IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

12-10-2020

Ingrédients actifs:
méthotrexate
Disponible depuis:
NORDIC GROUP BV
Code ATC:
L04AX03
DCI (Dénomination commune internationale):
methotrexate
Dosage:
25 mg
forme pharmaceutique:
solution
Composition:
composition pour 1 ml de solution injectable > méthotrexate : 25 mg . Sous forme de : méthotrexate disodique
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
antinéoplasiques et agents immunomodulateurs - autres immunosuppresseurs
Descriptif du produit:
34009 300 ou 0 5 - 1 seringue(s) préremplie(s) en verre de 0,3 ml avec 2 tampon(s) alcoolisé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;34009 300 ou 1 2 - 4 seringue(s) préremplie(s) en verre de 0,3 ml avec 8 tampon(s) alcoolisé(s) - Déclaration de commercialisation:04/04/2016;34009 550 ou 5 4 - 24 seringue(s) préremplie(s) en verre de 0,3 ml avec 48 tampon(s) alcoolisé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;34009 550 ou 2 0 - 6 seringue(s) préremplie(s) en verre de 0,3 ml avec 12 tampon(s) alcoolisé(s) - Déclaration de commercialisation non communiquée:;
Statut de autorisation:
Valide
Numéro d'autorisation:
66900267
Date de l'autorisation:
2015-07-21

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 12/10/2020

Dénomination du médicament

IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

Méthotrexate

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant d’utiliser ce médicament car elle contient des informations

importantes pour vous.

Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez d’autres questions, interrogez votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à d’autres personnes. Il pourrait leur

être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou votre

infirmier/ère. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice.

Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie et dans quels cas est-il

utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en

seringue préremplie ?

3. Comment utiliser IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie ?

6. Contenu de l’emballage et autres informations.

1. QU’EST-CE QUE IMETH 7,5 mg/ 0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie ET DANS QUELS

CAS EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique : ANTINEOPLASIQUES - ANTIMETABOLITES - ANALOGUES DE

L'ACIDE FOLIQUE

IMETH est un médicament qui possède les propriétés suivantes :

il interfère avec la croissance de certaines cellules de l’organisme qui se reproduisent rapidement

(médicament antitumoral),

diminue

réactions

indésirables

mécanisme

défense

propre

l’organisme

(immunosuppresseur),

il possède des effets anti-inflammatoires.

IMETH est indiqué dans le traitement :

de la polyarthrite rhumatoïde active de l’adulte,

des formes polyarticulaires actives et sévères de l'arthrite juvénile idiopathique lorsque la réponse aux

traitements avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) s’est avérée insuffisante,

des formes sévères et invalidantes de psoriasis ne répondant pas de manière suffisante à d’autres types de

traitements tels que la photothérapie, la puvathérapie et les rétinoïdes,

des formes sévères de rhumatisme psoriasique chez l'adulte,

des formes légères à modérées de la maladie de Crohn chez les patients adultes réfractaires ou intolérants

aux thiopurines.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D’UTILISER IMETH 7,5 mg/ 0,3

ml, solution injectable en seringue préremplie ?

Mise en garde importante relative à la posologie de méthotrexate :

Le méthotrexate, pour le traitement des maladies rhumatismales ou des maladies de la peau,

ne doit être administré qu’une fois par semaine. Une administration incorrecte du

méthotrexate peut engendrer des effets indésirables graves, pouvant avoir une issue fatale.

Lisez très attentivement la rubrique 3 de cette notice.

Si vous avez des questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien avant d’utiliser

IMETH.

N’utilisez jamais IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie :

si vous êtes allergique au méthotrexate ou à l’un des autres composants contenus dans ce médicament,

mentionnés dans la rubrique 6 ;

si vous souffrez d'une maladie rénale sévère (votre médecin décidera de la sévérité de votre maladie) ;

si vous souffrez d'une maladie hépatique sévère (votre médecin décidera de la sévérité de votre maladie) ;

si vous souffrez de troubles hématopoïétiques (formation des globules sanguins) ;

si votre consommation d’alcool est importante ;

si vous présentez un système immunitaire déficient ;

si vous souffrez d'une infection sévère ou existante telle que la tuberculose et le VIH (SIDA) ;

si vous présentez des ulcères gastro-intestinaux ;

si vous êtes enceinte ou si vous allaitez (voir la rubrique « Grossesse, allaitement et fertilité ») ;

en cas de vaccination simultanée par des vaccins vivants.

Avertissements et précautions

Des saignements aigus au niveau des poumons chez des patients souffrant de pathologies rhumatologiques

sous-jacentes ont été rapportés lors de traitements par méthotrexate. Si vous présentez des symptômes tels

qu'expectorations (crachats) ou toux accompagnées de sang, contactez immédiatement votre médecin.

Adressez-vous à votre médecin avant d’utiliser IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue

préremplie :

si vous avez un diabète insulino-dépendant,

si vous présentez des infections inactives prolongées (par ex. tuberculose, hépatite B ou C, zona (herpes

zoster)),

si vous avez ou avez eu une maladie du foie ou des reins,

si vous avez des problèmes pulmonaires,

si vous êtes fortement en surpoids/obésité,

si vous présentez une accumulation anormale de liquide dans l’abdomen ou dans la cavité entre les

poumons et la paroi thoracique (ascite, épanchements pleuraux),

si vous souffrez de déshydratation (perte en eau) ou si vous souffrez d’affections entraînant une

déshydratation (vomissements, diarrhée, stomatite).

Le traitement doit être administré une fois par semaine.

Une utilisation incorrecte du méthotrexate peut entraîner des effets indésirables sévères, y compris des effets

indésirables potentiellement mortels. Lisez attentivement la rubrique 3 de cette notice.

Si vous avez présenté des problèmes de peau après une radiothérapie (dermatite induite par les radiations) et

un coup de soleil, ces problèmes peuvent réapparaître sous traitement par méthotrexate (réaction de rappel).

Enfants, adolescents et personnes âgées

Les instructions posologiques dépendent du poids corporel du patient. L’utilisation chez les enfants de moins

de 3 ans n’est pas recommandée en raison de l’expérience insuffisante dans ce groupe d’âge.

Les enfants et les personnes âgées sous traitement par IMETH doivent faire l’objet d’une surveillance

médicale particulièrement attentive afin d’identifier le plus tôt possible les éventuels effets indésirables.

