à 500 mg par jour en deux prises ;

elle sera atteinte par paliers de 50 à 100 mg au maximum, toutes les 1 à 2 semaines.

Dans les essais cliniques, des posologies supérieures à 700 mg n’ont pas été étudiées.

En association avec d’autres antiépileptiques :

On utilisera le schéma posologique recommandé chez les patients recevant du valproate de sodium.

B) Chez les patients recevant du valproate de sodium

L’association lamotrigine-valproate de sodium doit être évitée. Elle sera réservée aux situations qui l’imposent (voir rubrique

4.4).

Comme le valproate de sodium diminue le métabolisme de la lamotrigine, les doses de celle-ci devront être réduites (voir

rubrique 4.5).

Posologie initiale de lamotrigine SAINT GERMAIN

Elle est limitée à 25 mg un jour sur 2, en une prise, pendant les deux premières semaines ;

elle est ensuite limitée à 25 mg par jour en une prise pendant les deux semaines suivantes ;

Posologie d’entretien habituelle

Elle est de 100 à 200 mg par jour, répartis en une ou deux prises ;

elle sera atteinte par paliers de 25 à 50 mg au maximum, toutes les 1 à 2 semaines.

En monothérapie

Posologie initiale de lamotrigine SAINT GERMAIN

Elle est de :

25 mg par jour en une prise pendant les deux premières semaines,

50 mg par jour en une prise pendant les deux semaines suivantes.

Posologie d’entretien habituelle

Elle est de 100 à 200 mg par jour en une à deux prises ;

elle sera atteinte par paliers de 50 à 100 mg au maximum, toutes les 1 à 2 semaines.

Dans les essais cliniques, des posologies supérieures à 500 mg n’ont pas été étudiées.

Passage d’une polythérapie à une monothérapie de lamotrigine

Il est recommandé de procéder à un sevrage très progressif du ou des antiépileptiques associés et d’adapter les doses de

lamotrigine en fonction de l’état clinique du patient.

De plus, il convient de tenir compte des interactions éventuelles (voir rubrique 4.5).

Tableau récapitulatif des recommandations posologiques chez l’adulte et l’enfant de plus de 12 ans :

Semaines

Semaine

Posologie d'entretien

1 et 2

3 et 4

en monothérapie

25 mg/jour

50 mg/jour

100 à 200 mg/jour

en 1 prise

en 1 prise

en 1 ou 2 prises

Paliers de 50 à 100

mg au maximum

toutes les 1 à 2

semaines

sans valproate

de sodium

en association avec

200 à 500 mg/jour

phénytoïne

50 mg/jour

100 mg/jour

en 2 prises

carbamazépine

en 1 prise

en 2 prises

Paliers de 50 à 100

mg au maximum

toutes les 1 à 2

semaines

phénobarbital

primidone

en association avec

d’autres

antiépileptiques

25 mg

25 mg/jour

100 à 200 mg/jour

1 jour sur 2

en 1 prise

en 1 ou 2 prises

en 1 prise

Paliers de 25 à 50 mg

au maximum toutes

les 1 à 2 semaines

avec

25 mg

25 mg/jour

100 à 200 mg/jour

valproate de sodium

1 jour sur 2

en 1 prise

en 1 ou 2 prises

(voir rubrique 4.4 Mises en garde)

en 1 prise

Paliers de 25 à 50 mg

au maximum toutes

les 1 à 2 semaines

4.2.2.Enfants de 2 à 12 ans

La posologie dépend du poids de l’enfant et sera adaptée à sa croissance.

A) Chez les enfants ne recevant pas de valproate de sodium

En association avec phénytoïne, carbamazépine, phénobarbital ou primidone :

Posologie initiale de lamotrigine SAINT GERMAIN

Elle est de :

0,6 mg/kg de poids corporel par jour, en 2 prises, pendant les deux premières semaines ;

1,2 mg/kg par jour en deux prises pendant les deux semaines suivantes.

Posologie d’entretien habituelle

Elle est de 5 à 15 mg/kg par jour en deux prises, sans dépasser 400 mg par jour ;

elle sera atteinte par paliers de 1,2 mg/kg au maximum, toutes les 1 à 2 semaines.

En association avec d’autres antiépileptiques :

On utilisera le schéma posologique recommandé chez les enfants recevant du valproate de sodium.

