FOSAMAX Solution

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Acide alendronique (Alendronate sodique trihydraté)
Disponible depuis:
MERCK CANADA INC
Code ATC:
M05BA04
DCI (Dénomination commune internationale):
ALENDRONIC ACID
Dosage:
70MG
forme pharmaceutique:
Solution
Composition:
Acide alendronique (Alendronate sodique trihydraté) 70MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
75ML
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
BONE RESORPTION INHIBITORS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0150323005; AHFS: 92:24.00
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02248625
Date de l'autorisation:
2005-05-16

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 1 de 52

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

FOSAMAX

®

comprimés d’alendronate monosodique

40 mg et 70 mg d’alendronate

solution orale d’alendronate monosodique

70 mg d’alendronate/75 mL

Régulateur du métabolisme osseux

Merck Canada Inc.

16750, route Transcanadienne

Kirkland (Québec) H9H 4M7

Date de révision :

Le 20 février 2013

Numéros de la demande : 160679

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 2 de 52

Table des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ ..............3

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT ................................................3

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE ............................................................................3

CONTRE-INDICATIONS ..................................................................................................4

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS ..........................................................................4

EFFETS INDÉSIRABLES ..................................................................................................8

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ......................................................................14

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION ............................................................................16

SURDOSAGE ...................................................................................................................18

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE ..............................................18

STABILITÉ ET ENTREPOSAGE ....................................................................................24

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT .................24

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ...........................................................25

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ...............................................................25

ÉTUDES CLINIQUES ......................................................................................................26

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE ..................................................................................37

TOXICOLOGIE ................................................................................................................40

RÉFÉRENCES ..................................................................................................................42

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ..................................44

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ..................................49

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 3 de 52

FOSAMAX

®

alendronate monosodique

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie

d’administration

Forme posologique/teneur

Ingrédients non médicinaux

d’importance clinique

Orale

Comprimés

40 mg et 70 mg

Lactose anhydre

Voir la section FORMES

POSOLOGIQUES, COMPOSITION

ET CONDITIONNEMENT, pour

connaître la liste complète des

ingrédients.

Orale

Solution orale 70 mg/75 mL

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

FOSAMAX

(alendronate monosodique) est indiqué dans les cas suivants :

Traitement et prévention de l’ostéoporose postménopausique

Dans le traitement de l’ostéoporose, FOSAMAX

accroît la masse osseuse

et prévient les fractures, notamment à la hanche et à la colonne vertébrale

(fractures-tassements).

Une masse osseuse faible (soit au moins 2,0 écarts types sous la moyenne

observée avant la ménopause) ou des fractures ostéoporotiques actuelles ou

anciennes sont les critères permettant de poser un diagnostic d’ostéoporose.

Dans la prévention de l’ostéoporose, FOSAMAX

peut être administré aux

femmes ménopausées à risque chez qui l’objectif clinique est de préserver la

masse osseuse et de réduire le risque de fracture.

La perte osseuse est particulièrement rapide chez les femmes ménopausées

de moins de 60 ans. Les facteurs de risque souvent liés à l’apparition de

l’ostéoporose postménopausique sont les suivants : ménopause précoce, masse

osseuse modérément faible, ossature délicate, race blanche ou origine asiatique

et antécédents familiaux d’ostéoporose. Il importe de tenir compte de ces facteurs

de risque lorsqu’on envisage un traitement préventif de l’ostéoporose au moyen

de FOSAMAX

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 4 de 52

Traitement de l’ostéoporose chez l’homme, dans le but de réduire la fréquence

des fractures.

Traitement et prévention de l’ostéoporose cortisonique chez l’homme et la femme.

Traitement de la maladie osseuse de Paget chez l’homme et la femme.

Ce médicament est indiqué pour la maladie osseuse de Paget dans les cas

suivants : lorsque le taux sérique de phosphatase alcaline est égal à au moins

2 fois la limite supérieure de la normale, en présence de symptômes ou lorsque

le risque de complications dues à la maladie est élevé.

Limites d’utilisation importantes :

La durée optimale du traitement n’a pas été

déterminée. Il faut réévaluer périodiquement la nécessité de poursuivre le traitement (voir

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

CONTRE-INDICATIONS

Hypersensibilité à ce médicament ou à l’un de ses composants. Pour obtenir une liste

complète, veuillez consulter la section FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION

ET CONDITIONNEMENT.

Anomalies œsophagiennes retardant la vidange de l’œsophage, telles une sténose

ou une achalasie.

Incapacité de rester debout ou assis, le dos droit, durant au moins 30 minutes.

Risque d’aspiration, lequel proscrit la prise de la solution orale FOSAMAX

Hypocalcémie (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Insuffisance rénale lorsque la clairance de la créatinine est < 0,58 mL/s (< 35 mL/min)

[voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION].

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités

En vue de faciliter le transit du médicament jusqu’à l’estomac et de réduire ainsi le risque

d’irritation œsophagienne, il faut informer les patients qu’ils doivent avaler le comprimé

FOSAMAX

avec un grand verre d’eau. En vue de faciliter la vidange de l’estomac, il faut

informer les patients qu’ils doivent boire au moins 60 mL (un quart de tasse) d’eau après

avoir pris la solution orale FOSAMAX

. Il faut prévenir les patients de ne pas s’allonger

durant au moins les 30 minutes qui suivent et jusqu’à ce qu’ils aient pris le premier repas

de la journée. Les patients ne doivent pas sucer ni croquer les comprimés en raison de la

possibilité d’une ulcération oropharyngée. Il faut préciser aux patients qu’ils ne doivent pas

prendre FOSAMAX

le soir au coucher, ni le matin avant le lever. Il faut informer les

patients que la non-observance de ces recommandations peut augmenter le risque de

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 5 de 52

troubles œsophagiens. Il faut avertir les patients qu’en présence de tout symptôme

œsophagien (telles une difficulté à avaler ou une déglutition douloureuse, des douleurs

rétrosternales, ou encore l’apparition ou l’aggravation de brûlures d’estomac), ils doivent

interrompre immédiatement la prise de FOSAMAX

et consulter leur médecin.

L’ostéoporose peut avoir d’autres causes que le déficit œstrogénique, le vieillissement

ou l’utilisation de corticostéroïdes.

Ostéonécrose de la mâchoire

Une ostéonécrose de la mâchoire a été rapportée chez des patients cancéreux qui recevaient

des traitements comportant des bisphosphonates. La majorité des cas sont survenus à la

suite de l’extraction d’une dent associée à un retard de guérison chez des patients

cancéreux recevant des bisphosphonates par voie intraveineuse. Un grand nombre de ces

patients étaient aussi soumis à une chimiothérapie et à une corticothérapie. Cependant,

certains des cas ont été signalés chez des patients recevant des bisphosphonates par voie

orale pour le traitement de l’ostéoporose postménopausique ou d’autres maladies. La

majorité des cas rapportés étaient associés à des interventions dentaires, telle l’extraction

d’une dent. De nombreux patients présentaient des signes d’infection locale, y compris

une ostéomyélite.

On devrait envisager un examen dentaire et des soins préventifs appropriés avant un

traitement au moyen de bisphosphonates chez les patients présentant des facteurs de risque.

Parmi les facteurs de risque connus d’ostéonécrose de la mâchoire figurent le cancer, la

présence d’un traitement concomitant (p. ex., chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie

et traitement immunosuppressif), une mauvaise hygiène buccale, une affection

concomitante (p. ex., maladie parodontale ou autre affection dentaire préexistante, anémie,

coagulopathie, infection et diabète), le tabagisme et une forte consommation d’alcool.

Les patients qui présentent une ostéonécrose de la mâchoire devraient recevoir une

antibiothérapie appropriée ou subir une chirurgie buccale, ou les deux. En outre, il convient

d’envisager l’arrêt du traitement avec les bisphosphonates après avoir évalué les risques

et les bienfaits escomptés. Une chirurgie dentaire peut aggraver l’état du patient. Pour les

patients ayant besoin d’une intervention dentaire (p. ex., extraction d’une dent, insertion

d’implants dentaires), on ne dispose pas de données définitives permettant de déterminer

si l’arrêt du traitement avec des bisphosphonates peut réduire le risque d’ostéonécrose de

la mâchoire.

Le jugement clinique du médecin traitant ou du chirurgien dentaire devrait guider le

plan de traitement du patient, y compris le traitement avec des bisphosphonates, après

une évaluation individuelle des risques et des bienfaits escomptés.

Appareil musculosquelettique

Les données de postcommercialisation rapportent des douleurs osseuses, articulaires

ou musculaires, graves et même parfois invalidantes, chez les patients recevant des

bisphosphonates approuvés pour la prévention et le traitement de l’ostéoporose (voir

EFFETS INDÉSIRABLES). Cependant, ces effets ont été rares. FOSAMAX

fait partie

de cette catégorie de médicaments. La plupart des sujets étaient des femmes ménopausées.

Ces symptômes sont apparus entre un jour et plusieurs mois après le début du traitement.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 6 de 52

La plupart des patients ont été soulagés de leur douleur à l’arrêt du traitement. Chez un

sous-groupe de sujets, les symptômes ont réapparu à la reprise du traitement avec le

même médicament ou un autre bisphosphonate.

Dans des études cliniques contrôlées par placebo avec FOSAMAX

, le pourcentage

de patients présentant ces symptômes était similaire dans le groupe de traitement et

le groupe placebo.

Des fractures sous-trochantériennes et de l’extrémité supérieure de la diaphyse fémorale

liées à des traumatismes de faible énergie ont été rapportées chez certains patients qui

prenaient de l’alendronate depuis une longue période de temps (dans la plupart des cas,

les fractures sont survenues 18 mois à 10 ans après l’instauration du traitement). Dans

certains cas, il s’agissait de fractures de fatigue (dont certaines ont été signalées comme

des fractures par insuffisance) qui sont survenues en l’absence de traumatisme apparent.

Chez certains patients, une douleur prodromique, souvent associée à des signes

radiologiques évoquant une fracture de fatigue, était présente dans la région atteinte durant

les semaines ou les mois précédant la fracture complète. Dans environ le tiers des cas, les

fractures étaient bilatérales; par conséquent, le fémur controlatéral doit être examiné chez

les patients ayant subi une fracture de fatigue de la diaphyse fémorale. Une mauvaise

guérison de ces fractures a également été signalée. Les patients chez qui l’on soupçonne

une fracture de fatigue devraient faire l’objet d’une évaluation qui inclura la recherche des

causes et des facteurs de risque de fractures de fatigue (p. ex. carence en vitamine D,

malabsorption, glucocorticothérapie, arthrite ou fracture d’un membre inférieur,

antécédents de fracture de fatigue, exercices intensifs ou accrus, diabète, consommation

excessive d’alcool) et recevoir les soins orthopédiques appropriés. Il convient d’envisager

l’arrêt du traitement au moyen de l’alendronate chez les patients victimes de fractures de

fatigue, après une évaluation individuelle des bienfaits et des risques escomptés.

Système endocrinien/métabolisme

Si le patient présente une hypocalcémie, il faut corriger celle-ci avant d’instaurer un

traitement au moyen de FOSAMAX

(voir CONTRE-INDICATIONS). Il faut également

traiter tout autre trouble qui influe sur le métabolisme des minéraux (telle une carence en

vitamine D). Chez les patients qui présentent de tels troubles, il importe de surveiller la

concentration sérique de calcium et l’apparition de symptômes d’hypocalcémie au cours

du traitement avec FOSAMAX

. Une hypocalcémie symptomatique a été rapportée,

quoique rarement, aussi bien en présence qu’en l’absence de facteurs prédisposants connus.

On doit aviser les patients de signaler à leur médecin tout symptôme d’hypocalcémie tel

que paresthésie et spasmes musculaires. Les médecins doivent évaluer attentivement les

patients chez qui une hypocalcémie apparaît au cours d’un traitement avec FOSAMAX

et rechercher les facteurs prédisposant à ce trouble.

Comme FOSAMAX

, par ses effets favorables, accroît le contenu minéral de l’os, de

faibles diminutions asymptomatiques des taux sériques de calcium et de phosphore peuvent

survenir au cours du traitement, notamment dans le cas de la maladie de Paget où le

renouvellement de l’os est très rapide, et chez les patients traités avec des corticostéroïdes

puisque ces composés peuvent diminuer l’absorption du calcium.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 7 de 52

Il est important d’assurer un apport suffisant en calcium et en vitamine D, en particulier

aux patients atteints de la maladie osseuse de Paget et aux patients recevant des

corticostéroïdes.

Appareil gastro-intestinal

À l’instar des autres bisphosphonates, FOSAMAX

peut causer une irritation locale de

la muqueuse des voies digestives supérieures.

Des effets indésirables au niveau de l’œsophage, tels une œsophagite, des érosions et

des ulcères œsophagiens, suivis, dans de rares cas, d’une sténose ou d’une perforation

de l’œsophage, ont été signalés chez des patients qui ont reçu FOSAMAX

. Dans certains

cas, ces effets ont été graves et ont nécessité l’hospitalisation du patient. Par conséquent,

les médecins devraient demeurer à l’affût de tout signe ou symptôme évoquant un effet

indésirable au niveau de l’œsophage, et avertir les patients d’interrompre immédiatement la

prise de FOSAMAX

et de consulter un médecin en présence de dysphagie, d’odynophagie

ou de douleurs rétrosternales, ou en cas d’apparition ou d’aggravation de brûlures

d’estomac.

Le risque d’effets indésirables graves au niveau de l’œsophage semble plus grand pour

les patients qui s’allongent après avoir pris FOSAMAX

et pour ceux qui n’avalent pas

le médicament avec la quantité d’eau recommandée ou qui continuent à prendre

FOSAMAX

malgré l’apparition de symptômes évoquant une irritation œsophagienne.

Par conséquent, il est très important de donner tous les renseignements posologiques

nécessaires au patient et de s’assurer qu’il les a bien compris (voir POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION).

En raison des effets irritants potentiels de FOSAMAX

sur la muqueuse des voies

digestives supérieures et de l’aggravation possible des maladies sous-jacentes, il faut

user de prudence lorsque ce médicament est administré à des patients atteints de troubles

évolutifs des voies digestives supérieures, tels une dysphagie, des troubles œsophagiens

(y compris un œsophage de Barrett connu), une gastrite, une duodénite ou des ulcères.

Bien que les études cliniques menées à grande échelle n’aient pas montré une augmentation

des risques, de rares cas d’ulcères gastriques et duodénaux, dont certains ont été graves et

ont entraîné des complications, ont été rapportés après la commercialisation du produit.

Troubles ophtalmiques

Des symptômes oculaires, y compris conjonctivite, uvéite, épisclérite et sclérite, ont été

signalés lors du traitement avec l’alendronate. Les patients présentant des symptômes

oculaires autres qu’une conjonctivite non compliquée doivent être orientés vers un

ophtalmologiste pour une évaluation. En présence de symptômes oculaires inflammatoires,

le traitement pourrait être interrompu.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 8 de 52

Populations particulières

Femmes enceintes

FOSAMAX

n’a pas fait l’objet d’études chez les femmes enceintes et ne devrait donc pas

leur être administré.

Femmes qui allaitent

FOSAMAX

n’a pas été évalué chez les femmes qui allaitent et, par conséquent, ne devrait

pas leur être administré.

Enfants (< 18 ans)

FOSAMAX

n’est pas indiqué chez les enfants.

Personnes âgées

Dans les études cliniques, on n’a observé aucune différence liée à l’âge quant à l’efficacité

et à l’innocuité de FOSAMAX

Surveillance et analyses de laboratoire

Sans objet

EFFETS INDÉSIRABLES

Effets indésirables rapportés dans les études cliniques

Puisque les études cliniques sont menées dans des conditions très particulières, les taux

d’effets indésirables peuvent ne pas refléter les taux observés en pratique et ne doivent pas

être comparés aux taux observés dans le cadre des études cliniques portant sur un autre

médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d’un médicament qui sont tirés

d’études cliniques s’avèrent utiles pour déterminer les effets indésirables liés au

médicament et leurs taux approximatifs.

Dans les études cliniques, FOSAMAX

a été généralement bien toléré. Dans les études

d’une durée allant jusqu’à 5 ans, les effets indésirables, qui ont été légers pour la plupart,

n’ont habituellement pas nécessité l’arrêt du traitement.

L’innocuité de FOSAMAX

a été évaluée dans le cadre d’études cliniques chez près

de 7 200 femmes ménopausées.

Traitement de l’ostéoporose

Femmes ménopausées

Dans deux études multicentriques (l’une américaine et l’autre internationale) d’une durée

de trois ans, menées à double insu et contrôlées par placebo, dont les plans expérimentaux

étaient presque identiques et qui regroupaient 994 femmes ménopausées, le profil

d’innocuité global de FOSAMAX

à la posologie de 10 mg/jour a été semblable à celui

d’un placebo. Le taux d’abandon du traitement en raison d’effets indésirables cliniques

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 9 de 52

a été de 4,1 % chez les 196 patientes traitées avec FOSAMAX

à raison de 10 mg/jour

et de 6,0 % chez les 397 patientes recevant un placebo.

Le tableau suivant présente les effets indésirables, considérés par les investigateurs comme

peut-être, probablement ou certainement reliés au médicament, qui sont survenus à une

fréquence

1 % chez les patientes traitées avec FOSAMAX

à raison de 10 mg/jour et

chez celles qui ont reçu un placebo.

Effets indésirables reliés au médicament*

rapportés chez 1 % des patientes

dans des études ayant porté sur le traitement de l’ostéoporose

FOSAMAX

®

10 mg/jour

%

(n = 196)

Placebo

%

(n = 397)

Appareil gastro-intestinal

Douleur abdominale

Nausées

Dyspepsie

Constipation

Diarrhée

Flatulence

Régurgitation acide

Ulcère œsophagien

Vomissements

Dysphagie

Distension abdominale

Gastrite

Appareil musculosquelettique

Douleurs musculosquelettiques

(os, muscles ou articulations)

Crampes musculaires

Système nerveux/troubles psychiatriques

Céphalées

Étourdissements

Sens

Altération du goût

* Considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement ou certainement reliés au médicament

Une patiente traitée avec FOSAMAX

à raison de 10 mg/jour, qui avait des antécédents

d’ulcère gastroduodénal et de gastrectomie et qui recevait un traitement concomitant avec

de l’acide acétylsalicylique (AAS), a présenté un ulcère anastomotique accompagné d’une

hémorragie légère, qui a été attribué au médicament. Les traitements au moyen de l’AAS

et de FOSAMAX

ont été interrompus, et la patiente s’est rétablie.

