ALYRANE, solution pour inhalation

France - français - ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé)

Achète-le

Notice patient Notice patient (PIL)

22-05-2000

Ingrédients actifs:
enflurane
Disponible depuis:
BAXTER SAS
DCI (Dénomination commune internationale):
enflurane
Dosage:
250 ml
forme pharmaceutique:
solution
Composition:
composition pour un flacon > enflurane : 250 ml
Mode d'administration:
inhalée
Unités en paquet:
6 flacon(s) en verre brun de 250 ml
Type d'ordonnance:
liste I
Domaine thérapeutique:
ANESTHESIQUES GENERAUX /HYDROCARBURES HALOGENES.
Descriptif du produit:
557 469-7 ou 34009 557 469 7 3 - 6 flacon(s) en verre brun de 250 ml - Arrêt de commercialisation (le médicament n'a plus d'autorisation):15/09/2009;
Statut de autorisation:
Abrogée
Numéro d'autorisation:
66021130
Date de l'autorisation:
1991-11-19

Lire le document complet

NOTICE

ANSM - Mis à jour le : 22/05/2000

Dénomination du médicament

ALYRANE, solution pour inhalation

Enflurane

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament.

Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre

pharmacien.

Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes

identiques, cela pourrait lui être nocif.

Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice,

parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. QU'EST-CE QUE ALYRANE, solution pour inhalation ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER ALYRANE, solution pour inhalation ?

3. COMMENT UTILISER ALYRANE, solution pour inhalation ?

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

5. COMMENT CONSERVER ALYRANE, solution pour inhalation ?

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

1. QU'EST-CE QUE ALYRANE, solution pour inhalation ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

Classe pharmacothérapeutique

ANESTHESIQUES GENERAUX / ANESTHESIQUES PAR INHALATION

(N: système nerveux central)

Indications thérapeutiques

Ce médicament est utilisé en inhalation au cours d'anesthésie générale.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER ALYRANE, solution pour inhalation ?

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

N'utilisez jamais ALYRANE, solution pour inhalation dans les cas suivants:

Allergie aux produits anesthésiques de ce type (halogénés),

Antécédents personnels ou familiaux de fièvre élevée survenant exceptionnellement au cours d'une anesthésie

(hyperthermie maligne),

Antécédents de convulsions, d'épilepsie,

Patients ayant présenté une atteinte du foie, un épisode de jaunisse, une fièvre inexpliquée ou une augmentation du

nombre de certaines cellules sanguines après administration d'un anesthésique halogéné,

Association avec les IMAO non sélectifs (antidépresseurs).

ALYRANE, solution pour inhalation NE DOIT GENERALEMENT PAS ETRE UTILISE, sauf avis de votre anesthésiste en

association avec certains médicaments d'urgence (sympatomimétiques alpha ou bêta).

EN CAS DE DOUTE, IL EST INDISPENSABLE DE DEMANDER L'AVIS DE VOTRE ANESTHESISTE.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec ALYRANE, solution pour inhalation:

Mises en garde spéciales

Ce médicament doit être utilisé sous surveillance cardio-respiratoire et en présence d'un médecin anesthésiste disposant

des moyens techniques permettant l'anesthésie et la réanimation.

Seuls les évaporateurs spécialement calibrés pour ce produit doivent être utilisés.

Lors d'une anesthésie profonde avec ce médicament, des secousses musculaires peuvent survenir.

L'enflurane peut-être à l'origine d'une fièvre élevée survenant exceptionnellement au cours d'une anesthésie (hyperthermie

maligne). Il est déconseillé d'utiliser l'enflurane chez les sujets susceptibles de présenter une hyperthermie maligne

(antécédents d'hyperthermie maligne d'effort, myopathies).

Précautions d'emploi

Prévenez votre anesthésiste afin qu'il adapte les doses de ce médicament en cas de maladie du foie, des reins ou de

problèmes neurologiques cérébraux.