La dose chez les patients âgés doit être relativement faible en raison de la diminution des fonctions hépatique

et rénale et des faibles réserves de folates liées au vieillissement.

Mesures de précaution particulières pendant un traitement par IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en

seringue préremplie.

IMETH doit être prescrit exclusivement par des médecins ayant une expérience suffisante du traitement par

méthotrexate de la maladie concernée.

Le méthotrexate affecte temporairement la production du sperme et des ovules ; cet effet est réversible dans

la plupart des cas. Le méthotrexate peut provoquer des fausses couches et de graves anomalies congénitales.

Vous devez éviter de tomber enceinte pendant que vous utilisez du méthotrexate et pendant au moins six

mois après l’arrêt du traitement. Voir également la rubrique « Grossesse, allaitement et fertilité ».

Les altérations cutanées dues au psoriasis sont susceptibles de s’aggraver sous traitement par IMETH en cas

d’exposition simultanée à des rayonnements ultraviolets.

Examens de suivi et précautions recommandés :

Des effets indésirables graves peuvent se produire même lorsque IMETH est utilisé à faibles doses. Afin de

les identifier à temps, votre médecin doit réaliser des contrôles et des examens de laboratoire.

Avant le début du traitement :

Avant le début du traitement, votre médecin peut réaliser des analyses sanguines et aussi vérifier le bon

fonctionnement de vos reins et de votre foie. Il est possible que vous subissiez également une radiographie du

thorax. D’autres examens peuvent également être réalisés pendant et après le traitement. Ne manquez pas les

rendez-vous pour les analyses de sang.

Si les résultats de l’un de ces tests est anormal, le traitement ne sera repris que lorsque tous les résultats

seront revenus à la normale.

Autres médicaments et IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

Informez votre médecin ou pharmacien si vous utilisez, avez récemment utilisé ou pourriez utiliser tout autre

médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, ainsi que des médicaments à base de plantes

ou des produits naturels.

Il est particulièrement important d’informer votre médecin si vous utilisez :

d’autres traitements contre la polyarthrite rhumatoïde ou le psoriasis tels que le léflunomide, la

sulfasalazine (également utilisée pour la colite ulcéreuse), l’aspirine, la phénylbutazone ou l’amidopyrine,

de l’alcool (doit être évité),

des vaccins vivants,

de l’azathioprine (utilisée pour prévenir le rejet après une transplantation d’organe),

des rétinoïdes (utilisés pour traiter le psoriasis et d’autres affections de la peau),

des médicaments anticonvulsivants (qui préviennent les crises d’épilepsie),

des traitements anticancéreux,

des barbituriques (médicaments pour dormir),

des tranquillisants,

des contraceptifs oraux,

du probénécide (médicament contre la goutte),

des antibiotiques,

de la pyriméthamine (utilisée pour prévenir et traiter la malaria),

des préparations vitaminiques qui contiennent de l’acide folique,

des inhibiteurs de la pompe à protons (utilisés pour traiter les brûlures d’estomac sévères ou les ulcères),

de la théophylline (utilisée pour traiter l’asthme).

IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie avec des aliments, des boissons et de

l’alcool

Au cours du traitement par IMETH, vous ne devez pas boire d’alcool et vous devez éviter une consommation

excessive de thé noir, de café et de sodas contenant de la caféine.

Veillez également à bien vous hydrater pendant le traitement par IMETH parce qu’une déshydratation

(diminution de la quantité d’eau présente dans l’organisme) peut augmenter la toxicité de IMETH.

Grossesse, allaitement et fertilité

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Grossesse

N’utilisez pas IMETH pendant la grossesse ou si vous essayez de tomber enceinte. Le méthotrexate peut

provoquer des anomalies congénitales, être néfaste pour le bébé à naître ou provoquer des fausses couches. Il

est associé à des malformations du crâne, du visage, du cœur et des vaisseaux sanguins, du cerveau et des

membres. Il est dès lors extrêmement important de ne pas administrer de méthotrexate aux patientes

enceintes ou qui envisagent une grossesse. Chez les femmes en âge d’avoir des enfants, il faut exclure toute

possibilité de grossesse en prenant des mesures appropriées, par exemple un test de grossesse avant de

commencer le traitement. Vous devez éviter de tomber enceinte pendant que vous prenez du méthotrexate et

pendant au moins 6 mois après l’arrêt du traitement, en utilisant au cours de cette période une méthode de

contraception fiable (voir également la rubrique « Avertissements et précautions »).

Si vous tombez malgré tout enceinte pendant le traitement, ou suspectez une grossesse, parlez-en à votre

médecin dès que possible. Vous devez obtenir un avis médical concernant le risque d’effets préjudiciables

sur l’enfant du fait du traitement.

Si vous souhaitez tomber enceinte, vous devez consulter votre médecin, qui pourra vous adresser à un

spécialiste pour des conseils avant le début prévu du traitement.

Allaitement

N’allaitez pas pendant le traitement parce que le méthotrexate passe dans le lait maternel. Si votre médecin

traitant considère qu’un traitement par méthotrexate est absolument nécessaire pendant la période

d’allaitement, vous devez arrêter d’allaiter.

Fertilité masculine

Les données disponibles n’indiquent pas une augmentation du risque de malformations ou de fausse couche

si le père prend du méthotrexate à des doses inférieures à 30 mg/semaine. Il n’est néanmoins pas possible

d’exclure totalement ce risque. Le méthotrexate peut être génotoxique. Cela signifie qu’il peut provoquer des

mutations génétiques. Le méthotrexate peut affecter la production des spermatozoïdes avec la possibilité de

provoquer des anomalies congénitales. Par conséquent, vous devez éviter de concevoir un enfant ou de

donner du sperme pendant que vous prenez du méthotrexate et pendant au moins 6 mois après l’arrêt du

traitement.

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez

conseil à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Des effets indésirables affectant le système nerveux central, tels que la fatigue et les vertiges, peuvent se

produire pendant le traitement par IMETH. Dans certains cas, l’aptitude à conduire des véhicules et/ou à

utiliser des machines peut par conséquent être altérée. Si vous vous sentez fatigué ou si vous avez des

étourdissements, ne conduisez pas de véhicules et n’utilisez pas de machines.

IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie contient du sodium

Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol de sodium par dose, c’est-à-

dire « sans sodium ».

3. COMMENT UTILISER IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie ?

Avertissement important concernant la dose de IMETH (méthotrexate) :

Utilisez IMETH une fois par semaine seulement pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, de

l’arthrite juvénile idiopathique active, du psoriasis et, du rhumatisme psoriasique et de la maladie de

Crohn. L’utilisation d’une dose excessive de IMETH (méthotrexate) peut avoir des conséquences fatales.

Veuillez lire très attentivement la rubrique 3 de cette notice. Si vous avez des questions, veuillez-vous

adresser à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre ce médicament.

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin. En cas de

doute, vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien.

IMETH s’administre seulement une fois par semaine. Vous fixerez en accord avec votre médecin le jour de

la semaine le plus approprié pour l’administration de votre injection.

Une utilisation incorrecte de IMETH peut engendrer des effets indésirables sévères, y compris des effets

indésirables potentiellement mortels.

Posologie

La dose recommandée est :

Dose chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde

La dose initiale de méthotrexate recommandée est 7,5 mg une fois par semaine. IMETH s’administre en une

seule fois par injection sous la peau ou dans un muscle (voir la rubrique « Mode d’administration et durée du

traitement »).

En cas d’efficacité insuffisante et si le traitement est bien toléré, la dose de IMETH peut être augmentée. La

dose hebdomadaire moyenne est de 15 à 20 mg. On ne doit généralement pas dépasser une dose

hebdomadaire de 25 mg de IMETH. Après obtention du résultat thérapeutique souhaité, la dose doit, si

possible, être progressivement réduite à la plus faible dose d’entretien efficace.

Utilisation chez les enfants et les adolescents de moins de 16 ans souffrant de formes polyarticulaires

d’arthrite juvénile idiopathique

La dose recommandée est de 10 à 15 mg/m² de surface corporelle par semaine. En cas de réponse

insuffisante, la dose hebdomadaire peut être augmentée jusqu’à 20 mg/m² de surface corporelle par semaine.

Néanmoins, des contrôles réguliers doivent avoir lieu plus fréquemment. Le médicament doit être administré

uniquement par injection sous-cutanée (sous la peau) ou intramusculaire (dans un muscle).

L’utilisation chez les enfants de moins de 3 ans n’est pas recommandée en raison de l’expérience insuffisante

dans ce groupe d’âge.

Adultes souffrant de formes sévères de psoriasis ou de rhumatisme psoriasique

Il est conseillé d’administrer une dose de test unique de 5 à 10 mg afin d’évaluer les éventuels effets

indésirables. Cette dose peut être administrée par voie sous-cutanée (sous la peau) ou intramusculaire (dans

un muscle).

Si, une semaine plus tard, aucune modification de la numération sanguine n’est observée, le traitement se

poursuit avec une dose d’environ 7,5 mg. La dose peut être progressivement augmentée (par paliers de 5 à

7,5 mg par semaine et sous surveillance de la numération sanguine) jusqu’à obtention du résultat

thérapeutique optimal. Généralement, une dose hebdomadaire de 20 mg peut être associée à une

augmentation significative de la toxicité. Ne pas dépasser une dose de 30 mg par semaine. Après obtention

du résultat thérapeutique souhaité, la dose doit être réduite chaque semaine jusqu’à la plus faible dose

d’entretien efficace pour chaque patient.

Dose chez les patients adultes atteints de la maladie de Crohn

La durée du traitement est déterminée par le médecin traitant. Le traitement de la maladie de Crohn par

IMETH est un traitement de longue durée.

Initiation du traitement :

25 mg par semaine administrés par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

Une réponse au traitement est attendue après approximativement 8 à 12 semaines.

Poursuite du traitement :

15 mg par semaine administrés par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

Ce médicament n’est pas indiqué chez les enfants atteints de la maladie de Crohn.

Patients souffrant d’une maladie des reins

La dose doit éventuellement être réduite chez les patients souffrant d’une maladie des reins.

Mode d’administration et durée du traitement

La durée du traitement est déterminée par le médecin traitant. IMETH s’injecte une fois par semaine. Il est

conseillé de spécifier un jour de la semaine comme « jour de l’injection ».

IMETH s’administre par injection sous la peau ou dans un muscle. Le traitement de la polyarthrite

rhumatoïde, de l’arthrite juvénile idiopathique, du psoriasis et du rhumatisme psoriasique par IMETH est un

traitement de longue durée.

Polyarthrite rhumatoïde

On peut généralement s’attendre à une amélioration des symptômes après 4 à 8 semaines de traitement. Les

symptômes peuvent réapparaître après l’arrêt de IMETH.

Formes sévères de psoriasis et rhumatisme psoriasique

On peut généralement s’attendre à une réponse au traitement après 2 à 6 semaines. En fonction du tableau

clinique et des altérations des paramètres de laboratoire, on décidera ensuite d’arrêter ou de poursuivre le

traitement.

En début de traitement, IMETH doit être injecté par du personnel médical. Votre médecin peut toutefois

juger utile de vous apprendre à vous injecter vous-même IMETH sous la peau. Vous bénéficierez alors d’une

formation appropriée en ce sens. Ne tentez en aucun cas de vous administrer vous-même une injection si

vous n’avez pas été formé à le faire.

Comment vous administrer vous-même une injection de IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en

seringue préremplie

Si vous avez des difficultés à manipuler la seringue, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

N’essayez pas de vous administrer vous-même une injection si vous n’avez pas été formé à le faire. En cas de

doute sur la conduite à tenir, interrogez immédiatement votre médecin ou votre infirmier/ère.

Avant de vous administrer vous-même une injection de IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en

seringue préremplie

Vérifiez la date de péremption du médicament. Ne l’utilisez pas si cette date est dépassée.

Vérifiez que la seringue n’est pas endommagée et que la solution contenant le médicament ne contient pas de

particule (limpide). Si elle ne l’est pas, utilisez une autre seringue.

Examinez le précédent site d’injection pour voir si la dernière injection a provoqué une rougeur, un

changement de couleur de la peau, un gonflement, un suintement ou si le site est encore douloureux. Dans ce

cas, appelez votre médecin ou votre infirmier/ère.

Décidez où vous allez vous injecter le médicament. Changez à chaque fois de site d’injection.

Instructions pour l’auto-injection de IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

1) Se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon.