Durant la période de prolongation de deux ans (quatrième et cinquième années de

traitement) des deux études mentionnées précédemment, le profil d’innocuité global de

FOSAMAX

à la posologie de 10 mg/jour a été semblable à celui noté avec le placebo

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 10 de 52

durant les 3 premières années de traitement. De plus, le taux d’interruption du traitement

en raison d’effets indésirables observé chez les patientes traitées avec FOSAMAX

à raison

de 10 mg/jour a été semblable à celui noté durant les trois premières années de l’étude.

Dans l’étude FIT (

Fracture Intervention Trial

), la fréquence d’interruption du traitement

en raison d’effets indésirables cliniques a été de 9,1 % chez les 3 236 patientes traitées

avec FOSAMAX

à raison de 5 mg par jour durant 2 ans, puis de 10 mg par jour durant

une ou deux autres années, et de 10,1 % chez les 3 223 patientes ayant reçu un placebo.

Le taux d’interruption du traitement en raison d’effets indésirables au niveau des voies

digestives supérieures a été de 3,2 % dans le groupe traité avec FOSAMAX

comparativement à 2,7 % dans le groupe qui a reçu le placebo. Dans l’ensemble, le profil

des effets indésirables a été semblable à celui qui a été observé dans d’autres études au

cours desquelles FOSAMAX

a été administré à la dose de 5 mg ou de 10 mg par jour.

Le profil d’innocuité et de tolérance global de FOSAMAX

à 70 mg à prise hebdomadaire

s’est révélé semblable à celui de FOSAMAX

à 10 mg administré une fois par jour, dans

une étude multicentrique à double insu d’une durée de un an. Le tableau suivant présente

les effets indésirables, considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement

ou certainement reliés au médicament, qui sont survenus à une fréquence

1 % chez les

patientes traitées avec FOSAMAX

à raison de 70 mg par semaine et chez celles qui ont

reçu FOSAMAX

à raison de 10 mg par jour.

Effets indésirables reliés au médicament*

rapportés chez 1 % des patientes

dans des études ayant porté sur le traitement de l’ostéoporose

FOSAMAX

®

70 mg 1 fois/semaine

%

(n = 519)

FOSAMAX

®

10 mg/jour

%

(n = 370)

Appareil gastro-intestinal

Douleur abdominale

Dyspepsie

Régurgitation acide

Nausées

Distension abdominale

Constipation

Flatulence

Gastrite

Ulcère gastrique

Appareil musculosquelettique

Douleurs musculosquelettiques

(os, muscles ou articulations)

Crampes musculaires

* Considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement ou certainement reliés

au médicament

Hommes

Dans le cadre de deux études multicentriques à double insu et contrôlées par placebo,

menées chez des hommes (une étude de deux ans réalisée sur le comprimé FOSAMAX

à 10 mg à prise quotidienne [n = 146] et une étude de un an sur le comprimé FOSAMAX

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 11 de 52

à 70 mg à prise hebdomadaire [n = 109]), le profil d’innocuité de FOSAMAX

s’est révélé

généralement semblable à celui observé chez les femmes ménopausées. Le taux d’abandon

du traitement en raison d’effets indésirables cliniques a été de 2,7 % avec le comprimé

FOSAMAX

à 10 mg à prise quotidienne comparativement à 10,5 % avec le placebo et

de 6,4 % avec le comprimé FOSAMAX

à 70 mg à prise hebdomadaire comparativement

à 8,6 % avec le placebo.

Autres études chez l’homme et la femme

Lors d’une étude endoscopique, d’une durée de 10 semaines, réalisée chez des hommes

et des femmes (n = 277; âge moyen de 55 ans), aucune différence quant à la fréquence des

lésions au niveau des voies digestives supérieures n’a été observée entre les sujets qui ont

reçu FOSAMAX

à raison de 70 mg une fois par semaine et ceux qui ont reçu le placebo.

En outre, dans le cadre d’une étude de un an regroupant des hommes et des femmes

(n = 335; âge moyen de 50 ans), le profil d’innocuité et de tolérance global de FOSAMAX

administré à raison de 70 mg une fois par semaine a été semblable à celui du placebo, et

aucune différence à cet égard n’a été observée entre les hommes et les femmes.

Prévention de l’ostéoporose postménopausique

L’innocuité de FOSAMAX

administré à raison de 5 mg par jour chez les femmes

ménopausées de 40 à 60 ans a été évaluée dans le cadre de trois études contrôlées par

placebo menées à double insu et avec répartition aléatoire auprès de plus de 1 400 patientes

qui ont reçu FOSAMAX

durant 2 ou 3 ans. Dans ces études, le profil d’innocuité global

de FOSAMAX

à la posologie de 5 mg par jour a été semblable à celui observé pour le

placebo. Le taux d’interruption du traitement en raison de tout effet indésirable clinique a

été de 7,5 % chez les 642 patientes traitées avec FOSAMAX

à raison de 5 mg par jour et

de 5,7 % chez les 648 patientes ayant reçu un placebo. Le tableau suivant présente les

effets indésirables, considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement ou

certainement reliés au médicament, qui sont survenus à une fréquence

1 % chez les

patientes traitées avec FOSAMAX

à raison de 5 mg par jour et chez celles qui ont reçu un

placebo.

Effets indésirables reliés au médicament*

rapportés chez 1 % des patientes

dans des études ayant porté sur la prévention de l’ostéoporose

FOSAMAX

®

5 mg/jour

%

(n = 642)

Placebo

%

(n = 648)

Appareil gastro-intestinal

Douleur abdominale

Régurgitation acide

Diarrhée

Dyspepsie

Nausées

* Considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement ou certainement reliés au médicament

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 12 de 52

Administration concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie

substitutive

Dans deux études (l’une d’une durée de un an et l’autre de deux ans) réalisées chez des

femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique (n = 853 au total), le profil d’innocuité

et de tolérance de FOSAMAX

administré à raison de 10 mg une fois par jour en

association avec une œstrogénothérapie substitutive avec ou sans progestatif (n = 354)

concordait avec celui de chacun des traitements administrés seuls.

Traitement et prévention de l’ostéoporose cortisonique

Dans le cadre de deux études cliniques multicentriques d’une durée de un an, contrôlées

par placebo et menées à double insu auprès de patients recevant des corticostéroïdes, le

profil d’innocuité et de tolérance global de FOSAMAX

administré à la dose de 5 mg ou

de 10 mg par jour a été généralement semblable à celui observé avec le placebo. Le tableau

suivant présente les effets indésirables considérés par les investigateurs comme peut-être,

probablement ou certainement reliés au médicament, survenus à une fréquence

1 % chez

les patients traités avec FOSAMAX

à raison de 5 mg ou de 10 mg par jour et chez les

patients ayant reçu un placebo.

Effets indésirables reliés au médicament*

rapportés chez 1 % des patients

dans des études ayant porté sur la prévention et le traitement de l’ostéoporose cortisonique

FOSAMAX

®

10 mg/jour

%

(n = 157)

FOSAMAX

®

5 mg/jour

%

(n = 161)

Placebo

%

(n = 159)

Appareil gastro-intestinal

Douleur abdominale

Régurgitation acide

Constipation

Mélæna

Nausées

Diarrhée

Système nerveux/troubles psychiatriques

Céphalées

* Considérés par les investigateurs comme peut-être, probablement ou certainement reliés au médicament

Le profil d’innocuité et de tolérance global observé au cours de la deuxième année chez les

patients qui ont poursuivi le traitement pendant deux ans lors des études sur le traitement

de l’ostéoporose cortisonique concorde avec celui noté au cours de la première année.

Maladie osseuse de Paget

Au cours d’études cliniques (maladie de Paget et ostéoporose), les effets indésirables

rapportés par 175 patients traités avec FOSAMAX

à raison de 40 mg/jour pendant 3 à

12 mois ont été semblables à ceux qui ont été signalés par les femmes ménopausées traitées

avec FOSAMAX

à raison de 10 mg/jour. Toutefois, la fréquence des effets indésirables au

niveau des voies digestives supérieures a été plus élevée parmi les patients qui recevaient

FOSAMAX

à la posologie de 40 mg/jour (17,7 % avec FOSAMAX

contre 10,2 % avec

le placebo). Des cas isolés d’œsophagite et de gastrite ont nécessité l’arrêt du traitement.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 13 de 52

De plus, des douleurs musculosquelettiques (aux os, aux muscles ou aux articulations)

décrites antérieurement par des patients pagétiques traités au moyen d’autres

bisphosphonates, et considérées par les investigateurs comme peut-être, probablement ou

certainement reliées au médicament, sont survenues chez environ 6 % des patients traités

avec FOSAMAX

à la posologie de 40 mg/jour, comparativement à environ 1 % des

patients recevant un placebo, mais ont rarement nécessité l’arrêt du traitement. La

fréquence d’interruption du traitement en raison d’effets indésirables cliniques a été

de 6,4 % chez les patients atteints de la maladie de Paget qui avaient reçu FOSAMAX

à la posologie de 40 mg/jour et de 2,4 % chez les patients ayant reçu un placebo.

Effets indésirables moins fréquents rapportés dans les études cliniques (< 1%)

Peau :

De rares cas d’éruption cutanée et d’érythème ont été signalés.

Anomalies dans les résultats hématologiques et biologiques

Résultats des analyses de laboratoire

Lors d’études cliniques multicentriques contrôlées et menées à double insu, des diminutions

légères, transitoires et asymptomatiques des taux sériques de calcium et de phosphore ont été

observées chez environ 18 % et 10 %, respectivement, des patients ayant reçu FOSAMAX

contre environ 12 % et 3 % de ceux qui avaient reçu un placebo. Par ailleurs, la fréquence

des cas où les réductions des taux sériques se situaient à des valeurs < 8,0 mg/dL (2,0 mM)

pour le calcium et à des valeurs

2,0 mg P

/dL (0,65 mM) pour le phosphore a été similaire

dans les deux groupes.

Dans une étude au su menée chez un petit échantillon de patients à qui le médicament a été

administré à des doses plus élevées (80 mg/jour), certains patients ont présenté une

élévation des transaminases. De telles élévations n’ont toutefois pas été observées à la

posologie de 40 mg/jour. Ces anomalies n’ont pas été accompagnées de signes de toxicité

importants sur le plan clinique.

De rares cas de leucémie ont été rapportés à la suite d’un traitement au moyen d’autres

bisphosphonates. Cependant, aucun lien de causalité n’a été établi entre cette maladie et

le traitement ou l’affection sous-jacente du patient.

Effets indésirables rapportés après la commercialisation du produit

Données de postcommercialisation

Les effets indésirables suivants ont été rapportés après la commercialisation du

médicament :

Organisme entier :

Réactions d’hypersensibilité incluant de l’urticaire et de rares cas

d’œdème angioneurotique. Comme avec d’autres bisphosphonates, des symptômes

transitoires évoquant une réaction aiguë (myalgie, malaise, asthénie et, rarement, fièvre)

ont été signalés avec FOSAMAX

. Ces symptômes sont généralement survenus au début

du traitement. Une hypocalcémie symptomatique a également été signalée, quoique

rarement, aussi bien en présence qu’en l’absence de facteurs prédisposants connus. De

rares cas d’œdème périphérique ont été rapportés.

P : phosphore élément

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 14 de 52

Troubles dentaires :

Une ostéonécrose localisée de la mâchoire a été signalée, quoique

rarement, à la suite d’un traitement par voie orale au moyen d’un bisphosphonate.

L’ostéonécrose de la mâchoire est généralement associée à une infection locale (y compris

une ostéomyélite) et à l’extraction d’une dent, accompagnées d’un retard de guérison

(voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS, Généralités).

Appareil gastro-intestinal :

Œsophagite, érosions et ulcères œsophagiens, rares cas de

sténose ou de perforation de l’œsophage et ulcération oropharyngée. Certaines de ces

réactions ont été graves et ont nécessité l’hospitalisation du patient. De rares cas d’ulcères

gastriques ou duodénaux ont été rapportés; certains de ces cas ont été graves et ont entraîné

des complications (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS et POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION).

Appareil musculosquelettique

:

Douleurs osseuses, articulaires ou musculaires, rarement

graves ou invalidantes (voir MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS), œdème articulaire,

fractures de la diaphyse fémorale liées à des traumatismes de faible énergie (voir MISES

EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).

Système nerveux :

Étourdissements, vertiges, dysgueusie.

Peau :

Éruption cutanée (survenant parfois à cause d’une photosensibilité), prurit, alopécie

et, dans de rares cas, réactions cutanées graves, notamment syndrome de Stevens-Johnson

et épidermolyse bulleuse toxique.

Sens :

Rares cas d’uvéite, de sclérite et d’épisclérite.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Aperçu

Des études chez l’animal ont démontré que FOSAMAX

se concentre dans l’os et n’est

présent qu’en infimes quantités dans les tissus mous. Aucun métabolite n’a été décelé.

Bien que l’alendronate se lie dans une proportion d’environ 78 % aux protéines

plasmatiques chez l’humain, sa concentration plasmatique après administration orale est

si faible que le médicament n’occupe qu’une fraction réduite des sites de fixation des

protéines plasmatiques et, par conséquent, influerait peu sur le taux de fixation d’autres

médicaments. L’alendronate n’est pas excrété par les systèmes de transport acido-basique

du rein chez le rat, ce qui laisse supposer qu’il n’influe pas sur l’excrétion d’autres

médicaments par l’intermédiaire de ces systèmes chez l’humain. En résumé, d’après les

effets observés sur la liaison aux protéines, l’excrétion rénale ou le métabolisme d’autres

médicaments, FOSAMAX

ne devrait pas entraîner d’interaction médicamenteuse.

Interactions médicament-médicament

Il est possible que les suppléments de calcium, les antiacides, d’autres cations polyvalents

et d’autres médicaments administrés par voie orale influent sur l’absorption de

FOSAMAX

s’ils sont pris en même temps que ce dernier. Par conséquent, il faut attendre

au moins une demi-heure après la prise de FOSAMAX

avant de prendre un autre

médicament par voie orale.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 15 de 52

L’administration concomitante de ranitidine par voie intraveineuse a doublé la

biodisponibilité de l’alendronate administré par voie orale. Toutefois, on ne connaît pas

encore la portée clinique de cette biodisponibilité accrue, et l’on ne sait pas non plus si

l’administration d’antagonistes des récepteurs H

par voie orale permettrait d’obtenir une

hausse semblable; aucune autre étude spécifique sur les interactions médicamenteuses

n’a été menée.

L’utilisation concomitante d’une hormonothérapie substitutive (œstrogènes

progestatif)

et de FOSAMAX

a été évaluée dans deux études cliniques, l’une d’une durée de un an et

l’autre de deux ans, réalisées chez des femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique.

L’administration conjointe de FOSAMAX

et d’une hormonothérapie substitutive a entraîné

une augmentation plus marquée de la masse osseuse, de même qu’un ralentissement plus

important du renouvellement osseux, comparativement à l’un ou l’autre des traitements

administrés seuls. Dans ces études, le profil d’innocuité et de tolérance du traitement

d’association concordait avec celui de chacun des traitements pris isolément (voir EFFETS

INDÉSIRABLES, Effets indésirables rapportés dans les études cliniques, Administration

concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie substitutive). Toutefois,

ces études n’avaient pas l’envergure permettant d’évaluer l’efficacité du traitement

d’association pour diminuer les fractures, et aucune différence significative relativement

à la fréquence des fractures n’a été observée entre les groupes de traitement.

Aucune étude particulière sur les interactions médicamenteuses n’a été effectuée.

Cependant, lors d’études ayant porté sur le traitement de l’ostéoporose chez l’homme et

sur le traitement et la prévention de l’ostéoporose postménopausique et de l’ostéoporose

cortisonique, FOSAMAX

a été administré conjointement avec de nombreux médicaments

couramment prescrits sans que l’on ait observé d’interactions médicamenteuses

défavorables.

Dans les études cliniques, la fréquence des effets indésirables au niveau des voies

digestives supérieures a été plus élevée chez les patients traités quotidiennement avec

FOSAMAX

à des doses supérieures à 10 mg qui recevaient conjointement des

préparations d’AAS. Ce phénomène n’a toutefois pas été observé lors d’une étude avec

le comprimé FOSAMAX

à 70 mg à prise hebdomadaire.

FOSAMAX

peut être administré avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Lors d’une étude clinique contrôlée de trois ans (n = 2 027) durant laquelle la majorité

des patientes ont reçu un traitement concomitant avec des AINS, la fréquence des effets

indésirables au niveau des voies digestives supérieures observée dans le groupe traité avec

FOSAMAX

à raison de 5 mg ou de 10 mg par jour a été semblable à celle qui a été notée

dans le groupe placebo. Toutefois, comme l’utilisation d’AINS est liée à une irritation

gastro-intestinale, il faut user de prudence lorsqu’on administre ces médicaments

conjointement avec FOSAMAX

Interactions médicament-aliment

Les aliments et les boissons autres que l’eau ordinaire peuvent réduire de façon importante

l’absorption et l’efficacité de l’alendronate. FOSAMAX

doit être pris uniquement avec

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 16 de 52

de l’eau ordinaire, au moins 30 minutes avant tout aliment solide ou liquide, ou tout autre

médicament (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION, Administration).

Interactions médicament-herbe médicinale

Les herbes médicinales peuvent nuire à l’absorption de l’alendronate. FOSAMAX

doit

être pris au moins 30 minutes avant tout produit à base d’herbes médicinales.

Effets du médicament sur les constantes biologiques

Les effets du médicament sur les constantes biologiques n’ont pas été établis.

Effets du médicament sur le mode de vie

Les effets sur la capacité à conduire un véhicule ou à faire fonctionner une machine n’ont

fait l’objet d’aucune étude. Toutefois, certains effets secondaires qui ont été rapportés avec

FOSAMAX

(p. ex., étourdissements, vertiges, troubles visuels et douleurs intenses aux

os, aux muscles ou aux articulations) peuvent affecter la capacité de certains patients à

conduire un véhicule ou à faire fonctionner une machine. La réponse au traitement avec

FOSAMAX

peut varier d’une personne à l’autre.

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

Dose recommandée

Traitement de l’ostéoporose postménopausique et de l’ostéoporose chez l’homme

La posologie recommandée est de :

un comprimé à 70 mg, une fois par semaine,

un flacon de solution orale à 70 mg, une fois par semaine,

un comprimé à 10 mg, une fois par jour.

Prévention de l’ostéoporose postménopausique

La posologie recommandée est de 5 mg, une fois par jour.

