CEFAZOLINE Hospira 1 g, poudre pour solution injectable/pour perfusion

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

08-07-2015

Ingrédients actifs:
céfazoline
Disponible depuis:
HOSPIRA France
Code ATC:
J01DB04
DCI (Dénomination commune internationale):
cefazolin
Dosage:
1 g
forme pharmaceutique:
poudre
Composition:
composition pour un flacon > céfazoline : 1 g . Sous forme de : céfazoline sodique 1,048 g
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
Antibactériens à usage systémique, autres bêta-lactamines, céphalosporines de première génération.
Descriptif du produit:
34009 300 ou 0 6 - 1 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;34009 300 ou 1 3 - 5 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;34009 300 ou 2 0 - 10 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;34009 550 ou 7 3 - 25 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;
Statut de autorisation:
Abrogée
Numéro d'autorisation:
65441786
Date de l'autorisation:
2015-07-08

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 08/07/2015

Dénomination du médicament

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion

Céfazoline (sous forme de céfazoline sodique)

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant d’utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

vous.

Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez d’autres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à d’autres personnes. Il pourrait leur être nocif,

même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci s’applique aussi à

tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Sommaire notice

Que contient cette notice :

1. Qu'est-ce que CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion et dans quel cas est-elle

utilisée ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable /

pour perfusion ?

3. Comment utiliser CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion ?

6. Informations supplémentaires.

1. QU’EST-CE QUE CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion ET DANS QUELS CAS

EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique

CEFAZOLINE HOSPIRA contient de la céfazoline comme substance active (sous forme de céfazoline sodique).

La céfazoline appartient à un groupe d'antibiotiques appelés céphalosporines, qui agissent en tuant les bactéries.

Indications thérapeutiques

CEFAZOLINE HOSPIRA est utilisé lorsqu'une infection est causée ou susceptible d'être causée par des bactéries sensibles

à la céfazoline. Elle est utilisée pour le traitement des infections suivantes:

infections de la peau

infections des os et des articulations

CEFAZOLINE HOSPIRA peut également être donnée avant et après des opérations pour prévenir les infections.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D’UTILISER CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour

solution injectable / pour perfusion ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

N’utilisez jamais CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion :

si vous êtes allergique à la céfazoline ou l'un des autres composants de ce médicament (voir rubrique 6).

si vous avez eu une réaction allergique grave aux antibiotiques appelés « pénicillines » ou à des antibiotiques similaires.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Mises en garde et précautions d’emploi

Parlez-en à votre médecin, pharmacien ou votre infirmier/ère avant d'utiliser CEFAZOLINE HOSPIRA:

vous avez eu une réaction allergique légère à la pénicilline ou à un antibiotique similaire (comme une éruption cutanée qui

peut démanger).

vous êtes allergique à toute autre substance non déjà mentionnée dans cette notice.

vous avez déjà eu des problèmes d’intestin, en particulier une colite (inflammation du côlon).

vous avez des problèmes rénaux.

vous suivez un régime alimentaire faible en sodium.

Si vous présentez des facteurs de risque qui provoquent une carence en vitamine K ou qui influent sur les autres

mécanismes de la coagulation sanguine.

Dans de rares cas, des troubles de la coagulation sanguine peuvent survenir pendant le traitement par céfazoline. De plus,

la coagulation sanguine peut être modifiée chez les patients souffrant d'hémophilie, d’ulcères de l'estomac ou de l'intestin ce

qui peut causer ou aggraver les saignements. Dans ces cas, la coagulation sanguine doit être surveillée.

Ce médicament ne doit pas être administré par injection dans l'espace entourant la moelle épinière (intrathécale) étant

donné que des intoxications du système nerveux central (incluant des convulsions) ont été rapportées.

CEFAZOLINE HOSPIRA ne doit pas être administrée aux prématurés ni aux nourrissons de moins d’un mois.

L'utilisation prolongée de la céfazoline peut entraîner des surinfections. Votre médecin y sera attentif, et si nécessaire, vous

administrera un traitement.

Interactions avec d'autres médicaments

Autres médicaments et CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre

médicament. Ceci inclut les médicaments que vous achetez sans ordonnance et les médicaments à base de plantes car

CEFAZOLINE HOSPIRA peut modifier l'action de certains médicaments. De même, certains médicaments peuvent affecter

l’efficacité de CEFAZOLINE HOSPIRA

En particulier, informez votre médecin ou votre infirmier/ère si vous prenez l'un des médicaments suivants :

Aminosides ou autres antibiotiques (utilisés pour traiter les infections)

Probénécide (utilisé pour traiter la goutte)

Vitamine K

Anticoagulants (médicaments utilisés pour fluidifier le sang)

Furosémide (diurétique)

Contraceptifs oraux

Vous devez également informer votre médecin ou votre infirmier/ère si vous faites des tests urinaires pour le glucose ou si

vous effectuez des tests sanguins.

Interactions avec les aliments et les boissons

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion avec des aliments et boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à

votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

Sportifs

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

CEFAZOLINE HOSPIRA n'a aucun effet sur l'aptitude à conduire ou à utiliser des machines.

Liste des excipients à effet notoire

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion contient du sodium

Chaque flacon de 1 g contient environ 2,2 mmol (50,6 mg) de sodium.

Ceci doit être pris en compte chez les patients contrôlant leur apport alimentaire en sodium.

3. COMMENT UTILISER CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion ?

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Posologie

CEFAZOLINE HOSPIRA peut vous être administré par votre médecin ou votre infirmier/ère comme suit :

par injection dans un muscle.

par injection lente dans une de vos veines. Cela peut prendre entre 3 et 5 minutes.

grâce à un petit tube dans une de vos veines, appelée une « perfusion intraveineuse ».

La dose de CEFAZOLINE HOSPIRA est déterminée par votre médecin en fonction de votre âge, votre poids, la gravité de

l'infection et de la façon dont vos reins fonctionnent. Votre médecin vous l'expliquera.

Adultes et personnes âgées

La dose peut varier de 1 g à 6 g par jour, selon la gravité de l'infection.

Si vous subissez une opération on peut vous donner une dose de 1 g, 30 à 60 minutes avant le début de l'opération.

Pour les opérations longues un supplément de 500 mg à 1 g peut être administré pendant l'opération. Le traitement par

CEFAZOLINE HOSPIRA peut être poursuivi pendant 24 heures après l'opération pour éviter le risque d'infection.

Utilisation chez les enfants et les nourrissons (d’1 mois et plus)

La dose est déterminée par votre médecin en fonction du poids de l'enfant. Chez les enfants, la dose journalière peut être

comprise entre 25 mg et 50 mg par kg. La dose peut être portée à 100 mg par kg en fonction de la gravité de l'infection.

Adultes et enfants souffrant de problèmes rénaux

En cas de problèmes avec vos reins, vous pouvez recevoir une dose plus faible. Vous pourriez avoir besoin de tests

sanguins pour vérifier que vous ayez reçu la dose dont vous avez besoin.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez reçu plus de CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion que vous n’auriez

dû :

Si vous pensez que vous avez reçu trop de CEFAZOLINE HOSPIRA, dites-le à votre médecin ou infirmier/ère.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Sans objet.

Risque de syndrome de sevrage

Si vous arrêtez d’utiliser CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion :

Si vous avez d’autres questions sur l’utilisation de ce médicament, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre

infirmier/ère.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas

systématiquement chez tout le monde.

Réactions allergiques graves (très rare, peut affecter jusqu'à 1 personne sur 10 000)

Si vous avez une réaction allergique grave, prévenez votre médecin immédiatement.