2) S’asseoir ou s’allonger dans une position confortable et détendue. S’assurer que l’on peut voir le site

d’injection.

3) La seringue est préremplie et prête à l’emploi. Ouvrir l’emballage en décollant entièrement la couche

supérieure comme dans l’illustré ci-dessous.

4) Précaution : NE PAS saisir la seringue par le piston ou le protège-aiguille. Sortir la seringue de son

emballage en la prenant par le corps comme dans l’illustré ci-dessous.

5) Examiner visuellement la seringue. On doit voir un liquide jaune au travers de la fenêtre de visualisation.

Il est possible que l’on observe la présence d’une petite bulle d’air ; celle-ci n’affecte en rien l’injection et

est sans danger.

6) Choisir un site d’injection et le désinfecter avec le tampon imbibé d’alcool fourni à cet effet. Il faut 30 à

60 secondes pour que cela soit efficace. Les sites d’injection possibles sont la peau de la paroi antérieure

de l’abdomen et celle de la face antérieure de la cuisse.

7) Retirer le capuchon en maintenant le corps de la seringue.

Ne pas appuyer sur le piston avant l’injection pour éliminer les bulles d’air. Cela peut entraîner une perte

de médicament. Après avoir retiré le capuchon, garder la seringue en main. Ne pas laisser la seringue

entrer en contact avec quoi que ce soit afin d’avoir la garantie que l’aiguille reste propre.

8) Tenir la seringue dans la main que l’on utilise pour écrire et, de l’autre main, pincer délicatement entre le

pouce et l’index la peau au site d’injection afin de former un pli. Veiller à maintenir ce pli cutané pendant

toute la durée de l’injection.

9) Approcher la seringue du pli cutané (site d’injection) en dirigeant l’aiguille directement vers le site

d’injection. Insérer toute la longueur de l’aiguille dans le pli cutané.

10) Enfoncer le piston avec le doigt jusqu’à ce que la seringue soit vide. On injecte ainsi le médicament sous

la peau.

11) Retirer l’aiguille en tirant en ligne droite. Le protège-aiguille de la seringue vient automatiquement

recouvrir l’aiguille de manière à éviter tout risque de piqûre accidentelle. On peut ensuite relâcher le pli

cutané.

Remarque : le système de sécurité qui permet la libération du protège-aiguille ne peut être activé qu’après

que la seringue ait été vidée en enfonçant le piston à fond. Pour éviter un hématome, ne pas frictionner

le site d’injection après avoir réalisé l’auto-injection.

12) Jeter la seringue usagée dans le container spécial fourni à cet effet. Fermer hermétiquement le couvercle

de ce container et le placer hors de portée des enfants. Si du méthotrexate souille accidentellement la

surface de la peau ou les tissus mous, rincer abondamment avec de l’eau. Lorsque le container est plein,

le remettre à votre pharmacien qui se chargera de l’éliminer. Ne pas le jeter avec les ordures

ménagères.

Si vous avez utilisé plus de IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie que vous

n’auriez dû

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

Respectez les recommandations posologiques de votre médecin traitant. Ne modifiez pas la dose de votre

propre initiative.

Si vous soupçonnez que vous (ou quelqu’un d’autre) avez utilisé trop de IMETH, avertissez-en votre

médecin ou contactez immédiatement le service des urgences de l’hôpital le plus proche. Il décidera des

mesures thérapeutiques nécessaires en fonction de la sévérité de l’intoxication.

Un surdosage de méthotrexate peut provoquer des réactions toxiques sévères. Les symptômes d’un surdosage

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 12/10/2020

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

IMETH 7,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue préremplie

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

1 seringue préremplie de 0,3 ml contient 7,5 mg de méthotrexate.

1 ml de solution injectable contient 25 mg de méthotrexate (sous forme de méthotrexate disodique).

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement

« sans sodium ».

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Solution injectable en seringue préremplie.

Solution limpide de couleur jaune, ayant un pH compris entre 8,0 et 9,0 et une osmolalité d’environ 300

mOsm/kg.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

IMETH est indiqué dans le traitement :

de la polyarthrite rhumatoïde active de l’adulte,

des formes polyarticulaires actives et sévères de l’arthrite juvénile idiopathique, en cas de réponse

inadéquate aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS),

du psoriasis vulgaris sévère et invalidant ne répondant pas de manière adéquate aux autres formes de

traitements conventionnels telles que la photothérapie, la puvathérapie et les rétinoïdes, et du rhumatisme

psoriasique sévère chez l’adulte,

des formes légères à modérées de la maladie de Crohn, utilisé seul ou en association aux corticostéroïdes,

chez les patients adultes réfractaires ou intolérants aux thiopurines.

4.2. Posologie et mode d'administration

Le méthotrexate ne doit être prescrit que par un médecin ayant de l’expertise dans l’utilisation du

méthotrexate et une compréhension exhaustive des risques du traitement par méthotrexate.

Avertissement important concernant l’administration de IMETH (méthotrexate)

Dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, de l’arthrite juvénile idiopathique active, du

psoriasis, et du rhumatisme psoriasique et de la maladie de Crohn, IMETH (méthotrexate)

doit être utilisé une fois par semaine seulement. Des erreurs de posologie lors de l’utilisation

de IMETH (méthotrexate) peuvent entraîner des effets indésirables graves, voire le décès du

patient. Veuillez lire très attentivement cette rubrique du résumé des caractéristiques du

produit.

Posologie

Posologie destinée aux patients adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde :

La posologie initiale recommandée est de 7,5 mg de méthotrexate une fois par semaine, à administrer par

voie sous-cutanée ou intramusculaire. En fonction de l’activité individuelle de la maladie et de la tolérance

du patient, la posologie initiale peut être augmentée. Il ne faut pas dépasser une dose hebdomadaire de 25

mg. Cependant, des doses supérieures à 20 mg/semaine peuvent être associées à une augmentation

significative de la toxicité, tout particulièrement de dépression médullaire. La réponse au traitement peut être

attendue après 4 à 8 semaines environ.

Une fois le résultat thérapeutique souhaité obtenu, la posologie doit être réduite progressivement à la

posologie d’entretien efficace la plus faible possible.

