APO-HYDROXYUREA Capsule

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Hydroxyurée
Disponible depuis:
APOTEX INC
Code ATC:
L01XX05
DCI (Dénomination commune internationale):
HYDROXYCARBAMIDE
Dosage:
500MG
forme pharmaceutique:
Capsule
Composition:
Hydroxyurée 500MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
100
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
ANTINEOPLASTIC AGENTS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0113432001; AHFS: 10:00.00
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02247937
Date de l'autorisation:
2003-09-18

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

Page

1

25

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

APO-HYDROXYUREA

Hydroxyurée, capsules, USP

500 mg

Agent antinéoplasique

APOTEX INC.

DATE DE RÉVISION :

150 Signet Drive 07 octobre 2020

Toronto, Ontario

M9L 1T9

Numéro de contrôle de soumission :

239807

Page

2

25

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

Pr

APO-HYDROXYUREA

Hydroxyurée, capsules, USP

500 mg

CLASSE THÉRAPEUTIQUE

Agent antinéoplasique

APO-HYDROXYUREA (HYDROXYURÉE) DOIT ÊTRE PRIS SOUS LA SURVEILLANCE D’UN

MÉDECIN EXPÉRIMENTÉ DANS L’ADMINISTRATION D’AGENTS ANTINÉOPLASIQUES.

ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

Néoplasies : On ne peut pas décrire pour le moment le mode d’action précis par lequel l’hydroxyurée

produit ses effets antinéoplasiques. Toutefois, les rapports de diverses études effectuées sur des cultures de

tissus de rats et d’humains appuient l’hypothèse selon laquelle l’hydroxyurée entraîne l’inhibition

immédiate de la synthèse de l’ADN en agissant comme un inhibiteur de la ribonucléotide-réductase, sans

entraver la synthèse des protéines ou de l’acide ribonucléique. L’hydroxyurée ralentit probablement la

vitesse de transformation des ribonucléotides et des désoxyribonucléotides. Cet effet est particulièrement

évident dans les cellules qui prolifèrent rapidement.

Potentialisation de la radiothérapie : On a proposé trois modes d’action possibles permettant d’expliquer la

potentialisation des effets thérapeutiques de la radiothérapie par l’hydroxyurée en présence d’épithélioma

spinocellulaire (épidermoïde) de la tête et du cou. Des études menées

in vitro

sur des cellules de hamster

chinois laissent supposer que l’hydroxyurée a des effets létaux sur les cellules en phase S normalement

radiorésistantes et qu’elle maintient d’autres cellules à la phase G1 ou à la phase de synthèse pré-ADN du

cycle, là où elles sont les plus sensibles aux effets des rayons. Le troisième mécanisme a été établi en

théorie d’après les études

in vitro

, menées sur des cellules HeLa : en inhibant la synthèse de l’ADN,

l’hydroxyurée semble entraver le processus normal de réparation des cellules lésées, mais non détruites par

les rayons, diminuant ainsi leur taux de survie. On n’a noté aucune modification de la synthèse de l’ARN et

des protéines.

Pharmacocinétique

Absorption : L’hydroxyurée est rapidement absorbée après l’administration par voie orale. Le médicament

atteint les concentrations plasmatiques de pointe en l’espace de 1 à 4 heures après l’administration d’une

dose orale. Avec l’augmentation de la dose, on observe des concentrations plasmatiques moyennes et une

aire sous la courbe (ASC) concentration plasmatique-temps disproportionnellement plus grandes. On ne

dispose d’aucune donnée quant à l’effet des aliments sur l’absorption de l’hydroxyurée.

Distribution : La distribution de l’hydroxyurée dans l’organisme est rapide et vaste, le volume de

distribution estimé correspondant environ à l’eau corporelle totale. Le rapport plasma:ascite varie de 2:1 à

7,5:1. L’hydroxyurée se concentre dans les leucocytes et les érythrocytes. L’hydroxyurée traverse la

barrière hémato-encéphalique.

Page

3

25

Métabolisme : Jusqu’à 50 % de la dose orale subit une conversion par des voies métaboliques qui ne sont

pas entièrement caractérisées. Par une voie mineure, l’hydroxyurée peut être décomposée en acide

acétohydroxamique par l’uréase présente dans les bactéries intestinales.

Élimination : L’élimination de l’hydroxyurée chez les humains est un processus non linéaire qui fait

intervenir deux voies : l’une est un métabolisme saturable, probablement hépatique, l’autre est une

élimination rénale du premier ordre. Chez les patients atteints d’une tumeur maligne, de 25 à 55 % de la

dose est éliminée par voie rénale. Après 24 heures, la concentration sérique est négligeable lorsque la dose

habituelle est administrée une fois par jour.

Populations spéciales : On ne dispose d’aucune donnée concernant les différences pharmacocinétiques liées

à l’âge, au sexe ou à la race.

Insuffisance rénale : Étant donné que les reins constituent une voie d’élimination, on devrait en tenir

compte et diminuer la dose à administrer à cette population de patients. Une étude ouverte, multicentrique,

sans répartition aléatoire et avec administration d’une dose unique, a été menée chez des adultes souffrant

de drépanocytose afin d’évaluer l’influence de la fonction rénale sur la pharmacocinétique de

l’hydroxyurée. Les patients participant à cette étude, qui présentent une fonction rénale normale (clairance

de la créatinine (Clcr) > 80 mL/min) ou une insuffisance rénale légère (Clcr de 50 à 80 mL/min) ou grave

(Clcr < 30 mL/min), ont reçu, par voie orale, une seule dose de 15 mg/kg d’hydroxyurée. Cette dose a été

obtenue par l’utilisation d’une combinaison de capsules à 200 mg, à 300 mg ou à 400 mg. Les patients

souffrant d’une insuffisance rénale au stade ultime (IRSU) ont reçu deux doses de 15 mg/kg, à sept jours

d’intervalle. La première dose a été administrée après une séance d’hémodialyse de quatre heures et la

seconde, juste avant l’hémodialyse. Lors de cette étude, l’exposition moyenne (ASC) chez les patients

présentant une clairance de la créatinine < 60 mL/min (à savoir une IRSU) a été approximativement de

64 % plus élevée que celle des patients ayant une fonction rénale normale. Les résultats laissent entendre

que la dose initiale d’hydroxyurée devrait être réduite lorsqu’on l’administre à des patients souffrant

d’insuffisance rénale (voir PRÉCAUTIONS et POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Insuffisance hépatique : Aucune donnée n’appuie la mise en place des lignes directrices spécifiques

concernant l’adaptation posologique chez les insuffisants hépatiques (voir également POSOLOGIE ET

ADMINISTRATION).

Biodisponibilité comparative

Des études de biodisponibilité comparative ont été effectuées auprès de volontaires en bonne santé, à jeun

ou non. La vitesse et le degré d’absorption de l’hydroxyurée ont été mesurés puis comparés à la suite de la

prise d’une seule dose de 500 mg d’APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) par voie orale ou de capsules

d’Hydrea

. Les résultats provenant de paramètres mesurés sont résumés ci-dessous :

Sommaire des données sur la biodisponibilité comparative

Hydroxyurée (Dose : 1 × 500 mg) à partir des paramètres mesurés

À jeun

D’après l’hydroxyurée

Paramètre

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (% CV)

Rapport des moyennes

géométriques (%)**

APO-HYDROXYUREA

Hydrea

gh/mL)

37,1

37,7 (19)

36,4

36,8 (15)

102,0

Page

4

25

Sommaire des données sur la biodisponibilité comparative

Hydroxyurée (Dose : 1 × 500 mg) à partir des paramètres mesurés

À jeun

D’après l’hydroxyurée

Paramètre

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (% CV)

Rapport des moyennes

géométriques (%)**

APO-HYDROXYUREA

Hydrea

gh/mL)

41,6

42,1 (17)

40,8

41,2 (15)

101,9

g/mL)

9,22

9,41 (22)

9,49

9,74 (25)

97,2

0,74 (36)

0,66 (44)

4,24 (31)

4,44 (33)

* Moyennes arithmétiques (%CV).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

† Hydrea

est commercialisé par Squibb Canada inc., une filiale de Bristol-Myers Squibb Canada inc.

