AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

08-08-2007

Ingrédients actifs:
ésoméprazole
Disponible depuis:
ASTRAZENECA
Code ATC:
A02B C05
DCI (Dénomination commune internationale):
esomeprazole
Dosage:
40 mg
forme pharmaceutique:
poudre
Composition:
composition pour un flacon > ésoméprazole : 40 mg . Sous forme de : ésoméprazole sodique 42,5 mg
Mode d'administration:
intraveineuse
Unités en paquet:
1 flacon(s) en verre
Type d'ordonnance:
liste II
Domaine thérapeutique:
INHIBITEUR DE LA POMPE A PROTONS
Descriptif du produit:
364 437-6 ou 34009 364 437 6 1 - 1 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;364 438-2 ou 34009 364 438 2 2 - 10 flacon(s) en verre - Déclaration de commercialisation non communiquée:;
Statut de autorisation:
Abrogée
Numéro d'autorisation:
69405894
Date de l'autorisation:
2004-05-17

Lire le document complet

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 08/08/2007

Dénomination du médicament

AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion

Esoméprazole

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d’utiliser ce médicament.

Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d’informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu’un d’autre, même en cas de symptômes

identiques, cela pourrait lui être nocif.

Si l’un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice,

parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. Qu'est-ce que AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion et dans quel cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d’utiliser AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion

3. Comment utiliser AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion ?

6. Informations supplémentaires.

1. QU’EST-CE QUE AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion ET DANS QUELS CAS EST-IL

UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique

Classe pharmacothérapeutique : INHIBITEUR DE LA POMPE A PROTONS

Indications thérapeutiques

Axiago est un médicament de la classe des inhibiteurs de la pompe à protons. Il diminue la sécrétion acide au niveau de

l'estomac.

Axiago solution injectable ou pour perfusion est indiqué, comme traitement antisécrétoire gastrique lorsque la voie orale

n’est pas possible, par exemple dans :

le reflux gastro-oesophagien chez les patients ayant une oesophagite et/ou des symptômes sévères de reflux,

le traitement des ulcères de l’estomac associés à la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS),

la prévention des ulcères de l’estomac et du duodénum associés à la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

chez les patients à risque.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE AXIAGO 40 mg, poudre pour solution

injectable ou pour perfusion ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Il est particulièrement important d'informer votre médecin si vous prenez d'autres médicaments, même ceux sans prescription

médicale.

Contre-indications

Ne n'utilisez jamais AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion :

si vous êtes allergique à l'un des constituants d’Axiago,

si vous êtes allergique à un autre inhibiteur de la pompe à protons,

si vous prenez un médicament contenant de l’atazanavir (utilisé dans le traitement du VIH).

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion:

si vous prenez d'autres médicaments comme l'itraconazole ou le kétoconazole (pour les infections fongiques),

si vous avez des problèmes hépatiques graves. Vous devez en discuter avec votre médecin, il peut réduire la posologie,

si vous avez des problèmes rénaux graves. Vous devez en discuter avec votre médecin.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise d'autres médicaments

Il est important d'indiquer à votre médecin ou à votre pharmacien si vous prenez ou avez pris récemment un autre

médicament notamment l’itraconazole, le kétoconazole ou le voriconazole, le diazépam, la phénytoïne, la warfarine ou

autres dérivés coumariniques, l’atazanavir, la clarithromycine ou le cisapride, même s'il s'agit d'un médicament obtenu sans

ordonnance.

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse

Si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être, ou si vous allaitez, dites-le à votre médecin avant de prendre Axiago.

Ce médicament ne sera utilisé pendant la grossesse que sur les conseils de votre médecin.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Allaitement

Ce médicament ne doit pas être utilisé au cours de l’allaitement.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Sans objet.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT UTILISER AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion?

Instructions pour un bon usage

Dès que la voie orale est possible ou appropriée, la voie intraveineuse doit être arrêtée et le traitement doit être poursuivi par

la voie orale.