Les signes peuvent inclure :

brusque gonflement du visage, de la gorge, des lèvres ou de la bouche. Cela peut provoquer des difficultés pour respirer ou

avaler,

gonflement soudain des mains, des pieds et des chevilles.

Autres effets secondaires possibles:

Fréquent (peut affecter jusqu'à 1 personne sur 10)

Eruption cutanée

Nausées et vomissements

Diarrhée

Douleur et durcissement au niveau du lieu d’injection

Peu fréquent (peut affecter jusqu'à 1 personne sur 100)

Champignon dans la bouche

Fièvre

Convulsions

Inflammation des veines

Difficulté à respirer, souvent accompagnée d’une toux

Rougeur de la peau, démangeaisons au niveau de la peau, douleurs articulaires, lésions de la peau, éruption cutanée

étendue, urticaire

Rare (peut affecter jusqu'à 1 personne sur 1 000)

Démangeaisons ou pertes vaginales

Autres types d'infection

Augmentation du nombre de cellules sanguines

Vertiges

Problèmes respiratoires

Toux

Nez qui coule

Perte d'appétit

Problème de foie (figurant dans un test sanguin)

Eruption cutanée sévère qui se développe rapidement, avec des cloques ou une desquamation de la peau et,

éventuellement, des cloques dans la bouche

Fatigue extrême / faiblesse

Douleur à la poitrine

Très rare (peut affecter jusqu'à 1 personne sur 10 000)

Problèmes de coagulation sanguine

Inflammation du gros intestin (côlon). Les signes comprennent diarrhées, généralement avec du sang et du mucus, des

douleurs abdominales et de la fièvre

Démangeaisons des organes génitaux

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère.

Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer

les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et

des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion ?

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Date de péremption

N’utilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur l’emballage après {EXP}. La date de péremption fait

référence au dernier jour de ce mois.

Conditions de conservation

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation concernant la température.

Conserver le flacon dans l'emballage d’origine à l'abri de la lumière.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Ne jetez aucun médicament au tout-à-l’égout ni avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien d’éliminer les

médicaments que vous n’utilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger l’environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

Liste complète des substances actives et des excipients

Ce que contient CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion

La substance active est : la céfazoline sodique.

CEFAZOLINE HOSPIRA est conditionnée dans des flacons de verre contenant 1 g de céfazoline.

Il n'y a pas d'autres ingrédients dans CEFAZOLINE HOSPIRA.

Forme pharmaceutique et contenu

Aspect de CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion et contenu de l’emballage extérieur

CEFAZOLINE HOSPIRA est une poudre blanche à presque blanche. Elle est contenue dans un flacon en verre.

Avant de vous être administrée, CEFAZOLINE HOSPIRA est reconstituée par addition d'un liquide stérile dans le flacon.

La dose correcte est alors retirée du flacon. Elle peut être administrée au patient, soit sous forme d'injection ou ajoutée à une

poche de solution pour perfusion qui est ensuite administrée via un petit tube dans une veine.

CEFAZOLINE HOSPIRA est fournie par boîte de 1, 5, 10 ou 25 flacons.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire de l’autorisation de mise sur le marché et fabricant

Titulaire

HOSPIRA FRANCE

17-19 RUE JEANNE BRACONNIER

IMMEUBLE VOLTA

92360 MEUDON-LA-FORET

Exploitant

HOSPIRA FRANCE

17-19 RUE JEANNE BRACONNIER

IMMEUBLE VOLTA

92360 MEUDON-LA-FORET

Fabricant

HOSPIRA UK LIMITED

QUEENSWAY, ROYAL LEAMINGTON SPA

WARWICKSHIRE, CV31 3RW

ROYAUME-UNI

HOSPIRA ENTERPRISES B.V.

RANDSTAD 22-11, 1316 BN

ALMERE,

PAYS-BAS

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants :

Conformément à la règlementation en vigueur

Date d’approbation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est < {MM/AAAA}>< {mois AAAA}.>

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’ANSM (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Les informations suivantes sont destinées exclusivement aux professionnels de santé:

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion

Céfazoline (sous forme de céfazoline sodique)

Veuillez-vous référer au Résumé des Caractéristiques du Produit pour plus d'informations sur les conditions de prescription.

Présentation :

1 g: flacon de 10 ml en verre type I transparent fermé par un bouchon en caoutchouc bromobutyl et une capsule en

aluminium.

Conditionnement: 1, 5, 10 ou 25 flacons par carton.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Posologie et mode d’administration:

Posologie

Adultes ayant une fonction rénale normale :

Infections causées par des micro-organismes très sensibles

La posologie usuelle chez l'adulte est de 1 g à 2 g par jour, administrée en deux ou trois doses égales (une dose toutes les 8

à 12 heures).

Infections causées par des micro-organismes moins sensibles

La dose habituelle est de 3 g à 4 g par jour, administrée en trois ou quatre doses égales (une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Dans les infections sévères, des doses allant jusqu'à 6 g par jour peuvent être administrées en trois ou quatre doses égales

(une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Utilisation prophylactique périopératoire

Pour prévenir l'infection postopératoire d’une chirurgie contaminée ou potentiellement contaminante, les doses

recommandées sont :

a) 1 g à 2 g administré par voie intraveineuse de 30 minutes à 1 heure avant le début de l'intervention.

b) Pour les procédures opératoires longues, 500 mg à 1 g administré par voie intraveineuse pendant la chirurgie

(administration modifiée en fonction de la durée de l'intervention chirurgicale).

c) 500 mg à 1 g administré par voie intraveineuse toutes les 6 à 8 heures pendant 24 heures après l'opération.

Il est important que :

(1) la dose préopératoire soit donnée juste avant (30 minutes à 1 heure) le début de la chirurgie afin que les doses

adéquates d'antibiotiques soient présentes dans le sérum et les tissus au moment de l'incision chirurgicale initiale,

(2) la céfazoline soit administrée, si nécessaire, à des intervalles définis pendant la chirurgie pour fournir des niveaux

suffisants d'antibiotiques lorsqu’il existe de grands risques d’exposition à des agents infectieux. L'intervalle de re-dosage

recommandé est de 4 heures (à partir de l'initiation de la dose préopératoire). L'administration prophylactique de céfazoline

doit généralement être arrêtée dans les 24 heures suivant l'intervention chirurgicale. Pour les chirurgies cardiaques,

l'administration prophylactique de céfazoline peut être poursuivie pendant 48 heures après la fin de la chirurgie, en fonction

de la situation clinique.

Adultes atteints d'insuffisance rénale

La dose initialement administrée doit être adaptée. Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du degré

d'insuffisance rénale, de la gravité de l'infection et la sensibilité de l'agent pathogène.

Traitement d'entretien de céfazoline chez les patients atteints d'insuffisance rénale

Clairance de la

créatinine (ml/min)

Créatinine sérique

(mg/100 ml)

Dose quotidienne

totale

Intervalle

d'administration pour

laquelle la dose doit

être divisée

≥ 55

≤ 1,5

Dose usuelle*

Inchangé

35 – 54

1,6 – 3,0

Dose usuelle*

Au moins 8 heures

11 – 34

3,1 – 4,5

Moitié de la dose

usuelle

12 heures

≤ 10

≥ 4,6

Quart de la dose

18-24 heures

usuelle

* Dose quotidienne chez les patients ayant une fonction rénale normale

Chez les patients sous hémodialyse, le schéma d’administration dépend des conditions de dialyse.