B) Chez les enfants recevant du valproate de sodium

L’association lamotrigine-valproate de sodium doit être évitée. Elle sera réservée aux situations qui l’imposent (voir rubrique

4.4).

Comme le valproate de sodium diminue le métabolisme de la lamotrigine, les doses de celle-ci devront être réduites (voir

rubrique 4.5).

Si la posologie quotidienne calculée est comprise entre 1 et 2 mg, alors l’enfant devra prendre un comprimé dosé à 2 mg 1

jour sur 2, pendant les deux premières semaines.

Compte tenu de la forme pharmaceutique, si la posologie quotidienne calculée est inférieure à 1 mg, alors ce médicament

n’est pas indiqué.

Posologie initiale de lamotrigine SAINT GERMAIN

Elle est limitée à 0,15 mg/kg de poids corporel par jour, en une prise, pendant les deux premières semaines ;

la posologie est ensuite limitée à 0,3 mg/kg par jour en une prise pendant les deux semaines suivantes ;

Posologie d’entretien habituelle

Elle est de 1 à 5 mg/kg par jour, répartis en une ou deux prises, sans dépasser 200 mg par jour ;

elle sera atteinte par paliers de 0,3 mg/kg au maximum, toutes les 1 à 2 semaines.

Tableau récapitulatif des recommandations posologiques chez l’enfant de 2 à 12 ans :

semaines

1 et 2

semaines

3 et 4

posologie

d'entretien

sans

en association

5 à 15 mg/kg par

jour

valproate

avec :

en 2 prises

de sodium

phénytoïne

0,6 mg/kg

1,2 mg/kg

sans dépasser 400

carbamazépine

par jour

par jour

par jour.

phénobarbital

en 2 prises

en 2 prises

Paliers de 1,2

mg/kg

primidone

au maximum toutes

1 à 2 semaines

sans

en association

1 à 5 mg/kg par jour

valproate

avec d'autres

0,15 mg/kg (*)

0,3 mg/kg (*)

en 1 ou 2 prises

de sodium

antiépileptiques

par jour

par jour

sans dépasser 200

en 1 prise

en 1 prise

par jour

Paliers de 0,3

mg/kg

au maximum toutes

1 à 2 semaines

avec

0,15 mg/kg (*)

0,3 mg/kg (*)

1 à 5 mg/kg par jour

valproate de sodium

par jour

par jour

en 1 ou 2 prises

(voir 4.4 Mises en garde)

en 1 prise

en 1 prise

sans dépasser 200

par jour.

Paliers de 0,3

mg/kg

au maximum toutes

1 à 2 semaines

semaines

1 et 2

semaines

3 et 4

posologie

d'entretien

(*) Compte tenu de la forme pharmaceutique, si la posologie quotidienne calculée est inférieure à 1 mg, alors ce

médicament n’est pas indiqué.

Si la posologie quotidienne calculée est comprise entre 1 et 2 mg, alors l’enfant devra prendre un comprimé dosé à 2 mg, 1

jour sur 2, pendant les deux premières semaines.

4.2.3. Sujets âgés (de plus de 65 ans) :

La pharmacocinétique de la lamotrigine a été étudiée dans cette population et ne diffère pas significativement de celle de la

population de moins de 65 ans (voir rubrique 5.2).

Cependant, il est recommandé d'utiliser la lamotrigine avec précaution dans cette population.

4.2.4. Insuffisants hépatiques :

Les posologies (initiale, augmentation progressive et entretien) doivent généralement être réduites d’environ 50% chez les

patients présentant une insuffisance hépatique modérée (Child et Pugh grade B) et d’environ 75% chez les patients

présentant une insuffisance hépatique sévère (Child et Pugh grade C).

Cependant, les posologies utilisées lors de l’augmentation progressive des doses et la posologie d’entretien peuvent être

ajustées en fonction de la réponse clinique du patient.

4.2.5. Femmes sous contraception hormonale

Un doublement de la clairance de la lamotrigine a été observé avec une association éthinylestradiol/lévonorgestel (30

µg/150 µg). Une surveillance clinique est nécessaire lors de la mise en route d’une contraception orale et après son arrêt.

Une adaptation de la posologie de la lamotrigine peut être nécessaire selon la réponse clinique individuelle (voir rubriques

4.4 et 4.5).

4.3. Contre-indications

Antécédents d'hypersensibilité à la lamotrigine ou à l'un des composants de la spécialité

Enfants de moins de 2 ans en l'absence de données suffisantes dans cette classe d'âge

Allaitement

En association avec le millepertuis.