Dans tous les cas, se conformer strictement à l’ordonnance de votre médecin.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Habituellement, la posologie recommandée est de 20 à 40 mg une fois par jour, selon l’indication :

Traitement de l'oesophagite

La posologie recommandée est de 40 mg une fois par jour.

Traitement des symptômes du reflux gastro-oesophagien (brûlures et remontées acides)

La posologie recommandée est de 20 mg une fois par jour.

Traitement des ulcères de l’estomac associés à la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens

20 mg une fois par jour.

Prévention des ulcères de l’estomac et du duodénum associés à la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens chez les

patients à risque

20 mg une fois par jour.

Injection I.V.

La solution pour injection I.V. est préparée en ajoutant 5 ml d’une solution de chlorure de sodium à 0,9 % pour voie

intraveineuse au flacon d’ésoméprazole.

Dose de 40 mg

La solution reconstituée doit être administrée en injection I.V. pendant au moins 3 minutes.

Dose de 20 mg

La moitié de la solution reconstituée doit être administrée en injection I.V. pendant environ 3 minutes. Toute solution non

utilisée doit être jetée.

Perfusion

La solution pour perfusion est préparée en dissolvant le contenu d’un flacon d’ésoméprazole dans 100 ml d’une solution de

chlorure de sodium à 0,9 % pour voie intraveineuse.

Dose de 40 mg

La solution reconstituée doit être administrée en perfusion intraveineuse en 10 à 30 minutes.

Dose de 20 mg

La moitié de la solution reconstituée doit être administrée en perfusion intraveineuse en 10 à 30 minutes. Toute solution non

utilisée doit être jetée.

Le produit ne doit être reconstitué qu’avec une solution de chlorure de sodium à 0,9 % pour voie intraveineuse. Aucun autre

soluté ne doit être utilisé.

La solution reconstituée ne doit être ni mélangée ni co-administrée avec d’autres médicaments.

La reconstitution doit se faire dans des conditions aseptiques et la solution doit être contrôlée visuellement pour s’assurer de

l’absence de particules ou de coloration anormale avant administration.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Sans objet.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Sans objet.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion est susceptible d'avoir des

effets indésirables, bien que tout le monde n’y soit pas sujet.

Effets indésirables fréquents (chez 1 à 10 % des patients traités) :

Maux de tête, diarrhée, constipation, nausées, vomissements, douleurs abdominales, flatulence.

Effets indésirables peu fréquents (chez moins de 1 % des patients traités) :

Sensation vertigineuse, œdème périphérique, paresthésie (sensation anormale dans une région cutanée ou profonde),

somnolence, insomnie, augmentation des enzymes du foie, réactions cutanées (dermatite, rash, prurit, urticaire), malaise.

Effets indésirables rares (chez moins de 0,1 % des patients traités) :

Confusion mentale réversible, agitation, agressivité, dépression et hallucinations, particulièrement chez des patients

présentant des pathologies sévères, gynécomastie (gonflement des seins chez l’homme), sécheresse de la bouche,

stomatite (inflammation de la bouche), candidose gastro-intestinale (infection due à un champignon), diminution du nombre

des cellules sanguines (globules rouges, globules blancs, plaquettes), encéphalopathie chez les patients ayant une

insuffisance hépatique sévère pré-existante, hépatite avec ou sans ictère (jaunisse), insuffisance hépatique, douleurs

articulaires ou musculaires, fatigue musculaire, photosensibilisation, réactions cutanées graves (réactions bulleuses),

alopécie (chute de cheveux), réactions allergiques telles que gonflement du visage, des lèvres, du larynx et/ou de la langue,

bronchospasme, choc anaphylactique, fièvre, néphrite interstitielle (atteinte rénale), augmentation de la sueur, vision trouble,

perturbation du goût et diminution du taux de sodium dans le sang.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent

graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion ?