Population pédiatrique:

Infections causées par des micro-organismes très sensibles

Une dose de 25 à 50 mg/kg de poids corporel et par jour, répartis en deux à quatre doses égales est recommandée (une

dose toutes les 6, 8 ou 12 heures).

Infections causées par des micro-organismes moins sensibles

Une dose maximale de 100 mg/kg de poids corporel et par jour, divisée en trois ou quatre doses égales est recommandée

(une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Prématurés et nourrissons de moins de 1 mois

Etant donné que la sécurité d'utilisation chez les prématurés et les nourrissons de moins d'un mois n'a pas été déterminée,

l'utilisation de céfazoline chez ces patients n'est pas recommandée. (Voir rubrique 4.4. « Mises en garde spéciales et

précautions d’emploi »)

Lignes directrices pour le dosage pédiatrique

Masse corporelle

5 kg

10 kg

15 kg

20 kg

25 kg

Dose à administrer toutes les 12

heures pour une posologie de 25

mg / kg de poids corporel par

jour

63 mg

125 mg

188 mg

250 mg

313 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 25

mg / kg de poids corporel par

jour

42 mg

85 mg

125 mg

167 mg

208 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 25

mg / kg de poids corporel par

jour

31 mg

62 mg

94 mg

125 mg

156 mg

Dose à administrer toutes les 12

heures pour une posologie 50

mg / kg de poids corporel par

jour

125 mg

250 mg

375 mg

500 mg

625 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 50

mg / kg de poids corporel par

jour

83 mg

166 mg

250 mg

333 mg

417 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 50

mg / kg de poids corporel par

jour

63 mg

125 mg

188 mg

250 mg

313 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 100

mg / kg de poids corporel par

jour

167 mg

333 mg

500 mg

667 mg

833 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 100

mg / kg de poids corporel par

jour

125 mg

250 mg

375 mg

500 mg

625 mg

Population pédiatrique atteinte d'insuffisance rénale

Une dose initiale appropriée doit être administrée. Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du degré

d'insuffisance rénale, de la gravité de l'infection et la sensibilité de l'agent pathogène.

Chez les enfants présentant une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine 40-70 ml/min), 60% de la dose

quotidienne normale, divisée en dose toutes les 12 heures, est suffisante.

Chez les enfants atteints d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine 20-40 ml/min), 25% de la dose

quotidienne normale, divisée en dose toutes les 12 heures, est suffisante.

Chez les enfants présentant une insuffisance sévère (clairance de la créatinine 5-20 ml/min), 10% de la dose quotidienne

normale, donnée toutes les 24 heures, est suffisante.

Toutes ces lignes directrices sont valables après une dose initiale de départ. (Voir rubrique 4.4. « Mises en garde spéciales

et précautions d’emploi »)

Patients âgés:

Chez les patients âgés dont la fonction rénale est normale, aucun ajustement posologique n'est nécessaire.

Durée du traitement :

Elle dépend de l'évolution de la maladie.

Mode d'administration

CEFAZOLINE HOSPIRA 500 mg, poudre pour solution injectable peut être administrée par injection intramusculaire

profonde (IM), par injection intraveineuse lente (IV), ou par perfusion intraveineuse lente.

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion peut être administrée par injection

intramusculaire profonde (IM), par injection intraveineuse lente (IV), ou par perfusion intraveineuse lente.

CEFAZOLINE HOSPIRA 2 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion peut être administrée par injection

intraveineuse lente (IV) ou par perfusion intraveineuse lente.

Conseils d’utilisation

L’ensemble de l’information des spécialités CEFAZOLINE HOSPIRA est reporté dans ce schéma commun. Il importe de

toujours se référer à l’information pertinente en fonction de la dose et de la voie d’administration utilisés.

CEFAZOLINE HOSPIRA est une poudre stérile pour injection ou pour perfusion et doit, par conséquent, être dissoute avant

l'administration au patient. Le volume de solvant utilisé pour la dissolution dépend du mode d'administration.

L'utilisation de solutions préparées extemporanément est recommandée. Ceci permet de conserver la stabilité physico-

chimique pendant au moins 12 heures à 25°C ou 24 heures entre 2°C à 8°C.

Après reconstitution dans de l'eau pour préparations injectables, la poudre de céfazoline donne une solution limpide de

couleur jaune pâle à jaune.

Injection intramusculaire

Reconstituer CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g selon le tableau suivant avec l'un des solvants compatibles listés ci-dessous:

eau pour préparations injectables

solution de chlorure de sodium à 0,9%

solution de chlorhydrate de lidocaïne 0,5%

Agiter jusqu'à ce que la poudre soit complètement dissoute.

Tableau de reconstitution pour l'injection intramusculaire

Dosage

Quantité de solvant devant

être ajouté

Concentration approximative

500 mg

2 ml

250 mg/ml

4 ml

250 mg/ml

Injection intraveineuse

Reconstituer CEFAZOLINE HOSPIRA selon le tableau suivant avec l'un des solvants compatibles listés ci-dessous:

eau pour préparations injectables

solution de chlorure de sodium 0,9%.

Les solutions reconstituées avec du chlorhydrate de lidocaïne 0,5% ne doivent pas être administrées par voie intraveineuse.

Tableau de reconstitution pour l'injection intraveineuse

Dosage

Quantité de solvant devant

être ajouté

Concentration approximative

500 mg

2 ml

250 mg/ml

4 ml

250 mg/ml

8 ml

250 mg/ml

CEFAZOLINE HOSPIRA 500 mg et 1 g doivent être injectées lentement en trois à cinq minutes. En aucun cas, la solution

doit être injectée en moins de 3 minutes. L’injection doit être réalisée directement dans la veine ou par la ligne de perfusion à

travers laquelle le patient reçoit la solution intraveineuse.

CEFAZOLINE HOSPIRA 2 g doit être injectée lentement en 30 à 60 minutes.

Perfusion intraveineuse intermittente et continue

CEFAZOLINE HOSPIRA peut être administrée directement par voie intraveineuse, sous la forme d'une perfusion continue

ou d’une perfusion intermittente.

CEFAZOLINE HOSPIRA peut être administrée en association avec un traitement intraveineux préexistant, soit dans le

conditionnement primaire soit dans une poche de perfusion.

CEFAZOLINE HOSPIRA doit d'abord être reconstituée avec l'un des solvants décrits comme étant compatibles pour une

injection intraveineuse.

Une dilution supplémentaire doit être faite selon le tableau suivant avec l'un des solvants de dilution compatibles listés ci-

dessous:

solution de chlorure de sodium à 0,9 %

solution de Ringer lactate

Tableau de dilution pour perfusion intraveineuse intermittente et continue

Dosage

Reconstitution

Dilution

Concentration

approximative

Quantité minimale de

solvant devant être

ajoutée

Quantité de solvant

de dilution devant

être ajoutée

500 mg

2 ml

50 ml – 100 ml

5 mg/ml – 10 mg/ml

4 ml

50 ml – 100 ml

10 mg/ml – 19 mg/ml

8 ml

50 ml – 100 ml

19 mg/ml – 34 mg/ml

Ajouter la quantité recommandée de soluté de reconstitution et bien agiter jusqu'à ce que le contenu du flacon soit

complètement dissous. La solution doit être inspectée visuellement avant utilisation. Seules les solutions limpides exemptes

de particules doivent être utilisées.

Utiliser immédiatement la solution reconstituée pour préparer les solutions diluées.

Pour usage unique. Jeter toute solution inutilisée.

Toute solution inutilisée ou matériel usagé doit être éliminé conformément aux exigences locales.