Traitement et prévention de l’ostéoporose cortisonique chez l’homme et la femme

La posologie recommandée est de 5 mg, une fois par jour, sauf dans le cas des femmes

ménopausées ne recevant pas d’œstrogènes, chez qui la posologie recommandée est de

10 mg, une fois par jour.

Traitement de la maladie osseuse de Paget chez l’homme et la femme

La posologie recommandée est de 40 mg, une fois par jour, durant 6 mois.

Traitements répétés – Maladie de Paget

Dans les études cliniques où des patients ont été évalués tous les 6 mois, la fréquence des

rechutes au cours des 12 mois qui ont suivi le traitement a été de 9 % (3 sur 32) parmi les

patients qui ont répondu au traitement avec FOSAMAX

. À l’heure actuelle, on ne

possède pas de données spécifiques sur les traitements répétés; toutefois, la réponse au

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 17 de 52

traitement avec FOSAMAX

chez les patients traités antérieurement au moyen d’un

bisphosphonate a été semblable à celle qui a été observée chez les patients qui n’avaient

pas reçu de bisphosphonates. On peut envisager un deuxième traitement avec FOSAMAX

à la suite d’une évaluation effectuée 6 mois après la fin du traitement chez les patients qui

ont connu une rechute (objectivée par une augmentation du taux sérique de phosphatase

alcaline mesuré périodiquement). On peut également envisager un deuxième traitement

chez les patients dont le taux sérique de phosphatase alcaline n’a pu être normalisé.

La durée optimale du traitement de l’ostéoporose au moyen de bisphosphonates n’a pas été

déterminée. On doit réévaluer périodiquement chez chaque patient la nécessité de

poursuivre le traitement en fonction des bienfaits et des risques potentiels de FOSAMAX

Ajustement de la posologie

Il n’est pas nécessaire d’ajuster la posologie chez les patients âgés ni chez les patients

atteints d’une insuffisance rénale légère ou modérée (clairance de la créatinine comprise

entre 0,58 et 1 mL/s [35 et 60 mL/min]). FOSAMAX

n’est pas recommandé chez les

patients atteints d’une insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine < 0,58 mL/s

[< 35 mL/min]), car on ne possède aucune donnée sur l’utilisation du médicament chez

ce type de patients.

Dose oubliée

Il faut aviser les patients que, s’ils oublient une dose du traitement hebdomadaire au moyen

de FOSAMAX

à 70 mg, ils doivent la prendre le matin au lever, après s’être rendu

compte de leur oubli. Ils ne doivent pas prendre deux doses le même jour. Ils doivent

poursuivre le schéma posologique établi, qui est de une dose une fois par semaine, et

prendre la dose suivante au jour normalement prévu.

Administration

FOSAMAX

doit être pris uniquement avec de l’eau ordinaire, au moins 30 minutes avant

tout aliment solide ou liquide, ou tout autre médicament. D’autres boissons (y compris

l’eau minérale), les aliments solides et certains médicaments réduisent l’absorption de

FOSAMAX

(voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES). Si l’intervalle est inférieur

à 30 minutes, l’absorption de FOSAMAX

sera moindre et, par voie de conséquence, ses

effets aussi.

FOSAMAX

doit être pris uniquement au lever. En vue de faciliter le transit du

médicament jusqu’à l’estomac et de réduire ainsi le risque d’irritation œsophagienne,

il faut informer les patients qu’ils doivent avaler le comprimé FOSAMAX

avec un grand

verre d’eau (200 à 250 mL). En vue de faciliter la vidange de l’estomac, il faut informer les

patients qu’ils doivent boire au moins 60 mL (un quart de tasse) d’eau après avoir pris la

solution orale FOSAMAX

. Il faut prévenir les patients de ne pas s’allonger durant au

moins les 30 minutes qui suivent et jusqu’à ce qu’ils aient pris le premier repas de la

journée. Les patients ne doivent pas prendre FOSAMAX

le soir au coucher ni le matin

avant le lever. Il faut informer les patients que la non-observance de ces recommandations

peut augmenter le risque de troubles œsophagiens (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS).

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 18 de 52

Tous les patients doivent prendre des suppléments de calcium et de vitamine D si l’apport

alimentaire est insuffisant.

Bien que l’on n’ait mené aucune étude dans le but d’évaluer précisément les effets

résultant du remplacement d’un autre traitement médicamenteux contre l’ostéoporose

ou la maladie de Paget par FOSAMAX

, aucun effet néfaste connu ou théorique n’a été

souligné chez les patients ayant reçu d’autres médicaments contre l’ostéoporose ou la

maladie de Paget.

SURDOSAGE

On ne possède aucune donnée précise concernant le traitement d’un surdosage avec

FOSAMAX

. Un surdosage par voie orale peut provoquer une hypocalcémie, une

hypophosphatémie et des effets indésirables au niveau des voies digestives supérieures,

tels malaises d’estomac, pyrosis, œsophagite, gastrite ou ulcère. En pareil cas, on doit

administrer du lait ou des antiacides pour fixer l’alendronate. En raison du risque

d’irritation œsophagienne, il est déconseillé de provoquer des vomissements et le

patient ne doit pas s’allonger.

La dialyse ne serait d’aucun secours en cas de surdosage.

En cas de surdosage soupçonné, communiquez avec le centre antipoison de votre région.

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

FOSAMAX

, un bisphosphonate, est un inhibiteur puissant et spécifique de la résorption

ostéoclastique. Les bisphosphonates sont des analogues de synthèse du pyrophosphate qui

se lient à l’hydroxyapatite présente dans le tissu osseux.

Pharmacodynamie

L’alendronate est un bisphosphonate qui se lie à l’hydroxyapatite présente dans le tissu

osseux et inhibe de façon spécifique l’activité des ostéoclastes, les cellules responsables de

la résorption osseuse. L’alendronate réduit l’ostéorésorption sans influencer directement la

formation osseuse, quoique celle-ci finisse par diminuer, du fait que le renouvellement de

l’os est réalisé par l’étroite interdépendance des phénomènes de résorption et de formation.

Ostéoporose postménopausique

L’ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse qui conduit à une

augmentation du risque de fracture. Une masse osseuse faible, la présence de fractures

décelées à la radiographie, des antécédents de fractures ostéoporotiques, une réduction de

la taille ou une hypercyphose témoignant de fractures vertébrales sont autant d’éléments

diagnostiques qui confirment une ostéoporose. Cette maladie touche à la fois l’homme

et la femme, mais elle est plus fréquente chez la femme après la ménopause, au moment où le

remaniement osseux s’intensifie et où la vitesse de résorption de l’os dépasse la vitesse de

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 19 de 52

formation. Ces changements entraînent une perte osseuse graduelle et mènent à l’ostéoporose

chez un nombre important de femmes de plus de 50 ans. Les conséquences courantes de

l’ostéoporose sont les tassements vertébraux, ainsi que les fractures de la hanche et du

poignet. Chez la femme de race blanche, le risque de fracture de la hanche est 50 fois plus

grand entre l’âge de 50 et de 90 ans et le risque de fracture vertébrale, de 15 à 30 fois plus

grand. On estime qu’environ 40 % des femmes de 50 ans subiront, un jour, au moins une

fracture ostéoporotique au rachis, à la hanche ou au poignet. Les fractures de la hanche, plus

particulièrement, sont liées à une morbidité, à une invalidité et à une mortalité considérables.

L’alendronate administré par voie orale à des femmes ménopausées à raison de 5, 20 et

40 mg par jour durant 6 semaines a entraîné des variations biochimiques évoquant une

inhibition de l’ostéorésorption proportionnelle à la dose, notamment une réduction du

calcium urinaire et des marqueurs urinaires de la dégradation du collagène de l’os (tels la

désoxypyridinoline et les N-télopeptides qui assurent les liaisons intermoléculaires du

collagène de type I). Ces paramètres biochimiques sont généralement revenus aux valeurs

initiales 3 semaines à peine après l’arrêt du traitement avec l’alendronate et, après 7 mois,

les valeurs ne différaient pas de celles observées chez les patientes recevant un placebo.

Le traitement à long terme de l’ostéoporose avec FOSAMAX

, administré à la posologie de

10 mg par jour pendant une période allant jusqu’à 5 ans, a réduit l’excrétion urinaire des

marqueurs biologiques de l’ostéorésorption, soit la désoxypyridinoline et les N-télopeptides

assurant les liaisons intermoléculaires du collagène de type I, d’environ 50 % et 70 %,

respectivement, ramenant ainsi le taux de ces marqueurs à des valeurs semblables à celles

qu’on observe chez des femmes non ménopausées en bonne santé. Des réductions similaires

ont été observées chez des patientes qui ont reçu FOSAMAX

à la dose de 5 mg par jour

dans le cadre d’études sur la prévention de l’ostéoporose. Le ralentissement de la résorption

osseuse évoqué par ces marqueurs était évident un mois à peine après le début du traitement

avec FOSAMAX

et a atteint, après 3 à 6 mois, un plateau qui s’est maintenu pendant toute

la durée du traitement. Dans les études sur le traitement de l’ostéoporose où FOSAMAX

été administré à la posologie de 10 mg par jour, les taux des marqueurs de l’ostéoformation

ont diminué, la réduction ayant été d’environ 50 % dans le cas de l’ostéocalcine et de la

phosphatase alcaline de l’os et d’environ 25 % à 30 % dans le cas de la phosphatase alcaline

sérique totale. Ces taux se sont stabilisés après 6 à 12 mois. Dans les études sur la prévention

de l’ostéoporose où FOSAMAX

a été administré à la posologie de 5 mg par jour, le taux

d’ostéocalcine et le taux sérique de phosphatase alcaline totale ont diminué d’environ 40 %

et 15 %, respectivement. Des réductions similaires de la vitesse du renouvellement osseux

ont été observées chez des femmes qui ont reçu FOSAMAX

à raison de 70 mg une fois par

semaine pour le traitement de l’ostéoporose postménopausique, dans le cadre d’une étude de

un an. Ces données indiquent que la vitesse de renouvellement de l’os a atteint un nouvel état

d’équilibre, malgré l’accumulation graduelle de l’alendronate dans le tissu osseux.

En raison de l’inhibition de la résorption osseuse par FOSAMAX

, on a aussi observé des

réductions asymptomatiques des taux sériques de calcium et de phosphore après un

traitement au moyen de ce médicament. Dans les études à long terme, une réduction par

rapport aux valeurs initiales des taux sériques de calcium (environ 2 %) et de phosphore

(environ 4 % à 6 %) a été mise en évidence dès le premier mois de traitement avec

FOSAMAX

à la dose de 10 mg. Aucune diminution additionnelle du taux sérique de

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 20 de 52

calcium n’a été observée pendant le traitement d’une durée de 5 ans; cependant, le taux

sérique de phosphore, entre la troisième et la cinquième année de l’étude, est revenu à des

valeurs voisines des valeurs initiales. Des réductions similaires ont été observées avec

FOSAMAX

administré à la posologie de 5 mg par jour. Des réductions similaires ont

également été observées après 6 et 12 mois dans une étude, d’une durée de un an, portant sur

l’administration de FOSAMAX

à raison de 70 mg une fois par semaine. La réduction du

phosphore sérique traduirait non seulement un bilan positif quant au contenu minéral de l’os,

mais aussi une réduction de la réabsorption rénale du phosphore.

Ostéoporose chez l’homme

Bien que la prévalence de l’ostéoporose soit moins élevée chez l’homme que chez la femme

ménopausée, il n’en demeure pas moins qu’un nombre considérable de fractures

ostéoporotiques surviennent chez les hommes. La prévalence des déformations vertébrales,

pour sa part, semble être similaire chez l’homme et la femme. Chez l’homme, le traitement

de l’ostéoporose au moyen de FOSAMAX

à raison de 10 mg par jour pendant 2 ans a réduit

d’environ 60 % le taux d’excrétion urinaire des N-télopeptides assurant les liaisons

intermoléculaires du collagène de type I et d’environ 40 % la phosphatase alcaline de l’os.

Des réductions similaires ont été observées chez les hommes atteints d’ostéoporose qui ont

reçu FOSAMAX

à raison de 70 mg une fois par semaine dans le cadre d’une étude de un an.

Ostéoporose cortisonique

L’utilisation prolongée de corticostéroïdes est souvent liée à l’apparition d’une ostéoporose

et de fractures ostéoporotiques (en particulier au niveau des vertèbres, de la hanche et des

côtes). Ce problème survient autant chez les hommes que chez les femmes de tout âge.

L’ostéoporose est imputable à une inhibition de l’ostéoformation et à une intensification de

l’ostéorésorption qui ont pour effet d’entraîner une perte osseuse nette. Or, l’alendronate

réduit la résorption osseuse sans inhiber directement la formation osseuse.

Dans des études cliniques d’une durée allant jusqu’à 2 ans, FOSAMAX

administré à la

dose de 5 mg et de 10 mg par jour a réduit d’environ 60 % le taux des N-télopeptides

assurant les liaisons intermoléculaires du collagène de type I (un marqueur de la résorption

osseuse). Aux mêmes doses, le médicament a aussi entraîné une réduction de la phosphatase

alcaline de l’os et de la phosphatase alcaline sérique totale (deux marqueurs de la formation

osseuse) d’environ 15 % à 30 % et 8 % à 18 %, respectivement. Par son action inhibitrice

sur l’ostéorésorption, FOSAMAX

, à la dose de 5 mg ou de 10 mg par jour, a causé une

réduction asymptomatique d’environ 1 % à 2 % du taux sérique de calcium et d’environ 1 %

à 8 % du taux sérique de phosphore.

Maladie osseuse de Paget

La maladie osseuse de Paget est une affection chronique localisée caractérisée par un

remaniement intense et anarchique du tissu osseux. Une résorption ostéoclastique excessive

de l’os est suivie de la formation ostéoblastique de tissu osseux, ce qui mène au remplacement

de l’architecture normale de l’os par une trame osseuse désorganisée, élargie et plus faible.

Les manifestations de la maladie de Paget sont multiples; elles vont de l’absence de

symptômes à une morbidité grave due aux douleurs et aux déformations osseuses, ainsi

qu’aux fractures et aux complications de type neurologique ou autre. La phosphatase alcaline

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 21 de 52

sérique, le marqueur biologique le plus utilisé pour évaluer le degré d’activité de la maladie,

procure une mesure objective de la gravité de la maladie et de la réponse au traitement.

En réduisant directement la résorption osseuse, FOSAMAX

entraîne indirectement une

réduction de la formation osseuse. Dans les études cliniques, FOSAMAX

, administré à la

posologie de 40 mg une fois par jour pendant 6 mois, a entraîné des réductions importantes

de la phosphatase alcaline sérique, ainsi que des marqueurs urinaires de la dégradation du

collagène de l’os. En raison de son action inhibitrice sur l’ostéorésorption, FOSAMAX

provoqué une diminution généralement faible, transitoire et asymptomatique du calcium et

du phosphore sériques.

Pharmacocinétique

Résumé des paramètres pharmacocinétiques mesurés dans une population normale

Moyenne

Intervalle de confiance

à 90 %

Biodisponibilité absolue du comprimé à 5 mg, pris

2 heures avant le premier repas de la journée

0,63 %

(femmes)

(0,48, 0,83)

Biodisponibilité absolue du comprimé à 10 mg, pris

2 heures avant le premier repas de la journée

0,78 %

(femmes)

(0,61, 1,04)

0,59 %

(hommes)

(0,43, 0,81)

Biodisponibilité absolue du comprimé à 40 mg, pris

2 heures avant le premier repas de la journée

0,60 %

(femmes)

(0,46, 0,78)

Biodisponibilité absolue du comprimé à 70 mg, pris

2 heures avant le premier repas de la journée

0,57 %

(femmes)

(0,44, 0,73)

Clairance rénale en mL/s

(mL/min) [n = 6]

1,18

(71)

(1,07, 1,3)

(64, 78)

Absorption

En comparaison d’une dose intraveineuse de référence, la biodisponibilité moyenne de

l’alendronate chez la femme a été de 0,64 % pour des doses allant de 5 mg à 70 mg

administrées par voie orale après le jeûne de la nuit et deux heures avant un déjeuner

standard. Chez l’homme, la biodisponibilité du comprimé oral de 10 mg a été de 0,59 %.

Une étude visant à déterminer les effets d’un repas pris à divers moments sur la

biodisponibilité de l’alendronate a été menée auprès de 49 femmes ménopausées. La

biodisponibilité de l’alendronate a diminué d’environ 40 % lorsqu’une dose de 10 mg a été

administrée, soit ½ heure ou 1 heure avant un déjeuner standard, par comparaison à la prise

du médicament 2 heures avant de manger. Dans des études évaluant l’alendronate dans le

traitement et la prévention de l’ostéoporose, le médicament s’est révélé efficace lorsqu’il

a été administré au moins 30 minutes avant le déjeuner.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 22 de 52

La biodisponibilité de l’alendronate s’est révélée négligeable lorsque ce médicament a été

administré en même temps qu’un déjeuner standard ou dans un intervalle de 2 heures après

la prise d’un déjeuner standard. L’administration concomitante de café ou de jus d’orange a

réduit la biodisponibilité de l’alendronate d’environ 60 %.

Chez des sujets en bonne santé, la prednisone, administrée par voie orale à raison de 20 mg

3 fois par jour durant 5 jours, n’a pas modifié de façon importante sur le plan clinique la

biodisponibilité de l’alendronate administré par voie orale (hausse moyenne de 20 % à 44 %).

Distribution

Selon des études précliniques (menées chez des rats mâles), l’alendronate se retrouve

temporairement dans les tissus mous à la suite de l’administration d’une dose de 1 mg/kg

par voie intraveineuse, mais il est ensuite rapidement redistribué dans les os ou excrété dans

l’urine. Chez l’humain, le volume de distribution moyen à l’état d’équilibre, excluant le tissu

osseux, est d’au moins 28 L. Les concentrations du médicament dans le plasma après

l’administration de doses orales thérapeutiques sont trop faibles (moins de 5 ng/mL) pour

que l’on puisse les déceler par des méthodes analytiques. Chez l’humain, le taux de fixation

aux protéines plasmatiques est d’environ 78 %.

Métabolisme

Aucune donnée n’indique que l’alendronate est métabolisé chez l’humain et chez l’animal.

