AA-ATENIDONE Comprimé

Canada - français - Health Canada

Achète-le

Ingrédients actifs:
Aténolol; Chlorthalidone
Disponible depuis:
AA PHARMA INC
Code ATC:
C07CB03
DCI (Dénomination commune internationale):
ATENOLOL AND OTHER DIURETICS
Dosage:
100MG; 25MG
forme pharmaceutique:
Comprimé
Composition:
Aténolol 100MG; Chlorthalidone 25MG
Mode d'administration:
Orale
Unités en paquet:
30/100
Type d'ordonnance:
Prescription
Domaine thérapeutique:
BETA-ADRENERGIC BLOCKING AGENTS
Descriptif du produit:
Numéro de groupe d'ingrédients actifs (GIA) :0216877001; AHFS: 24:24.00
Statut de autorisation:
APPROUVÉ
Numéro d'autorisation:
02248764
Date de l'autorisation:
2020-03-04

Documents dans d'autres langues

Lire le document complet

Page 1 of 34

MONOGRAPHIE

Pr

AA-ATENIDONE

comprimés d’aténolol et de chlorthalidone USP

50/25 mg et 100/25 mg

Antihypertenseur

AA Pharma Inc.

1165 Creditstone Road Unit

#1 Vaughan, Ontario

L4K 4N7

Date de révision:

28 février 2020

Numéro de contrôle: 235635

Page 2 of 34

MONOGRAPHIE

Pr

AA-ATENIDONE

comprimés d’aténolol et de chlorthalidone USP

50/25 mg et 100/25 mg

CLASSE THÉRAPEUTIQUE

Antihypertenseur

MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE

AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) associe l’action antihypertensive de deux agents, un

inhibiteur des récepteurs bêta-adrénergiques (aténolol) et un diurétique (chlorthalidone).

L’aténolol est un inhibiteur sélectif des récepteurs bêta

-adrénergiques qui n’exerce pas d’action

stabilisatrice de la membrane ni d’effet sympathomimétique intrinsèque (agoniste partiel). C’est un

mélange racémique dont les propriétés bêta

résident dans

l’énantiomère S(-). La sélectivité pour les récepteurs bêta

diminue avec l’augmentation de

la dose.

Le mécanisme derrière l’effet antihypertensif de l’aténolol n’a pas été établi. Parmi les facteurs

pouvant intervenir dans ce processus, on compte:

un antagonisme de compétition sur la tachycardie provoquée par les

catécholamines au niveau des récepteurs bêta du cœur, ce qui diminue le débit

cardiaque;

l’inhibition de la production de rénine par le rein;

l’inhibition des centres vasomoteurs.

Chez l’humain, l’aténolol réduit les augmentations de la fréquence cardiaque dues à

l’isoprotérénol et à l’effort dans l’éventail de doses de 50 à 200 mg. À la dose orale de 100 mg,

les effets bêta

-bloquants persistent pendant au moins 24 heures; l’augmentation de la

fréquence cardiaque due à l’effort est atténuée d’environ 32 % au bout de 2 heures, et de 13 %

au bout de 24 heures. Le logarithme de la concentration plasmatique d’aténolol est corrélé avec

le degré de blocage des récepteurs bêta

mais pas avec l’effet antihypertensif.

La chlorthalidone, diurétique monosulfamidé, accroît l’élimination du sodium et du chlorure.

La natriurèse est accompagnée d’une certaine fuite potassique. Le mécanisme par lequel la

chlorthalidone réduit la tension artérielle n’est pas entièrement connu, mais pourrait être

relié à l’élimination et à la redistribution du sodium de l’organisme. La chlorthalidone ne

diminue généralement pas la tension artérielle normale.

L’association de l’aténolol et d’un diurétique thiazidique s’est révélée compatible et généralement

plus efficace que l’un ou l’autre de ces médicaments utilisés seuls comme antihypertenseur.

Pharmacocinétique

Page 3 of 34

Environ 40 à 50 % d’une dose d’aténolol administrée par voie orale est absorbé dans le

tractus gastro-intestinal et le reste est éliminé inchangé dans les fèces. Les concentrations

plasmatiques maximales sont atteintes de 2 à 4 heures après l’administration et sont sujettes

à une variabilité correspondant à un facteur de 4. Les concentrations plasmatiques sont

proportionnelles à la dose pour l’éventail des doses de 50 à 400 mg, et 6 à 16 % de l’aténolol

est lié aux protéines plasmatiques. La demi-vie plasmatique est d’environ 6 à 7 heures.

Approximativement 60 % d’une dose orale de chlorthalidone est absorbé au niveau des

voies gastro-intestinales et éliminé inchangé dans l’urine. Après l’administration d’une seule

dose, les concentrations sanguines maximales de chlorthalidone sont atteintes après 12

heures environ et diminuent par la suite selon la cinétique d’ordre 1; la demi-vie est

approximativement de 50 heures. Près de 75 % de la chlorthalidone est lié dans le plasma.

Biodisponibilité comparative

Comprimés à 50/25 mg

On a mené une étude de biodisponibilité comparative chez des volontaires humains en

bonne santé à jeun. La vitesse et le degré d’absorption de l’aténolol et de la chlorthalidone

ont été mesurés et comparés après l’administration d’une double dose orale de 50 mg/25

mg d’AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) ou TENORETIC

en comprimés. Les

résultats associés aux données d’observation sont résumés ci-dessous :

Résumé des études de biodisponibilité comparative Aténolol/chlorthalidone (dose : 2 x 50/25

mg) – données d’observation – sujets à jeun D’après l’aténolol

Paramètre

(ngh/mL)

Moyenne géométrique Moyenne arithmétique

(CV %)

Rapport des

moyennes

géométriques (%)**

Atenidone

Tenoretic

4 494

4 822 (38)

4 632

4 775 (24)

97,1

(ngh/mL)

4 794

5 092 (36)

4 939

5 069 (22)

97,2

(ng/mL)

578 (39)

600 (26)

91,4

* (h)

2,96 (63)

2,83 (35)

* (h)

7,45 (28)

7,61 (25)

Page 4 of 34

* Moyennes arithmétiques (CV %).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

Tenorectic

est fabriqué par Zeneca Pharma (actuellement AstraZeneca) et a été acheté au

Canada.

Résumé des études de biodisponibilité comparative Aténolol/chlorthalidone (dose : 2 x 50/25

mg) – données d’observation – sujets à jeun

D’après la chlorthalidone

Paramètre

(ngh/mL)

Moyenne

géométrique Moyenne

arithmétique (CV %)

Rapport des

moyennes

géométriques (%)**

Atenidone

Tenorectic

118 198

122 323

(25)

122 054

124 330

(20)

100,9

(ngh/mL)

204 088

213 693

(31)

219 908

228 253

(27)

104,4

(ng/mL)

2 501

2 599 (27)

2 574

2 626 (21)

98,1

* (h)

12,5 (51)

10,9 (39)

* (h)

52,4 (27)

60,9 (33)

* Moyennes arithmétiques (CV %).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

Tenorectic

est fabriqué par Zeneca Pharma (actuellement AstraZeneca) et a été acheté au

Canada.

Page 5 of 34

Comprimés à 100/25 mg

On a mené une étude de biodisponibilité comparative chez des volontaires humains en bonne

santé à jeun. La vitesse et le degré d’absorption de l’aténolol et de la chlorthalidone ont été

mesurés et comparés après l’administration d’une double dose orale de 100 mg/25 mg d’AA-

ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) ou TENORETIC

en comprimés. Les résultats associés

aux données d’observation sont résumés ci-dessous :

Résumé des études de biodisponibilité comparative

Aténolol/chlorthalidone (dose : 1 x 100/25 mg) – données d’observation – sujets à jeun

D’après l’aténolol

Paramètre

(ngh/mL))

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

Rapport des moyennes

géométriques (%)**

AA-Atenidone

Tenoretic®

5149

5391 (31)

5224

5391

(25)

98.6

ASCI

(ngh/mL)

5540

5753 (29)

5601

5750

(23)

98.9

Cmax

(ng/mL)

610 (30)

621 (29)

97.7

Tmax* (h)

3.06 (29)

2.97 (45)

T1/2* (h)

8.17 (27)

7.88 (20)

* Moyennes arithmétiques (CV %).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

Tenorectic

est fabriqué par Zeneca Pharma (actuellement AstraZeneca) et a été acheté au

Canada.

Résumé des études de biodisponibilité comparative

Aténolol/chlorthalidone (dose : 1 x 100/25 mg) – données d’observation – sujets à jeun

D’après la chlorthalidone

Paramètre

ASCT

(ngh/mL)

Moyenne géométrique

Moyenne arithmétique (CV %)

Rapport des moyennes

géométriques (%)**

AA-Atenidone

Tenoretic

77270

78025 (14)

76427

77292 (15)

100.9

ASCI

(ngh/mL)

128123

131344 (23)

119788

122703

(23)

104.4

Page 6 of 34

Cmax

(ng/mL)

1533

1554 (17)

1562

1575 (13)

98.1

Tmax* (h)

12.1 (42)

11.6 (35)

T1/2* (h)

52.7 (26)

47.8 (26)

* Moyennes arithmétiques (CV %).