Incompatibilités

Les solutions contenant la céfazoline ne peuvent pas être mélangées avec le sang ou d'autres hydrolysats de protéines. La

céfazoline est incompatible avec les aminosides, les tétracyclines, l'érythromycine, l'acide ascorbique, les complexes

contenant des vitamines B, le sulfate de bléomycine, le gluconate de calcium, le glucoheptonate de calcium et le

chlorhydrate de cimétidine.

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique «

Précautions particulières d’élimination et de manipulation ».

Durée de conservation

Avant ouverture: 2 ans.

Après reconstitution: La stabilité physico-chimique a été démontrée pendant 12 heures à 25°C ou pendant 24 heures entre 2

et 8°C.

D’un point de vue microbiologique, à moins que la méthode d’ouverture/reconstitution/dilution exclut le risque de

contamination microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, les durées et

conditions de conservation avant reconstitution/dilution et utilisation relèvent de la seule responsabilité de l’utilisateur.

Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation concernant la température.

Conserver le flacon dans l'emballage d’origine à l'abri de la lumière.

Autres

Conseils d’éducation sanitaire :

QUE SAVOIR SUR LES ANTIBIOTIQUES ?

Les antibiotiques sont efficaces pour combattre les infections dues aux bactéries. Ils ne sont pas efficaces contre les

infections dues aux virus.

Aussi, votre médecin a choisi de vous prescrire cet antibiotique parce qu’il convient précisément à votre cas et à votre

maladie actuelle.

Les bactéries ont la capacité de survivre ou de se reproduire malgré l’action d’un antibiotique. Ce phénomène est appelé

résistance: il rend certains traitements antibiotiques inactifs.

La résistance s’accroît par l’usage abusif ou inapproprié des antibiotiques.

Vous risquez de favoriser l’apparition de bactéries résistantes et donc de retarder votre guérison ou même de rendre inactif

ce médicament, si vous ne respectez pas:

la dose à prendre,

les moments de prise,

et la durée de traitement.

En conséquence, pour préserver l’efficacité de ce médicament :

1- N’utilisez un antibiotique que lorsque votre médecin vous l’a prescrit.

2- Respectez strictement votre ordonnance.

3- Ne réutilisez pas un antibiotique sans prescription médicale même si vous pensez combattre une maladie apparemment

semblable.

4- Ne donnez jamais votre antibiotique à une autre personne, il n’est peut-être pas adapté à sa maladie.

5- Une fois votre traitement terminé, rapportez à votre pharmacien toutes les boîtes entamées pour une destruction correcte

et appropriée de ce médicament.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 08/07/2015

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Chaque flacon contient 1 g de céfazoline correspondant à 1,048 g de céfazoline sodique.

Chaque flacon de 1 g contient environ 2,2 mmol (50,6 mg) de sodium.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Poudre pour solution injectable ou pour perfusion.

Poudre blanche ou presque blanche.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

La céfazoline est un agent antibactérien indiquée chez les adultes et chez les enfants âgés de plus d'un mois dans le

traitement des infections suivantes (voir rubriques 4.2 et 4.4), causées par des micro-organismes sensibles à la céfazoline

(voir rubrique 5.1) :

Infections de la peau et des tissus mous

Infections des os et des articulations

Prophylaxie des infections périopératoires

L'utilisation de la céfazoline doit être limitée aux cas pour lesquels le traitement par voie parentérale est nécessaire.

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens

4.2. Posologie et mode d'administration

La posologie dépend de la sensibilité de l'agent pathogène (voir rubrique 5.1) et de la sévérité de la maladie.

Posologie

Adultes ayant une fonction rénale normale :

Infections causées par des micro-organismes très sensibles

La posologie usuelle chez l'adulte est de 1 g à 2 g par jour, administrée en deux ou trois doses égales (une dose toutes les 8

à 12 heures).

Infections causées par des micro-organismes moins sensibles

La dose habituelle est de 3 g à 4 g par jour, administrée en trois ou quatre doses égales (une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Dans les infections sévères, des doses allant jusqu'à 6 g par jour peuvent être administrées en trois ou quatre doses égales

(une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Utilisation prophylactique périopératoire

Pour prévenir l'infection postopératoire d’une chirurgie contaminée ou potentiellement contaminante, les doses

recommandées sont :

a) 1 g à 2 g administré par voie intraveineuse de 30 minutes à 1 heure avant le début de l'intervention.

b) Pour les procédures opératoires longues, 500 mg à 1 g administré par voie intraveineuse pendant la chirurgie

(administration modifiée en fonction de la durée de l'intervention chirurgicale).

c) 500 mg à 1 g administré par voie intraveineuse toutes les 6 à 8 heures pendant 24 heures après l'opération.

Il est important que :

(1) la dose préopératoire soit donnée juste avant (30 minutes à 1 heure) le début de la chirurgie afin que les doses

adéquates d'antibiotiques soient présentes dans le sérum et les tissus au moment de l'incision chirurgicale initiale,

(2) la céfazoline soit administrée, si nécessaire, à des intervalles définis pendant la chirurgie pour fournir des niveaux

suffisants d'antibiotiques lorsqu’il existe de grands risques d’exposition à des agents infectieux. L'intervalle de re-dosage

recommandé est de 4 heures (à partir de l'initiation de la dose préopératoire). L'administration prophylactique de céfazoline

doit généralement être arrêtée dans les 24 heures suivant l'intervention chirurgicale. Pour les chirurgies cardiaques,

l'administration prophylactique de céfazoline peut être poursuivie pendant 48 heures après la fin de la chirurgie, en fonction

de la situation clinique.

Adultes atteints d'insuffisance rénale

La dose initialement administrée doit être adaptée. Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du degré

d'insuffisance rénale, de la gravité de l'infection et la sensibilité de l'agent pathogène.

Traitement d'entretien de céfazoline chez les patients atteints d'insuffisance rénale

Clairance de la

créatinine (ml/min)

Créatinine sérique

(mg/100 ml)

Dose quotidienne

totale

Intervalle

d'administration pour

laquelle la dose doit

être divisée

≥ 55

≤ 1,5

Dose usuelle*

Inchangé

35 – 54

1,6 – 3,0

Dose usuelle*

Au moins 8 heures

11 – 34

3,1 – 4,5

Moitié de la dose

usuelle

12 heures

≤ 10

≥ 4,6

Quart de la dose

usuelle

18-24 heures

* Dose quotidienne chez les patients ayant une fonction rénale normale

Chez les patients sous hémodialyse, le schéma d’administration dépend des conditions de dialyse. (Voir rubrique 4.4.)

Population pédiatrique:

Infections causées par des micro-organismes très sensibles

Une dose de 25 à 50 mg/kg de poids corporel et par jour, répartis en deux à quatre doses égales est recommandée (une

dose toutes les 6, 8 ou 12 heures).

Infections causées par des micro-organismes moins sensibles

Une dose maximale de 100 mg/kg de poids corporel et par jour, divisée en trois ou quatre doses égales est recommandée

(une dose toutes les 6 ou 8 heures).

Prématurés et nourrissons de moins de 1 mois

Etant donné que la sécurité d'utilisation chez les prématurés et les nourrissons de moins d'un mois n'a pas été déterminée,

l'utilisation de céfazoline chez ces patients n'est pas recommandée. (Voir rubrique 4.4.)