Ce médicament est généralement déconseillé dans l’insuffisance hépatique sévère.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions particulières d'emploi

La lamotrigine peut aggraver certaines formes rares de crises myocloniques.

L’introduction d’un médicament antiépileptique peut, rarement, être suivie d’une recrudescence des crises ou de l’apparition

d’un nouveau type de crise chez le patient, et ce indépendamment des fluctuations spontanées observées dans certaines

maladies épileptiques. En ce qui concerne la lamotrigine, les causes de ces aggravations peuvent être : une modification du

traitement antiépileptique concomitant ou une interaction pharmacocinétique avec celui-ci, une toxicité ou un surdosage. Il

peut ne pas y avoir d’autre explication qu’une réaction paradoxale.

Monothérapie de première intention

Du fait de la nécessité d’augmentation très progressive de la dose administrée, il faut prendre en compte le fait que la dose

efficace ne sera pas atteinte avant la cinquième semaine de traitement.

Modalités d’arrêt du traitement

Comme pour tous les autres médicaments antiépileptiques, l’arrêt brutal du traitement par la lamotrigine peut entraîner une

recrudescence des crises d’épilepsie.

Pour éviter ce risque et à moins qu’un problème de tolérance (éruption cutanée sévère par exemple) n’oblige à l’arrêt

immédiat du traitement, il est recommandé de réduire progressivement la posologie de la lamotrigine sur une période de

deux semaines. Selon les cas, un traitement transitoire par un antiépileptique à effet rapide peut s’avérer nécessaire.

Ce médicament ne doit pas être pris par les patients présentant une rare malabsorption du glucose/galactose.

Risque cutané

Des éruptions cutanées ont été signalées lors de traitements par la lamotrigine. Elles surviennent généralement dans les 8

premières semaines de traitement.

Si la majorité des éruptions sont bénignes et transitoires, des effets cutanés parfois graves, pouvant mettre en jeu le

pronostic vital, comme le syndrome de Stevens-Johnson et le syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique) ont été

rapportés (voir rubrique 4.8).

Chez l’adulte, le risque d’éruption cutanée grave est de 1 pour 1000.

Ce risque est plus élevé chez l’enfant que chez l’adulte : au cours des études cliniques dans l'épilepsie, l’incidence des

éruptions ayant conduit à une hospitalisation est de l’ordre de 1 pour 300 à 1 pour 100. C’est pourquoi, chez l’enfant de 2

à 12 ans, ce traitement est réservé aux formes sévères des épilepsies partielles ou généralisées, réfractaires aux

thérapeutiques antiépileptiques habituelles.

En cas de survenue d’une éruption cutanée, il est indispensable de procéder immédiatement à son évaluation et à

l’arrêt du traitement par la lamotrigine, sauf si l’éruption observée est imputée de façon formelle à une autre cause,

non médicamenteuse.

Facteurs de risques :

selon les données actuelles, il existe une forte corrélation entre le risque de survenue d’une éruption cutanée et :

une posologie initiale trop élevée,

une augmentation trop rapide de la posologie,

l’association au valproate ou divalproate de sodium ou valpromide qui doublent la demi-vie de la lamotrigine (voir rubrique

4.2).

Une prudence est également requise chez les patients ayant des antécédents d'allergie ou d'éruptions cutanées liées à

l'utilisation d'autres médicaments antiépileptiques. En effet, des données suggèrent une augmentation du taux d'éruptions

cutanées bénignes avec la lamotrigine, chez les patients ayant ce type d'antécédents.

L’ASSOCIATION AU VALPROATE OU DIVALPROATE DE SODIUM OU VALPROMIDE DOIT ÊTRE ÉVITÉE. ELLE

SERA RÉSERVÉE AUX SITUATIONS CLINIQUES QUI L’IMPOSENT, LORSQUE LE BÉNÉFICE ATTENDU

L’EMPORTE SUR LE RISQUE.