Excrétion

Après l’administration intraveineuse d’une dose unique d’alendronate marqué au

environ 50 % de la radioactivité a été excrétée dans l’urine dans les 72 heures et la quantité

de radioactivité décelée dans les fèces a été nulle ou minime. Après l’administration d’une

dose unique de 10 mg par voie intraveineuse, la clairance rénale de l’alendronate a été de

71 mL/min, et la clairance générale n’a pas dépassé 200 mL/min. Les concentrations

plasmatiques ont diminué de plus de 95 % dans les 6 heures qui ont suivi l’administration

intraveineuse du médicament. La demi-vie terminale chez l’humain a été évaluée à plus de

10 ans, signe probable de la libération d’alendronate à partir du squelette. Compte tenu de ce

fait, on estime qu’à la suite d’un traitement de 10 ans au moyen de FOSAMAX

administré à

raison de 10 mg par jour par voie orale, la quantité d’alendronate provenant quotidiennement

du squelette correspondrait environ à 25 % de la quantité absorbée à partir du tractus

gastro-intestinal.

Populations et situations particulières

Enfants

La biodisponibilité de l’alendronate administré par voie orale à des enfants (de 4 à 16 ans)

atteints d’ostéogenèse imparfaite a été semblable à celle observée chez les adultes; cependant

FOSAMAX

n’est pas indiqué chez les enfants (voir MISES EN GARDE ET

PRÉCAUTIONS, Populations particulières, Enfants).

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 23 de 52

Personnes âgées

La biodisponibilité et l’élimination (excrétion urinaire) chez des patients âgés (

65 ans) ont

été semblables à celles observées chez des patients plus jeunes. Il n’est pas nécessaire

d’ajuster la posologie dans ce groupe d’âge (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Sexe

La biodisponibilité d’une dose d’alendronate administrée par voie intraveineuse et la

proportion de cette dose excrétée dans l’urine ont été similaires chez l’homme et la femme.

Race

Aucune étude n’a été effectuée dans le but d’évaluer les différences entre les races en ce qui

a trait à la pharmacocinétique du médicament.

Insuffisance hépatique

Comme les données indiquent que l’alendronate n’est pas métabolisé ni excrété dans la bile,

aucune étude n’a été menée chez des patients présentant une insuffisance hépatique. Il n’est

pas nécessaire d’ajuster la posologie chez ces derniers.

Insuffisance rénale

Selon les résultats d’études précliniques menées chez des rats, la quantité de médicament

retrouvée dans le plasma, les reins, la rate et les tibias a augmenté progressivement chez les

sujets atteints d’insuffisance rénale. Chez des témoins en bonne santé, la quantité de

médicament qui n’est pas absorbée par le tissu osseux est rapidement excrétée dans l’urine.

Aucun signe de saturation concernant le captage du médicament par le tissu osseux n’a été

noté après un traitement d’une durée de 3 semaines au cours duquel des doses cumulatives

de 35 mg/kg avaient été administrées par voie intraveineuse à de jeunes rats mâles. Bien

qu’il n’existe aucune donnée clinique sur l’élimination rénale de l’alendronate chez les

patients présentant une insuffisance rénale, on peut s’attendre, d’après les résultats obtenus

chez l’animal, à ce que l’élimination rénale du médicament soit diminuée chez ces patients.

En conséquence, on peut également anticiper une accumulation plus importante

d’alendronate dans le tissu osseux chez les patients qui présentent une insuffisance rénale.

Il n’est pas nécessaire d’ajuster la posologie chez les patients atteints d’une insuffisance

rénale légère ou modérée (clairance de la créatinine comprise entre 0,58 et 1 mL/s

35 et

60 mL/min

). FOSAMAX

n’est pas recommandé chez les patients atteints d’une

insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine < 0,58 mL/s

< 35 mL/min

), en raison

de l’absence de données cliniques à ce sujet.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 24 de 52

STABILITÉ ET ENTREPOSAGE

Comprimés

Entreposer à la température ambiante (15 °C à 30 °C).

Solution orale

Entreposer à la température de 25 °C, les limites permises étant de 15 °C et 30 °C.

Ne pas congeler.

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

Formes posologiques

Le comprimé FOSAMAX

à 40 mg est blanc, triangulaire, non enrobé et porte

l’inscription FOSAMAX d’un côté et MSD 212 de l’autre – 28 comprimés en plaquettes.

Le comprimé FOSAMAX

à 70 mg est blanc, ovale, non enrobé et porte le contour d’un

os d’un côté et l’inscription 31 de l’autre – 4 comprimés en plaquettes.

La solution orale FOSAMAX

à 70 mg/75 mL est transparente et incolore à saveur de

framboise. Boîte de 4 flacons à usage unique.

Composition

Le comprimé FOSAMAX

renferme 52,21 mg ou 91,37 mg d’alendronate monosodique

trihydraté, soit les équivalents molaires de 40 mg et de 70 mg, respectivement, de la forme

acide libre, ainsi que les ingrédients non médicinaux suivants : cellulose microcristalline,

croscarmellose sodique, lactose anhydre et stéarate de magnésium.

Les comprimés FOSAMAX

ne renferment pas de gluten.

Le flacon de solution orale FOSAMAX

renferme 91,35 mg d’alendronate monosodique

trihydraté, soit l’équivalent molaire de 70 mg de la forme acide libre, ainsi que les

ingrédients non médicinaux suivants : acide citrique anhydre, citrate de sodium dihydraté,

eau purifiée, saccharine sodique et arôme artificiel de framboise. Du propylparaben

sodique et du butylparaben sodique ont été ajoutés comme agents de conservation.

La solution orale FOSAMAX

ne renferme pas de gluten.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 25 de 52

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Dénomination commune

alendronate monosodique

Nom chimique

:

FOSAMAX

renferme de l’alendronate monosodique

dont le nom chimique est : sel monosodique trihydraté de

l’acide (4-amino-1-hydroxybutylidène) bisphosphonique.

Formule moléculaire :

NNaO

Poids moléculaire :

325,12

Formule développée :

Propriétés physicochimiques :

L’alendronate se présente sous forme de poudre blanche,

cristalline, non hygroscopique. Il est soluble dans l’eau,

très légèrement soluble dans l’alcool et presque insoluble

dans le chloroforme.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 26 de 52

ÉTUDES CLINIQUES

Traitement de l’ostéoporose

Ostéoporose postménopausique

Effets sur la densité minérale osseuse

L’efficacité de FOSAMAX

, administré à raison de 10 mg une fois par jour à des femmes

ménopausées de 44 à 84 ans atteintes d’ostéoporose (densité minérale osseuse [DMO] de la

colonne lombaire inférieure par au moins 2 écarts types [É.T.] à la valeur moyenne observée

avant la ménopause), a été démontrée dans quatre études cliniques d’une durée de deux ou

trois ans menées à double insu et contrôlées par placebo. Deux d’entre elles, l’une menée

aux États-Unis auprès de 478 patientes et l’autre dans 15 pays auprès de 516 patientes, étaient

des études multicentriques d’envergure, d’une durée de trois ans, dont les plans expérimentaux

étaient presque identiques. Le graphique suivant montre les augmentations moyennes de la DMO

de la colonne lombaire, du col fémoral et du trochanter obtenues après trois ans chez des

patientes recevant FOSAMAX

à raison de 10 mg par jour, par rapport aux valeurs observées

chez des patientes recevant un placebo.

D’après les résultats regroupés de ces études, après 3 ans, la DMO de la colonne lombaire, du col

fémoral et du trochanter a subi une baisse significative (de l’ordre de 0,65 % à 1,16 %) chez les

patientes recevant un placebo. Par contre, des augmentations très significatives par rapport aux

valeurs initiales et aux valeurs notées avec le placebo ont été obtenues pour chacun des sites de

mesure et dans chacune des études chez les patientes qui avaient reçu FOSAMAX

à la posologie

de 10 mg par jour. La DMO du squelette entier a aussi augmenté de façon significative dans les

deux études, ce qui laisse penser que les augmentations de la masse osseuse du rachis et de la

hanche n’ont pas eu lieu au détriment d’autres régions du squelette. L’augmentation de la DMO a

été perceptible après à peine trois mois de traitement et s’est accrue pendant les trois ans de l’étude

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 27 de 52

(les résultats à la colonne lombaire sont présentés dans la figure qui suit). Durant la période de

prolongation de deux ans de ces études, le traitement avec FOSAMAX

à la posologie de 10 mg

par jour a entraîné des augmentations soutenues de la DMO de la colonne lombaire et du

trochanter (augmentations additionnelles absolues de 0,94 % à la colonne lombaire et de 0,88 %

au trochanter entre la troisième et la cinquième année). Cependant, la DMO n’a pas diminué au

col fémoral, à l’avant-bras et pour l’ensemble du squelette. Ces données montrent que

FOSAMAX

renverse le cours de l’ostéoporose. Par ailleurs, l’efficacité de FOSAMAX

n’a pas

été influencée par l’âge, la race, la vitesse initiale de renouvellement de l’os, l’état de la fonction

rénale et l’utilisation concomitante de divers médicaments couramment prescrits.

Dans une étude distincte, FOSAMAX

, administré à la posologie de 10 mg/jour durant deux ans,

a provoqué des augmentations hautement significatives de la DMO du rachis, du col fémoral, du

trochanter et du squelette entier, comparativement à celles qui ont été observées avec un placebo

ou avec la calcitonine de saumon administrée par voie intranasale à raison de 100 UI/jour.

L’équivalence thérapeutique de FOSAMAX

à 70 mg une fois par semaine (n = 519) et de

FOSAMAX

à 10 mg une fois par jour (n = 370) a été démontrée dans une étude multicentrique

à double insu, d’une durée de un an, réalisée chez des femmes atteintes d’ostéoporose

postménopausique. L’augmentation moyenne de la DMO de la colonne lombaire après un an,

par rapport aux valeurs initiales, a été de 5,1 % (IC à 95 % : 4,8 % à 5,4 %) chez les patientes qui

recevaient la dose de 70 mg une fois par semaine et de 5,4 % (IC à 95 % : 5,0 % à 5,8 %) chez

celles qui recevaient la dose de 10 mg une fois par jour. Les hausses de la DMO observées aux

autres sites du squelette ont également été semblables dans les deux groupes de traitement. Or,

dans les autres études sur FOSAMAX

, des variations de la DMO de cet ordre ont été associées

à une baisse de la fréquence des fractures (voir ci-après).

Effets de l’arrêt du traitement

Les effets de l’arrêt du traitement avec FOSAMAX

à raison de 10 mg/jour ont été évalués chez

des patientes atteintes d’ostéoporose postménopausique qui avaient reçu ce médicament durant

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 28 de 52

un an ou deux. Après l’arrêt du traitement, les marqueurs du renouvellement osseux sont

progressivement revenus à leurs valeurs initiales et la DMO a cessé d’augmenter, mais on n’a

pas observé de perte osseuse rapide. Ces données indiquent qu’il faut suivre le traitement avec

FOSAMAX

de façon continue pour obtenir une augmentation graduelle de la masse osseuse.

Effets sur la fréquence des fractures

Pour évaluer les effets de FOSAMAX

sur la fréquence des fractures vertébrales, on a effectué

une analyse regroupant les résultats de l’étude américaine et de l’étude internationale et visant à

comparer les valeurs obtenues avec un placebo aux valeurs regroupées obtenues dans les groupes

traités avec FOSAMAX

à différentes posologies (5 ou 10 mg durant trois ans, ou 20 mg durant

deux ans, suivis de 5 mg durant un an). On a ainsi constaté une réduction de 48 %, significative

sur le plan statistique, de la proportion de patientes ayant présenté au moins une fracture

vertébrale dans les groupes traités avec FOSAMAX

, par rapport aux groupes recevant un

placebo (3,2 % vs 6,2 %). Une réduction encore plus marquée a aussi été observée quant au

nombre total de fractures vertébrales (4,2 vs 11,3 par 100 patientes). En outre, chez les patientes

qui ont subi une fracture vertébrale quelle qu’elle soit, celles qui ont reçu FOSAMAX

présenté une réduction plus faible de la taille (5,9 mm vs 23,3 mm), en raison d’une diminution

à la fois du nombre et de la gravité des fractures.

En outre, l’analyse des données regroupées provenant des groupes de patientes ayant reçu des

doses

2,5 mg dans le cadre de cinq études d’une durée de deux ou trois ans, contrôlées par

placebo, y compris les études américaine et internationale (FOSAMAX

: n = 1 012; placebo :

n = 590) a mis en évidence une réduction significative de 29 % de la fréquence des fractures non

vertébrales dans les groupes traités avec FOSAMAX

par rapport aux groupes recevant un

placebo (9,0 % vs 12,6 %, respectivement). Tout comme l’effet de l’alendronate sur la fréquence

des fractures vertébrales, ces résultats concordent avec l’augmentation de la masse osseuse qui a

été observée durant le traitement.

L’étude FIT

Fracture Intervention Trial

), menée chez des femmes ménopausées

,

comportait

deux volets : le premier, d’une durée de trois ans, regroupait des patientes qui présentaient au

départ au moins une fracture vertébrale (par tassement) et le second, d’une durée de quatre ans,

regroupait des femmes dont la masse osseuse était faible, mais qui ne présentaient aucune

fracture vertébrale au départ.

Volet de trois ans de l’étude FIT (Fracture Intervention Trial) [mené chez des femmes qui

présentaient au départ au moins une fracture vertébrale]

Cette étude à double insu, avec répartition aléatoire et contrôlée par placebo, regroupant

2 027 patientes (FOSAMAX

, n = 1 022; placebo, n = 1 005), a démontré que le traitement

avec FOSAMAX

entraîne une réduction significative sur les plans statistique et clinique de

la fréquence des fractures après trois ans, comme en témoignent les résultats présentés dans

le tableau suivant.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 29 de 52

Effets de FOSAMAX

®

sur la fréquence des fractures

Volet de trois ans de l’étude FIT

(Patientes présentant une fracture vertébrale au départ)

Patientes ayant présenté :

% de patientes

Réduction (%)

de la fréquence

des fractures

FOSAMAX

®

(n = 1 022)

Placebo

(n = 1 005)

Fractures vertébrales

(décelées à la radiographie)

1 nouvelle fracture vertébrale

15,0

47***

2 nouvelles fractures vertébrales

90***

Fractures douloureuses (manifestes)

1 fracture vertébrale douloureuse

54**

Toute fracture douloureuse

13,8

18,1

26**

Fracture de la hanche

Fracture du poignet (avant-bras)

Nombre de patientes évaluables relativement aux fractures vertébrales : FOSAMAX

n = 984; placebo, n = 966

p < 0,05

** p < 0,01

*** p < 0,001

En outre, chez cette population de patientes présentant au départ une fracture vertébrale,

le traitement avec FOSAMAX

a entraîné une réduction significative de la fréquence des

hospitalisations (25,0 % vs 30,7 %).

Les deux figures qui suivent montrent la fréquence cumulative des fractures du poignet ou

de la hanche au cours du volet d’une durée de trois ans de l’étude FIT. Dans les deux figures,

la fréquence cumulative de ces types de fractures a été plus faible dans le groupe traité avec

FOSAMAX

que dans le groupe ayant reçu un placebo et ce, pendant toute la durée de l’étude.

En effet, FOSAMAX

a réduit de 51 % la fréquence des fractures de la hanche et de 48 % la

fréquence des fractures du poignet. En outre, les résultats regroupés des études menées

antérieurement sur le traitement de l’ostéoporose ont montré des réductions similaires de la

fréquence des fractures de la hanche et du poignet.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 30 de 52

Fréquence cumulative des fractures de la hanche et du poignet

Volet de trois ans de l’étude FIT

(Patientes présentant une fracture vertébrale au départ)

Volet de quatre ans de l’étude FIT (Fracture Intervention Trial) [mené chez des patientes dont

la masse osseuse était faible, mais qui ne présentaient pas de fracture vertébrale au départ]

Cette étude à double insu, avec répartition aléatoire et contrôlée par placebo, regroupant

4 432 patientes (FOSAMAX

, n = 2 214; placebo, n = 2 218), a permis de confirmer l’efficacité

de FOSAMAX

pour réduire la fréquence des fractures. Cette étude visait à recruter des femmes

atteintes d’ostéoporose, c’est-à-dire dont la DMO du col fémoral au départ était inférieure d’au

moins 2 écarts types à la moyenne observée chez les femmes jeunes. Cependant, après révision

des valeurs de la DMO du col fémoral en fonction des valeurs de référence, on a constaté que

31 % des patientes ne répondaient pas au critère d’admission. L’étude a donc été menée chez des

femmes atteintes d’ostéoporose et chez des femmes qui ne l’étaient pas. Les résultats obtenus

chez les patientes atteintes d’ostéoporose sont présentés au tableau suivant.

Effets de FOSAMAX

®

sur la fréquence des fractures

chez des patientes atteintes d’ostéoporose

Volet de quatre ans de l’étude FIT

(Patientes ne présentant pas de fracture vertébrale au départ)

% de patientes

Réduction (%)

de la fréquence

des fractures

Patientes ayant présenté :

FOSAMAX

®

(n = 1 545)

Placebo

(n = 1 521)

1 fracture douloureuse

12,9

16,2

22**

1 fracture vertébrale

††

48***

1 fracture vertébrale douloureuse

†††

Fracture de la hanche

†††

Fracture du poignet (avant-bras)

aucune

DMO du col fémoral au départ inférieure d’au moins 2 É.T. à la moyenne observée chez

les femmes jeunes

††

Nombre de femmes évaluables relativement aux fractures vertébrales : FOSAMAX

n = 1 426; placebo, n = 1 428

†††

Non significatif

p = 0,01

*** p < 0,001

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 31 de 52

Chez toutes les patientes (y compris celles qui n’étaient pas atteintes d’ostéoporose), la réduction

de la fréquence des fractures a été de :

1 fracture douloureuse, 14 % (p = 0,072);

1 fracture

vertébrale, 44 % (p = 0,001);

1 fracture vertébrale douloureuse, 34 % (p = 0,178); fracture de la

hanche, 21 % (p = 0,44). La fréquence des fractures du poignet chez toutes les patientes a été de

3,7 % avec FOSAMAX

et de 3,2 % avec le placebo (différence non significative).

Résultats regroupés des deux volets de l’étude FIT

Les résultats regroupés des deux volets (trois et quatre ans) de l’étude FIT quant à la réduction de

la fréquence des fractures sont présentés ci-dessous.