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser après la date de péremption figurant sur la boîte.

Conditions de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas 30°C dans l’emballage extérieur d’origine, à l’abri de la lumière.

Cependant, les flacons peuvent être conservés à la lumière en dehors de leur emballage extérieur jusqu’à 24 heures.

La solution, une fois reconstituée, doit être utilisée immédiatement.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout à l’égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien

ce qu’il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l’environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion?

La substance active est :

Esoméprazole ............................................................................................................................... 40,00 mg

Pour un flacon

Les autres composants sont :

Edédate disodique dihydraté, Hydroxyde de sodium.

Forme pharmaceutique et contenu

Qu’est ce que AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion et contenu de l’emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous forme de poudre pour solution injectable ou pour perfusion ; boîte de 1 ou 10 flacons.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire

ASTRAZENECA

1 PLACE RENAULT

92844 RUEIL MALMAISON CEDEX

Exploitant

ASTRAZENECA

1 PLACE RENAULT

92844 RUEIL MALMAISON CEDEX

Fabricant

AstraZeneca AB

S-151 85 Södertälje

SUEDE

AstraZeneca Monts

18, route de Montbazon

37260 Monts

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants :

[à compléter par le titulaire]

Date d’approbation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’Afssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Sans objet.

Lire le document complet

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 08/08/2007

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

AXIAGO 40 mg, poudre pour solution injectable ou pour perfusion

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Esoméprazole................................................................................................................................ 40,00 mg

Sous forme d’ésoméprazole sodique

pour un flacon

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Poudre pour solution injectable ou pour perfusion.

Poudre blanche à pratiquement blanche.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

Axiago solution injectable ou pour perfusion, est indiqué comme traitement antisécrétoire gastrique lorsque la voie orale

n’est pas possible, par exemple dans :

le reflux gastro-oesophagien chez les patients ayant une oesophagite et/ou des symptômes sévères de reflux,

la cicatrisation des ulcères gastriques associés à la prise d’AINS,

la prévention des ulcères gastroduodénaux associés à la prise d’AINS, chez les patients à risque.

4.2. Posologie et mode d'administration

Les patients ne pouvant pas prendre le médicament par voie orale peuvent être traités par voie parentérale, à la posologie

de 20 à 40 mg une fois par jour.

Chez les patients ayant une oesophagite par reflux gastro-oesophagien, la dose recommandée est de 40 mg une fois par

jour. Chez les patients traités pour un reflux gastro-oesophagien symptomatique, la dose recommandée est de 20 mg une

fois par jour.

Pour la cicatrisation des ulcères gastriques associés à la prise d’AINS : 20 mg une fois par jour.

Pour la prévention des ulcères gastroduodénaux associés à la prise d’AINS chez les patients à risque : 20 mg une fois par

jour.

Habituellement, la durée du traitement par voie I.V. est courte et le relais par la voie orale doit être fait dès que possible.

Mode d’administration

Injection

Dose de 40 mg

La solution reconstituée doit être administrée en injection intraveineuse pendant au moins 3 minutes.

Dose de 20 mg

La moitié de la solution reconstituée doit être administrée en injection intraveineuse pendant environ 3 minutes. Toute

solution non utilisée doit être jetée.

Perfusion

Dose de 40 mg

La solution reconstituée doit être administrée en perfusion intraveineuse en 10 à 30 minutes.

Dose de 20 mg

La moitié de la solution reconstituée doit être administrée en perfusion intraveineuse en 10 à 30 minutes. Toute solution

non utilisée doit être jetée.

Enfants et adolescents

Axiago ne doit pas être utilisé chez l’enfant en l’absence de données disponibles.

Insuffisants rénaux

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire en cas d’insuffisance rénale.

En raison de l’expérience limitée chez les patients atteints d’insuffisance rénale sévère, l’utilisation d’Axiago devra être

prudente chez ces patients (voir rubrique 5.2).