** D’après la moyenne des moindres carrés.

Tenorectic

est fabriqué par Zeneca Pharma (actuellement AstraZeneca) et a été acheté au

Canada.

INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE

Cette association fixe n’est pas indiquée pour amorcer le traitement de l’hypertension. Celle-

ci nécessite une thérapeutique adaptée à chaque patient. Il vaut toujours mieux ajuster

séparément la posologie de chaque antihypertenseur, mais lorsque l’association fixe

représente le meilleur médicament et la meilleure dose pour le patient, il est plus commode

de la prescrire. Cependant, lorsqu’on veut procéder à un ajustement ultérieur de la posologie,

il est préférable d’utiliser à nouveau chaque principe actif individuellement. Le traitement de

l’hypertension n’est pas statique; il doit être réévalué dans chaque cas.

AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) est indiqué pour le traitement d’entretien des patients

hypertendus dont l’état nécessite l’administration d’aténolol et de chlorthalidone dans les doses et

les proportions qu’on trouve dans AA-ATENIDONE.

CONTRE-INDICATIONS

AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) ne doit pas être utilisé en présence des troubles suivants :

bradycardie sinusale ou bradycardie d’origines diverses;

blocs auriculo-ventriculaires du deuxième et du troisième degré;

maladie du sinus;

insuffisance ventriculaire droite consécutive à une hypertension pulmonaire;

insuffisance cardiaque non maîtrisée;

choc cardiogène;

hypotension;

affections artérielles périphériques graves;

anesthésie au moyen d’agents dépressifs du myocarde;

phéochromocytome en l’absence de blocage des récepteurs alpha;

acidose métabolique;

anurie;

Page 7 of 34

hypersensibilité à l’aténolol, à la chlorthalidone ou aux médicaments dérivés

des sulfamides;

grossesse et allaitement (voir MISES EN GARDE, Grossesse et Allaitement).

MISES EN GARDE

a)

Insuffisance cardiaque

Il faut être particulièrement prudent lorsqu’on administre AA-ATENIDONE

(aténolol/chlorthalidone) à des patients ayant des antécédents d’insuffisance cardiaque. La

stimulation sympathique est un élément vital pour le maintien de la fonction circulatoire dans

l’insuffisance cardiaque congestive, et l’inhibition engendrée par un bêta-bloquant comporte

toujours le risque de réduire davantage la contractilité du myocarde, augmentant ainsi la

possibilité d’apparition d’une insuffisance cardiaque.

Chez les patients sans antécédents d’insuffisance cardiaque, la dépression continue du

myocarde par un bêta-bloquant pendant un certain temps peut parfois mener à

l’insuffisance cardiaque. Par conséquent, au premier signe ou symptôme d’insuffisance

cardiaque imminente, on procédera à une digitalisation complète et/ou on administrera un

diurétique supplémentaire tout en surveillant attentivement la réaction du patient.

L’aténolol agit de façon sélective sans bloquer l’action inotrope de la digitaline sur le muscle

cardiaque. Cependant, l’action inotrope positive de la digitaline peut être réduite par l’action

inotrope négative de l’aténolol si les deux médicaments sont administrés en concomitance.

Les effets dépressifs des bêta-bloquants et de la digitaline sur la conduction A-V s’additionnent. Si

l’insuffisance cardiaque persiste, malgré une digitalisation appropriée, il faut immédiatement

cesser le traitement par AA-ATENIDONE et continuer l’administration du diurétique (voir ci-

dessous).

b)

Cessation brusque du traitement par AA-ATENIDONE

Les patients atteints d’angine de poitrine doivent être mis en garde contre toute cessation

brusque du traitement par AA-ATENIDONE. On a rapporté des exacerbations graves de

l’angine de poitrine, des infarctus du myocarde et des arythmies ventriculaires chez des

patients angineux après cessation brusque du traitement par bêta-bloquants. Les deux

dernières complications peuvent se produire avec ou sans exacerbation préalable de l’angine

de poitrine. Par conséquent, lorsqu’on décide de mettre fin au traitement par AA-

ATENIDONE chez des patients atteints d’angine de poitrine, il faut cesser d’administrer le

médicament et le remplacer immédiatement par l’aténolol et un diurétique administrés

séparément, de façon que l’on puisse graduellement réduire, pendant environ deux

semaines, la dose d’aténolol, tout en maintenant la dose du diurétique. On gardera la même

fréquence d’administration pour les deux médicaments. Le patient doit être surveillé de près.

Dans les cas plus urgents, il faut cesser graduellement l’administration dʹAA-ATENIDONE

sur une période plus courte et suivre les patients d’encore plus près. Si on constate une

nette aggravation de l’angine de poitrine ou s’il se produit une insuffisance coronarienne

aiguë, on recommande de reprendre rapidement le traitement par AA-ATENIDONE, tout au

moins pour quelque temps.

Page 8 of 34

Comme la cardiopathie ischémique peut passer inaperçue, la recommandation ci-dessus

doit être suivie chez tout patient prédisposé à une insuffisance coronarienne

asymptomatique.

c)

Syndrome oculo-muco-cutané

On a observé diverses formes d’éruptions cutanées et de xérosis conjonctival attribuables

aux bêta-bloquants, y compris l’aténolol. Un syndrome grave (syndrome oculo-muco-

cutané), dont les signes comprennent conjonctivite sèche, éruptions psoriasiformes, otites

et sérites sclérosantes, est apparu lors de l’administration à long terme d’un antagoniste

bêta-adrénergique (le practolol). On n’a pas observé ce syndrome avec l’aténolol ni avec

d’autres agents du même type. Cependant, les médecins doivent être prévenus de la

possibilité de voir apparaître ces réactions et, le cas échéant, ils doivent arrêter le traitement

par AA-ATENIDONE.

d)

Angor de Prinzmetal

L’aténolol peut augmenter le nombre et la durée des crises d’angine de poitrine chez les

patients atteints d’angor de Prinzmetal dû à la vasoconstriction sans opposition d’une artère

coronaire à médiation alpha-bloquante. Chez ces patients, AA-ATENIDONE doit donc être

utilisé avec la plus grande prudence.

e)

Bradycardie sinusale

Par suite de l’administration d’aténolol, une bradycardie sinusale grave attribuable à

une activité vagale non entravée peut survenir après l’inhibition des récepteurs

bêta

-adrénergiques; il faut alors réduire la dose.

f)

Thyrotoxicose

Chez les patients atteints de thyrotoxicose, on n’a pas encore évalué avec précision les effets

nuisibles possibles d’un traitement de longue durée à l’aténolol. Les bêta-bloquants peuvent

masquer les signes cliniques d’une hyperthyroïdie chronique ou de ses complications et

donner une fausse impression d’amélioration. Par conséquent, il se peut que l’arrêt brusque

du traitement par l’aténolol soit suivi d’une exacerbation des symptômes d’hyperthyroïdie, y

compris la crise thyroïdienne aiguë. Les diurétiques thiazidiques peuvent diminuer les

concentrations d’iode lié aux protéines sans signe d’atteinte thyroïdienne.

g)

Insuffisance rénale

Il faut prescrire AA-ATENIDONE avec prudence car la chlorthalidone peut déclencher

ou aggraver l’azotémie. Des effets cumulatifs peuvent apparaître, car les deux

composants dʹAA-ATENIDONE sont éliminés par le rein. Si une atteinte rénale

évolutive se manifeste, on cessera d’administrer AA-ATENIDONE.

Dans le cas d’un trouble de la fonction rénale, la clairance de l’aténolol est étroitement liée

au taux de filtration glomérulaire. Cependant, il ne se produit pas d’accumulation importante

tant que les valeurs de la clairance de la créatinine ne descendent pas au-dessous de

35 mL/min/1,73 m

h)

Insuffisance hépatique

Page 9 of 34

Chez les patients atteints d’une insuffisance hépatique ou d’une hépatopathie évolutive,

même une altération mineure dans l’équilibre hydro-électrolytique peut déclencher un coma

hépatique. Une encéphalopathie hépatique, se manifestant par des tremblements, de la

confusion et un coma, a été signalée en association avec les diurétiques, y compris la

chlorthalidone.

i)

Réactions d’hypersensibilité

Chez les patients recevant de la chlorthalidone, des réactions de sensibilité peuvent

se produire avec ou sans antécédents d’allergie ou d’asthme bronchique.

j)

Lupus érythémateux disséminé

On a signalé, avec les diurétiques thiazidiques, une exacerbation possible du

lupus érythémateux disséminé.

k)

Grossesse

La prise dʹAA-ATENIDONE est contre-indiquée durant la grossesse.

L’aténolol peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte. L’aténolol

traverse la barrière placentaire et se retrouve dans le sang du cordon.

Aucune étude n’a été menée sur l’administration d’aténolol au cours du premier trimestre, et

on ne peut exclure la possibilité de lésions fœtales. Par ailleurs, l’administration d’aténolol à

partir du deuxième trimestre de la grossesse a été associée à la naissance de nourrissons

petits pour leur âge gestationnel.

