DUKORAL Suspension

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Biotype classique ogawa 50 de vibrio cholerae, inactivé au formol; Sous-unité b recombinée de la toxine cholérique; Biotype el tor inaba 6973 de vibrio cholerae, inactivé au formol; Biotype classique inaba 48 de vibrio cholerae, inactivé à la chaleur; Biotype classique ogawa 50 de vibrio cholerae, inactivé à la chaleur
Disponible depuis:
VALNEVA SWEDEN AB
Code ATC:
J07AE01
DCI (Dénomination commune internationale):
CHOLERA, INACTIVATED, WHOLE CELL
Dosage:
31250000000Cellules; 1MG; 31250000000Cellules; 31250000000Cellules; 31250000000Cellules
forme pharmaceutique:
Suspension
Composition:
Biotype classique ogawa 50 de vibrio cholerae, inactivé au formol 31250000000Cellules; Sous-unité b recombinée de la toxine cholérique 1MG; Biotype el tor inaba 6973 de vibrio cholerae, inactivé au formol 31250000000Cellules; Biotype classique inaba 48 de vibrio cholerae, inactivé à la chaleur 31250000000Cellules; Biotype classique ogawa 50 de vibrio cholerae, inactivé à la chaleur 31250000000Cellules
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
1 DOSE
Type d'ordonnance:
Annexe D
Domaine thérapeutique:
VACCINES
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0548981004; AHFS: 80:12.00
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02247208
Date de l'autorisation:
2003-02-21

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

Page 1 de 27

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

DUKORAL

®

Vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC

Suspension orale

Agent immunisant actif pour la prévention de la diarrhée causée par Vibrio cholerae et/ou

Escherichia coli entérotoxigène producteur de toxine thermolabile

Code ATC : J07AE01

Fabriqué par :

Valneva Sweden AB,

105 21 Stockholm,

Suède

Importé par :

Q&C Services

119-2550, Argentia Road

Mississauga (Ontario) L5N 5R1

Distribué par :

Valneva Canada Inc.

600-3535, boul. Saint-Charles

Kirkland (Québec) H9H 5B9

Numéro de contrôle de la présentation : 188466

Date d’approbation :

22 décembre, 2015

Page 2 de 27

Table des matières

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA

SANTÉ .................................................................................................................... 4

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT....................................................4

DESCRIPTION........................................................................................................................... 4

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE.................................................................................5

CONTRE-INDICATIONS ......................................................................................................... 5

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS ...............................................................................6

Généralités ............................................................................................................................... 6

Gastro-intestinal ....................................................................................................................... 6

Immunitaire .............................................................................................................................. 6

Neurologique............................................................................................................................ 7

POPULATIONS PARTICULIÈRES........................................................................................7

Femmes enceintes .................................................................................................................... 7

Femmes qui allaitent ................................................................................................................8

Pédiatrie ................................................................................................................................... 8

Gériatrie ................................................................................................................................... 8

EFFETS INDÉSIRABLES ........................................................................................................ 8

Aperçu des effets indésirables du médicament ........................................................................8

Effets indésirables du médicament signalés au cours des essais cliniques ..............................8

Effets indésirables du médicament signalés depuis la commercialisation...............................9

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ........................................................................... 10

Aperçu .................................................................................................................................... 10

Interactions médicament-médicament ................................................................................... 10

Interactions médicament-aliment ........................................................................................... 10

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION.................................................................................10

PRÉVENTION DU CHOLÉRA............................................................................................11

PRÉVENTION DE LA DIARRHÉE A ETEC PRODUCTEUR DE TL..............................12

Comment préparer DUKORAL

........................................................................................... 13

Dose oubliée........................................................................................................................... 13

Surdose ................................................................................................................................... 13

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE.................................................13

Mode d’action ........................................................................................................................ 13

Pharmacodynamie .................................................................................................................. 14

DURÉE DE L’EFFET..............................................................................................................14

ENTREPOSAGE ET STABILITÉ .........................................................................................14

Page 3 de 27

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT ..................15

Formes posologiques.............................................................................................................. 15

Composition ........................................................................................................................... 15

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ................................................ 16

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ....................................................................16

Substance pharmaceutique ..................................................................................................... 16

Caractéristiques du produit ....................................................................................................16

ESSAIS CLINIQUES ............................................................................................................... 17

Efficacité de la protection ......................................................................................................17

Résultats de l’étude - Efficacité .............................................................................................17

Immunogénicité ..................................................................................................................... 18

Effets indésirables signalés lors des essais cliniques .............................................................18

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE ....................................................................................... 19

Choléra ................................................................................................................................... 19

Diarrhée à ETEC producteur de TL.......................................................................................20

Mode d’action ........................................................................................................................ 21

TOXICOLOGIE ....................................................................................................................... 22

RÉFÉRENCES ......................................................................................................................... 22

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ....................... 24

AU SUJET DE CE VACCIN............................................................................................ 24

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS...................................................................... 25

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES.................................................................... 25

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE VACCIN ......................................................... 25

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI CONCERNE LES EFFETS

SECONDAIRES .................................................................................................. 26

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT ......................................................... 27

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS ....................................................... 27

Page 4 de 27

DUKORAL

®

Vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC

PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ

RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT

Voie d'administration

Orale

Forme posologique et concentration

Suspension orale

Vaccin

V. cholerae O1 de souche classique Inaba, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche Inaba El Tor, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

Total

env. 1,25 x 10

vibrions

Sous-unité B recombinante de la toxine cholérique (TCBr)

1 mg

Ingrédients non médicinaux cliniquement importants

Bicarbonate de soude, un sachet (5,6 g) contient :

bicarbonate de soude

saccharine sodique

Pour une liste complète, voir la section FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET

CONDITIONNEMENT.

DESCRIPTION

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) contient des bactéries

entières tuées de V. cholerae O1 et la sous-unité B recombinante non toxique de la toxine cholérique

(TCB). Le vaccin renferme également des souches bactériennes des sérotypes Inaba et Ogawa et des

biotypes El Tor et classiques. Il se présente sous forme d’une suspension blanchâtre contenue dans

une fiole unidose en verre. Le bicarbonate de soude est fourni sous forme de granules blancs

effervescents à l’arôme de framboise, à dissoudre dans un verre d’eau avant d’ajouter le vaccin.

Chaque dose de vaccin est fournie avec un sachet de bicarbonate de soude.

Page 5 de 27

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) est indiqué comme

traitement préventif et protecteur du choléra et de la diarrhée à ETEC producteur d’entérotoxine

thermolabile (TL) (soit seule ou en association avec l’entérotoxine thermostable (TS)).

Choléra : Le vaccin est recommandé chez les adultes et les enfants âgés de 2 ans et plus qui se

rendent dans des régions où siège une épidémie ou dans lesquelles on anticipe une épidémie, ou

qui passent un séjour prolongé dans des régions où il existe un risque de choléra.

Diarrhée à ETEC : Le vaccin est recommandé chez les adultes et les enfants âgés de 2 ans et

plus qui se rendent dans des régions où il existe un risque de maladie diarrhéique causée par

ETEC producteur de TL.

DUKORAL

doit être utilisé conformément aux recommandations officielles, en tenant compte

des caractéristiques épidémiologiques et du risque de contraction d’une maladie diarrhéique

dans la région visitée et de la nature du voyage.

On estime que la protection contre le choléra et la diarrhée causée par ETEC producteur de TL

commence à se manifester environ une semaine après la fin de la primovaccination

DUKORAL

ne doit pas remplacer les mesures d’hygiène préventive standard. En cas de diarrhée,

une réhydratation s’impose.

CONTRE-INDICATIONS

Une hypersensibilité à un composant quelconque de DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le

choléra et la diarrhée à ETEC) (voir la liste des composants dans la section FORMES

POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT) ou de son contenant,

hypersensibilité au formaldéhyde ou une réaction anaphylactique ou autre réaction

d’hypersensibilité à une dose antérieure de DUKORAL

constituent des contre-indications à la

vaccination par ce produit.

L’immunisation par DUKORAL

doit être reportée lorsque l’on constate l’existence de maladies

gastro-intestinales aiguës ou d’affections fébriles aiguës, pour éviter la superposition des effets

indésirables du vaccin aux effets de la maladie initiale, ou pour éviter d’interpréter à tort des

manifestations de la maladie initiale comme des complications résultant de l’administration du

vaccin. Une maladie bénigne telle qu’une légère infection des voies respiratoires supérieures ne

justifie pas un report de la vaccination

Page 6 de 27

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Généralités

NE PAS ADMINISTRER CE VACCIN PAR VOIE PARENTÉRALE. CE VACCIN DOIT ÊTRE

PRIS PAR VOIE ORALE (PAR LA BOUCHE) APRÈS L’AVOIR MÉLANGÉ AVEC LA

SOLUTION TAMPON.