Effets de FOSAMAX

®

sur la fréquence des fractures

Résultats regroupés des deux volets de l’étude FIT (trois et quatre ans)

Réduction (%) de la fréquence des fractures

FOSAMAX

®

vs placebo

Patientes ayant présenté :

Patientes atteintes

d’ostéoporose

(n = 5 093)

Toutes les patientes

(n = 6 459)

Fractures vertébrales (décelées à

la radiographie)

††

1 fracture vertébrale

48***

46***

2 fractures vertébrales

88***

84***

Fractures douloureuses (manifestes)

Toute fracture douloureuse

24***

18**

Fracture vertébrale douloureuse

50***

47***

Fracture de la hanche

‡‡

Fracture du poignet (avant-bras)

†††

Comprend toutes les patientes admises à l’étude de trois ans et toutes les patientes atteintes

d’ostéoporose (dont la DMO du col fémoral au départ était inférieure d’au moins 2 É.T. à la

moyenne observée chez les femmes jeunes) qui ont participé à l’étude de quatre ans.

††

Nombre de patientes évaluables relativement aux fractures vertébrales : patientes atteintes

d’ostéoporose, n = 4 804; toutes les patientes, n = 6 084

†††

Une réduction significative de la fréquence des fractures du poignet a été observée dans l’étude

de trois ans (patientes présentant au départ une fracture vertébrale), mais pas dans l’étude de

quatre ans (patientes n’ayant pas de fracture vertébrale au départ).

Non significatif

‡‡

p = 0,059

0,05

0,01

*** p

0,001

Concordance des résultats sur la fréquence des fractures

Les réductions de la fréquence des fractures vertébrales (FOSAMAX

vs placebo) obtenues

dans les deux volets (trois et quatre ans) de l’étude FIT concordent avec celles qu’ont mises en

évidence les résultats regroupés des études américaine et internationale ayant porté sur le

traitement de l’ostéoporose (voir plus haut), dans lesquelles 80 % des patientes ne présentaient

pas au départ de fracture vertébrale. Durant ces études, le traitement avec FOSAMAX

entraîné une réduction d’environ 50 % (soit 47 % dans le volet de trois ans de l’étude FIT,

0,001; 44 % dans le volet de quatre ans de l’étude FIT, p = 0,001 et 48 % dans les études

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 32 de 52

américaine et internationale, p = 0,034) de la proportion de patientes ayant subi au moins une

nouvelle fracture vertébrale. En outre, dans les études américaine et internationale et dans le

volet de trois ans de l’étude FIT (p

0,001), FOSAMAX

a entraîné une réduction d’environ

90 % de la proportion de patientes ayant présenté plusieurs nouvelles fractures vertébrales

(au moins deux fractures). Ainsi, FOSAMAX

a réduit la fréquence des fractures vertébrales,

indépendamment de la présence de fractures vertébrales avant le début de l’étude.

Dans l’ensemble, ces résultats mettent en relief l’efficacité constante de FOSAMAX

pour

réduire la fréquence des fractures, notamment à la colonne vertébrale et à la hanche, sites où

les fractures ostéoporotiques sont associées à une plus grande morbidité.

Histologie de l’os

Une étude histologique de l’os menée auprès de 270 patientes ménopausées atteintes

d’ostéoporose et traitées avec des doses allant de 1 à 20 mg/jour durant un an, deux ans ou

trois ans a mis en évidence une minéralisation et une architecture osseuses normales, en plus du

ralentissement escompté du remaniement osseux en comparaison du groupe témoin ayant reçu

un placebo. Ces données, de pair avec l’histologie de l’os normal et la résistance accrue de l’os

constatées chez des rats et des babouins traités avec l’alendronate durant une longue période,

indiquent que le tissu osseux formé durant un traitement avec FOSAMAX

est normal.

Ostéoporose chez l’homme

L’efficacité de FOSAMAX

chez des hommes atteints d’ostéoporose a été démontrée dans le

cadre de deux études cliniques.

Une étude multicentrique à double insu et contrôlée par placebo, d’une durée de deux ans,

portant sur le comprimé FOSAMAX

à 10 mg administré une fois par jour a été réalisée auprès

de 241 hommes âgés de 31 à 87 ans (moyenne de 63 ans). Après deux ans, les hausses moyennes

de la DMO observées chez les hommes qui avaient reçu FOSAMAX

à raison de 10 mg par

jour, comparativement aux valeurs notées dans le groupe placebo, ont été de 5,3 % à la colonne

lombaire, de 2,6 % au col fémoral, de 3,1 % au trochanter et de 1,6 % pour l’ensemble du

squelette (toutes les valeurs p

0,001). Conformément aux résultats obtenus dans des études plus

vastes réalisées chez des femmes ménopausées, FOSAMAX

à raison de 10 mg par jour a réduit

la fréquence des nouvelles fractures vertébrales (évaluées par radiographie quantitative),

comparativement au placebo (0,8 % et 7,1 %, respectivement; p = 0,017), et a également permis

de diminuer l’ampleur de la réduction de la taille (-0,6 et -2,4 mm, respectivement; p = 0,022)

chez ces hommes.

Une étude multicentrique à double insu et contrôlée par placebo, d’une durée de un an, portant

sur le comprimé FOSAMAX

à 70 mg à prise hebdomadaire a été menée chez 167 hommes

âgés de 38 à 91 ans (moyenne de 66 ans). Après un an, la hausse moyenne de la DMO

comparativement au placebo a été significative aux sites suivants : colonne lombaire, 2,8 %

0,001) ; col fémoral, 1,9 % (p = 0,007); trochanter, 2,0 % (p

0,001) et ensemble du

squelette, 1,2 % (p = 0,018). Ces hausses de la DMO ont été semblables à celles notées après un

an dans l’étude portant sur le comprimé à 10 mg à prise quotidienne. Cette étude ne possédait pas

la puissance nécessaire pour déceler une différence sur le plan clinique quant à la fréquence des

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 33 de 52

fractures entre les groupes alendronate et placebo. Cependant, dans d’autres études réalisées avec

les comprimés d’alendronate à prise quotidienne et à prise hebdomadaire, on a toujours observé

une relation entre les hausses de la DMO (un paramètre de substitution) et les baisses de la

fréquence des fractures (un paramètre clinique). On peut par conséquent présumer que cette

relation s’applique également dans le cas des hommes qui reçoivent l’alendronate à raison

d’une fois par semaine (voir RÉFÉRENCES).

Dans ces deux études, FOSAMAX

s’est révélé efficace, quels que soient l’âge, l’état de la

fonction gonadique et la valeur initiale de la DMO (col fémoral et colonne lombaire).

Prévention de l’ostéoporose postménopausique

La prévention de la perte osseuse a été mise en évidence dans deux études contrôlées par placebo

et menées à double insu auprès de femmes ménopausées de 40 à 60 ans. L’une de ces études, d’une

durée de deux ans, comptait 1 609 patientes (FOSAMAX

à raison de 5 mg par jour, n = 498)

ménopausées depuis au moins 6 mois, admises indépendamment de la valeur initiale de la DMO.

L’autre étude englobait 447 patientes (FOSAMAX

à raison de 5 mg par jour, n = 88) ménopausées

depuis 6 mois à 3 ans, évaluées durant une période pouvant atteindre trois ans. Comme on s’y

attendait, une réduction de la DMO d’environ 1 % par année au niveau de la colonne vertébrale,

de la hanche (col fémoral et trochanter) et du squelette entier a été observée chez les patientes ayant

reçu un placebo. Par contre, FOSAMAX

administré à la posologie de 5 mg par jour s’est révélé

efficace pour prévenir la perte osseuse et a entraîné une augmentation hautement significative de la

masse osseuse à chacun de ces sites (voir les figures ci-après). En outre, par rapport au placebo,

FOSAMAX

administré à la posologie de 5 mg par jour a réduit de moitié environ la vitesse de la

perte osseuse au niveau de l’avant-bras. Enfin, l’efficacité de FOSAMAX

à 5 mg par jour a été

sensiblement la même dans la population étudiée, quels que soient l’âge, la période écoulée depuis

la ménopause, la race et le rythme initial du remaniement osseux.

Histologie de l’os

Une biopsie osseuse pratiquée chez 28 patientes après trois ans de traitement avec FOSAMAX

à des doses pouvant atteindre 10 mg par jour a montré que l’os était normal sur le plan

histologique.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 34 de 52

Administration concomitante d’une hormonothérapie ou d’une œstrogénothérapie

substitutive

Les effets sur la DMO que procurent FOSAMAX

à raison de 10 mg une fois par jour et une

œstrogénothérapie substitutive (œstrogènes conjugués à 0,625 mg/jour), administrés seuls ou en

association, ont été évalués dans le cadre d’une étude à double insu contrôlée par placebo, d’une

durée de deux ans, réalisée chez des femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique qui

avaient subi une hystérectomie (n = 425). Après deux ans, l’augmentation de la DMO de la

colonne lombaire, par rapport aux valeurs initiales, a été significativement plus importante dans

le groupe qui recevait l’association médicamenteuse (8,3 %) que dans les groupes qui recevaient

uniquement des œstrogènes ou FOSAMAX

(6,0 % dans les deux cas).

Les effets que procure sur la DMO l’ajout de FOSAMAX

(pendant au moins un an) à une

hormonothérapie substitutive (œstrogènes

progestatif) à doses fixes ont été évalués dans le

cadre d’une étude à double insu, contrôlée par placebo, d’une durée de un an, réalisée chez

des femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique (n = 428). Ainsi, l’adjonction de

FOSAMAX

à raison de 10 mg une fois par jour à une hormonothérapie substitutive a produit,

après un an, une hausse significativement plus marquée de la DMO de la colonne lombaire

(3,7 %), comparativement à l’hormonothérapie substitutive administrée seule (1,1 %).

Dans ces études, le traitement d’association a également engendré une hausse significative de

la DMO de la hanche entière, du col fémoral et du trochanter, ou à tout le moins une tendance

favorable, comparativement à l’hormonothérapie substitutive utilisée seule. Aucun effet

significatif n’a toutefois été observé sur la DMO du squelette entier. Ces études n’avaient

cependant pas l’envergure permettant d’évaluer l’efficacité de l’association médicamenteuse

pour diminuer les fractures, et aucune différence significative relativement à la fréquence des

fractures n’a été observée entre les groupes de traitement.

Ostéoporose cortisonique

L’efficacité de FOSAMAX

administré à la dose de 5 mg ou de 10 mg, une fois par jour, à des

hommes et à des femmes recevant un traitement avec un corticostéroïde (au moins 7,5 mg de

prednisone par jour ou l’équivalent) a été mise en évidence dans 2 études multicentriques (l’une

américaine et l’autre internationale [dans lesquelles FOSAMAX

a également été administré à la

dose de 2,5 mg/jour]) d’une durée de 1 an, à double insu, avec répartition aléatoire et contrôlées

par placebo, dont les plans expérimentaux étaient presque identiques. Ces études comptaient

560 patients de 17 à 83 ans. Pendant la durée de ces études, les patients ont reçu des suppléments

de calcium et de vitamine D. La figure suivante montre les augmentations moyennes, par rapport

au placebo, de la DMO de la colonne lombaire, du col fémoral et du trochanter chez les patients

qui ont reçu FOSAMAX

à la dose de 5 mg par jour dans chacune des deux études.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 35 de 52

D’après les résultats regroupés des deux études, une augmentation significative de la DMO à

tous les sites indiqués a été observée après un an de traitement chez les patients qui avaient reçu

FOSAMAX

à la dose de 5 mg ou de 10 mg par jour par rapport au groupe placebo. Chez les

patients qui ont reçu un placebo, on a observé une diminution significative de la DMO au col

fémoral (-1,2 %) et, à un degré moindre, à la colonne lombaire et au trochanter. La DMO du

squelette entier n’a pas été modifiée durant le traitement avec FOSAMAX

administré à raison

de 5 mg ou de 10 mg par jour. Comparativement au placebo, les augmentations de la DMO

obtenues avec FOSAMAX

à la dose de 10 mg par jour ont été supérieures à celles observées

avec FOSAMAX

à la dose de 5 mg par jour, mais seulement chez les femmes ménopausées qui

ne recevaient pas d’œstrogènes, et ce, à la colonne lombaire (4,1 % vs 1,6 %) et au trochanter

(2,8 % vs 1,7 %), mais non aux autres sites évalués. FOSAMAX

s’est révélé efficace, quelles

que soient la dose du corticostéroïde administrée ou la durée de la corticothérapie. En outre,

l’efficacité de FOSAMAX

a été sensiblement la même indépendamment de l’âge (< 65 ans vs

65 ans), de la race (blanche vs autres races), du sexe, de la maladie sous-jacente, de la valeur

initiale de la DMO et de la vitesse du remaniement osseux, et de la prise concomitante d’autres

médicaments couramment utilisés.

Histologie de l’os

Une biopsie osseuse pratiquée chez 49 patients après un an de traitement avec FOSAMAX

à des

doses pouvant atteindre 10 mg par jour a montré que l’os était normal sur le plan histologique.

Des 560 patients initialement admis à ces études, 208 sujets qui continuaient à prendre au moins

7,5 mg de prednisone par jour ou l’équivalent ont poursuivi leur traitement dans le cadre d’une

étude de prolongation de un an réalisée à double insu. Après deux ans de traitement, la DMO de

la colonne vertébrale a augmenté de 3,7 % et de 5,0 % avec FOSAMAX

à raison de 5 mg et de

10 mg par jour, respectivement, par rapport à la valeur observée avec le placebo. Une

augmentation importante de la DMO (comparativement aux valeurs observées avec le placebo)

a également été notée au col fémoral, au trochanter et dans le squelette entier.

Après un an, 2,3 % des patients traités avec FOSAMAX

à raison de 5 mg ou de 10 mg par jour

(données regroupées) ont présenté une nouvelle fracture vertébrale, comparativement à 3,7 % de

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 36 de 52

ceux qui ont reçu le placebo (différence non significative). Cependant, chez les patients qui ont

poursuivi l’étude pendant une deuxième année, FOSAMAX

(données regroupées : groupes

recevant 5 mg ou 10 mg pendant deux ans ou encore 2,5 mg pendant un an suivis de 10 mg

pendant un an) a entraîné une réduction significative du pourcentage de patients qui ont subi une

nouvelle fracture vertébrale (0,7 % avec FOSAMAX

vs 6,8 % avec le placebo).

Maladie osseuse de Paget

L’efficacité de FOSAMAX

, administré à raison de 40 mg une fois par jour durant six mois,

a été démontrée lors de deux études cliniques menées à double insu, avec répartition aléatoire,

auprès d’hommes et de femmes atteints d’une forme modérée ou grave de la maladie de Paget

(taux de phosphatase alcaline atteignant au moins deux fois la limite supérieure de la normale),

soit dans le cadre d’une étude internationale contrôlée par placebo et d’une étude américaine

comparant l’alendronate à l’étidronate disodique administré à la posologie de 400 mg/jour. La

figure qui suit donne la variation moyenne en pourcentage par rapport aux valeurs initiales du

taux sérique de phosphatase alcaline dans les divers groupes de traitement pendant une période

allant jusqu’à 6 mois.

Après 6 mois de traitement, la réduction du taux de phosphatase alcaline notée chez les patients

traités avec FOSAMAX

a été significativement plus grande que celle qui a été obtenue au

moyen de l’étidronate et contrastait avec l’absence de réponse constatée chez les patients

recevant un placebo. Une réponse, définie comme le retour aux valeurs normales ou une

réduction

60 % du taux initial de phosphatase alcaline, a été obtenue chez environ 85 % des

patients des deux études recevant FOSAMAX

, contre 30 % des patients recevant l’étidronate

et 0 % des patients recevant le placebo. L’efficacité de FOSAMAX

n’a pas été influencée par

l’âge, ni par le sexe, la race, l’état de la fonction rénale, l’administration concomitante de divers

médicaments utilisés couramment, l’administration antérieure d’autres bisphosphonates et le

taux initial de la phosphatase alcaline.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 37 de 52

Histologie de l’os

Un examen histologique de l’os a été pratiqué chez 33 patients atteints de la maladie de Paget qui

ont reçu FOSAMAX

à la posologie de 40 mg/jour durant 6 mois. Comme dans le cas des

patientes traitées contre l’ostéoporose (voir ÉTUDES CLINIQUES, Traitement de l’ostéoporose,

Ostéoporose postménopausique, Histologie de l’os), FOSAMAX

n’a pas altéré la

minéralisation de l’os et a entraîné le ralentissement escompté du remaniement osseux. L’os

lamellaire formé sous l’action de FOSAMAX

était normal, même aux endroits où la trame

osseuse préexistante était irrégulière et désorganisée. Dans l’ensemble, les données sur

l’histologie de l’os confirment que l’os formé durant le traitement avec FOSAMAX

est normal.

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

Mode d’action

Les études chez l’animal ont mis en évidence le mode d’action qui suit. À l’échelle cellulaire,

l’alendronate se concentre de préférence aux endroits qui sont le siège d’une résorption osseuse,

plus précisément sous les ostéoclastes. Les ostéoclastes adhèrent normalement à la surface de l’os,

mais ne présentent plus la bordure en brosse évoquant une résorption active. L’alendronate

n’influe pas sur la mobilisation des ostéoclastes ni sur leur fixation à l’os, mais il inhibe leur

activité. Des études chez la souris portant sur la localisation dans l’os de l’alendronate radioactif

marqué au tritium [

H] ont montré que le captage de ce composé est environ 10 fois plus élevé sur

les surfaces osseuses occupées par les ostéoclastes que sur les surfaces occupées par les

ostéoblastes. L’examen de tissu osseux 6 et 49 jours après l’administration du [

H]alendronate à

des rats et à des souris, respectivement, a montré que de l’os normal se forme par-dessus

l’alendronate et que ce dernier se trouve incorporé dans la matrice où il n’exerce plus d’activité

pharmacologique. Par conséquent, pour que le médicament exerce son activité inhibitrice à l’égard

des ostéoclastes sur les nouvelles surfaces de résorption, il doit être administré de façon continue.

Selon des études d’histomorphométrie menées chez le rat et le babouin, le traitement avec

l’alendronate réduit la vitesse de renouvellement de l’os (c’est-à-dire le nombre de sites qui sont

le siège d’un remaniement osseux). En outre, à ces sites, l’ostéoformation est plus importante que

l’ostéorésorption, ce qui entraîne une augmentation graduelle de la masse osseuse.

Pharmacologie chez l’animal

La capacité de l’alendronate à prévenir ou à renverser la perte osseuse liée au déficit

œstrogénique a été évaluée

in vivo

chez le babouin et le rat.