Chez un nombre limité de patientes ayant reçu de l’aténolol au cours du dernier trimestre de

la grossesse, on a noté un faible poids à la naissance, une hypoglycémie néonatale, une

bradycardie du fœtus ou du nouveau-né et une insuffisance placentaire.

Les nouveau-nés dont la mère prend de l’aténolol lors de l’accouchement ou de

l’allaitement risquent l’hypoglycémie et la bradycardie.

L’aténolol a produit une augmentation, liée à la dose, des résorptions embryo-fœtales chez

la rate à des doses égales ou supérieures à 50 mg/kg/jour, soit 25 fois ou plus la dose

maximale recommandée chez l’humain.

Les diurétiques thiazidiques traversent la barrière placentaire et sont décelés dans le sang

du cordon. L’emploi de chlorthalidone en cours de grossesse est susceptible de causer un

ictère fœtal ou néonatal, une thrombocytopénie et, peut-être, d’autres effets indésirables qui

se sont produits chez l’adulte.

l)

Allaitement

AA-ATENIDONE est contre-indiqué chez les femmes qui allaitent.

L’aténolol s’accumule significativement dans le lait maternel.

Les nouveau-nés dont la mère prend de l’aténolol lors de l’accouchement ou de

Page 10 of 34

l’allaitement risquent l’hypoglycémie et la bradycardie.

PRÉCAUTIONS

a)

Affections bronchospasmodiques

Il est préférable de ne pas administrer de bêta-bloquants aux patients atteints d’affections

bronchospasmodiques. En raison de la sélectivité relative de l’aténolol pour les récepteurs

bêta

, on peut administrer l’aténolol en faisant preuve de prudence à des patients atteints

d’affections bronchospasmodiques qui ne répondent pas ou qui ne tolèrent pas d’autres

traitements antihypertensifs. La sélectivité pour les récepteurs bêta

n’étant pas absolue, un

bêta

-stimulant doit être administré en concomitance, et la plus faible dose possible

d’aténolol doit être utilisée. Malgré ces précautions, la fonction respiratoire de certains

patients peut s’aggraver. Dans pareils cas, le traitement par AA-ATENIDONE doit être

arrêté.

b)

Bloc cardiaque du premier degré

En raison de son effet négatif sur le temps de conduction A-V, AA-ATENIDONE doit être

utilisé avec prudence chez les patients présentant un bloc cardiaque du premier degré.

c)

Troubles de la circulation artérielle périphérique

AA-ATENIDONE est susceptible d’aggraver les troubles de la circulation artérielle

périphérique moins graves (voir CONTRE-INDICATIONS).

d)

Anaphylaxie – Épinéphrine et bêta-bloquants

On peut avoir plus de difficulté à traiter une réaction de type allergique chez les patients

soumis aux bêta-bloquants. Chez ceux-ci, en effet, la réaction peut être plus grave par suite

des effets pharmacologiques des bêta-bloquants et de troubles liquidiens. Il faut être prudent

lorsqu’on administre de l’épinéphrine, car ce médicament risque de ne pas exercer ses effets

habituels dans le traitement de l’anaphylaxie. D’une part, de plus fortes doses d’épinéphrine

peuvent être nécessaires pour maîtriser le bronchospasme alors que, d’autre part, ces doses

peuvent être liées à une stimulation alpha-adrénergique excessive entraînant une

hypertension, une bradycardie réflexe et un bloc cardiaque, ainsi qu’une aggravation

possible du bronchospasme. Parmi les solutions de rechange au traitement par épinéphrine

à fortes doses, il existe des mesures de soutien vigoureuses telles que l’administration de

liquides et l’emploi de bêta-agonistes, y compris le salbutamol parentéral ou l’isoprotérénol,

pour vaincre le bronchospasme, et la norépinéphrine, pour corriger l’hypotension.

e)

Diabète et patients sujets à l’hypoglycémie

AA-ATENIDONE doit être administré avec prudence aux patients sujets à l’hypoglycémie

spontanée ou aux diabétiques (surtout ceux dont l’état est instable) qui suivent un

traitement par insuline ou par d’autres hypoglycémiants administrés par voie orale. En

effet, les antagonistes bêta-adrénergiques peuvent masquer les signes prémonitoires (p.

ex. la tachycardie) et les symptômes d’une hypoglycémie aiguë. La chlorthalidone peut

entraîner une augmentation ou une diminution des doses d’insuline nécessaires aux

diabétiques, ou encore laisser ces doses inchangées. Le diabète latent peut devenir

manifeste au cours d’un traitement par la chlorthalidone.

Page 11 of 34

f)

Chirurgie élective ou d’urgence

Il est déconseillé d’interrompre l’administration d’antagonistes bêta-adrénergiques avant

une chirurgie chez la majorité des patients. Toutefois, il est recommandé de prendre des

précautions spéciales pour l’administration dʹAA-ATENIDONE avec certains

anesthésiques comme ceux qui entraînent une dépression du myocarde. Au besoin, traiter

la dominance vagale au moyen d’atropine (1 à 2 mg i.v.).

Certains sujets traités par des bêta-bloquants adrénergiques ont présenté, sous anesthésie,

une hypotension grave de longue durée. On a aussi rapporté des difficultés à rétablir et à

maintenir les battements cardiaques.

En cas d’intervention chirurgicale d’urgence, comme l’aténolol est un inhibiteur compétitif des

agonistes des récepteurs bêta-adrénergiques, ses effets peuvent, au besoin, être contrés par

l’utilisation, à des doses suffisantes, d’agonistes comme l’isoprotérénol ou la norépinéphrine.

g)

Déséquilibre hydro-électrolytique

Les patients recevant de la chlorthalidone doivent être étroitement surveillés afin de déceler

tout signe clinique de déséquilibre hydro-électrolytique (hyponatrémie, alcalose

hypochlorémique et hypokaliémie). Il convient d’effectuer périodiquement, à intervalles

appropriés, le dosage des électrolytes sériques. Le dosage des électrolytes sériques et

urinaires est particulièrement important lorsque le patient accuse des vomissements

excessifs ou reçoit des liquides parentéraux. Les signes ou symptômes prémonitoires d’un

déséquilibre hydro-électrolytique comprennent : sécheresse de la bouche, soif, faiblesse,

léthargie, somnolence, agitation, douleurs ou crampes musculaires, fatigue musculaire,

hypotension, oligurie, tachycardie et troubles gastro-intestinaux.

Il peut survenir une hypokaliémie, surtout dans les cas de forte diurèse, de cirrhose grave ou

pendant l’emploi concomitant de corticostéroïdes ou d’ACTH. Un apport électrolytique oral

inadéquat contribue également à l’hypokaliémie. Celle-ci peut sensibiliser ou exagérer la

réaction du cœur aux effets toxiques de la digitaline (p. ex. augmentation de l’irritabilité

ventriculaire). On peut éviter ou traiter l’hypokaliémie en prescrivant des suppléments

potassiques, des diurétiques d’épargne potassique ou des aliments à forte teneur en

potassium.

Tout déficit en chlorure durant le traitement à la chlorthalidone est généralement mineur et

ne nécessite ordinairement pas de traitement spécifique, sauf dans des cas très particuliers

(comme des troubles hépatiques ou rénaux). Une hyponatrémie de dilution peut se produire

chez les patients présentant un œdème par temps chaud; le traitement consiste en une

restriction hydrique plutôt qu’en l’administration de sel, sauf en de rares cas lorsque

l’hyponatrémie menace la vie du patient. Dans les cas de déplétion sodique essentielle, un

traitement substitutif approprié constitue l’approche thérapeutique de choix.

Étant donné que la chlorthalidone diminue l’élimination du calcium, on devra cesser

l’administration dʹAA-ATENIDONE avant d’entreprendre des tests de la fonction

parathyroïdienne. Les altérations pathologiques des glandes parathyroïdes, avec

hypercalcémie et hypophosphatémie, ont été signalées chez un petit nombre de patients

soumis à un traitement prolongé aux diurétiques thiazidiques; cependant, on n’a pas observé

les complications courantes de l’hyperparathyroïdie comme une lithiase rénale, une

résorption osseuse et un ulcère gastro-duodénal.

Page 12 of 34

h)

Sujet relevant d’une sympathectomie

Les effets antihypertensifs des diurétiques thiazidiques peuvent être renforcés chez le

sujet relevant d’une sympathectomie.

i)

Hyperuricémie

Il arrive que l’on observe une hyperuricémie ou encore qu’un accès de goutte soit

favorisé chez certains patients traités à la chlorthalidone.

j)

Populations ethniques

L’aténolol semble être efficace et bien toléré par la plupart des groupes ethniques, bien que

la sensibilité au traitement soit peut-être un peu moins importante chez les patients de race

noire que chez les patients de race blanche.

k)

Enfants

On ne dispose d’aucune donnée sur l’innocuité de l’aténolol chez l’enfant. Par conséquent,

AA-ATENIDONE est déconseillé chez les enfants.

l)

Activités demandant une vigilance accrue

Il est peu probable que la prise dʹAA-ATENIDONE entraîne une incapacité quelconque dans

la conduite d’un véhicule ou l’utilisation d’une machine. Mais il faut savoir tout de même que

le médicament peut être responsable d’étourdissements ou de fatigue.

m)

Personnes âgées

Le nombre de sujets âgés de 65 ans et plus dans les études cliniques sur AA-ATENIDONE

était trop faible pour déterminer si leur réponse différait de celle de sujets plus jeunes.