Insuffisants hépatiques

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée.

Chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère, il convient de ne pas dépasser la dose maximale de 20 mg

d’Axiago (voir rubrique 5.2).

Sujets âgés

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire.

4.3. Contre-indications

Hypersensibilité connue à l’ésoméprazole, aux dérivés benzimidazolés ou à l’un des composants.

L’ésoméprazole, comme les autres inhibiteurs de la pompe à protons, ne doit pas être administré avec l’atazanavir (voir

rubrique 4.5).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

En présence de l’un des symptômes d’alarme suivants (tels que perte de poids importante et involontaire, vomissements

répétés, dysphagie, hématémèse ou méléna) ou en cas de suspicion ou de présence d’un ulcère gastrique, l’éventualité

d’une lésion maligne doit être exclue car Axiago peut atténuer les symptômes et retarder le diagnostic.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

A noter que les données de pharmacocinétique portent sur l’oméprazole racémique de l’ésoméprazole.

Effets de l’ésoméprazole sur la pharmacocinétique des autres médicaments

Médicaments dont l’absorption est dépendante du pH

La diminution de l’acidité intragastrique au cours du traitement avec l’ésoméprazole peut diminuer ou augmenter l’absorption

de médicaments si le mécanisme d’absorption est influencé par l’acidité gastrique.

Comme lors de l’administration concomitante avec d’autres anti-sécrétoires gastriques ou avec des antiacides, l’absorption

du kétoconazole et de l’itraconazole peut être diminuée au cours du traitement avec l’ésoméprazole.

L’oméprazole (40 mg en une prise par jour) administré en association avec l’atazanavir 300 mg associé au ritonavir 100 mg,

chez des volontaires sains, a entraîné une diminution substantielle des concentrations plasmatiques d'atazanavir

(approximativement une diminution de 75 % de l'AUC, Cmax et Cmin). L'augmentation de la posologie de l’atazanavir à 400

mg n'a pas compensé l'effet de l'oméprazole sur les concentrations plasmatiques d'atazanavir. Les inhibiteurs de la pompe à

protons, y compris l’ésoméprazole, ne doivent pas être administrés avec l’atazanavir (voir rubrique 4.3).

Médicaments métabolisés par le CYP2C19

L’ésoméprazole inhibe le CYP2C19, principal enzyme de métabolisation de l’ésoméprazole. De ce fait, lors d’une

administration concomitante avec des médicaments métabolisés par le CYP2C19, tels que le diazépam, le citalopram,

l’imipramine, la clomipramine, la phénytoïne, etc…, les concentrations plasmatiques de ces médicaments peuvent être

augmentées et une réduction des doses peut être nécessaire. Ceci doit être particulièrement pris en compte lorsque

l’ésoméprazole est prescrit pour un traitement à la demande.

Une administration concomitante de 30 mg d’ésoméprazole entraîne une diminution de 45 % de la clairance du diazépam,

métabolisé par le CYP2C19.

L’administration concomitante de 40 mg d’ésoméprazole conduit à une augmentation de 13 % des concentrations

plasmatiques de phénytoïne chez les patients épileptiques. Il est recommandé de surveiller les concentrations plasmatiques

de la phénytoïne lors de la mise en oeuvre ou à l’arrêt du traitement avec l’ésoméprazole. L’oméprazole (à la dose de 40 mg

en une prise par jour) a entraîné une augmentation des concentrations plasmatiques de voriconazole (un substrat du

CYP2C19), avec Cmax et AUCT augmentés respectivement de 15 et 41 %.

Un essai clinique a montré que lors de l’administration de 40 mg d’ésoméprazole chez les patients traités par warfarine, les

temps de coagulation restent dans les valeurs normales. Cependant depuis la mise sur le marché, quelques cas d’élévation

de l’INR cliniquement significatifs ont été rapportés lors d’un traitement concomitant. Une surveillance est recommandée à

l’initiation et à la fin du traitement concomitant de l’ésoméprazole avec la warfarine ou d’autres dérivés coumariniques.