Lignes directrices pour le dosage pédiatrique

Masse corporelle

5 kg

10 kg

15 kg

20 kg

25 kg

Dose à administrer toutes les 12

heures pour une posologie de 25

mg / kg de poids corporel par jour

63 mg

125 mg

188 mg

250 mg

313 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 25 mg /

kg de poids corporel par jour

42 mg

85 mg

125 mg

167 mg

208 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 25 mg /

kg de poids corporel par jour

31 mg

62 mg

94 mg

125 mg

156 mg

Dose à administrer toutes les 12

heures pour une posologie 50 mg /

kg de poids corporel par jour

125 mg

250 mg

375 mg

500 mg

625 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 50 mg /

kg de poids corporel par jour

83 mg

166 mg

250 mg

333 mg

417 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 50 mg /

kg de poids corporel par jour

63 mg

125 mg

188 mg

250 mg

313 mg

Dose à administrer toutes les 8

heures pour une posologie 100 mg

/ kg de poids corporel par jour

167 mg

333 mg

500 mg

667 mg

833 mg

Dose à administrer toutes les 6

heures pour une posologie 100 mg

/ kg de poids corporel par jour

125 mg

250 mg

375 mg

500 mg

625 mg

Population pédiatrique atteinte d'insuffisance rénale

Une dose initiale appropriée doit être administrée. Les doses suivantes doivent être ajustées en fonction du degré

d'insuffisance rénale, de la gravité de l'infection et la sensibilité de l'agent pathogène.

Chez les enfants présentant une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine 40-70 ml/min), 60% de la dose

quotidienne normale, divisée en dose toutes les 12 heures, est suffisante.

Chez les enfants atteints d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine 20-40 ml/min), 25% de la dose

quotidienne normale, divisée en dose toutes les 12 heures, est suffisante.

Chez les enfants présentant une insuffisance sévère (clairance de la créatinine 5-20 ml/min), 10% de la dose quotidienne

normale, donnée toutes les 24 heures, est suffisante.

Toutes ces lignes directrices sont valables après une dose initiale de départ. (Voir rubrique 4.4.)

Patients âgés:

Chez les patients âgés dont la fonction rénale est normale, aucun ajustement posologique n'est nécessaire.

Durée du traitement :

Elle dépend de l'évolution de la maladie.

Mode d'administration

CEFAZOLINE HOSPIRA 500 mg, poudre pour solution injectable peut être administrée par injection intramusculaire

profonde (IM), par injection intraveineuse lente (IV), ou par perfusion intraveineuse lente.

CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g, poudre pour solution injectable / pour perfusion peut être administrée par injection

intramusculaire profonde (IM), par injection intraveineuse lente (IV), ou par perfusion intraveineuse lente.

CEFAZOLINE HOSPIRA 2g, poudre pour solution injectable/pour perfusion peut être administrée par injection intraveineuse

lente (IV) ou par perfusion intraveineuse lente.

Pour obtenir des instructions sur la reconstitution du médicament avant administration, voir rubrique 6.6.

4.3. Contre-indications

Hypersensibilité à la céfazoline ou à l’un des excipients listés en rubrique 6.1.

Antécédents d'hypersensibilité sévère (par exemple réaction anaphylactique) à tout autre type de bêta-lactamines

(pénicillines, monobactames et carbapénèmes).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Hypersensibilité

Avant l'instauration du traitement, il doit être prouvé que le patient n'a pas eu précédemment d'hypersensibilité suite à

l'administration de céphalosporines, de pénicillines ou de tout autre médicament.

Chez les patients ayant des tendances allergiques, la céfazoline doit être administrée avec prudence. Une sensibilité

croisée entre les pénicillines et les céphalosporines a été documentée.

Comme avec toutes les bêta-lactamines, des réactions d'hypersensibilité graves et parfois fatales ont été rapportées. En cas

de réaction d'hypersensibilité sévère, le traitement par céfazoline doit être arrêté immédiatement et les mesures d'urgence

adéquates doivent être initiées.

Avant de commencer le traitement, il faut déterminer si le patient a des antécédents de réactions d'hypersensibilité sévères à

la céfazoline, à d'autres céphalosporines ou à tout autre bêta-lactamines. La prudence doit être de mise si la céfazoline est

administrée à des patients ayant des antécédents d'hypersensibilité non grave à d'autres bêta-lactamines.

Colite pseudomembraneuse associée aux antibiotiques

En cas de diarrhée sévère persistante, la possibilité de colite pseudomembraneuse associée aux antibiotiques doit être

envisagée. Cette maladie pouvant mettre en jeu le pronostic vital, le traitement par la céfazoline doit être arrêté

immédiatement et un traitement approprié doit être administré. Les médicaments qui suppriment le péristaltisme sont contre-

indiqués. (Voir rubrique 4.8.)

Insuffisance rénale

Chez les patients présentant une insuffisance rénale, la dose et/ou l'intervalle de prise peuvent être ajustés en fonction de la

gravité de l'insuffisance rénale (voir rubrique 4.2). Bien que la céfazoline provoque rarement une déficience de la fonction

rénale, il est recommandé d'examiner la fonction rénale, en particulier chez les patients gravement malades, chez qui on

administre les quantités maximales et les patients chez qui on administre en même temps d'autres médicaments

potentiellement néphrotoxiques, comme les aminosides ou des diurétiques puissants (par exemple le furosémide).

Administration intrathécale

L’administration intrathécale n’est pas indiquée. Une intoxication sévère du système nerveux central (y compris des

convulsions) a été rapportée suite à l'administration intrathécale de céfazoline.

Résistance et surinfections bactériennes

Le traitement à long terme avec la céfazoline peut entraîner des bactéries résistantes à la céfazoline. Les patients doivent

être étroitement surveillés pour des surinfections potentielles. Si celles-ci se produisent, des mesures appropriées doivent

être prises.

Troubles de la coagulation

Dans des cas exceptionnels, des troubles de la coagulation peuvent survenir pendant le traitement par céfazoline. Les

facteurs de risque peuvent être une carence en vitamine K chez les patients ou un effet sur les autres mécanismes de la

coagulation (nutrition parentérale, nutrition inadéquate, insuffisance hépatique ou rénale, thrombocytopénie). La coagulation

peut aussi être perturbée en cas de maladies associées (par exemple hémophilie, ulcère gastrique ou duodénal) ce qui peut

causer ou aggraver les saignements. Par conséquent, le temps de prothrombine doit être surveillé pour les patients

présentant ces pathologies. S'il existe une diminution significative, un supplément de vitamine K (10 mg/semaine) doit être

administré.

Population pédiatrique

Prématurés et nourrissons de moins d'un mois

La céfazoline ne doit pas être administrée aux prématurés ni aux nourrissons de moins d'un mois, étant donné que, jusqu’à

aujourd’hui, il n'existe pas suffisamment de données pour son utilisation dans ce groupe d'âge.

Ce médicament contient du sodium

Chaque flacon de 1 g contient environ 2,2 mmol (50,6 mg) de sodium.

A prendre en compte chez les patients suivant un régime hyposodé strict.

Les solutions de chlorhydrate de lidocaïne 0,5% ne doivent pas être administrées par voie intraveineuse.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Antibiotiques

Un effet antagoniste qui a été observé in vitro avec des antibiotiques ayant une action bactériostatique (par exemple, les

tétracyclines, les sulfamides, l'érythromycine, le chloramphénicol) doit être envisagé lorsque ces antibiotiques sont

administrés avec la céfazoline.

Probénécide

L'administration concomitante de probénécide réduit la clairance rénale de la céfazoline.

Vitamine K1

Certaines céphalosporines telles que céfamandole, céfazoline et céfotétan peuvent provoquer des interférences dans le

métabolisme de la vitamine K1, notamment en cas de carence en vitamine K1. Cela peut nécessiter une supplémentation en

vitamine K1.