L’expérience clinique d’autres sources n’a pas relevé de différences dans la réponse des

sujets âgés et des patients plus jeunes. En général, le choix de la posologie pour un patient

âgé doit se faire prudemment. La posologie la plus faible est habituellement choisie au début,

pour tenir compte de la fréquence accrue de baisses de la fonction rénale, hépatique ou

cardiaque ainsi que de la médication et des maladies concomitantes.

n)

Interactions médicamenteuses

Clonidine

Les bêta-bloquants peuvent exacerber l’hypertension réactionnelle pouvant résulter du retrait

de la clonidine. Si les deux médicaments sont administrés conjointement, il faut cesser

l’administration du bêta-bloquant plusieurs jours avant celle de la clonidine. Dans le cas où

on désire remplacer la clonidine par un bêta-bloquant, avant d’administrer ce dernier, il faut

attendre plusieurs jours après le retrait de la clonidine (consulter également les

renseignements thérapeutiques sur la clonidine).

Page 13 of 34

Réserpine ou guanéthidine

Il faut suivre de très près les patients qui prennent des médicaments réduisant le taux

de catécholamines, comme la réserpine ou la guanéthidine, car l’action antagoniste

bêta-adrénergique de l’aténolol s’ajoute à l’effet de ces médicaments et peut

provoquer une baisse excessive de l’activité sympathique. AA-ATENIDONE ne doit

pas être administré en association avec d’autres bêta-bloquants.

Vasodilatateur périphérique antihypertensif

L’association dʹAA-ATENIDONE et d’un vasodilatateur périphérique antihypertensif entraîne

un effet hypotensif plus accentué que celui de l’un ou l’autre de ces médicaments

administrés seuls. On peut obtenir une maîtrise de la tension artérielle équivalente en

abaissant les doses usuelles de chaque produit. Par conséquent, si on utilise cette

association médicamenteuse, il faut vérifier attentivement les doses administrées jusqu’à ce

que l’état du patient soit stabilisé.

Norépinéphrine

Les diurétiques thiazidiques peuvent diminuer la réaction artérielle à la norépinéphrine.

Cette diminution n’est pas suffisante pour contrecarrer l’efficacité thérapeutique du

vasopresseur.

Tubocurarine

Les diurétiques thiazidiques peuvent accroître la réaction à la tubocurarine.

Lithium

Généralement, le lithium ne doit pas être administré conjointement avec des diurétiques,

car ces derniers réduisent sa clairance rénale et augmentent beaucoup le risque de toxicité

par le lithium. On consultera les renseignements thérapeutiques sur les produits à base de

lithium avant de prescrire ce genre de préparation avec AA-ATENIDONE.

Alcool, barbituriques ou narcotiques

Une hypotension orthostatique peut se produire et risque d’être potentialisée par l’alcool,

les barbituriques ou les narcotiques.

Antiarythmiques

Les antiarythmiques de la classe I (p. ex. disopyramide) et l’amiodarone pourraient

potentialiser le temps de conduction auriculaire et provoquer un effet inotrope négatif.

Bloqueurs des canaux calciques

L’utilisation conjointe de bêta-bloquants et de bloqueurs des canaux calciques avec effets

inotropes négatifs peut entraîner une prolongation de la conduction S-A et A-V,

particulièrement chez les patients qui présentent une fonction ventriculaire défectueuse, des

anomalies de conduction ou un débit cardiaque diminué. Cela peut provoquer une

hypotension grave, une bradycardie ou une insuffisance cardiaque. Le traitement concomitant

Page 14 of 34

à base de dihydropyridines (p. ex. nifédipine) peut accroître le risque d’hypotension, et une

insuffisance cardiaque peut survenir chez les patients présentant une insuffisance cardiaque

latente. En de rares occasions, l’administration intraveineuse conjointe d’un inhibiteur des

récepteurs bêta- adrénergiques et de vérapamil a entraîné des effets indésirables sérieux,

particulièrement chez les patients présentant une myocardiopathie grave, une insuffisance

cardiaque congestive ou un récent infarctus du myocarde.

Glucosides digitaliques

Les glucosides digitaliques peuvent potentialiser la bradycardie attribuable au blocage

des récepteurs bêta.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

L’emploi concomitant d’anti-inflammatoires non stéroïdiens peut affaiblir les effets

antihypertensifs des bêta-bloquants.

Anesthésiques

Les anesthésiques peuvent produire un état hypotensif et une tachycardie réflexe

associée. Comme le blocage des récepteurs bêta-adrénergiques inhibe la tachycardie

réflexe, l’emploi concomitant dʹAA-ATENIDONE accroît le potentiel hypotensif des agents

anesthésiques. Il importe donc de choisir l’anesthésique présentant l’activité inotrope

négative la plus faible possible (voir CONTRE-INDICATIONS et PRÉCAUTIONS, Chirurgie

élective ou d’urgence).

Fingolimod

L’emploi concomitant de fingolimod et de bêta-bloquants peut potentialiser les effets

bradycardiques et n’est pas recommandé. Si une telle administration concomitante est

jugée nécessaire, on recommande une surveillance appropriée en début de traitement, c.-

à-d. au moins jusqu’au lendemain.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets indésirables signalés avec chaque composant sont les suivants :

ATÉNOLOL

Les effets indésirables les plus sérieux qui ont été signalés sont une insuffisance

cardiaque congestive, un bloc A-V et un bronchospasme. Un bronchospasme peut

survenir chez les patients atteints d’asthme bronchique ou présentant des antécédents

de symptômes asthmatiques.

Les effets indésirables les plus courants signalés lors d’essais cliniques où l’aténolol a

été administré à 2500 patients ont été les suivants : bradycardie (3 %), étourdissements

(3 %), vertiges (2 %), fatigue (3 %), diarrhée (2 %) et nausées (3 %).

Les effets indésirables suivants, regroupés par appareil ou système, sont survenus à

une fréquence inférieure à 1 % :

Appareil cardiovasculaire

Page 15 of 34

Aggravation de l’insuffisance cardiaque (voir MISES EN GARDE) Bloc

cardiaque

Palpitations

Allongement de l’intervalle P-R

Douleurs thoraciques

Sensation de tête légère

Hypotension orthostatique qu’on peut associer à une syncope

Phénomène de Raynaud

Claudication intermittente ou aggravation de la claudication intermittente pré-existante

Douleurs aux jambes et froideur des extrémités

Œdème

Appareil respiratoire

Dyspnée, respiration sifflante

Toux

Bronchospasme

Système nerveux central

Sensation d’évanouissement

Ataxie

Fatigue

Léthargie

Nervosité

Dépression

Somnolence

Rêves d’apparence réelle

Insomnie

Paresthésie

Céphalées

Acouphène

Changements d’humeur

Troubles visuels

Page 16 of 34

Psychoses et hallucinations

Appareil digestif

Malaises abdominaux, troubles digestifs

Constipation

Anorexie

Divers

Éruptions cutanées

Sécheresse et/ou démangeaisons des yeux

Réactions cutanées psoriasiformes

Exacerbation du psoriasis

Diminution de la tolérance à l’effort

Alopécie

Épistaxis

Bouffées de chaleur

Impuissance, baisse de la libido

Sudation

Douleurs corporelles généralisées

Thrombocytopénie et purpura

EXPÉRIENCE APRÈS LA MISE EN MARCHÉ

Après la mise en marché de l’aténolol, des cas de froideur des extrémités, de troubles

gastro- intestinaux et de fatigue ont été couramment signalés. Les effets suivants ont été

signalés comme ayant un rapport temporel avec l'utilisation du produit : élévation des

enzymes hépatiques et/ou de la bilirubine, céphalées, confusion, cauchemars, impuissance,

maladie de La Peyronie, éruption psoriasiforme ou exacerbation du psoriasis, purpura,

alopécie réversible et thrombocytopénie. De rares cas de toxicité hépatique, dont la

cholostase intrahépatique, ont été observés. L’aténolol, comme d’autres bêta-bloquants, a

été associé au développement d’anticorps antinucléaires (ANA) et au syndrome du lupus.

Dans une étude de longue durée bien contrôlée portant sur 1627 patients âgés atteints

d’hypertension systolique, l’incidence de la sécheresse buccale a été nettement plus

élevée chez les patients traités par l’aténolol (12,2 %).