Les babouins femelles adultes qui ont subi une ovariectomie présentent des modifications

du tissu osseux semblables à celles que l’on retrouve en présence d’un déficit œstrogénique

chez la femme. Dans les deux cas, ces changements surviennent tôt et se traduisent par une

augmentation du taux des marqueurs biologiques de la résorption osseuse (telle la

désoxypyridinoline urinaire) et de la formation osseuse (telles la phosphatase alcaline sérique

et l’ostéocalcine). L’alendronate administré par voie intraveineuse à la dose de 0,05 mg/kg ou

de 0,25 mg/kg toutes les deux semaines pendant 24 mois (l’équivalent de doses orales

d’environ 25 et 125 mg/jour chez l’humain) a entraîné le maintien ou une légère réduction du

chez une personne de 50 kg

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 38 de 52

taux des marqueurs biologiques proportionnelle à la dose. Fait important, le traitement continu

n’a pas causé une inhibition progressive du renouvellement osseux durant cette étude de 24 mois.

D’après l’examen histomorphométrique de l’os spongieux, l’alendronate administré pendant

24 mois a prévenu l’intensification du remaniement osseux due à l’ovariectomie et a entraîné

une augmentation importante du volume osseux vertébral, ces effets étant proportionnels à la

dose administrée. L’alendronate a aussi diminué le remaniement osseux dans l’os compact du

radius et s’est opposé à l’augmentation de la porosité de l’os compact. Le bilan osseux s’est

avéré positif dans chacune des unités individuelles de remodelage (unités multicellulaires de

base) tant au niveau de l’os spongieux que de l’os compact. Le tissu osseux était normal à tous

les sites étudiés. En outre, l’alendronate a entraîné une augmentation substantielle de la DMO

de la colonne lombaire et de la résistance de l’os spongieux vertébral. On a établi une étroite

corrélation entre la DMO de la colonne lombaire et la résistance de l’os. En résumé, ces études

indiquent que même à des doses équivalant à une dose orale* d’environ 125 mg/jour chez

l’humain, l’alendronate préserve l’intégrité de l’os normal tout en provoquant une augmentation

de la masse et de la résistance osseuses.

Par ailleurs, l’alendronate a entraîné un accroissement de la masse osseuse et de la résistance

du rachis chez des rates ayant subi une ovariectomie. Des rates de trois mois ont subi une

ovariectomie et, quatre mois plus tard, ont été soumises à un traitement avec l’alendronate à la

posologie de 0, 0,28, 2,8 ou 28 µg/kg par voie sous-cutanée deux fois par semaine (l’équivalent

de doses orales* de 0, 0,57, 5,7 et 57 mg/jour chez l’humain pendant 6 mois). L’évaluation des

propriétés mécaniques de la colonne lombaire a montré que l’ovariectomie a causé une réduction

importante de la rigidité de l’os et, conséquemment, de sa résistance. La résistance et la masse

trabéculaire vertébrales ont augmenté proportionnellement à la dose chez les rates traitées avec

l’alendronate, comparativement aux témoins.

Dans une autre étude, des rates de 6,5 mois ont subi une ovariectomie. Six mois plus tard, un

traitement au moyen de l’alendronate a été amorcé à des doses de 1,8 et de 18 µg/kg par voie

sous-cutanée (l’équivalent de doses orales

de 3,7 et 37 mg/jour chez l’humain), deux fois par

semaine, pour une durée de un an. Le traitement avec l’alendronate a provoqué un ralentissement

du remaniement osseux et un accroissement de la masse osseuse proportionnels à la dose, à la

fois dans l’os spongieux et dans l’os compact. Les augmentations de la masse osseuse étaient

en corrélation avec l’accroissement de la résistance du rachis et, à la dose la plus élevée, ces

variations ont été significatives par rapport aux valeurs observées chez les témoins. Chez les

rates traitées avec l’alendronate, l’os était normal sur le plan histologique, la vitesse de

minéralisation était aussi normale et aucun signe d’ostéomalacie n’a été décelé.

Dans une étude sur la prévention de la perte osseuse consécutive à un déficit œstrogénique,

des rates de 4 mois ont subi une ovariectomie. Le jour suivant, un traitement au moyen de

l’alendronate a été amorcé à des doses de 0,1 ou de 0,5 mg/kg/jour par gavage pour une durée

de un an. Le traitement avec l’alendronate à raison de 0,5 mg/kg/jour a prévenu la perte osseuse

liée à l’ovariectomie ainsi que la baisse de la résistance osseuse observée chez les rates témoins

non traitées soumises à l’ovariectomie. Le traitement avec l’alendronate a aussi maintenu les

chez une personne de 50 kg

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 39 de 52

valeurs des paramètres histomorphométriques dans la plage des valeurs observées chez les rates

témoins non traitées qui n’avaient pas été soumises à l’ovariectomie.

Des résultats similaires, notamment une augmentation de la masse et de la résistance osseuses,

ainsi que la formation d’un tissu osseux normal, ont été obtenus chez des rats normaux en

croissance, tant mâles que femelles, qui avaient reçu depuis l’âge de 6 semaines de l’alendronate

à des doses allant jusqu’à 3,75 mg/kg/jour pour une période de deux ans.

Les effets de l’alendronate sur la capacité de résorption de l’os ont aussi été étudiés au moyen

d’un modèle d’ostéoformation rapide consécutive à des lésions infligées à la moelle osseuse

chez le rat. L’os formé durant un traitement quotidien avec l’alendronate administré à la dose

de 1 µg/kg par voie sous-cutanée (l’équivalent d’une dose orale* de 7,1 mg/jour chez l’humain)

a été entièrement résorbé à un rythme identique à celui observé dans le groupe témoin. L’os

formé sous l’action de l’alendronate administré à la dose de 2 µg/kg/jour par voie sous-cutanée

a subi une résorption complète dans les 24 jours qui ont suivi l’arrêt du traitement, en

comparaison de 14 jours dans le groupe témoin. L’os formé aux doses de 8 et de 40 µg/kg/jour

par voie sous-cutanée a aussi été résorbé, quoique à un rythme plus lent, ce qui indique que

même à des doses équivalant à une dose orale* de 285 mg/jour chez l’humain, le traitement

avec l’alendronate n’entraîne pas une inhibition complète de la résorption osseuse.

Dans une étude de trois ans où des chiens adultes normaux ont reçu de l’alendronate à des

doses orales pouvant atteindre 1 mg/kg/jour (l’équivalent d’une dose orale

de 50 mg/jour chez

l’humain), aucune fracture spontanée ni aucun signe d’ostéomalacie n’ont été constatés.

Certaines observations ressortent d’une analyse histomorphométrique des variables statiques et

dynamiques du remaniement osseux dans la colonne lombaire : 1) aucun effet sur les masses

trabéculaire et corticale ni sur l’architecture de l’os spongieux; 2) une légère diminution

escomptée de la vitesse du renouvellement osseux; 3) aucun effet sur la maturation du tissu

ostéoïde, laquelle permet de mesurer l’intervalle entre l’apposition et la minéralisation de la

nouvelle matrice osseuse. Une évaluation biomécanique n’a montré aucun effet délétère sur

la résistance osseuse. La quantité d’alendronate présente dans l’os après un traitement de

trois ans à des doses orales* équivalant à 50 mg/jour chez l’humain a été négligeable (12 ppm)

par rapport au contenu minéral osseux total.

Un traitement avec l’alendronate administré par voie orale à des chiens à la dose de 2 mg/kg/jour

(l’équivalent d’une dose orale* de 100 mg/jour chez l’humain) durant 9 semaines avant une

fracture expérimentale ou 16 semaines après, ou les deux, n’a pas eu d’effets néfastes sur la

guérison des fractures. Cependant, un retard a été observé dans la formation du cal osseux.

Des études pharmacologiques additionnelles évaluant les effets de l’alendronate sur les différents

systèmes n’ont mis en évidence aucune modification importante au niveau des fonctions

cardiovasculaire, rénale, gastrique et respiratoire chez le chien ni au niveau du système nerveux

central chez la souris.

chez une personne de 50 kg

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 40 de 52

Quatre heures après l’administration intraveineuse à des souris d’alendronate marqué au [

H], la

fixation de l’alendronate radioactif sur les surfaces occupées par les ostéoclastes a été environ

10 fois plus élevée que sa fixation sur les surfaces occupées par les ostéoblastes, et ce, pour une

gamme étendue de doses, ce qui met en évidence l’affinité de l’alendronate pour les surfaces de

résorption.

L’activité inhibitrice de l’alendronate sur la résorption et la minéralisation de l’os a été comparée

à celle de l’étidronate dans l’épreuve de Schenk, reposant sur l’examen histologique des

épiphyses de rats en croissance. Dans cet essai, la dose d’alendronate la plus faible qui a altéré la

minéralisation de l’os a été 6 000 fois plus grande que la dose inhibant l’ostéorésorption, ce qui

semble témoigner de la marge d’innocuité de l’alendronate en ce qui concerne l’ostéomalacie

d’origine médicamenteuse. On ne connaît pas la portée de ces résultats chez l’humain.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

La DL

orale de l’alendronate mesurée chez des rats et des souris femelles a été de 552 mg/kg

(3 256 mg/m

) et de 966 mg/kg (2 898 mg/m

), respectivement (l’équivalent de doses orale

de 27 600 et de 48 300 mg chez l’humain). Chez les mâles, ces valeurs ont été légèrement plus

élevées, soit 626 mg/kg et 1 280 mg/kg, respectivement. Aucun décès n’a été observé chez des

chiens ayant reçu des doses orales allant jusqu’à 200 mg/kg (4 000 mg/m

) [l’équivalent d’une

dose orale* de 10 000 mg chez l’humain].

Toxicité chronique

L’évaluation de la toxicité de l’alendronate dans une série d’études portant sur l’administration

de doses multiples pendant une période allant jusqu’à un an chez des rats et jusqu’à trois ans

chez des chiens a mis en évidence le maintien d’os spongieux primaire dans les zones de

formation endochondrale, une réduction soutenue de l’activité de la phosphatase alcaline et une

réduction transitoire des concentrations sériques de calcium et de phosphore. Ces effets sont liés

à l’activité pharmacologique escomptée de l’alendronate. La dose nécessaire pour provoquer une

néphrotoxicité chez l’espèce la plus sensible à cet égard, soit le chien, correspondait à une dose*

d’au moins 100 mg chez l’humain. Cet effet s’est aussi manifesté chez le rat à des doses plus

élevées. Une toxicité gastro-intestinale a été observée uniquement chez les rongeurs; elle semble

attribuable à l’effet direct du médicament sur la muqueuse et n’a été notée qu’à des doses

supérieures à 2,5 mg/kg/jour.

Carcinogenèse

Aucun indice de la présence d’effets cancérigènes n’a été observé lors d’une étude de

105 semaines menée chez des rats qui avaient reçu par voie orale des doses allant jusqu’à

3,75 mg/kg/jour et lors d’une autre étude de 92 semaines menée chez des souris qui avaient

reçu par voie orale des doses allant jusqu’à 10 mg/kg/jour.

chez une personne de 50 kg

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 41 de 52

On a observé une augmentation (p = 0,003) de la fréquence des adénomes de la glande de Harder

(une glande rétroorbitaire inexistante chez l’humain) chez les souris femelles qui avaient reçu

des doses élevées d’alendronate lors d’une étude de 92 semaines évaluant le pouvoir cancérigène

du médicament à des doses de 1, 3 et 10 mg/kg/jour (mâles) et de 1, 2 et 5 mg/kg/jour (femelles).

Ces doses représentent, d’après la surface corporelle exprimée en mg/m

, 0,5 à 4 fois la dose de

10 mg chez l’humain.

On a observé une augmentation (p = 0,003) de la fréquence des adénomes des cellules

parafolliculaires (thyroïde) chez les rats mâles qui avaient reçu des doses élevées d’alendronate

lors d’une étude de 2 ans évaluant le pouvoir cancérigène du médicament à des doses de 1 et de

3,75 mg/kg. Ces doses représentent, d’après la surface corporelle, 1 à 3 fois la dose de 10 mg

chez l’humain.

Mutagenèse

L’alendronate n’a pas exercé de toxicité lors d’une épreuve de mutagenèse bactérienne

in

vitro

avec ou sans activation métabolique. De même, on n’a observé aucun effet mutagène lors des

tests suivants : épreuve de mutagenèse

in

vitro

sur des cellules de mammifères, épreuve par

élution alcaline

in

vitro

sur des hépatocytes de rats et recherche d’aberrations chromosomiques

in

vivo

chez des souris ayant reçu des doses d’alendronate par voie intraveineuse pouvant

atteindre 25 mg/kg/jour (75 mg/m

). Toutefois, la recherche d’aberrations chromosomiques

in vitro

sur des cellules d’ovaires de hamsters chinois mises en contact avec des concentrations

d’alendronate

5 mM s’est révélée légèrement positive en présence de signes de cytotoxicité.

Ces résultats sont toutefois sans conséquence chez l’humain puisque des concentrations

similaires ne peuvent être atteintes

in

vivo

aux doses thérapeutiques. En outre, les résultats

nettement négatifs obtenus dans quatre des cinq études de génotoxicité, notamment les études

les mieux corrélées au pouvoir cancérigène chez l’humain (la recherche d’aberrations

chromosomiques

in

vivo

et l’épreuve de mutagenèse bactérienne), et les résultats négatifs

obtenus dans les études de carcinogenèse menées chez des rats et des souris, permettent de

conclure que l’alendronate ne présente pas de risque de génotoxicité ni d’effets cancérigènes

chez l’humain.

Reproduction

L’alendronate n’a pas eu d’effet sur la fécondité ni sur le pouvoir de reproduction (des mâles

et des femelles) chez des rats qui avaient reçu par voie orale des doses pouvant atteindre

5 mg/kg/jour. Le seul effet lié à l’administration du médicament qui a été observé au cours de ces

études a été la présence de troubles à la parturition, qui sont directement liés à l’hypocalcémie

d’origine médicamenteuse. Cet effet peut être évité chez le rat par l’administration de

suppléments calciques. Enfin, il a été établi que la dose sans effet est de 1,25 mg/kg/jour.

Développement

Aucun effet défavorable n’a été mis en évidence au cours d’études sur la toxicité pendant la

phase de développement et ce, à des doses allant jusqu’à 25 mg/kg/jour chez le rat et jusqu’à

35 mg/kg/jour chez le lapin.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 42 de 52

RÉFÉRENCES

Balena R, Toolan BC, Shea M, Markatos A, Myers ER, Lee SC, Opas EE, Seedor JG,

Klein H, Frankenfield D, Quartuccio H, Fioravanti C, Clair J, Brown E, Hayes WC,

Rodan GA. The effects of 2-year treatment with the aminobisphosphonate alendronate on

bone metabolism. Bone histomorphometry, and bone strength in ovariectomized nonhuman

primates. J Clin Invest 1993;92:2577-86.

Black DM, Reiss TF, Nevitt MC, Cauley J, Karpf D, Cummings SR. Design of the fracture

intervention trial. Osteoporosis Int 1993;Suppl. 3:S29-39.

Tucci JR, Tonino RP, Emkey RD, Peverly CA, Kher U, Santora AC. Effect of three years of

oral alendronate treatment in postmenopausal women with osteoporosis. Am J Med

1996;101:488-501.

Siris E, Weinstein RS, Altman R, Conte JM, Favus M, Lombardi A, Lyles K, McIlwain H,

Murphy WA Jr, Reda C, Rude R, Seton M, Tiegs R, Thompson D, Tucci JR, Yates AJ,

Zimering M. Comparative study of alendronate versus etidronate for the treatment of

Paget’s disease of bone. J Clin Endocrinol Metab 1996;81(3):961-7.

Yamamoto M, Markatos A, Seedor JG, Masarachia P, Gentile M, Rodan GA, Balena R. The

effects of the aminobisphosphonate alendronate on thyroid hormone-induced osteopenia in

rats. Calcif Tissue Int 1993;53:278-82.

Black DM, Cummings SR, Karpf DB, Cauley JA, Thompson DE, Nevitt MC, Bauer DC,

Genant HK, Haskell WL, Marcus R, Ott SM, Torner JC, Quandt SA, Reiss TF, Ensrud KE.

Randomized trial of effect of alendronate on risk of fracture in women with existing

vertebral fractures. Lancet 1996;348:1535-41.

Karpf DB, Shapiro DR, Seeman E, Ensrud KE, Johnston CC, Adami S, Harris ST, Santora

II AC, Hirsch LJ, Oppenheimer L, Thompson D. Prevention of nonvertebral fractures by

alendronate. A Meta-Analysis. JAMA 1997;277:1159-64.

Hosking D, Chilvers CED, Christiansen C, Ravn P, Wasnich R, Ross P, McClung M,

Balske A, Thompson D, Daley M, Yates AJ. Prevention of bone loss with alendronate in

postmenopausal women under 60 years of age. N Engl J Med 1998;338:485-92.

Saag KG, Emkey R, Schnitzer TJ, Brown JP, Hawkins F, Goemaere S, Thamsborg G,

Liberman UA, Delmas PD, Malice MP, Czachur M, Daifotis AG. Alendronate for the

prevention and treatment of glucocorticoid-induced osteoporosis. N Engl J Med

1998;339:292-9.

10. Cummings SR, Black DM, Thompson DE, Applegate WB, Barret-Connor E, Musliner TA,

Palermo L, Prineas R, Rubin SM, Scott JC, Vogt T, Wallace R, Yates AJ, LaCroix AZ.

Effects of alendronate on risk of fracture in women with low bone density but without

vertebral fractures. JAMA 1998;280(24):2077-82.

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 43 de 52

11. Orwoll E, Ettinger M, Weiss S, Miller P, Kendler D, Graham J, Adami S, Weber K,

Lorenc R, Pietschmann P, Vandormael K, Lombardi A. Alendronate for the treatment of

osteoporosis in men. N Engl J Med 2000;343:604-10.

12. Schnitzer T, Bone HG, Crepaldi G, Adami S, McClung M, Kiel D, Felsenberg D,

Recker RR, Tonino RP, Roux C, Pinchera A, Foldes AJ, Greenspan SL, Levine MA,

Emkey R, Santora II AC, Kaur A, Thompson DE, Yates J, Orloff JJ. Therapeutic

equivalence of alendronate 70 mg once-weekly and alendronate 10 mg daily in the treatment

of osteoporosis. Aging Clin Exp Res 2000;12(1):1-12.