Résumé des données de biodisponibilité comparée

Hydroxyurée (Dose : 1 × 500 mg) à partir des paramètres mesurés

Sujets non à jeun

D’après l’hydroxyurée

Paramètre

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (% CV)

Rapport des moyennes

géométriques (%)**

APO-HYDROXYUREA

Hydrea

gh/mL)

36,0

36,4 (13)

36,2

36,5 (12)

99,4

gh/mL)

39,8

40,1 (12)

39,7

40,0 (11)

99,8

g/mL)

7,04

7,14 (16)

6,79

6,88 (18)

103,9

2,42 (29)

2,19 (34)

3,32 (17)

3,45 (19)

* Moyennes arithmétiques (% CV).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

† Hydrea

est commercialisé par Squibb Canada inc., une filiale de Bristol-Myers Squibb Canada inc.

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) est indiqué en association avec la radiothérapie dans le traitement

de l’épithélioma spinocellulaire (épidermoïde) primaire de la tête et du cou, à l’exclusion des lèvres.

On a signalé une réponse tumorale à l’hydroxyurée dans les cas de de leucémie myéloïde chronique rebelle.

CONTRE-INDICATIONS

Page

5

25

APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) est contre-indiqué chez les patients présentant une dépression

médullaire osseuse marquée, comme la leucopénie (< 2 500 leucocytes/mm

), la thrombocytopénie

(< 100 000/mm

) ou l’anémie grave, ou chez les patients qui ont déjà manifesté une hypersensibilité à

l’hydroxyurée ou à l’une de ses composantes.

MISES EN GARDE

APO-HYDROXYUREA

(hydroxyurée) doit être administré sous la surveillance d’un médecin expérimenté

dans l’administration d’agents antinéoplasiques.

On ne doit pas amorcer le traitement avec APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) en présence de

dépression médullaire osseuse (voir CONTRE-INDICATIONS), car il peut entraîner une aplasie

médullaire dont la leucopénie est en général la première manifestation et, aussi, la plus courante. La

thrombocytopénie et l’anémie surviennent moins fréquemment et sont rarement notées en l’absence de

leucopénie. La moelle osseuse se rétablit rapidement après l’arrêt du traitement par

APO-HYDROXYUREA. La dépression médullaire osseuse se manifeste plus vraisemblablement chez les

patients qui ont déjà reçu une radiothérapie ou des agents antinéoplasiques cytotoxiques. Dans de tels cas,

APO-HYDROXYUREA doit être administré avec prudence.

On doit corriger l’anémie grave avant d’amorcer le traitement par APO-HYDROXYUREA.

Anomalies érythrocytaires : On note souvent, au début d’un traitement avec l’hydroxyurée, une

érythropoïèse mégaloblastique, évoluant spontanément vers la guérison. Les modifications morphologiques

s’apparentent à celles qui caractérisent l’anémie pernicieuse, mais ne sont pas reliées à une carence en

vitamine B

ou en folates. La macrocytose peut masquer l’apparition secondaire d’une carence en folates;

il est recommandé de mesurer régulièrement la concentration sérique d’acide folique. L’hydroxyurée peut

aussi ralentir la clairance du fer plasmatique et réduire la vitesse d’utilisation du fer par les érythrocytes,

mais elle ne semble toutefois pas modifier le temps de survie des érythrocytes.

Lors d’un traitement par APO-HYDROXYUREA, les patients ayant reçu une radiothérapie par le passé

peuvent manifester une exacerbation de l’érythème induit par les rayons.

Personnes âgées

Les personnes âgées peuvent être plus sensibles aux effets d’APO-HYDROXYUREA. Il faudrait

éventuellement adapter la dose dans leur cas.

Carcinogénécité, mutagénécité, diminution de la fécondité

L’hydroxyurée est un agent génotoxique sans équivoque et un agent carcinogène trans-espèces présumé qui

laisse prévoir un risque carcinogénique pour l’humain. On a signalé une leucémie secondaire chez les

patients atteints de maladies myéloprolifératives, comme la polycythémie vraie et la thrombocytopénie, qui

reçoivent un traitement de longue durée par l’hydroxyurée. On ne sait pas si cet effet leucémigène est lié à

l’hydroxyurée ou à la maladie sous-jacente des patients. On a également signalé un cancer de la peau chez

les patients recevant un traitement prolongé par l’hydroxyurée.

Des cas d’azoospermie et d’oligospermie, parfois réversibles, ont été observés chez certains hommes. Il

faut informer les patients de sexe masculin de la possibilité de conserver du sperme avant le début du

traitement.

Page

6

25

Comme l’hydroxyurée est un agent génotoxique, on doit recommander aux hommes qui reçoivent cet agent

d’utiliser une méthode contraceptive sûre durant le traitement et pendant au moins un an après la fin du

traitement.

Grossesse

L’hydroxyurée s’est avérée un agent tératogène puissant dans une vaste gamme de modèles animaux,

incluant les souris, les rats, les hamsters, les lapins, les chats, les porcs miniatures, les chiens et les singes.

Les effets de l’exposition prénatale à l’hydroxyurée incluent le décès du fœtus ou de l’embryon, les

malformations fœtales multiples des viscères et du squelette, le retard de croissance intra-utérin et les

déficits fonctionnels.

APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) peut causer des lésions au fœtus lorsqu’il est administré à des

femmes enceintes. On n’a mené aucune étude appropriée et bien contrôlée chez les femmes enceintes. Si la

patiente reçoit APO-HYDROXYUREA pendant la grossesse ou si elle devient enceinte pendant le

traitement par cet agent, elle doit être informée des dangers auxquels le fœtus est exposé. Il faut conseiller

aux femmes en âge de procréer d’éviter la grossesse pendant la durée du traitement par

APO-HYDROXYUREA.

APO-HYDROXYUREA ne doit pas être administré aux hommes qui envisagent la procréation.

Vaccins

L’administration concomitante d’APO-HYDROXYUREA et d’un vaccin à virus vivant peut potentialiser

la réplication du virus contenu dans le vaccin, car APO-HYDROXYUREA peut inhiber les mécanismes de

défense normaux.

L’administration d’un vaccin à virus vivant à un patient prenant APO-HYDROXYUREA risque d'entraîner

une infection grave. La réponse des anticorps du patient aux vaccins, y compris aux vaccins à virus

inactivé, pourrait être sous-optimale. On doit éviter l’administration de vaccins à virus vivant et demander

l’avis d’un spécialiste (voir INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Fièvre d’origine médicamenteuse

Une fièvre élevée (≥ 39 °C) pouvant mener à une hospitalisation a été signalée, dans certains cas

enconcomitance avec des symptômes gastro-intestinaux, pulmonaires, musculosquelettiques,

hépatobiliaires, dermatologiques ou cardiovasculaires. Ces symptômes se sont habituellement manifestés

au cours des six premières semaines suivant le début du traitement et se sont rapidement estompés après

l’arrêt du traitement par l’hydroxyurée. Lorsque le traitement était réinstauré, la fièvre réapparaissait dans

les 24 heures.