Posologie chez les enfants et adolescents de moins de 16 ans souffrant de formes polyarticulaires d’arthrite

juvénile idiopathique :

La posologie recommandée est de 10 à 15 mg/m² de surface corporelle par semaine. En cas d'efficacité

insuffisante, la posologie hebdomadaire peut être portée jusqu’à 20 mg/m

de surface corporelle par semaine.

Néanmoins, une augmentation de la fréquence de suivi est indiquée en cas d’augmentation de la dose.

L’administration parentérale est limitée à l’injection par voies sous-cutanée et intramusculaire.

Les patients souffrant d’arthrite juvénile idiopathique doivent toujours être référés à un service de

rhumatologie spécialisé dans le traitement des enfants et adolescents.

L’utilisation chez les enfants de moins de 3 ans est déconseillée en raison de l’insuffisance des données

d’efficacité et d’innocuité disponibles pour cette population (voir rubrique 4.4).

Posologie destinée aux patients atteints de psoriasis vulgaris ou de rhumatisme psoriasique :

Il est recommandé d’administrer une quantité test de 5 à 10 mg par voie parentérale, une semaine avant le

traitement, pour détecter d’éventuelles réactions indésirables idiosyncrasiques. La posologie initiale

recommandée est de 7,5 mg de méthotrexate à administrer, une fois par semaine, par voie sous-cutanée ou

intramusculaire. La posologie doit être augmentée progressivement, mais ne devra généralement pas dépasser

25 mg de méthotrexate par semaine. Des doses supérieures à 20 mg par semaine peuvent être associées à une

augmentation significative de la toxicité, tout particulièrement de dépression médullaire. La réponse au

traitement peut généralement être attendue après 2 à 6 semaines environ. Une fois le résultat thérapeutique

souhaité obtenu, la posologie doit être réduite progressivement à la posologie d’entretien efficace la plus

faible possible.

La posologie doit être augmentée si nécessaire mais ne doit généralement pas dépasser la dose hebdomadaire

maximale recommandée de 25 mg. Dans quelques cas exceptionnels, une posologie plus élevée peut être

cliniquement justifiée mais sans jamais dépasser une dose hebdomadaire maximale de 30 mg de

méthotrexate, faute de quoi la toxicité augmentera de manière importante.

Posologie destinée aux patients adultes atteints de la maladie de Crohn :

Initiation du traitement :

25 mg par semaine administrés par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

Une réponse au traitement est attendue après approximativement 8 à 12 semaines.

Poursuite du traitement :

15 mg par semaine administrés par voie sous-cutanée ou intramusculaire.

Ce médicament n’est pas indiqué pour une utilisation en pédiatrie chez des patients atteints de la maladie de

Crohn (voir rubrique 4.1).

Patients atteints d’insuffisance rénale :

IMETH doit être utilisé avec précaution chez les patients atteints d’insuffisance rénale. La posologie doit être

adaptée comme suit :

Clairance de la créatinine

(ml/min)

% de la dose à administrer

≥ 60

100%

30 - 59

< 30

IMETH ne doit pas être utilisé.

Patients atteints d’insuffisance hépatique :

Le méthotrexate doit être administré avec beaucoup de prudence, voire évité, chez les patients qui présentent

ou ont présenté une maladie hépatique sévère, particulièrement si elle est liée à l’alcool. Si la bilirubine est

>

mg/dl (85,5 µmol/l), le méthotrexate est contre-indiqué. Pour la liste complète des contre-indications, voir

rubrique 4.3.

Utilisation chez les patients âgés :

Une réduction de la posologie doit être envisagée chez les patients âgés, du fait de l’altération des fonctions

hépatiques et rénales et de la diminution des réserves d’acide folique, liées au vieillissement.

Utilisation chez les patients présentant un espace de distribution supplémentaire (épanchements pleuraux,

ascite) :

Chez les patients ayant un espace de distribution supplémentaire, la demi-vie du méthotrexate pouvant être

prolongée jusqu’à 4 fois plus que la durée normale, une réduction ou, dans certains cas, un arrêt

d’administration du méthotrexate peuvent être nécessaires (voir rubriques 5.2 et 4.4).

Durée et mode d’administration :

Ce médicament est exclusivement à usage unique.

IMETH peut être administré par voie intramusculaire ou sous-cutanée (voir également rubrique 6.6).

La durée totale du traitement sera déterminée par le médecin.

Inspecter visuellement la solution avant usage.

Utiliser uniquement si la solution est limpide et pratiquement exempte de particules.

Eviter tout contact du méthotrexate avec la peau et les muqueuses. En cas de contamination, rincer

immédiatement les zones touchées avec une grande quantité d’eau (voir rubrique 6.6).

IMETH est un traitement à long terme de la polyarthrite rhumatoïde, de l’arthrite juvénile idiopathique, du

psoriasis vulgaris sévère et du rhumatisme psoriasique.

Polyarthrite rhumatoïde

Une réponse au traitement chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde est attendue après 4 à 8

semaines. Les symptômes peuvent réapparaître après l’arrêt du traitement.

Formes sévères de psoriasis

vulgaris

et rhumatisme psoriasique

Une réponse au traitement est généralement attendue après 2 à 6 semaines. Le tableau clinique et les résultats

des analyses biologiques, permettent de décider l’arrêt ou la poursuite du traitement.

Maladie de Crohn

Une réponse au traitement est attendue après approximativement 8 à 12 semaines.

Remarque

En cas de passage d'une administration orale à la voie parentérale, une réduction de la posologie peut être

requise du fait de la variabilité de la biodisponibilité du méthotrexate après administration orale.

Une supplémentation en acide folique peut être envisagée selon les recommandations thérapeutiques en

vigueur.

4.3. Contre-indications

IMETH est contre-indiqué en cas de :

hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1,

insuffisance hépatique sévère, si la bilirubine sérique est > 5 mg/dl (85,5 µmol/l) (voir rubrique 4.2),

alcoolisme,

insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min - voir également rubriques 4.2 et 4.4),

anomalies préexistantes de la crase sanguine, telles qu’hypoplasie de la moelle osseuse, leucopénie,

thrombocytopénie ou anémie importante,

immunodéficience,

infections sévères, chroniques ou graves telles que la tuberculose et l’atteinte par le VIH,

stomatite, ulcères de la cavité buccale et maladie ulcéreuse gastro-intestinale évolutive diagnostiquée,

grossesse et allaitement (voir rubrique 4.6),

vaccination concomitante par des vaccins vivants.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Les patients doivent être clairement informés que le traitement doit être administré une fois par semaine et

non tous les jours. Une utilisation incorrecte du méthotrexate peut provoquer des effets indésirables graves, y

compris potentiellement fatals. Le personnel soignant et les patients doivent en être clairement informés.