Effets indésirables possibles

Les effets indésirables suivants sont apparus avec d’autres bêta-bloquants, mais n’ont pas

été observés avec l’aténolol :

Effets cardiovasculaires :

œdème pulmonaire, hypertrophie cardiaque,

Page 17 of 34

bouffées de chaleur et arrêt sinusal

Effets sur le système nerveux central :

agressivité, anxiété, perte de mémoire à court terme et

labilité émotionnelle avec légère obnubilation

Effets allergiques :

laryngospasme, état de mal asthmatique et

fièvre accompagnée de douleurs et de mal

de gorge

Effets dermatologiques :

dermatite exfoliatrice

Effets ophtalmologiques :

vue brouillée, sensation de brûlure et sensation de grains

de sable

Effets hématologiques :

agranulocytose

Effets gastro-intestinaux :

thrombose de l’artère mésentérique et colite ischémique

CHLORTHALIDONE

On a signalé les effets indésirables suivants

Tractus gastro-intestinal

Anorexie

Irritation gastrique

Nausées

Vomissements Crampes

Diarrhée

Constipation

Ictère (ictère hépatocanaliculaire)

Pancréatite

Système nerveux central

Étourdissements

Vertige

Paresthésie

Céphalées

Xanthopsie

Réactions hématologiques

Leucopénie

Agranulocytose

Thrombocytopénie

Anémie aplasique

Réactions dermatologiques/hypersensibilité

Purpura

Photosensibilité

Éruptions cutanées

Urticaire

Page 18 of 34

Angéite nécrosante (vascularite) (vascularite cutanée)

Syndrome de Lyell (érythrodermie bulleuse avec épidermolyse)

Système cardiovasculaire

Une hypotension orthostatique peut se produire et peut être aggravée par

l’alcool, les barbituriques ou les narcotiques.

Autres

Hyperglycémie

Glycosurie

Hyperuricémie

Hyponatrémie

Spasmes musculaires

Faiblesse

Agitation

Impuissance

Hypokaliémie

SYMPTÔMES ET TRAITEMENT DU SURDOSAGE

On ne possède aucune information précise sur le surdosage par AA-ATENIDONE chez l’humain.

Aténolol : Des cas de surdosage d’aténolol ont été signalés et des patients ont survécu à

des doses pouvant aller jusqu’à 5 g. Un décès a été signalé dans le cas d’un homme qui

aurait pris, en peu de temps, une dose pouvant atteindre 10 g.

Les symptômes prédominants signalés à la suite d’un surdosage d’aténolol sont les suivants :

léthargie, altération de la pulsion respiratoire, respiration sifflante, arrêt sinusal et

bradycardie. Par ailleurs, les effets courants associés au surdosage de tout bêta-bloquant

adrénergique sont l’insuffisance cardiaque congestive, l’hypotension, le bronchospasme et/ou

l’hypoglycémie.

On recommande de prodiguer un traitement symptomatique et de soutien qui permette

d’éliminer tout médicament non absorbé par l’induction de vomissements ou l’administration

de charbon activé. L’aténolol peut être retiré de la circulation générale par hémodialyse. Il

importe d’accorder une attention spéciale à la déshydratation, au déséquilibre électrolytique

et à l’hypotension en prenant les mesures appropriées.

Au besoin, on recommande aussi les mesures thérapeutiques suivantes, selon le jugement

du médecin :

BRADYCARDIE :

Atropine i.v. (1 à 2 mg). En l’absence de

réponse au bloc vagal, administrer de

l’isoprotérénol avec prudence. Dans les cas

réfractaires, il peut être indiqué d’avoir

recours à un stimulateur cardiaque

transveineux. On a signalé que

l’administration d’un bolus i.v. de 10 mg de

glucagon s’est révélée efficace. Cette

Page 19 of 34

mesure peut être répétée au besoin ou suivie

d’une perfusion i.v. de glucagon à raison de 1

à 10 mg/h selon la réponse du patient. Si le

patient ne réagit pas au glucagon, ou si le

glucagon n’est pas disponible, on peut

administrer un stimulant des récepteurs bêta-

adrénergiques comme la dobutamine

(perfusion intraveineuse de 2,5 à 10

mcg/kg/min) ou l’isoprotérénol (perfusion

intraveineuse de 10 à 25 mcg à un taux

n’excédant pas 5 mcg/min), bien que des

doses plus élevées puissent être

nécessaires.

BLOC CARDIAQUE (2

ou 3

degré) :

Isoprotérénol ou stimulateur cardiaque

transveineux.

INSUFFISANCE CARDIAQUE CONGESTIVE : Effectuer une digitalisation et administrer un

diurétique. On a signalé que le glucagon était

efficace.

HYPOTENSION :

Vasopresseurs comme la dopamine

ou la norépinéphrine. Surveiller

continuellement la tension artérielle.

BRONCHOSPASME :

Bêta

-stimulant, comme

l’isoprotérénol, la terbutaline et/ou

l’aminophylline i.v.

HYPOGLYCÉMIE :

Glucose par voie i.v.

DÉSÉQUILIBRE ÉLECTROLYTIQUE :

Surveiller les concentrations des électrolytes

sériques et la fonction rénale. Instituer des

mesures pour maintenir l’hydratation et les taux

d’électrolytes.

Selon la gravité des symptômes, il peut être nécessaire d’hospitaliser le patient aux

soins intensifs afin de pouvoir disposer d’appareils de soutien cardio-respiratoire.

Chlorthalidone : Les symptômes d’un surdosage à la chlorthalidone peuvent comprendre

des nausées, une faiblesse, des étourdissements et une perturbation de l’équilibre

électrolytique.

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

La posologie de chacun des composants doit être déterminée séparément pour chaque

patient. Lorsque l’association fixe AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone) fournit la

posologie appropriée, on peut la prescrire pour un traitement d’entretien.

Un comprimé AA-ATENIDONE une fois par jour permet d’administrer jusqu’à 100 mg

d’aténolol et 25 mg de chlorthalidone.

S’il est nécessaire d’abaisser davantage la tension artérielle, on peut ajouter un

autre antihypertenseur.

Page 20 of 34

Chez les patients atteints de trouble rénal, la dose des composants doit être

soigneusement déterminée pour chaque cas particulier. On trouvera dans les

renseignements thérapeutiques d’AA-ATENIDONE et d’Hygroton les recommandations

pour les ajustements posologiques de l’aténolol et de la chlorthalidone dans les cas de

néphropathie.

Si l’ajustement posologique est nécessaire durant le traitement d’entretien, il est conseillé

de prescrire chaque composant séparément.

Page 21 of 34

RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES

i. Substances médicamenteuses

ATÉNOLOL

Dénomination commune :

aténolol

Nom chimique :

4-[2’-hydroxy-3’-[(1-méthyl-éthyl) amino] propoxy]-

benzèneacétamide

Formule développée :

Masse moléculaire :

266,34 g/mol

Description :

Poudre cristalline blanche ou presque blanche. Il s’agit d’un composé

hydrophile relativement polaire, soluble dans l’eau à raison de 26,5

mg/mL à 37 °C, dont le coefficient de distribution (n-octanol/ tampon)

est de 0,015 à un pH de 7,4 à 37 °C. Le produit est très soluble dans

une solution de HCl 1N (300 mg/mL à 25 °C) et moins soluble dans le

chloroforme (3 mg/mL à 25 °C).

CHLORTHALIDONE

Dénomination commune :

chlorthalidone

Nom chimique :

2-chloro-5-(1-hydroxy-3-oxo-1-isoindolinyl)-benzène-

sulfonamide

Formule développée :

Masse moléculaire :

338,73 g/mol

Description :

poudre cristalline blanche ou presque blanche. Soluble dans l’eau à

raison de 0,27 mg/mL à 37 °C.

ii Composition

Les comprimés AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone à 50/25 mg) contiennent 50 mg

Page 22 of 34

d’aténolol et 25 mg de chlorthalidone.

Les comprimés AA-ATENIDONE (aténolol/chlorthalidone à 100/25 mg) contiennent 100 mg

d’aténolol et 25 mg de chlorthalidone.

Outre l’aténolol et la chlorthalidone, chaque comprimé contient les ingrédients non

médicinaux suivants : cellulose microcristalline, crospovidone, dioxyde de silice colloidal,

stéarate de magnésium.

iii Stabilité et recommandations pour la conservation

Garder les comprimés AA-ATENIDONE à l’abri de la lumière et de l’humidité. Conserver à la

température ambiante (entre 15

C et 30

FORMES PHARMACEUTIQUES OFFERTES

AA-ATENIDONE à 50/25 mg : comprimés blancs, ronds et biconvexes portant l’inscription «

50 » sur « 25 » d’un côté et l’inscription « APO » de l’autre. Offert en bouteilles de 100

comprimés.

AA-ATENIDONE à 100/25 mg : comprimés blancs, ronds et biconvexes portant l’inscription

« 100 » sur « 25 » d’un côté et l’inscription « APO » de l’autre. Offert en bouteilles de 100

comprimés.

PHARMACOLOGIE

ASSOCIATION ATÉNOLOL/CHLORTHALIDONE

Chez le rat, l’administration d’une association d’aténolol et de chlorthalidone n’a pas

d’influence sur l’action diurétique de la chlorthalidone ni sur l’action bêta-bloquante de

l’aténolol.

ATÉNOLOL

Études chez les animaux

Des études de longue durée sur des animaux ont révélé une vacuolisation des cellules

épithéliales des glandes de Brunner (glandes duodénales) chez le chien, mâle ou femelle,

pour toutes les concentrations d’aténolol mises à l’essai (dose initiale fixée à 15 mg/kg/jour,

soit 7,5 fois la dose maximale recommandée chez l’humain) et un accroissement du nombre

de dégénérescences auriculaires du cœur chez le rat mâle à des doses de 300 mg

d’aténolol/kg/jour, mais pas à des doses de 150 mg d’aténolol/kg/jour (respectivement 150

fois et 75 fois la dose maximale recommandée l’humain).