Fonction hépatique

Des cas d’hépatite et de cholestase ont été signalés fréquemment chez les patients traités par hydroxyurée;

une hospitalisation a été nécessaire dans bon nombre de ces cas. L’apparition d’une hépatite ou d’une

cholestase commande l’abandon du traitement par d’APO-HYDROXYUREA (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Les données recueillies après la commercialisation ont révélé des cas d’hépatotoxicité et d’insuffisance

hépatique d’issue fatale chez des patients infectés par le VIH ayant reçu l’hydroxyurée et d’autres agents

antirétroviraux. Les épisodes hépatiques d’issue fatale ont été signalés le plus souvent chez les patients

Page

7

25

traités par l’association hydroxyurée, didanosine et stavudine. Par conséquent, on devrait éviter l’emploi de

cette association.

Syndrome de lyse tumorale

Des cas de syndrome de lyse tumorale ont été signalés chez des patients traités par hydroxyurée. Les

patients qui présentent un risque de syndrome de lyse tumorale sont ceux dont le volume 5 tumoral est

élevé avant le traitement. Surveiller étroitement les patients et prendre les précautions nécessaires.

Troubles respiratoires

Des cas de maladie pulmonaire interstitielle, y compris de fibrose pulmonaire, d’infiltration

pulmonaire, de pneumonite et d’alvéolite/alvéolite allergique (dont certains ont été mortels), ont

été signalés chez des patients traités par d’ hydroxyurée pour une néoplasie myéloproliférative.

Les patients qui présentent une pyrexie, de la toux, une dyspnée ou d’autres symptômes

respiratoires doivent être suivis, examinés et traités rigoureusement. Arrêter sans tarder

l’hydroxyurée et traiter les événements pulmonaires à l’aide de corticostéroïdes (voir

RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Autres

Des cas de pancréatite, d’issues fatale et non fatale, se sont manifestés chez des patients infectés par le VIH

au cours du traitement par l’hydroxyurée et la didanosine, avec ou sans stavudine. On devrait éviter

l’emploi de cette association. La neuropathie périphérique, qui a été grave dans certains cas, a été signalée

chez des patients infectés par le VIH ayant reçu un traitement par l’hydroxyurée en association avec

d’autres agents antirétroviraux, incluant la didanosine, avec ou sans stavudine (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES).

Des toxicités reliées à une vascularite cutanée, incluant des ulcérations des vaisseaux et la gangrène, sont

survenues chez des patients atteints de syndromes myéloprolifératifs et sous traitement par l’hydroxyurée.

Ces toxicités reliées à une vascularite cutanée ont été signalées le plus souvent chez les patients ayant déjà

reçu ou recevant un traitement par l’interféron. En raison de la gravité potentielle des complications

ulcéreuses de la vascularite cutanée chez les patients souffrant d’un syndrome myéloprolifératif, il faut

interrompre le traitement par l’hydroxyurée dès l’apparition des ulcères et amorcer un traitement de

rechange par d’autres agents cytoréducteurs selon les indications (voir RÉACTIONS INDÉSIRABLES :

Peau, phanères, muqueuses).

PRÉCAUTIONS

Insuffisance rénale

On devrait administrer avec précaution APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) aux patients atteints d’un

dysfonctionnement rénal (voir POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).

Usage pédiatrique

On n’a pas établi l’innocuité et l’efficacité de cet agent chez les enfants.

Allaitement

Page

8

25

L’hydroxyurée est sécrétée dans le lait maternel. En raison du risque de réactions indésirables graves chez

les nourrissons allaités au sein, l’allaitement doit être arrêté pendant un traitement avec

APO-HYDROXYUREA.

Interactions médicamenteuses

On n’a pas mené d’études prospectives sur le risque d’interaction de l’hydroxyurée avec d’autres

médicaments.

L’administration concomitante de l’hydroxyurée et d’autres agents myélodépresseurs ou d’une

radiothérapie peut accroître le risque de dépression médullaire ou d’autres réactions indésirables (voir

MISES EN GARDE et RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

Puisque l’hydroxyurée peut élever les taux sériques d’acide urique, il peut être nécessaire d’adapter la dose

du médicament uricosurique.

Dans une étude ayant été publiée, on a observé des élévations des taux d'urée, d'acide urique 6 (5 à 9 %) et

d'acide lactique (6 à 11 %) selon les dosages enzymatiques in vitro réalisés en laboratoire, en présence

d'hydroxyurée (0,1 à 1 mM), ce qui indique une interférence analytique. La pertinence clinique de ces

résultats est inconnue.

Lors d’études

in vitro

, on a noté une augmentation marquée de l’activité cytotoxique de la cytarabine dans

les cellules traitées par l’hydroxyurée. On n’a pas établi si cette interaction peut mener à une toxicité

synergique en milieu clinique ou si elle nécessite l’adaptation des doses de cytarabine.

L’administration concomitante de vaccins à virus vivant entraîne un risque accru d’infections graves et

d’issue fatale. Les vaccins à virus vivant ne sont pas recommandés chez les patients traités par APO-

HYDROXYUREA (voir MISES EN GARDE – Vaccins).

Conduite automobile/fonctionnement de machines

On n’a pas encore établi si les effets d’APO-HYDROXYUREA pouvaient avoir une influence sur les

patients qui doivent conduire une automobile ou faire fonctionner des machines. Toutefois, étant donné que

APO-HYDROXYUREA peut entraîner la somnolence et d’autres effets neurologiques (voir RÉACTIONS

INDÉSIRABLES, Système nerveux), les patients peuvent connaître une perte de vigilance.

Renseignements destinés aux patients

Il faut recommander au patient de maintenir un apport hydrique suffisant et de consulter le médecin s’il

saute une dose.

RÉACTIONS INDÉSIRABLES

Système hématopoïétique

Dépression médullaire (leucopénie, anémie et, parfois, thrombocytopénie) (voir MISES EN GARDE).

Appareil gastro-intestinal

Stomatite, anorexie, nausées, vomissements, diarrhée et constipation.

Page

9

25

Peau, phanères, muqueuses

Rash maculopapulaire, érythème facial, érythème périphérique, ulcérations cutanées, lupus

érythémateux cutanées et changements cutanés s’apparentant à la dermatomyosite; Des cas de pigmentation

des ongles (mélanonychie) ont été observés chez certains patients. Après plusieurs années de traitement

d’entretien quotidien par APO-HYDROXYUREA, on a observé chez certains patients une

hyperpigmentation, un érythème, une atrophie de la peau et des ongles, une desquamation, des papules

violettes et une alopécie. De rares rares de cancer de la peau ont été signalés.

Des toxicités reliées à une vascularite cutanée, incluant des ulcérations des vaisseaux et la gangrène, sont

survenues chez des patients atteints de syndromes myéloprolifératifs et sous traitement par l’hydroxyurée.

Ces toxicités reliées à une vascularite cutanée ont été signalées le plus souvent chez les patients ayant déjà

reçu ou recevant un traitement par l’interféron (voir MISES EN GARDE).

Système nerveux

Somnolence; dans de rares cas, céphalées, étourdissements, désorientation, hallucinations et convulsions.

Leur lien avec l’administration de l’hydroxyurée est discutable puisqu’on n’a pas exclu la possibilité de

l’existence de métastases au cerveau.

Fonction rénale

Élévation des taux sériques d’acide urique, d’urée et de créatinine; rares cas de dysurie. On a signalé une

rétention anormale de la bromsulfaléine.