Les patients soumis au traitement doivent faire l'objet d'une surveillance appropriée afin de détecter et

d’évaluer les éventuels effets toxiques ou réactions indésirables dans un délai minimum. Le méthotrexate ne

doit donc être administré que par ou sous la surveillance de médecins dont les connaissances et l’expérience

incluent l’utilisation de traitements antimétaboliques. Étant donné le risque d’effets toxiques graves, voire

fatals, le patient doit être parfaitement informé par le médecin des risques qu’il encourt et des mesures de

sécurité recommandées (y compris des signes et symptômes précoces de toxicité). Il doit être informé de la

nécessité de consulter immédiatement son médecin en cas de symptômes d’intoxication, ainsi que du suivi

ultérieur nécessaire de ces symptômes d’intoxication (notamment analyses biologiques régulières).

Des doses supérieures à 20 mg/semaine peuvent être associées à une augmentation significative de la

toxicité, et tout particulièrement de dépression médullaire.

Il faut éviter tout contact entre méthotrexate et la peau ou les muqueuses. En cas de contamination, les zones

touchées doivent être rincées avec une grande quantité d’eau.

Fertilité et reproduction

Fertilité

Il a été décrit que le méthotrexate pouvait induire une oligospermie, des troubles du cycle menstruel et une

aménorrhée chez l’Homme, pendant le traitement et durant une brève période après l’arrêt de celui-ci. Il

provoque une diminution de la fertilité en affectant la spermatogenèse et l’ovogenèse pendant sa période

d’administration ; ces effets semblent être réversibles après l’arrêt du traitement.

Tératogénicité – Risques pour la reproduction

Le méthotrexate a des effets embryotoxiques et provoque des avortements et des anomalies fœtales chez

l'Homme. Par conséquent, les risques potentiels d’effets sur la reproduction, de fausses couches et de

malformations congénitales doivent être discutés avec les patientes de sexe féminin en âge de procréer (voir

rubrique 4.6). L’absence de grossesse doit être confirmée avant d’utiliser IMETH. Si l’on traite une femme

en âge de procréer, celle-ci doit utiliser une méthode de contraception efficace pendant le traitement et au

moins pendant les six mois suivant l’arrêt.

Pour des conseils en matière de contraception chez les hommes, voir rubrique 4.6.

Examens et mesures de sécurité recommandés

Avant d’instaurer ou de ré-instituer un traitement par méthotrexate après une période de repos : examen

hématologique complet comprenant la numération de formule sanguine et numération plaquettaire, enzymes

hépatiques, bilirubine, albumine sérique, radiographie thoracique et tests de la fonction rénale. Si cela est

cliniquement justifié, exclure une tuberculose et une hépatite.

Au cours du traitement (une fois par semaine au cours des deux premières semaines, puis toutes les deux

semaines pendant le mois suivant ; par la suite, en fonction de la numération leucocytaire et de l’équilibre du

patient, au moins une fois par mois durant les six mois qui suivent, et au moins tous les trois mois après

cela) :

Une augmentation de la fréquence du suivi doit également être envisagée en cas d'augmentation de la

posologie. Un examen fréquent des patients âgés, en particulier, est nécessaire pour détecter rapidement les

signes précoces de toxicité.

1. Examen de la cavité buccale et de la gorge à la recherche de modifications des muqueuses.

2. Examen hématologique complet comprenant la numération de formule sanguine et de plaquettes. La

suppression hématopoïétique que provoque le méthotrexate peut survenir soudainement et lors de

l'utilisation de posologies habituellement sûres. Toute chute importante du nombre de leucocytes ou de

plaquettes impose l’arrêt immédiat du médicament et l’instauration d’un traitement symptomatique

adéquat. Il faut conseiller aux patients de signaler tous les signes et symptômes évocateurs d'une

infection. Chez les patients prenant simultanément des médicaments hématotoxiques (par exemple le

léflunomide), la numération de formule sanguine et numération plaquettaire doivent être étroitement

surveillées. Lors de traitements à long terme par le méthotrexate, des biopsies de moelle osseuse sont

indispensables.

3. Analyses de la fonction hépatique : Il convient d’accorder une attention particulière à l’apparition d’une

toxicité hépatique. Le traitement ne peut pas être instauré ou doit être arrêté en cas de présence ou

d'apparition d'une quelconque anomalie des résultats d’analyse de la fonction hépatique ou de la biopsie

hépatique. Ces anomalies doivent se corriger en deux semaines après quoi le médecin décidera de

reprendre ou non le traitement.

Une augmentation transitoire des transaminases jusqu’à deux à trois fois la limite supérieure de la normale

a été signalée chez des patients, à une fréquence de 13 à 20 %. Des anomalies persistantes des enzymes

hépatiques et/ou une diminution de l’albumine sérique peuvent indiquer une hépatotoxicité sévère.

Les diagnostics enzymatiques ne permettent pas une prédiction fiable du développement d’une

hépatotoxicité morphologiquement détectable, c’est-à-dire que même en présence d’un taux de

transaminases normal, une fibrose uniquement identifiable par histologie ou, plus rarement, une cirrhose

hépatique peut être présente.

Il n’existe aucune preuve en faveur de la réalisation d’une biopsie hépatique pour suivre la toxicité

hépatique dans les indications rhumatologiques. Chez les patients atteints de psoriasis, l’intérêt d'une

biopsie hépatique avant et au cours du traitement doit être évalué conformément aux connaissances

scientifiques les plus récentes. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour établir si les

analyses biochimiques hépatiques séquentielles ou le propeptide du collagène de type III peuvent détecter

une hépatotoxicité. L'évaluation doit distinguer les patients ne comptant pas de facteurs de risque de ceux

qui en présentent, tels qu’antécédents de consommation excessive d'alcool, élévation persistante des

enzymes hépatiques, antécédents de maladie hépatique, antécédents familiaux de troubles hépatiques

héréditaires, diabète sucré, obésité et antécédents d'exposition à des médicaments ou des produits

chimiques hépatotoxiques ainsi que traitement prolongé par le méthotrexate ou à des doses cumulées de

1,5 g ou plus.