Effets sur le système cardiovasculaire

Chez le chat anesthésié, l’aténolol administration par perfusion réduit la réaction

chronotrope à l’isoprotérénol et s’oppose à la stimulation du nerf cardiaque droit du

sympathique.

Chez le chien anesthésié, l’aténolol à raison de 0,03 mg/kg par voie i.v. abaisse de 22 % la

fréquence cardiaque, de 16 % la force contractile du myocarde et de 11 % la tension

Page 23 of 34

artérielle diastolique.

Les études chez le rat ont révélé que l’aténolol est dépourvu d’activité

sympathomimétique intrinsèque.

À des concentrations s'élevant jusqu’à 10 mg/mL, l'aténolol n'a aucun effet anesthésique

local sur le nerf sciatique isolé de la grenouille.

Chez le chien anesthésié, l’aténolol (5 à 20 mg/kg par voie i.v.) n’a pas agi sur la

tachycardie ventriculaire provoquée par des concentrations toxiques de ouabaïne. Une dose

de 0,2 mg/kg par voie i.v. administrée à des chiens ayant subi une ligature des artères

coronaires a contrecarré l’effet arythmique de l’adrénaline au quatrième jour après la ligature

(alors que le rythme cardiaque était surtout sinusal).

Administré par voie orale en doses uniques de 100 mg à des volontaires, l'aténolol a

diminué la tachycardie à l'effort de 31 % quatre heures après l'administration, et de 15 %

vingt-quatre heures après. La suppression maximale de la réponse de la tension artérielle

systolique à l'effort s'élevait à 21 % quatre heures après l'administration.

Effets sur l’activité de la rénine plasmatique

Des études effectuées chez des patients hypertendus ont démontré que l’effet

antihypertensif de l’aténolol s’accompagne d’une diminution de l’activité de la rénine

plasmatique.

Effets sur la fonction respiratoire

On a évalué, chez dix patients atteints d’asthme labile, les effets d’une dose unique de 100

mg d’aténolol sur le volume expiratoire maximum/seconde (VEMS) et sur la résistance à

l’écoulement gazeux dans les voies aériennes (RVA) Dans l'ensemble, les agents

cardiosélectifs mis à l'essai dans le cadre de cette étude comparative, y compris l'aténolol,

ont eu, sur la respiration, un effet relié à la dose moindre que les bêta-bloquants non

sélectifs. L'aténolol a entraîné une diminution moindre du VEMS que les agents non sélectifs

et n'a pas inhibé l'effet bronchodilatateur consécutif à l’administration d'isoprénaline. La

diminution du VEMS a été de 8 à 9 %.

D’autres études menées chez des asthmatiques ont révélé des diminutions similaires du

VEMS avec l’aténolol. Les comparaisons dose-effet réalisées avec des agents cardiosélectifs

ont montré une chute des valeurs du VEMS aux doses plus élevées, indiquant un certain effet

de blocage des récepteurs bêta

Effets sur le métabolisme

Des études menées auprès de 12 patients diabétiques ont montré que l’aténolol ne

potentialise pas les effets hypoglycémiants de l’insuline.

CHLORTHALIDONE

On a constaté que la chlorthalidone réduit la tension artérielle diastolique moyenne chez le

rat atteint d’hypertension génétique et qu’elle avait, lors des études sur des animaux, un effet

sur la vasoconstriction causée par la norépinéphrine.

Page 24 of 34

Des études sur l’hypertension comportant l’administration de 12,5 à 100 mg de chlorthalidone

une fois par jour ont révélé que la courbe dose-réponse demeure plate pour toutes les doses

supérieures à 25 mg. Une diminution valable de la tension artérielle pendant 24 heures a été

obtenue avec une dose de 25 mg.

Des études in vivo et in vitro chez le rat ont révélé que la chlorthalidone accroît l’élimination

d’eau, de sodium, de chlorure et, à un moindre degré, celle du potassium et du bicarbonate.

On a signalé que la chlorthalidone provoque une hyperglycémie chez le rat après

l’administration de doses uniques élevées de ce médicament.

La chlorthalidone n’a pas d’effet sur la circulation rénale ni sur la filtration glomérulaire.

TOXICOLOGIE

Toxicité aiguë

Espèce

Sexe

(mg/kg)

Chlorthalidone

(mg/kg)

Aténolol

d’aténolol/kg)

Association

fixe*

Souri s

M, F

M, F

M, F

Oral e

i.p.

Oral e

> 10 000

> 2500

> 5000

> 3125

> 5000

i.p.

6520

i.p.

3025

*L’association fixe renferme de l’aténolol et de la chlorthalidone dans un rapport 4:1,

respectivement.

Étude de six mois sur l’administration orale chez le rat

L’aténolol et la chlorthalidone, seuls et en association, ont été administrés par gavage à

des groupes de 20 rats mâles et 20 rats femelles CD, 1 fois par jour, 7 jours par semaine

pendant 6 mois. Les doses par groupe étaient : aucun médicament; 10 mg/kg/jour

d’aténolol, 2,5 mg/kg/jour de chlorthalidone; 10/2,5 mg/kg/jour de l’association

aténolol/chlorthalidone.

Résultats

Accroissement du volume urinaire chez le rat traité par l’association; légère diminution des

taux de croissance chez le rat traité par l’aténolol ou la chlorthalidone seul.

Étude de six mois sur l’administration orale chez le chien

L’aténolol et la chlorthalidone, seuls ou en association, ont été administrés sous forme de

comprimés dans des capsules de gélatine à des groupes de 32 chiens Beagle femelles et

de 32 chiens Beagle mâles, 1 fois par jour, 7 jours par semaine pendant 6 mois. On a

utilisé les mêmes doses que pour l’étude chez le rat.

Page 25 of 34

Résultats L’aténolol a entraîné une diminution de la fréquence cardiaque et de la tension

artérielle chez les chiens recevant l’aténolol seul ou en association. La chlorthalidone,

seule ou en association, a provoqué une diminution des taux sériques de potassium. Chez

les chiens recevant l’association, on a observé une diminution du poids moyen de la

prostate.

Étude sur la toxicité chronique (un an)

Aucune étude de 12 mois n’a été menée sur la chlorthalidone seule ou en association

avec l’aténolol.

ATÉNOLOL

Espèce

Race

Sexe

mg/kg/j

Voie

Durée

(mois)

Effet

M

F

Chien

Beagle

0, 50, 100, 200 Orale

Ralentissement

de la fréquence

cardiaque. Allongement de

l’intervalle P-R à l’ECG.

Vacuolisation des cellules

épithéliales des glandes de

Brunner dans le duodénum

chez 5/10 des sujets soumis à

des doses faibles, chez 2/10

des sujets soumis à des doses

moyennes et chez 7/10 des

sujets soumis à des doses

élevées. Mort d’une femelle

ayant reçu des doses élevées.

Chien

Beagle

0, 15

Orale

Vacuolisation des cellules

épithéliales des

glandes de Brunner chez 9/10

des sujets soumis à des doses

élevées et chez 1/10 des sujets

soumis à

des doses faibles.

Étude sur la tératologie et la reproduction

Association (aténolol/chlorthalidone)

Espèce

Association à

des doses

variables

Période

d’administration

Signes de toxicité

Jusqu’à 300

mg/kg/j

(aténolol/CHT 4/1)

Jours 6 à 15 de la

gestation

Nervosité, diminution du gain pondéral,

diminution de la consommation

d’aliments, deux animaux sont morts

(fortes doses seulement)

Page 26 of 34

Lapin

Jusqu’à 25 mg/kg/j

(aténolol/CHT 4/1)

Jours 6 à 18 de la

gestation

Aucune malformation observée

Lapin

Jusqu’à 200

mg/kg/j

(aténolol/CHT 4/1)

Jours 6 à 18 de la

gestation

Légère diminution du gain pondéral,

augmentation (liée à la dose) des

résorptions embryonnaires

Aténolol

Aucune malformation due à l’aténolol n’a été constatée lorsque cet agent était administré à

des doses orales atteignant 200 mg/kg/jour, du 6

au 15

jour de la gestation chez la rate, ou

à des doses atteignant 25 mg/kg/jour du 6

au 18

jour de la gestation chez la lapine. Les

doses de 50 mg/kg/jour ou plus ont été, cependant, liées à une fréquence accrue de

résorption chez le rat. Bien que l’on n’ait pas observé d’effet similaire chez le lapin, il faut

noter que l’aténolol n'a pas été évalué chez cet animal à des doses supérieures à 25

mg/kg/jour. L’aténolol administré à des doses atteignant 200 mg/kg/jour pendant 11 semaines

avant l’accouplement chez le mâle ou 2 semaines avant l’accouplement chez la femelle, n’a

pas diminué la fertilité du rat, mâle ou femelle. La croissance ou la survie de la progéniture

n’ont pas été affectées lorsque les femelles gravides ont reçu 200 mg/kg/jour du 15

jour de

la gestation au 21

jour après la parturition.