Avant d’administrer le vaccin, prenez toutes les précautions nécessaires pour prévenir les effets

indésirables. Ces précautions comprennent la revue du dossier médical du patient à la recherche

d'une éventuelle hypersensibilité à ce vaccin ou à des vaccins similaires, l’historique des

vaccinations antérieures, la présence de toute contre-indication à la vaccination et l’évaluation de

l’état de santé actuel du patient.

Les patients qui suivent un régime faible en sodium ne doivent jamais oublier que chaque dose de

DUKORAL

renferme 1,1 g de sodium.

Avant d’administrer le vaccin, les prestataires de soins de santé doivent informer le patient, le

parent ou le tuteur des avantages et des risques de l’immunisation, s’enquérir de l’état de santé

récent du patient et respecter les exigences des autorités locales relatives à l’information qui doit

être fournie au patient avant la vaccination. On doit sensibiliser les patients quant à l’importance

de prendre correctement le vaccin (mélangé avec une solution tampon et à des intervalles

posologiques d’une semaine minimum) et de terminer l’ensemble du programme d’immunisation

au moins une semaine avant le départ pour obtenir une protection optimale.

Gastro-intestinal

Comme pour tout vaccin, l’immunisation par DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra

la diarrhée à ETEC) peut ne pas protéger 100 % des personnes vaccinées. Chez les voyageurs,

les épisodes de diarrhée aiguë peuvent avoir plusieurs causes. Or, DUKORAL

ne protège que

contre le choléra et ETEC producteur de TL. Il ne doit donc pas remplacer les mesures d’hygiène

préventive standard. Ainsi, les voyageurs doivent porter une attention particulière quant au choix

de leur nourriture et de leur eau et suivre les mesures d’hygiène qui s’imposent. En cas de

diarrhée, il faut assurer la réhydratation.

Immunitaire

La réponse ou réaction immunitaire attendue peut ne pas se manifester chez les personnes dont le

système immunitaire est affaibli (que ce soit à cause d’une maladie ou d’un traitement)

. Dans la

mesure du possible, il conviendra de retarder la vaccination jusqu’à la fin de tout traitement

immunodépresseur.

DUKORAL

peut être administré aux personnes infectées par le VIH. Les études cliniques n’ont

révélé aucun effet indésirable associé au vaccin ni aucune répercussion quant à l’évolution clinique

de la maladie

3,4,5

. On ne dispose que de peu de données sur l’immunogénicité et l’innocuité du

vaccin.

Page 7 de 27

L’efficacité protectrice du vaccin n’a pas été étudiée chez les personnes infectées par le VIH.

Toutefois, dans une étude de terrain menée au Mozambique, l’efficacité protectrice a été de 84 %

dans une population caractérisée par une prévalence du VIH de 25 % environ

Du formaldéhyde est utilisé au cours du processus de fabrication, et il peut en subsister des traces

dans le produit final. Il conviendra donc de faire preuve de prudence chez les sujets que l’on sait

hypersensibles au formaldéhyde.

Comme avec tous les produits, la possibilité de réactions d’hypersensibilité chez les personnes

sensibles aux composants du vaccin devrait être évaluée.

DUKORAL

confère une protection spécifique contre le sérogroupe O1 de V. cholerae. Il n’a pas

été établi que DUKORAL

protège contre le choléra causé par le sérogroupe O139 de V. cholerae

ou d’autres espèces de Vibrio.

DUKORAL

confère une protection spécifique à ETEC producteur d’entérotoxine thermolabile

(TL) (soit seule ou en association avec l’entérotoxine thermostable (TS)). On n’a pas démontré

l’efficacité de DUKORAL

quant à la protection contre les souches d’ETEC non productrices de

Neurologique

Effets potentiels sur la performance cognitive et motrice

Il n’y a aucune preuve quant à un effet quelconque du vaccin sur la capacité à conduire des

véhicules ou à utiliser des machines.

POPULATIONS PARTICULIÈRES

Femmes enceintes

L’effet de DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) sur le

développement de l’embryon et du fœtus n’a pas été évalué, et aucune étude portant sur la toxicité

lors de la reproduction d’animaux n’a été effectuée. Aucune étude clinique spécifique n’a été

consacrée à cette question. En conséquence, il n’est pas recommandé d’administrer ce vaccin

durant la grossesse. Toutefois, DUKORAL

est un vaccin inactivé qui ne se réplique pas. D’autre

part, DUKORAL

s’administre par voie orale et agit localement au niveau intestinal. Dès lors, il

ne devrait théoriquement poser aucun risque pour le fœtus humain. L’administration de

DUKORAL

à des femmes enceintes peut être envisagée après une évaluation minutieuse des

avantages et des risques.

Au cours d’une campagne de vaccination de masse conduite à Zanzibar, 196 femmes enceintes

ont reçu au moins une dose de DUKORAL

durant leur grossesse. Aucune donnée

statistiquement significative n’a montré d’effet néfaste de l’exposition à DUKORAL

durant la

grossesse.

Page 8 de 27

Femmes qui allaitent

DUKORAL

peut être administré aux femmes qui allaitent.

Pédiatrie

DUKORAL

a été administré à des enfants âgés de 1 à 2 ans lors d’études portant sur l’innocuité

et l’immunogénicité; son efficacité protectrice potentielle n’a cependant pas fait l’objet d’études

dans ce groupe d’âge. En conséquence, il n’est pas recommandé d’administrer DUKORAL

enfants âgés de moins de 2 ans.

Gériatrie

DUKORAL

a été administré à des personnes âgées de plus de 65 ans lors d'essais cliniques,

mais

on ne dispose que de très peu de données sur son efficacité protectrice dans ce groupe d’âge

Cependant, on peut considérer que ce groupe présente un risque de présenter des complications

plus graves en cas de choléra ou d’infection par ETEC producteur de TL et, en conséquence, il est

possible que ces personnes tirent plus d'avantages de la vaccination.

EFFETS INDÉSIRABLES

Aperçu des effets indésirables du médicament

Lors d’études cliniques menées au Bangladesh, au Pérou et en Suède, des symptômes gastro-

intestinaux ont été signalés à une fréquence similaire dans les groupes ayant reçu le vaccin et dans

les groupes placebo. Aucun effet indésirable grave n’a été signalé

1,8,9

Effets indésirables du médicament signalés au cours des essais cliniques

L’innocuité de DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) a été

évaluée à l’occasion d’essais cliniques, aussi bien chez des adultes que chez des enfants âgés de 2

ans ou plus, dans des pays connaissant ou non une situation endémique en ce qui concerne le

choléra et ETEC producteur de TL. Plus de 94 000 doses de DUKORAL

ont été administrées au

cours des essais cliniques. Les résultats de l’évaluation de l’innocuité varient d'un essai à l'autre

selon le mode de surveillance, la définition des symptômes et la durée du suivi. Dans la majorité

des études, les effets indésirables ont été évalués en effectuant une surveillance passive. Les effets

indésirables le plus fréquemment signalés sont survenus à des fréquences similaires dans les

groupes ayant reçu le vaccin et dans les groupes placebo. Ils comprenaient des symptômes gastro-

intestinaux, y compris douleur abdominale, diarrhée, selles molles, nausées et vomissements.

Classification en fonction de la fréquence

Très fréquent :

1/10 (

10 %)

Fréquent :

1/100 et < 1/10 (

1 % et < 10 %)

Peu fréquent :

1/1 000 et < 1/100 (

0,1 % et < 1 %)

Rare :

1/10 000 et < 1/1 000 (

0,01 % et < 0,1 %)

Très rare :

< 1/10 000 (< 0,01 %), y compris les cas isolés

Page 9 de 27

Troubles du métabolisme et de la nutrition

:

Rare

Diminution ou perte de l’appétit

Très rare

Déshydratation

Affections du système nerveux :

Peu fréquentes

Céphalées

Rares

Étourdissements

Très rares

Somnolence, insomnie, perte de connaissance, atténuation du sens

du goût

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :

Rares

Symptômes respiratoires (y compris rhinite et

toux)

Affections gastro-intestinales :

Peu fréquentes

Diarrhée, crampes abdominales, douleur abdominale,

gargouillements gastriques/abdominaux (gaz), gêne abdominale

Rares

Vomissements, nausées

Très rares

Mal de gorge, dyspepsie

Affections de la peau et des tissus sous-cutanés :

Très rares

Transpiration, éruption cutanée

Affections musculo-squelettiques et des tissus conjonctifs :

Très rares

Douleur articulaire

Troubles généraux et anomalies au point d’administration :