En cas d’élévation persistante des enzymes hépatiques, il faut envisager de réduire la posologie ou

d’arrêter le traitement.

Du fait des effets potentiellement toxiques du méthotrexate sur le foie, l'administration d'autres

médicaments hépatotoxiques ne peut être entreprise au cours d'un traitement par méthotrexate que si elle

est absolument nécessaire, et la consommation d’alcool doit être évitée ou fortement réduite (voir rubrique

4.5). Un suivi plus étroit des enzymes hépatiques doit être effectué pour les patients qui prennent

simultanément d’autres médicaments hépatotoxiques (par exemple du léflunomide). Les mêmes

précautions doivent être prises en cas d'administration concomitante de médicaments hématotoxiques.

Une prudence toute particulière est de mise chez les patients souffrant de diabète insulinodépendant parce

que, dans des cas isolés, une cirrhose hépatique peut se développer sans augmentation intermittente des

transaminases au cours du traitement par méthotrexate.

4. La fonction rénale doit être surveillée par des tests de la fonction rénale et des analyses urinaires (voir

rubriques 4.2 et 4.3).

En cas d’élévation de la créatinine sérique, la dose doit être réduite. Si le taux de créatinine sérique est

supérieur à 2 mg/dl, le traitement par méthotrexate ne doit pas être administré.

Etant donné que le méthotrexate est principalement éliminé par voie rénale, une élévation des

concentrations sériques peut être attendue en cas d’insuffisance rénale, ceci pouvant entraîner des effets

indésirables graves.

Lorsque la fonction rénale risque d'être altérée (par exemple chez les sujets âgés), la surveillance doit être

plus fréquente. Ceci s’applique particulièrement lors de l'administration concomitante de médicaments qui

affectent l’élimination du méthotrexate, qui entraînent des altérations rénales (par exemple les

médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens) ou qui sont susceptibles d’altérer l’hématopoïèse. En

présence de facteurs de risque tels qu’une altération - même limite - de la fonction rénale, l’administration

concomitante d’anti-inflammatoires non stéroïdiens est déconseillée. La déshydratation peut également

augmenter la toxicité du méthotrexate.

5. Evaluation du système respiratoire :

Il convient de rechercher attentivement d’éventuels symptômes d’altération de la fonction pulmonaire en

interrogeant le patient, et de faire le test si nécessaire.

Une pneumonie interstitielle aiguë ou chronique souvent associée à une hyperéosinophilie sanguine peut

se produire, et des cas fatals ont été rapportés. Les symptômes sont généralement une dyspnée, de la toux

(en particulier une toux sèche non productive), une douleur thoracique et de la fièvre. Ils doivent être

contrôlés lors de chaque visite de suivi. Les patients doivent être informés du risque de pneumonie et il

faut leur conseiller de contacter immédiatement leur médecin en cas d’apparition de toux ou d’une

dyspnée persistantes.

En outre, des cas d’hémorragie alvéolaire pulmonaire ont été rapportés lorsque le méthotrexate est utilisé

pour des indications rhumatologiques et apparentées. Cette affection peut également être associée à une

vasculite et à d’autres comorbidités. Des examens doivent être rapidement envisagés en cas de suspicion

d’hémorragie alvéolaire pulmonaire afin de confirmer le diagnostic.

Le méthotrexate doit être arrêté chez les patients présentant des symptômes pulmonaires et un examen

approfondi (incluant une radiographie du thorax) doit être pratiqué afin d’exclure une infection ou une

tumeur. En cas de suspicion d’une maladie pulmonaire induite par le méthotrexate, un traitement par des

corticostéroïdes doit être instauré et le traitement par méthotrexate ne doit pas être repris.

Les maladies pulmonaires induites par le méthotrexate ne sont pas toujours totalement réversibles.

Les symptômes pulmonaires nécessitent un diagnostic rapide et l’arrêt du traitement par méthotrexate. Des

maladies pulmonaires induites par le méthotrexate, telles qu’une pneumonie, peuvent survenir de manière

aiguë à tout moment du traitement, ne sont pas toujours totalement réversibles et ont déjà été rapportées

avec toutes les doses (également à de faibles doses de 7,5 mg/semaine).

Au cours d’un traitement par méthotrexate, des infections opportunistes sont susceptibles de se

développer, notamment une pneumonie à Pneumocystis carinii, dont l’évolution peut être fatale. Si un

patient présente des symptômes pulmonaires, la possibilité d’une pneumonie à Pneumocystis carinii doit

être envisagée.

Une prudence toute particulière est requise chez les patients dont la fonction pulmonaire est altérée.

Une attention particulière est également requise en présence d’infections chroniques non évolutives (par

exemple zona, tuberculose, hépatite B ou C), car il faut en craindre une éventuelle activation.

6. Du fait de ses effets sur le système immunitaire, le méthotrexate peut diminuer la réponse aux vaccinations

et affecter les résultats des tests immunologiques. La vaccination concomitante par des vaccins vivants

doit être évitée.

Des lymphomes malins peuvent apparaître chez les patients traités par de faibles doses de méthotrexate,

auxquels cas le traitement doit être arrêté. L'absence de signes de régression spontanée du lymphome exige

l’instauration d'un traitement cytotoxique.

La demi-vie d’élimination plasmatique du méthotrexate est prolongée chez les patients présentant une

accumulation de liquide dans des cavités de l’organisme (« espace supplémentaire »), comme par exemple

des ascites ou des épanchements pleuraux. Les épanchements pleuraux et ascites doivent être draînés avant

l’instauration du traitement par méthotrexate.

Des situations pouvant entraîner une déshydratation, telles que les vomissements, la diarrhée, la stomatite,

peuvent accroître la toxicité du méthotrexate du fait de l’augmentation de la concentration plasmatique du

médicament. Dans ces cas, l’administration de méthotrexate doit être interrompue jusqu’à disparition des

symptômes.

Il est important d’identifier les patients pouvant présenter une concentration anormalement élevée de

méthotrexate dans les 48 heures qui suivent le traitement, faute de quoi la toxicité du méthotrexate risque

d’être irréversible.

Une diarrhée et une stomatite ulcéreuse peuvent être des effets toxiques et imposent l’interruption du

traitement, en raison du risque d’entérite hémorragique et de décès dû à une perforation intestinale.