Fonction hépatique

Des cas d’hépatite et de cholestase ont été signalés fréquemment chez les patients traités par hydroxyurée;

une hospitalisation a été nécessaire dans bon nombre de ces cas. L’apparition d’une hépatite ou d’une

cholestase commande l’abandon du traitement par APO-HYDROXYUREA. Une élévation des

concentrations d’enzymes hépatiques a été signalée.

Chez des patients infectés par le VIH ayant reçu un traitement par l’hydroxyurée en association avec des

agents antirétroviraux, en particulier la didanosine plus la stavudine, on a signalé des cas d’hépatotoxicité,

d’issues fatale et non fatale.

Troubles musculosquelettiques et du tissu conjonctif

Lupus érythémateux systémique.

Troubles respiratoires

Maladie pulmonaire interstitielle, pneumonite, alvéolite, alvéolite allergique, toux.

Autres

Fièvre, frissons, malaises, asthénie azoospermie, oligospermie syndrome de lyse tumorale et dans de rares

cas, réactions pulmonaires aiguës (infiltrats pulmonaires diffus, fibrose et dyspnée). Chez des patients

infectés par le VIH ayant reçu un traitement par l’hydroxyurée en association avec d’autres agents

antirétroviraux, en particulier la didanosine plus stavudine, on a signalé des cas de pancréatite, d’issues

fatale et non fatale, et de neuropathie périphérique grave. Lors de l’étude ACTG 5025, chez les patients

Page

10

25

traités par l’hydroxyurée en association avec la didanosine, la stavudine et l’indinavir, on a noté une chute

médiane du nombre de cellules CD4 d’environ 100/mm

(voir MISES EN GARDE).

Association de l’Hydroxyurée et d’une radiothérapie

Les réactions indésirables observées lors de l’administration concomitante de l’hydroxyurée et d’une

radiothérapie ont été similaires à celles signalées lors de l’utilisation de l’hydroxyurée en monothérapie;

elles incluent surtout la dépression médullaire osseuse (leucopénie et anémie) et l’irritation gastrique.

Presque tous les patients recevant une cure appropriée d’hydroxyurée et de radiothérapie manifesteront une

leucopénie. La diminution du nombre de plaquettes (< 100 000 cellules/mm

), rarement signalée, s’est

manifestée habituellement en présence d’une leucopénie marquée. L’APO-HYDROXYUREA peut

potentialiser certaines réactions indésirables entraînées habituellement par la radiothérapie seulement, telles

les douleurs gastriques et l’inflammation des muqueuses (mucosite).

SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE

Pour traiter un surdosage présumé, communiquez avec le centre antipoison de votre région.

On a signalé une toxicité cutanéomuqueuse aiguë chez les patients recevant des doses d’hydroxyurée

plusieurs fois plus élevées que la dose thérapeutique. On a également observé les effets suivants : douleurs

diffuses, érythème violet, œdème de la paume des mains et de la plante des pieds, suivi de la desquamation

de la peau des mains et des pieds, hyperpigmentation cutanée grave généralisée de la peau et stomatite.

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

En raison de la rareté des cancers de la tête et du cou chez les enfants, aucun schéma posologique n’a été

établi dans leur cas.

Les schémas posologiques pour le traitement des néoplasies doivent être établis selon le poids réel ou idéal

du patient, en choisissant le poids le plus faible.

Tumeurs solides

Traitement intermittent : 80 mg/kg administrés par voie orale en dose

unique

, tous les

trois

jours.

Ce schéma posologique intermittent peut présenter, par rapport au traitement quotidien, l’avantage de

réduire la toxicité (par exemple, la dépression médullaire).

Traitement concomitant avec une radiothérapie (cancer de la tête et du cou) : 80 mg/kg administrés par voie

orale en dose

unique

, tous les

trois

jours.

Il faut amorcer l’administration d’APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) au moins sept jours avant le

début de la radiothérapie et la maintenir tout au long de ce traitement, et indéfiniment, par la suite, si le

patient fait l’objet d’une surveillance appropriée et ne manifeste aucune toxicité inhabituelle ou grave.

Leucémie myogène chronique rebelle

Traitement continu

Page

11

25

De 20 à 30 mg/kg administrés par voie orale en dose uniquotidienne.

Il faut compter six semaines pour évaluer l’efficacité d’APO-HYDROXYUREA. Lorsqu’on note une

régression de la taille de la tumeur ou un arrêt de sa croissance, il faut maintenir le traitement pendant une

période indéfinie. Il faut interrompre le traitement si le nombre de leucocytes chute au-dessous de

2 500 cellules/mm

ou si le nombre de plaquettes est inférieur à 100 000 cellules/mm

. Dans ces cas, il faut

effectuer une nouvelle numération trois jours plus tard. Le traitement peut être repris lorsque les valeurs

redeviennent acceptables. Le rétablissement hématopoïétique est habituellement rapide. Si le rétablissement

ne se fait pas rapidement lorsque APO-HYDROXYUREA a été administré en même temps qu’une

radiothérapie, on peut aussi interrompre cette dernière. L’anémie, même si elle est grave, peut être traitée

sans arrêter l’administration d’APO-HYDROXYUREA.

APO-HYDROXYUREA devrait être administré avec prudence aux patients qui ont reçu récemment une

radiothérapie massive ou une chimiothérapie avec d’autres agents cytotoxiques (voir MISES EN GARDE

et RÉACTIONS INDÉSIRABLES).

On peut habituellement soulager la douleur ou la gêne causées par l’inflammation des muqueuses sur la

surface irradiée (mucosite) par l’application d’anesthésiques topiques ou l’administration d’analgésiques

par voie orale. Si la réaction est grave, il faut interrompre temporairement le traitement par

APO-HYDROXYUREA; si la réaction est très grave, on peut, en plus, interrompre temporairement la

radiothérapie.

On peut habituellement maîtriser les troubles gastriques graves comme les nausées, les vomissements et

l’anorexie, induits par le traitement d’association, en arrêtant l’administration d’APO-HYDROXYUREA.

ADAPTATION POSOLOGIQUE

L’administration concomitante d’APO-HYDROXYUREA avec d’autres agents myélodépresseurs peut

dicter une adaptation de la posologie.

Insuffisance rénale : Aucune donnée n’appuie la mise en place de lignes directrices spécifiques concernant

l’adaptation posologique chez les insuffisants rénaux. Étant donné que les reins constituent une voie

d’élimination, on devrait envisager de réduire la dose chez cette population. On recommande une

surveillance étroite des paramètres hématologiques.

Insuffisance hépatique : Aucune donnée n’appuie la mise en place des lignes directrices spécifiques

concernant l’adaptation posologique chez les insuffisants hépatiques. On recommande une surveillance

étroite des paramètres hématologiques.

INSTRUCTIONS CONCERNANT L’UTILISATION, LA MANIPULATION ET LA MISE AU REBUT

Si le patient ne peut pas avaler les capsules ou s’il préfère ne pas le faire, on peut vider leur contenu dans

un verre d’eau et lui faire boire immédiatement le mélange (voir PRÉCAUTIONS, Renseignements

destinés aux patients). Il est possible que certains ingrédients inertes, utilisés comme excipients dans la

capsule, ne se dissolvent pas et flottent à la surface de l’eau.

Le patient qui prend le médicament en vidant le contenu de la capsule dans l’eau devrait être prévenu que

cet agent est puissant et qu’il doit être manipulé avec soin. On doit expliquer au patient que la poudre ne

doit pas entrer en contact avec la peau et les muqueuses et qu’il doit éviter d’inhaler la poudre lorsqu’il

ouvre les capsules. Les personnes qui ne prennent pas APO-HYDROXYUREA ne devraient pas s’y

exposer. Pour diminuer le risque d’exposition, il faut porter des gants jetables lorsqu’on manipule

Page

12

25

APO-HYDROXYUREA ou les flacons renfermant APO-HYDROXYUREA. Toute personne devrait se

laver les mains avant de manipuler les capsules et les flacons d’APO-HYDROXYUREA de même

qu’après.