Rares

Fièvre, malaise

Très rares

Fatigue, frissons

Effets indésirables du médicament signalés depuis la commercialisation

D’autres effets indésirables signalés dans le cadre de la surveillance post-commercialisation sont

énumérés ci-dessous :

Affections hématologiques et du système lymphatique :

Adénite

Affections gastro-intestinales :

Flatulence

Troubles généraux et anomalies au point d’administration :

Douleur, syndrome grippal, asthénie, frissons

Infections et infestations :

Gastro-entérite

Affections du système nerveux :

Paresthésie

Page 10 de 27

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :

Dyspnée, expectorations accrues

Affections de la peau et des tissus sous-cutanés :

Urticaire, œdème de Quincke, prurit

Affections vasculaires :

Hypertension

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Aperçu

Il existe des avantages pratiques évidents à administrer simultanément plus d’un vaccin, en

particulier lors de la préparation d’un voyage à l’étranger ou si l’on craint que le patient ne se

représentera pas pour terminer ses vaccinations. La plupart des antigènes utilisés couramment

peuvent être administrés simultanément en toute sécurité à l’exception de ceux administrés par

voie orale. Aucune augmentation de la fréquence ou de la gravité des effets secondaires cliniques

importants n’a été observée. D’une façon générale, la réponse immunitaire à chacun des antigènes

est adéquate et comparable à celle observée chez les patients qui reçoivent les vaccins à des

moments distincts.

Interactions médicament-médicament

Il faut prévoir un intervalle minimum de 8 heures entre l'administration du vaccin typhique oral et

encapsulé et celle de DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC).

L’administration orale d’autres vaccins ou médicaments doit se faire au moins 1 heure avant ou

1 heure après l’administration de DUKORAL

DUKORAL

a été administré à 55 sujets en concomitance avec le vaccin contre la fièvre jaune.

La réponse anticorps contre la fièvre jaune a été similaire à celle observée chez les 58 sujets qui

n’avaient reçu que le vaccin contre la fièvre jaune. Cependant, aucune donnée disponible ne

permet d’évaluer la réaction immunitaire à DUKORAL

lorsqu’il est administré en même temps

que le vaccin contre la fièvre jaune, ni l’innocuité de cette administration concomitante

Interactions médicament-aliment

Étant donné que le vaccin est labile en milieu acide et que les aliments et/ou les boissons

accroissent la sécrétion d’acide dans l’estomac et sont dès lors susceptibles d’entraver l’effet du

vaccin, il faut éviter de boire et de manger 1 heure avant et 1 heure après la vaccination.

Afin de protéger DUKORAL

du milieu acide de l’estomac, il doit être mélangé avec la solution

tampon fournie (granules effervescents à dissoudre dans l’eau).

Page 11 de 27

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

PRÉVENTION DU CHOLÉRA :

Primovaccination des adultes et des enfants de 6 ans ou plus :

2 doses orales à au moins 1 semaine d’intervalle.

Première dose au moins 2 semaines avant le départ.

Deuxième dose au moins 1 semaine après la première dose, et au moins 1 semaine avant le

départ.

La protection contre le choléra commence approximativement 1 semaine après la prise de

la deuxième dose et dure environ 2 ans.

Si plus de 6 semaines se sont écoulées entre l’administration de la première et de la

deuxième dose, il faut recommencer la vaccination selon le schéma de primovaccination.

Rappel pour les adultes et les enfants de 6 ans ou plus :

Si le patient a reçu sa dernière dose 2 à 5 ans auparavant, 1 seule dose de rappel suffira

pour renouveler sa protection.

Si plus de 5 ans se sont écoulés depuis l’administration de la dernière dose au patient, il est

recommandé de recommencer la vaccination selon le schéma complet de primovaccination

(2 doses) afin de renouveler la protection.

Primovaccination des enfants de 2 à 6 ans :

3 doses orales à au moins 1 semaine d’intervalle en terminant au moins 1 semaine avant le

départ.

Première dose au moins 3 semaines avant le départ; deuxième dose au moins 1 semaine

après la première dose; troisième dose au moins 1 semaine après la deuxième dose et au

plus tard 1 semaine avant le départ.

La protection contre le choléra commence approximativement 1 semaine après la prise de

la troisième dose et dure environ 6 mois chez les enfants de 2 à 6 ans.

Si plus de 6 semaines se sont écoulées entre l’administration de la première et de la

deuxième (ou de la deuxième et de la troisième) dose, il faut recommencer la vaccination

selon le schéma de primovaccination.

Rappel pour les enfants de 2 à 6 ans :

Si le patient a reçu sa dernière dose 6 mois à 5 ans auparavant, 1 seule dose de rappel

suffira pour renouveler sa protection.

Si plus de 5 ans se sont écoulés depuis l’administration de la dernière dose au patient, il est

recommandé de recommencer la vaccination selon le schéma complet de primovaccination

(3 doses) afin de renouveler la protection.

Page 12 de 27

PRÉVENTION DE LA DIARRHÉE À ETEC PRODUCTEUR DE TL :

Primovaccination des adultes et des enfants de 2 ans ou plus :

2 doses orales à au moins une semaine d’intervalle.

Première dose au moins 2 semaines avant le départ.

Deuxième dose au moins 1 semaine après la première dose, et au moins 1 semaine avant le

départ.

La protection contre la diarrhée à ETEC producteur de TL commence approximativement

1 semaine après la prise de la deuxième dose et dure environ 3 mois.

Si plus de 6 semaines se sont écoulées entre l’administration de la première et de la

deuxième dose, il faut recommencer la vaccination selon le schéma de primovaccination.

Rappel pour les adultes et les enfants de 2 ans ou plus :

Si le patient a reçu sa dernière dose de 3 mois à 5 ans auparavant, 1 seule dose de

rappel suffira pour renouveler sa protection.

Si plus de 5 ans se sont écoulés depuis l’administration de la dernière dose au patient, il est

recommandé de recommencer la vaccination selon le schéma complet de primovaccination

(2 doses) afin de renouveler la protection.

Renseignements importants concernant la prise de DUKORAL

:

Éviter de manger ou de boire 1 heure avant et 1 heure après la prise du vaccin.

Ne pas prendre d’autres médicaments 1 heure avant et 1 heure après la prise du vaccin.

N’utiliser que de l’eau fraîche pour préparer la solution tampon à laquelle le vaccin sera ajouté

(voir la section « Comment préparer DUKORAL

» ci-dessous). N’utiliser aucun autre liquide.

Page 13 de 27

Comment préparer DUKORAL

®

:

Préparer la solution tampon et ajouter le vaccin conformément aux instructions ci-dessous :

1. Ouvrir le sachet de la solution tampon (bicarbonate de soude) et faire

dissoudre les granules effervescents dans 150 ml (5 oz) d’eau fraîche.

Pour les enfants de 2 à 6 ans : jeter la moitié du mélange obtenu.

2. Secouer la fiole du vaccin (1 fiole = 1 dose).

3. Ajouter le vaccin à la solution de bicarbonate de soude. Bien mélanger et

boire. Si le mélange n’est pas bu immédiatement, il doit l’être dans les

2 heures suivant sa préparation. Le conserver à température ambiante.

Dose oubliée

En cas d’omission de la deuxième ou de la troisième dose, elle pourra être prise n’importe quand

au cours des 6 semaines suivant la dernière dose prise. Il faut éviter de manger et de boire 1 heure

avant et 1 heure après la prise du vaccin.

Surdose

Les données relatives au surdosage sont limitées. Les effets indésirables signalés sont du même

type que ceux observés après administration de la posologie recommandée.

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Mode d’action

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) est constitué de

V. cholerae inactivé et de la sous-unité B recombinante non toxique de la toxine cholérique.

Le vaccin agit localement dans le tractus gastro-intestinal en provoquant la formation d’IgA

antitoxiques et une réponse antibactérienne (dont une mémoire immunitaire) comparables à celles

provoquées par le choléra lui-même

. La protection contre le choléra est spécifique des sérotypes

Inaba et Ogawa de même que des biotypes classique et El Tor. Les antigènes O, ainsi que la sous-

unité B de la toxine, vont induire une immunité

. La plupart des souches d’ETEC produisent une

entérotoxine (l’entérotoxine thermolabile [TL]) qui, par sa structure, sa physiopathologie et son

Pour traiter une surdose présumée, communiquez avec le centre antipoison de votre région.

Page 14 de 27

immunologie, est semblable à la toxine du choléra. Cette entérotoxine est neutralisée par les

anticorps qui agissent contre la sous-unité B de la toxine cholérique

9,11,12

. En conséquence, le

vaccin confère une protection aussi bien contre le choléra que contre ETEC producteur de TL

(soit seule ou en association avec l’entérotoxine thermostable (TS)).