Anticoagulants

Les céphalosporines peuvent très rarement provoquer des troubles de saignement (voir rubrique 4.4). Lors de

l'administration concomitante d'anticoagulants (comme par exemple la warfarine ou les héparines) à des doses élevées, les

paramètres de la coagulation doivent être surveillés. Un grand nombre de cas montrant une augmentation de l'activité des

anticoagulants oraux a été rapporté chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux et inflammatoire,

l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il est difficile de

connaître la part de responsabilité entre la maladie infectieuse et son traitement dans la survenue de troubles de l’INR.

Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impactées, notamment les fluoroquinolones, les macrolides,

les cyclines, le cotrimoxazole et certaines céphalosporines.

Agents néphrotoxiques

Il ne peut être exclu que la néphrotoxicité des antibiotiques (par exemple aminosides, colistine, polymyxine B), des agents

de contraste iodés, des organoplatines, du méthotrexate utilisé à des doses élevées, de certains médicaments antiviraux

(par exemple les ciclovirs, foscarnet), de la pentamidine, de la ciclosporine, du tacrolimus et des diurétiques (par exemple le

furosémide) soit augmentée. Lorsque ces médicaments sont administrés avec la céfazoline, la fonction rénale doit être

surveillée de près.

Tests biologiques

La mesure des concentrations de glucose urinaire lors de tests biologiques effectué avec le réactif de Benedict ou avec le

réactif de Fehling peut donner des résultats « faux positif » chez les patients recevant de la céfazoline.

La céfazoline est sans effet sur les mesures enzymatiques du glucose urinaire.

Les tests de Coombs directs ou indirects peuvent également donner des lectures « faux positif », par exemple, chez les

nouveau-nés dont les mères ont reçu des céphalosporines.

Contraceptifs oraux

La céfazoline peut éventuellement influencer l'efficacité des contraceptifs hormonaux. Pour cette raison, des méthodes

contraceptives supplémentaires sont conseillées en plus des contraceptifs hormonaux pendant le traitement par la

céfazoline.

4.6. Grossesse et allaitement

Grossesse

Les études chez l'animal n'ont pas montré d'effets délétères directs ou indirects sur la reproduction.

CEFAZOLINE HOSPIRA doit seulement être administrée pendant la grossesse après une évaluation rigoureuse des

bénéfices et des risques, en raison du manque d'expérience dans ces cas et du fait que la céfazoline traverse le placenta

pendant la grossesse, en particulier pendant le premier trimestre. Il est préférable d'éviter l'utilisation de céfazoline pendant

la grossesse à moins qu’elle ne soit strictement nécessaire.

Allaitement

La céfazoline passe dans le lait maternel à des concentrations très faibles. Ainsi, aux doses thérapeutiques, aucun effet n’est

attendu sur l'enfant. Si une diarrhée ou une candidose se produit chez l'enfant pendant l'allaitement, la mère doit arrêter

l'allaitement ou le traitement par céfazoline.

Fertilité

Au cours des études animales, il n'y a pas eu d'effet sur la fertilité.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

CEFAZOLINE HOSPIRA n'a pas d'influence sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Cependant, des effets secondaires peuvent survenir (voir rubrique 4.8), et peuvent influer sur la capacité à conduire des

véhicules et à utiliser des machines.

4.8. Effets indésirables

Au sein de chaque fréquence de groupe, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

La fréquence des événements indésirables sont classées comme très fréquent (≥ 1/10), fréquent (≥ 1/100 à <1/10), peu

fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000).

Classification classe-organe

MedDRA

Fréquence

Effets indésirables

Infections et infestations

Peu fréquent

Candidose buccale

Rare

Candidose génitale, vaginite

Comme pour tout

antibiotique, un usage

prolongé peut conduire à la

prolifération de micro-

organismes qui ne sont pas

sensibles.

Rhinite

Affections hématologiques

et du système lymphatique

Rare

Leucopénie,

granulocytopénie,

neutropénie,

thrombocytopénie,

leucocytose, granulocytose,

monocytose,

lymphocytopénie, basophilie

et éosinophilie ont été

observées lors de la

numération formule

sanguine. Ces effets sont

rares et réversibles.

Très Rare

Coagulation (caillot sanguin)

et troubles de coagulation

en conséquence (voir

rubrique 4.4).

Affections du système

immunitaire

Peu fréquent

Fièvre

Très rare

Choc anaphylactique

(gonflement du larynx avec

rétrécissement des voies

respiratoires, augmentation

du rythme cardiaque,

essoufflement, chute de la

pression artérielle,

gonflement de la langue,

prurit anal, prurit génital,

œdème de la face.)

Troubles du métabolisme et

de la nutrition

Rare

Hyperglycémie,

Hypoglycémie

Affections du système

nerveux

Peu fréquent

Convulsions (chez les

patients atteints

d'insuffisance rénale, avec

des doses inappropriées

trop élevées).

Rare

Vertiges

Troubles vasculaires

Peu fréquent

Thrombophlébite.

Affections respiratoires,

thoraciques et médiastinales

Rare

Épanchement pleural,

dyspnée ou détresse

respiratoire, toux

Affections gastro-intestinales

Fréquent

Nausée, vomissement,

diarrhée

Rare

Anorexie

Très Rare

Colite pseudomembraneuse

(un médecin doit être

consulté immédiatement s'il

existe une diarrhée associée

à l'antibiothérapie).

Affections hépatobiliaires

Rare

Augmentation transitoire de

l'aspartate aminotransférase,

de l’alanine

aminotransférase, de la

phosphatase alcaline ou de

la gamma glutamyl

transférase, de la bilirubine

et/ou lactate

déshydrogénase, hépatite

transitoire et ictère

cholestatique transitoire.

Troubles cutanés et des

tissus sous-cutanés

Fréquent

Rash

Peu fréquent

Érythème, érythème

polymorphe, urticaire,

angiœdeme

Rare

Nécrolyse épidermique

toxique, syndrome de

Stevens-Johnson

Affections du rein et des

voies urinaires

Rare

Néphrotoxicité, néphrite

interstitielle, néphropathie

indéterminée, protéinurie,

augmentation transitoire de

l'urée sanguine

généralement chez des

patients traités de façon

concomitante avec d'autres

médicaments

potentiellement

néphrotoxiques.

Affections des organes de

reproduction et du sein

Très Rare

Prurit vulvo-vaginal

Troubles généraux et

anomalies au site

d’administration

Fréquent

Douleur au site d'injection

intramusculaire, parfois avec

induration

Rare

Malaise, fatigue, douleur

thoracique

En cas de diarrhée sévère et persistante pendant ou après le traitement par céfazoline, un avis médical est nécessaire car la

diarrhée peut être le symptôme d'une maladie grave (colite pseudomembraneuse) nécessitant un traitement immédiat. Le

patient doit être sensibilisé au fait que certains médicaments d’automédication peuvent inhiber le péristaltisme (voir rubrique

4.4).

L'utilisation prolongée des céphalosporines peut entraîner la prolifération de bactéries résistantes à la céfazoline,

notamment Enterobacter, Citrobacter, Pseudomonas, Enterococcus, et Candida. Cela peut conduire à des surinfections ou à

la colonisation potentielle par des organismes résistants ou des levures (voir rubrique 4.4).

Données précliniques et cliniques:

Augmentation transitoire des ASAT, des ALAT, de l'urée sanguine et de la phosphatase alcaline sans signe clinique de

défaillance hépatique ou rénale.