En cas d’éclaboussures, on devrait immédiatement les essuyer avec une serviette humide jetable qu’on doit

jeter en même temps que les capsules vides dans un contenant fermé, tel qu’un sac de plastique.

APO-HYDROXYUREA devrait être gardé hors de la portée des enfants et des animaux de compagnie.

Pour minimiser le risque d’exposition cutanée, il faut toujours porter des gants imperméables lorsqu’on

manipule les flacons renfermant les capsules d’APO-HYDROXYUREA, que ce soit dans les cliniques, les

pharmacies, les entrepôts ou à domicile, ou lorsqu’on déballe le produit et l’inspecte, lorsqu’on le

transporte dans un même lieu, et lorsqu’on le prépare et l’administre.

On devrait suivre les procédés de manipulation et de mise au rebut des médicaments antinéoplasiques.

Plusieurs directives à ce sujet ont déjà été publiées. Tous les procédés recommandés ne sont pas considérés

unanimement comme étant nécessaires ou appropriés.

Page

13

25

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

Substance médicamenteuse

Dénomination commune :

Hydroxyurée

Nom chimique :

1) carbamyl-hydroxylamine

2) hydroxycarbamide

Structure moléculaire :

Formule moléculaire :

Poids moléculaire :

76,05 g/mol

Description :

L’hydroxyurée est une poudre blanche, cristalline, presque insipide,

facilement soluble dans l’eau et dans l’alcool chaud.

Composition

En plus de l’hydroxyurée, chaque capsule contient les ingrédients non médicinaux suivants :

méthylcellulose et acide stéarique. L’enveloppe de la capsule contient les ingrédients non médicinaux

suivants : rouge D&C n

28, rouge D&C n

33, bleu FD&C n

1, rouge FD&C n

40, oxyde de fer noir

FDA/E172, oxyde de fer jaune FDA/E172, gélatine et dioxyde de titane. L’encre noire comestible contient

le colorant non médicinal oxyde de fer noir.

Stabilité et entreposage

APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) à la température ambiante (entre 15

C et 30

C). Garder le produit

à l’abri de la chaleur excessive et de l’humidité.

PRÉSENTATION

APO-HYDROXYUREA (hydroxyurée) est offert en capsules rose/turquoise, portant l’inscription

« APO 500 » en encre noire comestible, qui contient 500 mg d’hydroxyurée. Offert en flacons de 100 et

ampoules de 30 ans (3 × 10).

N – C – NH – OH

Page

14

25

PHARMACOLOGIE

Chez l’animal

Les études menées chez les animaux confirment que l’hydroxyurée est rapidement et complètement

absorbée depuis le tractus gastro-intestinal. Les études portant sur l’hydroxyurée radioactive administrée

par voie orale ou intrapéritonéale à des souris et des rats ont révélé qu’après 24 heures, une fraction de

75 % de la radioactivité se retrouve dans l’urine, et des quantités infimes, dans les fèces. Une fraction de

55 % de la dose administrée par voie intrapéritonéale à des souris est métabolisée en urée et en bioxyde de

carbone et une fraction de 45 % est excrétée à l’état inchangé.

L’administration intraveineuse chez les rats montre que l’hydroxyurée se répartit rapidement dans tous les

liquides de l’organisme et qu’elle est rapidement excrétée dans l’urine. Lors de cette étude, on a noté une

décroissance exponentielle des concentrations plasmatiques. La fraction de la dose qui a été retrouvée dans

l’urine a été proportionnelle à la dose administrée.

L’administration intraveineuse d’une dose unique de 100 mg/kg à un chien a entraîné des concentrations

sériques de 130, de 110, de 80 et de 80 μg/mL après 15, 30, 60 et 120 minutes, respectivement. Les

concentrations relevées dans le liquide céphalorachidien ont été de 10, 20 et 30 μg/mL après 30, 60 et

120 minutes, respectivement.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Espèce

Sexe

Formulation

Voie

d’administratio

n

DL

50

(g/kg)

Souris

10 % dans l’eau

Orale

Souris

10 % dans l’eau

Orale

Souris

10 % dans l’eau

I.P.

Souris

10 % – 12 % dans l’eau

I.V.

> 15

Rats

10 % ou 30 % dans

l’eau

Orale

Rats

10 % dans la saline

I.V.

Chiens

Capsules

Orale

Non létale à une dose de 2,0 g/kg

Chiens

10 % dans la saline

I.V.

Non létale à des doses de 0,1 à

4,0 g/kg

Les signes de toxicité notés chez les souris ont été les suivants : excitation suivie de sédation, ataxie,

tremblements, convulsions.

Page

15

25

Chez les rats, la toxicité s’est manifestée par l’excitation suivie de sédation, les tremblements, l’ataxie, les

convulsions, la perte de poids, la rigidité, l’apnée.

Les signes de toxicité chez les chiens ont été les suivants : halètements, ataxie, défécation, vomissements,

démarche instable, mydriase, faiblesse des membres postérieurs, hypothermie, bradycardie, diminution de

la sensibilité à la douleur, abolition du réflexe de grattage et, par la suite, anesthésie de phase 3.

Toxicité subaiguë et chronique

Lors d’études de toxicité subaiguë et chronique, menées chez le rat, les résultats pathologiques les plus

constants ont été une hypoplasie médullaire légère à modérée, reliée à la dose, de même que la congestion

pulmonaire et des tachetures sur les poumons. Aux doses les plus élevées (1 260 mg/kg/jour pendant

37 jours, puis 2 520 mg/kg/jour pendant 40 jours), on a observé une atrophie des testicules sans

spermatogenèse. On a aussi noté, chez plusieurs animaux, des lésions des cellules hépatiques,

accompagnées d’une stéatose hépatique. On a par ailleurs observé une atrophie du thymus, une perte de

poids et une prédisposition aux infections bronchopulmonaires. Chez la souris, les pertes de poids ont été

plus prononcées lors de l’administration de doses quotidiennes que lors d’un traitement intermittent. On a

noté chez le chien une dépression de la moelle osseuse légère à marquée sauf lorsqu’on a administré de

faibles doses. De plus, aux doses plus élevées (de 140 à 420 ou de 140 à 1 260 mg/kg/semaine, administrés

pendant 3 ou 7 jours par semaine, pendant 12 semaines), on a observé un retard de la croissance, une légère

augmentation de la glycémie et une hémosidérose du foie ou de la rate; on a aussi noté un blocage

spermatogène réversible. Chez le singe, on a signalé la dépression médullaire, l’atrophie lymphoïde de la

rate et des modifications dégénératives de l’épithélium de l’intestin grêle et du gros intestin. Aux doses plus

élevées, souvent létales (allant de 400 à 800 mg/kg/jour pendant 7 à 15 jours), on a signalé la présence

d’hémorragie et de congestion dans les poumons, le cerveau et les voies urinaires. On a observé, chez

certaines espèces d’animaux de laboratoire recevant des doses supérieures à celles administrées en clinique,

des modifications de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, une hypotension orthostatique, des

changements électrocardiographiques et une hémolyse légère ou une méthémoglobinémie.

Effet sur la reproduction et mutagenèse

Des études portant sur les rats qui ont reçu des solutions aqueuses d’hydroxyurée par voie orale ont révélé

une diminution passagère de la fertilité chez les mâles de la génération F

en raison de l’aspermatogenèse.