En cas d’hématémèse, de coloration noire des selles ou de présence de sang dans les selles, le traitement doit

être interrompu.

Les préparations vitaminiques ou les autres produits contenant de l’acide folique, de l’acide folinique ou

leurs dérivés peuvent diminuer l’efficacité du méthotrexate.

L’utilisation chez les enfants de moins de 3 ans est déconseillée en raison de l’insuffisance des données

d’efficacité et d’innocuité disponibles pour cette population (voir rubrique 4.2).

Une dermatite radio-induite ou un érythème solaire peuvent réapparaître pendant le traitement par

méthotrexate (réaction de rappel). Les lésions psoriasiques peuvent s’aggraver en cas d’irradiation aux UV et

d’administration concomitante de méthotrexate.

Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par dose, c’est-à-dire « sans

sodium ».

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

+ Médicaments néphrotoxiques

Des études effectuées chez l’animal ont montré une diminution de la sécrétion tubulaire du méthotrexate et,

par conséquent, une augmentation de ses effets toxiques avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS),

y compris l’acide salicylique. Néanmoins, lors d’études cliniques, l’administration concomitante d’AINS et

d’acide salicylique à des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde n’a pas permis d’observer une

augmentation des effets indésirables. Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde par ces médicaments peut se

poursuivre lors d’un traitement par méthotrexate à faible dose et uniquement sous surveillance médicale

attentive.

+ Alcool, médicaments hépatotoxiques et autres médicaments hématotoxiques

La consommation régulière d’alcool et l’administration d’autres médicaments hépatotoxiques accroît la

probabilité d’effets hépatotoxiques du méthotrexate.

Les patients traités par des médicaments potentiellement hépatotoxiques et hématotoxiques (par exemple

léflunomide, azathioprine, sulfasalazine et rétinoïdes) doivent faire l’objet d’un suivi attentif en ce qui

concerne une éventuelle augmentation de la toxicité hépatique. La consommation d’alcool doit être évitée au

cours du traitement par IMETH.

L’administration d’autres médicaments hématotoxiques (par exemple métamizole) accroît la probabilité

d’effets hématotoxiques sévères du méthotrexate.

+ Médicaments anticonvulsivants

Les interactions pharmacocinétiques entre méthotrexate, médicaments anticonvulsivants (réduction des

concentrations sanguines de méthotrexate) et 5-fluoro-uracile (augmentation du t½ du 5-fluoro-uracile) sont à

considérer.

+ Salicylés, phénylbutazone, phénytoïne, barbituriques, tranquillisants, contraceptifs oraux, tétracyclines,

dérivés de l’amidopyrine, sulfamides et acide para-aminobenzoïque

Ils entraînent un déplacement de la liaison du méthotrexate avec la sérumalbumine et augmentent en

conséquence sa biodisponibilité (augmentation indirecte de la dose).

+ Probénécide et acides organiques faibles

Ils peuvent également inhiber la sécrétion tubulaire rénale du méthotrexate, et donc induire une augmentation

indirecte de la dose.

+ Antibiotiques

Les antibiotiques tels que les pénicillines, les glycopeptides, les sulfamides, la ciprofloxacine et la céfalotine

peuvent, chez certains patients, diminuer la clairance rénale du méthotrexate, et ainsi entraîner une

augmentation des concentrations sériques de méthotrexate associée à une toxicité hématologique et gastro-

intestinale.

Les antibiotiques oraux tels que les tétracyclines, le chloramphénicol et les antibiotiques non absorbables à

large spectre peuvent diminuer l’absorption intestinale du méthotrexate ou interférer avec la circulation

entérohépatique, par inhibition de la flore intestinale ou suppression du métabolisme bactérien.

+ Substances susceptibles d’avoir des effets indésirables au niveau de la moelle osseuse

En cas de (pré)traitement par des substances susceptibles d’avoir des effets indésirables au niveau de la

moelle osseuse (par exemple sulfamides, triméthoprime-sulfaméthoxazole, chloramphénicol,

pyriméthamine), la possibilité de troubles hématopoïétiques importants est à envisager.

+ Médicaments qui induisent une carence en acide folique

L’administration concomitante de médicaments qui induisent une carence en acide folique (par exemple

sulfamides, triméthoprime-sulfaméthoxazole) peut majorer la toxicité du méthotrexate. Une prudence toute

particulière est également recommandée en cas de déficit en acide folique préexistant.

Par ailleurs, l’administration concomitante de médicaments contenant de l’acide folinique ou de préparations

vitaminiques contenant de l’acide folique ou leurs dérivés peut diminuer l’efficacité du méthotrexate.

+ Médicaments antirhumatismaux

Une augmentation de toxicité du méthotrexate est attendue lors de l’utilisation de IMETH en association avec

d’autres médicaments antirhumatismaux (par exemple sels d’or, pénicillamine, hydroxychloroquine,

sulfasalazine, azathioprine, ciclosporine).

+ Sulfasalazine

Bien que l’association de méthotrexate et de sulfasalazine puisse augmenter l’efficacité du méthotrexate et en

conséquence entraîner un risque accru d’effets indésirables dus à l’inhibition de la synthèse d’acide folique

par la sulfasalazine, ces effets indésirables n’ont été observés que chez quelques patients isolés au cours de

plusieurs études.

+ Inhibiteurs de la pompe à protons

L’administration concomitante d’inhibiteurs de la pompe à protons tels que l’oméprazole ou le pantoprazole

peut provoquer des interactions : l’administration concomitante de méthotrexate et d’oméprazole retarde

l’élimination rénale du méthotrexate. L’association avec le pantoprazole inhibe l’élimination rénale du

métabolite 7-hydroxyméthotrexate, et des myalgies et tremblements ont été observés chez un patient.

+ Caféine ou théophylline

Le méthotrexate peut diminuer la clairance de la théophylline. Par conséquent, les concentrations de

théophylline doivent être surveillées en cas d’administration concomitante avec le méthotrexate.

La consommation excessive de boissons contenant de la caféine ou de la théophylline (café, sodas contenant

de la caféine, thé noir) doit être évitée pendant le traitement par le méthotrexate ; l’efficacité du méthotrexate

peut se trouver diminuée par une possible interaction au niveau des récepteurs de l’adénosine entre

méthotrexate et méthylxanthines.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information