EN CAS DE DOUTE NE PAS HESITER A DEMANDER L'AVIS DE VOTRE ANESTHESISTE.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments

AFIN D'EVITER D'EVENTUELLES INTERACTIONS ENTRE PLUSIEURS MEDICAMENTS, et notamment adrénaline, nor-

adrénaline et isoprénaline (médicaments utilisés en cardiologie) IL FAUT SIGNALER SYSTEMATIQUEMENT TOUT

AUTRE TRAITEMENT EN COURS A VOTRE ANESTHESISTE.

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Grossesse

Il est préférable de ne pas utiliser ce médicament pendant la grossesse.

Prévenez l'anesthésiste si vous êtes enceinte ou si vous pensez pouvoir l'être.

Allaitement

Il est préférable de suspendre momentanément l'allaitement après utilisation de cet anesthésique.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

L'attention des conducteurs de véhicules et des utilisateurs de machine est attirée sur le fait qu'après une anesthésie

générale, il y a persistance, pendant un certain temps, d'une altération de la vigilance qui rend dangereuse la conduite de

véhicules et l'utilisation des machines.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT UTILISER ALYRANE, solution pour inhalation ?

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Posologie

Elle varie avec le les besoins individuels, de l'âge et de l'état général du patient, du stade et du type de l'intervention.

Il est recommandé de ne pas utiliser une concentration supérieure à 4 pour cent.

Mode d'administration

Inhalation

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus de ALYRANE, solution pour inhalation que vous n'auriez dû:

En présence d'un surdosage, il est nécessaire d'arrêter l'administration du produit et d'assurer la fonction respiratoire.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Sans objet.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, ALYRANE, solution pour inhalation est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que

tout le monde n'y soit pas sujet:

Certains effets témoignent d'une anesthésie trop profonde et doivent conduire à diminuer la concentration utilisée de ce

médicament:

Secousses musculaires,

Baisse de la pression artérielle,

Dépression respiratoire.

Au réveil, il peut survenir des nausées, des vomissements et des frissons.

Il a aussi été observé: hocquet, manifestations respiratoires (bronchospasmes).

De rares cas d'atteinte du foie (hépatite) ont été observées après administration de ce médicament.

Ont été observés des cas d'élévation importante de la température du corps (hyperthermie maligne), nécessitant un

traitement spécifique en urgence.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent

graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER ALYRANE, solution pour inhalation ?

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser ALYRANE, solution pour inhalation après la date de péremption mentionnée sur la boîte.

Conditions de conservation

A conserver à température ambiante et à l'abri de la lumière.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout-à-l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien

ce qu'il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient ALYRANE, solution pour inhalation ?

La substance active est:

Enflurane .......................................................................................................................................... 250 ml

Pour un flacon.

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que ALYRANE, solution pour inhalation et contenu de l'emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous forme de solution pour inhalation. Boîte de 6 flacons de 250 ml.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable

de la libération des lots, si différent

Titulaire

BAXTER SAS

6 avenue Louis Pasteur

78310 Maurepas

Exploitant

BAXTER S.A.

6, avenue Louis Pasteur

B.P. 56

78311 MAUREPAS CEDEX

Fabricant

BAXTER S.A.

Boulevard René Branquart, 80

7860 LESSINES

BELGIQUE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Sans objet.

Date d’approbation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de l’Afssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Sans objet.

Lire le document complet

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANSM - Mis à jour le : 22/05/2000

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

ALYRANE, solution pour inhalation

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Enflurane ......................................................................................................................................... 250 ml

Pour un flacon.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Solution pour inhalation.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

Anesthésie générale par inhalation, utilisable en induction et entretien.

4.2. Posologie et mode d'administration

Des évaporateurs spécialement calibrés pour l'enflurane doivent être utilisés afin de contrôler avec précision la

concentration de l'anesthésique administré.

Prémédication

La prémédication doit être choisie en fonction des besoins individuels du malade, en tenant compte du fait que les

sécrétions sont modérément stimulées par l'enflurane et que le rythme cardiaque reste constant.

L'utilisation de l'atropine est laissée au choix de l'anesthésiste.

Induction

L' induction à l'enflurane peut être réalisée avec l'oxygène seul ou en association avec du protoxyde d'azote. Cependant une

dose hypnotique d'un barbiturique à action courte peut être utilisée pour provoquer la perte de conscience, l'administration

de ce barbiturique étant suivie immédiatement par l'inhalation d'enflurane.