Chlorthalidone

L’administration de diverses doses de chlorthalidone à des souris, des rates, des hamsters

et des lapines gravides n’a pas affecté la grosseur de la portée, le poids fœtal ni le nombre

de résorptions.

Études sur le pouvoir cancérogène

Ces études n’ont pas été entreprises avec l’association ni avec la chlorthalidone seule.

L’aténolol a été administré par la nourriture à trois groupes de 65 souris mâles et de 65 souris

femelles (CR7B1/10J). Le premier groupe n’a reçu aucune dose et les deux autres groupes

ont reçu des doses d’aténolol de 150 et de 300 mg/kg/jour pendant une période de 18 mois,

suivie d’un temps d’observation de trois mois avec l’alimentation témoin. On a administré du

2-AAF à un quatrième groupe servant de témoin positif; un cinquième groupe était le témoin

négatif. Dans cette étude, on a noté un retard dans le gain pondéral. On n’a relevé aucune

différence statistiquement significative pour ce qui est de la mortalité, du nombre d’animaux

porteurs de tumeurs, du nombre de tumeurs par animal ainsi que du nombre total de tumeurs

chez les animaux traités et chez les animaux servant de témoin négatif.

Deux études ont été menées chez des rats Alderley Park de souche 1. Dans la première

étude, on a utilisé des doses de 150 et de 300 mg/kg/jour pendant une période de 18 mois,

suivies d’un temps d’observation de 6 mois avec l’alimentation témoin. Au cours de la

deuxième étude, d’une durée de 24 mois, on a utilisé des doses de 75, de 150 et de 300

mg/kg/jour. Les résultats de ces deux études ne montrent aucune différence significative

entre le taux de mortalité des groupes traités et celui des groupes témoins. On n’a observé

aucun pouvoir cancérogène.

Page 27 of 34

BIBLIOGRAPHIE

Amery A et al. Mechanism of hypotensive effect during beta-adrenergic blockade in

hypertensive patients. Hemodynamic and renin response to a new cardioselective agent;

TENORMIN or ICI 66,082. Am Heart J 1976;91(5):634-42.

Azzolini A et al. A new beta-blocker (atenolol) and a diuretic (chlorthalidone) in

combination with treatment of hypertension. Curr Ther Res 1981;30:691-7.

Barret AM. The pharmacology of atenolol. Postgrad Med J 1977;53(Suppl 3):58-64.

Bateman DN et al. Atenolol and chlorthalidone in combination for hypertension. Br J Clin

Pharmacol 1979;7:357-63.

Bengtsson C et al. Effect of different doses of chlorthalidone on blood pressure,

serum potassium and serum urate. Br Med J 1975;1:197-9.

Boike SC et al. Atenolol and chlorthalidone in combination for hypertension. Clin

Pharmacol 1982;1:449- 53.

Deacon SP et Barnett D. Comparison of atenolol and propranolol during insulin-induced

hypoglycaemia. Br Med J 1976;2:272-3.

Decelmer PBS et al. Beta blockers and asthma. Br Heart J 1978;40:184-9.

Foex P. Beta blockade in anaesthesia. J Clin Hosp Pharm 1983;8:183-90.

10. Harms HH et Spoelstra AJG. Cardiac and bronchial beta adrenoceptor antagonistic

potencies of atenolol, metoprolol, acebutolol, practolol, propranolol and pindolol in the

anaesthetized dog. Clin Exp Pharmacol Physiol 1978;5(1):53-9.

11. Heel RC et al. Atenolol: A review of its pharmacological properties and therapeutic

efficacy in angina pectoris and hypertension. Drugs 1979(6);17:425-60.

12. Liedholm H et al. Accumulation of atenolol and metoprolol in human breast milk. Eur J Clin

Pharmacol 1981;20:229-31.

13. Lunell NO et al. Circulatory and metabolic effects of acute beta 1-blockade in severe

pre-eclampsia. Acta Obstet Gynecol Scand 1979;58(5):443-5.

14. Melander A et al. Transplacental passage of atenolol in man. Eur J Clin Pharmacol

1978;14(2):93-4.

15. Milocco I, Axison Lof B, William-Olsson G, Appelgren LK. Haemodynamic stability

during anaesthesia induction and sternotomy in patients with ischaemic heart

disease. A comparison of six anaesthetic techniques. Acta Anaesthesiol Scand

1985;29:465-73.

16. Mulley BA et al. Placental transfer of chlorthalidone and its elimination in maternal milk. Eur J Clin

Pharmacol 1978;13:129-31.

Page 28 of 34

17. Pritchard BNC, Battersby LA, Cruickshank JM Overdosage with b-adrenergic blocking agents.

Adverse Drug React Acute Poisoning Rev 1984;3:91-111.

18. Reeves PR et al. Metabolism of atenolol in man. Xenobiotica 1978;8:313-20.

19. Roberts JG. Beta-adrenergic blockade and anaesthesia with reference to interactions with

anaesthetic drugs and techniques. Anaesth Intensive Care 1980;8(3):318-35.

20. Russell JG et al. Chlorthalidone in mild hypertension - dose response relationship. Eur J Clin

Pharmacol 1981;20:407-11.

21. Seedat YK. Trial of atenolol and chlorthalidone for hypertension in black South Africans.

Br Med J 1980; 281:1241-3.

22. Tabachnick IIA et al. The hyperglycemic activity of benzothiadiazine and other diuretics. Life

Sci 1965;4:1931-6.

23. Teeuw AH et al. Atenolol and chlorthalidone on blood pressure, heart rate and

plasma renin activity in hypertension. Clin Pharmacol Ther 1979;25:294-302.

24. Thorley KT, McAinsh J et Cruickshank JM Atenolol in the treatment of pregnancy induced

hypertension. Br J Clin Pharmacol 1981;12(5):725-30.

25. Product Monograph –

TENORECTIC

50/25 mg and 100/25 mg Tablets. AstraZeneca

Canada Inc. Date of Revision July 12, 2016

Page 29 of 34

VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET

EFFICACE DU MÉDICAMENT

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS

Pr

AA-ATENIDONE

comprimés d’aténolol et de chlorthalidone USP

Lisez attentivement ce qui suit avant de commencer à prendre AA-ATENIDONE et chaque

fois que votre ordonnance est renouvelée. Cette notice est un résumé et elle ne contient

donc pas tous les renseignements pertinents au sujet de ce produit. Discutez avec votre

professionnel de la santé de votre maladie et de votre traitement et demandez-lui si de

nouveaux renseignements sur AA-ATENIDONE sont disponibles.

Pourquoi utilise-t-on AA-ATENIDONE?

AA-ATENIDONE est utilisé pour traiter la haute pression (ce qu’on appelle aussi

hypertension) chez les adultes.

Comment AA-ATENIDONE agit-il?

AA-ATENIDONE contient deux ingrédients actifs : l’aténolol et la chlorthalidone. Chacun

de ces ingrédients actifs réduit la pression artérielle par un mécanisme différent.

L’aténolol appartient à un groupe de médicaments appelés «bêta-bloquants».

Il a pour effet de faire battre le cœur plus lentement et avec moins de force.

La chlorthalidone est un diurétique.

Elle augmente la quantité d'urine produite par les reins.

Ce médicament ne guérit pas l’hypertension, mais aide plutôt à la maîtriser.

Quels sont les ingrédients dʹAA-ATENIDONE?

Ingrédients médicinaux : aténolol et chlorthalidone

Ingrédients non médicinaux : stéarate de magnésium, cellulose microcristalline,

crospovidone, dioxyde de silice colloïdal.

Sous quelles formes pharmaceutiques se présente AA-ATENIDONE?

Comprimés dʹAA-ATENIDONE à 50/25 : 50 mg d’aténolol et 25 mg de chlorthalidone

Comprimés dʹAA-ATENIDONE à 100/25 : 100 mg d’aténolol et 25 mg de

chlorthalidone

AA-ATENIDONE ne doit pas être utilisé si :

vous êtes allergique à l’aténolol, à la chlorthalidone ou à des médicaments dérivés

de sulfamides, ou à l’un des autres ingrédients contenus dans AA-ATENIDONE;

vos battements de cœur sont lents ou irréguliers ou on vous a dit que vous aviez

un bloc cardiaque;

vous avez de graves lésions cardiaques et votre cœur n'est pas capable de

pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de votre corps;

vous êtes atteint d’insuffisance cardiaque et vous remarquez que vos symptômes s'aggravent.

Par exemple, vous vous sentez plus fatigué, vous êtes plus souvent essoufflé ou vos chevilles

sont enflées;

Page 30 of 34

vous avez un problème de conduction électrique du cœur (ce qui vous occasionne

des douleurs thoraciques, des difficultés à respirer, des nausées, de la fatigue et

des évanouissements);

vous avez une pression artérielle basse;

vous avez des problèmes graves de circulation sanguine dans les pieds et les

jambes (maladie artérielle périphérique);

vous avez une perte de sensation avec les agents qui causent une

insuffisance cardiaque;

vous avez une maladie appelée phéochromocytome (une tumeur de la

glande surrénale);

vous avez une maladie appelée acidose métabolique (un taux anormal d'acide

dans le sang);

vous êtes incapable de produire de l'urine;

vous êtes enceinte, vous essayez ou avez l'intention de devenir enceinte ou

vous allaitez;

vous avez 18 ans ou moins.