Chez les volontaires sains, l’administration concomitante de 40 mg d’ésoméprazole conduit à une augmentation de 32 % de

l’aire sous la courbe des concentrations plasmatiques (ASC) et à une prolongation de 31 % de la demi-vie d’élimination

(t1/2) sans augmentation significative du pic plasmatique du cisapride. La légère prolongation de l’espace QTc observée

après administration du cisapride seul n’est pas majorée lors de l’administration concomitante du cisapride avec

l’ésoméprazole. (voir rubrique 4.4).

L’ésoméprazole n’a pas d’effet cliniquement significatif sur la pharmacocinétique de l’amoxicilline ou de la quinidine.

Des études à court terme évaluant l’administration concomitante d’ésoméprazole avec du naproxène ou du rofécoxib n’ont

pas montré d’interaction pharmacocinétique cliniquement significative.

Effets des autres médicaments sur la pharmacocinétique de l’ésoméprazole

L’ésoméprazole est métabolisé par le CYP2C19 et le CYP3A4.

L’administration concomitante d’ésoméprazole avec un inhibiteur du CYP3A4, la clarithromycine (500 mg deux fois par jour)

conduit à un doublement de l’aire sous la courbe (ASC) de l’ésoméprazole.

L’administration concomitante d’ésoméprazole et d’un inhibiteur combiné du CYP2C19 et du CYP3A4, peut entraîner une

augmentation de plus du double du Cmax et de l’ASC de l’ésoméprazole.

Le voriconazole, inhibiteur des CYP2C19 et CYP3A4 a entraîné une augmentation de l’AUCT de l’oméprazole de 280 %.

Un ajustement systématique de la dose d’ésoméprazole n’est pas nécessaire dans l’une ou l’autre de ces situations.

Cependant, un ajustement de la dose doit être envisagé chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère, et si un

traitement au long cours est indiqué.

4.6. Grossesse et allaitement

Grossesse

Il existe des données cliniques limitées avec l’ésoméprazole au cours de la grossesse.

Les études chez l’animal avec l’ésoméprazole n’ont révélé aucun effet direct ou indirect malformatif ou foetotoxique. Les

études chez l’animal avec le mélange racémique n’ont pas montré d’effets délétères directs ou indirects quant à la

grossesse, l’accouchement ou le développement postnatal. Axiago doit être prescrit avec précaution au cours de la

grossesse.

Allaitement

L’excrétion dans le lait maternel de l’ésoméprazole n’est pas connue. Il n’y pas d’étude chez la femme allaitante. En

conséquence, Axiago ne doit pas être utilisé au cours de l’allaitement.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il est peu probable qu’Axiago ait des effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8. Effets indésirables

Les effets indésirables suivants ont été rapportés ou suspectés au cours des essais cliniques de l’ésoméprazole et depuis

sa mise sur le marché. Aucun des effets n’a été dose-dépendant. Les effets indésirables sont classés par fréquence

(fréquent > 1/100, < 1/10), peu fréquent (> 1/1000, <1/100), rare (> 1/10000, < 1/1000, très rare < 1/10000).

Affections hématologiques et du système lymphatique

Rare : leucopénie, thrombocytopénie

Très rare : agranulocytose, pancytopénie

Affections du système immunitaire

Rare : Réactions d’hypersensibilité telles que fièvre, angio-œdème, réaction/choc anaphylactique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Peu fréquent : œdème périphérique

Rare : hyponatrémie

Affections psychiatriques

Peu fréquent : insomnie

Rare : agitation, confusion, dépression

Très rare : agressivité, hallucinations

Affections du système nerveux

Fréquent : céphalées

Peu fréquent : étourdissements, paresthésie, somnolence

Rare : troubles du goût

Affections oculaires

Rare : vision trouble

Affections de l’oreille et du labyrinthe

Peu fréquent : vertiges

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Rare : bronchospasme

Affections gastro-intestinales

Fréquent : douleurs abdominales, constipation, diarrhée, flatulence, nausées /vomissements