Pharmacodynamie

Des essais cliniques ont démontré que DUKORAL

offrait une protection contre le choléra causé

par V. cholerae O1 (biotypes classique et El Tor)

13,14

et contre la diarrhée causée par E. coli

entérotoxigène producteur d’entérotoxine thermolabile (soit seule ou en association avec

l’entérotoxine thermostable (TS))

9,11

. On estime que la protection contre le choléra et la diarrhée

causée par ETEC producteur de TL commence environ une semaine après la fin de la

primovaccination

DURÉE DE L’EFFET

Effet sur le choléra : Les résultats cliniques ont montré une efficacité protectrice contre le

choléra de 80 à 85 % pendant les six premiers mois dans toutes les tranches d’âge. Chez les

adultes et les enfants de plus de 6 ans, un suivi de 3 ans a démontré une efficacité protectrice

moyenne de 63 % (sans dose de rappel). Aucune étude d’efficacité n’a eu lieu chez les enfants de

moins de 2 ans, mais l’efficacité protectrice dans la tranche d’âge allant de 2 à 6 ans est restée

satisfaisante pendant les six premiers mois.

Effet sur la diarrhée à ETEC producteur de TL : L’efficacité protectrice contre la diarrhée à

ETEC producteur de TL dure environ 3 mois. L’efficacité protectrice vis-à-vis de la diarrhée

toutes causes confondues varie en fonction de la prévalence d’ETEC producteur de TL. Les

variations sont considérables selon les saisons et les régions géographiques.

ENTREPOSAGE ET STABILITÉ

Conserver entre 2 et 8 °C (35 et 46 °F). NE PAS CONGELER.

Le vaccin peut être conservé à température ambiante (jusqu’à 25 °C), pendant une période

maximale de deux semaines à une seule occasion.

Une fois que le vaccin a été mélangé avec la solution tampon, il doit être utilisé durant les 2

heures qui suivent.

Le sachet contenant le bicarbonate de soude peut être conservé séparément à température

ambiante (jusqu’à 25 °C).

Ne pas utiliser après la date de péremption.

Page 15 de 27

FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT

Formes posologiques

Le bouchon de la fiole renfermant ce produit ne contient pas de latex de caoutchouc naturel.

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) est fourni dans les

conditionnements suivants :

Boîte contenant 1 fiole unidose de vaccin et 1 sachet (5,6 g) de bicarbonate de soude.

Boîte contenant 2 fioles unidose de vaccin et 2 sachets (5,6 g) de bicarbonate de soude.

Boîte contenant 20 fioles unidose de vaccin et 20 sachets (5,6 g) bicarbonate de soude.

Composition

Vaccin

Une seule dose contient :

V. cholerae O1 de souche classique Inaba, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche Inaba El Tor, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

Total

env. 1,25 x 10

vibrions

Sous-unité B recombinante de la toxine cholérique (TCBr)

1 mg

Phosphate de sodium monobasique, phosphate de sodium dibasique, chlorure de sodium, eau pour

injection (jusqu’à 3 ml).

Bicarbonate de soude

Un sachet (5,6 g) contient :

bicarbonate de soude, acide citrique, carbonate de sodium, saccharine sodique, citrate de sodium,

saveur de framboise.

Une dose de DUKORAL

contient environ 1,1 gramme de sodium.

Page 16 de 27

PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance pharmaceutique

Dénomination commune :

vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC

Chaque dose de vaccin contient les composants suivants :

Vaccin :

Composant

Quantité (par dose)

V. cholerae O1 de souche classique Inaba, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche Inaba El Tor, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par la chaleur

env. 31,25 x 10

vibrions

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par le formol

env. 31,25 x 10

vibrions

Sous-unité B recombinante de la toxine cholérique (TCBr)

1 mg

Phosphate de sodium monobasique

Phosphate de sodium dibasique

Chlorure de sodium

Eau pour injection

jusqu’à 3 ml

Chaque sachet (5,6 g) de bicarbonate de soude contient les composants suivants :

Bicarbonate de soude :

Composant

Quantité (par sachet)

Bicarbonate de soude

3 600 mg

Acide citrique

1 450 mg

Carbonate de sodium

400 mg

Saccharine sodique

30,0 mg

Citrate de sodium

6,0 mg

Saveur de framboise

70,0 mg

Caractéristiques du produit

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC), pour administration

par voie orale, est une suspension blanchâtre qui comprend quatre ensembles monovalents de

cellules entières de bactéries V. cholerae O1 inactivées par l'exposition à la chaleur ou au formol,

et un ensemble monovalent de sous-unité B recombinante non toxique de la toxine cholérique

(TCBr). Les ensembles de cellules entières sont cultivés dans des fermenteurs d’où les cellules

sont recueillies et concentrées. La suspension concentrée est ensuite soumise à une inactivation

par la chaleur ou le formol. Les ensembles traités par le formol subissent une deuxième étape de

concentration pour retirer le reste du formaldéhyde. Le gène codant pour la TCBr-213 est inséré

sous forme d’un vecteur d’expression dans une souche de V. cholerae O1.

Page 17 de 27

L’expression de la TCBr est conçue de façon telle qu’une fois les bactéries mises en culture, la

TCBr soit surproduite et s’accumule dans le milieu de culture. La TCBr est ensuite isolée du

liquide de culture par filtration, puis purifiée par précipitation et chromatographie sur

hydroxyapatite. Le vaccin final est obtenu par le mélange des quatre ensembles cholériques

monovalents avec la TCBr et un tampon.

ESSAIS CLINIQUES

Efficacité de la protection

Des essais cliniques ont démontré que DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la

diarrhée à ETEC) offrait une protection contre le choléra causé par V. cholerae O1 (biotypes

classique et El Tor)

13,14

et contre la diarrhée causée par E. coli entérotoxigène producteur de

9,11

Résultats de l’étude - Efficacité

Choléra

Dans une étude d’efficacité menée au Bangladesh chez 89 596 adultes et enfants âgés de 2 ans

ou plus, l’efficacité de DUKORAL

contre le choléra a été de 85 %

12,13

au cours des 6 mois

suivant la troisième dose, et de 57 %

au cours de la deuxième année suivant la vaccination.

L’efficacité protectrice a décliné pendant la période d’étude de 3 ans, et ce, plus rapidement

chez les sujets âgés de moins de 6 ans

12,13,14

Selon une analyse exploratoire, 2 doses de vaccin seraient aussi efficaces que 3 doses chez les

adultes.

L’efficacité protectrice de DUKORAL

contre le choléra n’a pas été étudiée après des

vaccinations de rappel répétées.

E. coli entérotoxigène

Dans une étude d’efficacité randomisée et à double insu menée au Bangladesh sur 89 596 adultes

et enfants âgés de 2 ans ou plus, DUKORAL

a conféré une protection de 67 % contre les

épisodes de diarrhée dus à E. coli entérotoxigène producteur de toxine thermolabile (ETEC

producteur deTL), pendant les 3 premiers mois de suivi. Cette protection a disparu par la suite

L’efficacité protectrice contre les épisodes cliniquement graves de diarrhée à ETEC producteur

de TL était de 86 %. Le tableau 2.1 présente les résultats obtenus.

Tableau 2.1 : Efficacité du vaccin après 2 ou 3 doses

11

Efficacité % (p)

IC à 95 %

Limite inférieure

ETEC producteurs de TL

67 (< 0,01)

ETEC TL/TS

73 (< 0,01)

ETEC TL grave

86 (< 0,05)

ETEC TL/TS : ETEC synthétisant à la fois des toxines thermolabiles et des toxines thermostables.

Page 18 de 27

Dans un essai clinique prospectif et à double insu mené chez des voyageurs finlandais, 615

personnes en bonne santé âgées de 15 ans ou plus ont reçu deux doses de DUKORAL

(n = 307) ou de placebo (n = 308) avant leur départ

. Le tableau 2.2 présente les résultats

obtenus.

Tableau 2.2 : Efficacité du vaccin après 2 doses

9

Efficacité % (p)

IC à 95 %

(Plage)

ETEC producteurs de TL

60 (0,04)

52-68

ETEC quelconques

52 (0,01)

44-59

ETEC plus un autre pathogène

71 (0,02)

ETEC plus S. enterica

82 (0,01)

76-88

Diarrhée toutes causes confondues*

23 (0,03)

16-30

* L’efficacité protectrice vis-à-vis de la diarrhée toutes causes confondues varie en fonction de la prévalence

d’ETEC producteur de TL. Les variations sont considérables selon les saisons et les régions géographiques.