Lors de l'induction, il est recommandé d'utiliser l'enflurane à une concentration de 0,5 pour cent, qui sera progressivement

augmentée jusqu'à environ 4 pour cent par fractions de 0,5 pour cent tous les deux ou trois mouvements respiratoires,

jusqu'à ce que le niveau chirurgical d'anesthésie soit observé.

Il est recommandé de ne pas utiliser une concentration supérieure à 4 pour cent.

Entretien de l'anesthésie

Le stade chirurgical de l'anesthésie peut être maintenu en utilisant des concentrations de 0,5 à 2 pour cent.

Si besoin, une faible dose de myorelaxant sera administré afin d'obtenir un relâchement musculaire suffisant.

Si une ventilation assistée est nécessaire, on veillera à ce qu'une normo-ventilation maintenant une pCO

à 35/45 mm de

mercure soit respectée.

Le niveau de la pression artérielle durant le maintien de l'anesthésie à l'enflurane est inversement proportionnel aux

concentrations d'enflurane utilisées. Une chute trop importante de la pression artérielle se corrigera par la réduction de la

concentration d'enflurane.

Réveil

La concentration d'enflurane doit être ramenée à 0,5 pour cent à la fin de l'intervention chirurgicale et l'inhalation d'enflurane

doit être arrêtée au moment de la fermeture de la peau. Le patient sera ventilé en oxygène pur jusqu'au réveil complet.

4.3. Contre-indications

Ce médicament est contre-indiqué dans les cas suivants:

Sujets ayant présenté des antécédents personnels ou familiaux d'hyperthermie maligne,

Antécédents de comitialité,

Hypersensibilité aux agents anesthésiques halogénés,

Patients ayant présenté une atteinte hépatique, un ictère, une fièvre inexpliquée, ou une éosinophilie après administration

d'un anesthésique halogéné.

En association avec les IMAO non sélectifs.

Ce médicament est déconseillé en association avec les sympathomimétiques alpha ou bêta (voir rubrique 4.5).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Mises en garde spéciales

L'enflurane ne doit être administré qu'en présence d'un anesthésiste-réanimateur disposant du matériel d'anesthésie et

réanimation.

Les niveaux d'anesthésie à l'enflurane peuvent changer facilement et rapidement. En conséquence, on ne doit utiliser pour

l'administration de l'enflurane que des évaporateurs qui délivrent une concentration précise de ce produit.

En présence de chaux sodée ou barytée, des cas isolés d'augmentation de la carboxyhémoglobine ont été observés avec

les agents halogénés ayant un radical -CF

H. La formation de CO n'est pas cliniquement significative quand l'adsorbant est

normalement hydraté.

Se conformer strictement aux instructions d'utilisation des adsorbants du CO

, données par le fabricant.

Lors de l'utilisation des anesthésiques halogénés, des cas d'anomalies des fonctions hépatiques, d'ictère et de cytolyse

hépatique massive parfois mortelle, ont été signalés. Ces réactions orientent vers des réactions d'hypersensibilité

communes aux anesthésiques halogénés.

L'augmentation de la profondeur de l'anesthésie par utilisation de fortes doses d'enflurane peut provoquer des modifications

électroencéphalographiques caractérisées par: haut voltage, fréquence rapide et pointes-ondes séparées par des périodes

de silence électrique, et parfois associées à une activité motrice constituée de secousses musculaires.

Il faut considérer ces manifestations comme des signes de profondeur excessive de l'anesthésie, et diminuer la

concentration de l'enflurane inhalé.

Ces modifications apparaissent plus volontiers lorsque le malade est hyperventilé et présente une pression artérielle en gaz

carbonique diminuée.

L'enflurane peut-être à l'origine d'une hyperthermie maligne. Si celle-ci apparaît, le traitement consiste dans l'arrêt des

agents ayant déclenché ce mécanisme, la dépose des évaporateurs, la purge du circuit, l'administration intraveineuse de

dantrolène ainsi qu'un traitement symptomatique.