Les études animales ont montré qu’il existe une néphrotoxicité potentielle avec la céfazoline. Bien que non démontrée chez

l'homme, cette possibilité doit néanmoins être prise en compte notamment chez les patients recevant des doses élevées

administrées sur de longues périodes. Des néphrites interstitielles et des néphropathies indéterminées ont été rapportées

dans de rares cas. Les patients atteints étaient gravement malades et recevaient de nombreux médicaments. Le rôle de la

céfazoline dans le développement de la néphrite interstitielle et d'autres néphropathies n'a pas été établi.

Dans de rares cas, il a été rapporté une diminution de l'hémoglobine et/ou de l'hématocrite, anémie, agranulocytose, anémie

aplasique, pancytopénie et anémie hémolytique.

Les cas suivants ont été rapportés durant le traitement par certaines céphalosporines:

Cauchemars, vertiges, hyperactivité, nervosité ou anxiété, insomnie, somnolence, faiblesse, bouffées de chaleur,

perturbation de la vision des couleurs, confusion et activité épileptogène.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une

surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable

suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

(ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage

Symptômes de surdosage

En cas de surdosage, une douleur, une inflammation et une phlébite peuvent apparaître au site d'injection. L'administration

parentérale de fortes doses de céphalosporines peut causer des vertiges, des paresthésies, et des maux de tête. Une

overdose de céphalosporines peut induire des convulsions en particulier chez les patients atteints d'insuffisance rénale.

Un surdosage peut être associé à des résultats anormaux lors des tests biologiques suivants: augmentation de la créatinine,

urée sanguine, enzymes hépatiques et bilirubine, test de Coombs positif, thrombocytémie et thrombocytopénie, éosinophilie,

leucopénie, et allongement du temps de prothrombine.

Traitement du surdosage

En cas de convulsions, l'administration du médicament doit être arrêtée immédiatement. Des médicaments antiépileptiques

peuvent être appropriés. Les fonctions et les paramètres vitaux doivent être étroitement surveillés. En cas de surdosage

grave quand le patient ne répond pas aux autres traitements, une hémodialyse avec hémoperfusion peut être efficace, même

s’il n’existe pas de preuve.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : Antibactériens à usage systémique, autres bêta-lactamines, céphalosporines de première

génération.

Code ATC : J01DB04

Mécanisme d'action

Toutes les céphalosporines (antibiotiques bêta-lactamines) inhibent la production de la paroi cellulaire et sont des

inhibiteurs sélectifs de la synthèse des peptidoglycanes. La première étape du mécanisme est la liaison du médicament à

des récepteurs cellulaires (protéines de liaison à la pénicilline). Après cette liaison, la réaction de la transpeptidase est

inhibée, ce qui empêche la synthèse de peptidoglycane. Ce processus conduit à la lyse des bactéries.

Mécanisme de résistance

Les antibiotiques de type

-lactamines contiennent un cycle bêta-lactame qui est essentiel pour l'action antimicrobienne.

Lorsque ce cycle est ouvert, il perd son effet antibiotique. Diverses bactéries possèdent des enzymes (bêta-lactamases)

pouvant ouvrir le cycle, et ainsi, devenir résistantes à ce type d'antibiotique.

Comme avec toutes les céphalosporines et les autres bêta-lactamines, les différents mécanismes de résistance acquis par

des groupes de bactéries sont: des changements de cibles (protéines de liaison à la pénicilline, (PLP)), la dégradation

enzymatique du cycle par les bêta-lactamases et une modification de l’accès à la cible. Il existe une résistance croisée entre

céphalosporines et pénicillines. Les micro-organismes à Gram négatif contenant le chromosome inductible pour la bêta-

lactamase, comme Enterobacter spp, Serratia spp, Citrobacter spp et Providence spp doivent être considérés comme

résistants à la céfazoline malgré la sensibilité in vitro.

Concentrations critiques des tests de sensibilité

Les concentrations minimales inhibitrices (CMI) établies par le Comité Européen sur les Tests de Sensibilité aux

Antibiotiques (EUCAST) sont les suivantes:

Organisme

Concentration minimale inhibitrice (mg/l)

S

I

R

Staphylococcus spp.

Remarque

Remarque

Streptococcus A, B, C et G

Remarque

Remarque

Streptococci viridians

≤ 0,5

Concentration critique non liée à l'espèce

≤ 1

> 2

S = sensible, I = intermédiaire, R = résistant.

La sensibilité des staphylocoques aux céphalosporines est déduite de leur sensibilité à la céfoxitine

La sensibilité des streptocoques bêta-hémolytiques A, B, C et G aux bêta-lactames est déduite de la sensibilité à la

pénicilline.

Sensibilité microbiologique

La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est

donc utile de disposer d’informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d’infections

sévères. Si nécessaire, il faut demander un avis spécialisé, notamment lorsque la prévalence locale des résistances est telle

que l’utilisation d’un produit pour certaines infections peut être remise en question.

Espèces habituellement sensibles

Gram positif

Staphylococcus aureus (sensible à la méticilline)

Espèces pour lesquelles une résistance acquise peut survenir

Haemophilus influenzae

Streptococci, groupe A, B, C et G ;

-haemolytique

Streptococcus pneumoniae

Staphylococcus epidermidis (sensible à la méticilline)

Espèces intrinsèquement résistantes

Citrobacter spp

Enterobacter spp (Enterobacter cloacae, Enterobacter aerogenes)

Morganaella morganii

Proteus stuartii

Proteus vulgaris

Pseudomonas aeruginosa

Serratia spp

Staphylococcus, résistant à la méticilline

Proteus spp indole positif

Klebsiella pneumoniae

Proteus mirabilis

Relation pharmacocinétique / pharmacodynamique

Pour les céphalosporines, le plus important paramètre pharmacocinétique/pharmacodynamique en corrélation avec

l'efficacité in vivo est le pourcentage de l'intervalle de temps (T) pendant lequel la concentration de céfazoline non liée

demeure au-dessus de la concentration minimale inhibitrice (CMI) pour les espèces cibles (c-à-d % T> CMI).

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

Absorption et distribution

Voie IM:

En pharmacologie humaine, les taux sériques de céfazoline et la durée d'action après administration IM sont résumés dans

le tableau suivant.

Dosage (g)

Concentration sérique (µg/ml)

½ h

0,25

15,5

17,0

13,0

0,50

36,2

36,8

37,9

15,5

1,0*

60,0

63,8

54,3

29,3

13,2

* moyenne de 2 études

Voie IV:

L’administration de céfazoline par perfusion IV (chez des volontaires sains) à une dose de 3,5 mg/kg pendant 1 heure, suivie

d’une dose de 1,5 mg/kg au cours des deux heures suivantes, a permis d’obtenir des taux sériques d'environ 28 mg/ml dans

la 3ème heure.

Les concentrations sériques moyennes obtenues après administration par voie intraveineuse d'une dose unique de 1 g sont

présentées dans le tableau suivant:

Concentration sérique (µg/ml)

5 min

15 min

30 min

188,4

135,8

106,8

73,7

45,6

16,5

La céfazoline a une demi-vie moyenne d'environ 1,8 heure, augmentant à 15-30 heures en cas d'insuffisance rénale sévère

et peut être plus élevée en cas d'anurie.

Les concentrations plasmatiques maximales obtenues après une dose de 1 g d'une perfusion IV sont de 63,6 mg/l et 188,4

mg/l et sont atteintes après 1 à 2 heures. La demi-vie est de 100 minutes.

En l'absence d'obstruction du canal biliaire, les concentrations de céfazoline dans le tissu de la vésicule biliaire et de la bile

sont élevées et nettement supérieures aux taux sériques.