Quelle que soit la nature du médicament associé, il est recommandé dans tous les cas :

d’utiliser la lamotrigine avec précaution en cas d’antécédents de toxidermie aux autres anticonvulsivants,

de respecter les posologies initiales,

de procéder à une augmentation progressive en respectant les paliers définis pour l’adaptation des doses (voir rubrique

4.2),

de renforcer la surveillance cutanée,

de surveiller attentivement les patients pendant les 8 premières semaines de traitement,

de ne pas réintroduire un traitement par la lamotrigine si celui-ci a été précédemment interrompu du fait d’une éruption

cutanée à moins que l’évaluation du rapport bénéfice/risque soit clairement favorable pour le patient.

de prévenir les patients et leurs familles sur les risques cutanés associés au traitement par lamotrigine et l’importance de

consulter en urgence un médecin en cas de survenue d’une éruption cutanée ou de signe de réaction allergique.

Réactions d'hypersensibilité

Des réactions d'hypersensibilité : fièvre, éruption cutanée (parfois sévère avec syndrome de Lyell ou de Stevens-Johnson),

atteinte hépatique, altération de la fonction rénale, atteinte hématologique, adénopathies, oedèmes de la face, conjonctivites,

ont été rapportées.

Ce syndrome d’hypersensibilité générale d’expression clinique variable peut conduire, dans de rares cas, à une coagulation

intra-vasculaire disséminée (CIVD) et à une défaillance multiviscérale.

Il est important de noter que des réactions précoces d’hypersensibilité (fièvre et adénopathies, conjonctivite) peuvent être

annonciatrices d’une éruption cutanée sévère alors que les premiers symptômes cutanés ne sont pas encore observés.

Devant un patient présentant un signe précoce évocateur d’hypersensibilité, il est recommandé de :

l’évaluer cliniquement,

interrompre immédiatement le traitement si aucune autre étiologie ne peut être établie,

pratiquer une numération formule sanguine et un bilan hépatique.

Folates

La lamotrigine est un faible inhibiteur de la dihydrofolate réductase et pourrait interférer avec le métabolisme des folates.

Toutefois les données de surveillance du traitement par la lamotrigine pendant une année n'ont pas montré de baisse des

taux sanguins de folates ni de signes hématologiques d'anémie par carence folique en rapport avec le traitement. D’autre

part, aucune modification de la concentration globulaire en folates n’a été observée chez des patients traités sur une période

allant jusqu’à 5 ans (voir rubrique 4.6).

Insuffisants rénaux

Chez les insuffisants rénaux des études en administration unique n'ont pas révélé de modifications des concentrations

plasmatiques en lamotrigine. Cependant une accumulation du métabolite glucuronoconjugué est à prévoir et des

précautions d'emploi doivent être prises pour ces patients.

Effets des contraceptifs hormonaux sur l’efficacité de la lamotrigine

Un doublement de la clairance de la lamotrigine a été observé avec une association éthinylestradiol/lévonorgestrel (30

µg/150 µg) (voir rubrique 4.5). En conséquence, il est déconseillé d’initier une contraception orale pendant la période

d’ajustement posologique de la lamotrigine (voir Associations déconseillées). Par ailleurs, il conviendra d’exercer une

surveillance clinique appropriée des femmes sous lamotrigine commençant ou arrêtant une contraception orale (voir

Associations faisant l’objet de précautions d’emploi). Des ajustements de posologie de lamotrigine pourront être nécessaire

et seront adaptés selon la réponse clinique individuelle. En revanche, aucun ajustement spécifique du schéma d’escalade

de dose de la lamotrigine n’est nécessaire sur la seule base de l’utilisation des contraceptifs hormonaux lors de la mise en

route d’un traitement par la lamotrigine chez une femme déjà sous contraception hormonale.

Liées aux excipients

En raison de la présence de glucose, ce médicament est contre-indiqué en cas de syndrome de malabsorption du glucose et

du galactose.

syndrome de malabsorption du glucose et du galactose.

4.5. Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions

Associations contre-indiquées

+ Millepertuis

Risque de diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité de l'anticonvulsivant.

Associations déconseillées

+ Acide valproïque (Valproate ou divalproate de sodium et par extrapolation valpromide)

Risque majoré de réactions cutanées graves (syndrome de Lyell).

Par ailleurs, augmentation des concentrations plasmatiques de lamotrigine (diminution de son métabolisme hépatique par le

valproate de sodium).

Si l'association s'avère nécessaire, surveillance clinique étroite.

+ Contraceptifs oraux (pendant la période d’ajustement posologique de la lamotrigine)

Risque de diminution des concentrations et de l'efficacité de la lamotrigine par augmentation de son métabolisme hépatique.