Immunogénicité

Le vaccin a induit la production d'une antitoxine intestinale de type IgA chez 70 à 100 % des

sujets vaccinés. Des anticorps sériques vibriocides et antitoxiques ont également été détectés chez

les personnes vaccinées

. Une dose de rappel a suscité une réponse anamnestique indiquant

l’existence d'une mémoire immunitaire. La durée de cette immunité acquise a été estimée à au

moins 2 ans chez les adultes.

Aucun corrélat immunologique de protection contre le choléra n’a cependant été identifié après

une vaccination orale. Il existe une faible corrélation entre la réponse en anticorps sériques, y

compris la réponse en anticorps vibriocides, et la protection. Il est probable que les anticorps

sécrétoires de type IgA produits localement dans l’intestin contribuent à une immunité protectrice.

Effets indésirables signalés lors des essais cliniques

Lors d’essais cliniques menés au Bangladesh, au Pérou et en Suède, des symptômes gastro-

intestinaux ont été signalés à une fréquence similaire dans les groupes vaccin et placebo. Aucun

effet indésirable grave n’a été signalé

1,8,9

Lors d’un essai clinique mené au Bangladesh, 321 personnes ont reçu 3 doses de DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) et 323 ont reçu un tampon de

contrôle ne contenant pas de vaccin. Les effets indésirables signalés suite à l’administration de la

première dose sont énumérés au tableau 2.3. La fréquence de ces effets indésirables a été similaire

après l’administration des doses suivantes. Il n’existait pas de différences significatives entre ces

groupes. Aucun effet indésirable grave n’a été signalé

Page 19 de 27

Tableau 2.3 : Effets indésirables signalés suite à la première dose

Symptômes

Groupe de traitement

BS/WC

*

(N = 321)

Témoin

(N = 323)

Douleur abdominale

52 (16 %)

45 (14 %)

Diarrhée

39 (12 %)

34 (11 %)

Impression de fièvre

13 (4 %)

17 (5 %)

Nausée

12 (4 %)

16 (5 %)

Vomissements

9 (3 %)

4 (1 %)

Hypersensibilité

Autre

1 (1 %)

1 (1 %)

BS/WC – Sous-unité B de la toxine cholérique avec extrait de cellule entière.

Symptômes nécessitant l’alitement. Les plaintes comprenaient un mal de tête et des myalgies

, une fatigue

généralisée et des évanouissements

, un mal de tête et un coryza

, et une faiblesse généralisée

PHARMACOLOGIE DÉTAILLÉE

Choléra

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à la bactérie Vibrio cholerae. Celle-ci produit

une entérotoxine qui provoque une diarrhée abondante, indolore et aqueuse pouvant rapidement

entraîner une déshydratation grave et le décès en l'absence d'un traitement adéquat. Moins de 10 %

des malades présentent le choléra classique caractérisé par des signes de déshydratation modérée

ou grave. Quand la maladie se manifeste, plus de 90 % des épisodes sont d'intensité légère ou

modérée, et il est difficile de les distinguer cliniquement des autres types de diarrhée aiguë

. Bien

qu’une réhydratation orale puisse sauver la vie des patients, elle n’exerce aucun effet ni sur le

cours de l'affection, ni sur la dissémination de l’infection

. Les cas graves justifient un traitement

antibiotique

, mais la résistance augmente

L’infection se contracte principalement par l’ingestion d’eau ou de nourriture contaminée; la

transmission d’une personne à l’autre est rare

26,24

. Les crustacés, coquillages et poissons mal cuits

ou crus ont été identifiés comme des sources d’infection

2,27

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a récemment conclu à une résurgence des cas de

choléra parmi les populations vivant dans des conditions insalubres et que de nombreux pays en

voie de développement sont confrontés à une épidémie ou en courent le risque

. Le nombre de cas

de choléra signalés à l’OMS a brutalement augmenté en 2005, avec une augmentation soudaine de

30 % par rapport à 2004. On sait que le nombre réel de cas de choléra dans le monde est bien plus

élevé encore, la divergence s’expliquant par une sous-notification des cas et par d’autres lacunes

des systèmes de surveillance

. Entre 1995 et 2005, 1 à 8 cas de choléra ont été signalés chaque

année au Canada

. La maladie a récemment été signalée chez des touristes

29,30

Page 20 de 27

Selon des rapports épidémiologiques, la présence du choléra serait plus forte dans les

destinations populaires que ce qui était déclaré précédemment, p. ex., dans des pays tels que la

Thaïlande, la Chine, l’Indonésie, l’Inde, la Malaisie, l’Afrique du Sud, le Brésil et le Mexique

Les voyageurs les plus probablement exposés à cette augmentation significative du risque de

contracter le choléra comprennent les expatriés tels que les travailleurs humanitaires et des

services d'aide ou les professionnels de la santé travaillant dans des zones d'endémie, ainsi que les

voyageurs qui retournent dans des pays à haut risque pour rendre visite à des amis et des parents

DUKORAL

est constitué de V. cholerae inactivé et de la sous-unité B recombinante de la toxine

cholérique. Le vaccin agit localement dans le tractus gastro-intestinal en provoquant la formation

d’IgA antitoxiques et une réponse antibactérienne (y compris l'apparition d'une mémoire)

comparables à celles provoquées par le choléra lui-même

. La protection conférée contre le

choléra est spécifique à la fois au biotype et au sérotype. Les antigènes O, ainsi que la sous-unité

B de la toxine, vont induire une immunité

Diarrhée à ETEC producteur de TL

Escherichia coli entérotoxigène (ETEC) est une cause fréquente de diarrhée chez les nourrissons et

les personnes qui visitent des pays en développement ou des régions où l’hygiène et les

infrastructures sanitaires sont déficientes. On estime qu’ETEC cause chaque année 200 millions

d’épisodes diarrhéiques et quelque 380 000 décès

. La maladie fait appel à la colonisation et à la

synthèse d’une ou de plusieurs entérotoxines. Les épisodes de diarrhée à ETEC commencent

habituellement soudainement, soit au cours du voyage, soit peu de temps après le retour au

domicile, et sont généralement spontanément résolutifs. En pratique, la majorité des épisodes de

diarrhée guérissent, même sans traitement, après une période de quelques heures ou quelques

semaines. Si la diarrhée à ETEC chez l’adulte était autrefois considérée comme une affection

relativement légère qui se résorbe spontanément, de récentes données indiquent qu’elle pourrait

entraîner des séquelles. En effet, selon les résultats de deux méta-analyses distinctes, le risque de

présenter un syndrome du côlon irritable post-infectieux était 7 fois plus élevé par suite d’un

épisode aigu de gastro-entérite infectieuse – laquelle est souvent causée par ETEC – et lors de deux

études, ce lien a été observé dans des régions où la prévalence d’ETEC était élevée

Parmi les populations jugées plus vulnérables à la diarrhée causée par ETEC ou chez qui celle-ci

risque d’être plus grave, mentionnons les personnes gastrectomisées, atteintes d’achlorhydrie ou

ayant des antécédents de diarrhée grave récurrente, les jeunes enfants (de plus de 2 ans) et les

personnes immunodéprimées, par exemple en raison d’une infection par le VIH s’accompagnant

d’un faible nombre de cellules CD4.

ETEC se contracte par l’ingestion d’eau ou de nourriture contaminée par des souches

entérotoxiques d’E. coli provenant de matières fécales humaines ou animales. Les stratégies de

prévention de la diarrhée à ETEC comprennent la sensibilisation des voyageurs à la nécessité de ne

consommer que des boissons et aliments ne présentant aucun risque, la vaccination, la purification

de l’eau et la chimioprophylaxie à l’aide de médicaments, de type antibiotique ou autre. Bien que

l’on conseille aux voyageurs de prendre des précautions sur le plan des aliments, de l’eau et de

l’hygiène pour réduire au minimum leur risque d’infection entérique

, l’efficacité pratique de ces

mesures est limitée.