Il est déconseillé d'utiliser l'enflurane chez les sujets susceptibles de présenter une hyperthermie maligne (antécédents

d'hyperthermie maligne d'effort, myopathies telles que les dystrophies musculaires, syndrome de King, myotonie, myopathie

à noyau central).

Précautions d'emploi

Toute pathologie hépatique pré-existante, en particulier cirrhose et hépatite virale, doit faire discuter l'utilisation d' un agent

anesthésique non halogéné.

Chez l'insuffisant rénal, du fait de l'élimination par voie rénale du fluor, l'enflurane doit être utilisé avec prudence en raison

du risque accru d'obtenir une concentration de fluor proche du seuil néphrotoxique.

En raison de ses effets neurologiques, l'utilisation de l'enflurane n'est pas recommandée chez les patients de

neurochirurgie ou susceptible de présenter une hypertension intra-cranienne.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Associations contre-indiquées

+ IMAO non sélectifs

Risque de collapsus per-opératoire.

Arrêt de l'IMAO 15 jours avant l'anesthésie.

Associations déconseillées

+ Sympathomimétiques alpha et bêta

Dopamine, adrénaline, nor-adrénaline pour action systémique par voie parentérale.

Troubles du rythme ventriculaire graves par augmentation de l'excitabilité cardiaque.

+ Sympathomimétiques bêta

Isoprénaline.

Troubles du rythme ventriculaire graves, par augmentation de l'excitabilité cardiaque.

Associations faisant l'objet de précautions d’emploi

+ Bêtabloquants

Réduction des réactions cardio-vasculaires de compensation par les bêtabloquants (l'inhibition bêta-adrénergique peut être

levée durant l'intervention par des bêta stimulants).

En règle générale, ne pas arrêter le traitement bêtabloquant et, de toute façon, éviter l'arrêt brutal. Informer l'anesthésiste de

ce traitement.

+ Isoniazide

Potentialisation de l'effet hépatotoxique de l'isoniazide, avec formation accrue de métabolites toxiques de l'isoniazide.

En cas d'intervention programmée, arrêter par prudence le traitement par l'isoniazide une semaine avant l'intervention et ne

le reprendre que 15 jours après.

+ Adrénaline

Pour action hémostatique locale par injections sous cutanée ou gingivale.

Limiter l'apport, par exemple: moins de 0,1 mg d'adrénaline en 10 minutes ou 0,3 mg en 1 heure chez l'adulte.

+ Sympathomimétiques indirects

Amphétamines et dérivés (anorexigènes, psychostimulants), éphédrine et dérivés.

Poussée hypertensive per-opératoire.

En cas d'intervention programmée, il est préférable d'interrompre le traitement quelques jours avant l'intervention.

Interférences médicamenteuses:

Action additive avec tous les médicaments dotés d'une action inotrope ou chronotrope négative.

Potentialisation des effets des myorelaxants: les curares non dépolarisants sont potentialisés d'une façon très importante

par l'enflurane et doivent être administrés à des doses qui sont en moyenne la moitié des doses habituellement utilisées.

Association avec toute médication

Dans la plupart des cas où un traitement médicamenteux est indispensable, il n'y a pas lieu de l'arrêter avant l'anesthésie

générale. Il suffit d'en informer l'anesthésiste.

4.6. Grossesse et allaitement

Grossesse

Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet

malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet à ce jour, les substances responsables de malformations dans

l'espèce humaine se sont révélés tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.

Il n'existe pas actuellement de données pertinentes, pour évaluer un éventuel effet malformatif ou fœtotoxique de l'enflurane

lorsqu'il est administré pendant la grossesse. En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser

l'enflurane pendant la grossesse.

Allaitement

L'allaitement doit être momentanément suspendu après utilisation de l'enflurane.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L'attention des conducteurs de véhicules et des utilisateurs de machine est attirée sur le fait qu'après une anesthésie

générale, il y a persistance, pendant un certain temps, d'une altération de la vigilance qui rend dangereuse la conduite de

véhicules et l'utilisation des machines.