Eviter de mettre en route une contraception orale pendant cette période.

Associations faisant l’objet de précautions d'emploi

+ Carbamazépine

Risque d'augmentation des effets neurologiques (vertiges, ataxie, diplopie) de la carbamazépine lors de l'introduction de la

lamotrigine.

Surveillance clinique et réduction éventuelle de la posologie de la carbamazépine.

+ Contraceptifs oraux (en dehors de la période d’ajustement posologique de la lamotrigine)

Risque de diminution des concentrations et de l'efficacité de la lamotrigine par augmentation de son métabolisme hépatique.

Surveillance clinique et adaptation de la posologie de la lamotrigine lors de la mise en route d'une contraception orale et

après son arrêt.

Interactions des autres antiépileptiques sur la lamotrigine :

les antiépileptiques inducteurs enzymatiques (tels que phénytoïne, phénobarbital, primidone, carbamazépine) augmentent le

métabolisme de la lamotrigine.

Interactions de la lamotrigine :

Sur le métabolisme des autres antiépileptiques :

Bien que des variations isolées des concentrations plasmatiques d'autres antiépileptiques aient été parfois signalées, des

études contrôlées ont montré que la lamotrigine ne modifiait pas les concentrations des autres antiépileptiques administrés

simultanément.

Sur le métabolisme des estroprogestatifs :

En l'état actuel des données, il ne semble pas exister d'action de la lamotrigine sur les contraceptifs oraux. Cependant, toute

perturbation du cycle menstruel en cours de traitement devra être signalée au médecin.

4.6. Grossesse et allaitement

Grossesse

Risque lié à l’épilepsie et aux antiépileptiques :

Tous antiépileptiques confondus, il a été montré que dans la descendance des femmes épileptiques traitées, le taux global

de malformations est de 2 à 3 fois supérieur à celui (3 % environ) de la population générale ; bien que l’on constate une

augmentation du nombre d’enfants malformés avec la polythérapie, la part respective des traitements et de la maladie n’a

pas été réellement évaluée.

Les malformations le plus souvent rencontrées sont des fentes labiales et des malformations cardio-vasculaires.

Par ailleurs, l’interruption brutale du traitement antiépileptique peut entraîner une aggravation de la maladie préjudiciable à

la fois à la mère et au fœtus.

Risque lié à la lamotrigine :

Les études chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effet tératogène. En l’absence d’effet tératogène chez l’animal, un effet

malformatif dans l’espèce humaine n’est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations

dans l’espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l’animal au cours d’études bien conduites sur deux espèces.

Des données issues du suivi prospectif de grossesses ont permis d’obtenir des résultats sur plus de 2000 femmes exposées

à la lamotrigine au premier trimestre de grossesse.

Bien que les données ne mettent pas en évidence une augmentation substantielle du risque global de malformations

congénitales majeures associées à l’utilisation de la lamotrigine, un registre de grossesses chez les femmes épileptiques a

rapporté une augmentation du risque de fentes labiales et/ou palatines isolées. Ce risque accru n’a pas été confirmé par une

analyse groupée des données issues de 6 autres registres.

Compte tenu de ces données :

L’utilisation de la lamotrigine est possible pendant la grossesse.

Si une grossesse est envisagée, elle est l’occasion de peser à nouveau l’indication du traitement, cependant un traitement

anti-épileptique efficace ne doit pas être interrompu, l’aggravation de la maladie étant préjudiciable à la fois à la mère et au

fœtus.

Bien qu’une prévention par l’acide folique des anomalies de fermeture du tube neural soit préconisée quatre semaines avant

la conception et huit semaines après celle-ci chez les femmes épileptiques enceintes traitées par certains médicaments anti-

épileptiques, aucun effet sur les folates n’a été observé chez des patients traités au long cours par la lamotrigine

Une diminution des concentrations plasmatiques, voire de l’efficacité de la lamotrigine ont été observés au cours de la

grossesse avec un retour à la normale dans le premier mois post partum. Une surveillance clinique est donc recommandée

dès le début de la grossesse et en post-partum. En cas d’augmentation posologique en cours de grossesse, une adaptation

de celle-ci est souhaitable le mois qui suit l’accouchement.