Chez les rates de la génération F

, on n’a noté aucun effet indésirable induit par le médicament sur

l’implantation du nombre de fœtus vivants, sur leur viabilité ou sur la lactation. L’administration

d’hydroxyurée n’a pas entraîné de réactions mutagènes.

Page

16

25

BIBLIOGRAPHIE

Beckloff GL, Lerner HJ, Frost D,

et al.

Hydroxyurea (NSC-32065) in biologic fluids: dose-

concentration relationship.

Cancer Chemother Rep

1965; 48:57-58.

Belt RJ, Haas CD, Kennedy J,

et al

. Studies of hydroxyurea administered by continuous infusion.

Toxicity, Pharmacokinetics, and Cell Synchronization.

Cancer

1980;46:455-462.

Bolin RW, Robinson WA, Sutherland J

et al.

Busulfan versus hydroxyurea in long-term therapy of

chronic myelogenous leukemia.

Cancer

1982 Nov 1; 50(9): 1683-1686.

Bolton BH, Woods LA, Kaung DT,

et al

. A simple method of colorimetric analysis for hydroxyurea

(NSC-32065).

Cancer Chemother Rep

1965;46:1-5.

Charache S, Dover GJ, Moore RD,

et al

. Hydroxyurea: effects on hemoglobin F production in patients

with sickle cell anemia.

Blood

1992;79(10):2555-2565.

Davidson JD, Winter TS: A method of analyzing for hydroxyurea in biological fluids.

Cancer

Chemother Rep

1963;27:97-110.

DeWys, WD. Current concepts of chemotherapy combined with modalities for head and neck cancer.

Can J Otolaryngology

1975; 4(2): 195-204.

Dover GJ, Humphries RK, Moore GJ, et al: Hydroxyurea induction of hemoglobin F production in

sickle cell disease: relationship between cytotoxicity and F cell production.

Blood

1986;67(3):735-738.

Fishbein WN, Carbone PP: Hydroxyurea: mechanism of action.

Science

1963;142:1069- 1070.

Fishbein W: Excretion and hematologic effects of single intravenous hydroxyurea infusions in patients

with chronic myeloid leukemia.

Johns Hopkins Med J

1967;121:1-8.

Goldsmith MA, Carter SK. The integration of chemotherapy into a combined modality approach to

cancer therapy.

Cancer Treatment Reviews

1975; 2: 137-158.

Haraf DJ, Vokes EE, Panje WR

et al

. Survival and analysis of failure following hydroxyurea, 5-

fluorouracil and concomitant radiation therapy in poor prognosis head and neck cancer.

Am J Clin

Oncol

1991 Oct; 14(5): 419-426.

Hehlmann R, Kister P, Willer A

et al

. Therapeutic progress and comparative aspects in chronic

myelogenous leukemia (CML): interferon alpha vs. hydroxyurea vs. busulfan and expression of

MMTV-related endogenous retroviral sequences in CML. German CML Study Group.

Leukemia

avril 1994; 8(supp. 1): S127-S132

Page

17

25

Kennedy BJ, Yarbro JW: Metabolic and therapeutic effects of hydroxyurea in chronic myeloid

leukemia.

JAMA

1966; 195(12):162-167.

Kintzel PE, Dorr: Anticancer drug renal toxicity and elimination: dosing guidelines for altered renal

function.

Cancer Treat Rev

1995; 21:33-64.

Lerner HJ, Beckloff GL. Combined chemotherapy and radiotherapy. Preliminary results of clinical trial

of hydroxyurea and X-irradiation in the treatment of epidermoid cancers of the head and neck.

Am Surg

1967 Mar; 33(3).

Lerner HJ, Beckloff GL, Godwin MC. Concomitant hydroxyurea and radiotherapy in the management

of 60 patients with head and neck cancer.

Am Surg

juillet 1969; 35(7).

Levin VA: The place of hydroxyurea in the treatment of primary brain tumors.

Sem Oncology

1992;19(3,Suppl 9):34-39.

Lipshutz H, Lerner HJ. Six year survival in the combined treatment of far advanced head and neck

cancer under a combined therapy program.

Am J Surg

1973 Oct; 126.

Restituto P, Mugueta C, Alegre E, Monreal JI, Varo N. Analytical interference of hydroxyurea in the

determination of urea, uric acid, and lactic acid. Analytical Biochemistry. 357 (2006): 147-149.

Richards GJ, Chambers RG. Hydroxyurea: a radiosensitizer in the treatment of neoplasms of the head

and neck.

Am J Roentgen Rad Ther Nucl Med

mars 1969; 105(3).

Richards GJ, Chambers RG. Hydroxyurea in the treatment of neoplasms of the head and neck.

Am J

Surg

1973 Oct; 126.

Richards GJ, Chambers RG. Combined therapy in the treatment of carcinomas of the head and neck.

Proceedings of an international symposium, Montreux, Switzerland, 2-4 avril 1975, Excerpta Medica

International Congress Series, n

Rodriguez GI, Kuhn JG, Weiss GR,

et al

. A bioavailability and pharmacokinetic study of oral and

intravenous hydroxyurea.

Blood

1998; 91(5):1533-1541.

Rominger CJ. Hydroxyurea and radiation therapy in advanced neoplasms of the head and neck.

Am J

Roentgen Rad Ther Nucl Med

janvier 1971; 111(1).

Rosner F, Rubin H, Parise F: Studies on the absorption, distribution, and excretion of hydroxyurea

(NSC-32065).

Cancer Chemother Rep

1971; 55(2):167-173.

Rushing D, Goldman A, Gibbs G

et al

. Hydroxyurea versus busulfan in the treatment of chronic

myelogenous leukemia.

Am J Clin Oncol

juin 1982; 5(3): 307-313.

Page

18

25

Tracewell WG, Trump DL, Vaughan WP,

et al

. Population pharmacokinetics of hydroxyurea in cancer

patients.

Cancer Chemother Pharmacol

1995; 35:417-422.

Vokes EE, Panje WR, Schilsky RL

et al

. Hydroxyurea, fluorouracil, and concomitant radiotherapy in

poor-prognosis head and neck cancer: a phase I-II study.

J Clin Oncol

juin 1989; 7(6): 761-768.

ONS Clinical Practice Committee. Cancer Chemotherapy Guidelines and Recommendations for

Practice. Pittsburgh, Pa; Oncology Nursing Society: 199:32-41.

Westerman, D.A., Schwarer, A., Grigg, A., Hydroxyurea Induced Fever and Hepatitis. Australia-New

Zealand Journal of Medicine 1998; vol. 28.

Monographie du produit – HYDREA

(hydroxyurée), capsules de 500 mg. Bristol-Myers Squibb

Canada, Numéro de contrôle : 226144, Date de révision :10 février 2020.

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

19

25

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS

APO-HYDROXYUREA

Hydroxyurée, capsules, USP

Le présent dépliant constitue un résumé qui ne

donne pas tous les renseignements pertinents sur

APO-HYDROXYUREA. Pour toute question au

sujet de ce médicament, communiquez avec votre

médecin ou votre pharmacien.

AU SUJET DU MÉDICAMENT

Raisons de prendre ce médicament :

APO-HYDROXYUREA est utilisé en association avec

la radiothérapie dans le traitement du cancer de la tête et

du cou (à l’exclusion des lèvres). Le médicament est

également utilisé pour traiter un type de cancer du sang

qui ne répond plus aux traitements antérieurs. Ce type

de cancer se nomme leucémie myéloïde chronique

résistante.

Effets de ce médicament :

APO-HYDROXYUREA semble entraver la croissance

des cellules cancéreuses en empêchant leur division.

Circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce

médicament :

Ne prenez pas APO-HYDROXYUREA si :

vous avez des problèmes au niveau de votre

moelle osseuse (faible numération globulaire

signifiant par exemple une anémie grave);

vous êtes hypersensible ou allergique à

l’hydroxyurée ou à l’un des ingrédients de ce

médicament. Si vous pensez que vous avez eu une

réaction allergique à l’un ou l’autre de ces

ingrédients, informez-en votre médecin.

Ingrédient médicinal :

Hydroxyurée.

Ingrédients non médicinaux importants :

Ingrédients non médicinaux : méthylcellulose et acide

stéarique.

L’enveloppe de la capsule contient les ingrédients non

médicinaux suivants : rouge D&C n

28, rouge D&C

33, bleu FD&C n

1, rouge FD&C n

40, oxyde de

fer noir FDA/E172, oxyde de fer jaune FDA/E172,

gélatine et dioxyde de titane. L’encre noire comestible

contient le colorant non médicinal oxyde de fer noir.

Formes pharmaceutiques offertes :

APO-HYDROXYUREA est offert en capsules

contenant 500 mg d’hydroxyurée.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Consultez votre médecin ou votre pharmacien

AVANT de prendre APO-HYDROXYUREA si :

vous souffrez d’une atteinte rénale. Le médecin

pourrait devoir adapter la dose d’APO-

HYDROXYUREA.

vous avez déjà suivi une radiothérapie. Vous êtes

exposé à un risque plus élevé de rougeur de la

peau si on vous administre APO-

HYDROXYUREA en association avec la

radiothérapie.

vous êtes séropositif ou atteint du sida et vous

suivez déjà un traitement. Ceci peut augmenter

le risque de présenter :

une pancréatite (inflammation du

pancréas) et des troubles hépatiques (foie)

une neuropathie périphérique

(fourmillements et picotements dans vos

mains et vos pieds).

vous avez reçu récemment ou planifier de

recevoir un vaccin. Les patients qui prennent

d’APO-HYDROXYUREA ne doivent pas

recevoir de vaccins à virus vivant.

vous recevez un traitement par l’interféron. Une

inflammation des vaisseaux sanguins de la peau,

qui cause parfois des ulcères ou même la mort

des vaisseaux sanguins atteints, a été signalée.

On observe principalement cette inflammation

chez les patients ayant déjà reçu ou recevant

aussi un traitement par l’interféron. reçu ou

recevant un traitement par l’interféron

Femmes :

Si vous êtes enceinte ou prévoyez de le

devenir, vous devez discuter de certains

risques avec votre médecin.

Évitez de devenir enceinte lorsque vous

recevez un traitement par APO-

HYDROXYUREA. Ce médicament peut

être nocif pour votre bébé à naître.

Si vous devenez enceinte pendant que

vous prenez APO-HYDROXYUREA,

veuillez en informer immédiatement

votre médecin.

APO-HYDROXYUREA peut passer

dans le lait maternel et être nocif pour

votre bébé. Si vous prenez APO-

HYDROXYUREA, vous ne devez pas

allaiter.

Hommes qui veulent engendrer un enfant :

APO-HYDROXYUREA peut nuire à

votre fertilité en entraînant une absence

ou une diminution de la quantité de

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

20

25

spermatozoïdes dans votre sperme. Ces

effets pourraient être réversibles ou non.

Ce médicament peut aussi endommager

le matériel génétique (ADN) des

spermatozoïdes.

Si vous voulez avoir un enfant, discutez

avec votre médecin de la possibilité de

conserver votre sperme avant le

traitement par APO-HYDROXYUREA.

Évitez de concevoir un enfant pendant le

traitement. Utilisez des méthodes de

contraception efficaces durant le

traitement par APO-HYDROXYUREA

et pendant au moins un an après avoir

pris la dernière dose.

Conduite automobile/utilisation de machines :

avant d’accomplir des tâches qui exigent

une attention particulière,

attendez de voir comment vous répondez

à APO-HYDROXYUREA. Si vous

ressentez de la somnolence, des

étourdissements, de la faiblesse ou de la

fatigue, évitez de conduire un véhicule ou

d’utiliser des outils ou des machines.

Syndrome de lyse tumorale : APO-

HYDROXYUREA peut entraîner cet

effet secondaire. Il s’agit d’une

complication de la division

des cellules cancéreuses. Ce problème est

grave et peut entraîner le décès. Votre

médecin vous surveillera pour déceler les

signes d’un syndrome de lyse tumorale.

Certains troubles qui causent de

l’inflammation et la formation de tissu

cicatriciel dans les poumons sont

survenus chez les patients traités par

hydroxyurée. On les appelle « maladie

pulmonaire interstitielle ». Votre médecin

vous surveillera pour déceler les signes

de cette maladie, qui comprennent la

fièvre, la toux, l’essoufflement et d’autres

symptoms respiratoires.

L’hydroxyurée, l’ingrédient actif d’ APO-

HYDROXYUREA peut causer le cancer

et endommager le matériel génétique des

cellules (ADN).

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Vous devez informer votre médecin de tous les

médicaments que vous prenez, notamment les

médicaments vendus sur ordonnance, les médicaments

en vente libre et les suppléments à base d’herbes

médicinales et/ou les produits naturels.

Les médicaments suivants peuvent interagir avec APO-

HYDROXYUREA :

- Cytarabine, un agent chimiothérapeutique utilise

pour traiter certains cancers.

- Médicaments utilisés pour traiter la goutte.

- Médicaments qui peuvent avoir des effets sur

votre sang. L’utilisation concomitante d’APO-

HYDROXYUREA avec ces médicaments

augmentera votre risque d’effets secondaires, y

compris une diminution du nombre de cellules

sanguines.

UTILISATION APPROPRIÉE DE CE

MÉDICAMENT

Pendant que vous prenez ce médicament, le médecin

pourrait vous recommander de boire beaucoup de

liquides pour que vous produisiez une plus grande

quantité d’urine, ce qui favorisera la prévention de

problèmes rénaux et le bon fonctionnement de vos

reins.

Posologie habituelle :

La dose d’ APO-HYDROXYUREA sera différente

selon les patients. La dose que vous prendrez dépendra

de la maladie que ce médicament sert à traiter, de votre

poids et de la prise ou non d’autres médicaments.

Selon votre état, on pourrait vous administrer la dose

habituelle de 80 mg/kg ou de 20 à 30 mg/kg, par la

bouche. La fréquence à laquelle vous prendrez APO-

HYDROXYUREA dépendra aussi du type de maladie

dont vous êtes atteint.

Prenez APO-HYDROXYUREA exactement comme

vous l’a indiqué votre médecin.

Si vous n’êtes pas capable d’avaler les capsules d’

APO-HYDROXYUREA, votre professionnel de la

santé pourra vous indiquer une autre méthode

d’administration.

Votre médecin pourrait interrompre ou modifier votre

dose, ou arrêter votre traitement. Cela dépendra de votre

maladie, de votre état de santé et du type d’effets

secondaires que vous présentez.

Surdosage :

Si vous croyez avoir pris trop dʹ APO-

HYDROXYUREA, communiquez immédiatement avec

votre professionnel de la santé, le service des urgences

d’un hôpital ou votre centre

antipoison régional, même si vous ne présentez pas de

symptômes.

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

21

25

Les effets secondaires suivants ont été signalés chez les

patients qui ont pris des doses plus élevées d’

hydroxyurée :

infections de la peau et des muqueuses

(intérieur de la bouche, organes génitaux, plis

de la peau)

douleur, rougeur, enflure et desquamation de la

peau surles paumes et la plante des pieds

changements de la couleur de la peau

ulcères à l’intérieur de la bouche

Dose oubliée :

Si vous avez oublié de prendre une dose de ce

médicament, veuillez en informer votre médecin.