Page 21 de 27

La plupart des souches d’ETEC produisent une entérotoxine dite « thermolabile » (TL), qui, par sa

structure, sa physiopathologie et son immunologie, est semblable à la toxine du choléra. Cette

entérotoxine est neutralisée par les anticorps qui agissent contre la sous-unité B de la toxine

cholérique, contenue dans DUKORAL

® 9,11,12

. À l’échelle mondiale, 60 % des isolats d’ETEC

expriment la TL, soit seule (27 %) ou en association avec la TS (33 %)

La prévalence des souches exprimant la TL seule parmi les populations de voyageurs était la plus

élevée dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes (38 %)

ETEC est l’agent pathogène le plus souvent en cause dans la diarrhée des voyageurs et ce, dans

bien des régions du monde

. Selon des données épidémiologiques, les souches d’ETEC

productrices d’entérotoxine thermolabile (seule ou en association avec l’entérotoxine thermostable)

représentent de 5 à 20 % (médiane : 11 %) de l’ensemble des isolats dans les études sur la diarrhée

des voyageurs et pour 1 à 27 % (médiane : 8 %) de ceux des études effectuées auprès du personnel

militaire. Les variations sont considérables selon les saisons et les régions géographiques. À

l’analyse de 51 études publiées sur la diarrhée des voyageurs, on a constaté qu’E. coli

entérotoxigène avait été détecté dans 30,4 % (1678/5518) de tous les cas de diarrhée des voyageurs,

les taux s’élevant à 33,6 % (1109/3302) dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes, à

31,2 % (389/1217) en Afrique, à 30,6 % (153/499) en Asie du Sud et à 7,2 % (36/500) en Asie du

Sud-Est.

Mode d’action

DUKORAL

(vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à ETEC) contient des bactéries

V. cholerae O1 entières tuées et la sous-unité B recombinante non toxique de la toxine cholérique

(TCB). Il comprend les souches bactériennes des deux sérotypes Inaba et Ogawa et les biotypes El

Tor et classique. Le vaccin se prend par la bouche avec un tampon bicarbonate qui protège les

antigènes de l’acide gastrique. Les infections à ETEC et le choléra se limitent au tractus intestinal.

L’administration du vaccin par voie orale s’est révélée efficace pour induire une immunité locale.

Le vaccin agit en induisant la formation d’anticorps dirigés à la fois contre les composants

bactériens et la TCB. Les anticorps antibactériens intestinaux empêchent les bactéries de se fixer à

la paroi intestinale et entravent ainsi la colonisation par V. cholerae O1. Les anticorps intestinaux

antitoxine contrarient la liaison de la toxine cholérique à la surface muqueuse de l’intestin et

préviennent de ce fait l'apparition des symptômes diarrhéiques liés à la toxine.

Après avoir adhéré à la muqueuse intestinale, ETEC produit une ou deux

entérotoxines :

l’entérotoxine thermolabile (TL) et l’entérotoxine thermostable (TS). La TL s’est

révélée immunogène chez l’humain

. La toxine thermolabile (TL) d’E. coli entérotoxigène (ETEC)

est structurellement, fonctionnellement et immunologiquement similaire au TCB. Cette

entérotoxine est neutralisée par les anticorps qui agissent contre la TCB de la toxine cholérique.

Cela signifie que DUKORAL

protège également contre la diarrhée causée par ETEC producteur de

On peut s’attendre à ce qu’une protection satisfaisante soit conférée contre la diarrhée causée

par ETEC producteur de TL et le choléra environ une semaine après la fin de la

primovaccination.

Page 22 de 27

TOXICOLOGIE

Aucune étude préclinique officielle portant sur la toxicologie n’a été effectuée, car aucun modèle

animal ne permet d’étudier l’effet d’un vaccin oral contre la diarrhée à ETEC producteur de TL ou

le choléra.

RÉFÉRENCES

Jertborn M, et al. Evaluation of different immunization schedules for oral cholera B subunit

whole-cell vaccine in Swedish volunteers. Vaccine 1993;11:1007-12.

Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). Lignes directrices générales.

Innocuité des vaccins et effets secondaires suivant l’immunisation. Immunisations

recommandées. Agents d’immunisation active - Vaccin contre le choléra. Dans : Guide

canadien d'immunisation. 7

éd. Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le

ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. 2006. p. 41,75,117-

30,158.

Eriksson K, et al. Intestinal antibody responses to oral vaccination in HIV-infected

individuals. AIDS 1993;7:1087-91.

Lewis DJM, et al. Immune response following oral administration of cholera toxin B

subunit to HIV-1-infected UK and Kenyan subjects. AIDS 1994;8:779-85.

Ortigao-de-Sampaio MB, et al. Increase in plasma viral load after oral cholera

immunization of HIV-infected subjects. AIDS 1998;12:F-145-50.

Lucas MES, et al. Effectiveness of mass oral vaccination in Beira, Mozambique. N Engl J

Med 2005;352:757-67.

Donnée internes de Crucell Sweden AB (anciennement SBL Vaccin AB).

Begue R, et al. Community-based assessment of safety and immunogenicity of the whole

cell plus recombinant B subunit oral cholera vaccine in Peru. Vaccine 1995;13:691-4.

Peltola H, et al. Prevention of travellers' diarrhea by oral B-subunit/whole-cell cholera

vaccine. Lancet 1991;338:1285.

Holmgren J, et al. New and improved vaccines against cholera: oral B subunit killed whole-

cell cholera vaccines. In: New Generation Vaccines. Levine MM, et al. editors. New York:

Marcel Dekker, Inc. 1997:459-68.

Clemens JD, et al. Cross-protection by B subunit whole-cell cholera vaccine against

diarrhea associated with heat-labile toxin-producing enterotoxigenic Escherichia coli:

results of a large scale field trial. J Inf Dis 1988;158:372-7.

Clemens JD, et al. Field trial of oral cholera vaccines in Bangladesh: results of one year of

follow-up. J Inf Dis 1988;158:60-9.

Clemens JD, et al. Field trial of oral cholera vaccines in Bangladesh. Lancet

1986;2(8499):124-7.

Clemens JD, et al. Field trial of oral cholera vaccines in Bangladesh: results from three year

follow-up. Lancet 1990;335:270-3.

Clemens JD, et al. B subunit whole-cell and whole-cell-only oral vaccines against cholera:

studies on reactogenicity and immunogenicity. J Infect Dis 1987;155:79-85.

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Travellers' diarrhea. Health Information

for International Travel 2008 (Yellow Book). Atlanta, GA: US Department of Health and

Human Services. 2008 p. 322.

Page 23 de 27

Ericsson CD, et al. editors. Travelers' Diarrhea. Hamilton, ON: BC Decker Inc.; 2003. p.

118, 126-8.

Déclaration d'un comité consultatif (DCC). Comité consultatif de la médecine tropicale et

de la médecine des voyages (CCMTMV). Déclaration sur la diarrhée du voyageur. RMTC

2001;27 (ACS-3).

Déclaration d'un comité consultatif (DCC). Comité consultatif de la médecine tropicale et de

la médecine des voyages (CCMTMV). La diarrhée persistante chez une personne qui rentre

de voyage. RMTC 2006;32(ACS-1):1-14.

Weinke T, et al. Immunisation prophylactique contre des souches d'Escherichia coli qui

produisent de l'entérotoxine (ETEC) et contre le choléra qui peuvent être à l'origine des

diarrhées des voyageurs : est-ce raisonnable et quelle est son importance et pour qui?

Deutsche Medizinische Wochenschrift 2006;131:1-5.

Halvorson, et al. Postinfectious irritable bowel syndrome - a meta-analysis. Am J

Gastroenterol 2006;101:8:1894-9.

Stermer E, et al. Is traveler's diarrhea a significant risk factor for the development of

irritable bowel syndrome? A prospective study. Clin Infect Dis 2006;43:898-901.

Organisation mondiale de la Santé (OMS). Choléra. Aide-mémoire N°107. Révisé

en mars 2000.

Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les vaccins contre le choléra : Avis de

l’OMS. Relevé épidémiologique hebdomadaire - en anglais 2001;76:117-24.

ICDDR Centre for Health and Population Research. Emergence of a unique, multi-drug

resistant strain of Vibrio cholerae O1 in Bangladesh. Health and Science Bulletin

2005;3:2:1-4.

Organisation mondiale de la Santé (OMS). Choléra 2005. Relevé

épidémiologique hebdomadaire - en anglais 2006;81:297-308.

Parment PA. Cholera should be considered as a risk for travellers returning to industrialized

countries. Trav Med and Infect Dis 2005;3:161-3.

Santé Canada. Maladies à déclaration obligatoire en direct. Choléra. Mise à

jour : 2006/01/20.

European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC). Current cholera epidemics in

West Africa and risks of imported cases in European countries. Eurosurveillance.

2005;10(9),050901.

European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC). Cholera in Belgian tourists

after travel to Turkey. Eurosurveillance. 2005;10(10),051013.

Steffen R, et al. Cholera: assessing the risk to travellers and identifying methods of

protection. Trav Med and Infect Dis 2003;1:2:80-8.

Isidean S.D, et al. A systematic review of ETEC epidemiology focusing on colonization

factor and toxin expression. Vaccine 2011; 29:6167-78.

Porter, C.K, et al. A systematic review of experimental infections with enterotoxigenic

Escherichia coli (ETEC). Vaccine 2011; 29:5869-85.