Allaitement

La lamotrigine passe dans le lait maternel et peut exposer le nouveau-né, compte tenu de son poids, à des doses

importantes de lamotrigine. Les effets indésirables de la molécule imposent de ne pas prendre un tel risque. L’allaitement est

contre-indiqué.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L'attention est attirée sur une inaptitude possible à conduire des véhicules ou à utiliser des machines résultant soit d'une

maladie épileptique non contrôlée, soit d'effets indésirables neurologiques tels que vertiges, troubles visuels et somnolence

dus à l'association de la lamotrigine avec d'autres médicaments anticomitiaux.

4.8. Effets indésirables

La classification des effets indésirables selon la fréquence utilise la convention suivante : Très fréquents (>1/10), Fréquents

(>1/100 - <1/10), Peu fréquents (>1/1000- <1/100), Rares (>1/10000 - <1/1000), Très rares (<1/10000).

Troubles cutanés et sous-cutanés :

Lors des études cliniques en monothérapie :

Très fréquents : éruptions cutanées.

Lors d’études en association et en pratique courante :

Très fréquents : éruptions cutanées.

Rares : syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell chez l’enfant (<12 ans).

Très rares : syndrome de Lyell chez l’adulte.

Dans les études cliniques en double aveugle, les éruptions cutanées sont rapportées pour plus de 10% des patients traités

par la lamotrigine et pour 5% des patients sous placebo. Les éruptions cutanées ont provoqué l’arrêt du traitement chez 2%

des patients.

Les éruptions cutanées maculo-papuleuses sont le plus souvent bénignes, mais peuvent évoluer vers des éruptions graves

pouvant mettre en jeu le pronostic vital :

syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique),

syndrome de Stevens-Johnson.

Si l’arrêt du traitement permet en règle générale une évolution favorable de ces effets cutanés, quelques rares cas

d’évolution fatale ou séquellaire ont été signalés (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières

d'emploi).

Les manifestations cutanées surviennent généralement dans les 8 premières semaines du traitement et sont favorisées par :

des posologies initiales trop élevées,

une augmentation trop rapide des doses,

l'association de la lamotrigine au valproate (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières

d'emploi).

Troubles hématologiques :

Très rares : neutropénies, thrombopénies, pancytopénies, anémies aplasiques, agranulocytoses.

Quelques cas de leucopénies et d’anémies ont été également rapportés.

Ces manifestations peuvent survenir de façon isolée ou dans un contexte de réaction d’hypersensibilité généralisée.

Troubles du système immunitaire :

Très rares : des réactions d’hypersensibilité généralisée, imposant l’arrêt immédiat du traitement.

La symptomatologie peut comporter : fièvre, éruption cutanée (parfois sévère avec syndrome de Lyell ou de Stevens-

Johnson), atteinte hépatique, altération de la fonction rénale, atteinte hématologique, adénopathies, oedèmes de la face,

conjonctivites.

Ces manifestations d’hypersensibilité généralisée peuvent se compliquer dans de rares cas, de coagulation intra-vasculaire

disséminée (CIVD) et de défaillance multiviscérale (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières

d'emploi).

Troubles psychiatriques :

Fréquents : irritabilité.

Peu fréquents : agressivité.

Très rares : tics, confusion.

Quelques cas d’hallucinations ont été également rapportés.

Des effets indésirables à type d’états maniaques ont été rapportés aussi bien au cours de traitement en monothérapie que

lors de l’association à d’autres antiépileptiques.

Troubles du système nerveux :

Lors des études cliniques en monothérapie :

Très fréquents : céphalées.

Fréquents : somnolence, insomnie, sensations vertigineuses, tremblements.

Peu fréquents : ataxie.

Lors d’études en association et en pratique courante :

Très fréquents : céphalées, sensations vertigineuses.

Fréquents : nystagmus, tremblements, ataxie, somnolence, insomnie.

Très rares : agitation, instabilité, mouvements anormaux, syndrome extrapyramidal, mouvements choréoathétosiques.

Par ailleurs, quelques cas d’augmentation de la fréquence des crises ont été rapportés.

D’autres effets indésirables à type de syndrome cérébelleux ont également été rapportés. Ces effets peuvent survenir en

dehors de tout antécédent.

Troubles visuels:

Très fréquents : diplopie, flou visuel.

Troubles gastro-intestinaux :

Lors des études cliniques en monothérapie :

Fréquents : nausées.

Lors d’études en association et en pratique courante :

Fréquents : troubles digestifs (vomissements, diarrhées).