Selby PL, Davies M, Adams JE. Do men and women fracture bones at similar bone

densities? Osteoporosis Int 2000; 11:153-7.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 44 de 52

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS

POUR LE CONSOMMATEUR

FOSAMAX

®

comprimés et solution orale d’alendronate monosodique

70 mg d’alendronate une fois par semaine

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie d’une

« monographie de produit » publiée à la suite de l’approbation de

la vente au Canada de FOSAMAX

et s’adresse tout

particulièrement aux consommateurs. Le présent dépliant n’est

qu’un résumé et ne donne donc pas tous les renseignements

pertinents au sujet de FOSAMAX

. Pour toute question au sujet de

ce médicament, communiquez avec votre médecin ou avec votre

pharmacien.

Veuillez lire attentivement ce dépliant avant de commencer à

prendre FOSAMAX

®

et chaque fois que vous renouvelez votre

ordonnance.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

Les raisons d’utiliser ce médicament

FOSAMAX

est la marque déposée pour la substance appelée

alendronate monosodique. Ce médicament ne peut s’obtenir que

sur ordonnance

du médecin. L’alendronate monosodique

appartient à une classe de médicaments non hormonaux appelés

bisphosphonates.

Votre médecin vous a prescrit FOSAMAX

parce que vous

souffrez d’une maladie appelée ostéoporose. FOSAMAX

aide à

reconstruire le tissu osseux, ce qui contribue à prévenir la survenue

de fractures.

Étant donné qu’on ignore la durée de traitement avec FOSAMAX

dans l’ostéoporose, il est conseillé de discuter périodiquement avec

votre médecin de la nécessité de poursuivre le traitement avec ce

médicament et de voir si FOSAMAX

convient toujours dans

votre cas.

Les effets de ce médicament

Comment l’os normal conserve-t-il son intégrité?

Le tissu osseux subit un processus normal de reconstruction qui a

lieu en permanence dans l’ensemble du squelette. Tout d’abord,

l’os ancien est éliminé (résorbé), puis de l’os nouveau est déposé

(formé) sur la surface osseuse. C’est l’équilibre entre les processus

de résorption et de formation qui conserve vos os sains et solides.

Qu’est-ce que l’ostéoporose et pourquoi faut-il traiter ou

prévenir cette maladie?

L’ostéoporose consiste en un amincissement et un affaiblissement

des os. C’est une maladie qui survient fréquemment chez la femme

après la ménopause, quoiqu’elle puisse également survenir chez

l’homme.

L’ostéoporose survient généralement chez la femme plusieurs

années après la ménopause, laquelle se manifeste lorsque les

ovaires arrêtent de produire des œstrogènes, des hormones

sexuelles femelles, ou lorsqu’ils sont enlevés, par exemple lors

d’une hystérectomie (ablation de l’utérus). Plus la ménopause

survient tôt, plus le risque d’ostéoporose est grand. L’ostéoporose

peut également survenir chez les hommes pour différentes

raisons, notamment à cause de l’âge ou d’un faible taux de

testostérone, une hormone sexuelle mâle. Dans tous les cas, l’os

est résorbé à un rythme plus rapide qu’il n’est formé, de sorte

qu’il se produit une perte osseuse qui affaiblit les os. Ainsi, pour

préserver la santé du squelette, il importe de maintenir la masse

osseuse et d’empêcher que la perte osseuse se poursuive. Au

début, l’ostéoporose ne cause habituellement pas de symptômes.

Toutefois, si cette maladie n’est pas traitée, elle peut finir par

provoquer des fractures (cassures des os). Bien que les fractures

soient habituellement douloureuses, les fractures de la colonne

vertébrale peuvent passer inaperçues jusqu’à ce qu’elles

entraînent une diminution de la taille (grandeur). Les fractures

peuvent survenir au cours des activités quotidiennes normales,

par exemple quand vous soulevez des objets, ou à la suite de

blessures mineures qui, en général, ne provoquent pas de fractures

de l’os normal. Les fractures surviennent habituellement à la

hanche, à la colonne vertébrale ou au poignet et peuvent entraîner

non seulement de la douleur, mais aussi des déformations et une

invalidité considérables (tels un dos voûté résultant d’une

incurvation de la colonne vertébrale et une perte de mobilité).

Comment peut-on traiter l’ostéoporose?

Votre médecin vous a prescrit FOSAMAX

pour traiter votre

ostéoporose. FOSAMAX

permet non seulement de prévenir la

perte osseuse, mais il contribue aussi à remplacer le tissu osseux

qui a pu être détruit et à diminuer le risque de fracture. Ainsi,

FOSAMAX

renverse la progression de l’ostéoporose.

Votre médecin vous conseillera peut-être aussi d’apporter

certaines modifications à votre mode de vie :

Arrêter de fumer.

Le tabagisme semble accélérer le rythme de

la perte osseuse et, par conséquent, pourrait augmenter le risque

de fracture.

Faire de l’exercice.

Les os, tout comme les muscles, ont besoin

d’exercice pour demeurer sains et solides. Consultez votre

médecin avant de commencer tout programme d’exercice

physique.

Avoir une alimentation équilibrée.

Votre médecin vous

recommandera peut-être de modifier votre alimentation ou de

prendre des suppléments diététiques.

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce médicament

Ne prenez pas FOSAMAX

®

si l’un des énoncés suivants vous

concerne :

Vous souffrez de troubles de l’œsophage (le tube qui

relie la bouche à l’estomac).

Vous êtes dans l’incapacité de rester debout ou assis,

le dos droit, durant au moins 30 minutes.

Vous avez de la difficulté à avaler des liquides. Dans

ce cas, vous ne devriez pas prendre la solution orale

FOSAMAX

Vous êtes allergique à l’un des composants du

médicament.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 45 de 52

Votre taux de calcium dans le sang est faible.

Vous souffrez d’une maladie rénale GRAVE. Si vous

avez des doutes à ce sujet, parlez-en à votre médecin.

L’ingrédient médicinal

Comprimé :

le comprimé FOSAMAX

à 70 mg renferme de

l’alendronate monosodique.

Solution orale :

le flacon de solution orale FOSAMAX

à 70 mg

renferme de l’alendronate monosodique.

Les ingrédients non médicinaux

Comprimé :

cellulose microcristalline, croscarmellose sodique,

lactose anhydre et stéarate de magnésium.

Solution orale :

acide citrique anhydre, citrate de sodium

dihydraté, eau purifiée, saccharine sodique et arôme artificiel de

framboise. Du propylparaben sodique et du butylparaben sodique

ont été ajoutés comme agents de conservation.

Les formes posologiques

FOSAMAX

à prise hebdomadaire est offert en comprimé à

70 mg, blanc et ovale, et en solution orale à 70 mg/75 mL,

transparente et incolore.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Avant de prendre FOSAMAX

®

, avisez votre médecin ou votre

pharmacien :

si vous avez un cancer ou une maladie des gencives, si

votre hygiène buccale n’est pas adéquate ou si vous êtes

diabétique. Si vous recevez une chimiothérapie ou une

radiothérapie ou si vous prenez des corticostéroïdes ou

des immunosuppresseurs. Si vous fumez ou avez déjà

fumé ou si vous consommez beaucoup d’alcool. Dans ces

cas, vous devriez envisager de subir un examen dentaire

avant de commencer votre traitement avec FOSAMAX

de tout problème médical passé ou présent, notamment

s’il s’agit d’une maladie rénale;

de tout problème dentaire passé ou présent;

des allergies dont vous souffrez;

si vous avez de la difficulté à avaler ou si vous êtes atteint

de troubles digestifs.

Vous devez toujours informer votre médecin de tous les

médicaments que vous prenez ou que vous projetez de prendre,

y compris ceux que vous vous procurez sans ordonnance.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Ne prenez pas FOSAMAX

si vous êtes enceinte ou si vous

allaitez.

Utilisation chez les enfants

FOSAMAX

n’est pas indiqué chez les personnes de moins de

18 ans.

Utilisation chez les personnes âgées

FOSAMAX

est aussi efficace et aussi bien toléré par les

personnes de plus de 65 ans que par celles de moins de 65 ans.

Peut-on conduire une automobile ou faire fonctionner une

machine pendant un traitement avec FOSAMAX

®

?

Certains effets secondaires qui ont été rapportés avec

FOSAMAX

peuvent affecter votre capacité à conduire une

automobile ou à faire fonctionner une machine. La réponse au

traitement avec FOSAMAX

®

peut varier d’une personne à l’autre

(voir EFFETS SECONDAIRES ET MESURES À PRENDRE).

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Les suppléments de calcium, les antiacides et les autres

médicaments administrés par voie orale influent sur l’absorption

de FOSAMAX

s’ils sont pris en même temps que ce dernier. Par

conséquent, vous devez attendre au moins une demi-heure après

la prise de FOSAMAX

avant de prendre un autre médicament

par voie orale.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE MÉDICAMENT

Dose habituelle

Mode d’emploi de FOSAMAX

®

à prise hebdomadaire

Votre médecin vous a prescrit FOSAMAX

une fois par semaine,

soit sous forme de comprimé ou de solution orale.

Pour aider à ce que le traitement avec FOSAMAX

soit efficace,

il faut observer rigoureusement les huit règles suivantes :

Choisissez le jour de la semaine qui vous convient le

mieux et, chaque semaine, prenez une dose de FOSAMAX

®

(soit un comprimé ou un flacon entier de solution) ce jour-là.

Après le lever et avant de prendre tout aliment liquide ou

solide ou tout autre médicament, prenez FOSAMAX

®

avec de

l’eau ordinaire uniquement, de la façon suivante :

Comprimé

: Avalez un comprimé avec un grand verre

(200 à 250 mL) d’eau ordinaire.

Solution orale

: Buvez tout le contenu d’un flacon de

solution, suivi d’au moins 60 mL (un quart de tasse) d’eau

ordinaire.

Ne prenez pas

FOSAMAX

avec :

– de l’eau minérale

– du café ou du thé

– du jus

Bien que les effets de « l’eau dure » sur l’absorption de

FOSAMAX

n’aient pas été évalués, l’eau dure peut diminuer

l’absorption de ce médicament en raison de sa teneur élevée en

minéraux. Si l’eau que vous consommez habituellement est

classée comme une eau dure, vous devriez envisager de prendre

le médicament avec de l’eau distillée (et non avec de l’eau

minérale).

Vous ne devez pas sucer ni croquer les comprimés

FOSAMAX

®

.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 46 de 52

Après avoir pris FOSAMAX

®

, ne vous allongez pas – vous

pouvez marcher ou demeurer debout ou assis, le dos droit –

durant au moins 30 minutes. Vous ne devez pas non plus vous

allonger jusqu’à ce que vous ayez pris le premier repas de la

journée.

Ne prenez pas FOSAMAX

®

au coucher ni avant le lever.

Ces mesures permettent au médicament d’atteindre l’estomac

plus rapidement et diminuent le risque d’irritation de l’œsophage

(le tube qui relie la bouche à l’estomac).

Après avoir pris FOSAMAX

®

, attendez au moins

30 minutes avant de prendre tout aliment solide ou liquide,

ou tout autre médicament

, y compris des antiacides, des

suppléments de calcium et des vitamines. FOSAMAX

est efficace

seulement si vous le prenez l’estomac vide.

Si vous commencez à avoir de la difficulté à avaler, des

douleurs lorsque vous avalez ou des douleurs à la poitrine, ou

si des brûlures d’estomac apparaissent ou s’aggravent, cessez

immédiatement de prendre FOSAMAX

®

et communiquez avec

votre médecin.

Si vous oubliez une dose, prenez-la le matin au lever, après

vous être rendu compte de votre oubli.

Ne prenez jamais deux

doses le même jour.

Poursuivez le schéma posologique établi, qui

est de une dose une fois par semaine, et prenez la dose suivante au

jour normalement prévu.

Il est important de continuer à prendre FOSAMAX

durant

toute la période prescrite par votre médecin. FOSAMAX

n’est

efficace dans le traitement de l’ostéoporose que si vous le prenez

de façon continue.

Le calcium et la vitamine D jouent également un rôle important

dans la solidité des os. Votre médecin peut vous demander de

prendre du calcium et de la vitamine D lors de votre traitement

avec FOSAMAX

Pourquoi est-il important de prendre FOSAMAX

®

de façon

continue?

Il est important de suivre le traitement à long terme pour aider à

remplacer le tissu osseux qui aurait pu être détruit. Par conséquent,

il est important de suivre rigoureusement les directives de votre

médecin qui vous recommandera de prendre FOSAMAX

tel que

prescrit, sans omettre de doses ni modifier la posologie. Il importe

aussi d’effectuer les changements recommandés par votre médecin

concernant votre mode de vie et de maintenir ces nouvelles

habitudes.

Dose excessive

Si vous prenez trop de doses, buvez un grand verre de lait et

communiquez immédiatement avec votre médecin. Ne provoquez

pas de vomissements et ne vous allongez pas.

Si vous pensez avoir pris une dose excessive du médicament,

téléphonez au centre antipoison de votre région.

Dose oubliée

Si vous oubliez une dose, prenez-la le matin au lever, après vous

être rendu compte de votre oubli.

Ne prenez jamais deux doses le

même jour.

Poursuivez le schéma posologique établi, qui est de

une dose une fois par semaine, et prenez la dose suivante au jour

normalement prévu.

EFFETS SECONDAIRES ET MESURES À PRENDRE

La plupart des patients ne présentent pas d’effets secondaires avec

la prise de FOSAMAX

; cependant, comme tout autre

médicament, FOSAMAX

peut provoquer des réactions

inattendues ou indésirables. Les effets secondaires dus à

FOSAMAX

ont été habituellement légers. Certaines personnes

peuvent toutefois présenter des troubles digestifs, tels des

nausées, des vomissements ou des selles noirâtres ou contenant du

sang. Certains de ces troubles peuvent être graves, notamment s’il

s’agit d’une irritation ou d’une ulcération de l’œsophage (le tube

qui relie la bouche à l’estomac), lesquelles peuvent causer des

douleurs à la poitrine, des brûlures d’estomac, ou encore une

difficulté à avaler ou des douleurs lorsque vous avalez. Ces

réactions risquent davantage de survenir si vous ne prenez pas un

grand verre d’eau avec FOSAMAX

, ou encore si vous vous

allongez dans les 30 minutes qui suivent la prise du médicament

ou avant d’avoir pris le premier repas de la journée. Les réactions

au niveau de l’œsophage peuvent s’aggraver si vous continuez de

prendre FOSAMAX

malgré l’apparition de symptômes évoquant

une irritation de l’œsophage.

Certains patients peuvent éprouver des douleurs aux os, aux

muscles et aux articulations. Ces douleurs sont rarement intenses.

Les patients qui ressentent des douleurs intenses aux os, aux

muscles ou aux articulations devraient communiquer avec leur

médecin. La plupart des patients ont été soulagés de leur douleur

après l’arrêt du traitement. Les patients peuvent également

présenter, quoique rarement, une enflure aux articulations ou une

enflure des mains ou des jambes. On a rapporté des symptômes

ressemblant à ceux de la grippe (accompagnés de fièvre dans de

rares cas), généralement au début du traitement. En de rares

occasions, les patients traités avec FOSAMAX

peuvent présenter

des démangeaisons ou une douleur oculaire, ou encore une éruption

cutanée qui peut être aggravée par la lumière du soleil. On a rapporté

une perte de cheveux. Des réactions cutanées graves peuvent

survenir, quoiqu’elles soient rares. Des réactions allergiques, telles de

l’urticaire ou, plus rarement, une enflure du visage, des lèvres, de la

langue ou de la gorge, lesquelles peuvent causer une difficulté à

respirer ou à avaler, peuvent également être observées. Certains

patients peuvent présenter des étourdissements, des vertiges

(sensation de rotation) ou une altération du goût. Des symptômes

d’hypocalcémie (faible taux de calcium) peuvent également se

manifester dans de rares cas (par exemple, engourdissements ou

picotements autour de la bouche ou dans les mains ou les pieds,

spasmes musculaires au niveau du visage, des mains ou des

pieds). Des ulcères gastriques ou autres ulcères gastroduodénaux,

parfois graves, sont survenus, quoique rarement. Des ulcères

buccaux ont été notés chez des patients qui avaient croqué les

comprimés ou les avaient laissés se dissoudre dans la bouche.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 47 de 52

Dans de rares cas, les patients ont présenté des troubles au niveau

des mâchoires associés à un retard de guérison ou à une infection,

généralement survenus à la suite de l’extraction d’une dent.

Quelques rares cas de fractures touchant une partie spécifique du

fémur (os de la cuisse) ont été rapportés. Si vous sentez une

douleur nouvelle ou inhabituelle dans la hanche ou la cuisse,

communiquez avec votre médecin.

Avertissez votre médecin chaque fois que vous souffrez d’un

problème médical qui pourrait être lié à la prise de FOSAMAX

même si ce dernier n’a pas été mentionné ci-dessus.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES, COMMENT ILS SE

MANIFESTENT ET CE QU’IL FAUT FAIRE

Symptômes/effets

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament

et appelez

votre

médecin ou

votre

pharmacien

Cas

graves

seulement

Tous

les cas

Non

fréquents

Des réactions allergiques,

telles :

urticaire

enflure du visage, des

lèvres, de la langue ou

de la gorge

difficulté à respirer ou

à avaler

Douleurs aux os, aux

articulations ou aux

muscles

Douleur nouvelle ou

inhabituelle dans la

hanche ou la cuisse

Troubles digestifs

causant :

douleurs à la poitrine

brûlures d’estomac

difficulté à avaler ou

des douleurs lorsque

vous avalez

selles noirâtres ou

contenant du sang

Ulcères de l’œsophage, de

l’estomac, ou tout autre

ulcère gastroduodénal

Troubles au niveau des

mâchoires associés à un

retard de guérison ou à

une infection, survenant

souvent à la suite de

l’extraction d’une dent

Inflammation oculaire

associée à une douleur

oculaire, une rougeur

oculaire, une sensibilité à

la lumière ou une baisse

de la vision

Réactions cutanées graves

Symptômes

d’hypocalcémie :

engourdissements ou

picotements autour de

la bouche ou dans les

mains ou les pieds

spasmes musculaires

au niveau du visage,

des mains ou des pieds

Cette liste d’effets secondaires n’est pas complète. Consultez

votre médecin ou votre pharmacien si vous avez des effets

secondaires inattendus lors du traitement avec FOSAMAX

®

.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 48 de 52

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT

Comprimé :

Conservez à la température ambiante

(15 °C à 30 °C).

Solution orale :

Conservez à la température ambiante

(15 °C à 30 °C). Ne pas congeler.

Ne prenez pas ce médicament après le mois et l’année indiqués à la

suite de l’inscription EXP (date limite d’utilisation) sur

l’emballage.

Gardez FOSAMAX

®

et tout autre médicament hors de la

portée des enfants.

SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES

SOUPÇONNÉS

Vous pouvez signaler tout effet indésirable soupçonné lié à

l’utilisation de produits de santé au Programme Canada Vigilance

par l’un des trois moyens suivants :

en ligne à l’adresse www.santecanada.gc.ca/medeffet

par téléphone (numéro sans frais) : 1-866-234-2345

en remplissant le Formulaire de déclaration de Canada

Vigilance et en le transmettant :

par télécopieur (numéro sans frais) :

1-866-678-6789,

par courrier :

Programme Canada Vigilance

Santé Canada

Indice de l’adresse 0701E

Ottawa, ON K1A 0K9

Des étiquettes prépayées, le Formulaire de déclaration de Canada

Vigilance et les lignes directrices pour la déclaration des effets

indésirables sont accessibles en ligne sur le site Web de

MedEffet

Canada à l’adresse

www.santecanada.gc.ca/medeffet.

REMARQUE : Si vous avez besoin de renseignements sur la prise

en charge des effets secondaires, veuillez communiquer avec

votre professionnel de la santé. Le Programme Canada Vigilance

ne fournit pas de conseils médicaux.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Que peut-on faire pour obtenir plus d’information concernant

FOSAMAX

®

et l’ostéoporose?

Vous pouvez demander plus d’information à votre médecin ou à

votre pharmacien qui vous communiqueront des renseignements

plus complets sur FOSAMAX

et l’ostéoporose.

Vous pouvez trouver ce document et la monographie complète du

produit préparée pour les professionnels de la santé à l’adresse :

http://www.merck.ca

ou en communiquant avec le promoteur, Merck Canada Inc. :

par téléphone (numéro sans frais) : 1-800-567-2594

par télécopieur (numéro sans frais) : 1-800-369-3090

par courrier :

Merck Canada Inc.

Pharmacovigilance

C.P. 1005

Pointe-Claire–Dorval, QC H9R 4P8

Ce dépliant a été préparé par Merck Canada Inc.

Dernière révision : le 20 février 2013

Marque déposée de Merck Sharp & Dohme Corp., filiale de

Merck &

Co., Inc.,

utilisée sous licence.

© 2011, 2012, 2013, Merck Canada Inc., filiale de Merck & Co., Inc.

Tous droits réservés.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 49 de 52

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS

POUR LE CONSOMMATEUR

FOSAMAX

®

comprimé d’alendronate monosodique

40 mg d’alendronate une fois par jour

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie d’une

« monographie de produit » publiée à la suite de l’approbation de la

vente au Canada de FOSAMAX

et s’adresse tout particulièrement

aux consommateurs. Le présent dépliant n’est qu’un résumé et ne

donne donc pas tous les renseignements pertinents au sujet de

FOSAMAX

. Pour toute question au sujet de ce médicament,

communiquez avec votre médecin ou avec votre pharmacien.

Veuillez lire attentivement ce dépliant avant de commencer à

prendre FOSAMAX

®

et chaque fois que vous renouvelez votre

ordonnance.

AU SUJET DE CE MÉDICAMENT

Les raisons d’utiliser ce médicament

FOSAMAX

est la marque déposée pour la substance appelée

alendronate monosodique. Ce médicament ne peut s’obtenir que

sur ordonnance

du médecin. L’alendronate monosodique

appartient à une classe de médicaments non hormonaux appelés

bisphosphonates.

Votre médecin vous a prescrit FOSAMAX

parce que vous

souffrez d’une affection appelée maladie osseuse de Paget.

Les effets de ce médicament

Comment l’os normal conserve-t-il son intégrité?

Le tissu osseux subit un processus normal de reconstruction qui a

lieu en permanence dans l’ensemble du squelette. Tout d’abord,

l’os ancien est éliminé (résorbé), puis de l’os nouveau est déposé

(formé) sur la surface osseuse. C’est l’équilibre entre les processus

de résorption et de formation qui conserve vos os sains et solides.

Qu’est-ce que la maladie osseuse de Paget?

Dans la maladie de Paget, la résorption et la formation osseuses

s’accroissent anormalement, ce qui cause un affaiblissement des

os, lequel peut entraîner des douleurs, des déformations ou des

fractures.

Comment peut-on traiter la maladie osseuse de Paget?

Votre médecin vous a prescrit FOSAMAX

pour traiter cette

maladie. FOSAMAX

ralentit la résorption osseuse, ce qui permet

aux cellules responsables de la formation osseuse d’élaborer du

tissu osseux normal.

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce médicament

Ne prenez pas FOSAMAX

®

si l’un des énoncés suivants vous

concerne :

Vous souffrez de troubles de l’œsophage (le tube qui relie

la bouche à l’estomac).

Vous êtes dans l’incapacité de rester debout ou assis,

le dos droit, durant au moins 30 minutes.

Vous êtes allergique à l’un des composants du

médicament.

Votre taux de calcium dans le sang est faible.

Vous souffrez d’une maladie rénale GRAVE. Si vous

avez des doutes à ce sujet, parlez-en à votre médecin.

L’ingrédient médicinal

Le comprimé FOSAMAX

à 40 mg renferme de l’alendronate

monosodique.

Les ingrédients non médicinaux

Cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, lactose

anhydre et stéarate de magnésium.

Les formes posologiques

FOSAMAX

est offert en comprimé à 40 mg, blanc et

triangulaire.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Avant de prendre FOSAMAX

®

, avisez votre médecin ou votre

pharmacien :

si vous avez un cancer ou une maladie des gencives, si

votre hygiène buccale n’est pas adéquate ou si vous êtes

diabétique. Si vous recevez une chimiothérapie ou une

radiothérapie ou si vous prenez des corticostéroïdes ou

des immunosuppresseurs. Si vous fumez ou avez déjà

fumé ou si vous consommez beaucoup d’alcool. Dans

ces cas, vous devriez envisager de subir un examen

dentaire avant de commencer votre traitement avec

FOSAMAX

de tout problème médical passé ou présent, notamment

s’il s’agit d’une maladie rénale;

de tout problème dentaire passé ou présent;

des allergies dont vous souffrez;

si vous avez de la difficulté à avaler ou si vous êtes

atteint de troubles digestifs.

Vous devez toujours informer votre médecin de tous les

médicaments que vous prenez ou que vous projetez de prendre,

y compris ceux que vous vous procurez sans ordonnance.

Utilisation pendant la grossesse et l’allaitement

Ne prenez pas FOSAMAX

si vous êtes enceinte ou si vous

allaitez.

Utilisation chez les enfants

FOSAMAX

n’est pas indiqué chez les personnes de moins

de 18 ans.

Utilisation chez les personnes âgées

FOSAMAX

est aussi efficace et aussi bien toléré par les

personnes de plus de 65 ans que par celles de moins de 65 ans.

Peut-on conduire une automobile ou faire fonctionner une

machine pendant un traitement avec FOSAMAX

®

?

Certains effets secondaires qui ont été rapportés avec

FOSAMAX

peuvent affecter votre capacité à conduire une

automobile ou à faire fonctionner une machine. La réponse au

traitement avec FOSAMAX

®

peut varier d’une personne à l’autre

(voir EFFETS SECONDAIRES ET MESURES À PRENDRE).

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 50 de 52

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

L’utilisation simultanée d’acide acétylsalicylique (AAS) et de

FOSAMAX

à 40 mg peut augmenter le risque de malaises

d’estomac. Si vous prenez de l’AAS, vous devez en parler à votre

médecin.

Les suppléments de calcium, les antiacides et les autres

médicaments administrés par voie orale influent sur l’absorption

de FOSAMAX

s’ils sont pris en même temps que ce dernier. Par

conséquent, vous devez attendre au moins une demi-heure après la

prise de FOSAMAX

avant de prendre un autre médicament par

voie orale.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE MÉDICAMENT

Dose habituelle

Mode d’emploi de FOSAMAX

®

Pour aider à ce que le traitement avec FOSAMAX

soit efficace, il

faut observer rigoureusement les sept règles suivantes :

Après le lever et avant de prendre tout aliment liquide ou

solide ou tout autre médicament, avalez un comprimé

FOSAMAX

®

avec un grand verre (200 à 250 mL) d’eau

ordinaire uniquement.

– Pas d’eau minérale

– Pas de café ni de thé

– Pas de jus

Bien que les effets de « l’eau dure » sur l’absorption de

FOSAMAX

n’aient pas été évalués, l’eau dure peut diminuer

l’absorption de ce médicament en raison de sa teneur élevée en

minéraux. Si l’eau que vous consommez habituellement est classée

comme une eau dure, vous devriez envisager de prendre le

médicament avec de l’eau distillée (et non avec de l’eau minérale).

Vous ne devez pas sucer ni croquer les comprimés

FOSAMAX

®

.

Après avoir avalé le comprimé FOSAMAX

®

, ne vous

allongez pas – vous pouvez marcher ou demeurer debout ou

assis, le dos droit – durant au moins 30 minutes. Vous ne devez

pas non plus vous allonger jusqu’à ce que vous ayez pris le

premier repas de la journée.

Ne prenez pas FOSAMAX

®

au coucher ni avant le lever.

Ces mesures permettent au médicament d’atteindre l’estomac plus

rapidement et diminuent le risque d’irritation de l’œsophage (le

tube qui relie la bouche à l’estomac).

Après avoir avalé le comprimé FOSAMAX

®

, attendez au

moins 30 minutes avant de prendre tout aliment solide ou

liquide, ou tout autre médicament

, y compris des antiacides, des

suppléments de calcium et des vitamines. FOSAMAX

est efficace

seulement si vous le prenez l’estomac vide.

Si vous commencez à avoir de la difficulté à avaler, des

douleurs lorsque vous avalez ou des douleurs à la poitrine, ou

si des brûlures d’estomac apparaissent ou s’aggravent, cessez

immédiatement de prendre FOSAMAX

®

et communiquez

avec votre médecin.

Prenez un comprimé FOSAMAX

une fois par jour, tous

les jours.

Il est important de continuer à prendre FOSAMAX

durant

toute la période prescrite par votre médecin.

Le calcium et la vitamine D jouent également un rôle important

dans la solidité des os. Votre médecin peut vous demander de

prendre du calcium et de la vitamine D lors de votre traitement

avec FOSAMAX

Dose excessive

Si vous prenez trop de comprimés, buvez un grand verre de lait et

communiquez immédiatement avec votre médecin. Ne provoquez

pas de vomissements et ne vous allongez pas.

Si vous pensez avoir pris une dose excessive du médicament,

téléphonez au centre antipoison de votre région.

Dose oubliée

Prenez FOSAMAX

une fois par jour, tel que l’a prescrit votre

médecin. Cependant, si vous oubliez une dose, ne prenez pas une

dose supplémentaire le lendemain. Reprenez votre calendrier

habituel, soit un comprimé, une fois par jour.

EFFETS SECONDAIRES ET MESURES À PRENDRE

La plupart des patients ne présentent pas d’effets secondaires avec

la prise de FOSAMAX

; cependant, comme tout autre

médicament, FOSAMAX

peut provoquer des réactions

inattendues ou indésirables. Les effets secondaires dus à

FOSAMAX

ont été habituellement légers. Certaines personnes

peuvent toutefois présenter des troubles digestifs, tels des

nausées, des vomissements ou des selles noirâtres ou contenant du

sang. Certains de ces troubles peuvent être graves, notamment s’il

s’agit d’une irritation ou d’une ulcération de l’œsophage (le tube

qui relie la bouche à l’estomac), lesquelles peuvent causer des

douleurs à la poitrine, des brûlures d’estomac, ou encore une

difficulté à avaler ou des douleurs lorsque vous avalez. Ces

réactions risquent davantage de survenir si vous ne prenez pas un

grand verre d’eau avec FOSAMAX

, ou encore si vous vous

allongez dans les 30 minutes qui suivent la prise du médicament

ou avant d’avoir pris le premier repas de la journée. Les réactions

au niveau de l’œsophage peuvent s’aggraver si vous continuez de

prendre FOSAMAX

malgré l’apparition de symptômes évoquant

une irritation de l’œsophage.

Certains patients peuvent éprouver des douleurs aux os, aux

muscles ou aux articulations. Ces douleurs sont rarement intenses.

Les patients qui ressentent des douleurs intenses aux os, aux

muscles et/ou aux articulations devraient communiquer avec leur

médecin. La plupart des patients ont été soulagés de leur douleur

après l’arrêt du traitement. Les patients peuvent également

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 51 de 52

présenter, quoique rarement, une enflure aux articulations ou une

enflure des mains ou des jambes. On a rapporté des symptômes

ressemblant à ceux de la grippe (accompagnés de fièvre dans de

rares cas), généralement au début du traitement. En de rares

occasions, les patients traités avec FOSAMAX

peuvent présenter

des démangeaisons ou une douleur oculaire, ou encore une

éruption cutanée qui peut être aggravée par la lumière du soleil.

On a rapporté une perte de cheveux. Des réactions cutanées graves

peuvent survenir, quoiqu’elles soient rares. Des réactions

allergiques, telles de l’urticaire ou, plus rarement, une enflure du

visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge, lesquelles peuvent

causer une difficulté à respirer ou à avaler, peuvent également être

observées. Certains patients peuvent présenter des

étourdissements, des vertiges (sensation de rotation) ou une

altération du goût. Des symptômes d’hypocalcémie (faible taux de

calcium) peuvent également se manifester dans de rares cas (par

exemple, engourdissements ou picotements autour de la bouche ou

dans les mains ou les pieds, spasmes musculaires au niveau du

visage, des mains ou des pieds). Des ulcères gastriques ou autres

ulcères gastroduodénaux, parfois graves, sont survenus, quoique

rarement. Des ulcères buccaux ont été notés chez des patients qui

avaient croqué les comprimés ou les avaient laissés se dissoudre

dans la bouche.

Dans de rares cas, les patients ont présenté des troubles au niveau

des mâchoires associés à un retard de guérison ou à une infection,

généralement survenus à la suite de l’extraction d’une dent.

Quelques rares cas de fractures touchant une partie spécifique du

fémur (os de la cuisse) ont été rapportés. Si vous sentez une

douleur nouvelle ou inhabituelle dans la hanche ou la cuisse,

communiquez avec votre médecin.

Avertissez votre médecin chaque fois que vous souffrez d’un

problème médical qui pourrait être lié à la prise de FOSAMAX

même si ce dernier n’a pas été mentionné ci-dessus.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES, COMMENT ILS SE

MANIFESTENT ET CE QU’IL FAUT FAIRE

Symptômes/effets

Consultez votre

médecin ou votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament

et appelez

votre

médecin ou

votre

pharmacien

Cas graves

seulement

Tous

les

cas

Non

fréquents

Des réactions allergiques,

telles :

urticaire

enflure du visage, des

lèvres, de la langue ou

de la gorge

difficulté à respirer ou

à avaler

Douleurs aux os, aux

articulations ou aux

muscles

Douleur nouvelle ou

inhabituelle dans la

hanche ou la cuisse

Troubles digestifs

causant :

douleurs à la poitrine

brûlures d’estomac

difficulté à avaler ou

des douleurs lorsque

vous avalez

selles noirâtres ou

contenant du sang

Ulcères de l’œsophage,

de l’estomac, ou tout

autre ulcère

gastroduodénal

Troubles au niveau des

mâchoires associés à un

retard de guérison ou à

une infection, survenant

souvent à la suite de

l’extraction d’une dent

Inflammation oculaire

associée à une douleur

oculaire, une rougeur

oculaire, une sensibilité à

la lumière ou une baisse

de la vision

Réactions cutanées

graves

Symptômes

d’hypocalcémie :

engourdissements ou

picotements autour de

la bouche ou dans les

mains ou les pieds

spasmes musculaires

au niveau du visage,

des mains ou

des pieds

Cette liste d’effets secondaires n’est pas complète. Consultez

votre médecin ou votre pharmacien si vous avez des effets

secondaires inattendus lors du traitement avec FOSAMAX

®

.

IMPORTANT – VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

FOSAMAX

(alendronate monosodique)

Page 52 de 52

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT

Conservez FOSAMAX

à la température ambiante

(15 °C à 30 °C).

Ne prenez pas ce médicament après le mois et l’année indiqués

à la suite de l’inscription EXP (date limite d’utilisation) sur

l’emballage.

Gardez FOSAMAX

®

et tout autre médicament hors de la

portée des enfants.

SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES

SOUPÇONNÉS

Vous pouvez signaler tout effet indésirable soupçonné lié à

l’utilisation de produits de santé au Programme Canada Vigilance

par l’un des trois moyens suivants :

en ligne à l’adresse www.santecanada.gc.ca/medeffet

par téléphone (numéro sans frais) : 1-866-234-2345

en remplissant le Formulaire de déclaration de Canada

Vigilance et en le transmettant :

par télécopieur (numéro sans frais) : 1-866-678-6789,

par courrier :

Programme Canada Vigilance

Santé Canada

Indice de l’adresse 0701E

Ottawa, ON K1A 0K9

Des étiquettes prépayées, le Formulaire de déclaration de Canada

Vigilance et les lignes directrices pour la déclaration des effets

indésirables sont accessibles en ligne sur le site Web de

MedEffet

Canada à l’adresse www.santecanada.gc.ca/medeffet.

REMARQUE : Si vous avez besoin de renseignements sur la prise

en charge des effets secondaires, veuillez communiquer avec

votre professionnel de la santé. Le Programme Canada

Vigilance ne fournit pas de conseils médicaux

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Que peut-on faire pour obtenir plus d’information concernant

FOSAMAX

®

et l’ostéoporose?

Vous pouvez demander plus d’information à votre médecin ou à

votre pharmacien qui vous communiqueront des renseignements

plus complets sur FOSAMAX

et l’ostéoporose.

Vous pouvez trouver ce document et la monographie complète du

produit préparée pour les professionnels de la santé à l’adresse :

http://www.merck.ca

ou en communiquant avec le promoteur, Merck Canada Inc. :

par téléphone (numéro sans frais) : 1-800-567-2594

par télécopieur (numéro sans frais) : 1-800-369-3090

par courrier :

Merck Canada Inc.

Pharmacovigilance

C.P. 1005

Pointe-Claire–Dorval, QC H9R 4P8

Ce dépliant a été préparé par Merck Canada Inc.

Dernière révision : le 20 février 2013

Marque déposée de Merck Sharp & Dohme Corp., filiale de

Merck &

Co., Inc.,

utilisée sous licence.

© 2011, 2012, 2013, Merck Canada Inc., filiale de Merck & Co., Inc.

Tous droits réservés.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information