Peu fréquent : sécheresse buccale

Rare : stomatite et candidose gastro-intestinale

Affections hépatobiliaires

Peu fréquent : augmentation des enzymes hépatiques

Rare : hépatite avec ou sans ictère

Très rare : insuffisance hépatique, encéphalopathie chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère préexistante.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : dermatite, prurit, rash, urticaire

Rare : alopécie, photosensibilisation

Très rare : érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Rare : arthralgies, myalgies

Très rare : faiblesses musculaires

Affections du rein et des voies urinaires

Très rare : néphrite interstitielle

Affections des fonctions reproductives et du sein

Très rare : gynécomastie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Rare : malaise, augmentation de la sudation.

Des cas d’atteintes irréversibles pouvant aller jusqu’à la cécité ont été décrits chez un nombre isolé de patients présentant

une altération sévère de leur état général et ayant reçu de l’oméprazole (le racémique) par voie intraveineuse,

essentiellement à fortes doses, sans qu’un lien de causalité n’ait été établi.

4.9. Surdosage

A ce jour, l’expérience relative à un surdosage volontaire est très limitée. Les symptômes décrits lors d’une prise d’une dose

de 280 mg par voie orale sont des symptômes gastro-intestinaux et des signes de fatigue. Des doses orales uniques de 80

mg par jour et des doses de 100 mg par voie intraveineuse ont été bien tolérées. Il n’existe pas d’antidote spécifique connu.

L’ésoméprazole est fortement lié aux protéines plasmatiques et donc n’est pas aisément dialysable. En cas de surdosage, le

traitement sera symptomatique et des mesures générales de support devront être utilisées.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : INHIBITEUR DE LA POMPE A PROTONS

Code ATC : A02B C05

L’ésoméprazole est l’isomère S de l’oméprazole et diminue la sécrétion gastrique acide par un mécanisme d’action

spécifiquement ciblé. C’est un inhibiteur spécifique de la pompe à protons au niveau de la cellule pariétale. Les deux

isomères R et S de l’oméprazole ont une activité pharmacodynamique similaire.

Site et mécanisme d’action

L’ésoméprazole est une base faible. Il est concentré et converti en forme active dans l’environnement acide des canalicules

sécrétoires des cellules pariétales, où il inhibe l’enzyme H

-ATPase (la pompe à protons), la sécrétion acide basale et la

sécrétion acide stimulée.

Activité anti-sécrétoire

Après 5 jours de prises orales de 20 mg et 40 mg d’ésoméprazole, un pH intragastrique supérieur à 4 était maintenu

respectivement pendant en moyenne 13 et 17 heures sur 24 heures chez les patients ayant un reflux gastro-oesophagien

symptomatique. Les effets sont similaires, que l’ésoméprazole soit administré par voie orale ou par voie intraveineuse.

En utilisant l’aire sous la courbe (ASC), comme paramètre reflétant la concentration plasmatique, une relation entre

l’inhibition de la sécrétion gastrique acide et l’aire sous la courbe (ASC) a été démontrée.

Effets thérapeutiques de l’effet anti-sécrétoire

La cicatrisation de l’œsophagite par reflux gastro-oesophagien avec l'ésoméprazole 40 mg est obtenue chez environ 78 %

des patients après 4 semaines et chez 93 % des patients après 8 semaines.

Autres effets de l’action anti-sécrétoire

Au cours du traitement par les anti-sécrétoires, la concentration de gastrine dans le sérum augmente en réponse à la

réduction de la sécrétion gastrique acide.

Une augmentation du nombre de cellules ECL en relation possible avec l’augmentation des concentrations sériques de la

gastrine a été observée chez certains patients traités au long cours avec l’ésoméprazole administré par voie orale.