4.8. Effets indésirables

Une hypotension et une dépression respiratoire proportionnelles à la concentration administrée peuvent être observées

pendant l'induction ou la période d'entretien. ( voir rubrique 4.2).

Des cas de bronchospasme ont été rapportés à l'induction.

Hoquet.

Secousses musculaires, pouvant survenir à un stade d'anesthésie très profond (voir rubrique 4.4).

Des nausées et des vomissements peuvent survenir au réveil avec une faible fréquence.

Des frissons peuvent également être observés dans la période de réveil.

De rares cas d'hépatite cytolytique ont été rapportés après administration d'enflurane.

De même qu'avec les autres agents anesthésiques de ce type, l'enflurane peut déclencher un état d'hypermétabolisme du

muscle squelettique conduisant à une forte demande en oxygène et induisant un syndrome clinique connu sous le nom

d'hyperthermie maligne (HM). Ce syndrome comprend des symptômes non spécifiques telles que rigidité musculaire,

tachycardie, tachypnée, cyanose, arythmie et tension artérielle instable, ainsi qu'une élévation de l'ensemble du

métabolisme ce qui se traduit par une élévation de la température corporelle et l'augmentation du CO

en fin d'expiration

(PetCO

). De tels effets ont été observés, dans des rares cas, chez l'Homme après une anesthésie par l'enflurane (voir

rubrique 4.4).

4.9. Surdosage

En présence d'un surdosage, il est nécessaire d'arrêter l'administration du produit; il convient d'entreprendre alors une

ventilation assistée ou une ventilation contrôlée, suivant les circonstances.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynamiques

ANESTHESIQUES GENERAUX /HYDROCARBURES HALOGENES.

(N: système nerveux central).

L'enflurane est un agent d'anesthésie générale utilisé par inhalation qui permet une induction et un réveil rapide.

L'utilisation de l'enflurane stimule très modérément la salivation et les sécrétions bronchiques. Les réflexes laryngés et

pharyngés sont assez rapidement diminués, permettant l'intubation endotrachéale. Ainsi qu'on l'observe avec les autres

agents par inhalation, le volume courant diminue au fur et à mesure qu'augmente la profondeur de l'anesthésie. Cependant,

et en contraste avec les autres agents par inhalation, le rythme respiratoire reste constant ou ne diminue que faiblement.

La pression artérielle diminue légèrement pendant la période d'induction mais retourne souvent à des valeurs proches de la

normale lors des stimulations chirurgicales.

L'augmentation de la profondeur de l'anesthésie entraîne une diminution correspondante de la pression artérielle.

La fréquence cardiaque reste stable et notamment il n'y a pas de bradycardie.

La surveillance électrocardiographique montre également que le rythme cardiaque reste stable.

Le relâchement musculaire est relativement important au stade chirurgical de l'anesthésie. Si un relâchement plus important

est nécessaire, il est préférable d'utiliser des doses minimes de myorelaxants, plutôt que d'approfondir l'anesthésie à

l'enflurane.

La prostigmine n'antagonise pas l'effet myorelaxant de l'enflurane.

Les mesures du débit sanguin cérébral et du métabolisme cérébral qui ont été effectuées chez des volontaires ne montrent

pas d'hypoxie cérébrale et le réveil s'est toujours produit dans des conditions normales.

L'enflurane n'affecte pas la coagulation.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques

La quantité d'enflurane qui est métabolisée chez l'homme a pu être mesurée: les dosages de fluorures dans les urines

montrent qu'environ 2,4 pour cent de l'enflurane administré sont métabolisés. Ce faible pourcentage s'explique par une la

stabilité chimique de la molécule d'enflurane et par son faible coefficient de partage sang/gaz.

5.3. Données de sécurité préclinique

Non renseignée.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Sans objet.

6.2. Incompatibilités

Sans objet.

6.3. Durée de conservation

5 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation

A conserver à température ambiante et à l'abri de la lumière.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

250 ml en flacon (verre brun). Boîte de 6 flacons.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

BAXTER SAS

6 avenue Louis Pasteur

78310 Maurepas

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

557 469-7: 250 ml en flacon (verre brun). Boîte de 6.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I

Réservé à l'usage hospitalier.

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information