RÉACTIONS INDÉSIRABLES ET COMMENT

RÉAGIR

Comme tout médicament, APO-HYDROXYUREA

peut entraîner des effets secondaires. La liste ci-dessous

n’est pas une liste complète des effets secondaires

possibles durant un traitement par APO-

HYDROXYUREA. Si vous présentez un effet

secondaire quelconque, y compris certains qui ne

figurent pas dans cette liste, veuillez communiquer avec

votre médecin.

Éruption cutanée, rougeur et ulcération au

niveau du visage,

de la peau ou des membres

Tout changement de la peau ou des ongles

Douleurs musculaires et sentiment général de

malaise

Fatigue

Veuillez communiquer immédiatement avec votre

médecin si vous avez une fièvre élevée (≥ 39 °C) au

cours des six premières semaines de votre traitement

par APO-HYDROXYUREA. La fièvre élevée peut

parfois s’accompagner de troubles de l’estomac, des

poumons, des muscles, du foie, de la peau ou du coeur.

APO-HYDROXYUREA peut entraîner des résultats

anormaux dans les analyses sanguines. Votre médecin

décidera quand réaliser des analyses sanguines. Il en

interprétera les résultats.

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

Symptôme/ef

fet

Consultez

votre médecin

ou votre

pharmacien

Cessez de

prendre le

médicament et

téléphonez à

votre médecin

ou à votre

pharmacien

Uniqu

ement

si

l’effet

est

sévère

Dans

tous

les

cas

Fréquent

Stomatite

(inflammatio

n à l’intérieur

ou autour de

la bouche) :

ulcères

buccaux,

rougeur et

enflure de la

paroi de la

bouche

Nausées

Vomissemen

ts

Diarrhée

Constipation

Choléstase

(diminution

du transport

de la bile en

provenance

du foie) :

urine foncée,

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

22

25

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

selles

décolorées ou

blanches,

démangeaiso

ns, nausées,

vomissement

s, incapacité à

digérer

certains

aliments,

douleur dans

la partie

supérieure

droite de

l’abdomen,

jaunissement

de la peau ou

des yeux

Hépatite

(inflammatio

n du foie) :

jaunissement

de la peau et

des yeux;

sensation de

fatigue, maux

d’estomac,

fièvre,

nausées,

diarrhée,

perte

d’appétit,

fièvre, maux

de tête

Peu fréquent

Perte

d’appétit

Douleur

articulaire

Somnolence

:

sensation

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

anormale de

fatigue ou

envie de

dormer

durant la

journée

Maux de tête

:

douleur et

inconfort

touchant la

tête, le cuir

chevelu ou le

Étourdissem

ents :

sensation de

faiblesse, de

malaise ou

d’instabilité

Désorientati

on :

perte du

sens de

l’orientation,

possiblement

ne pas savoir

où l’on se

trouve ou qui

l’on est, ou

ne pas savoir

la date ou

l’heure

Convulsions

:

mouvements

du corps

soudains,

violents et

irréguliers

Hallucinatio

ns :

voir,

ressentir ou

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

23

25

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

entendre des

choses

irréelles

Problèmes

rénaux :

présence de

sang dans

l’urine ou

décoloration

de l’urine, ou

fréquence

accrue des

mictions et

douleur dans

les côtés (là

où se

trouvent les

reins)

Rare

Infiltrats

pulmonaires

diffus/fibros

e

(lorsque des

substances

plus épaisses

que l’air,

comme le

pus, le sang

ou les

protéines,

restent dans

les poumons)

: toux sèche

douloureuse,

fièvre,

respiration

difficile,

respiration

superficielle

rapide

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

Dyspnée

(essouffleme

nt) :

serrement

intense dans

la poitrine,

respiration

difficile,

sensation de

suffocation

Syndrome de

lyse

tumorale

(mort

soudaine et

rapide des

cellules

cancéreuses

résultant du

traitement) :

absence de

miction,

faiblesse

musculaire

grave,

battements

cardiaques

anormaux,

convulsions

Vascularite

cutanée

(inflammatio

n des

vaisseaux

sanguins de

la peau) :

rougeur et

coloration

violette de la

peau,

minuscules

points

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

24

25

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

colorés,

ulcérations

et/ou aphtes,

parfois

accompagnés

de douleur

articulaire

et/ou de

fièvre, décès,

si vous avez

déjà reçu ou

recevez un

traitement par

l’interféron.

Unknown

Maladie

pulmonaire

interstitielle

(troubles qui

entraînent de

l’inflammatio

n et la

formation de

tissue

cicatriciel

dans les

poumons) :

essoufflement

au repos qui

s’aggrave

avec

l’exercice,

toux sèche

Lupus

systémique

(affection qui

survient

lorsque le

système

immunitaire

s’attaque à

ses propres

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

tissus et

organes) :

fièvre,

douleur

articulaire,

douleur

musculaire,

respiration

douloureuse,

douleur

thoracique

aiguë,

ecchymoses,

papules

rouges et

douloureuses

habituelleme

nt sur les

tibias,

rougeur et

démangeaiso

ns de la peau

lorsqu’elle est

exposée au

soleil

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE

Page

25

25

EFFETS SECONDAIRES GRAVES,

FRÉQUENCE ET MESURES À PRENDRE

Lupus

cutané

(

forme de

lupus

systémique

qui touche

seulement la

peau) :

éruption

squameuse en

forme

d’anneau

(rougeur avec

centre clair),

plaques

rouges sur la

peau,

sensibilité à

la lumière du

soleil,

éruption

cutanée sur le

visage,

habituelleme

nt sur les

joues et

l’arête du

nez, ulcères à

l’intérieur de

la bouche

Cette liste d’effets secondaires n’est pas exhaustive.

Pour tout effet inattendu ressenti lors de la prise

d’APO-HYDROXYUREA, veuillez communiquer avec

votre médecin ou votre pharmacien.

CONSERVATION

Conserver APO-HYDROXYUREA à la température

ambiante (entre 15

C et 30

C). Garder le produit à

l’abri de la chaleur excessive et de l’humidité.

Gardez-le hors de la portée des enfants.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnés

d'être associés avec l'utilisation d'un produit de santé

par :

Visitant le site Web des déclarations des effets

indésirables (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada/services/medicaments-produits-

sante/medeffet-canada/declaration-effets-

indesirables.html) pour vous informer sur

comment faire une déclaration en ligne, par

courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la

santé si vous avez besoin de renseignements sur le

traitement des effets secondaires. Le Programme

Canada Vigilance ne donne pas de conseils médicaux.

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS

Pour en savoir davantage au sujet d’APO-

HYDROXYUREA :

communiquez avec votre professionnel de la

santé;

consultez la Monographie de Produit intégrale

rédigée à l’intention des professionnels de la

santé, qui renferme également qui contient les

renseignements pour les consommateurs sur

les médicaments. Ce document est publié sur

le site Web de Santé Canada (https://health-

products.canada.ca/dpd-

bdpp/switchlocale.do?lang=fr&url=t.search.rec

herche);

vous pouvez obtenir les

renseignements pour les consommateurs en

consultant le site Web du fabricant :

http://www.apotex.com/ca/fr/producits. Vous

pouvez aussi l’obtenir en téléphonant au

fabricant au1-800-667-4708.

Ce dépliant a été préparé par Apotex Inc., Toronto,

Ontario, M9L 1T9.

Dernière révision : 07 octobre 2020

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information