Troubles hépato-biliaires :

Très rares : atteintes hépatiques avec ou sans signes cliniques (insuffisance hépatique).

Ces manifestations peuvent survenir de façon isolée ou dans un contexte de réaction d’hypersensibilité généralisée.

Troubles musculo-squelettiques et connectivites:

Très rares : réactions à type de lupus.

Troubles généraux :

Fréquents : fatigue.

4.9. Surdosage

Symptômes

Lors de l’ingestion de doses massives excédant de 10-20 fois la dose thérapeutique maximum les symptômes suivants ont

été rapportés : nausées, vomissements, nystagmus, ataxie, trouble de la conscience et coma.

Traitement

Il n'existe pas d'antidote spécifique de la lamotrigine. En cas de surdosage il convient d'hospitaliser les patients pour un

lavage gastrique éventuel et l'instauration d'un traitement symptomatique approprié.

5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : AUTRES ANTIÉPILEPTIQUES, Code ATC : N03AX09.

Les résultats d'études pharmacologiques suggèrent que la lamotrigine agit au niveau des canaux sodium voltage-

dépendants en stabilisant les membranes neuronales et inhibe la libération des neuromédiateurs excitateurs, principalement

le glutamate, dont le rôle est important dans la genèse des crises d'épilepsie.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La lamotrigine est rapidement et complètement absorbée au niveau gastro-intestinal avec un effet de premier passage

hépatique négligeable. Le pic plasmatique est atteint environ 2,5 heures après l'administration orale du produit. La nourriture

retarde le pic de concentration plasmatique d'environ 1,5 heure mais sans modifier la quantité absorbée.

La pharmacocinétique est linéaire jusqu’à 450 mg, correspondant à la plus haute dose unitaire testée.

Il existe une grande variation inter-individuelle des concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre mais les concentrations

pour un même individu varient peu.

Distribution

Le taux de liaison de la lamotrigine aux protéines plasmatiques est de 55%. Il est peu vraisemblable qu’un déplacement de

la liaison de la lamotrigine aux protéines plasmatiques entraîne un effet toxique. Le volume de distribution est de 0,92 à 1,22

l/kg.

Métabolisme

La clairance moyenne de l’adulte sain est de 39±14 ml/min.

La lamotrigine est métabolisée en dérivés glycuroconjugués éliminés dans les urines. Moins de 10% sont excrétés

inchangés dans les urines. Seulement 2% environ des métabolites sont excrétés dans les fèces.

La clairance et la demi-vie d’élimination sont indépendantes de la dose administrée. La demi-vie moyenne d’élimination

chez l’adulte sain est de 24 à 35 heures.

L’UDP glycuronyltransférase est l’enzyme responsable du métabolisme de la lamotrigine.

Dans une étude chez des sujets atteints du syndrome de Gilbert, la clairance apparente moyenne était réduite de 32% par

rapport au groupe contrôle, mais les valeurs restaient dans les valeurs limites de la population générale.

La lamotrigine induit son propre métabolisme de façon modérée et dose-dépendante.

D’autre part, la lamotrigine ne semble pas affecter la pharmacocinétique des autres antiépileptiques et les données

suggèrent que les interactions entre la lamotrigine et les médicaments métabolisés par les enzymes du cytochrome P-450

sont peu probables.

Elimination

La demi-vie de la lamotrigine est grandement affectée par les co-médications antiépileptiques.

La demi-vie moyenne est réduite approximativement à 14 heures avec des inducteurs enzymatiques comme la

carbamazépine et la phénytoïne et augmente à 70 heures en moyenne quand la lamotrigine est administrée avec du

valproate de sodium seul.

La clairance ajustée au poids du corps est plus grande chez les enfants entre 2 et 5 ans que chez les enfants plus âgés et

les adultes.

La demi-vie est généralement plus courte chez les enfants que chez les adultes avec une valeur moyenne

d’approximativement 7 heures quand elle est administrée avec des inducteurs enzymatiques comme la carbamazépine et la

phénytoïne et augmente à des valeurs moyennes de 45 à 50 heures quand elle est administrée avec du valproate de sodium

seul.

Sujets âgés

Les résultats d’une analyse pharmacocinétique de population incluant des patients épileptiques jeunes et âgés ayant

participé aux mêmes essais cliniques, montrent que la clairance de la lamotrigine n’est pas modifiée de façon cliniquement

significative dans les deux populations.