Page 24 de 27

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE

CONSOMMATEUR

DUKORAL

®

Vaccin oral inactivé contre le choléra et la diarrhée à

ETEC

Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

d’une « monographie de produit » publiée à la suite de

l’approbation de la vente au Canada de DUKORAL

s’adresse tout particulièrement aux consommateurs. Le

présent dépliant n’est qu’un résumé et ne donne donc pas

tous les renseignements pertinents au sujet de

DUKORAL

. Pour toute question au sujet de ce vaccin,

communiquez avec un médecin ou un pharmacien.

Les raisons d’utiliser ce vaccin :

DUKORAL

est un vaccin oral utilisé dans la prévention

du choléra et/ou de la diarrhée causée par E. coli

entérotoxigène (ou ETEC) producteur d’une entérotoxine

thermolabile (appelée « TL »). La bactérie ETEC est la

cause la plus fréquente de la diarrhée chez les voyageurs.

DUKORAL

aide à protéger les personnes qui se rendent

dans une région où il existe un risque de

diarrhée causée par le choléra ou par ETEC producteur de

TL. Ce vaccin peut être administré aux adultes et aux

enfants de 2 ans ou plus.

Les effets de ce vaccin :

Avec la prise de DUKORAL

, votre organisme va

développer une réaction d’autoprotection contre la

diarrhée causée par le choléra et par ETEC producteur de

TL. Il va fabriquer des substances appelées « anticorps »,

qui lutteront contre les bactéries cholériques et ETEC

productrices de TL, ainsi que contre leurs toxines qui

causent la diarrhée. Ainsi, lorsque la personne vaccinée

entrera en contact avec des bactéries cholériques ou ETEC

productrices de TL, l'organisme sera généralement prêt à

les détruire.

Il faut habituellement attendre 1 semaine après la prise de

toutes les doses de vaccin pour être protégé contre la

diarrhée causée par le choléra ou par ETEC producteur de

TL. La plupart des personnes qui prennent ce vaccin

produiront suffisamment d’anticorps pour les protéger

contre la diarrhée due à ETEC producteur de TL ou au

choléra. Toutefois, comme avec tous les vaccins, il est

impossible de garantir une protection à

100 %.

Les circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce

vaccin :

Ne pas utiliser le vaccin DUKORAL

dans les cas

suivants :

si vous êtes allergique à l’un des composants du

vaccin ou au formaldéhyde, vous ne devez pas prendre

DUKORAL

si un enfant est allergique à l’un des composants du

vaccin ou au formaldéhyde, DUKORAL

ne doit pas

lui être administré;

si une personne présente une fièvre ou une affection

gastro-intestinale aiguë (p. ex., la diarrhée),

DUKORAL

ne doit pas lui être administré. Il

convient d’attendre que son état de santé s'améliore

avant d'administrer le vaccin. Consultez un médecin,

une infirmière ou un pharmacien pour plus de

précisions.

Si vous n’êtes pas sûr que vous ou votre enfant devriez

prendre DUKORAL

, communiquez avec un médecin,

une infirmière ou un pharmacien.

Les ingrédients médicinaux sont :

Chaque fiole unidose de vaccin contient

:

V. cholerae O1 de souche classique Inaba, inactivé par la

chaleur

V. cholerae O1 de souche Inaba El Tor, inactivé par le

formol

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par la

chaleur

V. cholerae O1 de souche classique Ogawa, inactivé par le

formol

la sous-unité B recombinante de la toxine cholérique

(TCBr)

Les ingrédients non médicinaux importants sont :

Chaque sachet de bicarbonate de soude contient :

du bicarbonate de soude et de la saccharine sodique.

Pour la liste complète des ingrédients non médicinaux,

voir la Partie 1 de la monographie du produit.

Une dose de DUKORAL

contient environ 1,1 g de

sodium.

Les formes posologiques sont :

DUKORAL

est un vaccin liquide qui doit être avalé (pris

par voie orale) après l’avoir mélangé à une solution

tampon. DUKORAL

est fourni en boîtes contenant une

ou 2 doses.

Le vaccin se présente sous forme d’une petite quantité de

suspension blanchâtre contenue dans une fiole unidose en

verre.

Chaque dose de vaccin est accompagnée d'un sachet

contenant des granules blancs de bicarbonate de soude.

Ces granules doivent être dissous dans un verre d’eau

(n’utiliser aucun autre liquide). Le vaccin doit ensuite être

mélangé à cette solution tampon. Le vaccin, une fois

mélangé a un goût de framboise.

AU SUJET DE CE VACCIN

Page 25 de 27

Si vous présentez l’un des états suivants, faites-en part à un

médecin, une infirmière ou un pharmacien AVANT de

prendre DUKORAL

Maladie du système immunitaire ou prise d'un

traitement affectant le système immunitaire. Le

niveau de protection conféré par le vaccin peut être

plus faible que chez les personnes ayant un système

immunitaire sain.

Allergie à un composant quelconque du vaccin, à

son contenant ou au formaldéhyde.

Affection gastro-intestinale aiguë (p. ex., diarrhée)

ou fièvre élevée. Vous devrez peut-être attendre d’être

guéri pour prendre DUKORAL

. En revanche, si vous

n’avez qu’une maladie bénigne, comme un rhume, vous

pourrez peut-être prendre le vaccin.

Grossesse. DUKORAL

n’est pas recommandé

pendant la grossesse. Le médecin vous décrira les

risques éventuels et les avantages de la prise de

DUKORAL

pendant la grossesse.

DUKORAL

prévient la diarrhée causée par le choléra et

par ETEC producteur de TL. Il ne prévient pas les diarrhées

dues à d’autres microorganismes. Les voyageurs doivent

toujours se montrer prudents au moment de choisir leurs

aliments et doivent les laver, les peler ou les cuire eux-

mêmes, dans la mesure du possible. Ils doivent également

boire de l’eau bouillie ou en bouteille et si possible, se laver

les mains avant de manger et après avoir été aux toilettes.

Comme pour tout vaccin, l’immunisation par DUKORAL

peut ne pas protéger 100 % des personnes vaccinées.

Ne pas manger, boire ou prendre un autre médicament 1

heure avant et 1 heure après la prise du vaccin. La

consommation d’aliments ou de boissons pendant cette

période peut empêcher le vaccin d’agir.

PROTECTION CONTRE LE CHOLÉRA :

Schéma de primovaccination des adultes et des enfants

de 6 ans ou plus : Prendre 2 doses par voie orale (par la

bouche) à au moins 1 semaine d’intervalle (jusqu’à un

maximum de 6 semaines). Prendre la deuxième dose au

moins 1 semaine après la première dose, et au moins 1

semaine avant le voyage. Il faut attendre environ 1 semaine

après la prise de la dernière dose pour commencer à être

protégé. La protection contre le choléra dure environ 2 ans.

Si vous attendez plus de 6 semaines entre la première et la

deuxième dose, vous devrez recommencer la vaccination

du départ et reprendre une première dose.

Rappel pour les adultes et les enfants de plus de 6 ans :

Si la dernière dose de vaccin a été prise entre 2 et 5 ans

auparavant, 1 seule dose de rappel renouvellera la

protection. En revanche, si plus de 5 ans se sont écoulés,

vous devrez de nouveau être vacciné selon le schéma

complet de primovaccination (2 doses).

Schéma de primovaccination des enfants de 2 à 6 ans

:

Donner 3 doses par voie orale (par la bouche)

à au

moins 1 semaine d’intervalle (jusqu’à un maximum de

6 semaines) et terminer au moins 1 semaine avant le

voyage.

Donner la première dose au moins 3 semaines avant le

voyage, la deuxième dose 1 semaine plus tard et la

troisième dose au moins 1 semaine après avoir donné la

deuxième dose. Il faut attendre environ 1 semaine après

la prise de la dernière dose pour commencer à être

protégé. La protection contre le choléra dure environ 6

mois. Si plus de 6 semaines s’écoulent entre 2 doses (que

ce soit entre la première et la deuxième ou entre la

deuxième et la troisième), l'enfant devra recommencer la

vaccination du départ et reprendre une première dose.

Rappel pour les enfants de 2 à 6 ans : Si l’enfant a reçu sa

dernière dose de vaccin 6 mois à 5 ans auparavant,

1 seule dose de rappel renouvellera sa protection. Si plus de

5 ans se sont écoulés depuis la dernière dose, il est

recommandé que l’enfant soit revacciné selon le schéma

complet de primovaccination (3 doses).