Lors d’un traitement oral au long cours avec des anti-sécrétoires, des kystes glandulaires gastriques ont été rapportés avec

une fréquence légèrement augmentée. Ces modifications qui sont une conséquence physiologique d’une inhibition

prononcée de la sécrétion acide, sont bénignes et apparaissent réversibles.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

Distribution

Le volume de distribution apparent à l’état d’équilibre chez le sujet sain est d’environ 0,22 l/kg. La liaison de l’ésoméprazole

aux protéines plasmatiques est de 97 %.

Métabolisme et élimination

L’ésoméprazole est totalement métabolisé par le cytochrome P450 (CYP). La majeure partie de son métabolisme est

dépendante de l’enzyme polymorphe CYP2C19, responsable de la formation des métabolites hydroxy et déméthyl de

l’ésoméprazole. La partie restante est dépendante d’un autre isoenzyme spécifique, le CYP3A4, responsable de la formation

de sulfone ésoméprazole, principal métabolite plasmatique.

Les paramètres ci-dessous reflètent principalement la pharmacocinétique chez les individus ayant un enzyme CYP2C19

fonctionnel ou qui sont dits « métaboliseurs rapides ».

La clairance plasmatique totale est d’environ 17 l/h après une dose unique et d’environ 9 l/h après administrations répétées.

La demi-vie plasmatique d’élimination est d'environ 1,3 heure après administrations répétées d’une prise par jour.

L’exposition totale (ASC) augmente avec des administrations répétées d'ésoméprazole. Cette augmentation est dose-

dépendante et résulte en une relation dose - aire sous la courbe (ASC) non linéaire après administrations répétées. Cet effet

temps-dépendant et dose-dépendant est dû à une diminution du métabolisme de premier passage et de la clairance

systémique probablement causée par inhibition de l’enzyme CYP2C19 par l’ésoméprazole et /ou son métabolite sulfone.

L’ésoméprazole est éliminé totalement du plasma entre deux administrations sans tendance à l’accumulation lors d’une

prise par jour.

Après administrations répétées de doses de 40 mg par voie intraveineuse, le pic moyen de concentration plasmatique est

d’environ 13,6 µmol/l. Le pic moyen de concentration plasmatique après administration de doses identiques par voie orale

est d’environ 4,6 µmol/l. Une augmentation moindre (d’environ 30 %) de l’exposition totale peut être observée après une

administration par voie intraveineuse en comparaison à une administration par voie orale.

Les principaux métabolites de l’ésoméprazole n’ont pas d’effet sur la sécrétion gastrique acide. Environ 80 % d’une dose

d’ésoméprazole administré par voie orale sont éliminés sous forme de métabolites dans les urines, le reste étant retrouvé

dans les fèces. Moins de 1 % de la molécule mère est retrouvé dans les urines.

Populations spécifiques

Environ 2,9 + 1,5 % de la population sont déficients en enzyme CYP2C19 fonctionnel et sont appelés "métaboliseurs lents".

Chez ces individus, le métabolisme de l'ésoméprazole est probablement catalysé principalement par le CYP3A4. Après

administrations répétées d’une prise orale de 40 mg d'ésoméprazole par jour, l’exposition totale moyenne est environ 100 %

plus élevée chez les métaboliseurs lents que chez les sujets ayant un enzyme CYP2C19 fonctionnel (métaboliseurs

rapides). Le pic plasmatique moyen est augmenté d'environ 60 %.

Des différences similaires ont été observées lors d’administration intraveineuse d’ésoméprazole. Ces observations n’ont pas

de conséquence sur la posologie de l’ésoméprazole.

Le métabolisme de l’ésoméprazole n’est pas significativement modifié chez le sujet âgé (71-80 ans).