Pour mieux éviter les effets secondaires et pour assurer une utilisation appropriée

du médicament, discutez avec votre professionnel de la santé avant de prendre

AA-ATENIDONE. Informez-le de toutes vos maladies ou de tous vos problèmes ou

états de santé, notamment :

si vous avez des antécédents de problèmes cardiaques;

si vous avez des antécédents d'évanouissements;

si vous êtes atteint d’asthme ou d’autres problèmes respiratoires (comme la

bronchite ou l’emphysème);

si vous avez des problèmes de thyroïde;

si vous avez des problèmes de foie ou de rein;

si vous avez des problèmes de circulation;

si vous êtes atteint de lupus ou de goutte;

si vous êtes atteint de diabète et prenez des médicaments pour maîtriser votre

glycémie ou si vous avez un faible taux de sucre dans le sang (hypoglycémie);

si on vous a déjà dit que vous souffriez d'un type particulier de douleurs

thoraciques (angine de poitrine) appelé angor de Prinzmetal;

si vous avez fait des réactions allergiques ou vous avez des allergies;

si vous avez subi une chirurgie sur un nerf (sympathectomie);

si vous êtes déshydraté ou présentez de la diarrhée, de la transpiration ou

des vomissements excessifs;

si vous avez eu une éruption cutanée en prenant AA-ATENIDONE.

Autres mises en garde

Ne cessez pas de prendre AA-ATENIDONE soudainement. Cela pourrait provoquer des

douleurs thoraciques ou une crise cardiaque. Si votre médecin décide que vous devez

cesser de prendre AA-ATENIDONE, votre dose peut être réduite de sorte que vous

utiliserez de moins en moins de médicament avant d'arrêter complètement de le prendre.

Prévenez votre médecin si vous allez à l'hôpital pour une opération. Si vous êtes

hospitalisé, informez le personnel médical et en particulier l'anesthésiste (si vous subissez

une opération) que vous prenez AA-ATENIDONE.

Conduite et utilisation de machines : Avant d’effectuer des tâches qui nécessitent

Page 31 of 34

une attention particulière, attendez de savoir comment vous réagissez à AA-

ATENIDONE.

Vous remarquerez peut-être que votre pouls ralentit lorsque vous prenez AA-

ATENIDONE. C'est normal, mais si cela vous inquiète, veuillez en parler à votre médecin.

Informez votre professionnel de la santé de tous les produits de santé que vous

prenez, y compris : médicaments, vitamines, minéraux, suppléments naturels ou

produits de médecine douce.

Les produits ci-dessous pourraient interagir avec AA-ATENIDONE:

médicaments utilisés pour abaisser la pression artérielle ou traiter l'angine de poitrine :

bêta-bloquants (p. ex. clonidine)

inhibiteurs des canaux calciques (p. ex. vérapamil, diltiazem et nifédipine)

agents réduisant les taux de catécholamines (p. ex. réserpine ou guanéthidine)

vasodilatateurs

médicaments utilisés pour traiter les battements cardiaques irréguliers (p.

ex. disopyramide ou amiodarone)

médicaments utilisés pour traiter l'insuffisance cardiaque (p. ex. digoxine)

anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (p. ex. indométacine ou ibuprofène)

anesthésiques utilisés pendant une chirurgie

alcool, somnifères (barbituriques) ou médicaments puissants contre la

douleur (narcotiques)

norépinéphrine, un stimulant cardiaque

lithium, un médicament utilisé pour traiter certains troubles psychiatriques

tubocurarine, un médicament utilisé comme relaxant musculaire

fingolimod, un médicament utilisé pour traiter la sclérose en plaques

Comment prendre AA-ATENIDONE?

Prenez AA-ATENIDONE:

en suivant exactement les directives de votre médecin;

en avalant le comprimé entier avec de l’eau;

une fois par jour, à la même heure chaque jour.

Votre médecin décidera quelle quantité dʹAA-ATENIDONE vous devez prendre

chaque jour selon votre état de santé.

Si vous avez l'impression que l'effet dʹAA-ATENIDONE est trop fort ou trop faible,

consultez votre médecin ou votre pharmacien aussitôt que possible.

Ne cessez pas de prendre AA-ATENIDONE et ne changez pas votre dose sans

consulter votre médecin. Cela peut être dangereux.

Dose habituelle pour adultes : Un comprimé par jour.

Surdose

Si vous pensez avoir pris une trop grande quantité d’AA-ATENIDONE, communiquez

immédiatement avec un professionnel de la santé, le service des urgences d’un hôpital

ou le centre antipoison de votre région, même si vous ne présentez pas de symptômes.

Page 32 of 34

Dose oubliée

Si vous avez oublié de prendre une dose, prenez-la dès que vous vous rendez compte de

votre oubli. Ne prenez pas une dose double pour compenser la dose que vous avez oublié

de prendre.

Quels sont les effets secondaires qui pourraient être associés à AA-ATENIDONE? Ce

ne sont pas là tous les effets secondaires que vous pourriez présenter en prenant AA-

ATENIDONE. Si vous ressentez des effets secondaires qui ne sont pas mentionnés ci-

dessous, communiquez avec votre professionnel de la santé.

Les effets secondaires peuvent comprendre :

toux

doigts et orteils froids

diarrhée

étourdissements

sécheresse buccale

maux de tête

douleur aux articulations et au dos

nausées

fatigue

trouble du sommeil

vertiges

Effets secondaires graves et mesures à prendre AA-ATENIDONE

Symptôme ou effet

Communiquez avec votre

professionnel de la

santé

Cessez de

prendre le

médicament et

obtenez des soins

médicaux

immédiatement

Cas graves

seulement

Tous les

FRÉQUENT

Bradycardie : diminution de la

fréquence cardiaque qui

provoque des étourdissements

ou une perte de connaissance

Douleur thoracique

Faible taux de sodium ou de

potassium dans le sang :

faiblesse, vomissements et

crampes

PEU FRÉQUENT

Réactions allergiques :

éruption cutanée, gonflement

des lèvres, du visage ou du

cou, difficulté à respirer ou à

parler

Page 33 of 34

RARE

Troubles de la conduction

cardiaque : sensation de tête

légère, étourdissements ou

perte de connaissance

Hypotension (pression

artérielle basse) :

étourdissements ou sensation

de tête légère entraînant un

évanouissement pouvant se

produire lors d’un changement

de position, par exemple, en

passant d’une position

couchée à debout

Battements cardiaques

irréguliers ou

palpitations

(impression de sauter

des battements)

Trouble du foie : coloration

jaune de la peau ou des yeux,

urine foncée, douleur

abdominale, nausées.

Vomissements, perte d’appétit

Gonflement des jambes dû à

une rétention d'eau

Problèmes de mémoire

Inflammation du pancréas

: douleur abdominale qui

dure ou s’intensifie quand

une personne passe à une

position couchée, nausées,

vomissements

Essoufflement

Réactions cutanées :

éruption cutanée

Troubles de la vision

Page 34 of 34

Si vous présentez un symptôme ou un effet secondaire incommodant qui n’est pas

mentionné ici, ou que celui-ci s’aggrave au point de perturber vos activités quotidiennes,

consultez votre professionnel de la santé.

Conservation

Conservez à la température ambiante (15°C à 30 ºC).

Protégez de la lumière et de l’humidité.

Ne prenez pas les comprimés après la date limite d’utilisation indiquée sur l’emballage.

Gardez hors de la vue et de la portée des enfants.

Déclaration des effets secondaires

Vous pouvez déclarer les effets secondaires soupçonnées d'être associé avec l'utilisation d'un

produit de santé par :

Visitant le site Web des déclarations des effets indésirables

(https://www.canada.ca/fr/sante- canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-

canada/declaration-effets- indesirables.html) pour vous informer sur comment faire une

déclaration en ligne, par courrier, ou par télécopieur ; ou

Téléphonant sans frais 1-866-234-2345.

REMARQUE : Consultez votre professionnel de la santé si vous avez besoin de renseignements sur

le traitement des effets secondaires. Le Programme Canada Vigilance ne donne pas de conseils

médicaux.

Pour en savoir davantage au sujet dʹAA-ATENIDONE :

communiquez avec votre professionnel de la santé;

Vous pouvez obtenir la monographie de produit complète préparée à l’intention des

professionnels de la santé (qui contient les renseignements sur le médicament destinés aux

patients), en visitant le site Web de Santé Canada (https://www.canada.ca/fr/sante-

canada.html). Vous pouvez obtenir les renseignements sur le médicament destinés aux

patients en consultant le site Web du fabricant https://www.aapharma.ca/fr/, ou en

téléphonant au 1-877-998-9097.

Ce dépliant a été préparé par AA Pharma.

Dernière révision : 28 février 2020

Produits similaires

Rechercher des alertes liées à ce produit

Afficher l'historique des documents

Partagez cette information