PROTECTION CONTRE LA DIARRHÉE CAUSÉE

PAR ETEC PRODUCTEUR DE TL :

Schéma de primovaccination des adultes et des enfants

de 2 ans ou plus : Prendre 2 doses par voie orale (par la

bouche) à au moins 1 semaine d’intervalle (jusqu’à un

maximum de 6 semaines). Prendre la première dose au

plus tard 2 semaines avant le départ en voyage. Prendre la

deuxième dose au moins 1 semaine après la première

dose, et au moins 1 semaine avant le voyage. Il faut

attendre environ 1 semaine après la prise de la dernière

dose pour commencer à être protégé.

La protection contre la diarrhée causée par ETEC

producteur de TL commence 1 semaine après la prise de

la deuxième dose et dure environ 3 mois. Si vous attendez

plus de 6 semaines entre la première et la deuxième dose,

vous devrez recommencer la vaccination du départ et

reprendre une première dose.

Rappel : Si la dernière dose de vaccin a été prise entre 3

mois et 5 ans auparavant, 1 seule dose de rappel

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE VACCIN

Page 26 de 27

renouvellera la protection. En revanche, si plus de 5 ans

se sont écoulés, vous devrez de nouveau être vacciné

selon le schéma complet de primovaccination (2 doses).

Informations importantes concernant la prise de

DUKORAL

:

Le vaccin doit être pris après l’avoir mélangé à une solution

tampon afin de le protéger de l’acidité gastrique. N’utiliser

que de l’eau fraîche pour mélanger le vaccin. N’utiliser

aucun autre liquide.

Ne pas manger ni boire 1 heure avant et 1 heure après la

prise du vaccin.

Ne pas prendre d’autres médicaments par voie orale (par la

bouche) 1 heure avant et 1 heure après la prise du vaccin.

Suivre les instructions ci-dessous afin de procéder au

mélange de manière appropriée. Il est important de respecter

ces instructions afin de garantir l’efficacité du vaccin.

Comment préparer DUKORAL

®

:

Le médecin ou le pharmacien vous dira comment prendre

ce vaccin. Suivez attentivement leurs directives. Si

vous ne comprenez pas les instructions, demandez

conseil à un médecin, une infirmière ou un

pharmacien.

Quand prendre DUKORAL

®

:

Il est important de prendre DUKORAL

®

au bon moment

pour avoir la certitude de bénéficier d’une protection

contre le choléra et la diarrhée à ETEC producteur de TL.

Assurez-vous de prendre chacune des doses à au moins

1 semaine d’intervalle (jusqu’à un maximum de 6

semaines)

Assurez-vous également de prendre la dernière dose de

vaccin au moins 1 semaine avant votre départ en voyage.

Dose oubliée

Vous pouvez prendre la deuxième dose de DUKORAL

®

jusqu’à 6 semaines après la première (les enfants de 2 à 6

ans doivent prendre 3 doses pour être protégés contre le

choléra).

En cas d’omission de la deuxième (ou de la troisième) dose,

elle pourra être prise n’importe quand au cours des 6

semaines suivant la dernière dose prise.

Il faut éviter de manger et de boire 1 heure avant et 1 heure

après la prise du vaccin.

Surdose

Si vous prenez une quantité supérieure à la dose

recommandée, il est possible que vous présentiez certains

des effets secondaires énumérés ci-dessous.

En cas de doute, demandez conseil à un médecin, une

infirmière ou un pharmacien.

Un vaccin, comme tout médicament, peut provoquer de

graves problèmes, tels que des réactions allergiques

graves. Le risque que DUKORAL

provoque des

dommages importants est extrêmement faible. Les faibles

risques

Étape 1 Préparer la solution

tampon :

Ouvrir le sachet de la solution

tampon et faire dissoudre les

granules dans 150 ml (5 oz) d’eau

fraîche. N’utiliser aucun autre

liquide.

Pour les adultes et les enfants de 6

ans et plus, passer à l’étape 2.

Pour les enfants de 2 à 6 ans, jeter

la moitié du mélange obtenu avant

de passer à l’étape 2.

Étape 2 : Secouer la fiole du

vaccin

Secouer la petite fiole de verre qui

contient le vaccin pour bien le

mélanger

Étape 3 : Mélanger le vaccin avec

la solution tampon

Ouvrir une fiole et ajouter le vaccin

à la solution tampon (mélange

d’eau et de granules) dans le verre.

Bien mélanger et boire

immédiatement.

Si le mélange n’est pas bu

immédiatement, il doit l’être dans

les 2 heures suivant sa

préparation. Le conserver à

température ambiante.

En cas de surdosage, communiquez immédiatement

avec un professionnel de la santé, l’urgence d’un

centre hospitalier ou le centre antipoison de votre

région, même en l’absence de symptômes.

PROCÉDURES À SUIVRE EN CE QUI

CONCERNE LES EFFETS SECONDAIRES

Page 27 de 27

SIGNALISATION DES EFFETS INDÉSIRABLES

SOUPÇONNÉS

Pour surveiller l'innocuité des vaccins, l'Agence de la

santé publique du Canada recueille des renseignements

sur les effets indésirables inattendus et graves qui

surviennent après la vaccination.

associés à DUKORAL

sont nettement inférieurs à ceux que

courent les personnes qui contractent les maladies que ce

vaccin prévient.

Si vous ne vous sentez pas bien après l’administration de

DUKORAL

, informez-en un médecin, une infirmière ou un

pharmacien dès que possible.

Les effets secondaires de DUKORAL

sont habituellement

bénins. Les plus fréquents sont des problèmes gastro-

intestinaux, tels que douleur abdominale, diarrhée, nausées

ou vomissements. Il se peut que certaines personnes prenant

DUKORAL

se sentent fiévreuses. Des effets indésirables

potentiellement graves (p.ex., déshydratation,

essoufflement) sont extrêmement rares.

Cette liste d’effets secondaires n’est pas exhaustive. Pour

tout effet inattendu ressenti lors de la prise de DUKORAL

veuillez communiquer avec un médecin, une infirmière ou

un pharmacien.

Conserver le vaccin au réfrigérateur entre 2 et 8 °C (35 à 46

°F). NE PAS CONGELER DUKORAL

. La congélation

détruit le vaccin.

Le vaccin peut être conservé, une seule fois, à la

température ambiante (jusqu’à 25 °C) pendant un maximum

de 2 semaines.

Une fois mélangé à la solution tampon, le vaccin doit être

utilisé dans les 2 heures qui suivent.

Ne pas utiliser le vaccin après la date de péremption. Ne pas

prendre DUKORAL

®

après la date de péremption

imprimée sur la boîte.

On peut trouver la monographie compl

te du produit,

e pour les professionnels de la sant

adresse

suivante : www.valneva.ca ou en communiquant avec le

service d

Information m

dicale de Valneva Canada Inc.,

au 1-855-356-0831. Heures d

ouverture des bureaux : de

17 h (heure de l

Est), du lundi au vendredi.

Ce d

pliant a

par Valneva Sweden, AB.

Derni

re r

vision : Novembre 2015

SIGNALISATION DES EFFETS INDESIRABLES

SOUPÇONNÉS

Pour surveiller l

innocuit

des vaccins, l

Agence de la

sant

publique du Canada recueille des renseignements

sur les effets ind

sirables inattendus et graves qui

surviennent apr

s la vaccination.

A l

intention des professionnels de la sant

é

Si un patient souffre d

un effet secondaire suivant

immunisation, veuillez remplir le Formulaire de

rapport des effets secondaires suivant l

immunisation

(ESSI) et le faire parvenir

l'unit

locale des services

de sant

de votre province ou territoire.

A l

intention du grand public

Advenant que vous ayez un effet secondaire suivant

immunisation, veuillez demander

votre m

decin,

infirmi

re/infirmier ou pharmacien/pharmacienne de

remplir le Formulaire de rapport des effets secondaires

suivant l

immunisation (ESSI).

Pour toute question ou si vous éprouvez des difficultés

à communiquer avec votre unité locale des services de

santé, veuillez communiquer directement avec la

Section de la sécurité des vaccins de l'Agence de la

santé publique du Canada

Numéro de téléphone sans frais : 866-844-0018

Numéro de télécopieur sans frais : 866-844-5931

Par courriel: caefi@phac-aspc.gc.ca

Site Web: http://www.phac-aspc.gc.ca/im/vs-

sv/index-fra.php

Par la poste :

Agence de la santé publique du

Canada Section Innocuité des

vaccins

130, chemin

Colonnade IA 6502A

Ottawa (Ontario)

K1A 0K9

REMARQUE : Pour obtenir des renseignements

relatifs à la gestion des effets secondaires, veuillez

communiquer avec votre prestataire de soins de

santé avant de les déclarer à l’Agence de la santé

publique du Canada. L'Agence de la santé

publique du Canada ne fournit pas de conseils

médicaux.

COMMENT CONSERVER LE MÉDICAMENT

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information