Après administration orale d’une dose unique de 40 mg d’ésoméprazole, l’exposition totale moyenne est d’environ 30 %

supérieure chez la femme comparativement à l’homme. Aucune différence entre les sexes n’a été observée après

administrations répétées quotidiennes d’ésoméprazole. Des différences similaires ont été observées lors d’administration

intraveineuse d’ésoméprazole. Ces observations n’ont pas de conséquence sur la posologie de l’ésoméprazole.

Le métabolisme de l’ésoméprazole des patients ayant une insuffisance hépatique légère à modérée peut être altéré. Le taux

de métabolisation est diminué chez les patients atteints d’insuffisance hépatique sévère, résultant en un doublement de

l’exposition totale de l’ésoméprazole. Par conséquent, une dose maximale de 20 mg ne doit pas être dépassée chez les

patients ayant une insuffisance hépatique sévère.

L’ésoméprazole et ses principaux métabolites ne montrent pas de tendance à l’accumulation avec une seule prise par jour.

Aucune étude n'a été réalisée chez les patients ayant une fonction rénale altérée.

Comme le rein est responsable de l’élimination des métabolites de l’ésoméprazole mais pas de l’élimination de la molécule

mère, le métabolisme de l’ésoméprazole n’est pas modifié chez les patients avec insuffisance rénale.

5.3. Données de sécurité préclinique

Les études précliniques n’ont pas révélé de risque particulier chez l’Homme, à partir des études classiques de toxicité de

doses uniques et répétées, de génotoxicité, de toxicité sur la reproduction. Les études de carcinogénèse par voie orale chez

le rat avec le mélange racémique ont montré une hyperplasie des cellules ECL gastriques et des tumeurs carcinoïdes. Chez

le rat, ces modifications gastriques sont le résultat d’une hypergastrinémie prolongée et importante, secondaire à la

réduction de la sécrétion gastrique acide et sont observées chez cet animal lors de traitement au long cours avec des

inhibiteurs de la sécrétion acide.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Edédate disodique dihydraté.

Hydroxyde de sodium.

6.2. Incompatibilités

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments, à l’exception de ceux mentionnés en 6.6.

6.3. Durée de conservation

2 ans dans toutes les zones climatiques

Durée de conservation après reconstitution : la stabilité physicochimique du produit reconstitué a été démontrée pendant 12

heures à 30°C. Toutefois, du point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement.

6.4. Précautions particulières de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas 30°C dans l’emballage extérieur d’origine, à l’abri de la lumière.

Cependant, les flacons peuvent être conservés à la lumière en dehors de leur emballage extérieur jusqu’à 24 heures.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

Flacon de 5 ml en verre incolore borosilicaté, de type I. Bouchon de bromobutyl, sans latex, capsule en aluminium avec

sceau en plastique.

Boîte de 1 ou 10 flacons.

Toutes les tailles de conditionnement peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation

La solution reconstituée doit être contrôlée visuellement pour s’assurer de l’absence de particules ou de coloration anormale

avant administration. Seule une solution claire doit être utilisée.

Pour usage unique seulement.

Lors de l’administration d’une dose de 20 mg, seulement la moitié de la solution reconstituée doit être utilisée. Toute solution

non utilisée doit être jetée conformément à la réglementation en vigueur.

Injection I.V.

La solution pour injection I.V. est préparée en ajoutant 5 ml d’une solution de chlorure de sodium à 0,9 % pour voie

intraveineuse au flacon d’ésoméprazole.

La solution pour injection I.V. reconstituée est claire et incolore à jaune très pâle.

Perfusion

La solution pour perfusion est préparée en dissolvant le contenu d’un flacon d’ésoméprazole dans 100 ml d’une solution de

chlorure de sodium à 0,9 % pour voie intraveineuse.

La solution pour perfusion reconstituée est claire et incolore à jaune très pâle.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

ASTRAZENECA

1 PLACE RENAULT

92844 RUEIL MALMAISON CEDEX

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

364 437-6 : poudre en flacon (verre) ; boîte de 1

364 438-2 : poudre en flacon (verre) ; boîte de 10

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste II.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information