Après administration de dose-unique, la clairance apparente diminue de 12% et passe de 35 ml/min chez les patients jeunes

(20 ans) à 31 ml/min chez les patients de 70 ans. Après un traitement de 48 semaines, elle diminue de 10% et passe de 41

ml/min chez les patients jeunes à 37 ml/min chez des patients âgés.

De plus, les paramètres pharmacocinétiques de la lamotrigine ont été étudiés chez 12 volontaires sains âgés après

administration d’une dose unique de 150 mg. La clairance moyenne chez les patients âgés (0.39 ml/min/kg) se situe dans

l’intervalle des valeurs moyennes de clairance (0.31 à 0.65 ml/min/kg) obtenues au cours de 9 essais réalisés chez des

patients jeunes, après administration d’une dose unique allant de 30 à 450 mg.

Insuffisants rénaux

Il n’y a pas eu d’expérience clinique concernant le traitement par la lamotrigine chez les insuffisants rénaux.

Les études de pharmacocinétique utilisant une dose unique chez les sujets ayant une insuffisance rénale indiquent que la

pharmacocinétique de la lamotrigine est peu affectée mais que les concentrations plasmatiques du métabolite glucurono-

conjugué principal sont multipliées environ par 8 du fait de l’insuffisance rénale.

Insuffisants hépatiques

Une étude de pharmacocinétique en dose-unique a été réalisée chez 24 patients ayant une insuffisance hépatique

d’intensité variable et chez 12 volontaires sains. La clairance apparente médiane de la lamotrigine est de 0.31, 0.24 et 0.1

ml/min/kg chez des patients ayant une insuffisance hépatique de grade A, B et C (Child Pugh Classification) et de 0.34

ml/min/kg chez les volontaires sains. Chez les patients ayant une insuffisance hépatique de grade B ou C, la posologie

devrait généralement être réduite (voir rubrique 4.2 Posologie et mode d’administration).

5.3. Données de sécurité précliniques

Génotoxicité

La lamotrigine n'a pas montré de potentiel génotoxique lors d'une large gamme de tests.

Cancérogénicité

La lamotrigine n’est pas cancérogène lors d'essais in vivo chez le rat et la souris.

Tératogénicité

Dans les études de toxicité sur la reproduction et de développement chez les rongeurs et les lapins, aucun effet tératogène

mais une diminution du poids fœtal et un retard d’ossification du squelette ont été observés, à des taux inférieurs ou

équivalent à l’exposition attendue chez l’homme. Etant donné qu’une exposition à des taux supérieurs ne pourrait être testée

chez l’animal en raison de la toxicité maternelle, le potentiel tératogène de la lamotrigine n’a pas été étudié au-delà de

l’exposition clinique.

Chez le rat, une augmentation de la mortalité aussi bien fœtale que postnatale était observée quand la lamotrigine était

administrée plus tard durant la gestation (jour 15-20). Ces effets étaient observés à l’exposition attendue chez l’homme.

Les études chez l’animal n’ont pas révélé d’altération de la fertilité par la lamotrigine. La lamotrigine réduit les taux d’acide

folique fœtaux chez le rat. La carence en acide folique est supposée être associée à une augmentation du risque de

malformations congénitales chez les animaux aussi bien que chez les humains.

Fertilité

La lamotrigine n'a pas modifié la fertilité lors des études de reproduction chez l'animal.

Il n'y a pas d'expérience des effets de la lamotrigine sur la fertilité chez l'espèce humaine.

6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Carbonate de calcium, L-hydroxypropylcellulose, silicate d’aluminium et de magnésium, carboxyméthylamidon sodique,

povidone K30, saccharine sodique, arôme cassis (contient notamment du maltodextrine = glucose), stéarate de magnésium.

6.2. Incompatibilités

Sans objet.

6.3. Durée de conservation

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation

Conserver les comprimés dans l’emballage d’origine, à l’abri de la lumière et de l’humidité, à une température ne dépassant

pas +30°C.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

30 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

6.6. Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

laboratoires saint germain

Société Civile de Recherche

100 route de Versailles

78163 marly le roi cedex

8. PRÉSENTATIONS ET NUMÉROS D’IDENTIFICATION ADMINISTRATIVE

368 593-2 : 30 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

9. DATE DE PREMIÈRE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

10. DATE DE MISE À JOUR DU TEXTE

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DÉLIVRANCE

Liste I.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information