La céfazoline traverse facilement la barrière placentaire. Les taux de céfazoline dans le lait maternel sont faibles.

Le taux de liaison aux protéines est de 85 à 90 % dans le sérum humain chez les volontaires sains.

La diffusion de la céfazoline dans le liquide céphalo-rachidien est faible.

Biotransformation

La céfazoline n'est pas métabolisée.

Elimination

La céfazoline est principalement éliminée dans l'urine et un faible pourcentage dans la bile. Après administration par voie

intramusculaire de 500 mg, le pourcentage d'élimination après la 6ème heure est d'environ 56 à 89 %. Après 24 heures, ce

taux augmente (80% à 100%) et la quasi-totalité de la céfazoline est éliminée.

Après administration de 500 mg et 1 g, le pic de concentration urinaire de céfazoline atteint respectivement 1000 et 4000

microgrammes/ml.

5.3. Données de sécurité préclinique

La toxicité aiguë de la céfazoline est faible.

L'administration répétée de céfazoline chez les chiens et les rats pendant 1 à 6 mois par différentes voies d'administration

n'a pas montré d'effet significatif sur les paramètres hématologiques et biochimiques. La toxicité rénale a été observée après

administration à des doses répétées chez le lapin, mais pas chez les chiens et les rats. La céfazoline n'a montré aucune

activité tératogène ou embryotoxique.

Aucune étude n’est disponible sur la mutagénicité et la cancérogénicité de la céfazoline

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Aucun.

6.2. Incompatibilités

Les solutions contenant la céfazoline ne peuvent pas être mélangées avec le sang ou d'autres hydrolysats de protéines. La

céfazoline est incompatible avec les aminosides, les tétracyclines, l'érythromycine, l'acide ascorbique, les complexes

contenant des vitamines B, le sulfate de bléomycine, le gluconate de calcium, le glucoheptonate de calcium et le

chlorhydrate de cimétidine.

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique 6.6.

6.3. Durée de conservation

Avant ouverture: 2 ans.

Après reconstitution: La stabilité physico-chimique a été démontrée pendant 12 heures à 25°C ou pendant 24 heures entre 2

et 8°C.

D’un point de vue microbiologique, à moins que la méthode d’ouverture/reconstitution/dilution exclut le risque de

contamination microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement. S’il n’est pas utilisé immédiatement, les durées et

conditions de conservation avant reconstitution/dilution et utilisation relèvent de la seule responsabilité de l’utilisateur.

6.4. Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation concernant la température.

Conserver le flacon dans l'emballage d’origine à l'abri de la lumière.

Pour les conditions de stockage du médicament reconstitué, voir rubrique 6.3.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

1 g: flacon de 10 ml en verre type I transparent fermé par un bouchon en caoutchouc bromobutyl et une capsule en

aluminium.

Conditionnement: 1, 5, 10 ou 25 flacons par carton.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation

L’ensemble de l’information des spécialités CEFAZOLINE HOSPIRA est reporté dans ce schéma commun. Il importe de

toujours se référer à l’information pertinente en fonction de la dose et de la voie d’administration utilisés.

Préparation des solutions pour injection et perfusion

CEFAZOLINE HOSPIRA est une poudre stérile pour injection ou pour perfusion et doit, par conséquent, être dissoute avant

l'administration au patient. Le volume de solvant utilisé pour la dissolution dépend du mode d'administration.

L'utilisation de solutions préparées extemporanément est recommandée. Ceci permet de conserver la stabilité physico-

chimique pendant au moins 12 heures à 25°C ou 24 heures entre 2°C à 8°C (voir rubrique 6.3.)

Après reconstitution dans de l'eau pour préparations injectables, la poudre de céfazoline donne une solution limpide de

couleur jaune pâle à jaune.

Injection intramusculaire

Reconstituer CEFAZOLINE HOSPIRA 1 g selon le tableau suivant avec l'un des solvants compatibles listés ci-dessous:

eau pour préparations injectables

solution de chlorure de sodium à 0,9%

solution de chlorhydrate de lidocaïne 0,5%

Agiter jusqu'à ce que la poudre soit complètement dissoute.

Tableau de reconstitution pour l'injection intramusculaire.

Dosage

Quantité de solvant devant

être ajouté

Concentration approximative

500 mg

2 ml

250 mg/ml

4 ml

250 mg/ml

Injection intraveineuse

Reconstituer CEFAZOLINE HOSPIRA selon le tableau suivant avec l'un des solvants compatibles listés ci-dessous:

eau pour préparations injectables

solution de chlorure de sodium 0,9%.

Les solutions reconstituées avec du chlorhydrate de lidocaïne 0,5% ne doivent pas être administrées par voie intraveineuse.

Tableau de reconstitution pour l'injection intraveineuse

Dosage

Quantité de solvant devant

être ajouté

Concentration approximative

500 mg

2 ml

250 mg/ml

4 ml

250 mg/ml

8 ml

250 mg/ml

CEFAZOLINE HOSPIRA 500 mg et 1 g doivent être injectées lentement en trois à cinq minutes. En aucun cas, la solution

doit être injectée en moins de 3 minutes. L’injection doit être réalisée directement dans la veine ou par la ligne de perfusion à

travers laquelle le patient reçoit la solution intraveineuse.

CEFAZOLINE HOSPIRA 2 g doit être injectée lentement en 30 à 60 minutes.

Perfusion intraveineuse intermittente et continue

CEFAZOLINE HOSPIRA peut être administrée directement par voie intraveineuse, sous la forme d'une perfusion continue

ou d’une perfusion intermittente.

CEFAZOLINE HOSPIRA peut être administrée en association avec un traitement intraveineux préexistant, soit dans le

conditionnement primaire, soit dans une poche de perfusion.

CEFAZOLINE HOSPIRA doit d'abord être reconstituée avec l'un des solvants décrits comme étant compatibles pour une

injection intraveineuse.

Une dilution supplémentaire doit être faite selon le tableau suivant avec l'un des solvants de dilution compatibles listés ci-

dessous:

solution de chlorure de sodium à 0,9 %

solution de Ringer lactate

Tableau de dilution pour perfusion intraveineuse intermittente et continue

Dosage

Reconstitution

Dilution

Concentration

approximative

Quantité minimale de

solvant devant être

ajoutée

Quantité de solvant

de dilution devant

être ajoutée

500 mg

2 ml

50 ml – 100 ml

5 mg/ml – 10 mg/ml

4 ml

50 ml – 100 ml

10 mg/ml – 19 mg/ml

8 ml

50 ml – 100 ml

19 mg/ml – 34 mg/ml

Ajouter la quantité recommandée de soluté de reconstitution et bien agiter jusqu'à ce que le contenu du flacon soit

complètement dissous. La solution doit être inspectée visuellement avant utilisation. Seules les solutions limpides exemptes

de particules doivent être utilisées.

Utiliser immédiatement la solution reconstituée pour préparer les solutions diluées.

Pour usage unique. Jeter toute solution inutilisée.

Toute solution inutilisée ou matériel usagé doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

HOSPIRA FRANCE

17-19 RUE JEANNE BRACONNIER

IMMEUBLE VOLTA

92360 MEUDON-LA-FORET

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

34009 300 179 0 6 : 1 flacon de 10 ml en verre ; boîte de 1.

34009 300 179 1 3 : 1 flacon de 10 ml en verre ; boîte de 5.

34009 300 179 2 0 : 1 flacon de 10 ml en verre ; boîte de 10.

34009 550 057 7 3 : 1 flacon de 10 ml en verre ; boîte de 25.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

[A compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[A compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information